Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 14  Suivant
AuteurMessage

avatar

Nashoba DreidenMessages : 504
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Jeu 14 Juil - 17:59






Prise d'otage au Centre Commercial


Quand Lyana me demande ce qui a pu m'arriver, je suis content que ce soit Onyx qui résume la situation plutôt que Nayati ; lui ne se serait pas gêné de glisser le mot "Prince Charmant" et "Princesse" afin de désigner les deux protagonistes de l'histoire. Je prends de grandes respirations laissant mon amie poser une main sur mon ventre, je serre les dents quand elle appuie en hochant la tête pour répondre à sa question ; oui ça fait mal...

- On peut soit trouver une façon de sortir, soit rester... Mais je me sentirais mal si j'arrivais à m'enfuir en laissant des personnes ici, si vous voyez une jeune femme au cheveux blanc court et yeux bleu dites le moi... C'est.

Pas le temps de terminer sa phrase qu'un homme armé d'une lance tente de venir vers nous avant de se rétamer au sol sans raison... Personne ne lui a fait de croche-patte, y'a pas un seul obstacle, finalement j'arrive à distinguer une petite guêpe ; un Domae ? Les pouvoirs sont revenus ? Cette théorie se confirme lorsque je vois la dame utiliser de l'acide sur celui qui était venu nous aider ; je détourne le regard mais ses cris insoutenables nous ramènent tous à la réalité. Si les pouvoirs sont revenus, je devrais pouvoir faire quelque chose ; je me concentre pour créer une bulle de son autour de nous mais ça ne fonctionne pas. Comment.. Pourquoi ?

Et d'un coup toutes les pièces du puzzle se remettent en place... Je me disais que la voix du Ténébreux, je l'avais entendu quelque part, c'est celle de La Plume. Il avait encore ses pouvoirs quand je l'ai vu dans son château et ses histoires de contrat, il me disait maîtriser une magie plus puissante que celle des Familles ; alors c'était ça son plan. Distribuer les pouvoirs au premier qui le demande et les laisser s'amuser avec ; je laisse tomber ma tête en arrière contre le mur comprenant que j'aurais pu faire plus que m'amuser avec sa tasse de thé ébréchée mais comment aurais-je pu savoir qu'il comptait prendre en otage toute la ville ?

- Je comprends pas que des humains puisse faire des choses comme ça... C'est...inhumain.

- T'en fais pas, on va s'en sortir... Dis-je en posant une main sur l'épaule de Lyana pour la soutenir. Les autres dehors vont venir nous sauver.

Son père, le Valet Elementis va sûrement rappliquer d'une minute à l'autre en apprenant qu'elle est ici et même les autres. Je relève la tête vers les otages et remarque dans un coin Haizea avec son petit frère, je lui lance un regard désolé... Et je ne peux même pas aller la rejoindre pour la rassurer. Mais une raison m'échappe encore, pourquoi est-ce qu'ils font ça ? A quoi ça sert de nous prendre en otage, je ne vois personne de mon Conclave et je crois que personne du Conclave Domae est présent parmi nous ; alors quoi ? C'est pour l'argent ? Je ne vois pas de personnalité ultra-connu qui en vaille réellement la peine.

- Sérieusement pourquoi vous faîtes ça ? A quoi ça va vous servir de prendre en otage des personnes venues acheter des saucissons en promo ou boire un café ? Le Ténébreux n'a pas d'autres choses à faire que de s'en prendre aux citoyens de cette ville ?

Un jour, j'apprendrais à me taire et rester tranquille... La curiosité est un très vilain défaut non ? Et bien je viens enfin de comprendre pourquoi lorsque je vois une femme plutôt musclée s'approcher de moi prête à m'en coller une pour avoir osé poser la question.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laelyss ReissMessages : 995
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Jeu 14 Juil - 20:01

Joie des ennuis

 

Tu te tais et tu avances.
C'est qui est répété ici est là.
Les coups sont portés sans état d'âme aux premières personnes qui osent la ramener où s'interposer. Mais nous ne sommes pas des chiens, du bétail qu'ils peuvent déplacer et maltraiter à leur guise. C'est dans notre nature de nous défendre. À quoi est-ce qu'ils s'attendaient après tout ? À ce qu'on obéisse aux doigts et à l’œil sans rien dire, sans rien faire. Acceptant les blessures et la mort de certains ? Nous n'avons peut-être pas l'avantage en force et démunie de nos pouvoirs, mais aux dernières, je doute qu'on soit réellement des lâches.

Je garde Luna près de moi, hors de question de la perdre ou bien même qu'il lui arrive quoi que ce soit. Je ne me le pardonnerais pas et Big non plus. En murmurant, tout en suivant les autres qui avançaient dans une direction bien précise, elle m'a expliqué sa présence ici. Puisqu'elle devient grande et responsable, l'autorisation d'aller au centre commercial pour rejoindre ses amies faire un peu de shopping était donnée. Forcément, avec les agents de sécurité qu'il y a – ou du moins avait – elle ne risquait pas grand-chose. Et certainement encore moins si son père travaillé là aujourd'hui. Mais voilà que cette belle journée entre amis fichus vient de se voir être volée en éclats en moins de deux. Joie.

À force de suivre le mouvement, nous approchons du regroupement principal. Et quand je vois tout ce peuple qui courbe quasiment l'échine envers ses preneurs d'otages, il y a une chose qui m'échappe grandement. Nous sommes largement plus nombreux, pourquoi est-ce personne ne prend les choses en main ? Même une paire de talons en guise d'arme suffirait à faire des dégâts. Et je sais de quoi je parle. Une fois dans l’œil ce n'est pas ce qu'il y a de plus agréable. Un rien peut être utilisé comme une arme. Et ça me tue. Malgré le nombre d'enfants, il y a tout de même pas mal d'adulte qui semble savoir se battre un au minimum. Au fond, peut-être que j'avais tort. Peut-être qu’on est réellement plus lâche que ce que j'avais imaginé. On nous oblige à s'asseoir au sol parmi les autres et j'essaie vainement de rassurer ma belle-fille. Elle tient bien de son père, plus courageux qu'il n'y paraît. Moins têtu cependant. C'est ce que je lui murmure à l'oreille et cela a le don de lui décrocher un faible sourire. Nous sommes au moins d'accord sur ce point-là. De quoi oublier l'espace d'une demi-seconde les emmerdes qui nous entourent. Avant que la dure réalité ne frappe à nouveau.

