Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé.
Un MP vous sera envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 William

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: William   Ven 5 Fév - 15:26


H. WILLIAM VESPER



Nom : Vesper Prénom(s): Hope est le prénom qui lui a été donné à la naissance. William est le nom qu’il s’est choisi. (Sérieusement, maman... Hope ?) Surnoms: Vesper ou Wes (contraction de William et Vesper), Will pour les intimes. Alaric l’appelle "Willy". Hautement déconseillé. Âge: 34 piges Sexe : Masculin Date de naissance: 25 novembre Camp: Domae Capacité: Tigre blanc. Et non pas "tire au flanc". Situation: Célibataire. Avatar: Nicolas Brown de Gangsta

Note: Will est sourd depuis sa naissance et communique en langage des signes. Il n’est pas muet, il peut donc parler, mais ça lui demande pas mal d’efforts et les mots sont hachés, pas toujours très clairs. En général, il s’en passe. Il arrive très bien à lire sur les lèvres, même de loin, sauf si la personne articule mal ou parle trop vite (si elle crie, par exemple). Il ne fait jamais l'effort de parler pour quelqu'un qui ne s'adapte pas à son handicap, ça l'emmerde et de toute manière il arrive très bien à communiquer avec ses mains. Ou avec ses poings.

Son entrée dans la famille Domae date de ses quinze ans Il s’entend plutôt bien avec elle, enfin de son point de vue. C’est-à-dire qu’il se montre froid et distant avec les Domae mais respecte les ordres et reconnaît leur autorité. Il a juste du mal à les considérer comme une vraie famille puisqu’il n’a pas connu la sienne ; il ne sait pas vraiment ce que ça veut dire. Mais tant qu’il se sent accepté parmi les Domae, ça va. Il se promène avec un katana à la ceinture. C’est impressionnant, efficace et t’as toujours l’air badass quand tu te promènes avec un katana. Son tatouage n'est pas très grand ; il est situé à l'intérieur de son poignet gauche et représente un tigre dans le style tribal (illustration).
PHYSIQUE & PERSONNALITÉ
Will est un grand type costaud et sombre. Il ne fait pas beaucoup de bruit mais ça ne l'empêche pas d'avoir une tronche de tueur, et le regard qui va avec. Ses nombreuses cicatrices attestent de son histoire violente. Faire la tête toute la journée n'améliore certainement pas son capital sympathie... mais c'est son expression naturelle. Il n'a pas de vrai rire, ça ressemble plutôt à un grognement amusé ou à un aboiement ; en revanche il sait sourire, surtout en combat. Il se moque d'être effrayant (la rumeur voudrait que ça l'arrange) et porte des vêtements sombres. Le noir lui plaît, c'est pratique pour se fondre dans la masse ou dans l'obscurité.

Il privilégie le pratique et le confortable à l'esthétique. Il tient à son confort personnel et déteste se sentir trop serré dans ses vêtements, il a l'impression de perdre sa liberté de mouvements. Il porte le plus souvent un pantalon en treillis et un t-shirt ou un pull noirs, parfois une chemise s'il faut être un peu "habillé". (Ai-je précisé qu'il ne s'habillait qu'à moitié quand il était seul chez lui ? Bon.) Il est aussi chatouilleux. Mais ce n'est pas très viril.

Il mesure 1m89 et pèse plutôt lourd, c'est son gabarit qui veut ça. Il est plus grand qu’Alaric et il en est extrêmement satisfait. Il a la voix grave et éraillée, mais vous ne l'entendrez pas souvent. Comme il est sourd, il répète rarement les secrets. C’est peut-être pour cela qu’on lui a accordé une capacité malgré son côté délinquant mentalement instable. Il semble que son animal l’ait entendu.

Car c'est un tigre blanc. Un mâle, simplement nommé Tigre. Grâce à lui, Will est rapide, pas excessivement agile mais doté d’une bonne vision, surtout nocturne, et d’une tendance à paresser au soleil la journée et s’activer - chasser - la nuit, souvent en compagnie de Tigre d'ailleurs. Il semble que ce dernier se soit reconnu dans ses deux handicaps, l’un physique, l’autre mental, qui ne l’aident pas toujours en combat bien qu’il soit doté d’une force supérieure à la normale. Tigre lui-même n'est pas dur de la feuille mais de par sa nature indépendante, il facilitera rarement les choses pour Will, même quand ils se battent côte-à-côte (et William n'en attend pas moins de lui).

