Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021

Partagez
 

 Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptyLun 16 Nov - 21:17


Love at first sight
Imagine me and you,
I do, I think about you day and night, it's only right, to think about the girl you love and hold her tight.
So happy together.


• Un café, •
• cela n'engage à rien •




Le mouvement de pédalier de la machine à coudre s'arrête. D'un œil attentif, tu vérifies minutieusement les points de ta dernière création, sur laquelle tu travailles depuis hier, avant de la jeter par terre avec négligence. Une énième robe qu'elle ne portera pas, tu le sais bien pourtant. Un doigt piqué logé entre tes lèvres pour nettoyer le sang qui en perle, tu baisses les yeux dessus, un mélange de lassitude et de déception accroché sur le visage. Trois, peut-être quatre jours que tu te berces d'illusions, il vaudrait sans doute mieux passer à autre chose. Ta colonne vertébrale, malmenée par les heures passées assis, craque en continu lorsque tu t'étires, sifflotant l'air de La Mer au rythme du tourne-disque tandis que tu te lèves pour aller voir ce que tu allais te mettre sous la dent. En l'occurrence, pas grand chose. L'idée d'avoir à demander de sortir pour faire quelques courses te fait pousser un soupir ennuyé. Non pas que tu ne saches apprécier les sorties que l'on t'accordait, aussi bien dans le cadre du travail que les autorisations exceptionnelles de flâner. Seulement le marché, hautement fréquenté en ce dimanche, n'était pas ta destination préférée. Mais puisqu'il s'agissait du dernier endroit où trouver de quoi t'alimenter, tu n'as d'autres choix de que t'y rendre.

...

Un manteau long ne fut pas de trop pour faire face aux températures, et ce n'était pas le seul moyen dont tu t'étais prémuni avant de t'extirper de ton sous-sol. Les bandages enroulés autour de ta tête cachent habilement les brûlures qui altèrent le côté droit de ton faciès, afin de ne pas choquer les petites gens sur le chemin. Et de ton unique œil bleu exposé, tu les scrutes sans pour autant les considérer. Ils forment davantage une masse homogène de vagues silhouettes, allant et venant dans un brouhaha ininterrompu. Absent, les pensées qui tournent en rond dans ta caboche fêlée subissent le contrecoup de ton traitement, certes moins dosé depuis plusieurs mois, mais toujours aussi assommant. Il y a certains moments où tu as la sensation de n'être qu'une coquille vide. Vide d'émotions, vide de passion, celle-là même qui a coûté des années de ton existence, remise entre les mains de ceux qui se fourvoyaient à penser en faire quelque chose. Une pâte à modeler qui perd de sa consistance après chaque nouvelle utilisation. L'analogie t'est justement venue en manipulant des fruits exposés, que ta poigne a déformé en essayant d'estimer leur maturité comme le faisaient les gens autour de toi. La raison t'échappe, d'ailleurs, tu n'en as jamais été un grand consommateur. Un sourcil haussé à ce rappel personnel, tu finis par t'éloigner du stand et cherches plutôt ce qui vient à manquer dans ton réfrigérateur.

Soudain, et bien qu'éclipsée par toutes ces têtes qui la dépassaient, tu l'aperçois. Elle, ta Muse, ici-même, dont la beauté te coupe simultanément le souffle et les jambes. Si belle, plus belle encore sous le soleil de midi qu'elle ne l'était la première fois que tu l'as rencontrée. Te souviens-tu ? Évidemment que tu t'en souviens. Son image est incrustée dans ta mémoire depuis le jour où tu as interrompu, par erreur, la consultation d'Aston dans son bureau avec cet ange de lumière. Et voilà qu'elle t'apparaît enfin, en chair et en os, mêlée à cette foule de misérables, indignes de sa majesté dont ils ne semblent avoir cure... Au moins ne la souillent-ils pas de leurs petits yeux porcins. Sa pureté devrait être préservée, pour le jour où elle la cédera à son époux. La douceur émanant de son être te transporte comme sur un nuage dans sa direction, mais tu prends grand soin à ne pas te rapprocher d'un peu trop près. À distance raisonnable pour voir sans être vu, tu ne fais même pas mine de regarder les étals histoire de te fondre dans le décor. Impossible: toute ton attention est retenue par la blondeur de sa chevelure, qui virevolte au gré de ses déplacements légers, flottés. Elle n'imagine pas une seule seconde être la cible de ton adoration, ni ce à quoi ton cœur aspire à mesure que tu la contemples en silence.

