Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021

Partagez
 

 Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 EmptyMar 11 Aoû - 6:19


Il n'y a pas que les douches chaudes qui réchauffent le corps


O
h mais c'est littéralement l’inverse. Pas de quoi en douté là-dessus. Et son grognement n’y changera rien. Quoique quelque chose me dit que je ne devrais pas trop m’en réjouir très vite. Ni même croire que j’ai pleinement le dessus sur lui, même si à ce niveau-là je m’en doutais un peu. Et j’en ai très vite la preuve, puisqu’il ne perd pas de temps à m’arrête en si élan. Ou peut-être ai-je étais trop brusque pour lui ? Non. Une main soudainement bloqué, puis l’autre, un petit tour et je n’ai même pas le temps de riposter que me voilà coller contre la paroi. Les seins littéralement écraser contre celle-ci, les poignets bloqué et coller au-dessus de ma tête. C’est plutôt claire-là, je ne contrôle plus rien du tout. S’en suit un murmure à mon oreille qui a le don de me faire sourire.

▬ Je ne suis pas ton chaton.
▬ Il faudra bien plus qu’un avertissement de ce genre pour m’arrêter.

Ce ne sont que des mots, moi, je prends en compte les actes, donc effectivement, il faudra trouver mieux que ça. Je me laisse donc faire, de toute façon, je n’ai pas vraiment d’autre choix à ce moment précis. Les hanches bien cambrées en arrière, je me sens un peu moins écrasé contre la vitre. Je ne sais pas ce qui m’attend, à vrai dire, je l’imagine rentrer en moi d’un coup sec, comme une revanche pour ce que je lui aie fait subir depuis le début de la soirée, ce qui me ferait lâcher un cri d’un autre monde. Mais le résultat est tout autre, puisque je sens simplement son sexe se frotter contre le mien. Je ferme les yeux, bouche à demi ouverte, ne bougeant pas d’un pouce, j’avoue ne pas oser pour le moment. Profitant pleinement de cette agréable sensation.

Je finis tout de même par serrer les dents quand sa main descend lentement pour aller s’amuser avec mon entre-jambe. Doucement, mais qui s’accélère encore et encore… et bon sang ce que j’ai envie de gémir. Je les contiens tous ces gémissements, car je n’ai nullement envie de lui donner satisfaction à ce niveau-là. Oh non, ça lui ferait bien trop plaisir. Cela m’excite déjà grandement qu’il prenne le dessus alors pas la peine de le faire savoir. Du moins pour le moment. Alors je lutte. J’aimerais m’accrocher à quelque chose, mais à part la vitre face à moi, je n’ai rien. Une brève tentative de ma part pour dégager mes poignets de son emprise en les fessant glissé vers le bas. Qui a dit que j’étais une gentille fille qui obéit ? Mais c’est vain. Très vain. Et j’abandonne carrément cette idée quand sa bouche me réserve tout un châtiment plus torride les uns des autres. À ce moment-là, je ne peux retenir mon bassin et l’envie qui me démange d’aller à sa rencontre. Alors, je vais, je viens à son rythme et intérieurement, j’en demande encore, je le supplie même. Mais, il hors de question de le dire à voix haute. Prenez-moi pour une têtu oui si vous voulez, mais je ne cèderai pas à sa torture, pas aussi facilement. Enfin, ça s’est, ce que j’espère.

La sensation d’une morsure bien plus violente que les précédents fini par me faire craquer, à la limite d’être douloureuse mais tellement excitant sous le désir, que je laisse échapper un premier et vrai gémissement depuis cette horrible torture. Oh bon sang… Tête rejette en arrière, ils se faufilent les uns derrière les autres, impossibles de les arrêtés. Je crois même avoir lâché son nom une ou deux fois, son nom sur le moment. J’ai tellement envie de lui, et de manière franchement plus brutale que ce que nous avons fait la première fois. Mais, bordel, ce que j’aimerais me tenir à quelque chose, n’importe quoi, même sa main me suffirait amplement, j’ai l’impression que je vais finir par m’écrouler sans. Il ne pouvait pas faire ça contre le pommeau de douche, ou me voir complétement démuni est si jouissif ?