Dernières particularités, il a un autre tatouage tribal, dans le haut du dos cette fois, qui s’étale d’une épaule à l’autre, et il porte deux plaques militaires autour du cou.
William est instable, aussi indépendant et sauvage que le tigre qui l'accompagne, et c'est un emmerdeur. Il a besoin qu'on le cadre, qu'on lui impose des limites. Il a presque autant d'humour que de patience pour son prochain (zéro) et il n'hésite pas à exprimer son mécontentement quand on l'énerve. Généralement ça le force à parler, ce qui l'énerve encore plus. Il y a toujours énormément de colère en lui et le combat est son échappatoire. Il aime se battre et il en a besoin ; il ne se sent jamais aussi vivant que lorsqu'il met son poing dans la figure de quelqu'un d'autre. Il est à l'aise et il n'a pas peur de (se) blesser. Chaque affrontement est pour lui un défi. Il a un bon instinct, sauf quand il s'agit de faire preuve de bon sens. Heureusement, Alaric est là pour rattraper ses conneries et lui éviter de crever dans un caniveau tous les deux-trois jours.

Will est toujours un peu déconnecté de la réalité. À certains moments, il a une vision lucide et terrible de ce qui l'entoure, et à d'autres il aura l'impression d'évoluer complètement à côté du reste du monde. Il est presque aussi difficile d'attirer son attention que de lui faire quitter son canapé. C'est quelqu'un de borné, même s'il a régulièrement besoin qu'on lui dise quoi faire de sa vie.

Il déteste parler de lui. Il n'est pas curieux et les gens comme ça lui hérissent le poil. C'est quelqu'un de, peut-être pas sensible, mais pudique. Débordements d'émotions ? Démonstrations de faiblesse ? Accorder sa confiance ? Ok, ça va être difficile. Il n'a que peu d'amis, mais il veille sur eux. L'amitié, la famille ou plutôt l'image qu'il s'en fait, la loyauté et la confiance sont des valeurs primordiales à ses yeux. Il ne trahira jamais un proche.

Observateur dans son silence, il repère facilement les tics et les manies de ses vis-à-vis et, en combat, analyse aisément leurs faiblesses. Mais loin d'être réfléchi, il est impulsif, sanguin et il passe souvent pour un crétin parce qu'il n'entend pas quand on lui parle. Il est facile pour lui de se laisser emporter dans son monde de silence. Échapper à la réalité, qui est, il faut bien l'avouer, pas très jolie. C'est une mauvaise habitude qu'il tente de contrôler.

Mais soyons honnête, ça l'arrange aussi de pouvoir ignorer ceux qui l'emmerdent.

Will n'a aucune patience pour les faibles. Dans un combat à mort, il n'hésiterait pas à jouer avec un tel adversaire avant de l'achever dans la douleur. Il supporte mal de se rappeler qu'il a été faible lui aussi. Et quand bien même, il s'en est sorti, non ? Pourquoi devrait-il supporter la vision d'avortons bornés ? Autant les achever tout de suite, ça leur rendra service.

En parlant de faiblesse, il n'aime pas le feu. Il n'irait pas jusqu'à dire que c'est une phobie... mais il fait régulièrement des cauchemars où il se réveille dans une chambre en feu. On peut donc dire que c'est une peur. En plus il a les yeux sensibles, la fumée les fait pleurer, ça craint.

Un détail : Will n'aime pas spécialement cuisiner, mais il sait se débrouiller (il a bien fallu apprendre) et comme il préfère porter un tablier plutôt que de laisser Alaric faire à bouffer, il se met souvent derrière les fourneaux. Quand Al est trop chiant ou déprimé, il lui fait des cookies.

Comme quoi c'est un vrai pote, hein. On ne dirait pas comme ça mais il est capable de faire preuve d'une douceur insoupçonnée. C'est une vraie brute quand il se bat mais en dehors de ça, il ne casse pas le mobilier. Enfin, pas tous les jours. Alaric n'en finirait pas de râler...

A HISTORY OF VIOLENCE.

William n'avait presque aucune mémoire de sa vie avant ses six ou sept ans. Le souvenir le plus marquant revenait la nuit. Ce réveil dans une chambre en flammes, ces hurlements. Il y avait une voix de bébé, une voix de fille, et la sienne. Il se retrouvait ensuite face à un immeuble en flammes, au milieu des secours et des voisins du quartier qui regardaient le truc flamber.

Dans ses cauchemars, Will avait de la suie sur le visage et des bleus sur les bras.

