Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021

Partagez
 

 Attention ça va secouer ! {PV le chaton}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Attention ça va secouer ! {PV le chaton}   Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 EmptySam 3 Déc - 16:30


J
e suis prête à prendre un autre glaçon et à recommencer la même torture. Tout aussi lentement sur le même chemin. Mais je laisse quand même un choix, au cas où qu'il aurait de la suite dans les idées. Dans tous les cas je sais qu'il ne tiendra pas éternellement à rester ainsi attaché. Et comme j'ai profité un instant à ce qu'il se laisse prendre au jeu sans broncher, je n'en ferais pas tout un plat si nous passons à autre chose. Mais à ma grande surprise sa proposition me prend de court, en particulier parce qu'il ne demande pas à être détaché. Moi qui pensais que ce serait là la première chose qu'il chercherait à obtenir sans l'ombre d'un doute, voilà que je me suis trompée, ce qui ne semble pas être plus mal en fin de compte. N'attendant guère plus longtemps à réfléchir, j'accède à sa requête sans mal. Plaçant le glaçon entre ses lèvres puis me positionnant plus convenablement au-dessus de lui. Je goûte aussi au plaisir que peut procurer ce genre de baiser glacé.

Mains accrochés aux barreaux du lit, je me mords à plusieurs reprises la lèvre sous la sensation. C'est à ce moment-là que je reconnais que l'idée était vache, pourtant cela n'entache en rien le délice. De la nuque entre le creux de ma poitrine, chaque passage aussi froid soit-il me donne envie d'en avoir plus. Plus loin sur toute une grande parcelle de mon corps, même si frissonner de froid pouvait avoir un petit côté regrettable. Je ne saurais dire si c'était en particulier sa bouche ou bien le glaçon, mais c'en était tellement hypnotisant, que ce n'est qu'au dernier moment que je percute sa libération. Sans honte de m'avoir mené en bateau, mon soutien-gorge disparaît aussi rapidement sans me laisser l'opportunité de protesté. C'est que lui aussi dispose d'arguments qui me laissent sans voix, si bien que même la tentative de le juger d'un regard sévère s'évapore, je n'en retiens même pas le soupir qui m'échappe quand mon sein se retrouve prisonnier. Frissonnant complètement au contact qu'il renferme. Je me maudis pour une telle idée, mais après que ce soit terminer. Car en cette seconde je m'avoue vaincu sans chercher à riposter. Lâchant les barreaux, je passe une main dans ses cheveux tandis que l'autre se maintient à son épaule. Il m'échappe des lèvres un hoquet de surprise quand le glaçon que je croyais disparus et fondu sur ma poitrine, réapparaît soudainement au niveau de la nuque. Sa descente si frénétiquement longue me pousse à cambrer en avant tout le haut du corps.

Prise au piège entre les deux qu'il me fait subir, je ne sais où donner de la tête. Partager entre une saisissante émotion de brûlé de l'intérieur, un désir si ardent que c'est à peine possible d'avoir tenu aussi longtemps sans s'en souvenir. Que celui d'un froid glacial mais qui n'en cache pas moins un appétit aux attentes inespéré. Il a beau s'éterniser j'en avance mes hanches au point se coller au sien. Plus encore quand ce maudit glaçon atteint le bas de mes reins. Entre ses caresses buccales et ça, je ne résiste pas au fait se bouger mon bassin, surtout quant au niveau de mon intimité il se frotte sensuellement contre le sien. Autant ma respiration que les battements dans ma poitrine s'accélèrent peu à peu, j'en viens à resserrer mon étreinte autour de lui, tandis que dans un murmure c'est son nom qui traverse mes lèvres mi-closes. Bon sang, jamais je n'aurais cru qu'un temps aussi longtemps en abstinence pouvait déclencher un tel brasier avec si peu. Mais il me faut redescendre sur terre rapidement avant que cela ne m'incite à lâcher prise. De ce fait, j'attrape sa tignasse pour lui relever la tête et avoir un meilleur accès pour pouvoir l'embrasser. Langoureusement, tandis que la main valide qui repose sagement dans ses cheveux se promène sur l'avant de son torse, glissant lentement en direction de son caleçon ou elle se faufile discrètement à l'intérieur.

