Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
Le deal à ne pas rater :
Soldes Lacoste : jusqu’à -50% sur une sélection d’articles
Voir le deal

Partagez
 

 On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyJeu 16 Juil - 0:00

L'ennuie d'une soirée Bloodyne & Bigby


Dans un long soupir, je me laisse tomber sur le premier banc qui croise ma route. À moitié étalée sur celui-ci, les jambes prenant toute la longueur d’un côté comme si j’étais encore à la maison, je ferme les yeux quelques secondes, voulant profiter du petit air frais qui passe en douce. Rapide, certes, pour le peu qu’il dure, mais agréable. Fait tellement chaud que j’ai l’impression de passer mes journées à fondre. Vive la saison de l’été. Il n’y a que le soir pour profiter d’un peu de fraicheur. Ce que je fais en autre. Pour une fois, non, je ne suis pas sortie comme une voleuse de l’appartement. Après tout, puisque nous sommes en froid en ce moment, et que je ne dors pas à la maison, je n'ai pas de compte à lui rendre sur ce point-là. Je prends l'air pour éviter de trop broyé du noir. De quoi prendre le temps de réfléchir à certaines choses sans avoir la sensation de me faire remonter les bretelles à tous moment.

Je me redresse et m’assois enfin correctement, déposant mon sac sur un côté près de moi. Ce n’est pas la grande joie en ce moment. Bien trop de tension à cause de tout ce qui s’accumule. Entre le mariage, ou du moins, son témoin que j’ai toujours en travers de la gorge. Le fait de ne toujours pas en avoir un de mon côté. Et se taper une sclérose, il y a mieux, non ? Être malade, c’est une chose qui est bien loin d’être drôle. Autant pour l’un pour que pour l’autre. En particulier quand son futur mari, son médecin et sont kinésithérapeute – parce que je suis obligée de me le coltiner celui-là aussi –, aime passer leur temps à être sur mon dos. Pourquoi ? J’avoue être assez fautive de ce côté-là, je ne suis pas les règles données à la lettre. Enfin, honnêtement, j’essaie, vraiment. Je fais de mon mieux pour ne pas trop inquiéter Gaara, ni les deux autres. Je fais vraiment de mon mieux pour faire ce qu’on me demande. Mais, ça m’agace bien vite. Il y a des jours où j’ai envie d’en prendre un et de m’en servir comme batte de baseball, c’est pour dire. Mais puisque je n’ai pas le droit de m’emporter, je garde cette idée dans un recoin de mon esprit. Au cas où qu’un jour, dans un futur proche, je puisse enfin l’utiliser.

Pour le moment, je tente de me détendre, ne serait-ce qu’un petit peu. Le parc étant bien calme, à part un ou deux passant par-ci par-là qui promène son chien, rien à dire. Une belle nuit sous un ciel… Couvert, sa gâche un peu le tableau, mais ça reste sympathique quand même. Tant que je ne mange pas une averse dans les minutes à venir.

D’une main, celle-ci s’amuse avec mes pendentifs, pendant que je me perds dans mes pensées, le regard porter dans le vide. J’en viens à me demander qu’est-ce qu’il pourrait bien m’arriver – au pire des cas – de plus épouvantables que la mort ? J’ai des pensées douteuses quand je me retrouve seul en ce moment. Une fois l’au-delà passé, il n’y a rien qui nous attends, à moins de croire à un foutu paradis protéger d’un portail doré, avec des petits anges volants accueillant, armé d’un arc à plume près à en découdre. Le genre d’image qu’on raconte aux enfants histoires d’en mettre plein les yeux. Forcément vu comme ça, ça ne parait pas aussi effrayant, limite plus agréable que la vie elle-même. Donc, honnêtement, j’en avais encore aucune idée jusqu’à ces dernières semaines, ou j’ai fini par me dire que la mort était peut-être un luxe à porter à de main. Ou une facilité. Un moyen d’échapper à tout ça rapidement, parce qu’à choisir entre les deux, j’aurais volontiers pris cette solution sans regret. Ce savoir malade est bien ce qui pouvait m’arrivais de pire. Mais en sachant ce que je laisse derrière moi dans ce cas-là, ce n’est pas forcément la meilleure des solutions.

Je pense bientôt pouvoir écrire « psy », à la suite de la liste des médecins à voir.
Moi devenir dépressive ? ... Sans commentaire.




Dernière édition par Bloodyne Chester le Jeu 23 Juil - 23:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyJeu 23 Juil - 19:38

On frappe d'abord et on discute ensuite
Lassé, j'envoie à l'aveugle une main sur ma table de chevet, à la recherche du réveil pour le ramener au dessus de mon visage, et pousse un soupir en distinguant les chiffres. Même pas minuit, pourtant j'ai l'impression de tourner sur mon lit depuis des heures. Ce qu'on y gagne à aller se coucher tôt pour une fois.