Cette soudaine petite agitation qui a attire l'attention de tout le monde été franchement sordide. Et j'en cache les yeux de Luna. Elle n'a pas besoin de voir un homme fondre doucement, mais douloureusement. Je comprends mieux maintenant. S'ils ont des pouvoirs que nous n'avons pas encore récupérés, ça change plus ou moins la donne. Mais, l'homme avait au moins eu le courage de s'interposer. Il avait essayé même si cela l'a malheureusement mené à sa perte. Qu'est-ce que je pouvais bien lui dire pour la rassurer ? Que les choses allaient s'arranger ? Que son père n'allait pas tarder à arriver pour leur botter les fesses tour à tour ? Bien sûr, j'adorai pouvoir lui dire une telle chose. Mais comment être sûr que ce soit le cas ? Comment être sûr que le monde extérieur est au courant de ce qu'il se passe à l'intérieur ? Et si c'était pire dehors ? Je n'en avais aucune idée, personne ne le savait. On est juste là coupé de tout. Sans savoir ce qu'ils veulent exactement. Sans savoir si au final, il n'allait pas tout nous tuer un par un pour le simple plaisir d'avoir du sang sur les mains. Les êtres humains de Quederla sont dotés d'une grande cruauté après tout. Cela ne serait presque pas surprenant si au final, on finit tous avec un pied dans la tombe.

Alors que j'étais en train de lui frotter le dos pour la calmer d'une montée de stress. Ce sont les paroles d'un jeune garçon à quelques petits pas de moi qui résonnent à mes oreilles. Il marque un point. Si le ténébreux voulait de l'action, il n'avait qu'a s'en prendre directement aux familles. Pourquoi impliquer des personnes qui n'ont rien fait d'autre que de vivre – ou du moins essayer – paisiblement leur vie ? Voyant l'un des chiens de garde s'approcher dangereusement de lui, je lâche Luna en lui ordonnant de ne pas bouger et de rester sagement à sa place quoi qu'il arrive. Puis je me lève rapidement et en quelques en jambés pour rejoindre ce conflit, je bloque la main qui allait s'écraser brutalement sur le jeune homme. Je ne me prends pas pour la femme qui sauve tout le monde sur son beau cheval blanc. Mais s'il y a bien une chose que je ne supporte pas, ce sont les personnes qui osent s'en prendre aux êtres inférieurs. On ne touche pas aux enfants. C'est pourtant la règle. J'ai droit à un regard menaçant, mais le mien l'est tout autant.

Vous n'avez pas honte de lever la main sur un gosse. Prenez-vous-en au moins à un adulte. Mais c'est vrai que c'est plus simple de taper sur les personnes qui n’opposent pas de résistance, hein ? Lâchais-je d'un ton sarcastique. Monsieur le soi-disant Ténébreux a peur de se montrer et de se faire botter le cul, alors il envoie ses petits toutou faire tout le boulot. Tout ça pour quoi ? Pour faire un travail qu'il n'est même pas capable de faire lui-même. Vous vous croyez supérieur, mais au fond, vous n'êtes rien. Profiter bien de cet avantage. Il ne durera pas.

Mon pied vient s'abattre violemment dans son ventre après ces mots, de quoi la faire plier en deux sous la douleur. J'imagine que cela va m'attirer des ennuis. Mais de toute manière je préfère prendre les dégât, au lieu qu'ils soient porté sur personne qui rentre a peine dans l'âge adulte. C'est bas de s'en prendre au faible. Qu'ils prennent au moins des adversaires – plus ou moins – à leur taille.

 


©



Maman écris en #71043C


d6dn.pngdarC.png




 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Jeu 14 Juil - 21:15

Prise d'otage au Centre Commercial

Feat.... tout le monde

Alors qu'un homme de la sécurité tente de venir s'interposer, son avancée est rapidement stoppée. Par quoi, je ne l'ai pas vu au début avant de remarquer l'espèce d'animal bourdonnant autour de la tête du sale type, qui rigole à gorge déployée. Une guêpe. mais alors, cela veut dire qu'il a toujours son pouvoir, lui? Pourquoi? Comment cela se fait? Ce n'est pas normal. Et une femme s'approche de l'home à présent au sol avant de laisser un liquide sécréter par sa main se poser sur son crâne.

Je n'ai pas besoin de voir pour comprendre ce qu'il se passe et aux cris qu'il pousse, je sens Ewan paniquer entre mes bras. J'ai gardé sa tête dissimilé contre moi aussi n'a t'il pas assisté à ce spectacle mais moi, j'ai tout vu. Et mon rythme cardiaque ainsi que ma respiration s'en ressentent. Non, pas se laisser dépasser par l'angoisse, surtout pas maintenant. Alors, pour me calmer, je sors mon carnet à dessin avant de chuchoter à l'oreille de mon frère.

"- Tu sais ce qu'on va faire? Je vais faire des dessins des méchants et après, je les montrerais à Kira. Comme ça, si jamais ils font du mal à quelqu'un, on les retrouvera. Tu veux bien m'aider?
C'est très simple, tu me dis juste quand ils regardent vers nous ou s'ils approchent, pour que je range le tout. D'accord?"


Oui, c'est risqué. Mais je ne peux pas rester là à ne rien faire. je dois protéger Ewan mais sans pouvoirs et face à des gens comme eux, je ne peux rien faire d'autre. Alors, faute de pouvoir agir, au moins, je vais garder des preuves de ce qu'il se passe, autant que je pourrais. Et déjà, je griffonne l'apparence de la femme en stipulant bien qu'elle maîtrise l'acide. Je ne peux pas perdre trop d temps sur les détails mais je les observe d mon mieux, pour les reproduire aussi fidèlement que possible alors qu'une voix perce à travers le brouhaha ambiant.

- Sérieusement pourquoi vous faîtes ça ? A quoi ça va vous servir de prendre en otage des personnes venues acheter des saucissons en promo ou boire un café ? Le Ténébreux n'a pas d'autres choses à faire que de s'en prendre aux citoyens de cette ville ?

"- Nashoba? "

Il m'avait vaguement semblé l'apercevoir mais au milieu de cette foule, j'ai cru que je m'étais trompé. Mais non, c'était bien lui. Et visiblement, sa remarque ne plaisait pas aux hommes de mains présents car déjà, un femme plutôt musclée s'approche de lui. Encore une autre personne. Que je m'empresse d commencer à croquer sur une nouvelle page. Finalement, ce petit carnet va beaucoup me servir. Et bien plus vite que je ne l'aurais pansé.

▬ Vous n'avez pas honte de lever la main sur un gosse. Prenez-vous-en au moins à un adulte. Mais c'est vrai que c'est plus simple de taper sur les personnes qui n’opposent pas de résistance, hein ? Monsieur le soi-disant Ténébreux a peur de se montrer et de se faire botter le cul, alors il envoie ses petits toutou faire tout le boulot. Tout ça pour quoi ? Pour faire un travail qu'il n'est même pas capable de faire lui-même. Vous vous croyez supérieur, mais au fond, vous n'êtes rien. Profiter bien de cet avantage. Il ne durera pas. 

"- Regarde Ewan, Laelyss est là aussi. Tu vois, nous ne sommes pas seuls. "

Oui, la présence de notre marraine me parait soudainement très rassurante. Même si je crains que son intervention ne lui apporte plus de soucis qu'autre chose. Ewan aussi semble un peu moins inquiet soudain, cette présence connue le rassurant mais moi, je continue mes dessins. J'ai une occasion en or de détailler la femme face à elle alors j'en profite. Tant qu'ils ne regardent pas dans notre direction, tout va bien. Je termine rapidement ce nouveau schéma avant de chercher l'homme à la guêpe du regard, pour mieux immortaliser ses traits sur le papier.

