Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé et qu'il vous aura envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 [Terminer]Une nuit au musée [Pv Alaric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: [Terminer]Une nuit au musée [Pv Alaric]   Dim 3 Jan - 11:33

Lorsqu'Alaric.
Dévoilait que le Conclave n'était pas au courant. Sen, faillit s’étouffer avec sa propre salive, elle avait avalée de travers. Ça, pour se compliquer la vie et jouer à un jeu dangereux... Alaric semblait avoir du niveau. L'homme blond et donc, jouant sur deux tableaux reprit après lui avoir servit son cher chocolat chaud, en échange, il prit un biscuit qu'elle lui avait tendu. Sen, se réchauffait les mains avec la tasse et profitait de l'odeur chocolaté... Ça faisait combien de temps qu'elle n'avait pas été servie par un adulte ? Les adultes... Elle n'en croisent plus tant que ça en fait, quand elle y pensait. Depuis que Zora a elle aussi trahis les Domaes... Les personnes que cotoient Sen, se compte sur les doigts d'une main.

« Et tu penses que ta vie sera meilleure une fois la vengeance obtenue ? Une fois que tu auras planté ta lame dans le cœur du meurtrier, tu reprendras ta route comme si de rien était avec une vie enfin heureuse ? Tu n’es pas la seule à penser ainsi, tout le monde souhaite vengeance ce qui est normal en soit. Mais personne ne pense à ce qui vient ensuite. Il n’y a pas de sentiment de liberté, ni même de soulagement et encore moins de paix. On se sent vide. Cela ne les ramènera pas malheureusement. Même si tu as débarrassé le monde de la pire ordure qui soit. »

Reprit Alaric.
Et là, le sujet devenait épineux... Pour ne pas dire sensible. Leurs regards se croisait et Sen, ne partageait clairement pas son avis... Même si la jeune fille se voulait froide, il était cependant très facile de lire sa colère ou sa désaprobation sur certains point. Alaric, s'éloignait pour fumer sous le regard de flingueuse, qu'avait Sen à présent. Qu'il foute sa vie en l'air parce qu'il joue sur deux tableaux, c'est son problème... Mais qu'il commence une leçon de moral, là... Et c'était pas finit.

« J’imagine que tu es du genre à haïr les Elementis pour telle ou telle raison, aussi bonne soit-elle. Que leurs morts aient amplement mérité. Mais est-ce que tu as déjà imaginé qu’il vivait la même chose que nous ? Les mêmes pertes, les mêmes souffrances, la même haine envers notre famille. On est autant fautif de leur malheur qu’eux du nôtre. Personne n’est un cas a part dans cette ville. »
TAIS TOI !


Reprit-elle vivement.
Pour ajouter à sa colère, Sen en jeta sa précieuse tasse chocolaté au sol. Brisant cette dernière en morceau sous la colère de la poupée de sang.

_ Je ne veux pas écouter un mots de plus de ta part sur ce que peuvent ressentir les Elementis ! Car je ne pense pas que le jour où ils ont tués mes parents, ils aient philosophé longuement sur l'avenir de leur fille unique car j'étais là ! Ils m'ont vu ! Ils m'ont vu me décomposer à coté des corps inertes !

Le corps entier de Sen tremblait sous la colère.
Comment un corps si petit, frêle pouvait remplir tant d'émotion négative ?

_ Ils ont du me juger trop faible ou inutile, mais qu'importe ! Ils l'ont fait et je n'aurais jamais ta compassion à leurs égards ! C'est facile de faire des morts, briser des vies pour ensuite revenir la bouche en coeur et clamer la paix, l'amour du prochain... Mais ce n'est pas pour moi et pour d'autres !

Sen se mordit les lèvres.
Passant sa main droite tremblante dans ses longs cheveux pour essayer de se calmer... Ce qu'il venait de dire était si impensable à ses yeux. Elle recula d'un pas, comme si elle ne considérait plus Alaric comme un des siens.