Entre la petite taille de la chambre et le décompte des fenêtres, s'élevant au nombre exceptionnel de une, passer une bonne nuit en cette saison relève du défi. De ce fait, il m'arrive régulièrement de sortir à la fraîche, juste de quoi m'aérer le corps et parfois la tête lorsque je me tracasse un peu trop. Des promenades plus ou moins longues, selon mon état de fatigue, avec toujours le même l'espoir que mon plumard se soit refroidi un minimum d'ici mon retour. Sans surprise, cette nuit est particulièrement étouffante, alors une fois de plus je quitte mon lit pour me passer un coup d'eau sur le visage, enfile les premiers t-shirt et pantalon qui trainent puis ferme la porte de la chambre derrière moi. Je descends les étages de l'hôtel sans un bruit et arrive à l'extérieur, lampe torche en poche -mes pauvres yeux ne s'y feront jamais- et prête à palier à mes défaillances. Prenant une direction au hasard, mes pas font ensuite le reste du travail, à savoir m'éloigner un maximum de cette fournaise où je me remue les méninges pour un rien. Enfin, "rien", c'est assez vite dit. La liste des choses qui me cassent les pieds en ce moment est vite dressée.

Sans y prêter réelle attention, je me retrouve déjà dans les quartiers résidentiels de la ville, hésitant à poursuivre mon périple en quête de fraîcheur ou bien faire demi-tour. Le ciel semble couvert, et disons que je n'aurais rien contre une petite averse, même de courte durée, histoire de refroidir un peu le fond de l'air. Mais en attendant que cette pluie inespérée ne s'abatte sur la ville, il me faut trouver une autre source pour soulager ma gorge sèche. Passé la place du marché, j'aperçois la faible lueur d'un distributeur qui éclaire le trottoir et m'en approche pour glisser quelques pièces. Rien de plus extravaguant qu'une simple bouteille d'eau glacée. Si toutefois celle-ci accepte de tomber. Je suis sûr d'avoir mis le bon nombre de pièces, donc... Un petit coup de la main sur le côté de la machine, rien ne se passe. Bien.

Certains diront que la colère ne mène à rien, et à ceux-là je répondrai qu'ils n'ont encore jamais eu à se défouler sur un distributeur récalcitrant, voleur de derlas. Au terme de vigoureuses secousses en tous sens, je suis finalement parvenu à récupérer mon dû, au milieu de quelques sodas qui avaient chuté eux aussi. Cela fera plaisir à mon prochain, tiens. Je vide la petite bouteille d'une traite en reprenant la marche, remarquant l'entrée du Parc Impérial en bout de rue. Depuis le temps que je ne me suis pas dégourdi les pattes en forêt. Mais vu l'heure, je me contenterai bien de ce coin de nature, avec l'illusion de sortir de la vie citadine pour une heure ou deux. Je passe donc le portail et longe le chemin qu'un bon nombre de lampadaires éclairent encore, sécurisé par l'absence d'individus. La période de fête doit inciter même les plus combattifs à ne pas s'entretuer dans le parc à la nuit tombée. Serein, je le suis encore cinq ou dix minutes, avant de capter une présence au loin.

Cette odeur me dit quelque chose. Le temps d'éplucher et de faire tranquillement le tri dans mon esprit, j'avais fini par arriver en silence derrière le banc vraisemblablement occupé malgré ce que mes yeux peuvent attester. Elle me revient en mémoire en s'accompagnant d'odeurs sucrées, de neige sale sur les trottoirs, et d'un bonhomme de neige en pleine figure. En bref, la jeune fille qui m'avait donné un sérieux coup de main dans l'achat d'un cadeau de noël pour Luna sur le marché... et offert cette carotte en peluche ridicule dans la foulée. En revanche, pour ce qui est de son nom, je suis contraint de passer mon tour. J'en viens finalement à la tirer de ses pensées, ou de son sommeil c'est selon, sans réellement savoir si elle allait me remettre ou non depuis la période de noël. Tout le monde ne tient pas un répertoire olfactif des personnes rencontrées comme je le fais. Lampe torche allumée et braquée sur la tête de la jeune fille, je lâche:

« T'as perdu les clés de chez-toi, ou tu glandes à la belle étoile ? »


Dernière édition par Bigby Rawlins le Jeu 30 Juil - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyVen 24 Juil - 0:37

L'ennuie d'un soirée Bloodyne & Bigby

C’est dingue comme le fait d’être seul dans un parc, en pleine nuit, par un temps très moche a de quoi joué encore plus sur le moral. Déjà qu’il n’est pas très haut, c’est dernier jour, là, j’avoue que c’est pire. En même temps en venir à pensé à la mort, c’est qu’il y a bien un souci. Peut-être aussi, c’est à cause de ce qu’il y a eu au bar dernièrement qui y joue beaucoup. Autant, j’ai toujours Wyn au travers de la gorge, autant ses mots prononcés, rien que dit penser me font terriblement mal.