Mais maintenant, je peine à rester concentrer sur mes schémas car je m'inquiète. Pourvu qu'ils ne fassent rien à Laelyss ni à Nashoba.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du JeuMessages : 646
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Jeu 14 Juil - 23:16

Prise d'otage
~ 10 heures 12 ~

Il y avait déjà beaucoup de monde à l'intérieur de ce couloir, du moins cela se remplissait de plus en plus, alors que cela ne faisait même pas quinze minutes encore. Mais surtout le coup du soldat qui venait de se faire fondre la gueule avait sûrement calmer le plus grand nombre de personne. Pourtant l'un des otages se prenait pour un petit héros  à son tour, enfin à moitié vu qu'il restait assit en espérant sûrement que son action passe inaperçu et que personne ne le remarque. Sauf que tout le monde le remarqua, c'était la seule personne qui parlait il faut dire donc c'était assez simple de le voir faire.

Un petit discours qui insultait leur chef bien-aimé. Surtout qu'il faut dire que les membres de l'Ordre qui attaquait n'était pas des plus intellectuel, ils n'étaient même pas tous au courant de ce qu'ils devaient réellement faire, on leur avait dit qu'ils pouvaient s'en donner à cœur joie et tuer tous ceux qui voudront quand ils oseront se prendre pour des héros, sinon il fallait les laisser en vie et cela leur suffisait amplement ; des personnes qui aimaient tuer, voilà tout simplement ce que ces hommes et femmes étaient. La seconde femme de la bande se rapprochait de ce gamin qui avait osé insulter leur chef, elle allait lui apprendre à respecter les hommes puissants et surtout le véritable maître de la ville.

Alors qu'elle allait venir abattre son poing sur cet insolent, une femme se leva d'un bond pour venir lui attraper le poignet et faire son discours également, chacun son tour il faut dire. La femme ne l'écoutait même pas, il faut dire qu'elle s'en fichait, tout ce qu'elle avait entendu c'était qu'elle devait s'en prendre à ceux qui se défendait, donc cela voulait dire à elle vu c'est ce qu'elle faisait là actuellement. Avant qu'elle puisse agir, cette rebelle leva sa jambe pour venir exploser le ventre de la preneuse d'otage qui se plia un instant en deux. Néanmoins cela n'était que pour mieux utiliser son pouvoir, pouvoir que le Ténébreux lui avait confié pour ce moment là. Elle usa de son élément pour accélérer les mouvements du coup qu'elle venait de prendre, mais aussi du sien afin de se donner l'élan nécessaire pour faire un rotation sur elle-même, style capoeira. Le corps de la preneuse d'otage tourna sur elle-même, la jambe fila dans la trajectoire afin de venir déposer son talon en plein visage de cette rebelle qui la propulsa contre le mur à côté de l'autre petit rebelle.

« C'est vrai que c'est plus jouissif de s'en prendre à une personne qui sait se défendre, ça me procure des choses mes agneaux. »

~ 10 heures 15 ~

Des petites minutes s'écoulèrent, des petites minutes dans le silence. Il faut dire que les femmes avaient montrer de quoi elles étaient capable, que cela soit celle avec l'acide qui fait fondre des hommes ou bien celle qui savait parfaitement utiliser les coups qu'elle subissait pour redonner la même chose. Tous les preneurs d'otages étaient en pleine forme et surtout en plein confiance, ils avaient largement l'ascendant pour le moment et ils comptaient parfaitement garder tout cela. Bien sûr tant que personne ne veut faire le héros, les preneurs d'otages resteraient calme, c'est leur ordre après tout, mais maintenant cela ne faisait que commencer, cela changera sûrement avec le temps qui file et surtout en fonction de la réaction des gentils petits agneaux assis à s'occuper comme ils pouvaient entre eux pour ne pas prendre à la panique.

Pendant ce temps, les dix autres preneurs d'otages circulaient dans tout le centre commercial pour rechercher les personnes qui pouvaient encore traîner et surtout pour récupérer ceux qui tentaient de fuir ou bien de jouer le héros et rentrer à l'intérieur de leur QG imprenable et improvisé surtout.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Ven 15 Juil - 0:31


Première opportunité?
Ce n'est plus l'heure à la réflexion



Qu'est-ce qu'ils font. Qu'est-ce que ce gosse fout. Pourquoi parle-t-il ? Il est déjà blessé, dans quel but attire-t-il leur attention ?... Il ne semble néanmoins pas tant choqué que ça par l'utilisation de ces pouvoirs.
Le point positif, c'est que grâce à lui, je connaîtrais une nouvelle de leurs capacités.
Merci à toi, pour ça, jeune homme. Ta mort ne sera certainement pas veine.
Hochant très légèrement la tête, acceptant la mort de ce jeune garçon sans pour autant paraître révolté.
Cette femme qui s'approchait près de lui semblait massive, apparemment, elle misait beaucoup sur le corps à corps. C'est mon type d'adversaire préféré. Elle a l'air un peu plus grande que moi, à vue de nez.

Elle allait frapper, je ne bougeais toujours pas. Il me reste trois ennemis dont j'ignore encore les capacités. Une portée sur le physique, une portée sur le toucher et un sur le contrôle à distance.
Quel endroit effrayant. Vivent-ils tous les jours ainsi ?
Je dois avouer que... Même avec des ordres, je resterai dubitatif.
Quoi que. Si j'étais mieux équipé, je ne craindrais pas de piqûre d'insecte, je n'aurai qu'à me concentrer sur les trois hommes restant, suite à un événement quelconque et leur attention canalisée, je pourrais en éliminer au moins deux très rapidement, et derrière, il ne me resterait que du petit lait.

Grinçant des dents légèrement, l'idée de réagir pour protéger cet enfant traversa mon esprit. Cependant, même en y allant au maximum de mes capacités, quatre secondes ne suffiraient pas à l'empêcher de frapper quelque chose qu'elle peut écraser en moins de deux secondes.
Me mordillant la lèvre inférieure.
Les autres ravisseurs ne semblaient pas plus préoccupé que ça par la situation. Ils regardaient, mais sans grand intérêt.
Je les comprends, à quoi bon se focaliser sur une caïd qui s'acharne sur un mioche.
Quoi que. Déjà, rien que le fait qu'ils regardent tous dans cette direction est malsain. Ce ne sont clairement pas des soldats entraînés...
Ce sont juste des passants avec des capacités inhabituelles à qui on autorise de frapper et tuer tout ce qui bouge. Ils ne sont pas entraînés.
Si seulement je connaissais leurs capacités.
L'homme à la guêpe se trouvait à 15 mètres en face de moi.
La femme à l'acide se trouvait à un peu plus de 20 mètres en face de moi.
Tous deux semblent assez passif, maintenant. Sans pour autant que j'arrive à comprendre pourquoi. Tout ce qui est sûr, c'est qu'ils prennent du plaisir à regarder le spectacle offert par leur camarade, à présent dans la foule, à un peu plus de 15 mètres de moi sur ma droite.

