Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Faber Peakway c'est elle et lui contre le reste du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Faber Peakway c'est elle et lui contre le reste du monde   Jeu 19 Mai - 3:18

Peakway Faber
ft. Marseus de unlightgames

Nom : Peakway
Prénom : Faber
Surnom : Fab, Fabou, Fabinou, et dans un autre registre : toi-là, hey, mais-putain, connard.
Date de naissance : 24/11, comme noël, mais bien avant.
Âge : 24 ans
Sexe : Question qui fâche, car oui, le monsieur est bien une femme. Une femme qui n'aime pas être prise pour un monsieur.
Situation conjugale : en couple avec son baton, et son ketchup. Ouais, c'est pas beau la polygamie.
Camp : Celui des Domae, pour toujours et à jamais.
Capacité : dévaliser un frigo remplit uniquement de sauce tomate en moins d'une semaine
Situation familiale : Trois frères, et un chat, le tout dans la même baraque
Métier/études : Professeur de jōdō et d'aikido
De quand date l'entrée dans la famille : Faber est née dedans, et ce, bien qu'officiellement, elle ne l'ai rejointe qu'a quatorze ans.
Vos liens avec elle : D’un certain coté, elle s’en fiche, et fait ce qu’on lui dit de faire. Mais d’un autre, elle a besoin d’eux, du cadre qu’ils lui apportent. La mort des autres membres lui importent peu, tant qu’il ne s’agit pas de ses frères, mais sans les Domae, elle n’aurait rien à faire, nulle part ou aller. Faber est donc dépendante, et ne pourrait pas vivre autrement qu’en suivant les ordres donnés. C’est un cercle vicieux.
Tatouage/marque : aucun
Possédez vous une arme : Un bâton, un Jō
Caractère

Elle est Faber, comme un crayon qu’on ne pourrait casser. Elle est Faber, qu’on utilise, qu’on use avant de jeter. La jeune femme n’est qu’une seule couleur, un rouge carmin qu’on peut, a condition d’être assez doué, décliner en plusieurs teintes. Mais personne ne l’es jamais assez. Alors, au yeux des autres, la demoiselle n’est que sérieux et rigueur. Une maniaque du contrôle émotionnel. Ennuyante. Agaçante. Une tête à claque, qu’on espère ne jamais croiser. Faber est un bon petit soldat. Un petit soldat qui ne demande jamais rien, qui exécute les ordres sans sourciller. Incroyablement calme, la jeune femme n’a pas d’ambitions, de projets d’avenir. Elle n’est rien d’autre qu’une coquille vide, et cela lui convient très bien. Ne pas se poser de questions, vivre sans apprécier le goût de la nourriture, la jeune femme ne voit pas ce qu’elle rate. N’ayant jamais rien connu d’autre, il faut alors penser qu’ elle n’aspire pas à changer. Malgré sa force, sa puissance, elle croit pertinemment qu’elle est faite pour rester en bas. Qu’elle ne vaut pas mieux que ça, et doit se cantonner au missions les plus faciles. Faber est un diamant brut, et alors que son frère est reconnu pour ses exploits, elle reste elle, ensevelie dans l’ombre, en attendant d’être découverte.  

Physique


Pour parler de Faber, il faut parler d’ Oberon, son grand frère, son protecteur. Les deux ont une relation très spéciale, et ce dernier est le seul à réussir à soutirer un visage souriant à la jeune femme. C’est bien simple, elle ne se relâche qu’en sa présence. Comme s’il prenait un peu du poids qu’elle porte sur les épaules. Car oui, Faber semble soucieuse, ou du moins désagréable. Ce n’est pas vraiment de sa faute, elle ne sourit jamais, alors forcement, ça prête a confusion. D’ailleurs, Faber, et bah d'abord, elle ne ressemble en rien a une jeune femme.