Néanmoins, j’arrive à faiblement murmurer malgré les soupirs :

▬ Bordel… B… Bigby… Tu vas me rendre folle…

Si ce n’est pas déjà le cas. Ça ne peut pas être pire. Non vraiment, impossible. Ou alors, je ne vois pas comment. J’essaie une nouvelle tentative de me débarrasser de sa poigne sans pour autant cesser de gémir, me cambrant même un peu plus pour le faire reculer, mais bizarrement quelque chose me dit que c’est un nouvel échec. Faut-il vraiment que je joue les gentilles petites soumises, est-ce que j’ai juste une tête à faire ça ? Bon, un peu – beaucoup – mais non. Je finis par déposer ma tête en arrière sur son épaule en grognant, littéralement essouffler et bien trop brulante d’envie, je murmure une seconde fois :

▬ Ce n’est… vraiment pas fair-play. Mais… tu peux toujours rêver… pour que je te supplie chaton. Tu craqueras avant moi.

Moi, cherche les ennuis ? Ce n’est pas mon genre voyons. Pas du tout comme si j'avais fait exprès d'insister sur le mot "chaton". Non du tout...


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Sam 31 Oct - 2:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 EmptyMar 8 Sep - 16:56

Café épouse café: Mariage très arrosé
Les gémissements qu'elle laisse enfin entendre, servis par l’acoustique de la cabine de douche, me font grogner de désir contre sa peau malmenée avec appétit. Il était temps qu'elle cesse de les retenir, aussi je savoure l'écho de ses réactions et de mon nom sans interrompre mes caresses, friand d'en entendre toujours plus. Il y a bien entendu quelques vaines tentatives de se soustraire à mon emprise, mais je me doute assez de ce qu'elle pourrait chercher à faire pour reprendre le contrôle. Hors de question donc de lui accorder le moindre centimètre d'espace au niveau des poignets, ni même de me décoller de son bassin. Le posséder pleinement à nouveau est l'unique chose qui m'obsède à l'heure actuelle, m'enivrant de son contact en attendant le moment venu où je pourrai me plonger en elle et imposer mon propre rythme. Ne manque pour cela que son entière collaboration, pour ne pas dire soumission, ce qui semble avoir encore un peu de mal à venir.

En effet, en dépit de tout le plaisir que je lui donne et qu'elle me renvoie, c'est avec une certaine frustration que je la vois basculer sa tête sur mon épaule, à bout de souffle mais néanmoins déterminée à me rappeler à quel point elle n'était pas du genre à flancher aussi facilement. Quand bien même je la retienne contre la paroi de la douche, à portée de mains et de dents qui sauraient la faire déchanter en quelques caresses intensives seulement, si l'envie m'en prenait ? J'en serais presque impressionné.

« Ce n’est… vraiment pas fair-play. Mais… tu peux toujours rêver… pour que je te supplie chaton. Tu craqueras avant moi.
-À ta place, je n'en serais pas si sûre. »

Entêtée jusqu'au bout, insolente même, et ce malgré ma position de force. Quoi que ce n'est pas pour me poser réellement problème. Je ne suis plus aussi sensible que la première fois, le manque n'aidant alors pas à me contrôler ni à tenir la distance comme je l'aurais voulu, et elle en a clairement profité plus d'une fois pour obtenir tout ce qu'elle voulait de moi, quitte à m'obliger à le lui demander. Mais c'est à mon tour, maintenant. À mon tour de faire d'elle ce que bon me semble et je compte bien en profiter. Délivrant ses poignets jusqu'ici prisonniers, ma main vient aussitôt agripper sa chevelure rousse pour lui faire tourner la tête vers moi et me permettre d'atteindre ses lèvres entrouvertes, que je m'accapare dans un baiser fougueux. Les caresses de mes doigts entre ses jambes s'accentuent du même coup, allant la taquiner plus bas par moments sans jamais y entrer. On ne passera aux choses sérieuses que lorsqu'elle se sera montrée raisonnable.