Je pourrai l'assassiner à tout instant, cette femme. Elle ressemble à un golgoth. C'est définitivement une machine de muscle assoiffée de sang... Même si pour autant, je ne peux pas en être persuadé.
Si l'homme à la guêpe réagit suffisamment vite, je n'aurai pas le temps d'assassiner celle qui s'en prend au mioche, puis de me repositionner pour trancher la guêpe en deux.
Me mordant la lèvre inférieure un peu plus ardemment. Il me dérange, réellement, ce type.

Et puis, il y eut cette femme, qui coupa net mes pensées.
Elle attrapa la tortionnaire au poignet comme pour l'empêcher de frapper, et tenu un discours que je ne pris même pas le temps d'écouter.
Mon regard se détacha d'eux quasi instantanément afin de se diriger de nouveau vers l'homme à la guêpe. Il semblait jubiler, ça lui plaisait tellement, cette scène, cette action. Il semble complètement dépassé par la réalité de l'action. Quelle naïveté. Et ça, c'est sur un champ de bataille ? Et ça, ça se permets de prendre des établissements entier en otage ?
C'est réellement ça, le niveau que cette ville a à offrir ?
C'était définitivement le moment d'intervenir et d'ôter la fin en un instant à cet homme.




Avant que la rousse suicidaire ait fini son discours, ma main droite était déjà apposée sur le pommeau de mon arme, un genoux relevé, près à m'élancer pour le cent mètres le plus rapide de ma vie. Même si pour l'occasion, ce n'était que quinze mètres. Au final, c'est un peu comme si je m'élançais en avant, faisant une fente, double-fente qui se termine en flèche, accompagné d'un simple iai. Une fois le tout exécuté, je me propulse en arrière...

Et merde. Me voilà entrain de jouer les héros... Pour des gens que je ne connais même pas, pour un pays que je ne connais même pas, pour une ville dont j'ignore tout, et dont mes premières impressions sont... Plus que désagréables.
L'occasion ne se représentera pas, et elle est trop belle pour ne pas être saisie.
Je n'aurai plus qu'à me tenir à bonnes distances de ces deux femmes tout en attendant que les trois autres hommes dévoilent leurs capacités.

Me revoilà entrain de me mordre la lèvre inférieure plus frénétiquement, on pouvait voir le sang monter. Je n'ai pas l'habitude de prendre ce genre de décisions moi-même. D'habitude j'obéis juste aux ordres. Et c'est malheureusement pour moi, la première fois que je me retrouve dans une situation aussi désavantagée, livré à moi-même, ne pouvait me reposer sur aucun acquis, sur aucun ordre dictant ma conduite.
Ce poids dans l'estomac. Ou plutôt, au niveau du cœur. C'est douloureux. Me mordre la lèvre n'y changera rien.
Qu'est-ce que je fou là.
Pourquoi ne suis-je pas entrain de patrouiller aux alentours du palais Royal de Moscou ?
Pourquoi ne suis-je pas entrain de finir mes exercices matinaux ?
Pourquoi ne suis-je pas entrain de me préparer à partir manger, pour le repas de midi, avant de participer aux cours théoriques de l'après-midi ?
Pourquoi n'ai-je pas mon uniforme sur moi ? Pourquoi n'ai-je pas ma Naginata à portée de main. Ce serait tellement plus simple. Même ma double-épée de poing me serait utile, ici, contre tous ces énergumènes aux capacités physiques décuplées.

Secouant légèrement la tête, comme pour chasser toutes ces pensées, la rouquine continuait de déblatérer.
Tu mourras, certainement. Je ne peux rien pour toi. Mais je te remercie de ta présence. Ce mioche seul n'aurait pas suffit.

Une fraction de seconde plus tard, et me voilà plus concentré que jamais. Cette concentration donnerait peut-être naissance à un bain de sang. Peut-être que le berserker qui sommeil en moi sur réveillera.




Ni une, ni deux, j'appliquais ma stratégie initiale.
La détonation de mon départ fut légère. Ces habits ne me vont guère.
Quelle idée d'avoir ce genre de pensées dans ce genre de moment.
Moins de quatre petite seconde, avec cette vitesse, pour l'atteindre. Et me voilà entrain de penser à comment je suis habillé. Quelle idée.
Qu'est-ce que le temps passe lentement. A-t-il toujours était aussi lent ?
Les yeux rivés sur ma cible, cet homme, me voilà dans les airs, à pleine vitesse. Ma cape s'envolait derrière moi, je perdis quasi-instantanément ma capuche.
Huit mètres. Un pied au sol qui m'élança encore plus rapidement en avant.
Six mètres. C'est cette distance qui nous séparait de la vie et de la mort.
Mon épée était dégainée. Mais iai était enclenché.
Je suis assez fier de mes techniques de iai, en général. Il me faut rarement plus d'un coup, pour tuer un adversaire.
Quatre mètres. Mes deux pieds sont au sol, la flèche est enclenchée. Mon épée est à mi-chemin.
Deux mètres. Encore un quart de seconde, juste un peu.
Un mètre. Je suis tellement près que je peux sentir sa transpiration. Quel être immonde.
Mon iai est terminé, ne sachant pas encore si je l'ai tranché ou non. Aucune différence ne s'en serait ressenti lors de mon maniement de l'arme. J'ai exécuté ce mouvement tellement de fois que je pourrai certainement trancher un arbre sans le ressentir.




Une fois ma technique de sabre terminée, dans l’immédiateté de l'action, je bondis en arrière, dans le but de me rapprocher le plus possible de ma position initiale.

Ma cape était entre-ouverte, on voyait mes vêtements. -un simple pantalon noir ainsi qu'une chemise blanche-
Ma chevelure rouge sang peinait à retrouver son calme.
J'étais debout, l'air hautain, le sabre à la main.
Tout mon être, toute mon attitude dégageait un certain : « Come on, now ! This joke will end. »







Dernière édition par Stèphen Shinta le Mer 27 Juil - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du JeuMessages : 646
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Ven 15 Juil - 0:59

Prise d'otage
~ 10 heures 16 ~

Toujours entrain de discuter ensemble, les membres de l'Ordre discutèrent à voix basse entre eux pour éviter que tout le monde entende, en même temps cela ne les concernait absolument pas ; de toute façon ils discutaient simplement de la façon dont ils allaient pouvoir faire souffrir les otages le plus possible, ils avaient ordre de les tuer s'ils bougeaient trop, mais aucunement l'ordre de ne pas s'amuser et les torturer.

Hormis les agissements des pseudo-héros, tout le monde semblait rester calmer, surtout qu'il y avait toujours le cadavre de ce garde avec le crâne toujours entrain de fondre légèrement un peu plus loin d'eux, de quoi calmer les ardeurs.