Ses pas la font maintenant quitter le marché, les bras chargés par deux sacs de nourriture. Allons, presse-toi, il ne faut pas la laisser partir ! Qui sait quand l'opportunité se représentera de nouveau, qui sait combien d'occasions te passeront sous le nez tandis que tu croupis chez toi, entre les cadavres et les aiguilles à coudre, à rêvasser de ce que l'avenir aurait eu à vous offrir. Une dizaine de mètres te séparent de ton insouciante promise, qui n'a sans doute en tête que la façon dont elle cuisinera ses aliments frais pour se préoccuper de ta démarche lourde dans son dos. Du bout de tes doigts abîmés, tu replaces minutieusement le nœud papillon serré autour de ton cou avant d'épousseter ton veston. Tu fais en sorte d'être présentable pour aller l'aborder, mais il semblerait que le sort ait envie de jouer en ta faveur aujourd'hui. L'un des sacs bien remplis vient tout à coup de se déchirer, déversant une bonne partie de son contenu aux pieds de sa très embêtée propriétaire. Le désarroi de cette dernière motive alors ton élan chevaleresque à venir te porter au secours de ta princesse, à qui tu t'adresses aimablement tout en te penchant pour ramasser la pomme qui avait roulé jusqu'à ta chaussure.



❝ Laissez, mademoiselle. Je vais m'en occuper. ❞

À ces mots, le fruit déserteur en main, tu rejoins la jolie jeune femme, tire sur le tissu de ton pantalon au-dessus des genoux afin de t'accroupir et commence à ramasser les courses éparpillées. C'est à elle que reviendra l'opportunité de te reconnaître, même dissimulé sous tes bandages. Après tout, tu n'as pas exactement un profil que l'on oublie de sitôt.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptyMar 17 Nov - 22:23


Un café, cela n'engage à rien.
Feat. Eddie

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Tumblr_n3xel3batq1roihxco1_r2_500_by_snazzyjazzyxo-d7mr2zh

[Mauvaise manip, modification en cours...]
-  

-


© By A-Lice sur Never-Utopia



Dernière édition par Angel Jenkys le Sam 21 Nov - 17:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptyJeu 19 Nov - 19:12


Love at first sight
Imagine me and you,
I do, I think about you day and night, it's only right, to think about the girl you love and hold her tight.
So happy together.


• Un café, •
• cela n'engage à rien •




Les produits frais s'accumulent dans tes paluches de géant au fil de ta collecte, les essuyant occasionnellement sur tes vêtements pour les décrasser, même si tu te doutes qu'ils seront nettoyés avant d'être préparés. Elle les ramassait aussi de son côté, reconnaissante, en silence, de l'aide apportée. Comme le fameux chapitre de rencontre d'un roman à l'eau de rose, tu espérais secrètement que vos mains s’effleurent au moment de ramasser le même aliment, grand rêveur que tu es. C'est là que le contact, comme un courant électrique, pique habituellement les protagonistes principaux et les pousse à échanger un de ces regards qui semblent durer une éternité. Un tel regard, ta Muse n'est pas en mesure de te l'accorder, car tu as remarqué son arrêt bref sur les bandes qui te dissimulent, ainsi que l'extrême politesse dont elle fit preuve en évitant de te dévisager avec plus d'insistance. Tu t'interroges, l'espace d'un instant, sur la nature de sa réaction si ta peau mutilée avait été à nue, mais étant donné qu'elle n'en avait pas fait grand cas la première fois que vous vous étiez vus, tu imagines qu'elle ne se serait pas montrée particulièrement désobligeante.

Son fardeau alimentaire dans les bras, vous vous remettez debout tous les deux une fois la récolte terminée. La belle te fait ensuite ses plus plates excuses, le regard fuyant, pour avoir eu l'impertinence de te détourner de ta route suite à son accident de cabas, pensant avoir perturbé le riche programme de ta journée. Par chance, tu n'allais pas lui en tenir rigueur, n'est-ce pas ? Son embarras te faisait fondre sur place comme neige au soleil, quand bien même l'hiver commençait seulement à pointer le bout de son nez. Cette nuance rosée qui orne ses pommettes relève le bleu de ses grands yeux au point de vouloir t'y noyer tout entier. Elle paraît si fragile, menue comme elle est par rapport à toi, qui la surplombes de plus d'une tête lorsque tu te tiens devant elle. Tu pourrais la soulever dans les airs aussi aisément qu'une plume, et la porter sur ton épaule sans en être incommodé, si tu le souhaitais. D'une voix doucereuse, tu t'en vas donc la rassurer sur le tort qu'elle était loin d'avoir causé. Bien au contraire.



❝ Oh, ne vous excusez pas. Je ne suis pas le genre d'hommes à
passer mon chemin devant une jeune femme en difficulté. ❞

Ceux-là manqueraient à leurs obligations. Toute femme a besoin d'un homme pour l'assumer, qui sache prendre les choses en main, et cela passait notamment par ces petites attentions particulières à lui accorder. Ta douce compagnie ne faisait pas exception. D'aussi loin que peuvent remonter tes souvenirs, tu as toujours pris à cœur de traiter tes conquêtes avec les manières qui s'imposent, inhérentes à tout gentleman qui se respecte. Il est vrai également que tu as été forcé d'inculquer aux plus indisciplinées d'entre elles des valeurs qui leur faisaient défaut, autant que ton devoir, en tant que mari dévoué, le demandait. Là où les sots assimilaient tes méthodes à de la brutalité, tu ne voyais ni plus ni moins qu'un renforcement de l'éducation sur les points essentiels du mariage à respecter... Pour leur bien avant tout. Tu auras ainsi appris à tes dépends que certaines ne méritent tout simplement pas ton affection et qu'il était peine perdue de chercher à les sauver. L'amour, comme bien des choses, n'était pas fait pour tout le monde.