"Regarde-le monsieur quand il te parle."

La vieille femme lui donna une petite tape sur la tête pour attirer son attention. Le gamin se recroquevilla. Il ne savait pas ce qu'on lui voulait mais il voyait les regards posés sur lui, et les gestes que les adultes amorçaient dans sa direction. Plus encore, il voyait les gestes qu'ils retenaient, ceux qu'ils n'osaient pas faire, pas encore, mais il sentait que ça allait venir. Là, ça n'allait pas tarder. Et ça allait faire mal.

"Petit ? Tu as entendu ce que j'ai dit ?"
"Oubliez ça, il ne comprend pas ce qu'on dit."

L'homme à lunettes claqua des doigts sous le nez du gamin, qui sursauta. Il avait une longue blouse blanche. La vieille femme leva les yeux au ciel.

"Son père disait qu'il était débile. Ça fait des mois qu'il paye plus sa pension, on a plus de nouvelles. Si ça tenait qu'à moi je..."
"Je doute qu'il soit stupide", coupa le médecin en examinant le garçon, qui se laissait difficilement faire. "Il... Outch !" Il retira sa main en la secouant et la vieille gifla le gosse :
"J't'ai déjà dit de pas mordre, petit sauvage ! Ton père t'a pas éduqué ?"

Le petit se recroquevilla sur lui-même lorsque la femme leva encore la main au-dessus de sa tête, mais l'homme en blouse retint son bras : il avait compris que l'enfant n'était pas stupide, mais sourd. Il ne comprenait pas car il n'entendait pas. Cela expliquait aussi pourquoi il ne parlait pas, malgré qu'il ait déjà six ans. Il encouragea la vieille à l'emmener voir un spécialiste, mais elle n'était pas de cet avis :

"Je vous ai dit que son père ne payait plus sa pension. Je le nourris et je le loge gratuitement, vous pensez vraiment que j'ai les moyens de lui payer les services d'un..."
"Permettez au moins que je suive son évolution."
"Docteur, j'ai huit gosses à charge", dit la vieille avec fermeté. "Venez le voir à la maison si ça vous chante, moi j'ai pas le temps de me trimballer ce petit sauvage d'un côté à l'autre de Quederla."


Le docteur disait souvent au petit de faire plus attention à ce qui l'entourait. Quand on lui posait une question, il se rappelait souvent à temps de désigner son oreille, comme la vieille lui avait appris. Elle lui donnait à manger, le faisait dormir dans un vrai lit et parfois, elle le laissait promener son chien Kiki. Et promener un chien, c'était la plus grande marque de confiance qu'on lui ait jamais accordé. Elle lui montrait des livres d'images avec des signes que le gamin ne comprenait pas. Comme il était sourd mais pas stupide, elle le forçait à les déchiffrer, comme les autres enfants. Parfois, il devait les recopier, et ça c'était le pire. Il finissait toujours par s'enfuir quand elle avait le dos tourné.

"Comment tu t'appelles ?"

Les gens répétaient plus lentement devant ses gestes. Le gamin haussait les épaules. La vieille ne lui avait pas appris à parler. Il savait écrit son nom, comme c'était marqué sur les papiers qu'elle conservait et qui dataient d'avant son arrivée chez elle. Avant ses souvenirs. Hope Vesper Il avait trouvé ce nom ridicule dès qu'il avait été assez entraîné à lire sur les lèvres pour le comprendre. Will, c'était mieux. Mais ce n'était pas son nom.

"Gamin, c'est notre territoire ça. Tu peux pas voler des trucs sans en payer le prix", disait le vrai Will.

Il avait seize ans et un katana. Hope vidait ses poches pour montrer qu'il n'avait pas d'argent. Parfois, la vieille oubliait juste l'existence des enfants. Elle se mettait à les appeler différemment, ou à les réveiller en plein milieu de la nuit. Un matin, elle n'était simplement pas venue les tirer hors du lit. Hope en avait profité pour faire la grasse matinée. Puis Kiki avait pissé sur son lit. Il l'avait sorti dans le quartier et quand il était revenu, des gens embarquaient la vieille dans une grande calèche. Hope s'était assis sur les marches avec Kiki et les autres gosses, mais personne n'était venu les chercher. Ce n'était pas la première fois qu'il volait à manger. Au début, il ne récoltait que des taloches à l'arrière du crâne et des coups de pieds dans les fesses. Mais petit à petit, il faisait plus attention et il mangeait un peu plus chaque jour, ce qui l'encourageait à continuer dans cette voie. Malheureusement, il ignorait qu'il empiétait sur le territoire d'un petit gang de quartier.