Une attaque rapide se produisit. Un homme sauta parmi les otages, arme en main, afin de vouloir tuer l'homme qui possédait sa petite guêpe sur son épaule. Une jolie attaque surprise, malheureusement pour lui l'homme aux guêpes possédait un avantage, des milliers d'yeux à sa disposition et prête à mourir à n'importe quel moment. Littéralement un mur d'insecte venait de sortir des habits de cet homme afin de créer un mur complet venant encaisser l'attaque violente de cet otage. Des guêpes s'écroulèrent au sol suite à ce coup, mais l'homme n'était absolument pas atteint par cette attaque magistrale.

~ 10 heures 17 ~

Un second homme n'allait pas laisser passer cette action ce passé ainsi et surtout laisser croire qu'on pouvait se montrer plus malin qu'eux, et surtout ne pas laisser les autres s'amuser. Profitant du mur de guêpes, il se mit à charger tel une brute, faisant des bruits de bovin, à travers cette nuée d'insecte pour mettre un violent coup de tête à cet homme qui s'était prit pour un héros afin de le propulser avec force contre le mur, pile à côté de la femme rousse qui venait de se prendre un coup de pied de la part de sa très chère camarade de l'Ordre. Maintenant ils allaient peut-être comprendre qu'il fallait mieux qu'ils restent tranquille maintenant, après tout il ne risque rien s'ils arrêtent de vouloir se frotter à plus fort qu'eux, même si maintenant il y avait un joli petit nombre d'insectes au sol, même si le plus gros nombre était toujours entrain de voler autour de l'homme aux guêpes et qui envahissaient doucement le couloir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Lyana SélmineMessages : 391
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Ven 15 Juil - 12:29


“  [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial  „

« Feat : plein de coupains »
Nashoba, qu'est ce que tu viens de faire j'attrape sa main et lui serre la main pendant qu'il parle pour l'encourager à se taire. Mais ça n'a pas effet. Une femme s'approche de nous. Je déglutis bien tant que mal, mais Nashoba est déjà blessé, je ne veux qu'ils s'en reprenne un.. J'attends à ce qu'elle frappe. Je m'interposerais. Mais une jeune femme laisse son enfant et se met entre la femme et Nashoba. Intérieurement, je soupire. J'aimerai être aussi courageuse qu'elle quand elle prend la parole. Elle l'a même frappé. Je reste admirative, mais à mon avis, sa rébellion ne sera pas finis.

Toute la suite se passa très vite. Elle accéléra. Vite, trop vite. Un pouvoir sur l'accélération peut-être? Je n'y connaissais pas grand chose en pouvoir. À vrai dire je ne m'intéressais pas au famille. Mais le coup que la jeune femme venait de se prendre était magistrale, j'en aurais presque eu mal pour elle. Je regarde la petite toujours assise sagement, mais elle n'a pas l'air bien. La jeune femme a atterrit à côté de Nashoba. Je sais qu'il s'occupera d'elle, alors je me dirige vers la petite doucement à quatre patte. J'ai le stresse de me faire remarquer, mais si je peux au moins être utile. Je m'assis à côté d'elle et lui chuchote


- Hey petite... ça va ? Tu t'appelles comment ? Moi c'est Lyana

J'apprends qu'elle s'appelle Luna et qu'elle à 12 ans. Je lui souris et je reste à côté d'elle, au moins si quelques choses devraient arrivé, je serais là. Puis comme ça Nashoba, s'il a vu que je suis là il pourra rassurer la mère.


- En tout cas, tu peux être fière de ta maman Luna, elle est courageuse. Mais j'aimerais que tu fasses quelques choses pour elle. À chaque fois que tu entends qu'il y a de l'agitation remonte tes genoux et cache ton visage... Je sais que c'est assez impressionnant, mais t'en fait tu t'en sortira ta maman et toi.

Cette fois, quitte à mourir pour protéger cette enfant. Je le ferais. Je réfléchis en restant à côté d'elle. Pour Luna, là seule chose que je peux faire c'est la réconforter, même si d'une inconnue je suis pas sûre que ça marche. Mais là je me sens inutile et impuissante par rapport à la situation. Il doit bien y avoir quelques choses à faire. Puis il y eu de l'agitation, je regardais un homme se jetait sur l'Homme qui rigolait tout à l'heure. Je chuchote :
« cache toi les yeux ». On sait jamais après tout. Puis la... Un mur d'insecte vient intercepter l'homme. Des.. guêpes ?! Puis il y eut un bruit de vache ? L'homme qui voulait jouer au héro s'est retrouvé propulser par un homme.

Pour les guêpes, qu'est qu'on peut faire ? Je fronce les sourcils, de l’insecticide ? Ça marche sur des guêpes comme ça ? Il n'y a qu'un moyen de savoir, mais j'en ai pas sur moi. J'ai plusieurs options, soit j'essaye de trouver un magasin qui en vend, mais pour sortir... Caca. Soit parmi les sacs de courses des otages, mais le pourcentage de chance d'en trouver, si personne en a... Après je peux pas trop m'en éloigner non plus. Purée... Je suis inutile. Arias devrait avoir honte de moi... Lui il sait se battre, c'est un pro et moi... Je suis même pas capable de réfléchir à une solution pour sortir d'ici, je suis même pas capable de me battre. J'enfonce mes ongles de ma main gauche sur mon bras droit pour essayer de me garder éveillé.

Deux femmes, quatre hommes. Les femmes leurs pouvoirs sont acides et accélération ou quelques choses du genre. Les hommes, l'un les guêpes et l'autre un pouvoir vache ? Je sais pas trop pour lui. Mais du coup en vitesse on ne peut pas les battre. Courir servirait à rien. On peut éliminer les guêpes avec des l’insecticide, mais comment avoir toute les guêpes en un coup ? On en voit plein, mais ça se trouve dans les magasins il y en a caché. À part déversé de l’insecticide dans l'aération du centre commerciale, on pourra jamais être sur de tous les avoir. Mais le plus dangereux reste l'acide. L'acide on ne peux rien y faire, elle nous touche on est mort.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Nashoba DreidenMessages : 504
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Ven 15 Juil - 17:19






Prise d'otage au Centre Commercial


Peut-être.. Je dis bien peut-être que je regrette d'avoir dit une telle chose, mais pour avoir rencontré le Ténébreux je n'arrive pas à comprendre pourquoi faire une telle chose. Nous ne sommes pas des membres du Conclave, nous n'avons plus de pouvoirs, nous sommes des êtres comme les autres ; alors pourquoi nous ? Je n'avais déjà pas une bonne image du Ténébreux mais là, ça s'est empiré avec le fait qu'il décide de s'en prendre à des innocents. Je sers la main de Lyana en espérant ne pas trop souffrir et ferme les yeux mais les ouvre en ne sentant rien.

Une femme. Une femme s'est interposée afin de prendre ma défense, accompagnée d'un discours et d'un coup dans le ventre ; je laisse échapper un soupire de soulagement malgré le fait que je sais pertinemment ce qu'il va se passer. La femme qui a voulu m'attaquer ne perd pas de temps pour donner un coup de pied dans le visage de la rouquine qui atterrit non loin de moi ; légèrement sous le choc et coupable de ce qu'il se vient de se passer, je ne réagis que lorsque la voix de Lyana me tire de mes pensées pour s'occuper de la petite fille de la jeune femme.