Et s’il n’y avait que ça qui me faisait mal.

J’arrête de jouer avec mes colliers et me frotte le bras droit rempli d’égratignures assez profonde en tout genre. Voyez à quel point je sais rester calme quand les choses vont mal. Non, promis, je n’ai pas essayé de faire ça avec un rasseoir, j’avoue être folle, mais pas à ce point – quoi qu’avec ce que je pense, on peut en douter – j’ai juste voulu voir si mon bras pouvait encaisser le choc de plusieurs vitres à la fois. Une petite expérience tout sympa sous le coup de la colère. D’ailleurs, il le peut, par contre, c’est plus tard que ça devient insupportable quand les nefs lâches et que les douleurs se réveillent. Ce n’est pas encore passé sous le désinfectant tout ça, pas que j’essaie d’attirée le plus microbes possible m’en fin, à quoi bon. Je sais qu’à la première occasion, elles seront de nouveau ouvertes.

Je soupire longuement en me disant qu’il faudra bien, je trouve une solution à cette histoire. Mais, je ne me sens pas encore prête à aller le voir maintenant pour discuter. J’ai pris la fuite comme une voleuse, ce n’est pas pour rien. Et je pense qu’il est bien loin d’être stupide pour comprendre que j’ai envie d’être seul en ce moment. Quoique lui envoyer mon poing à la figure juste pour me soulager un petit coup n’est pas une chose à laquelle je dirais non, la toute suite. Mais bon, j’ai déjà fait un choix à ce niveau-là.

Alors que je m’apprête à me lever pour me dégourdir un peu les jambes, la violence d’une lumière qui m’aveugle me fait lâcher un juron et je me couvre les yeux d’une main, plissant légèrement les yeux. Quel est l’abruti sans cervelle qui ne pense pas aux yeux des autres bordels ?! Je ne peux même pas savoir à quoi ressemble cette personne, du moins tant qu’il – ou elle sait-on jamais – n’arrêtera pas de m’agresser avec sa torche. Et quand sa voix résonne enfin à mes oreilles, je pourrais prendre sa remarque sur le ton de la rigolade, haha très drôle Sherlock, mais impossible je plisse des yeux de plus belles.

Et puis je peine à savoir qui sait exactement. Je sais qu’elle me dit quelque chose, je sais que je l’ai déjà croisé quelque part. Mais la toute suite dans mon état me souvenir de quelqu’un est la dernière chose au monde qu’il faut me demander. Tout ce que je peux assurer, c’est qu’au son de sa voix, c’est une personne âgée et un homme qui plus est. Ce qui est déjà pas mal. Je n’en connais pas des masses de toute façon, alors le tour de la liste des connaissances devrait être vite vu. Néanmoins, puisqu’il n’a pas l’air de vouloir changer la direction de son arme aussi dangereuse, ce qui a de quoi m’agacer grandement, je finis par rétorquer calmement sans être trop agressive, ça se veut sur le ton de l’humour, mais c’est peine perdu aujourd’hui :
- Et toi alors, ce n’est pas un peu tard et dangereux de te promener seul dans un parc à ton âge ? Fait gaffe à ne pas perdre ton dentier en cour de route. Mais bon sang lâche cette foutue lampe de mon visage.
Je n’ai jamais insinué être de bonne humeur aujourd’hui, et puis me prendre par surprise comme ça n’arrange en rien les choses. Alors les bonjours, s’il vous plaît, merci, avec un grand sourire, il peut les carrer où je pense, avec toute ma sympathie bien sûr. En soit, ça ne change d’habitude.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyLun 10 Aoû - 18:21

On frappe d'abord et on discute ensuite
Un moyen comme un autre d'engager la conversation, et c'est un peu passé l'heure des politesses pour réfléchir à une approche délicate. Au moins plus délicate que de braquer une lampe allumée en pleine figure, on va dire. Pas que je remette en question le travail de mon flair, j'aime simplement pouvoir distinguer la personne à laquelle je m'adresse, aussi la puissance de la torche est largement adaptée, quitte à l'aveugler au passage. C'est d'ailleurs ce qui semble la faire réagir au quart de tour, alors que je me fais aussitôt incendier par la gamine.