Une fois suffisamment délecté de sa langue et de ses soupirs étouffés, je libère sa bouche afin de diriger la mienne vers les petites marques que mes dents avaient laissées le long des épaules ainsi que sur le cou, embrassant et aspirant sa peau brulante pour en accentuer les traces de mon passage. Entre deux mauvais traitements, je ne manque pas de faire le point sur la situation qui ne jouait pas assez en faveur de la jeune femme pour chercher à faire dans la résistance.

« J'ai tout mon temps, je pourrais même t'achever avec mes caresses sans avoir à te pénétrer... Mais je sais que tu en as beaucoup trop envie pour me laisser faire. »

Parce que j'ai moi aussi tendance à m'entêter, et que ce n'est pas dans ma nature de laisser une proie s'en tirer à si bon compte. Aussi, ma main située entre ses cuisses commence à remonter le long de son ventre, en passant par le creux de sa poitrine, griffant son parcours jusqu'à la base de la gorge pour la serrer doucement. De l'autre main reposant à l'arrière de sa tête, je raffermis durement ma poigne autour de ses cheveux pour les tirer en arrière et me pencher sur son oreille, que je m'amuse à mordiller encore un peu avant de susurrer:

« Dis-le. Dis que tu veux que je te prenne sur-le-champ. »
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 EmptyDim 13 Sep - 23:40


Il n'y a pas que les douches chaudes qui réchauffent le corps


E
t sait moi qui parle d’être fair-play alors que je l’ai pris en traitre plus d’une fois il y a peu de temps. C’est bien beau. Mais cela ne m’empêche pas de rester cramponner sur mes positions malgré son avertissement, il n’est pas question pour moi de flancher avant lui. Quitte à être une tête de mule extrêmement bornée, je ne changerais pas d’avis. Du moins pour le moment. Quand je sens qui me libère enfin, j’imagine que j’ai enfin gagné, qu’il a fini par abandonner d’agacement. Mais cette sensation de victoire disparaît bien vite pour laisser place à bien plus de plaisir ; coincer entre ses lèvres qui me dévorent et sa main qui me torture. Je n’ai même pas la force de le mordre par vengeance alors qu’il faut déjà que je me batte avec mes propres soupirs emprisonnés.

Un long gémissement fini par m’échapper quand il quitte mes lèvres pour d’autre zone de mon corps. Les poignets enfin libres malgré sa poigne dans mes cheveux, je me mords les doigts pour refréner mes envies de crier, voir même de me tortiller dans tous les sens. Mais quoi qu’il fasse rien ne m’aide, ni même ses mots d’ailleurs.

▬ J'ai tout mon temps, je pourrais même t'achever avec mes caresses sans avoir à te pénétrer... Mais je sais que tu en as beaucoup trop envie pour me laisser faire.
▬ Je… En-enflure… Tu… tu triches…

Je ne sais ni où, ni comment mais j’en suis certaine. Ou du moins peut près. Je ne me suis pas permise d’être aussi fourbe tout a l’heure… quoique… mieux vaut ne pas répondre… Je ferme les yeux, mais ça ne sert à rien de chercher sur quoi se concentrer. Au fond, je sais que je suis foutue. Mais j’espère toujours résister un minimum. Autant abandonner maintenant. Sa main qui monte dangereusement, fait tendre tous les muscles de mon corps. Et sa poigne bien plus pressante dans mes cheveux ne me dit rien qui vaille. Je ne peux que me laisser faire à ce niveau-là, de toute façon, je ne vois pas comment je pourrais m’en sortir. Même si je ne veux pas me l’avouer, concrètement, je sais qu’il a déjà gagné cette bataille.