Avec Elle, ce serait différent, tu le sens. Elle est une rose blanche à mettre dans le plus précieux des vases, à l'abri des incivils qui foulent la terre de leurs pieds fourchus. Une fleur délicate à arroser d'amour et d'eau fraîche. Il se peut qu'elle perde quelques pétales malgré la bienveillance dont tu feras preuve, mais jamais elle ne perdra en beauté à tes yeux. Puisque tu ne peux te permettre de la cueillir pour le moment, ton corps se meut vers l'unique sac de courses ayant gardé son intégrité intacte afin de le ramasser par les poignées. Tu es prêt à le tendre à sa propriétaire, puis la laisse constater d'elle-même la difficulté d'accomplir cette tâche seule, compte-tenu de ce qui encombre déjà ses bras pour aller s'alourdir encore d'un sac entier. Ne serait-il pas plus judicieux de l'accompagner sur le trajet du retour pour lui éviter de voir ses biens étalés sur le sol une seconde fois ? Il se trouve que tu as justement du temps libre devant toi pour lui accorder ce généreux service.



❝ Voulez-vous que je vous aide à porter vos courses ? Deux bras
supplémentaires ne seraient pas de trop pour remplacer ce sac
déchiré. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptySam 21 Nov - 17:19


Un café, cela n'engage à rien.
Feat. Eddie

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Tumblr_n3xel3batq1roihxco1_r2_500_by_snazzyjazzyxo-d7mr2zh

La dame de glace releva ses grands yeux bleus quand l'homme lui dit d'un voix qui se voulait rassurante que ce n'était pas la peine qu'elle s'excuse. Et qu'apparemment il était le genre de gentleman qui se veut être très serviable et poli avec les demoiselles en détresse comme elle. Il était à présent debout devant elle et pû constater qu'il était bien plus grand qu'elle et que ses habits étaient quelques peu.. Rapiécés. Elle trouva cela original, de lui émanait une certaine classe et ce mélange la fit esquisser un léger sourire. Elle remarqua également qu'il devait être plutôt baraqué, puisque ses vêtements, bien qu'ils n'étaient pas non plus moulant, laissaient tout de même deviner un bon entretien physique.  Cependant, elle ne pouvait d'empêcher d'imaginer quel visage se cachait sous tant de bandages. Elle trouvait cela dommage que la bataille ait pû abîmer quelqu'un surtout que le visage devait être l'un des endroits les plus difficiles à assumer. Elle détourna une fois de plus le regard quand elle se surprit en train de le fixer durant sa réflexion. Il devait sûrement se sentir mal-à-l'aise. Quelle bêtise n'avait-elle pas fait là. Elle s'en voulut et se promis de lui en parler pendant le trajet, car il lui proposa de l'aider à ramener les courses chez elle, car évidemment avec tous ce qui se trouvait dans ses bras, elle ne pouvait pas assumer un sac en plus de cela.

Ses joues rougirent une fois de plus. Elle se retrouvait embarrassée, elle ne voulait vraiment pas gêner cet homme, mais elle n'avait pas le choix étant donné la situation et puis, il lui avait proposé cela tellement de bon cœur qu'elle ne pouvait se permettre de refuser cette aide précieuse. Elle regarda le seul œil qui était apparent et sourit à son sauveur.

- Avec plaisir Monsieur, il est vrai que deux gros bras seraient parfaitement adaptés à la situation. Mais.. Etes-vous sûr que cela ne vous dérange pas ?
Le marché devait se terminer, puisqu'une petite foule de gens s'affaira dans la rue. Elle se décala alors, faisant signe à l'homme de faire de même pour ne pas qu'ils se fassent bousculer, puis finalement ouvrit la marche en direction du quartier des Domae. Elle prit une inspiration, puis se retourna pour attendre son sauveur afin qu'elle puisse marcher à sa hauteur et qu'elle puisse comprendre qui il était.
- Puis-je connaître le nom de mon sauveur du jour, si cela n'est pas indiscret bien sûr ?
Elle émit alors un petit rire, son ton était quelque peu amusée. Elle cherchait sûrement à détendre l'atmosphère, car elle avait encore un peu de mal à rencontrer des gens, surtout que des gens sans visage était quelque peu troublant. Elle le regarda alors en coin, gardant un petit sourire sur ses lèvre, mais malgré tout, avec les joues rosies, trahissant quelque peu son angoisse.

© By A-Lice sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptyVen 27 Nov - 18:45


Love at first sight
Imagine me and you,
I do, I think about you day and night, it's only right, to think about the girl you love and hold her tight.
So happy together.