« Et toi alors, ce n’est pas un peu tard et dangereux de te promener seul dans un parc à ton âge ? Fais gaffe à ne pas perdre ton dentier en cours de route. Mais bon sang lâche cette foutue lampe de mon visage. »

Que de mots doux à mon égard, je ne saurais par où commencer pour me sentir offusqué. Admettons que je l'ai légèrement surprise en l'agressant avec ma loupiote au beau milieu de la nuit, pas sûr que cela justifie les remarques sur mon âge pour autant. J'écarte finalement la lampe de son visage agacé et viens me poster en bout de banc pour m'appuyer sur le dossier, tout en fouillant mes poches de pantalon à la recherche de mon paquet. Moyennement envie de m'installer à côté d'elle, au risque de la secouer comme le distributeur à la prochaine remarque désobligeante de sa part. D'autant plus qu'elle ne fera tomber aucune boisson pour se rendre utile, par-dessus le marché.

« Rien n'a changé depuis noël, toujours aussi aimable. »

Je suppose que se montrer buvable n'avait pas sa place dans les bonnes résolutions de cette année. À moins que ce ne soit la mauvaise période du mois qui soit à blâmer pour son irascibilité. Et lorsque ce genre de réflexion vient de moi, à peine connu pour m'emporter à la moindre contrariété, c'est qu'il faut commencer à se faire du souci pour son comportement. Cigarette entre les lèvres, je lutte quelques secondes avec mon briquet pour l'allumer, avant de le ranger à sa place et de croiser les bras. Bon, je suis un peu mauvaise langue: même si elle n'était pas facile, elle aura été suffisamment coopérative pour me rendre service.

Le faisceau de ma lampe couvrant le banc et le côté de son occupante, je hausse un sourcil en discernant plusieurs coupures le long de son bras, encore rougeâtres, en nombre suffisant pour capter une légère odeur ferrique lorsque je m'y attarde. C'est donc sans crier gare que j'envoie une main derrière moi pour attraper son poignet et tirer son bras sous ma lumière, afin de mieux jauger l'étendue des blessures qui ne se limitaient pas seulement à ce bras-là. Eh bien, c'est très moche tout ça, sans parler de l'hygiène des plaies.

« C'est quoi ces marques, t'as été agréable avec d'autres gens aujourd'hui ? Ou bien c'est ton œuvre. »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyDim 16 Aoû - 1:25

L'ennuie d'une soirée Bloodyne & Bigby



Un jour, je finirais par me faire couper la langue pour m’a si belle amabilité envers les gens. Un jour, mais pas aujourd’hui. J’en ai encore besoin pendant un petit moment. La lampe sauvage qui m’incendie le visage fini par disparaître enfin et je lâche un soupir de soulagement. Il faut maintenant que je me souvienne de qui il s’agit avant de continuer de le descendre à coup de mot. Simple question de sécurité, vous voyez.
- Rien n'a changé depuis noël, toujours aussi aimable.
- On ne change pas les bonnes habitudes.
Être aimable n’était pas ma résolution principale de cette année toute façon. Mais au moins maintenant, je me souviens de qui sait avec cette simple évocation. Un homme grand, un adulte plus précisément, brun si mes souvenirs son bon, quoique ça, je ne pourrais plus le confirmer puisque je confonds les couleurs désormais. Un peu de barbe est qui avait une fille à qui il voulait offrir un cadeau. L’a été gentil de m’offrir un café en retour… Son nom… Je l’ai sur le bout de la langue, mais… Ça commençait par un B. Bigy ? Biny ? Bounty ? Bounty, mais non ce n’est pas à manger… Big… Big… Bigby ! Investi dans un nom plus commun, ça évitera que je me crame la cervelle pour m’en souvenir.

J’entends le bruit du briquet et me dis que sa cigarette ne dure pas des masses avec le temps qui tourne dangereusement vers l’orage. Je vais me chopper une crève et lui pourra dire adieu à sa clope. Chacun son petit souci. Je devrais voir le bon côté des choses ça me fait un peu de compagnies sans pour autant broyer du noir. Mais si j’en voulais réellement, je serais déjà à la maison en présence de la seule personne que j’ai vraiment envie de voir. Alors que je réfléchis à tout ça, je sens une main qui empoigne mon bras subitement et je tourne à tête en direction du responsable en haussant un sourcil. Qu’est-ce qu’il y a ? Pour une fois que je n’ai encore rien dit de sanglant…
- C'est quoi ces marques, t'as été agréable avec d'autres gens aujourd'hui ? Ou bien c'est ton œuvre.
Je retire mon bras brusquement, un peu frustré en lâche un faible petit « non » qui se veut tout sauf crédible. Bien évidemment que c’est mon œuvre, et non pour une fois, je ne me suis pas défoulé sur le premier venu. Mais ça, je me vois mal l’expliquer à une personne que je connais à peine. En même temps qu’est-ce que je pourrais bien dire ? Que mon « fiancé » s'est pris une et pas un, témoin, que ça a tellement tourné au drame que j’ai pété les plombs et que je peux dire adieu à un éventuel mariage ? Non, vue sous cet angle, je passe pour la folle, hystérique du couple. Non merci. Déjà que je n'en suis pas fière non plus. Autant pour les dégâts causer à ma maison que les plaies. Mais moi est la douceur sous le coup de la colère, c’est loin, très loin, d’être une chose compatible. Alors au final, je donne la seule raison plausible qui me passe par l’esprit :
- Je suis tombée. Dans un buisson. Et comme tu peux le voir le résultat n’est pas jolie. Rien de plus.
Mais c’est qu’il est mignon le mensonge. D’un autre côté si mes blessures n’étaient pas aussi profondes, j’aurais vraiment pu faire passer ça pour un simple petit buisson sauvage qui traîner au milieu de mon chemin. Mais j’aurais eu l’air d’une cruche qui ne regarde pas ou elle marche. Enfin, au final, c’est un peu comme ça, je présente la situation avec ce que j’ai dit. Je finis par enchaîner, parce que je ne tiens pas vraiment à m’attarder sur le sujet :
- De toute façon, en quoi ça te regarde ? Tu te fais du souci pour moi maintenant. Ou tu joues les gentils pour obtenir encore de l’aide pour quelque chose en particulier ? Histoire que je sache à quoi m’attendre, tu vois.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyMar 1 Sep - 19:13