"Va falloir t'excuser", répéta Will en l'attrapant par le col de sa veste.

Comme Hope ne pouvait pas, il se prit une admirable rouste. Il en avait déjà reçu, mais celle-ci était différente. Avec le goût de son propre sang, il découvrait comment cracher ses dents et un sentiment qu'il n'avait jamais réellement ressenti jusque là, trop enfermé dans sa bulle de silence.

La colère.


Il y avait un parc en ville qui déclenchait chez Hope une forte impression de déjà-vu. Il ne se rappelait de rien mais un banc en particulier lui plaisait bien. Sans savoir lui-même pourquoi, il passait beaucoup de temps assis derrière. Pas dessus, non. Il venait souvent, surtout quand il se faisait courser par les gens qu'il volait ou par le gang de Will. Il y avait toujours du monde dans le parc, des familles qui venaient avec leurs enfants. Et ça le faisait moyen de tabasser un gosse devant une famille avec des enfants. Hope attendait longtemps derrière ce banc. D'abord pour se cacher et parce qu'il oubliait, qu'il était bien tout simplement. Enfin. Disons pas trop mal. La gueule en sang était en option.

"Attends-moi là. Ne bouge pas. Je reviens."

Il lisait les mots sur la bouche des parents et se surprenait à imaginer que c'étaient les siens. Il pouvait presque croire qu'on lui avait dit ça un jour. Un après-midi alors qu'il méditait sur le sens de la vie derrière son banc et sous la pluie, un parapluie apparut au-dessus de sa tête. Hope se retourna et vit un gosse un peu plus âgé que lui, et très très blond. Il dit quelque chose.

"Tu vas attraper froid."

Hope cligna des yeux. Il haussa les épaules mais resta assis derrière le banc et sous le parapluie que le blond mettait au-dessus de leurs têtes. Le lendemain, il le retrouva assis sur le banc. Son banc. Hope ne broncha pas et s'assit par terre, derrière. Peut-être qu'il comprendrait que c'était son banc. Mais non. Le manège se répéta plusieurs fois. Le blond commençait à prendre ses aises, il lisait des livres. Hope s'agaçait un peu mais il ne pouvait rien lui reprocher, vraiment. Il resta assis derrière le banc, comme pour exprimer sa désapprobation. Le blond ramenait aussi à manger, parfois. Il lui proposait des cookies, des chips. Hope avait souvent faim et piochait dans sa bouffe en se disant que c'était "juste pour cette fois". À chaque fois. Et un jour, il réalisa qu'il était assis sur le bon côté du banc, à côté du blond, mâchonnant un sandwich au jambon et buvant du jus d'orange alors que l'autre lui faisait la causette en lui collant un pansement sur la joue.

Il s'était fait avoir, merde.

Hope soupira et posa le sandwich au jambon. Il avait une sacoche autour du cou, avec deux vieux livres. Le premier, Abécédaire pour les tout-petits, avait appartenu à la vieille. Le second, Langage des signes, lui avait été donné par le docteur. Hope le montra au blond et désigna ses oreilles :

"..Eu ...a ...en-endre."

L'autre allait être déçu. Enfin s'il captait ce que Hope avait essayé de dire. Hope connaissait les mots mais il ne savait pas comment il devait les prononcer. Il apprenait essentiellement par imitation. Il ajouta, après un instant d'hésitation et en se désignant du pouce :

"Will."

Il ouvrit les mains face à lui pour les frotter paume contre paume.

Tendit les index et les réunir devant lui.

Pointa un doigt sur son interlocuteur.

"Nice to meet you."


Hope ne savait pas pourquoi il avait menti pour son prénom. Peut-être parce que Will représentait tout ce qu'il n'avait pas, et tout ce qu'il aurait voulu être.

"Hea... er."

Il tapotait à la fenêtre et attendait qu'elle vienne lui ouvrir. Lorsqu'elle le fit entrer, elle était en train de se rhabiller. Il lui tendit un bout de sandwich au jambon.

"T'es mignon Hope mais j'ai déjà mangé. Où est-ce que tu as trouvé ça ?" demanda la jeune fille.