N'ayant plus mal au ventre, je m'approche de la rouquine avec mes deux amis sans prendre en compte la moindre réflexion que l'on pourrait me faire à ce propos. Je relève doucement la demoiselle afin qu'elle puisse poser la tête sur mes genoux, je demande à Nayati d'aller fouiller dans les courses des gens afin de trouver quelques choses de frais tandis qu'Onyx se charge de faire le guet ; quoi que... Dans tous les cas on risque de s'en manger une.

- Mademoiselle ? Mademoiselle vous m'entendez ?

Je relève aussitôt la tête lorsque je remarque de l'agitation. La rouquine n'est pas la seule à avoir tenté quelque chose dans cette prise d'otage et j'en suis peut-être malheureusement le déclencheur. Je me sens impuissant lorsque je vois de nouveau quelqu'un agressé mais par chance (?) lui aussi ne fait que voler sur plusieurs mètres... Je dis par chance, parce que ça aurait pu être de l'acide et qu'il aurait pu terminer comme l'agent de sécurité venu nous aider. Je crois que le mieux serait ne plus tenter quoi que ce soit...

La jeune femme finit par battre des paupières après plusieurs minutes de non réaction, je suis quand même rassuré de la voir parmi nous. Vu l'amabilité de nos preneurs d'otages, je ne crois pas qu'ils auraient voulu la laisser sortir même en prétextant la commotion cérébrale... Je ne suis même pas sûr qu'ils nous aurait laissé faire la PLS. Nayati revient avec un steak dans un sac de congélation, croisant mon regard celui me répond simplement que c'était ça ou une glace à la vanille à étaler... Ouais, finalement ça sera le steak. Délicatement, j'applique là où elle s'est fait frapper pour éviter que ça ne gonfle.

- Je suis vraiment désolé... C'est de ma faute si elle vous a frappé. Dis-je mal à l'aise, après avoir laissé un temps, je reprends la parole. Mais... Merci.

C'est la moindre des choses à dire je pense, merci de s'être prit un coup à ma place et d'avoir prit ma défense... Mais si je n'avais rien dit, rien de tout cela ne serait jamais arrivé. Alors qu'intérieurement je décide de me tenir à carreau, la rouquine n'est pas du même avis car elle commence déjà à se relever pour repartir dans la bataille ; par réflexe, je m'empare de son poignet pour l'empêcher d'aller plus loin.

- N'y allez pas. Je ne mets pas en doute vos capacités à vous battre mais eux ils ont encore leur pouvoir, leur but ici n'est pas de nous tuer mais de nous garder en otage... Sauf qu'il y a un moment où ils vont en avoir marre de cette rébellion, s'il vous plait, pensez à votre fille.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laelyss ReissMessages : 995
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Ven 15 Juil - 22:43

Joie des ennuis

 

Je pense que j'aurais pu en profiter pour faire plus.
Beaucoup plus.
Mais ne sachant pas si, elle maîtrisait ou non quelque chose c'était tout autant risquer de se lancer dans une bataille. Si elle aussi avait le don me verser de l'acide sur le corps, je pouvais d’ores et déjà dire adieu à ce monde. Et très honnêtement, ce serait assez moche de mourir ainsi. Bêtement.


Je ne me réjouis pas de le voir se plier en deux, même si le coup semble bien placer pour qu'elle le sente. Car, sans que je n'aie le temps de riposter, et pourtant, j'aurais sûrement pu si j'avais les idées un peu plus claires, un violent coup de pied s'abat sur mon visage et m'envoie avec force contre le mur. Me laissant ainsi perdre conscience d'un coup net.

Ouais, je l'avoue, je n'ai pas vraiment réfléchis sur ce coup-là.

Le trou noir dans lequel j'étais plongée, malgré qu'un peu froid, me semblait agréable. Comparait à ce qui se tramer de l'autre côté du mur. Dans la réalité. Tout y était paisible. Peut-être même un peu trop. Je ne sais combien de temps je suis restée là à me sentir flotter, j'aurais presque pu souhaiter y restait indéfiniment. Mais, mes paupières ont fini par s'ouvrir me ramenant sur terre. La lumière est brutale et je peine à mettre faire, clignant plusieurs fois des yeux machinalement. La soudaine sensation de quelque chose de froid sur mon visage, me fait grimacer, mais je me laisse faire. Le temps de reprendre pleinement possession de tout mon corps et de soufflet un coup. Depuis combien de temps suis-je dans les vapes ? Longtemps ? Est-ce que les choses ont évolué ? Redressant un peu la tête, je vois bien que non. Les hommes et femmes présent affichent toujours le même visage apeuré et personne ne semblent avoir pris les choses en main. Au moins Luna va bien et semble entre de bonne-main. D'un bref geste de la main, je balaie les excuses dont ma tête repose sur ses genoux et dont j'ai sauvé plus ou moins la vie. J'aurais préféré faire plus. Et il n'a pas à chercher un quelconque pardon. Il a déjà eu bien plus de courage à lui seul que pour ouvrir la bouche que toutes ces personnes réunirent. Je ne compte pas lui en vouloir pour avoir reçu un bleu à sa place. Après un bon moment où mon esprit a fini par se remettre en place, je finis par me redresser, quasi à deux doigts me relancer dans un second round. C'est quand j'en serais capable en plus. Mais, je sens bien que ce garçon qui a pris le temps de prendre soin de moi, n'est pas du même avis. Je sais, ils ont la force qu'on n'a pas et foncer tête baisser n'est pas la meilleure solution qui soit. Mais, c'est malheureusement tout ce qu'on a. Je lui accorde un faible sourire en hochant la tête. J'ai compris ce qu'il a dit. Et pas question que je me fasse avoir deux fois. Alors je lui répond :

Je ne ferais pas la même erreur. Et je ne compte pas foncer dans le tas cette fois sans un plan de secours. Si personne ne réagit, on est bon pour tous y restait. Et j'ai déjà assez perdu comme ça. Est-ce que tu peux juste la surveiller, disons...  Au cas où.

Au fond, je me dis que c'est plus ou moins une bonne chose que Kenji ne soit plus de ce monde. J'en serais devenue folle de le savoir prendre au piège ici. Mais je tiens aussi à cette petite et il n'est pas question qu'elle y reste parce que j'aurais tenté de la faire sortir. Alors, mieux valait que quelqu'un soit auprès d'elle. Qu'elle ne soit pas seule si... Enfin, si je n'ai pas réussi à faire une bonne action de ma journée. Gardant ce morceau de steak, contre mon visage, on fait avec les moyens du bord pour se soigner, j'observe en silence ce qui nous entoure. J'ai l'impression d'avoir loupé quelque chose en voyant un type non loin de moi un air abattu sur le visage. Est-ce que quelqu'un avait décidé de suivre le mouvement ? Je pose la question au garçon à ma droite, qui m'apprend que lui aussi, c'était battu. Peut-être qu'au final, il y a avait bien plus de personnes avec du cran que je ne l'avais pensé. Doucement, je m'en rapproche glissant sur le sol, et une fois à quelque petit mètre de lui, je lui donne un petit coup de coude pour attirer son attention.