• Un café, •
• cela n'engage à rien •




La mise à disposition de ta force physique enchante grandement ta belle, qui te le fait savoir par un beau et éclatant sourire. Bien que ta proposition la soulageait sans l'ombre d'un doute, elle ne put s'empêcher encore de s'inquiéter à l'idée de t'incommoder, ce à quoi tu hoches négativement la tête pour la rassurer. Nul besoin de remettre tes bonnes intentions en question, car enfin, tu n'es animé que par la volonté de te montrer serviable. Vous vous écartez un instant du milieu de la route afin de laisser une masse de passants la traverser, puis tu la suis comme une lumière éclairant ton chemin dans l'obscurité, son sac à bout de bras, te laissant guider par sa lueur chaleureuse en direction de son domicile. Le gentil duo que vous formez commence ainsi à s'éloigner de la place du marché, tel un charmant petit couple prêt à passer derrière les fourneaux une fois arrivé à la maison. Un couple qui ignore jusqu'à l'identité de l'autre, mais ne nous arrêtons pas à ce genre de détails, puisque ton petit oiseau au plumage bleuté vint justement s'enquérir de cette information essentielle. Et ce rire, oh ce joli rire cristallin qui fait écho dans la ruelle que vous quittez, tu voudrais l'enregistrer afin de pouvoir le réécouter en boucle, encore et encore. Le sauveur que tu es ne la laisse plus longtemps dans l'attente d'une réponse.



❝ Absolument. Je me nomme Edouard, Edouard Hope. ❞

Ne jamais donner ton nom, pour sûr, tu ne l'as pas oublié. À ce qu'il paraît, deux affaires judiciaires sont définitivement liées au nom de Gluskin, ce qui t'empêche formellement de le mentionner en dehors de tout contact avec le Gouvernement, quand bien même les faits se soient produits entre vingt et trente ans en arrière. Au fond, ce n'est pas très grave. Cela te permet, d'une certaine façon, de le réserver pour la femme de ta vie, avec laquelle tu écriras une histoire cent fois meilleure pour redorer ce maudit patronyme. Ton regard attiré par les reflets platines de sa crinière tressée, tu remarques un peu plus bas la gêne encore pendue à ses jours. L'impressionnerais-tu ? C'est que tu t'en voudrais tant de la rendre mal à l'aise en ta présence, même si tu te fais bien une idée de ce qui la taraude depuis qu'elle a posé les yeux sur toi.

Ces bandages, s'ils ne s'annoncent pas très rassurants à première vue, sauvent néanmoins les apparences. Mais toi, tu as cessé depuis longtemps d'être complexé par ces marques, au contraire, tu en joues auprès de ta dulcinée pour attirer la sympathie que ta personne victimisée serait en droit de recevoir. Oh, il arrive qu'elles te fassent encore souffrir par moments et que tu ne saches plus retenir tes ongles de griffer à sang ta peau mutilée. Tout ça à cause de cette petite pute insolente ! Non, non. L'heure n'est pas à fulminer sur tes anciens amours. Tu te trouves en si belle, si préférable compagnie aujourd'hui qu'il serait regrettable de gâcher cet instant. Ta main libre remonte jusqu'à l'arrière de ta nuque pour s'y poser, et tu reprends ensuite, avec un air concerné :



❝ J'espère que je ne vous embarrasse pas avec mon visage,
auquel cas vous m'en voyez sincèrement navré,
mademoiselle... ? ❞

En suspend, tu attends de savoir quel nom donner à ta Muse, en dehors de tous ces petits sobriquets affectueux que tu lui accordes dans ta tête.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptySam 28 Nov - 17:37


Un café, cela n'engage à rien.
Feat. Eddie

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Tumblr_n3xel3batq1roihxco1_r2_500_by_snazzyjazzyxo-d7mr2zh

La dame de glace tourna la tête vers son sauveur lorsque celui ci se présenta. Edouard ? C'est un joli prénom qui ne s'entendait plus très souvent. En effet, celui ci était ancien et Angel l'aimait beaucoup. Elle lui sourit timidement, puis les deux revinrent à leurs réflexions, marchant en silence dans la rue. Il n'y avait d'ailleurs plus beaucoup de monde dans celles-ci. Les gens, revenant du marché, devait sûrement préparer le repas du dimanche midi. Elle était d'ailleurs plus rassurée ainsi. Sa peur n'avait toujours pas disparue, mais elle s'était amoindrie grâce à ses rendez-vous avec Monsieur Hammerman avant la bataille. De plus, la bataille l'avait également secouée, puisque elle était tellement dans l'optique d'aider, dans l'ambiance de l'action, qu'elle avait réussi à mettre de côté sa peur pendant un moment. Elle s'était même retrouvée en prison, et oui, notre jeune Jenkys en prison. Difficile à le croire non ? Pourtant cela était bien le cas et heureusement qu'un homme roux, contrôlant le sable l'avait sortie de là. Sinon, combien de temps serait-elle restée là-bas ? Quelques semaines ? Quelques mois ? Non, heureusement, sinon elle s'en serait voulu de ne pas être aux côtés de Kira. En effet, celle-ci avait perdu Gaea, son fiancé. Ce qu'elle avait vu était horrible, vraiment terrifiant. Apparemment ce fut l'œuvre de quelqu'un contrôlant le fil. Il avait osé faire de Gaea un pantin, inerte, effrayant le petit Ewan par la même occasion. Elle était inquiète pour toute la petite famille et essayait de les cajoler du mieux qu'elle pouvait. Ce n'était facile pour personne.