_ Je ne suis pas la seule orpheline, ni la dernière à le devenir... Ce que je ferais après m'être vengé ? Aucune idée... Mais pour le moment... Ce n'est pas là question et... Et si j'étais toi, je ne fumerais pas ici les détecteurs de fumée vont sonner et-

Un détecteur se déclencha.
Comme pour éteindre le feu de la haine aveugle de Sen. Elle est jeune, inexpérimenté, assoiffée et aveuglée par la colère et de ce fait, Alaric avait deviné que probablement, elle ne réfléchissait pas aux conséquences de sa vengeance et le "après" de celle-ci. Oui, Sen était perdu dans une profonde noirceur et solitude, et il ne lui restait plus que les Domae, comme famille, comme refuge pour cette fille brisée à l'avenir probablement funeste.

Sen serrait les poings.
Rapidement, les deux êtres piégées du musée se firent asperger par une pluie  qui venait lutter contre un feu quasiment inexistant. Au moins, l'eau froide refroidissait cette dernière, qui tournait les talons pour quitter la cafétéria, suivit de Momo qui vint se réfugier contre elle, se glissant sous le haut de son uniforme.

Avec l'alarme.
Probablement qu'un concierge, un veilleur allait venir voir... C'était l'occasion de s'échapper... Sen, se glissa dans une hutte d'Homme préhistorique, c'était dans le couloir juste après la cafétéria et elle n'avait pas pensé qu'on pouvait la suivre à la trace à cause de ses pieds mouillés. Recroquevillé sur elle même, un peu comme son état psychologique actuelle en fait... Elle attendit l'arriver des surveillants.

Pas question d'aller à leurs rencontre.
Juste, se faufiler et partir. Sen éternuait à cause de la douche froide reçu.

Pas terrible comme nuit.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alaric J.R WatsonMessages : 260
Date d'inscription : 12/08/2015


MessageSujet: Re: [Terminer]Une nuit au musée [Pv Alaric]   Mer 6 Jan - 3:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


T
out le monde aimerait croire qu'il suffit de haïr la famille adverse et de l'éliminer pour que cela règle tous les soucis apparents. Que les douleurs et perte engendraient ne vont que dans un sens alors que chacune souffrait autant que l'autre. Cela ne doit certainement pas lui sauter aux yeux d'ailleurs. Un fait qui se confirme bien rapidement quand sa voix remplie de colère ce fait entendre, surplombant ce léger petit moment de silence qui s'était installé. La cigarette à la bouche, tu la regardes d'un air assez surpris, sourcils hausser ne sachant pas quoi répondre sur le moment. Elle t'a pris de court et pourtant, il fallait bien s'attendre à une telle réaction de sa part. D'un œil, tu voyais sa colère qui avait du mal à rester dans ce petit corps. Forcément perdre ses parents ce n'ait pas quelque chose qu'il ait possible d'accepter aussi facilement encore moins quand cette perte ses déroulés sous ses yeux d'enfant. Mais est-ce vraiment une raison pour clamer tous les Élémentis fautifs ? Certes, les responsables de ce carnage ne mériter certainement pas de vivre paisiblement sur leurs deux lauriers. Mais qui sait, ses parents n'étaient peut-être pas des saints non plus dans ce domaine-là ? Enfin, tu te garde bien de faire ce genre de réflexion, elle semble suffisamment retournée émotionnellement parlant pour que tu en rajoutes une couche.

Tu voudrais t'excuser pour la réaction que cette conversation a eue comme effet, saut que surprise l'eau se met subitement à couler. Tu savais bien qu'en allumé une ici serait risqué, mais l'envie et le besoin ont été bien trop fort pour écouter la petite voix de la raison et te passer au-dessus. Résultat voilà que tu vas finir trempé jusqu'à l'os avec une crève pour combler le tout. Soupirant, ce n'est que bien trop tard quand la surprise de tout ceci est retombée, que le bruit de la porte du café te renvoie sur terre. Où est-elle passait ? « Merde ! » Rapidement, tu remets tasse et biscuit à leur place, laissant le chocolat dans l'évier, puis quelque Derlas déposé, protéger par une assiette près de la caisse, le minimum pour avoir consommé, pas de perte pour les marchands. C'est ensuite à ton tour de sortir de là. Heureusement que l'eau ne se déclenche qu'à cet endroit, même si cela semble suffisant pour réveiller un mort avec le boucan que fait l'alarme. Quoi qu'il en soit il te faut retrouver Sen et ces sûrement une chance que ses pas soit visible sur le sol. Les suivre devrait te mener rapidement jusqu'à elle. À moins qu'elle ne se soit enfermée dans le cagibi.