Empoignant son membre, je le caresse dans une terrible lenteur. Possible qu'il y est un peu d'esprit de vengeance. Prenant le temps à jouer avec sa patience comme d'habitude. D'autre part ce ne serait pas aussi plaisant si je ne jouerais pas un tantinet avec celle-ci. Mettant fin la première à ce baiser, j'embrasse sa joue tout en prenant la descente sur sa gorge. J'y pose plusieurs fois les lèvres ici et là. Quelquefois mes dents, pour n'en épargnez aucun recoin. Pour revenir finalement à la hauteur de ses lèvres, là où ma langue passe légèrement avant que je ne dise entre deux

Tu sais que j'aime t'entendre me supplier.

Et ce n'est pas quelque chose qui a changé en quatre années. Car le tenir à ma merci à ce niveau-là est tout aussi jouissif que le reste. J'aime l'entendre venir quémander et n'accepte sa demande seulement si j'en aie le désir. Mettre sa patience à rude épreuve avant qu'il ne craque. Esprit de sadique sûrement. Comme si cela ne suffisait pas à être en ma faveur, je me détache de ses bras. Stoppant par la même occasion l'activité entre ses jambes, pour aller m'allonger entre elles. Repliant les bordures de son bas pour avoir un meilleur accès, je reprends son sexe entre mes mains, j'y ajoute à cela ma langue qui s'amuse à le titiller. Vaguement sur la hauteur, puis en longeant la longueur, à plusieurs reprises. De quoi en faire durer l'attente pour qu'il en souhaite plus. Jusqu'à ce que soudainement il finisse par entrer fond de ma bouche. J'en avais presque oublié à quel point je pouvais aimer ça. La chaleur que cela en dégage à cause de son envie qu'il ne peut clairement pas cacher. Mes va-et-vient ont tendance à garder le même rythme. Ne s'accélérant sous aucune raison, à moins que ce soit lui qui l'exige. Enfin si encore j'ose y prêter attention. Car pour le moment je m'en délecte bien trop pour vouloir changer quoi que ce soit.




© Laelyss


Elle te parle en Brown

KDO
Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Zm9oyxG
bitch:
 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Lun 23 Jan - 1:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Attention ça va secouer ! {PV le chaton}   Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 EmptyLun 9 Jan - 0:03

Attention, ça va secouer !
L'effervescence de notre étreinte eût tôt fait de faire fondre ce qu'il restait du glaçon sur la peau brûlante de Lys, et plus rien ne serait en mesure désormais d'éteindre ce feu qui nous consume. Une emprise sur mes cheveux me dispense de semer plus d'embrassades sur son buste, puisque mes lèvres se retrouvent réquisitionnées par les siennes au détour d'une torride accolade. Néanmoins, il ne s'agit là que d'un moyen de retenir mon attention tandis que ses doigts se resserrent sur mon entrejambe, et mes soupirs se perdent entre ses lèvres sous le rythme extrêmement ralenti de ses mouvements. Une punition pour m'être libéré de mes liens ? C'était tout comme: me sollicitant avec ses lèvres et ses dents d'un côté, en limitant désespérément ses caresses de l'autre, mon bassin essayait tant bien que mal de s'activer pour tenter de se procurer la stimulation dont je commençais à avoir cruellement besoin. Et soudain, la révélation:

« Tu sais que j'aime t'entendre me supplier. »

Voilà donc l'origine de ce manège. Expirant mon mécontentement teinté de frustration lorsqu'elle interrompt son affaire pour descendre de mes genoux, j'aurais pu me plaindre d'un tel traitement à mon égard si la rouquine ne s'était pas mise à changer de position, de sorte qu'elle puisse reprendre là où elle était avec l'action de sa langue en prime, léchant encore longuement pour renforcer l'attente avant me prendre en bouche. Consolidant mon appuie sur le lit à l'aide de mes mains posées derrière moi, je réduis au silence les réactions qui s'en suivent du mieux que je peux afin de l'avertir.

« Désolé ma puce, mais ce n'est pas prévu au programme. »

Quand bien même l'abstinence était rude, on ne peut pas dire que je me suis laissé abattre pour autant pendant ces dernières semaines. Un petit coup de main là-dessus de temps à autres suffisait généralement à faire passer les envies passagères sans devoir importuner Laelyss à ce sujet, alors ce n'est pas une sensibilité excessive qui me caractérisait à ce moment précis. Je sais que me torturer en faisant grimper la température est son passe-temps favori, mais appeler à sa clémence pour assouvir mes attentes n'est pas ce que j'affectionne le plus. La laisser croire qu'elle possède un tel contrôle sur moi, même s'il n'était pas complètement inexistant je le reconnais, ne m'apporterait que des ennuis au pieu ! Alors même si son jeu de langue me procure un bien fou, il est hors de question qu'elle l'emporte et me domine. Du moins, pas tout de suite.