On frappe d'abord et on discute ensuite
Ces blessures porteraient facilement à confusion. Il faut dire que la propriétaire de ces deux bras n'est pas exactement la plus agréable des gamines, plus encore lorsqu'elle semble avoir un pet de travers comme cette nuit. Et d'un autre côté, les marques ne sautent pas aux yeux comme étant le résultat d'une mauvaise rencontre, à moins qu'elle ne soit tombée sur un adversaire aux couteaux aiguisés et à la précision très approximative. Du peu que je sache d'elle, cela pourrait tout aussi bien trahir quelques tendances suicidaires. Mais vous m'excuserez si à cette heure-là, je ne reçois plus de patients à mon cabinet de psy. Elle n'est pas disposée à prendre rendez-vous de toute façon.

« Je suis tombée. Dans un buisson. Et comme tu peux le voir le résultat n’est pas joli. Rien de plus. »

Et il avait des lames de rasoir à la place des branches, ce fameux buisson ? Je finis par éteindre la lampe torche avant de la remettre à ma ceinture, puisqu'elle abime à ce point les petits yeux fragiles de la jeune fille, et j'ai assez constaté l'état de ses membres comme ça. Je ne pense pas avoir demandé un compte-rendu détaillé de l'exploit qui l'avait amoché autant, mais bon, le message est passé, je n'aurai rien de plus consistant à me mettre sous la dent. Aussi pour couper court à ma curiosité, la miss enchaîne aussitôt:

« De toute façon, en quoi ça te regarde ? Tu te fais du souci pour moi maintenant. Ou tu joues les gentils pour obtenir encore de l’aide pour quelque chose en particulier ? Histoire que je sache à quoi m’attendre, tu vois. »

Plus défensive qu'un château fort. Je fronce les sourcils à sa remarque.  "Jouer les gentils", c'est donc tout ce que j'ai fait à noël d'après elle ? Pour une fois que j'ai le malheur de montrer un soupçon d'intérêt à l'égard de quelqu'un, à fortiori lorsque je lui tombe dessus au beau milieu d'un parc à minuit passé. Ça m'apprendra à faire des efforts tiens. Pour la peine, je reprends possession de la lampe et viens taper le sommet de la tête blanche avec, comme pour punir un chiot d'une pichenette sur le museau parce qu'il avait aboyé trop fort. Néanmoins, dans mon infinie bonté, je lui fais grâce de ce genre de traitement canin pour cette fois, parce que je sais que ce corniaud-là serait capable de me mordre.

« À me traiter de vieux, ne t'étonne pas si je te traite comme un bébé en retour. »

J'en ai déjà eu un, et qui plus est, loin d'être de tout repos. Alors pour ce qui est de veiller tard en subissant toutes sortes de caprices, je suis largement rodé. Tirant une longue bouffée sur ma cigarette, je décolle finalement du dos de ce confortable banc et commence à m'éloigner, non sans lâcher à l'égard de la jeune fille en guise d'adieu:

« Je suppose que je suis tombé dans la mauvaise période du mois pour t'adresser la parole, à moins que tu n’aies pris la tête de ton petit copain et qu'il t'ait envoyé chier. L'un ou l'autre, je ne vais pas rester ici pour subir tes petits caprices. »

Un « Merdeuse. » dépasse ma pensée et s'échappe sous la forme d'un marmonnement agacé avant de replacer la clope entre mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyJeu 3 Sep - 9:41

L'ennuie d'une soirée Bloodyne & Bigby



Plus gentille que ça tu meurs.