Hope haussa les épaules et s'assit dans un coin pendant qu'Heather mettait de l'ordre dans la pièce. Il la connaissait depuis toujours, elle faisait partie des enfants qui habitaient chez la vieille. Heather était la plus âgée et c'était souvent elle qui s'occupait des plus jeunes, Hope compris. Elle avait toujours eu beaucoup de patience pour lui. Mais plus il grandissait, plus elle s'éloignait de l'image qu'il avait d'elle. Il se consolait en se disant qu'Heather n'avait jamais été, de toute façon, sa grande sœur.

En plus elle était amoureuse de cet abruti de Will. (Le vrai, pas lui évidemment.) Heather lui pinça la joue :

"Hey devine, quoi ? Mon patron a dit que je pourrais chanter ce soir. C'est pas génial, ça ? Tu pourras venir m'écouter si tu te fais discret. Bon, tu n'entendras pas bien sûr, mais tu verras, je serai toute jolie." Elle accompagnait ses paroles de gestes pour qu'il comprenne. C'était maladroit et ses doigts tremblaient, remarquait Hope. Il lui fit remarquer en un geste, ce qui la mit instantanément de mauvaise humeur : "Je fais l'effort de parler en signes pour toi ! Si t'es pas content, t'as qu'à pas venir."
"Mais..." commença Hope, avant de se raviser.

Tu ne tremblais pas avant. Il se leva et pointa du doigt la carte qu'elle avait accroché au dessus de son lit.

"Quoi ?" Il traça un chemin depuis Quederla. Le visage d'Heather se radoucit. "Tu veux partir en voyage ?" Il hocha la tête et lui prit la main. "Haha, t'es bête. On peut pas partir comme ça ! On a pas les moyens de quitter la ville... Et puis, où est-ce qu'on irait ?"

"On... en... iche. On... art. Viens."

Viens on part. Heather secoua la tête avec un sourire.

"Non, Hope. Je dois rester ici. J'ai un vrai travail, et tu sais, Will... je crois qu'il veut m'épouser. Alors tu vois, je ne peux pas partir. Et toi non plus, tu... où est-ce que tu vas ?" Il passa une jambe par la fenêtre et la fusilla du regard, avant de signer rapidement :

*Je crèverai pas dans cette foutue ville.*

Il partit avant de savoir si elle avait compris ou pas.


Will fixait le plafond de l'hôpital en fronçant les sourcils, comme s'il essayait de le fusiller du regard. À ses pieds, il y avait la silhouette blanche bien connue du docteur. Will l'appelait toujours ainsi, même s'il connaissait son nom depuis le temps. Comme le docteur connaissait le sien.

"Un ami à toi est passé te voir pendant que tu dormais. Alaric, je crois ? Il avait l'air gentil. C'est bien que tu aies des amis comme ça, Hope."
*Arrêtez de m'appeler comme ça.*
"Tu penses que c'est mieux de porter le prénom de ce pauvre garçon ?"

Will fit un geste. Le médecin soupira :

"Ne sois pas vulgaire." Il remonta les lunettes sur son nez en jetant un coup d’œil par-dessus la jambe emplâtrée de l'adolescent. "Après ce qui lui est arrivé, je trouve... déplacé que tu gardes son nom."

Un sourire bizarre déforma les traits de Will. Le vrai Will lui avait dit quelque chose comme ça, avant de mourir. Il avait beau avoir fini la gueule en sang dans le caniveau, Will avait quand même eu le plaisir de profiter de ses derniers instants, avant de tomber dans les vapes.

*Je porterai les noms de tous ceux que je crèverai s'il le faut.*
"Tu lui as dit ça ? Vraiment ?" Le doc gratta sa barbe d'un air fatigué. "Tu sais, je me demande si je n'aurais pas dû t'envoyer voir un spécialiste quand je t'ai rencontré. Pas pour ton ouïe mais pour ta tête, Will."

William sourit et fit plusieurs signes au médecin, qui regarda en silence avant de soupirer :

"J'imagine que tu as raison."

Il l'avait cherché, personne ne pleurerait sur son sort, et surtout il était loin d'être le seul gamin à avoir fait sa vie dans les rues et qui ne se souciait plus de voler ou de blesser pour s'en sortir. William aussi. Et à vrai dire, il n'avait jamais tué personne avant le chef du gang de quartier dont il avait emprunté le nom, mais il se sentait moins coupable qu'il n'aurait dû.

Pas du tout, en fait. Des années d'inimité, de jalousie et d'aversion mutuelle avaient fini par les opposer en face-à-face. Une confrontation donc chacun savait que l'autre n'en ressortirait pas vivant. Il y avait trop de rivalité, trop de rancœur entre eux.

