Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé.
Un MP vous sera envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !
Félicitation à Nashoba Dreiden !
Son RP a été élu meilleur RP du mois !

Partagez | 
 

 Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]   Mar 2 Aoû - 21:30

Par une douce journée, le soleil à peine levé,
Petits tours de pédaliers, légers, mesurés,
S'élèvent en forêt ; monture mécanisée,
D'une femme aussi rousse qu'un brasier.
Beau temps et brise légère, presque printanière,
Avec en fond d'atmosphère un parfum de mer ;
Un rien de bonheur, après les premières lueurs,
D'un levé de si bonne heure ; à la bonne heure !
La ville apparaissait à couvert de l'orée,
Ses murs et ses allées, déjà bien réveillés,
Prêts à les rues animer, d'un peu de gaité,
Une fois l'orage passé d'une funeste journée.

Mais avant d'échoppe ouvrir dut-elle repartir,
Car pour tradition servir, il est de ouïe dire
Que quelques jolies fleurs adoucissent les mœurs,
Comme elle ravissent les cœurs des amours en fleur.
A l'est elle se rendit, chargée d'un panier fleuri,
Pour qu'un autel chéri par ses proches fût garni.
Dojang Kwon était la chute, lieu avant tout de lutte,
Mais aussi, plus occulte, de recueil et de culte,
Un endroit pour lequel, au poste toujours fidèle,
Souvent devait-elle donner commande usuelle,
Mais jamais porte passée pour code respecter,
Ou car le temps manquait pour dans le clos aller.

Ce jour différait-il, si ce n'était d'un fil,
En ce qu'elle ne serait pour une fois point pressée,
Si le voulait la famille, maîtresse en sa coquille,
Et pour cette fois pourrait offrande accompagner
Jusqu'au lieu désigné où souvenir reposait
D'une aïeule entité, fleurie, chérie, aimée.
Debout près de l'entrée, sa venue annoncée,
Qu'on l'y trouve attendait avec un sourire léger.
Que de calme, que de paix en ce jour ensoleillé !
Douceur d'un lieu apaisé aux senteurs d'été.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]   Ven 5 Aoû - 23:25










Ce matin,



mon entrainement était acharné. Plus que d'habitude. Assouplissement, renforcement, étirement, puis la technique, les coups que je répète inlassablement jusqu'à ce qu'ils soient parfaits. La litanie de mes poings frappant les airs, de mes pieds glissant sur les nattes du Dojang encore vide. Seules mes précieuses Veuves glissent sur mon corps en sueur, s'habituant à son contact, à sa brutalité, à ses mouvement ininterrompus qui les feraient voler si elles ne s'accrochaient pas fermement à ma peau, le griffant. Elles ne me mordent plus depuis peu, comprenant que toute ma violence ne leur était pas destinée. Je la réserve à mes ennemis.  

Pas de compétition en vue. Rien qui ne m'oblige à une telle rigueur de bon matin. Rien, si ce n'est l'absence de grand-père. Il est un excellent instructeur, mais dès que je tente de jouer avec mes limites, de les dépasser, il parvient toujours à m'arrêter, m'offrant un thé, me donnant des tâches à faire ou des élèves à enseigner. Je sais qu'il s'inquiète de me voir si zélée dans mon apprentissage du Taekwondo, mais il n'a pas de raison de me traiter plus favorablement que ses autres élèves. Une fois dans le Dojang, je ne suis plus sa petite-fille, mais bien sa disciple, et son héritière. La douleur des entraînements et la fatigue de s'être dépassé soi-même sont ce que je dois ressentir chaque jour jusqu'à ce qu je sois digne de reprendre l'école Kwon.

C'est mon devoir en tant que meilleure élève, mais aussi ma fierté face à mon fiancé. Il sera un maître dans l'art de l'épée, je serais son égale dans l'art des poings et des pieds.

Mais dans cette séance intensive qui me coupe presque du monde, je perçois le son de la sonnette d'entrée. Je m'arrête donc, et chopant ma serviette, je vais ouvrir. Ce doit être les fleurs pour grand-mère. Grand-père a beau avoir perdu sa femme très tôt, il ne s'est jamais remarié et a toujours gardé pour cette femme douce et sage une affection et une tendresse incroyable. Et chaque semaine, il fait livrer des tulipes rouges, ses fleurs préférées, pour orner son autel.