Pensez donc, elle est musclée la donzelle, et plate aussi, un peu comme un homme, sauf que c’est une femme. Une femme androgyne. Terriblement masculine. Ce n’es pas vraiment sa faute, la nature ne lui a pas donnée une grande poitrine, à la place, les heures d'entraînements qu’elle pratique quotidiennement la sculptent un peu plus chaque jour. Car elle s'entraîne constamment, avec son aîné tout particulièrement. Ce dernier a racheté un dojo d’on elle est l’un des professeurs. Elle a beau ne pas lui arriver à la cheville, Faber a un sacré niveau. Comme il dit, elle est douée, mais n’a pas autant d’expérience que lui. Comme il dit, elle progresse, mais a quatre ans de retard.

Ses élèves la prennent souvent pour un homme. Alors même si elle n’arrive pas à le montrer, elle est vexée quand on l’appelle, avec son aîné, les frères Peakway. Et pourtant, elle est belle dans son genre. Malgré sa stature, son visage est délicat, un peu comme celui d’une poupée. Il est pâle, faisant ressortir ses lèvres naturellement roses. On ne sait pas ou la mettre, dans qu’elle catégorie la situer.

Grande, la jeune femme aime a porter des talons, et de belles robes aussi. Être un minimum féminine quoi. Pourtant, ses habits se déclinent toujours dans une gamme carmin. Il faut croire qu’elle apprécie cette couleur. Ses cheveux, quand a eux, sont toujours bien coiffés. Bien que courts, elle aime à faire une tresse dedans, à sa gauche précisément. Cela vient de ses petits frères, qui un jours avaient décidés de s’amuser. En cette après midi comme tant d’autres, ils n’auraient jamais pensés qu’elle se déciderait à la garder. Puis il y a le ruban, un ruban marque page que sont défunt frère lui avait un jour offert. Ce ruban est une punition, punition qu’elle endosse chaque fois qu’elle se regarde dans un miroir.


Histoire :

" Comment peut t’ on en arriver a de telles extrémités ? Je ne sais pas non plus, et a vrai dire, je ne l’ai jamais su. Qui est le coupable ? Celui qui commence, ou celui qui se tait ? Qui est le coupable, notre père, pour nous avoir poussés au delà de nos limites, ou nous, pour ne pas avoir pu supportés la pression engendrée ? Je ne sais pas. Je ne veux pas savoir. Oublions juste. Oui, faisons comme si rien ne s’était passé. Fermons les yeux un court instant, juste un court instant. Et quand nous les ré-ouvrions, cette vie de cauchemar n’aura été qu’un rêve… Mais ce n’était pas un rêve, et tout me revient. La culpabilité, le dégoût. J’ai tuée mon propre frère. Mes frères et moi avons saignés la chair et le sang qui coule en nous. Déclarés coupables d’avoir été faibles. De ne pas avoir su s'arrêter à temps. Alors dit moi franchement, toi qui me regarde et me juge, suis je née monstre, ou le suis je devenue ?

Je suis née Domae. Née Domae, et élevée pour faire la guerre. Le Père était méchant. Humiliant. Il voulait le meilleur, et c’était sa façon à lui de montrer ses sentiments. Il ne voulait juste pas que ses enfants soient blessés, comme leurs mère avant eux. Mais ce qui partait d’une bonne intention a très vite dégénéré. Je n’étais pas l'aînée, juste la troisième. La troisième dans un ordre de cinq, et naturellement très douée. Mauvaise chose pour les autres, qui n’aspiraient qu’à une chose, me rattraper. Seul mon premier frère, qui avait une avance trop confortable, ne pouvait se sentir menacé. Et le second, qui était à peine plus vieux que moi, se prenait la haine et la rancoeur accumulée d’une fratrie qui ne savait plus comment vivre.