"Quand j'en aurai fini avec toi Vesper, je ramènerai tes plaques à Heather. Je crois pas qu'elle se rappelle de toi mais comme y'a ton nom dessus, et pas le mien, pas vrai ? Je lui ramènerai ça...
"Lui ramènerai 'on sabre, 'bruti."
"Mon sabre ?"

William sourit d'un air mauvais.

"Celui avec 'equel... je vais 'e couper la tête."

Heureusement, ce n'était pas Alaric qui l'avait trouvé cette fois-là. Ce blond avait le don de le récupérer dans les pires états et de le sortir des plus fâcheuses situations. Il l'avait parfois retrouvé dans des postures gênantes ou pas très glorieuses et Will se faisait un devoir de lui rappeler, langage des signes et paroles à l'appui, qu'ils seraient deux à pas causer s'il avait le malheur de raconter quoi que ce soit à ce sujet. Il avait une réputation à tenir, quand même. Ça ne faisait pas longtemps qu'il avait été accepté dans la famille Domae et il ne voulait pas tout faire foirer. Al et le doc mis à part, c'étaient les seules personnes qui lui faisaient confiance et qui le poussaient à sortir de la rue.


Son poignet le démangeait mais le doc l'avait emballé de sorte à ce qu'il ne puisse pas l'enlever. Ça faisait trois jours et  la brûlure était insupportable, Will ne tiendrait pas une semaine. Il voulut donner un coup de pied dans le bureau pour se défouler mais il se rappela au dernier moment du tigron blanc qui dormait sur le lit. Le doc entra et surprit son geste.

"Ah, non ! Je t'ai déjà dit de ne pas casser mes meubles de bureau ! Et amène ce tigre ailleurs, il va mettre des poils partout. C'est pas une ménagerie, ici !" s'exclama-t-il en attrapant Will par le col de sa veste pour lui mettre le petit tigre dans les bras et le pousser vers la sortie.

Il n'y avait que deux personnes au monde qui pouvaient porter la main sur eux sans risquer de se faire mordre ou griffer - mordre par Will et griffer par Tigre, bien entendu - et le Doc était l'un d'eux. Le jeune homme grommela pour la forme et fit quelques signes.

"J'en sais rien, mais tu ne dors pas ici cette nuit. Trouve autre chose. Va chez Heather."

Will grommela une réponse incompréhensible. Il frotta le bandage qui recouvrait son tatouage et quitta l'hôpital avec le tigron dans les bras. Il pesait déjà bien lourd, pour un petit fauve miniature. Mais même Will, avec sa sensibilité qui frôlait les pâquerettes (ou le sol contre lequel il envoyait voler ses opposants) s'était attaché à la petite bête.

Il allait voler des beignets et s'exploser le ventre pour oublier qu'il était S.D.F, d'abord. Ensuite il retournerait au Q.G. quémander une mission un peu physique qui lui ferait perdre les kilos avalés. En priant pour se coltiner quelque chose de plus palpitant qu'une filature ou une livraison.


Il cessa d'être S.D.F. vers vingt-quatre ans. Avant cela, il dormait un peu partout mais sans vraiment se fixer, pas à l'aise avec l'idée de rentrer tous les soirs au même endroit. Un appartement rien que pour lui, c'était grand. Une piaule où dormir et attendre le matin... Non, trop bizarre. Et sur le sol aussi, c'était confortable. Quand ça ne l'était pas, il invoquait Tigre, qui faisait un oreiller magnifique. Il l'attaquait parfois durant la nuit, comme s'il rêvait qu'il mangeait un ennemi, mais comme Will faisait des cauchemars étranges aussi il ne lui en voulait pas.

Bref, tout ça pour expliquer pourquoi il ne s'était pas posé avant vingt-quatre ans. Sans compter qu'il avait pas une thune. Enfin, ce qu'il avait n'allait pas lui payer quelque chose dont il s'était toujours passé, pas vrai ? Sans Alaric, il dormirait peut-être encore sous les ponts. Ou alors il serait retourné parmi les mercenaires qu'il avait côtoyé dans sa jeunesse. Nourri logé gratuitement et permission de tuer. Que demande le peuple ?

Une nuit, alors qu'il vadrouillait tranquillement dans les rues, il avait vu un type par terre. Il serait passé sans vraiment faire attention si le type n'était pas blond. Ça avait frappé son petit cerveau perturbé et il s'était penché au-dessus du type, Tigre reniflant ses vêtements. L'animal lâcha un grognement, auquel Will répondit par un hochement de la tête. C'était Alaric. Et il puait grave.