D'un pas rapide, c'est assez simple de suivre ses traces. Certes, tu imagines que le fait de vouloir être seule et ne plus te regarder en face doit être surement voulut. Mais pas avant d'avoir pu lui présenter des excuses. Tu es comme ça, bien trop gentil pour pouvoir te comporter comme un vrai connard en présence de personne fragile. Libre à elle de les accepter ou non. Sur la route, tu trouves une veste abandonnée, le genre que peut porter un employé de ménage, sauf que personne d'autre n'ait dans les parages. À croire que tout le monde passe son temps à se tourner les pouces dans ce musée. Soupirant, tu continues ton chemin, sentant la présence de la demoiselle non loin. C'est finalement dans une petite hutte que tu aperçois sa silhouette. Une légère hésitation se fait sentir, mais courage à deux mains, tu finis par entrée à l'intérieur et t'en approche doucement, déposant la veste sèche sur ses petites épaules avant de reculer en murmurant « Tu vas attraper froid ». À qui la faute si vous êtes trempé comme possible aussi ? Le silence est pesant, mais il te faut le rompre au bout de quelques secondes.

« Écoute, je suis désolée, d’accord. Vraiment. Je ne voulais pas te mettre en colère et encore moins te blesser. Je ne veux pas te forcer à penser comme moi. Tu es libre là-dessus tout comme tes actes envers les autres. Je ne suis qu’un vieux con qui ne réfléchit pas toujours au penser qu’il laisse s’échapper… »

À vouloir être trop franc, le retour est souvent brutal. Mais au moins tu étais sincère dans tes excuses. Ça ne dépendait que d’elle maintenant.

« Tu veux bien me pardonner ? Demandes-tu une main tendue vers elle pour faire la paix sur ce qui venait d'arriver »




L'INSPECTORRRR DE TON CŒUR CAUSE EN #329999 OLÉ ! OLA !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laelyss.imgur.com/
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: [Terminer]Une nuit au musée [Pv Alaric]   Sam 9 Jan - 13:36

Un bruit de pas s'approchant.
Rompait les pensées de l'adolescente dans la hutte. Pas question de dire ou de faire quoique ce soit, elle faisait comme si elle n'était pas là. Ça ne fonctionnait pas des masses, car, la personne était toute proche maintenant et pénétrait la maison primitive en bois. Sen reconnu Alaric et se recroquevilla un peu plus au fond de la hutte, pas des plus ravie de le revoir et surtout, n'ayant pas envie d'entendre un nouveau sermon sur l'amour du prochain.

Tout doucement.
Comme si il essayait d'apprivoiser ou d'amadouer un animal sauvage, il déposa une veste sèche sur les épaules trempées de l'étudiante. Premier réconfort qui était largement la bienvenue !

« Écoute, je suis désolée, d’accord. Vraiment. Je ne voulais pas te mettre en colère et encore moins te blesser. Je ne veux pas te forcer à penser comme moi. Tu es libre là-dessus tout comme tes actes envers les autres. Je ne suis qu’un vieux con qui ne réfléchit pas toujours au penser qu’il laisse s’échapper… »

Wow...
Même si l'expression sur le visage de Sen ne laisse transparaitre que peu de chose, elle était très surprise qu'un adulte vienne s'excuser et en plus, reconnaisse ses tords ! Bon, il exagérait peut-être les choses... Sen ne l'avait pas pensé "con" à ce point, et peut-être qu'elle aussi, avec la scène qu'elle avait faite sous la colère, ses pensées impulsives se sont échappées et ont amplifié la situation. Le regard rougeoyant de l'adolescente croisait son unique oeil, il était sincère...