Je descends les piloris du Dojang d'un bond et me dirige vers le portail en bois, me recoiffant et arrangeant mon allure. Mon short est court, laissant largement voir mes cuisses que je sèche de la sueur qui y perle encore, mais mon haut est ample, lâche, pour pouvoir cacher mes Veuves en toute discrétion, mais aussi pour ne pas gêner mes mouvements. Par chance, ma chevelure rouge en bataille me rend sauvage à souhait. Sait-on jamais, le fleuriste est peut-être beau gosse. Et pour peu qu'il soit habile, je saurais être sa fleur pour un moment. J'ouvre et tombe, non sur un, mais une fleuriste, souriante, et chargée des précieuses tulipes. Je lui souris en retour.

Bonjour. Mon grand-père est absent, mais je peux les prendre à sa place, non? C'est la livraison habituelle?



Entrez.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]   Jeu 18 Aoû - 15:00

D'ordinaire, c'était le maître des lieux qui la recevait devant la porte et récupérait les tulipes, mais elle savait qu'il mettait un peu de temps. Non pas que ses capacités physiques soient diminuées, bien au contraire ! Beaucoup de personnes et des bien plus jeunes pouvaient lui envier son énergie et son maintien en forme, mais le domaine était suffisamment grand pour qu'il faille attendre parfois une petite minute entière voire plus. Ji-Kyu Wong était donc son interlocuteur privilégié quand elle venait lui apporter sa commande hebdomadaire, commande toujours soigneusement réglée par avance et chaque mois. Le genre de client rêvé, même si elle n'avait en règle générale pas de quoi se plaindre. L'avantage des fleurs, c'était que les clients ne venaient pas assez souvent pour se permette de ne pas avoir de quoi payer, sans parler du fait qu'on achète rarement des fleurs quand on est pris à la gorge du point de vue financier. Cependant, elle devait avouer qu'une si délicate attention, elle en voyait rarement. Certes, il y avait les demandes en mariage, les mariages en eux-mêmes, les rendez-vous galants, et malgré l'émotion que cela pouvait susciter chez les concernés, ce n'étaient que des situations relativement courantes dans la vie des individus. Elle s'imaginait déjà dans trente ans en parler encore avec un petit sourire heureux, de cet homme qui achetait toutes les semaines des fleurs pour sa défunte femme, et ses fleurs préférées, qui pourtant était partie depuis assez longtemps ! Vraiment, une histoire aussi jolie, elle ne savait pas si elle en aurait des dizaines à raconter au cours de sa carrière.

Alors qu'elle s'attendait à tomber nez à nez avec M. Wong, elle vit apparaître une jeune femme en tenue plutôt sportive. Très jolie, d'ailleurs, même si, n'étant pas attirée par les femmes, Neyth était plutôt mal placée pour porter ce genre d'appréciations.  En revanche elle était tout à fait en mesure d'admirer sa chevelure d'un beau rouge et légèrement ébouriffée, ce qui lui faisait dégager une impression de force comme sauvage. Sans aucun doute, elle était aussi une adepte des arts du combat ! Il y avait peu de chance que cette fille ne fasse pas partie de la famille Wong, pas si elle se trouvait à cet endroit et à cette heure. Les paroles de la jeune femme vinrent confirmer ce que la fleuriste supposait déjà.

« Oui, c'est bien ça. Un bouquet de tulipes rouges coupées le matin-même, comme toutes les semaines. »

A l'invitation, la rousse entra, le bouquet toujours en main, soigneusement enveloppé dans du papier craft pour le transport. Elle avait eu le temps d'attacher son vélo le temps que l'on vienne ouvrir, n'ayant pour ce faire qu'à eclencher le cadenas qui se bloquait dans les rayons de la roue, elle pouvait donc laisser sa monture en toute quiété, surtout dans un quartier aussi calme. Sur les traces de la jeune femme, elle préféra ne pas laisser le silence devenir une gêne et engager un minimum la conversation.

« Votre grand-père va bien ? »

Ce fut à ce moment qu'elle se rappela qu'elle n'avait jamais vu personne de la famille Kwon en dehors du grand-père à qui elle remettait les fleurs de façon aussi régulière qu'un métronome, ce qui lui avait bien fait se douter qu'un jour elle rencontrerait d'autres personnes du cercle familial. Et puisque c'était chose faite, autant ne pas paraître impolie.