Genre, plus que lui qui vivait à moitié dans la rue.

Avec l'aide de Tigre, il souleva ce mec qui pesait plus lourd qu'il ne le paraissait et l'amena dans un coin plus tranquille, sous un pont. Il essaya de le réveiller en le secouant un peu, avec toute la délicatesse dont il était capable... Après un grognement impatient de Tigre, Will lui colla une baffe. Alaric reprit petit à petit connaissance, sous l’œil désapprobateur de son ami. Enfin, il se considérait comme tel. Il n'aurait pas emmené un non-ami sous un pont, sauf pour l'égorger et lui faire les poches. Il tapota maladroitement la tête d'Al, pas doué pour le réconfort mais conscient qu'il en avait besoin, là tout de suite.

Après ça, il ne revit pas beaucoup Alaric, qui était toujours ça et là. Will l'enviait un peu de quitter si facilement Quederla. Lui, en dehors de son expérience de mercenariat, n'avait jamais mis les pieds dehors. Il rêvait toujours de partir, sans savoir ce qui le retenait là où il était. La confiance de la famille ? Des opportunités ? Des souvenirs ? Ceux qu'il avait oublié, peut-être...


"Est-ce que tu viens voir maman ?"
"Ta 'eule le mioche."
"Mamaaaan !"

Le petit rouquin courrait dans tous les sens, crapahutait sous les tables et essayait d'escalader le bar. Will croisait les bras pour se retenir de lui en coller une. Il était. trop. chiant. En même temps, William n'avait aucune patience avec les enfants, quels qu'ils soient... Mais celui-là ne faisait aucun effort. C'était dans ses gênes.

"Hea-er", marmonna-t-il en voyant sa mère sortir de l'arrière-salle pour les rejoindre dans le cabaret vide et silencieux, excepté pour le rouquin furieux. C'était le milieu de l'après-midi.

"Je t'ai déjà dit de ne pas traumatiser mon fils."
"Il est pas gentil", chouina le gamin.
*Bordel, il est aussi chiant que son père.*

Il avait quoi, huit ans ce gosse ? À son âge il rackettait des plus grands que lui dans la rue !

*Ne sois pas vulgaire.*

Elle avait recommencé à signer quand ses mains avaient cessé de trembler. Mais ça avait été difficile et elle avait failli perdre la garde de son fils dans la procédure. Étrangement, c'était peut-être cet enfant qui l'avait sauvée. Mais Will ne pouvait l'admettre, fier et buté comme il l'était. Il ressemblait vraiment trop à cet abruti de Will.

*Qu'est-ce que tu fais ici ?*
*Rien, je passais dans le coin et je me suis dit que j'allais jouer les baby-sitter*, signa Will avec mauvaise humeur. *Je bosse, figures-toi !*
"Maman, qu'est-ce que vous faites ?"
"Laisse les grands discuter, Junior."
"Vous discutez ?"
*Attache-le à une chaise, bâillonne-le ou mets-le dehors mais fais quelque chose sinon je te jure que je lui décalque ma main sur la tronche !*
*Si tu pose une main sur mon fils, Hope, je te jure que...*

William laissa échapper un grognement agacé :

"Tu." Il pointa un doigt sur Heather. "Chier."
"Qu'est-ce que tu veux, à la fin ? Tu ne crois pas que tu en as assez fait ?"

Cette fois William ne prit pas la peine de répondre et sortit une enveloppe de la poche intérieure de sa veste, qu'il colla dans la main d'Heather. Elle l'ouvrit et pâlit.

"Mais où... Comment est-ce que tu as eu ça ?" bredouilla-t-elle, choquée.
*On s'en fout. Disons que je vais bouffer des pâtes pendant un moment... encore. Mais tu prends et tu fais ce que tu aurais dû faire depuis longtemps.*

Viens on part. Heather hocha la tête mais Will balaya son refus en quelques signes :

*Fais-en autre chose si tu veux. Rachètes-toi de la drogue ou paye un cerveau à ton fils, je m'en fiche. Maintenant, on est quittes." Sur le pas de la porte il ajouta, pour être sûr qu'elle avait bien compris : "Je 'e dois plus rien, Hea-er."