Monsieur Hope sorti la jeune femme de sa réflexion, s'excusant pour son visage bandé. Elle tourna la tête vers lui. Il avait l'air embarrassé. Mince, il avait dû sentir qu'elle essayait de voir à travers le bandage. Elle avait pourtant fait attention.. Bon, heureusement il ne le prenait pas mal et puis, c'était normal de se sentir gêné. Tandis qu'ils rentrèrent dans le quartier des Domae, elle tenta un sourire rassurant à son égard.

- Oh non, pas du tout Monsieur Hope.. C'est que.. Je me demande vraiment qui se cache derrière ces bandages. Je suis sincèrement désolée de vous avoir embarrassé avec cela.
Elle continua la marche et s'arrêta devant la maison, faisant signe à son accompagnateur qu'elle logeait ici. Elle se plaça face à lui et dos à la maison, afin de pouvoir discuter quelques minutes et de ne pas le laisser en plant alors que celui ci l'avait gentiment aidé.
- Hum.. Est-ce durant la bataille que.. Que vous avez eu un soucis au visage ?
Et voilà, la curiosité plus forte que tout. Cependant, elle se demandait vraiment ce qui lui était arrivé. Mais elle ne voulait surtout pas l'embarrasser, bien au contraire. Cette question la démangeait depuis le début et mieux fallait qu'elle la pose. Elle baissa un instant les yeux vers le sol, gênée par sa question indiscrète, puis les releva, affichant un sourire qui se voulait une fois de plus rassurant, sans aucun jugement. De toute manière, Angel n'était pas le genre de fille à critiquer les gens. C'était tout le contraire. Elle était bienveillante et ne supportait pas de voir les gens souffrir. Elle souvint d'un coup qu'elle n'avait pas évoqué son nom. C'était un petit malpoli de sa part, surtout pour un homme qui avait l'air de respecter énormément les convenances.
- Oh, je suis cruche ! Je me nomme Angel.. Angel Jenkys. Veuillez m'excusez.
Elle regarda vers la maison d'un air désolé. Elle ne pouvait pas l'inviter à boire un verre d'eau ou un café avant qu'il reparte. Ni même le faire rentrer pour qu'il l'aide à porter les courses. Elle tourna son regard vers lui.
- J'aurai bien voulu vous inviter à entrer et prendre un verre ou un café pour vous remercier, mais je ne peux pas. Je vis actuellement avec une amie et comme elle n'est pas en forme en ce moment, je ne préfère pas qu'elle soit dérangée. De plus, ce n'est pas chez moi, c'est chez elle.

© By A-Lice sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptyDim 29 Nov - 23:27


Love at first sight
Imagine me and you,
I do, I think about you day and night, it's only right, to think about the girl you love and hold her tight.
So happy together.


• Un café, •
• cela n'engage à rien •




La direction empruntée ne t'avait pas alerté plus que de raison, la beauté rayonnant de ton accompagnatrice étant à blâmer pour cette inattention passagère, mais tu te rends compte bien assez tôt que vous marchez à présent dans le voisinage à prédominance Domae. Tu songes alors aux tracas que cela impliquerait s'il s'avérait que ta douce en faisait partie, notamment aux apparitions non désirées d'un animal quelconque pour faire de ton chez-toi un capharnaüm sans nom. En fonction de cette hypothèse, peut-être devrais-tu envisager de rendre visite au petit scientifique qui, à ta connaissance, travaillerait entre autres sur la suppression temporaire de ces pouvoirs. De quoi te parer à toute éventualité, rien de plus. Et si le besoin se faisait sentir, une plus grande fermeté serait de mise pour éradiquer la menace. Aux grands maux les grands remèdes, comme on le dit si bien.

Tes excuses ayant fait l'effet d'un rappel à l'ordre, tu reçois à ton tour des excuses de la part de la jeune femme pour la façon appuyée dont elle t'observait, mise sur le compte d'une identification de tes traits plus que sur la curiosité occasionnée par les bandages. Qu'elle veuille regarder au-delà de ce que tu caches te persuadait qu'elle en fera de même lorsque tu lui offriras ton cœur, capable de sonder tes sentiments au plus profond. Mais tu n'as rien à cacher de ce côté-là, n'est-ce pas ? Non, bien sûr que non. Tu ne veux que son bonheur, et toi seul le lui apportera. Nourri de ces agréables pensées, tu en oublies presque que vous êtes désormais arrivés à destination, devant une maison de deux étages. Cependant, l'objet de toutes tes convoitises te garde encore un moment à l'extérieur, pour t'interroger timidement sur le possible rapport existant entre les violences de la récente bataille et ce que tu dissimulais sous tes bandes.