« Au fait, je suis Neyth Shalindrak, enchantée de vous rencontrer. D'ordinaire je ne vois que M. Kwon. »


Dernière édition par Neyth Shalindrak le Ven 19 Aoû - 9:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]   Jeu 18 Aoû - 19:56










Au dessus des fleurs,



J'aperçois un peu mieux la jeune fleuriste rousse aux taches de rousseur perlant sur un museau mignon. Une jolie fille, à n'en pas douter, et qui savait bien accompagner les fleurs qu'elle vendait. Mais plus réservée que je ne l'imaginais. Elle demanda tout de suite des nouvelle de grand-père.

Oui, c'est bien ça. Un bouquet de tulipes rouges coupées le matin-même, comme toutes les semaines. Votre grand-père va bien ?

Il est un peu occupé, mais il se porte à merveille. J'espère avoir sa santé quand j'atteindrai son âge.

Grand-père est de ces hommes qui semblent forgés dans le métal le plus solide, immuable face au temps et à ses épreuves, et qui continuent de croître en force et en sagesse tels de fiers chênes séculaires.

Au fait, je suis Neyth Sullivan, enchantée de vous rencontrer. D'ordinaire je ne vois que M. Kwon.

Rose Kwon, je suis sa petite-fille et son élève. enchantée également. D'habitude, Grand-père aime s'occuper lui-même de fleurir l'autel de Grand-mère. Mais il a été appelé par un ami qui avait besoin de lui en urgence.

Je l'accompagne le long du jardin qui entoure la propriété et joignant les mains, je me penche pour confier ma demande à la fleuriste.

Il m'a demandé de le faire à sa place, mais je n'y connais vraiment rien en fleur et en présentation. Si vous le voulez bien, j'aurais besoin de vous pour m'aider. Si c'est mal fait, non seulement Grand-mère, mais Grand-mère aussi m'en voudra.

Nous arrivons dans notre demeure, et en passant par la véranda, seul un couloir nous sépare de la pièce où se dresse l'autel de bois poli de Grand-mère. Sa photo, en noir et blanc dans un grand cadre à pied, la montre à ses vingt-sept ans, cachant presque entièrement l'urne funéraire. Le visage fin, clair et doux, les yeux en amande, un joli sourire, elle pose dans un hanbok traditionnel, coiffée d'un chignon noir de jais et parée de beaux bijoux. Autour du cadre, un pot à encens, le pot de fleurs garnies de Tulipe pour certaines flétries, un bracelets de perles noires et divers autres objets lui ayant appartenu sont disposés en ordre dans les deux niches de part et d'autres de la photo et sur la table basse servant d'autel. Une étagère placée plus haut rassemble les livres favoris, ainsi que les photos de la défunte.

Quand je m'accroupis pour prier, saluant mon ancêtre, je prends garde à ne pas m'asseoir sur le siège de Grand-père. Quand il a des problèmes ou qu'elle lui manque trop, c'est toujours près de sa femme qu'il se recueille et se ressource. Il dit qu'elle lui parle ou qu'au moins elle l'écoute, et il aime à dire qu'elle ne lui donne jamais la solution, mais elle le laisse la chercher.

Je vous présente Saejin Kwon, ma grand-mère.

Une fois mon salut fait, je me redresse et commence à expliquer à Mme Sullivan mon problème.

Je pensais remettre simplement les fleurs comme elles l'étaient, mais mon Grand-père n'aime pas qu'elle soient présentées de la même façon deux semaines de suite. Il trouve ça monotone.



Alors comment les mettre?





Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]   Mar 23 Aoû - 1:29

La nature commerçante de Neyth ne venait pas de nulle part. Ses parents, artisans et commerçants par la même occasion, avaient toujours eu des boutiques-ateliers partout où ils avaient pu habiter. Depuis toute petite, elle avait vu son père se tuer à la tâche pour fabriquer des meubles sur mesure ou non, complètement dépendant de l'offre et de la demande, et sa mère, faisant tout pour refourguer la marchandise de la façon la plus efficace. Outre un bagoût et des arguments travaillés pour convaincre, la fidélisation des clients entrait largement en ligne de compte. Comment vont les enfants, Mme O'Malley ? Oh, et votre maman ? Oui, c'est l'âge, malheureusement, c'est bien triste. N'hésitez pas à venir m'en parler, vous savez très bien que je suis là toute la journée. Mais je vous en prie, Mme O'Malley, c'est bien normal. Autant de phrases, de schémas qui certes n'auraient pas eu le même impact sur la clientèle si Mme Shalindrak n'avait pas eu véritablement bon fond et une gentillesse naturels, qui s'étaient ancrés dans la mimétique de Neyth depuis sa plus tendre enfance comme le modèle de ce qu'il convient de faire lorsque l'on possède un commerce. C'était en partie pour cette raison qu'elle demandait toujours des nouvelles des gens, qu'elle prenait toujours quelques minutes pour discuter s'ils le pouvaient, pour apprendre à les connaître mieux cerner leurs besoins, mais aussi pour qu'ils pensent à elle en premier lieu lorsqu'ils avaient besoin de fleurs. Cela ne l'empêchait bien entendu pas de s'attacher à certains clients comme c'était le cas pour M. Wong.

Qu'il ne soit pas absent pour raison de santé lui faisait donc plaisir. Il était vrai qu'il était une force de la nature, mais les accidents les plus bêtes, ceux auxquels on s'attend le moins sont parfois les plus vicieux. Le tapis de bains qui glisse malencontreusement au sortir de la baignoire, une marche loupée dans un escalier, un lever trop brusque qui fait perdre l'équilibre d'un coup, un carrelage trop bien nettoyé, une branche d'arbre qui tombe dans le jardin... La liste des accidents domestiques était longue, la seule chose que l'on pouvait en retirer c'était qu'ils étaient la première cause de décès dans les statistiques des pays en paix. Dans le cadre de Quederla, la chose était légèrement différente, évidemment, mais il eût été fâcheux qu'une autre mauvaise nouvelle débarque sur le tapis. Surtout après ce qu'il s'était passé récemment.

« Et je ne peux que vous le souhaiter ! »

Ainsi donc, elle se trouvait en présence de la petite fille de M. Wong. Elle n'était pas exactement comme elle se la serait représentée sur un plan purement physique, mais elle était aussi bien éduquée que ce à quoi on pouvait s'attendre d'un membre de la famille Wong, d'après le très petit échantillon que la fleuriste avait pu voir. Certes, l'on aurait pu s'attendre à une jeune femme aux longs cheveux noirs, très raides, dans une tenue plus traditionnelle -ce qui aurait été très cliché mais ne construit-on pas sa vision du monde au travers d'images plus ou moins représentatives de ce que sont vraiment les choses ?- mais les surprises ont toujours du bon en ce que l'attendu est toujours ennuyeux à sa façon. Et puis un peu de modernité, ça ne fait pas de mal.
Alors que la jeune femme entrait dans des explications simples et claires quant à son aïeul, Neyth l'écoutant d'une oreille polie admirait d'un œil discret le domaine dans lequel elle n'était entrée qu'une ou deux fois malgé tout le temps depuis lequel elle fournissait des fleurs. Le jardin était splendide, bien entretenu, avec cette esthétique si particulière aux jardins asiatiques. Comme si seules la paix et la sérénité pouvaient les parcourir. Sentir l'inclinaison du corps de la jeune femme qui marchait à ses côtés la sortit de sa contemplation avec toujours ce léger sourire qui s'agrandit avec un éclat sincère à la demande qu'elle lui faisait.

« Oh, bien sûr, ce sera avec joie. Vous me direz plus précisément ce que vous voudrez, je vous ferai ça. »

L'arrangement floral, une chose que bizarrement, même du temps où elle était obligée d'en faire chez David, elle avait toujours apprécié faire. C'était reposant d'avoir à ne s'occuper de rien d'autre que des fleurs, de leurs couleurs, de leur agencement dans le pot de sorte à ce qu'aucune ne soit trop visible par rapport aux autres sans pour autant qu'elles se noient dans la masse et qu'on n'en distingue plus aucune. Faire attention à arranger les teintes pour que le mélange soit agréable à l'oeil mais ne soit pas non plus qu'un dégradé de teintes semblables qui alors paraîtraient trop uniformes et surtout difficiles à discerner pour un œil non exercé. Dans le cas des fleurs identiques et de même couleur, il fallait faire attention à la disposition des fleurs, à la taille de leur tige, en fonction du poids de la corole et en fonction des autres disposées dans le vase. Et puis, il y avait aussi les compositions en fonction du nombre, selon qu'on ait beaucoup ou peu de specimens à mettre en place. Finalement une activité absorbante qui pouvait prendre un temps fou et vous emmener loin, très loin du monde et de son quotidien, surtout quand celui-ci n'avait rien de reluisant. Et c'était peut-être ce goût pour l'arrangement floral qui avait fini par la conduire vers l'horticulture et la vente de fleurs.