Hé, pas trop sonné... ?

J'attends sagement qu'une réponse me soit retournée. Ou bien même un simple hochement de tête pourrait aisément faire l'affaire. Mais j'ai plus l'impression à son air de poisson affiché sur le faciès qu'il ne comprend pas forcément ce que je raconte. Est-ce qu'il ne comprend pas la langue ? Est-ce qu'il est simplement de Quederla ? Non pas que je connaisse tout le monde, mais la ville n'est pas non plus si immense que ça, on en fait bien rapidement le tour, et on croise bien plus souvent qu'on ne le pense les mêmes personnes. Alors au lieu d'insistait à lui faire comprendre cette langue, je repose ma phrase en anglais. Tout le monde avait forcément appris l'anglais à l'école, c'était la base et cela peut accessoirement sauver des vies. En particulier aujourd'hui : :

Est-ce que ça va ? Pas trop démonté ?

Il ne semblait pas avoir pris trop de dégât en un coup. Ce n'est pas comme s'il saignait abondamment de l’abdomen. Mais paraissait tout de même assez bien secouer. Je ne sais pas qui l'a mis dans cet état, mais, cette personne devait sûrement être aussi redoutable que ma propre adversaire. En même temps, j'imagine que l'ordre n'enverrait pas de personnes sans un minimum d'expérience pour combattre et contenir toute une foule. Je lâche un léger soupir et me rapproche encore un peu, en observant tout ce monde, prenant soin de pas attirer l'attention sur moi, je lui glisse en me penchant un peu vers lui une idée qui vient d’émerger subitement dans mon esprit :

Écoutez, je pense que vous et moi, nous pourrions faire équipe. Vous vous êtes opposés, j'imagine que vous n'avez pas peur d'y laisser la vie. Et moi, il est hors de question que je perde celle de ma fille. S'il n'y a que nous pour réveiller les autres et trouver une issue de secours. Hors de question que je reste là à me tourner les pouces. Vous êtes partant ?

Après tout, si personne ne fait rien, qui viendra à notre rescousse ? Qui osera simplement lever la voix sur ses preneurs d'otages et riposter ? Personne n'a envie de mourir et pourtant, personne ne fait rien. Alors que nous avons peut-être, je dis bien peut-être, une chance ensemble de tourner les choses à notre avantage. Même si au final, nous ne sommes que deux et qu'on y laisse la vie. Si la possibilité de donner une ouverture pour que les gens se sauvent en ayant éliminé le plus d'adversaires possible est donnée, je la saisis sans hésiter. Après tout, qui ne tente rien n'ont rien. Réduire leur nombre est toujours un bon commencement. Je tourne la tête vers cette petite bande d'adolescents qui a pris soin de Luna et moi, laissant ainsi au jeune homme le tant de réfléchir à cette idée. S'il était prêt ou non, dans tous les cas, je respectais son choix et ne comptais pas non plus le forcer. Posant donc la question aux autres faiblement :

Est-ce que l'un d'entre vous a quoique ce soit de pointu sous la main ? Même une broche ferait l'affaire. Ou un talon.

 


©



Maman écris en #71043C


d6dn.pngdarC.png




 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   Sam 16 Juil - 4:38


L'Absolutisme de la Perdition.


Ma première réaction fut de scruter l'horizon qui se dessinait devant moi. De voir si mon coup avait porté ou non ses fruits. De voir s'il était mort. Un être humain normal ne pourrait résister à ce genre d'attaque. Un être humain normal serait mort. Contre lui, j'aurai enchaîné -sans m'arrêter- une course sanglante sur ses compatriotes, apprentis terroristes. Une tête volant par-ci, une tête volant par-là, des boyaux mis à nus, des jambes en moins. Le scénario habituel, qui me va si bien. Moi et ma chevelure voletant au vent, de la même couleur que le sol. Certainement un régal pour les yeux au coucher du soleil.
Un rictus narquois se baladait encore sur mes lèvres, victorieux. J'avais pris plus de précautions qu'habituellement, ne connaissant rien de cet endroit, ayant commencé à voir quelques phénomènes assez étranges... Valait mieux prévenir que guérir.

Malheureusement pour moi, ce rictus ne fut que de courte durée.
Qu'est-ce que c'était que cela ? Je n'en crois absolument pas yeux. Je suis littéralement estomaqué. Ce ne peut être rien d'autre que l'engeance d'un démon. Je n'ai jamais vu ça, je n'aurai même jamais pu imaginer cela ne serait-ce qu'un instant.
Instinctivement, ma main ne tenant pas mon arme, la gauche, vint s'apposer contre mon visage. Je riais de façon sourde, nerveusement, ne sachant m'en empêcher.
Qu'est-ce que je suis entrain de voir ?
Est-ce l'air de cette ville qui corrompt mon esprit ? Qui me joue des tours ? Qui me fait avoir des hallucinations ? Est-ce que je suis réellement ici, dans ce centre commercial, au milieu de toutes ces personnes ?
Ne suis-je pas encore en Russie, dans ma cellule, les bras attachés ? Ne m'ont-ils pas drogué ? N'essayent-ils pas de me lobotomiser, ou que sais-je ?


Suis-je réellement entrain de vivre cet instant ?


Ma main descendait lentement mon visage entier. Partant du front, survolant mon œil, mon nez, ma bouche. S'arrêta au niveau de ma bouche et de mon menton.
La force de mon bras droit disparut, la lame au-paravent droite -prête à embrocher- semblait plonger dans les abysses. Dans les méandres de mes pensées actuelles.
Ce n'est pas réel. C'est sûr.
Que sont... Ces choses qui se sont dressées devant moi ?
Pourquoi est-ce que mon esprit va jusqu'à les faire mourir ? C'est insensé, ces guêpes n'existent pas. Tout comme ma présence en ces lieux. Pourquoi aller jusqu'à me faire croire que je les aies tranchées ? Que m'arrive-t-il ?

Frénétiquement, je continuais de rigoler de façon à peine audible.
Il s'en fallut de peu pour que je lâche mon pommeau, mon instinct de survis semblait tout de même m'en dissuader. J'étais -après tout- habillé en civile, et cette épée est tout ce que je possède sur moi -en dehors de mon corps- afin de me battre.
Ma vue se troublait. J'avais chaud. Mon rythme cardiaque accélérait.
Dans quel état pitoyable suis-je ? Que m'arrive-t-il ? Qui me fait souffrir de la sorte ?
Est-ce là ma peine pour avoir défendu mon pays ? Est-ce là ma sentence pour avoir fait mon devoir ? La Raison et la Justice m'ont-elles fait embrasser la Folie ?
Suis-je entrain de devenir fou ? Suis-je entrain de perdre ma Lucidité ?
Que vais-je devenir... Moi qui ne sait que lire le livre dans lequel ma vie est déjà toute tracée. Moi qui ne suis qu'une arme que d'autres utilisent. Pourquoi me faire subir cela ?
Pourquoi m'ont-ils abandonné ?