Il est d'assez mauvais goût que de ressasser les anciennes histoires sentimentales en présence de sa bien-aimée, aussi tu n'étais pas tenté d'expliciter les véritables causes de tes blessures multiples. Elles furent nombreuses, si nombreuses à avoir réduit ton cœur en morceaux, mais le fait de porter cette déception sur la figure était plus affligeant encore. Trouve-lui donc une origine en adéquation avec ses soupçons.



❝ En effet. Mes souvenirs sont assez flous, mais je me suis réveillé
à l'hôpital en apprenant que j'avais reçu des projections
d'acide au visage, certainement causées par un Élémentis. ❞

À peu de choses près, la fiction pouvait valoir les véritables origines. Le ton de ta voix voulait que tu sois un tant soit peu affecté par ces événements que tu prétendais avoir vécu et sur lesquels tu restais évasif, comme pour éviter d'entrer dans des détails inexistants. N'allons pas nous apitoyer sur de tels désagréments, à moins que cela te permette de passer la porte de son domicile afin de prolonger ce moment en tête-à-tête. À défaut de toute invitation, la belle se souvint en revanche avoir escamoté l'étape des présentations, se rattrapant donc comme il se doit pour corriger la situation. Angel Jenkys... ce qu'il te paraît beau lorsque tu le souffles pour toi-même. Tu la complimentes ainsi, avec un doux sourire :



❝ C'est un fort joli nom. Si je puis me permettre, il vous va à ravir. ❞

Angel, Angel, Angel. Tu t'amuses du surnom angélique que tu lui avais si justement accordé avant même de le connaître, comme s'il ne pouvait en être autrement. Maintenant que tu as un nom à accrocher à ce charmant minois, on dirait que les choses se concrétisent progressivement. Si ce n'est pour les justifications qui s'en suivent, celles qui empêchent ta reconnaissante amie de remercier tes efforts. Tu te mordilles un instant l'intérieur de ta lèvre en apprenant cette histoire de colocation, voilà un détail qui posait problème avec ce que tu envisageais de faire. Il est évident qu'une tierce personne n'avait pas sa place dans votre petit nid douillet, en particulier si elle s'avérait être une Domae. Malgré tout, tu réagis avec la politesse qui s'impose dans un tel cas de figure.



❝ Ne vous en faites pas, je comprends parfaitement, et je m'en
voudrais de m'imposer de la sorte. ❞

Puisque tu ne disposes pas de laisser-passer, tu te contentes de l'inviter à parcourir les derniers mètres qui vous séparent du pallier, là où tu déposes le sac de courses, près de la porte d'entrée. Ses bras chargés t'empêchant de lui prendre la main, tu lèves la tienne sur ta poitrine au moment de faire ta proposition. Il faut que tu la revois, qu'elle te laisse une seconde chance.



❝ Seriez-vous libre demain après-midi ? J'aimerais vous inviter
à prendre un café en ville. Choisissez l'heure qui vous conviendra,
je saurai adapter mes horaires de travail en conséquence. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptyLun 7 Déc - 18:56


Un café, cela n'engage à rien.
Feat. Eddie

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Tumblr_n3xel3batq1roihxco1_r2_500_by_snazzyjazzyxo-d7mr2zh