«Tu veux bien me pardonner ? »

Reprit-il.
Alaric semblait vraiment soucieux de l'avis de cette adolescente qu'il ne connaissait qu'à peine... Il tendait une main vers elle, main qu'elle observa un instant avant de prendre et d'aller contre contre lui pour faire la paix et histoire d'avoir un peu plus chaud aussi. Sen, ne se sentait pas fière d'elle pour le coup... Son corps faisait si frêle, petit à coté de la barraque qu'est Alaric.

_ Pardon aussi... Tu pouvais pas savoir tout ça et j'ai pas été sympathique non plus. On a nos avis, différent... Mais, moi de mon coté... Je préfère te voir comme un Domae, un membre de mon clan, plutôt que comme un pacificateur du Gouvernement... Est-ce que je peux faire ça ?

Se détachant de lui et ré-ajustant la veste nominé "Teddy" sur ses épaules.

_ Je suis peut-être même un peu envieuse de toi... Au moins, tu as eu le choix entre pardonner et haïr les Elementis... Tu as franchit une étape que peu d'entre nous sont capables de faire. Moi pour le moment, c'est inconcevable d'avoir un Elem' près de moi. Tu as choisis vraiment un chemin difficile et tu pourrais te retrouver tout seul...

Expliquait-elle en le regardant.
Un courant d'air vif traverse la hutte et vient se nicher sous l'uniforme de l'étudiante. Momo était trempée et avait tenue à finir son repas à la cafétéria avant de les rejoindre, Sen grimaçait en sentant la pseudo souris contre elle, toute mouillée.

_ Je suis curieuse... Quel est ton animal Alaric ? Es-tu un genre de caméléon ? A changer de couleur, de caractère et de camp selon tes envies ?

Questionnait-elle.
Bien décidée à savoir quel animal lui était attribué, car le nombre de fois qu'elle l'avait observé, il était seul. Donc, c'est probablement un petit animal, qui peut se cacher sous ses vêtements à lui aussi.

C'est une piste !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alaric J.R WatsonMessages : 260
Date d'inscription : 12/08/2015


MessageSujet: Re: [Terminer]Une nuit au musée [Pv Alaric]   Mer 13 Jan - 1:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


E
lle pouvait te haïr, tout comme t'ignorer, au fond, tu étais légèrement près à toute réaction venant de sa part, qu'elle soit bonne ou mauvaise, c'était son choix. Un choix que tu te devais de respecter dans tous les cas. Cette main tendue reste-là avec patience, à savoir ce qu'il allait en venir de tout ça. C'est finalement avec un peu de surprises inattendues que la demoiselle, finis entre tes bras. La serrant quelque seconde contre toi avant de finalement relâcher l'étreinte, le pardon été donc accordé ? Elle n'avait pas à s'excuser, c'était à toi de réfléchir au sujet à aborder ou non avec elle. Et non l'inverse. Sa jeunesse été un fait qu'elle ne voyait pas les choses comme toi. Impossible de changer cela et ce n'était de toute façon pas ton en cas. Ce à quoi tu lui répondis :

« Bien sûr que tu peux me voir ainsi, je ne change pas pour autant. »

Enfin pas complètement. Mais si elle souhaitait te voir comme un simple Domae et non autrement, c'était son droit. Au moins, cela te rassuré un peu de voir qu'elle ne te détesté pas au point de te balancer aux yeux du conclave. Quoi que ce fait-là, rester néanmoins à être vérifié comme il le faut. Enfin, pour le moment, tu ne fais que la regarder avec un air de compréhension. Pour être seul après avoir fait un tel choix, tu l'étais déjà depuis pas mal de temps. Tu ne comptes plus le nombre de personnes vraiment proches étant au courant, t'ayant tourné le dos. La liste n'est pas bien longue, mais ce n'est et ne sera certainement pas la dernière.