Le désavantage d’avoir un père castrateur, c’est qu’on se sent vite frustré, et qu’à moins d’avoir un moyen de se défouler, cette haine se retourne contre nous. Mon second frère, du fait de sa faible constitution, est rapidement devenu notre punching ball. Il n’arrivait pas à suivre les entraînements, et nous étions punis à sa place. Injuste, intolérable, nous en avions marre qu’il nous tire en arrière. A cause de lui, notre Père, qui ne faisait au début que de nous rabaisser, à commencé à devenir de plus en plus cruel. A devenir de plus en plus violent. Trop de méchanceté, nous devions trouver un moyen pour exister par nous même. Pour extérioriser la souffrance que nous ressentions. Être plus fort, plus productif, ne pas craquer en sa présence. Devant lui ne surtout ne pas se laisser aller. Pour qu’il nous remarque, qu’il nous adresse une miette de compliment. La plupart du temps, seul mon frère et moi en resservions. Nous étions les plus prometteurs, et cela nous comblait. Oui, cette situation nous allait.

Les excuses ne servent à rien, maintenant qu’ il est mort, il faut avancer. Il faut apprendre de nos erreurs et essayer de laisser couler. C’est ce qu’à dit mon aîné, avant de nous prendre et de nous éloigner de la maison. Il avait vingt et un ans, j’en avait dix sept, et mes petits frères quinze. Les années se sont écoulées, mais je crois que je ne me suis jamais pardonnée. Mon aîné non plus, et nous sommes une famille soudée. Le second est tombé sous nos coups, un jour ou notre père avait décidé de nous laisser toute la soirée et la matinée debout, sans avoir le droit de bouger, un bandeau sur les yeux pour nous priver de repères temporels.

Il ignorait que nous frappions notre frère. Il l’ignorait, et ne l’a apprit que ce jour là, ce jour ou nous l’avons tués. Cela lui a fait un sacré choc. Lui, il ne voulait que notre bien, il ne pensait pas que cela irait si loin. Dans sa tête, ce n’était qu’un esprit de compétition entre frère et soeurs. Il ne nous pensait pas capable du pire. Mais nous l’avons fait, et nous aurions pu continuer si mon grand frère ne s’était pas interposé, s’il n’avait pas décidé de partir, de nous éloigner.

Nous sommes pourtant restés chez les Domae, ne pouvant nous détacher complètement. C’est compliqué à dire, mais nous avions la guerre dans le sang. Le père nous y avait introduit à nos quatorze ans, quel honneur, nous nous sentions fiers d'avoir pu rencontrer le Conclave. Chance que notre incapable de frère n'avait pas eu. Trop faible, trop agaçant. Une raison de plus pour se sentir supérieur à lui. Et bien que notre tortionnaire préféré nous ait forcé à nous engager, la décision de rester après la mort du petit s'est imposée d'elle même. Anéantis, privés du cadre promulgué par notre paternel, nous nous sommes raccrochés à la seule chose que nous avions encore entre les mains.

Nous sommes donc restés, accusant les regards interrogateurs sans broncher. Cela faisait déjà quelques années que j’étais officiellement entrée dans la famille, mais personne ne s’était jamais douté de ce qui se passait dans la mienne. Mon aîné s’est décarcassé pour leurs prouver que malgré tout, il n’était pas un raté. Ils leurs a prouvé, à tous, ce d’on il était capable. Moi, il faut savoir que je n’aspire pas à une grande vie. Les petites missions me conviennent, et quand Oberon a besoin d’aide, je lui prête main forte. Rien de plus, rien de moins. J’assure juste ses arrières, car il dit que je suis la seule à pouvoir le faire. Il ne dois faire confiance à personne d’autre, je le pense sincèrement. C’est triste, mais j’aime l’idée de ne pouvoir être remplacée.