▬ Dis-le. Dis que tu veux que je te prenne sur-le-champ.
▬ Pas questions.

Tête tirer en arrière et le cou sous son emprise, ça sonne plus comme un murmure qu’autre chose. Si peu crédible quand on sait à quel point mon corps s’embrase et que je tiens à peine sur place correctement. J’ai la sensation que cela ne plaît pas à tout le monde petit refus, au vu du son d’un léger grognement que je peux entendre derrière moi. Erf, tant pis, pour la peine, je secoue un peu la tête comme pour continuer d’appuyer ce point. Mais pour être honnête, j’ai tellement envie de lui à cet instant précis que je ne suis pas très sûr à cent pourcent des mots qui veulent encore s’échapper de ma bouche. Une main glisse doucement vers sa cuisse, puis légèrement vers l’arrière où j’en viens à planter mes ongles dans sa fesse. J’improvise avec les moyens du bord une tentative d’évasion. Ou de me faire réprimander une seconde fois. Dans tous les cas, c’est bien loin de m’offrir le résultat voulu. Même pas un petit acte d'inattention d'un côté ou de l'autre où j’aurais l’espoir de reprendre le dessus. Quelle poisse.

▬ Bordel… Je te hais sache-le… Tu ne veux pas que je t’appelle maître aussi tant qu’on y est… Je sens que ça te faire bien plaisir est, c’est hors de question, même pas dans tes rêves les plus fous où je serais une excellente soumise.

Ne pas trop rêver s’il vous plaît, ce fait-là n’arrivera jamais. Je ne sais pas d’où je tire cette force à m’en plaindre malgré que ce soit dit d’un ton joueur avec un grand sourire aux lèvres. Mais je fais rapidement trahir par mes envies bien plus fortes que ma détermination. On dira aussi que je commence à doucement à trembler à forcer de vouloir m’obstiner à résister… craquer et obéir, je n’en ai pas vraiment le choix, surtout que mon corps ne tiendra plus aussi longtemps. Donc dans un murmure, parce qu’il n’est pas question que je le hurle pour le faire plaisir. Ou même que je me répète.

▬ Prend-moi, maintenant…


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Sam 31 Oct - 2:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 EmptyMer 14 Oct - 18:56

Café épouse café: Mariage très arrosé
Contrairement à ce que son corps manifestait de façon de plus en plus flagrante, la rouquine continuait dans sa prude résistance, toujours aussi opposée à l'idée de me laisser à la barre. Coriace, tant et si bien que je resserre un peu plus ma poigne autour de sa gorge à cette réponse qui ne me convient évidemment pas. Si je dois la faire jouir avec ma main uniquement, autant dire qu'elle s'en mordra les doigts. Dans ce que je soupçonne d'être une tentative assez vaine de négocier sa libération, je sens le bout de ces derniers s'enfoncer dans ma chair, ne m'encourageant qu'à la coincer davantage contre la paroi de la douche en punition, sans relâcher son cou ou ses cheveux. En dépit de sa mauvaise posture, je l'entends encore se plaindre de la position délicate dans laquelle je la mets:

« Bordel… Je te hais sache-le… Tu ne veux pas que je t’appelle maître aussi tant qu’on y est… Je sens que ça te ferait bien plaisir et c’est hors de question, même pas dans tes rêves les plus fous où je serais une excellente soumise. »

Qu'elle ne me tente pas à aller jusqu'au bout dans notre petit jeu de domination. Elle était pourtant prévenue que le coup du canapé n'allait pas rester impuni très longtemps, et elle s'épargnerait bien des tracas si toutefois elle acceptait de coopérer, après tout chacun y trouvera son bonheur. À ce niveau-là, ce n'est clairement plus possible pour elle de cacher son envie débordante, que ses paroles tentent tant bien que mal de masquer, ni pour moi de m'arrêter en si bon chemin. Avec la conviction que j'aurai à m'occuper de son cas comme je l'avais promis, je commençais tout juste à relâcher sa gorge en vue de glisser plus bas une nouvelle fois, lorsque quelques petits mots remontent à mes oreilles. À peine plus élevés qu'un murmure sous les battements de l'eau qui coule mais suffisants pour que je puisse les capter.