« C'est un choix que j'ai fait et que j'assume malgré les conséquences. Tu es jeune, tu sais, peut-être que tu changeras d'avis en grandissant ou non. Enfin, ces choix là t'appartienne. On peut vieillir et pourtant ressentir toujours la même haine envers ses ennemis, ce n'est pas donné à tout le monde d'avoir la force de tournés la page. »

Libre à elle de faire ce qu'elle souhaite une fois sa famille vengée, même si, selon toi, tu as déjà une petite idée de la tournure de tout ça. Enfin, qui sait, les changements d'ici quelques années sont possibles après tout, tout le monde n'est pas forcément borner à ce point-là. Tu soupires un coup, puis étires la moitié de ton corps trempée, l'un de vous, aller attrapée la crève, c'était sûr, si ce n'est les deux en même temps. Qu'est-ce que tu ne donnerais pas pour des vêtements secs et en particulier la possibilité de pouvoir t'en griller une sans déclenchée quoi que ce soit. Ce n'est pas l'envie qui manque. Mais patience, il en fallait et discuté permettait d'oublier un peu cette envie. Juste, un petit peu.

« Eh bien, j'ai hérité d'un gorille. Comparait à ta chauve souri il y a une grosse différence de taille. Mais ce n'est pas un mâle pour le coter bourrin, mais, une femelle qui reste plus calme avec plus de neurones si on peut dire comme ça. Même si j'enchaîne les actions stupides en ce moment. »

Aujourd'hui en ait une preuve splendide d'ailleurs. Une gaffe qui pourrait te coûter si cher. Comme quoi on peut être l'homme le plus intelligent au monde et faire les actions les plus connes qui soient. Même un animal avec une bonne intelligence n'y changer rien là-dessus. Maintenant que c'était fait de toute façon, il n'y avait plus de quoi y revenir dessus. Alors que tu ouvrais la bouche pour lui demander une certaine faveur, quelque bruit commençait à retentir et se rapprocher doucement. La tête tournée dans cette direction, c'est d'abord la lumière d'une lampe qui se fait remarquer dans le couloir, suivi de deux grosses voix qui discutaient. Et cette fameuse question inévitable : « Qui est là ? ». Pour ta part, tu demandais surtout qui été qui. L'un devait être un gardien. Enfin ! Depuis le temps qu'il se tournait les pouces. Et l'autre… Bonne question, peut-être ce fameux « Teddy » dont Sen utilisé la veste ? La lumière se braquer brusquement sans crier garder dans votre direction, explosant ton pauvre petit œil sans défense que tu protèges d'une main. Quelle délicatesse n'est-ce pas ? C'est la même voix qui à posé la première question qui reprend :

« Qu’est-ce que vous faites encore-là ? L’heure de visite est dépassée !
- Eh ! Mais c’est ma veste ! »

Son accusation venait de sortir du fin fond du cœur. Comme un petit gamin à qui l’on venait de voler son goûter préférer du jour. Ce n’était qu’une simple veste pas de quoi en faire un drame. Tu passais au-dessus de l’accusation pour reprendre :

« Nous sommes au courant, soupires-tu, mais il se trouve qu'on a fini bloquée à l'intérieur sans le vouloir.
- Sans le vouloir, hein ? C'est vous qui aviez déclenché l'alarme !
- Écouter, tout est ma faute. J'étais tellement content de pouvoir montrer mes connaissances en dinosaures à… ma fille que je n'ai pas vu le temps passer. On sait donc retrouvait bloquer ici. Ne sachant pas quoi faire et trouvant personne, on est allé au petit café non loin, dont j'ai payé nos consommation, sous une assiette, vous verrez que je ne mens pas. Puis, j'ai accidentellement déclenché l'alarme. Enfin, Monsieur le Gardien, comme le voyez, on ne fait rien de mal, on cherchée juste, à passer le temps en attendant que quelqu'un puisse enfin nous ouvrir. Si vous le permettez, nous aimerions rentrer, il se fait tard et elle est fatiguée, je vous laisse imaginer l‘inquiétude de ma chère femme qui va me remonter les bretelles comme jamais. »