Mes genoux étaient vacillant. Un simple courant d'air aurait certainement suffit à m'y faire tomber.
Le temps était long. J'étais perdu. Mon esprit sprintait dans tous les sens, au final, ce n'était qu'une simple boucle. Une boucle de perdition infinie. Tout ceci ne pouvait être réel.


C'était sans compter sur les actes des partisans de l'ordre.
Je n'avais pas encore repris conscience que le gros tas n'était déjà plus qu'à quelques secondes de moi. Comme s'il venait de se téléporter en face de moi. Je ne me suis même pas rendu compte qu'il me chargeait depuis quelques secondes, je ne me suis même pas rendu compte qu'il avait traversé le mur d'insecte...
Traverser le mur de guêpe... Qu'est-ce que ça aurait été simple, avec mon armure intégrale... Quel idiot fais-je de l'avoir fait envoyer à la caserne. Pourquoi ai-je voulu profiter de ma première journée en ces lieux.. Pro.. Profiter ?
Depuis quand est-ce que je connais ce mot ?...

Je souriais. Je n'arrivais pas à m'empêcher de sourire à quelques secondes de me faire empaler.
De toute façon, c'est bientôt terminé, non ?
Dans un rêve, on ne peut pas mourir, on se réveil. Si je meurs ici, je me réveillerai, non ?

Une charge comme celle-ci, en pleine possession de mes moyens.. Je l'aurai déjà tué, en fait. Rien de plus simple que de se servir de la pleine puissance d'une adversaire plus fort que soit afin de la retourner contre lui.
Si j'avais juste eu la présence d'esprit de tendre ma main droite. Cette même main qui s'accroche frénétiquement au pommeau de mon arme -qui pendouille-.
Un adversaire qui charge sans style, qui frappe avec sa tête. J'aurai tout vu. J'en ai mal à mon service militaire. J'en ai mal à mes années d'entraînement, à mes années d'affrontement.
Un bête féroce peut-être forte. Mais si elle ne possède aucun style, si elle ne se repose que sur sa force... Même David peut vaincre.

C'est le sourire aux lèvres que j'encaissais cette attaque, que je m'envolais dans les cieux. Comme si je le remerciais de son action. Comme si je n'attendais que ça. Cette bonne petite claque tant attendue.
C'est enfin l'heure du réveil !
Fini de rêver, la belle aux bois dormants. Maintenant t'ouvres les yeux. C'est l'heure. Sept heure du mat. C'est l'heure de ton footing journalier. Après tu me feras quelques pompes, quelques tractions, les échauffements habituels, quoi.
Derrière, tu iras te présenter à ton chef -en uniforme- puis tu iras rejoindre ton bataillon -en armure-
En fonction de l'ordre de mission, vous partirez réprimer un groupe, une bande, ou vous partirez monter la garde autour du palais, ou vous vous entraînerez tout simplement à la caserne.
Puis viendra midi, l'heure du repas. Tu sais, ce repas chaud que tu as mis tant d'année à gagner.
Et enfin, la fin de la journée, qui se passera plus ou moins de la même façon que ta matinée.
Tu l'aimes bien cette vie, c'est l'heure d'y retourner, maintenant. Tu vas enfin te réveiller de ton cauchemar, tout ce qui s'est passé ici n'est qu'un rêve. Regarde, tu ne souffres même pas du coup que tu viens de recevoir. C'était plus une caresse qu'autre chose, non ?

Un bruit sourd eut lieu.
Une crêpe cramoisie s'écrasant contre le mur. Qu'est-ce que je suis pitoyable. Défilant lentement contre le mur, jusqu'à me retrouver presque assis contre. Ma jambe gauche était tout simplement allongée, ma droite en triangle. L'épée était toujours fermement tenue par ma main droite. La gauche était affalée au sol.
Mon visage était baissé, mes cheveux le recouvrant en partie. Qu'est-ce que je dois être pitoyable à regarder. Cette pensée figea un sourire sur mes lèvres, encore une fois.

Et il y eut cette femme. Qui rampait au sol dans ma direction, rentrant dans mon espace vital. C'était elle qui s'était interposée contre la femme s'en prenant au mioche.
Je me retrouva a sourire de plus belle, parce que grâce à cette scène, j'avais trouvé plus pitoyable que moi. Qu'est-ce que mon sourire doit paraître triste.
Elle se rapprochait de plus en plus et finit par me donner un petit coup de coude, comme si elle voulait rester discrète.
C'est pas comme si des milliers de guêpes étaient entrain de nous scruter, ni un gros bœuf et encore moi une golgoth.

Finalement, elle m'adressa la parole brièvement, dans la langue de cette ville, Quederla. Je ne comprenais rien. Masquant mon amusement, haussant légèrement les épaules, mimant l'incompréhension.
Qu'est-ce que l'on devait avoir l'air pitoyable.
Si je vais bien ? Si je ne suis pas trop démonté ?... Heureusement que l'armée Russe nous force à apprendre l'anglais... En cas de guerre, c'est toujours utile de parler la langue de l'ennemie, d'être capable de communiquer avec lui, de le torturer.
Penchant légèrement la tête vers la gauche, puis vers la droite, un léger craquement au niveau de la nuque. J'allais plus que bien. La douleur au niveau du torse avait déjà disparue. Elle ré-apparaîtrait demain très certainement. Mais là, je suis comme neuf.
Je pris dans la parole en anglais, d'une voix faible, suite à son questionnement.


« Tout va bien, de mon côté, je n'ai pas de pièce de viande sur le visage. C'est juste... Que... Qu'est-ce qu'ils sont ? Ce n'est pas humain. »



Marquant un temps d'arrêt, elle s'empressa de me proposer de lutter à ses côtés. Quelle proposition futile, c'était déjà trop tard pour faire demi-tour. J'avais tout sauf envie de rester sur une défaite pour mon premier jour en ces terres.
J'ai beau ne rien comprendre à ce qu'ils sont.
Tant que je peux me tenir loin du guguss aux guêpes, tout en gérant l'entrée des guêpes dans mon espace vitale, je pourrais me battre.
Non, attends... Et si cette femme qui déposait de l'acide de sa main était capable de bien plus que cela ? Et si là, de suite, maintenant, elle était capable de nous faire pleuvoir une pluie d'acide dessus ?... Pourquoi cette idée me traverse-t-elle la tête ? Ce n'est pas possible. Rien n'existe en ce monde, capable de créer ça, non ?...
Lâchant un profond soupir. Venant poser ma main gauche de nouveau contre mon visage, me masquant l’œil.


« Donnez m'en l'ordre, j'obéirai. »



Une réponse qui aurait été relativement très atypique pour qui que ce soit.
Mais pas pour notre Soldat. Après tout, il n'a jamais rien fait par lui-même.
Sa vie, c'est les ordres qu'il recevait et les manuels qu'il avait appris à exécuter.






(c) Shyvana
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial   

Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT 2]Prise d'otage au Centre Commercial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 14Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-