« Prends-moi, maintenant… »

Un sourire animal s'étend sur mes lèvres en l'entendant enfin me céder. Aussitôt, mes mains descendent sur ses hanches afin de faire reculer son bassin avec le mien, de quoi lui accorder le peu d'espace avec la paroi de la cabine dont je l'avais privée jusqu'ici. Le temps de simplement me positionner à l'entrée de son vagin, l’extrémité de mon sexe glissant agréablement pour la taquiner une dernière fois, je réponds à ses attentes par un « Avec plaisir. » sans chercher à cacher la satisfaction dans ma voix. Puis d'un coup de reins assez brusque, je lui donne ce qu'elle attendait. Savourant l'effet d'entrer à nu, mêlée à l'impatience causée par son obstination, je lâche un râle de plaisir une fois complètement en elle, me laissant envahir un instant par les sensations avant de commencer les vas-et-viens. Ils sont si fluides que je ne peux me retenir de les enchainer de suite avec une cadence soutenue, les griffes plantées dans la peau de ses hanches comme pour éviter qu'elle ne vienne à m'échapper. Après avoir parcouru la courbure sensuelle de son dos, mon regard se délecte encore des marques qui parsèment son épaule et sa nuque, échauffé par le sentiment de la savoir entièrement mienne à ce moment précis.

Dans un coup de tête, je me retire subitement et prends la jeune femme par les épaules afin de la retourner face à moi, la soulevant ensuite par la taille pour qu'elle enroule ses jambes autour de moi. Un demi-tour et je nous fais brièvement passer sous le jet d'eau chaude, tandis que j'allais plaquer son dos contre le mur en face de la paroi transparente. Quelque chose me dit que l'on aura moins de risques de passer au travers. J'écartai rapidement les mèches rouges et mouillées de son visage d'une main avant de la replacer sous sa cuisse, volant ses lèvres pour l'embrasser furieusement, tout en me replongeant en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 EmptyVen 16 Oct - 4:32


Il n'y a pas que les douches chaudes qui réchauffent le corps


A
u fond, je le sentais, je le savais qu’à la seconde même ou ces quelques mots avaient l’audace de sortir, j’allais perdre de pied. Au bon sens du terme bien sûr, mais tout de même. Il n’était plus question de faire marche arrière ou bien même de résister encore. C’était comme signé un pacte avec le diable. Alors, la seconde où j’avais accepté ma soit distant « soumission » dans un faible murmure et que ses mains me libérer enfin pour glisser sur mes hanches, une partie de moi était comblé puisqu’elle allait être entièrement satisfaite tant dit que l’autre n’aimait pas, ne pas pouvoir reprendre le dessus. Mais joué les bornées encore longtemps aller finir par m’achever. Pourtant, tout le monde allé y trouver son bonheur et rien qu’à entendre sa plus que ravie d’avoir gagné, ça confirmer bien les choses.

Soupirant faiblement, je me mordis la lèvre inférieure à sa légère taquinerie que je trouvais bien trop douce à mon goût. J’avais envie de lui dire au diable la douceur et bonjour la brutalité au vu de mon état. Mais ce n’est qu’un gémissement qui s’échappe brusquement à la place. De quoi m’en faire vibrer les cordes vocales. Envahit d’un plaisir que mon corps attendait depuis bien trop longtemps, les yeux fermés à en profiter pleinement, je ne sais pas où donner de la tête avec ses coups de reins aussi délicieux soit-il. C’est un coup à en oublier comment je m’appelle, d’où je viens. Mon esprit s'est mis en pause pendant que je ne peux, et ne veux clairement pas, arrêter de gémir. Collé contre la paroi translucide, les mains, dessus me servant d’appuis, souffle coupé et bien trop chaud n’aidant pas, je ne cesse de faire de la buer contre celui-ci. Puis, je me redresse légèrement en sentant ses doigts s’incruster dans ma peau. Cela avait de quoi être douleur, mais excitant à la fois, alors j’en voulais plus, toujours plus. Je le demandais clairement, quitte à ce que le tout résonne comme une supplication. Il faut dire que maintenant que je prenais mon pied, passé pour une soumise avait de quoi m’être totalement indifférent. Tout mon corps est rempli d’un désir brûlant, littéralement affamé et qui commence à se sentir enfin rassasiée.