Quel joli mensonge que tu venais de sortir là. Même si une certaine partie, rester tout de même réel. C'était peut-être un peu osée de prétendre que Sen était ton enfant, mais en même temps, c'était ce qui causée le moins d'ennuis, autant pour elle que pour toi. Fallait-il vraiment entrer dans les détails exacts de vos présences encore ici ? Peut sûr, que le gardien aimerait entendre que tu t'es envoyé en l'air dans l'un de ses cagibis. Tu attendais un verdict, que la sentence tombe, quitte à tout prendre dans la tronche tant que la demoiselle pouvait rentrer chez elle paisiblement. Tu avais la sensation que sa décision à vouloir te croire ou non été bien trop longue. C'est vrai qu'il y avait de quoi douté. Mais avec ton expression des plus neutres, qui ne laissée pas une faille à l'incertitude, il était dur de dénicher le vrai du faux pour le coup. C'est finalement après avoir marmonné des choses incompréhensibles dans sa barbe que la réponse tomba :

« Bon, cela ira pour cette fois, mais que je ne vous y reprenne plus, ou ça finira avec la police ! »

Ah, dans ce cas, il allait être surpris de tomber sur toi une fois au poste. Enfin, il vous laissait partir ce qui restait finalement le plus important. Tu invitas donc la jeune fille à passer devant avant qu'il ne change d'avis et t'ordonne faire un petit tour dans son bureau.


Je te laisse le clore :3


L'INSPECTORRRR DE TON CŒUR CAUSE EN #329999 OLÉ ! OLA !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laelyss.imgur.com/
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: [Terminer]Une nuit au musée [Pv Alaric]   Mer 13 Jan - 11:09

Alaric...
Avait su rattraper la situation et en beauté, puisque Sen avait fait son choix le concernant... Ne pas se mêler de ses affaires, en dehors du clan... Bon excepté si il venait à faire quelque chose contre les Domae, mais elle n'était pas en proie à de la suspicion à son égard. Il était pleinement dans son rôle d'adulte mature et compréhensif face à l'adolescente qui avait ses opinions bien fermé sur un sujet qui peut la dépasser. La colère est mauvaise conseillère, mais malheureusement, aveuglé par celle-ci ce n'est généralement qu'une fois le mal fait qu'on se rend compte trop tard d'un acte bien souvent irréparable. Sen, ne s'était encore jamais battue ni même défendu face à un Elementis... Pour dire, elle n'en a jamais rencontré et serait incapable d'en identifier un... Pourtant, c'est au clan tout entier qu'elle en veut, pas seulement au meurtrier de ses parents.

« Eh bien, j'ai hérité d'un gorille. Comparait à ta chauve souri il y a une grosse différence de taille. Mais ce n'est pas un mâle pour le coter bourrin, mais, une femelle qui reste plus calme avec plus de neurones si on peut dire comme ça. Même si j'enchaîne les actions stupides en ce moment. »
_ Une fille... Oui, c'est ce qui te manque à tes cotés... Une femme qui pourrait te raisonner, te modérer ! C'est bien que tu ai une femelle à tes cotés... On est les meilleures.

Sen le taquinait un peu.
Un gorille... C'est vrai que physiquement, il en a la carrure ! Il pourrait faire videur sans difficulté et l'adolescente n'osait pas imaginer sa tête des mauvais jours. Son père lui disait souvent, qu'une femme devait être la complémentarité de son homme, afin que le couple ne manque jamais de ressource... Était-ce pareil entre les Domae et leurs animaux ? Momo n'était pas complémentaire à Sen... Elle lui était loyale, d'un réel soutient mais tout aussi en colère ou impulsive qu'elle dans certaine situation... C'était plus de la synergie. L'adolescente imaginait la gorille remettre en question Alaric... Était-elle aussi gentille que la maman de Tarzan ? C'était la seule gorille que Sen connaissait.