Elle entra dans la pièce où se trouvait l'autel funéraire à la suite de Rose, respectant le plus grand silence tant que la jeune femme ne semblait pas vouloir le rompre. Elle ne connaissait que peu de choses voire rien des traditions familiales quant aux morts et à la ritualisation de leur mémoire. Le mieux, c'était encore de se faire discrète et de s'adapter en conséquence aux habitudes familiales. La disposition de l'autel respirait une sérénité basée sans doute sur son esthétisme ; l'agencement des objets, les couleurs, la photo choisie... Une belle jeune femme trônait au milieu du cadre, humble, digne, parée sans doute pour une occasion spéciale. C'était la première fois qu'elle voyait le visage de la destinataire des tulipes qu'elle cultivait avec soin, une sorte de première rencontre un peu étrange, mais qui n'enlevait rien à l'envie de faire pousser les plus belles fleurs possibles.

Neyth attendit donc que l'on s'adresse à nouveau à elle pour s'approcher un peu plus de l'autel, étant restée en retrait jusque lors. Un petit sourire aux lèvres, elle s'agenouilla à son tour, évitant soigneusement aussi le siège qui s'y trouvait comme l'avait fait la jeune fille.

« Eh bien Madame, je dois dire que je heureuse d'enfin faire votre connaissance. »

Une formule étrange pour une autre personne, mais elle se doutait que la petite fille de M. Wong ne serait pas choquée qu'elle prenne la liberté de parler à une photographie cachant pour majeure partie une urne funéraire, surtout quand l'on s'adresse à une personne que l'on n'a pas connue. Le tout, c'était peut-être de ne pas en faire trop, de ne pas paraître trop familière voire irrespectueuse. Une fois le problème exposé, la fleuriste haussa légèrement les épaules sans se départir de son sourire et se contenta de répondre le plus naturellement du monde :

« Bien sûr, je vous fais ça tout de suite. »

Le plus précautionneusement possible pour ne pas trop salir le plancher, elle ouvrit le papier craft et l'étala par terre, disposant les fleurs d'une certaine manière dans un premier temps, séparant les tiges légèrement plus courtes. Elle avait idée de faire un genre de vasque en coupant des tiges plus courtes, afin de donner du relief au bouquet monochrome. Tout en faisant son tri et en enlevant une partie du bas de certaines tiges du tranchant de l'ongle, elle expliqua à son interlocutrice ce qu'elle faisait :

« Je vais tenter de leur donner une forme un peu originale. Les tulipes ont l'avantage d'avoir des tiges assez solides pour qu'on en fasse un peu ce qu'on veut. »

Termes qui dans un autre contexte auraient pu être particulièrement tendancieux, mais ce n'était absolument pas l'intention de la rousse qui se contentait d'appeler un chat, un chat.

« Il faudra sans doute leur changer l'eau, sinon elles ne tiendront pas une semaine entière. C'est le seul inconvénient des fleurs coupées. »

Tout en continuant sa tâche de façon précise, comme si elle avait déjà parfaitement la vision en tête de ce que ça allait donner une fois dans le vase, elle tenta de continuer la conversation :

« Si ma mémoire est bonne, votre grand-père m'a parlé de fiançailles il y a déjà un petit moment. Ce doit être vous, j'imagine ? Vous faîtes quelque chose dans la vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]   Mar 23 Aoû - 21:55










Je ne m'y attendais pas,



Mais la fleuriste salue, elle aussi respectueusement ma Grand-Mère. C'est rare pour ceux qui ne pratiquent pas le culte des morts d'avoir cette attention. A moins qu'elle soit habituée à cause de son métier?  

En tout cas, elle n'hésite pas longtemps à accepter ma demande et m'explique comment elle va s'y prendre.