Du moins, jusqu’au moment où celui-ci se détacha subitement. C’était frustrant. Bien trop frustrant. Pourquoi ? Si c’était pour m’achever par pure vengeance, là, c’était quasiment gagné. Mais, une fois retourné face à lui et soulever par la taille, cela avait de quoi être non seulement rassurant, mais aussi intriguant pour la suite des évènements. Les jambes bien fermement agrippées, mon regard été posé sur lui avec un petit sourire en coin. Fermant légèrement les yeux le temps de passer sous l’eau chaude avant de soupirer en sentent la froideur du mur. Entre lui et son corps, c’était un mélange très agréable. Mes mains placées autour de sa nuque, je lui rendis avec la même intensité son baiser ravageur qu’il m’offrait. Et puis d’un coup, je lui mordit brusquement sa lèvre inférieure en le sentant revenir. Je savais pertinemment que je pouvais m’asseoir sur la moindre petite parcelle de douceur qui soit. Et très franchement ce n’était pas pour me déplaire. Quitte à lui laisser le plein pouvoir sur mon intimité – pas vraiment le choix de toute façon – sans rien opposer, je voulais au moins avoir le dessus sur ses lèvres.

Ma langue taquinée, la sienne, elle l'a cherché pour la posséder en même temps que mon bassin suivait son rythme, ce n’était pourtant toujours pas possible pour ne pas lui rendre les coups reçus. Même en mauvaise posture. Aux tréfonds de mon ventre, des muscles se crispent délicieusement, la sensation frôlant la douleur et si vive, si exquise que je finis par lâcher ses lèvres pour laisser les gémissements prendre la fuite. Je n’allais certainement pas tenir des masses, surtout qu’à nu, ça réveiller tellement de choses que tout mon corps l’exprime en se cambrant sous la sensation si agréable. Puis, mon regard finit par se poser sur lui, les yeux pétillants, et une main partant de l’arrière de sa nuque pour glisser devant. Les doigts qui s’enroulent sur son coup en le serrant fortement, histoire de lui rendre les étranglements qu'il m'a offert. Penché à quelque centimètre de ses lèvres, je murmure péniblement entre deux soupire… Ou du moins, j’exige avec plus de supplication qu’autre chose : « Encore… Tout ce que tu veux, mais encore… ». Quitte à me finir sauvagement autant faire ça bien.


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Zm9oyxG
bitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 EmptyMar 15 Déc - 14:37

Café épouse café: Mariage très arrosé
Mon retour en elle fut accueilli par un bon coup de dents dans la lèvre, mais je me préoccupais beaucoup trop de la faire gémir à nouveau pour m'en plaindre. Il faut dire que ce n'était pas désagréable pour autant. Sa langue désireuse et possessive luttait ainsi avec la mienne au cours de cet échange fougueux, là où elle pensait encore pouvoir contrôler la situation, contrairement au reste de son corps que je faisais mien contre le mur de la douche. Elle résistait encore et toujours, tentait tant bien que mal de remuer son bassin pour s'opposer aux à-coups que je lui délivrais. Ce n'était pourtant qu'une question de temps avant que sa bouche ne me quitte pour faire entendre à mes oreilles exactement ce qu'elles attendaient de sa part, un concert de gémissements qui me faisaient l'effet d'une décharge à chaque fois qu'ils emplissaient la pièce; et que dire de son buste qui se courbait lascivement, sa poitrine glissant sur mon torse pour se redresser, au même tire que ma tête au moment de sentir ses doigts migrer sur mon cou pour le serrer. Comme si son regard brûlant de désir ne suffisait pas, ses murmures langoureux qui me réclamaient jusqu'au bout me firent presque tourner la tête. À ces suppliques, je redoublai d'efforts et d'ardeur tout contre son corps pour lui donner ce qu'elle voulait.