Depuis qu’on est partit, le Père ne s’est plus manifesté. Il s’est rendu coupable du crime, il a endossé la faute à notre place. C’est un passé révolu, qu’on se refuse à déterrer. Nous, la famille Peakway, sommes enfermés dans des bulles de déni. Comme si le temps était suspendu, comme si nous avons arrêtés de vivre. Mes petits frères sont quand même moins touchés, ils sont plus joviaux. Les jumeaux se sont reconstruits, et ne comprennent pas notre silence, notre impassibilité. Mais nous sommes différents, rongés par la culpabilité. Rongés par un passé que nous n'arrivons pas à fuir. "

Questions

PRÉNOM/SURNOM : Arvalis
ÂGE : l'âge d'écrire
COMMENT ÊTES-VOUS ARRIVÉ ICI : en ramassant des miettes de souvenirs
UN COMMENTAIRE ? UNE IDÉE ? : plus de coeurs, les coeurs c'est l'avenir. Tenez, cadeau : ♥
LE CODE DU RÈGLEMENT : San Valide o/



Dernière édition par Faber Peakway le Sam 21 Mai - 15:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1094
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Faber Peakway c'est elle et lui contre le reste du monde   Jeu 19 Mai - 8:35

Rebienvenue parmi nous o/
Alors il manque encore ton avatar et le code du règlement (en fait, toute la partie qui concerne le hors RPG), et ton histoire gagnerait également à s'étendre sur le moment où tu as rejoint les Domae, de même pour l'acquisition de ton animal. Étant donné qu'on a rajouté des explications sur les cérémonies des Conclaves, n'hésite pas à aller mettre le nez dedans~



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 3156
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Faber Peakway c'est elle et lui contre le reste du monde   Jeu 19 Mai - 11:39

Re-bienvenue parmi nous *^*
Une fois les modifs' apportées, San s'occupera de ta fiche :3


Je vous grogne dessus en darkblue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Faber Peakway c'est elle et lui contre le reste du monde   Jeu 19 Mai - 11:58

ouep, hier j'étais trop fatiguée pour bidouiller le code, je crois que je l'ai marqué dans le texte sous le titre. Quand à l'histoire, je m'en occupe de suite. Jsuis même étonnée qu'elle passe, tellement je l'ai écrite en mode yolo. Bref, je vous aimes, coeur d'amour pur ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Faber Peakway c'est elle et lui contre le reste du monde   Sam 21 Mai - 12:58

je double poste pour dire qu'après y avoir réfléchit, je me dis que Faber n'aura pas d'animal. Cela ne colle pas avec le fait que personne ne l'a remarqué =3 Je pense que ça viendra, mais pas maintenant Very Happy J'apporte de suite les modifications nécessaires x)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Faber Peakway c'est elle et lui contre le reste du monde   Sam 21 Mai - 15:10

Bien alors !

Rien ne m'a choqué en lisant ton histoire, elle se centre sur une période en particulier de ton histoire en effaçant le reste; ça change ! Seulement, nous sommes tous deux Domaes, et nous savons quelle bénédiction c'est d'être dans cette Famille; Aussi, pourrais-tu, comme Big' l'a souligné, dire pourquoi les Domaes (est-ce pas ce que ton père en faisait partie ?); tu dis " Faber est née dedans, et ce, bien qu'officiellement, elle ne l'ai rejointe qu'a quatorze an"

J'aimerai juste qu'en deux-trois lignes tu dises pourquoi tu fais une différence entre les deux : Avant ses quatorze elle suivait idéologiquement la Famille ? Et Pourquoi ? et quand est-elle entrée ? Et pourquoi ? Ton père t'a introduite ? on est venu te chercher ?  :3

Sinon, tout est bon pour moi o/ On verra pour l'obtention de ton animal inrp comment ça se déroulera mais on a le temps o/ Rajoute ça et je pourrais te valider sans aucun soucis :3

Edit : Parfait o/ Je vais donc te valider o/
Petit recap' au cas ou Razz :

x - Tu peux faire ta demande de logement Ici o/

x - Demander la création de ton lieu de travail Juste là :3

x - Et partir à la conquête du Forum en Demandant un Rp si besoin :3

Voilaaa amuse-toi bien !  
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Faber Peakway c'est elle et lui contre le reste du monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faber Peakway c'est elle et lui contre le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Anciennes présentations-