Je vais tenter de leur donner une forme un peu originale. Les tulipes ont l'avantage d'avoir des tiges assez solides pour qu'on en fasse un peu ce qu'on veut.

Je ne comprend rien à son argot, mais j'y vois un sens caché que je ne lui relève pas et garde pour moi. Mentalement, je me demande quand même si elle est du genre à faire ce qu'elle veut des tiges solides de ses clients... Oui, pardon Grand-Mère, mais t'as pas fait Papa en attendant la cigogne, tu sais ce que c'est !  

Il faudra sans doute leur changer l'eau, sinon elles ne tiendront pas une semaine entière. C'est le seul inconvénient des fleurs coupées.

Oui, Grand père le fait tous les jours! Il mets même quelque chose dans l'eau pour aider les fleurs à s'épanouir. Je n'ai jamais eu la curiosité de demander ce que c'était.

Ce double sens-là, il est pour toi Grand-Mère. Heureusement qu'elle ne change pas de visage, cette photo, elle me gronderait sans doute. Quoique je n'ai jamais connu Dame Saejin de son vivant.

Si ma mémoire est bonne, votre grand-père m'a parlé de fiançailles il y a déjà un petit moment. Ce doit être vous, j'imagine ? Vous faîtes quelque chose dans la vie ?

Je souris à l'évocation des fiançailles. Grand-Père en est donc plutôt content finalement.

Oui, je suis fiancée à l'héritier du Dojo Han. Je suis moi-même futur Maître de Taekwondo, et quand mon Grand-père se retirera, c'est moi qui régirai le Dojang Kwon.

Mon sourire est énigmatique quand j'ajoute.

Je ne sais pas encore si je serai prête, le moment venu, mais je m'entraîne chaque jour pour être à la hauteur des attentes du Dojang. Mon but serait de surpasser Grand-père, mais il est encore trop fort, et j'ai peur que plus tard, il perde à cause de son grand âge.

Mon doigt se tortille dans une mèche de mes cheveux. Comme elle est juste fleuriste, je peux lui confier ce petit secret, mais lui précise en me penchant vers elle, un doigt sur les lèvres.


Ne le dites pas à Grand-père.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]   Mar 30 Aoû - 22:58

Les double-sens étaient chose courante dans les paroles de Neyth, même si elle ne s'en rendait pas souvent compte, c'était d'ailleurs souvent son frère Kaleb qui lui faisait retrouver ces sens cachés en pouffant de rire ou en manquant de s'étouffer quand le sous-entendu involontaire était particulièrement, éhontemment déplacé... involontairement, bien sûr ! Cette naïveté légère de la fleuriste venait en partie de son caractère spontané, et aussi un peu à cause de ses études scientifiques qui lui avaient si souvent demandé d'appeler un chat un chat, d'une façon simple, un peu rude mais surtout parfaitement innocente. C'était pour cette raison sans doute que beaucoup de gens la trouvaient amusante, et elle était bien d'accord pour admettre avec humour qu'elle était parfois bien tarte. Et puis il fallait bien le dire, depuis son petit séjour chez son ancien propriétaire puis chez David, les joies de l'amour lui étaient parfaitement indifférentes pour ne pas dire qu'elles lui étaient étrangères. Elle comprenait bien que l'on pouvait y trouver un attrait particulier et si elle plaisantait volontiers sur le sujet, il convenait de ne pas tenter une quelconque approche directe de la chose, le sujet était toutefois abordable au même titre que n'importe quel autre. Ce fut sans doute pour cette raison qu'elle ne remarqua pas la honce de malice qui aurait pu découler d'une telle déclaration, la plus sérieuse du monde quand il s'agissait de parler de ses tulipes.