Les mains fermement agrippées à ses cuisses, les sensations d'allers et venus au plus profond d'elles m'enivrent à n'en plus finir, ressentant chaque contraction autour de mon sexe lorsque je tapais là où il fallait. Une fois l'angle idéal trouvé, je la gardais plaquée contre la paroi afin d'être sûr que mes coups de reins l'inondent de plaisir. Elle est par ailleurs si humide que je reviens sans cesse dans son intimité avec une fluidité délicieuse, si bien que je pouvais sentir la fin arriver à grands pas. Mais pas avant de l'achever elle. Remontant le long de sa joue, mes lèvres se faufilent ensuite entre les mèches de cheveux mouillées de la rouquine pour venir lécher et mordiller son oreille, au creux de laquelle je soupire encore combien elle est excitante. Ses jambes enroulées autour de ma taille m'étreignent avec force à mesure que son plaisir culmine, jusqu'à ce qu'elle ne soit plus capable de le contenir. Son corps tout entier vibre alors contre moi et m'emprisonne, ne me laissant le loisir que de quelques derniers vas-et-viens grisants avant de succomber à mon tour et de me libérer complètement.

En dépit de mes jambes qui se boulaient légèrement chancelantes après les effets de l'orgasme, je tâchais de porter Laelyss tant qu'elle n'essayait pas de retrouver d'elle-même la porcelaine de sa douche. Le visage enfoui dans son cou, à prendre de profondes inspirations, je retrouvais tranquillement mon souffle et mes esprits, tout en esquissant un petit sourire à la vue des marques que j'avais laissées sur sa peau tout à l'heure. Par contre... Je relève un peu la tête à une soudaine réalisation, un détail qui me revient tout à coup en mémoire maintenant que mon esprit s'est éclairci, et bordel ce que la transition fait mal. Échappant un grognement, je laisse finalement retomber ma tête sur l'épaule de la jeune femme, à qui je fais partager cette délicate réflexion:

« Et merde... j'ai fini en toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 EmptyMar 29 Déc - 21:27


Une année qui s’achève en beauté


I
l est dur de savoir où donner de la tête à cet instant précis. Mon corps se sent bien trop submerger de plaisir pour me laisser le temps de réfléchir à quoi que ce soit. Restant accrocher à lui comme jamais, mes soupirs s’intensifient de plus en plus à force d’approcher vers la fin. Ses coups si délicieux, me font perdre pied de seconde en seconde, à un tel point qu’il en vient difficile de me tenir à lui correctement s’il n’était pas là pour me coller à lui. Une respiration bien loin d’être calme allant au rythme de ses vas et viens. Essoufflée et prête à succombé au plaisir, j’arrête de résister, voir même de tenter de reprendre un quelconque dessus. Ses lèvres me taquine encore, me faisant perdre tout contrôle, j’explose en mille morceaux le serrant de toute mes forces et laissant son nom s’échapper entre mes lèvres. Le plaisir m’inonde tout entièrement, brûlant et douloureux, mais me remplit ensuite d’une faim enfin rassasiée.

Je reste là un moment sans avoir la force ni même l’envie de bouger quoi que ce soit. Une sensation de bien-être à être enlacé par lui. Au moins, le temps de retrouver une respiration normale, que les pulsations de mon cœur bien trop rapide à mon goût cessent de faire la course. Mais sa voix, ainsi que les mots qui en sorte sont d’une dure réalité que je ne sais pas trop comment je le dois le prendre. Je pose à mon tour ma tête sur son épaule laissant échapper un long soupire.