William donna un coup de pied dans un distributeur qui n'avait rien demandé et tira nerveusement sur ses plaques militaires pour se calmer. "Will, oublie pas la liste des courses !" "Fous pas la merde en ville !" "Will, tu me ramènes une bière ?" Will par-ci, Will par-là... quand ce n'était pas à des "Willou" prétendument affectueux - affectueux mes fesses, t'aime juste me ridiculiser en public - qu'il avait droit. Vas-y, prends-moi pour ton larbin ! Le pire, c'était sûrement qu'il obéissait. Un bon petit chien, ce Will. Brave et fidèle à son maître. Il lui devait bien ça, pas vrai ? Après tout, c'était grâce à lui qu'il vivait dans un appartement (même s'il aimait passer la nuit dehors de temps à autre). C'était même lui qui, cinq ans plus tard, lui avait proposé de travailler "pour lui". Traduisez "être son larbin pour tous les trucs chiants qu'exigeaient son métier chiant de consultant chiant". Mais souvent, c'était mieux que les filatures et les livraisons. Will soupira et jeta un dernier regard à son ami, penché au balcon.

"Si t’oublie mes clopes, t'es dans la merde Willou !"

Non mais... 'tain quel abruti. Le muet se retourne avec un geste de la main qui n'a rien du langage des signes mais dont le sens est assez explicite. Quelque chose comme "va te faire voir" ou "si tu m'appelles encore Willou, je te les fais bouffer, tes clopes".
Le nombre de doigts d'honneur qu'il lui faisait à longueur de journée...

C'était peut-être à ça qu'on reconnaissait ses amis.
William sourit pour lui-même, un sourire carnassier qui fit déguerpir un pauvre gamin qui avait eut le malheur de le prendre pour lui. Il allait lui acheter la marque de clopes la moins chère, celle qui puait et qui lui arracherait bien la gorge. Avec un peu de chance, il clamse avant moi et je garde l'appart pépère, pensa-t-il en imaginant comment il aménagerait ce qui était actuellement la chambre d'Alaric.

C'était décidément un vrai frère.





CASSOS²

Pavé, César. Vous pouvez m'appeler Will ! J'ai la majorité depuis un petit moment déjà. Je débarque grâce à un partenaire. Votre forum a l'air bien sympa. Vous savez que la mention "nous n’interdisons absolument pas l’humour" dans le règlement c’est très, très dangereux ? 8DD Lae est passée, parce que c'est son prédef ♥



Dernière édition par H. William Vesper le Mer 17 Fév - 10:44, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1079
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: William   Ven 5 Fév - 15:37

Bienvenue parmi nous et bon courage pour la suite de ta fiche o/



« Je vous grogne dessus en chocolate »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: William   Ven 5 Fév - 15:38

Bienvenue ! :D
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alaric J.R WatsonMessages : 267
Date d'inscription : 12/08/2015


MessageSujet: Re: William   Ven 5 Fév - 15:40

BIENVENUE MON WILLOU ! Vivement la suite \o/


L'INSPECTORRRR DE TON CŒUR CAUSE EN #329999 OLÉ ! OLA !
darC.png





   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laelyss.imgur.com/
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: William   Ven 5 Fév - 15:44

Bienvenuuuuuuue !!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Kira SerykMessages : 2905
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: William   Ven 5 Fév - 17:32

Bienvenue !! Et bonne chance pour la suite :3




Je vous grogne dessus en darkblue.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: William   Sam 6 Fév - 1:05

Merci pour votre accueil ! /o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: William   Sam 6 Fév - 23:15

BIENVENUE !! Bon courage pour la fiiiiin :D
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alaric J.R WatsonMessages : 267
Date d'inscription : 12/08/2015


MessageSujet: Re: William   Jeu 11 Fév - 23:23

BOOON ! FALLAIT PRÉVENIR QUE LA FICHE ÉTÉ FINIS ! JE LA STALKE MAIS QUAND MÊME è_é Razz
J'ai rien à dire mise à part ça, c'est comme il faut et tu m'as bien fait rire, alors pour moi je valide o/

Juste fait attention, tu as parler de "voiture" on est dans une époque où la technologie n'existe pas.

Tu me réserves un rp, hein, hein, hein, hein MON WILLOU ♥️


L'INSPECTORRRR DE TON CŒUR CAUSE EN #329999 OLÉ ! OLA !
darC.png





   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laelyss.imgur.com/

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1079
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: William   Jeu 11 Fév - 23:27

Du coup j'me doute que tu éditeras ta fiche pour retirer ce détail, et puisque tu as toute l'approbation d'Al, je me permets de te valider o/



« Je vous grogne dessus en chocolate »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: William   

Revenir en haut Aller en bas
 
William
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Anciennes présentations-