La dame de glace ne pût s'empêcher de prendre un air choqué et désolé quand l'homme se trouvant devant elle lui avoua la nature de ses blessures. Un Elementis capable de contrôler l'acide.. Cet élément était sûrement l'un des plus dangereux, il ne servait qu'à la destruction et à rien d'autre. Rien à voir avec son beau pouvoir de glace, lui qui permettait à la jeune femme de construire des choses avec son cœur, d'exprimer tout son art, ses sentiments dans la sculpture de la glace. Certes, ce pouvoir ne servait pas qu'à cela, bien évidemment il était très pratique défensivement et offensivement, même si Angel s'en servait à ces fins dans des cas extrêmes.
- C'est.. C'est vraiment horrible.. Comment peut-on obtenir un tel pouvoir ? Enfin, je veux dire, il ne sert qu'à la destruction..
Elle évita d'en dire plus, elle ne voulait pas qu'il sache qu'elle en connaissait un rayon sur les Elementis et que, de ce fait, remarque son pouvoir. Elle ne pouvait pas se le permettre. Elle étai très pudique par rapport à son pouvoir et se méfiait. Elle ne voulait surtout pas que cela puisse tourner mal, alors il fallait mieux passer à autre chose. Une fois la maladresse de la jeune femme mise à découvert, le colosse complimenta le nom de la jeune femme avec un joli petit sourire et son seul œil mis à découvert, brillant. La dame de glace fut flattée par ce compliment, mais aussi embarrassé, comme à son habitude. Évidemment, ses joues rosirent une fois de plus et lui rendit timidement un sourire.
- Merci, … C'est.. C'est très gentil de votre part.  
Elle réussit cependant à ne pas baisser les yeux et à soutenir son regard, malgré le seul oeil qu'il avait de libre, après lui avoir signalé qu'elle vivait avec quelqu'un et qu'elle ne pouvait l'inviter à entrer, elle remarqua un léger changement d'attitude qui s'estompa presque immédiatement. Il lui assura qu'il comprenait parfaitement sa contre-invitation et aida la jeune femme à déposer ses courses devant la porte de la maison. Angel était vraiment très reconnaissante envers cet homme et regrettait vraiment de ne pas l'inviter à boire quelque chose, lui qui l'avait aidé si gentiment. Elle avait honte de ne pas pouvoir mettre en marche ce geste de politesse, mais heureusement il lui proposa d'aller boire un café avec lui le lendemain. Angel fut soulagée de cette proposition et accepta sans réfléchir, d'abord en hochant la tête. Elle se dit que c'était le moyen de connaître une autre personne dans cette ville, d'après le Docteur Hammerman, il était sûrement bon pour elle de faire ce genre de rencontre. Cela permettrait ainsi de la socialiser. Ce rendez-vous autour d'un café était donc sans doute que bénéfique pour la jeune femme. De plus, elle semblait apprécier la présence si courtoise et agréable de cet homme. Elle pourrait peut-être s'en faire un nouvel ami avec un peu de chance.
- Avec grand plaisir Monsieur Hope ! J'ai hâte de pouvoir me rattraper ! Je vous propose en début d'après-midi dans ce cas.
Elle lui sourit joyeusement et quand elle eut la réponse positive, elle lui dit qu'elle allait devoir rentrer à présent et elle le remercia une fois de plus de sa grande aide. Enfin, elle le salua et le regarda s'éloigner avant de rentrer ses courses une bonne fois pour toutes.

© By A-Lice sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptyMar 15 Déc - 14:45


Love at first sight
Imagine me and you,
I do, I think about you day and night, it's only right, to think about the girl you love and hold her tight.
So happy together.


• Un café, •
• cela n'engage à rien •




S'adapter. Tu sais le faire pour tes deux offices. Dans le premier cas, les morts ne se fâchent pas de l'attente quand il s'agit de s'occuper de leur dépouille, du moment qu'elle ne se compte pas en jours, bien que tu n'ais jamais été particulièrement incommodé par l'odeur. La force de l'habitude, pour ainsi dire. Et pour ce qu'il en est du second, tu as généralement plus de temps à ta disposition pour son exécution -on ne pouvait trouver meilleur choix de mot-. Cette nouvelle rencontre si fortuite a néanmoins de quoi te faire changer le programme initialement imposé. On ne peut se permettre de faire attendre l'amour ! En tous les cas, il mérite bien de passer avant le travail. À ton grand bonheur, la belle accepte vivement l'invitation lancée, soulagée de pouvoir saisir de cette manière l'opportunité de te remercier pour le service aimablement rendu. Ton sourire s'élargit alors autant que le sien, charmé de l'impatience candide dont elle faisait preuve à l'idée de ce rendez-vous. Tu la trouvais tout simplement rayonnante avec une telle expression sur le visage, qui te rappelle combien tu avais hâte de pouvoir le contempler chaque jour qui passe. Oh, elle seule pourra adoucir ton quotidien, remédier à la solitude dans laquelle on te tient enfermé.

D'un hochement de tête, tu approuves la décision de ton petit ange sur l'heure de votre prochaine rencontre. Un bon café pour digérer le repas du midi, c'est idéal. Nul doute que tu pourras te libérer afin de l'honorer de ta présence. Il ne reste donc plus qu'à convenir d'un lieu où se rejoindre, car même si tu étais tenté de venir la ravir à son domicile, tu sais qu'il vaudrait mieux que l'on ne te voit pas roder autant dans un tel quartier. Qui sait quel genre d'individus peu recommandables pourraient se mettre en tête de nuire à votre belle histoire ! Les mains dans le dos, tu t'inclines légèrement en avant en acquiesçant :



❝ C'est parfait. Je vous propose de nous retrouver au niveau de la
place du marché. Au plaisir de vous revoir, Mademoiselle Jenkys. ❞

Sur ce, tu ne la retiens plus longtemps sur le perron avec ses courses aux bras et retraces le chemin inverse, en direction de l'endroit dont ta route s'était détournée. Le fait de n'avoir, au final, pu faire tes propres achats alimentaires ne te traversait même pas l'esprit à ce moment. Tes mains se frottent plutôt entre elles en marchant, à la pensée de ta douce, future possession. Elle jouera le rôle qui lui convient à la perfection, tu en es certain, et chaque minute s'écoulant tandis que tu retournes à l'hôtel de ville ne fait que vous rapprocher l'un de l'autre. Oui bientôt, très bientôt, elle t'appartiendra, ta magnifique épouse. Et bientôt, elle accomplira son devoir, celui de mettre au monde vos merveilleux enfants.


...