Désolé, pas en état de le prendre avec des pincettes. Fallait simplement me laisser tranquille dans mon coin, c’était trop demandé peut-être ? Surement. Pour une fois que je n’embêter personne et que je m’occuper tranquillement de mes affaires, on trouve tout de même le moyen de me faire chier. Hallucinant. Je proteste après quoi mon mécontentement en lâchant « Aieuuh ! » Sèchement quand la lampe s’écrase sur ma tête. Je ressemble à un défouloir ? Pas parce que je l’ai traité de vieux qu’il faut toute suite sortir les grands-mots et me voir comme un bébé, mais donnant, donnant dira-t-on. Je me frotte légèrement la tête en le regardant partir. Enfin un peu de paix tient, pas trop tôt.
- Je suppose que je suis tombé dans la mauvaise période du mois pour t'adresser la parole, à moins que tu n’aies pris la tête de ton petit copain et qu'il t'ait envoyé chier. L'un ou l'autre, je ne vais pas rester ici pour subir tes petits caprices.
Non mais de quoi je me mêle. Je soupire en roulant les yeux au ciel. Je n’ai jamais demandé à ce qu’il vienne me voir, si monsieur n’est pas content de mon caractère actuel fallait passer son chemin. Voilà que le tout se sera encore de ma faute, tient.

Minutes, merdeuse ?

Pas très audible, pas non hurler, mais suffisamment compréhensible pour que je l’entende, voulut ou non. Je fronce légèrement les sourcils. Sur tout ce que je me suis pris en pleine tronche, c’est ce qui vient m’énerver le plus dans le lot. Dire ce que je pense tout haut fait de moi une merdeuse donc ? Je me lève du banc et vers la direction qu’il a prise en suivant la lumière de sa lampe. Au fond, je sais que c’est très bas la façon dont je compte réagir en particulier pour si peu. Mais j’ai tellement besoin et envie de m’acharner sur quelque chose, que sa simple réflexion suffit à me convaincre d’avoir une bonne raison de faire ça.

Pour preuve que le vent se lève, d’abord gentiment comme si le temps été en train de tourner subitement, puis d’un grand coup de main le tout s’en va dans ce on ne peut plus muscler, histoire de le faire rouler sur l’herbe de quelque petit centimètre. J’espère au moins pour lui que ce n'était pas ses vêtements favoris du soir. Je contourne ensuite le banc pour m’en approcher un peu.
- Fait gaffe à ce que tu marmonnes. Pour te plaindre que je suis une merdeuse, tes franchement pas mieux petits cons !


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyVen 4 Sep - 13:57

On frappe d'abord et on discute ensuite
D'accord, c'était assez gratuit. Mais vu l'heure et le caractère difficile de la gamine, l'épuisement de ma réserve de patience aura eu raison de ma retenue. Et je pensais vraiment qu'il fallait disposer d'une ouïe aussi sensible que la mienne pour comprendre ce que je maugréais à moi-même. Preuve en est que non, sauf que là où je m'attendais éventuellement à une crise d'hystérie de la part d'une adolescente susceptible, seul le sifflement du vent se fait entendre dans mon dos. Merde... je connais ce son-là.

Subitement en alerte malgré la fatigue, je me retourne aussitôt vers la jeune fille laissée derrière moi, dont les mouvements de mains confirment alors mes soupçons. Sérieusement, une chieuse doublée d'une Élémentis d'air pour me courir sur le haricot, il ne manquait plus que ça. À défaut de le distinguer, je peux clairement entendre le vent se renforcer puis filer dans ma direction. Mais je suis incapable de bouger pour l'esquiver, comme si mes jambes s'étaient profondément enfoncées dans le sol. Non, pas que mes jambes en fin de compte: mon corps tout entier s'est paralysé sur place, me faisant endurer de plein fouet la projection d'air qui m'envoie lourdement au sol. Le déclic de cette chute dans l'herbe m'oblige enfin à me relever et à aller trouver refuge derrière le premier tronc d'arbre à proximité, avant que d'autres attaques ne fusent.

« Fais gaffe à ce que tu marmonnes. Pour te plaindre que je suis une merdeuse, t'es franchement pas mieux petit con ! »

Je ne relève même pas l'insulte qui ponctue ses menaces, trop occupé à me remettre de l'attaque. Putain, c'était quoi cette réaction de tout à l'heure. J'en ai le front en sueur et la respiration beaucoup trop rapide, tout ça pour... ni plus ni moins qu'un courant d'air. Affligeant. M'essuyant le visage d'un revers de bras, je tends l'oreille afin de guetter les mouvements de la jeune fille, dans l'attente d'une ouverture. Je ne vais quand même pas invoquer Sharp pour affronter une gamine ? Néanmoins, elle possède l'avantage d'avoir une vision moins merdique que la mienne. Y serait temps que la ville investisse dans un système d'éclairage plus puissant, ça me faciliterait énormément les choses, d'ici la prochaine fois qu'une enquiquineuse se mette en tête de me décoiffer à la moindre remarque désobligeante. D'une main à la ceinture, je constate également que c'était la roulade de trop pour mon estimée lampe-torche, désormais contraint à gérer avec l'obscurité. J'aime quand tout me sourit de la sorte.