Je ne sais pas si je dois me plaindre du tact employé, ou bien le fait que tes merdés. Surement les deux ?

Murmurais-je tant bien que mal avant d’enfin oser décrocher mes jambes de ses hanches. Doucement, je les déroule tout en reculant mon bassin pour qu’il puisse se retirer comme il faut. Laissant ensuite mes jambes glisser le long des siens pour recouvrer le sol. Assez embêtant ce qui vient d’arriver certes, ce n’était pas réellement prévu au programme. Mais, ce qui est fait est fait maintenant.

Je me chargerais de ce « problème » demain, ne t'en fait pas. Par contre si tu ne m'en veux pas, les pancake aussi seront pour demain, dis-je en déposant un baiser sur sa joue, tu viens de m’achever, un peu trop et je rêve que d’une chose, c’est de me faufiler sous la couette. Alors si monsieur veut bien prendre la peine de se rincer, on pourra aller se coucher.


Elle te parle en Brown

KDO
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Zm9oyxG
bitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 EmptyJeu 21 Jan - 23:36

Café épouse café: Mariage très arrosé

« Je ne sais pas si je dois me plaindre du tact employé, ou bien le fait que t'ais merdé. Surement les deux ?
-Désolé. »

Qu'est-ce que je pouvais bien répondre d'autre, de toute façon ? Je dois admettre que ce n'est pas vraiment le genre de pensée qui me réconforte le plus, de savoir que j'aurais potentiellement mis une femme enceinte, autre que la mienne s'entend. Dans l'euphorie du moment, j'ai eu tendance à zapper le fait que j'étais entré sans protection cette fois-ci, sinon j'aurais pris soin de me retirer avant le moment fatidique. La sentant prête à se remettre debout, je remonte mes mains au niveau de ses hanches afin de la laisser retrouver la terre ferme. Lorsqu'un semblant d'équilibre est acquis par la jeune femme, je m'accorde enfin à la lâcher, pendant qu'elle me rassure sur les précautions qu'elle prendra dès demain pour enrayer le problème. Il semblerait également que ma performance m'ait dispensé des pancakes promis, non par punition mais en raison de son éreintement après toutes ces folies.

« Je prends ça comme un compliment. »

Reculant pour revenir sous l'eau chaude et me rincer comme elle me l'avait demandé, elle sort ensuite la première de la cabine de douche, pour me passer une serviette au moment où j'en sors aussi. Je n'ose même pas imaginer l'heure qu'il doit être actuellement, ni quand quel état je vais être au matin pour aller bosser. La journée va être sacrément longue, ça je le prédis d'avance. Après m'être longuement frotté les cheveux pour les sécher un maximum, j'étends la serviette sur une barre pour suivre la maîtresse de maison jusqu'à la chambre, à peine une chambre à côté de la salle de bain. Sans s'attarder davantage, je vois la rouquine ouvrir le lit et s'y échouer comme si elle ne pouvait plus tenir correctement sur ses deux jambes, aussi j'éteins la lumière à l'entrée pour aller la rejoindre à côté, profitant d'être enfin couché pour me détendre un peu.

J'anticipe déjà le réveil, la tête lourde de remords, pas de quoi me motiver à trouver le sommeil à vrai dire. Alors je finis par me redresser sur les coudes, la tête tournée vers Laelyss que je ne pouvais pas distinguer nettement à cause de l'obscurité. Je suppose qu'elle n'a pas mis très longtemps à s'endormir peu après m'avoir souhaité la bonne nuit, d'autant que que sa respiration lente et régulière ne laisse aucun doute là-dessus. Une fois qu'il ne me restait plus assez de pensées négatives avec lesquelles me casser la tête, je me laissai retomber sur le matelas pour fermer les yeux et chercher le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]   Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥] - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Café épouse café : Mariage très arrosé [m’en vais t'arrosé le chaton ... ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Zone Spéciale-