AJuste tes vêtements devant le miroir, fais une dernière fois le tour de ton chez-toi, n'as-tu rien oublié ? Aucune chance, depuis le temps que tu anticipes ces retrouvailles, rien n'a pas échapper à ta vigilance. Les bandages replacés autour de ton visage s'assurent que tu ne viennes pas à effrayer ta dulcinée au dernier moment, au risque de la voir te glisser entre les doigts. Il était officiellement prévu que tu t'occupes du cas d'une personne visée par le Gouvernement, justifiant ainsi ta deuxième sortie consécutive, sans que cela ne vienne à attirer l'attention au moment de ton départ ou encore au retour. Cependant, il y a peu de chances pour que tu te charges de cette tâche aujourd'hui, alors que tu as tant de projets de vie à réaliser avec ta promise. Lorsque tu es prêt à aller la cueillir, tu n'oublies pas de prendre le sac en plastique dans lequel se trouve tout ce dont tu avais besoin.

Le ciel n'est pas aussi bleu et dégagé que la veille, mais ceci est loin de te préoccuper, puisque tu aspires à une toute autre beauté bleutée en cette journée. Tu l'attends justement à l'écart du marché qui battait son plein, faisant le pied de grue tout en cherchant du regard la plus jolie demoiselle de la foule. Elle ne devrait plus tarder maintenant à venir à ta rencontre.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] EmptyMar 22 Déc - 14:29


Un café, cela n'engage à rien.
Feat. Eddie

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Tumblr_n3xel3batq1roihxco1_r2_500_by_snazzyjazzyxo-d7mr2zh

Une bonne nuit de passée pour la jeune Jenkys. Elle était si contente de faire de nouvelles rencontres ! Ses efforts, guidés par Monsieur Hammerman, payaient et elle en était très heureuse. D'ailleurs, que ressentait-elle à son égard ? A vrai dire, elle avait développé une grande affection pour lui, il contribuait à son rétablissement et il s'était montré vite indispensable -tout comme Kira- à ses yeux. Les sentiments qu'elle partageait avec Kira et Monsieur Hammerman étaient si semblables, mais tellement différents à la fois. Dans les deux cas, elle n'avait jamais ressenti cela. Le rapport qu'elle avait avec Kira était beaucoup plus simple. Elle savait le définir, c'était pour la jeune femme une très bonne amie qui était devenue malgré-elle comme de la famille pour Angel. En ce qui concernait Monsieur Hammerman, c'était beaucoup moins clair et à vrai dire, cela l'effrayait quelque peu. L'inconnu l'effrayait.

Elle se leva de bonne humeur ce matin là. Elle avait passé une bonne partie de la matinée à jouer avec Haizea et Elly dans le jardin. Il avait neigé dans la nuit et toutes les trois s'étaient amusées à faire des sculptures de neige. Elle avait également utilisé ses pouvoirs pour faire des structures de glace pour que cela aille bien avec le décor qui s'offrait à elles. Cependant, elle avait bien sûr fait attention, car il ne fallait pas oublier qu'elle se trouvait dans le quartier des Domaes et qu'elle n'avait aucune envie que quelqu'un découvre qu'elle avait des origines Elementis ou encore qu'elle amène des problèmes à Kira. Elle aimait beaucoup passer du temps avec Haizea et Elly, elle avait l'impression de vivre une seconde enfance.. L'enfance qu'elle n'a jamais eu, avec de l'amusement, des amis.. Cependant, elle n'en voulait aucunement à ses parents de l'avoir écartée de la vie « normale », ils avaient cru bien faire et elle le savait très bien. C'était tout simplement une preuve d'amour tout à fait compréhensible vu ce qui règne à l'extérieur.

Une fois le repas du midi terminé, Angel se prépara pour aller rejoindre son « sauveur » de la veille. Elle était un peu angoissée, car elle n'avait pas encore l'habitude d'aller voir les gens ainsi, de créer des liens avec eux, mais peu importait. Elle devait se faire violence et c'était maintenant qu'il fallait qu'elle agisse ! Elle avait hâte de connaître un peu mieux ce Monsieur qui avait l'air bien sympathique.

Elle prévint Kira qu'elle sortait prendre un café, puis ajouta qu'elle reviendra vite dans l'après-midi. Elle se dirigea vers le point de rendez-vous, il était là où elle avait malencontreusement renversé ses courses, autrement dit, à la liaison entre la rue qui menait au quartier des Domae et le marché.

Lorsqu'elle arriva, elle avait déjà repéré de loin son accompagnateur. Il était très facilement reconnaissable avec ses bandages entourant son visage. Elle avait tellement envie de découvir son visage, même si cela devait être difficile à voir. A vrai dire, c'était tout de même un petit peu frustrant de ne pas pouvoir mettre un visage sur un nom. Elle lui sourit timidement tout en se rapprochant de lui.

- Bonjour Monsieur Hope ! Comment allez-vous ?

© By A-Lice sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty
MessageSujet: Re: Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]   Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un café, cela n'engage à rien [Angel Jenkys]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Archives 2014 - 2019 :: Les RPs 2015-