Le calme...
Était à nouveau revenu entre les deux prisonniers du musée. Cependant, ce ne fut que de courte durée car une voie autoritaire, masculine rompait ce silence dans un "Qui est là ?". Sen grimaçais, d'autres ennuies arrivent ! Soudain, une lumière aveuglante se braqua sur le visage des deux Domaes découverts. Les pupilles de scène se rétrécirent et elle laissait entendre un grognement de colère, elle, devenue une habituée de l'obscurité nocturne.

« Qu’est-ce que vous faites encore-là ? L’heure de visite est dépassée !
- Eh ! Mais c’est ma veste ! »

Sen...
Après avoir recouvert la vue ré-ajustait la fameuse veste sur ses épaules, de mauvaise humeurs à cause de cette lumière braqué. Un air dédaigneux sur son visage de poupon aux yeux rouges, on pouvait clairement lire "C'est la mienne maintenant". Alaric de son coté, désamorçait la situation avec des justifications et explications de leurs situations. Cependant... De là à dire que tout es de sa faute, et qu'il était le père de Sen... L'adolescente le regardait avec de grands yeux surprit, c'est vrai qu'il en aurait l'âge lorsqu'elle y réfléchit. En tout cas, elle décidait de marcher dans son jeu et d'appuyer ses dires. Sen, lui donna innocemment la main.

_ Papa, oui je suis fatiguée... Maman va nous punir tout les deux.

Maman...
Papa... Sen se surprit à prononcer ces mots qui lui étaient devenu étranger après toute ces années. Cette scène... Avoir un père qui la protège, une maman qui l'attend à la maison... Ça lui fit mal au cœur en toute honnêteté mais c'était si bon d'imaginer l'espace d'un instant que c'était la réalité. Qu'une femme chaleureuse l'attendait à la maison, avec son plat préféré et qu'ensuite, elle chahuterait avec son père avant d'aller dormir, en sécurité pour se réveiller le lendemain, et se retrouver à nouveau.

Le garde.
Cru à ce scénario et fit preuve de compréhension, laissant donc "père et fille", retrouver leurs foyers. Sen, passait devant donc et retira docilement sa veste avant de la donner à son propriétaire, avec un sourire narquois.

Tiens... J'ai trouvé mieux.


Glissait-elle.
Avant de reprendre sa route en jetant de bref coup d’œil à Alaric de temps à autres... Ce qu'il avait fait, même si ce n'était que mensonge, fit plaisir au plus haut point à Sen, qui se surprit à éprouver de l'affection pour lui. Sur le trajet de la sortie, elle déclarait.

_ Ta fille pourra être fier de toi... Tu es un gentil papa, comme celui que j'avais.

Complimentait-elle.
En baissant la tête... Oui, c'était sa façon de dire "Merci". Alaric lui avait rappelé l'espace d'un instant, le bien être qu'on pouvait ressentir lorsque l'on sait qu'un proche nous attends, quelque part. L'adolescente se mordit les lèvres pour ne pas pleurer, car elle percutait à quel point tout ça lui manquait cruellement. Elle sortie alors un sarcasme.

_ Je comprends mieux pourquoi un gorille, tu serais presque aussi malin enfin de compte ! Y'a du potentiel sous cette tête blonde et ce corps baraqué.

Une fois dehors.
Elle fit face à son pseudo père, ayant retrouvé un inhabituel sourire.

_ Je me suis bien amusée Alaric. C'est marrant d'être enfermé avec toi en fin de compte. Je vais rentrer au quartier est, je dois me changer. Au revoir.

"Et merci..."
Se dit-elle intérieurement, avant de tourner les talons, sans attendre son reste. Les au revoirs ne sont pas vraiment ce qu'elle préfère. L'adolescente, rapidement se fondait dans la nuit avant de disparaitre totalement. Elle le surveillera c'est certains... Ou peut-être...

Que se sera lui qui veillera sur elle.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Terminer]Une nuit au musée [Pv Alaric]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminer]Une nuit au musée [Pv Alaric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2015-