« Je vois que votre grand-père est déjà bien au fait de ce qu'il convient de faire pour des fleurs en vase, je n'ai aucun souci à me faire quant la survie de celles-là. Mais la recette demeure un secret de fleuriste, je pense qu'un de mes collègues a dû lui vendre la mèche ! »

Elle glissa un clin d'oeil à cette dernière phrase et se remit au travail de plus belle. Cela ne lui prit pas si longtemps pour composer la forme qu'elle souhaitait, juste le temps que la jeune femme lui raconte plus ou moins en détail ce que son grand-père avait expliqué en à peine quelques mots à Neyth. Elle trouvait toujours charmant et un peu atypique cette tradition de fiançailles entre personnes équivalantes, comme une réminiscence d'un temps ancien duquel on n'aurait gardé que les bons côtés. Elle ne portait d'ailleurs aucun jugement négatif sur la chose, elle se doutait bien qu'à l'époque actuelle et surtotu venant de M. Wong, la décision n'avait pas été prise sans la jeune femme, ce qui rendait la chose peut-être plus romantique encore. Surtout pour elle pour qui la chose était si loin, si étrangère... Même quand elle était étudiante, quand elle n'avait pas encore vu ce qu'il y avait de prie en matière d'individus, elle ne s'était jamais vraiment posé la question. Certes, elle n'avait pas peur de grand chose, s'engager ne lui aurait pas fait grand chose mais elle n'était peut-être simplement jamais tombée sur le bon ou qu'aucune véritable occasion ne s'était présentée. En fait, Neyth ne s'était pas posé beaucoup de questions quant à son avenir sentimental, son choix de profession ayant rapidement pris le pas sur le reste. Mais elle devait avouer avec l'âge que ces amours prometteuses avaient un charme fou, quand bien même elle n'y succomberait sous aucun prétexte.

« Dirigeants de deux grandes écoles d'arts martiaux différents, je pense que vous ferez un merveilleux couple. Même si je n'ai pas vu votre fiancé, mais quelque chose me dit que c'est un bon parti. Il me semble, mais je peux me tromper, que dans des endroits tels, on y reçoit une excellente éducation et des valeurs importantes. Et croyez-moi, ça se fait rare de nos jours ! »

Alors qu'elle s'apprêtait à enlever les tiges des anciennes fleurs du beau vase où elles se trouvaient, elle entendit la confidence de la jeune femme avec une oreille attentive et compatissante. Vouloir se dépasser et donner le meilleur d'elle-même, elle avait bien connu ce sentiment quand elle étudiait ; ce besoin de s'acharner sur ses cours et ses livres jusqu'à ce que somme s'ensuive, aller toujours plus loin dans les recherches jusqu'à atteindre le point où elle se sentirait satisfaite de ses connaissances, point qu'elle n'avait bien entendu jamais atteint, faute de temps avant tout. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle lui répondit :

« Ne vous en faîtes pas, je suis sûre que vous y arriverez. Et vous ne devez pas vous en faire si jamais... si jamais votre grand-père venait à perdre certaines de ses capacités à cause de l'âge. Certes, vous gagneriez plus facilement, ça ne fait aucun doute mais ça ne voudra pas dire pour autant que vous serez moins forte que lui au meilleur de sa forme. Il vous a transmis tout son savoir à un moment où il en savait le plus, vous avez bénéficié du meilleur de lui-même. Et à partir de là, vous ne pourrez que devenir encore meilleure. Vous êtes jeune, vous aurez mille fois le temps de vous améliorer encore et encore. Mais je comprends que vous ayez le souci que la santé de votre grand-père dure le plus longtemps possible, c'est tout à fait normal. Je garderai ça pour moi, dans tous les cas, ne vous en faîtes pas. »

Une à une, elle plaça les nouvelles tiges une à une dans le vase, les disposant d'une façon précise pour leur donner une forme circulaire légèrement creusée en son centre.

]« En tous les cas, n'hésitez sutout pas à me contacter pour votre mariage, je me ferai une joie de vous fournir les fleurs qu'il vous faudra. Je suis sûre que vous serez magnifiques tous les deux. Vous allez vous marier en habit traditionnel ? Ou habillés à l'occidentale ? »

Délicatement elle roula les fleurs flétries dans le papier craft qu'elle avait apporté pour les nouvelles, veillant à ne pas tacher le sol de la pièce, au demeurant impeccable.

« Vous avez déjà une idée de la date où vous attendez un événement particulier pour le faire ? »

Elle rit légèrement, se moquant d'elle-même :

« Je suis désolée, je vous embête avec toutes mes questions. Mais je vous avouerai que depuis que je participe à l'organisation de pleins de mariages, je ne sais absolument pas comment ça s'organise de l'intérieur, pour les futurs époux, je veux dire. C'est bête mais comme on dit, le cordonnier est toujours le plus mal chaussé, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu de boheur pour un joli coeur [Pv Rose]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-