Après avoir estimé la distance qui me séparait des fourrés que j'aperçois un peu plus loin, je prends finalement la décision d'invoquer le loup dans cette zone-là, comptant sur la hauteur des buissons ainsi que sur son pelage sombre pour le camoufler le temps qu'il faut. Je quitte ensuite ma cachette végétale afin de faire face à Bloodyne -je le tiens enfin, ce foutu nom qui m'avait échappé-, non sans montrer les dents.

« On ne t'a jamais appris à respecter tes ainés, hein ? Je veux bien m'en charger. »

Armé de ma lampe cassée, c'est un premier projectile que je balance avec force sur l'adolescente. Si cela peut m'acheter quelques secondes d'attention détournée pour me laisser le temps d'approcher, alors je prends volontiers. Puis je me mets à courir vers elle, en espérant pouvoir capter assez rapidement les formations d'air qu'elle préparera pour les esquiver à temps. D'ici là, Sharp devrait avoir fait le tour dans les arbustres et arriver dans son dos, où il pourra ensuite l'envoyer à terre et la maîtriser pour moi. J'ose me dire qu'il n'évalue pas la menace au point d'avoir à y mettre les griffes et les dents au moment d'intervenir. Faudrait pas que je laisse un cadavre déchiqueté au beau milieu du parc avant de retourner à l'hôtel.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyVen 4 Sep - 17:10

L'ennuie d'une soirée Bloodyne & Bigby



Bon, j’avoue, j’ai failli dire « vieux » à la place de petit. Mais je me suis ravisé à temps. Pas la peine d’en rajouter une couche. Le tout, va déjà dégénéré dans peu de temps. À moins qu’il ne décide de prendre ses jambes à son cou et de s’enfuir le plus vite et loin possible d’ici. Disons que maintenant qu’il est caché derrière un arbre, c’est le genre de réaction totalement plausible. Mais qui sait, peut-être pas. Après tout au vu de son physique imposant, je le vois mal détaler comme un lapin pour si peu. Je sais que j’ai une grande gueule, mais certainement pas au pont que ce soit suffisant pour arriver à ce qu’on me laisse en paix si facilement.

Au final monsieur décide de montrer le bout de son nez, arrêtant de ce planqué derrière l’arbre. Loin d’être content de ce que je lui ai fait subir à première vue, mais j’assume. J’espère avoir suffisamment ressources pour encaisser les coups. Au pire, eh bien… Je dirais que j’ai dégringolé dans l’escalier. Pourquoi pas, un peu plus ou un peu moins, de toute façon, je suis bien tombé dans un buisson alors bon.
- On ne t'a jamais appris à respecter tes ainés, hein ? Je veux bien m'en charger.
- J’ai perdu certain point de ma gentillesse en grandissant. Ne m’en veux pas trop, t’a du boulot.

Ainé ou pas, personnellement, j’ai toujours eu un peu de mal avec cette histoire de respect qu’on doit offrir a plus vieux que soit. Enfin, je dirais particulière pendant l’âge où c’était difficile d’écouter quelqu’un autre avoir raison. Mais bon, ça ne veut pas dire que c’est forcément mieux aujourd’hui. Puisqu’il a envie de venir droit sur moi, j’essaie de créer le plus rapidement que je peux une tornade à lui lancer droit dessus. L’air accepte de coopérer, mais pas au point que je le voudrais, disons qu’elle n’apparaît pas aussi grande que ce qu’il faudrait. Mais soit ce sera toujours ça. Elle part donc droit sur la cible, mais comme la taille n’est pas si imposante que ça, il lui suffit de courir d’un côté comme de l’autre pour l’éviter. Ce qui arrive puisque ma création foireuse par simplement s’écraser contre l’arbre où il était caché quelque instant plutôt.

Je m’empresse donc d’en faire une deuxième. Mais le soudain bruit d’un craquement me fait légèrement tourner la tête derrière moi et j’en perds la concentration sur mon attaque qui disparaît, je n’ai pas vraiment le temps de réagir pour m’enfuir ou même juste me décaler de quelque pas, que je ne sais d’où ni comment quelque chose ce cogne contre moi dangereusement pour me faire ensuite tomber au sol. Le seul réflexe assez rapide que j’arrive à avoir, c’est de me protéger le visage avant la chute. C’était quoi ce bordel ?

Ça fait mal, mais je suis ravie qu’il y ait au moins un peu d’herbe sous moi, toujours plus agréable que le béton. Je reste au sol avec un poids sur le dos. Le visage enfouis dans mes bras pour éviter de me prendre un coup surprise au visage, je bouge dans tous les sens pour m’en débarrasser, mais ça ne sert strictement à rien. Ce n’est pas loin d’avoir le poids d’un sumo, même si je n’en connais pas le chiffre exact, dieu sait que c’est lourd ces machins-là. D’ailleurs, c’est quoi exactement ? À part une ombre assez sombre et peut-être deux yeux, je ne suis pas très sûr de ce que j’avance. Du fin fond de mes bras, avec une voix qui parait lointaine, j’essaie de me débarrasser oralement du sumo.
- Pousse-toi espèce de balourd ! Je ne t'ai rien fait, ce n’est pas toi que je veux taper ! Alors dégage, tu m’exploses le dos ! … CASSE-TOI !


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] EmptyMar 15 Sep - 16:23

On frappe d'abord et on discute ensuite
Opérer inversement et laisser Sharp retenir toute l'attention de l'Élémentis, tandis que j'approcherais pour la maîtriser une fois pour toute, aurait tendance à réduire davantage les risques encourus, en particulier face à un élément qui ne manque pas de m'emmerder. Mais comme elle, profiter de l'effet de surprise autour de ma capacité afin de la surprendre le moment venu me paraît plus approprié. Alors je fonce, et malgré l'obscurité et cette boule qui me noue les tripes, je parviens à déceler l'espèce de tornade qu'elle est en train de préparer. Le fait d'en avoir vu des bien plus impressionnantes que celle-là me permet de continuer malgré tout, et même de l'esquiver avant qu'elle ne m'atteigne. C'est vrai qu'à son âge, elle ne doit pas être en mesure de déclencher de gigantesques cyclones non plus. Une autre attaque tente de prendre forme, mais deux billes jaunes, brillant dans le noir derrière la gamine aux cheveux immaculés, m'indiquent que je n'aurai pas besoin de l'éviter.

Sa présence est d'abord trahie par un craquement, pourtant son intervention se révèle être une réussite, puisque le loup parvient à jeter Bloodyne à terre d'un bond puissant dans son dos. Les quatre fers sur elle pour l'épingler au sol, je ralentis à présent ma course en allant rejoindre l'animal et son nouveau paillasson, vraisemblablement irritée par la manière dont il l'avait plaquée. Il faut dire qu'il fait rarement dans la dentelle lorsqu'il s'agit de maîtriser un assaillant, on ne peut plus rodé par des adversaires beaucoup plus balaises que ce que la carrure de l'adolescente pouvait opposer comme résistance. Cette dernière se met encore à râler du traitement réservé par mon compagnon:

« Pousse-toi espèce de balourd ! Je ne t'ai rien fait, ce n’est pas toi que je veux taper ! Alors dégage, tu m’exploses le dos ! … CASSE-TOI ! »

Et dire qu'elle arrive à se montrer désobligeante même avec les bestiaux. Une chance que ce ne soit pas le genre de commentaires à atteindre Sharp dans sa fierté animale, auquel cas je n'aurais pas fini de le rassurer quant à sa forme olympique. Je conçois malgré tout qu'un loup de cette taille doit être assez difficile à supporter quand on l'a sur le dos, en particulier si on pèse soi-même à peine plus que lui. Arrivé au niveau du duo bien parti pour s'apprécier, je caresse la tête du premier en signe de reconnaissance, puis m'adresse à la seconde sur un ton moqueur.

« Il ne comprend que lorsqu'on le lui demande gentiment.
Sharp, assis.
»

L'animal s'exécute docilement, comme s'il eût été présenté devant le juré d'un concours canin, en espérant qu'elle le trouve toujours aussi balourd une fois confortablement installé. Un brin immature, je sais, mais maintenant que j'ai droit à un temps de tranquillité et sans avoir à m'inquiéter de suite de nouvelles rafales de vent, il n'y a pas de raison pour que je n'en profite pas un peu. N'oublions pas que j'avais promis une leçon à cette casse-pied, aussi le poids du respect peut très bien continuer à lui peser quelques minutes supplémentaires avant que je ne me décide à l'en décharger, ou qu'elle trouve le moyen de s'en défaire d'elle-même. En attendant cette libération, je m'en vais retrouver à l'odeur la cigarette qu'elle m'avait fait lâcher sous le premier coup d'air essuyé, nettoyant son extrémité d'un air ennuyé.

« Dis-moi quand tu seras prête à te montrer plus sympathique, on verra alors s'il accepte de descendre de ton dos. »


Dernière édition par Bigby Rawlins le Jeu 24 Sep - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty
MessageSujet: Re: On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]   On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
On frappe d’abord et on discute ensuite ? [Pv Bigby]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Archives 2014 - 2019 :: Les RPs 2015-