Empoignant sa chevelure de feu, je relève finalement Lys de mon bassin et rapproche nos visages pour l'embrasser fougueusement. La chaleur de sa bouche me manque déjà mais je sais pertinemment qu'elle n'aurait rien laisser passer sans que je me plie à sa demande, et je n'étais pas encore assez à bout pour m'y résoudre -ni inconscient pour lui laisser l'opportunité de me pousser dans mes derniers retranchements, d'ailleurs-. Pour cette raison, je mets cette bouche à une autre contribution langoureuse tout en me redressant sur les genoux, ma main libre partie agripper sa fesse dans l'ivresse du moment afin de pousser son corps contre le mien. Nous faisant tourner ensemble d'un quart de tour sur le côté, j'en viens à nous faire descendre du lit; sauf que je l'oblige à se rasseoir aussitôt sur le bord, puis m'agenouille devant la rouquine de façon à me placer entre ses cuisses, levant un regard taquin sur elle:

« Tu ne préfèrerais pas que je m'occupe de toi ? J'ai bien envie de vérifier l'insonorisation de la chambre. »

Ce serait intéressant de voir s'il était possible que nos voisins puissent connaître mon nom avant même de me présenter à eux. En tout cas c'est une idée qui me branche, et je soulève donc l'une des jambes de Laelyss pour la passer par-dessus mon épaule. Mes baisers entament alors une tendre descente le long de l'intérieur de sa cuisse, sans précipitation, jusqu'à trouver le contact avec la lingerie qui dissimule encore toute sa sensualité et dont je me contente de caresser la surface du bout des lèvres, ne laissant pour l'instant que la chaleur de mon souffle en transpercer la finesse du tissu. Après tout, la rouquine ne s'était pas gênée tout à l'heure pour prendre son temps et m'affliger de cette lenteur infime. Aussi je m'autorise à faire de même, frôlant la surface des reliefs qui se dessinent et tressaillent par moments, sensibles à la promenade somme toute très aérienne de ma bouche qui tour à tour embrasse et caresse cette zone intime. Mais son odeur est si imprégnée du désir trahi par son corps qu'elle me ferait presque tourner la tête, au point que je me voyais déjà lui arracher ses derniers effets pour la prendre sur-le-champs... ce que j'aurais sûrement fait si je ne me tenais pas à profiter un maximum de ces préliminaires, après s'être éloignés aussi longtemps l'un de l'autre.

Lorsqu'enfin elles se lassèrent d'avoir à se contenter uniquement de la couche de textile, mes lèvres s'accordèrent à remonter un peu afin d'atteindre la bordure de son bas, que je saisis avec les dents tandis que mes doigts aident à le faire glisser lentement de ses hanches. Une fois retiré, ses deux jambes prennent ensuite place sur mes épaules alors que je me penche à nouveau sur son intimité mise à nue et, de ce qu'il m'est donné de voir, d'ors-et-déjà prête à m'accueillir. Avec un air satisfait dont je n'allais certainement pas me cacher, je me plais à venir récolter, du bout de la langue, le fruit de son excitation qui perle à l'entrée de son vagin, lapant encore avec légèreté avant de tracer un chemin vers le haut pour aller titiller des recoins nettement plus sensibles. Car enfin, ce sont ses réactions que je convoite le plus, que je veux entendre emplir la pièce, et je sais parfaitement comment m'y prendre pour les soutirer.

L'une des mains qui entouraient jusqu'ici sa taille se permet de glisser en direction de sa poitrine, désireuse d'en épouser les formes et de les presser amoureusement entre ses doigts, d'en pincer le bout pour l'aguicher, sans cesser plus bas de goûter son entrecuisses; par ailleurs, la seconde n'avait pas manqué de venir se faufiler entre les miennes pour libérer un peu mon érection et la soulager de quelques mouvements de poignet. Mon envie de passer à la suite a tendance à se traduire au cours de mes caresses buccales, alors que ma langue s'insinuait doucement dans son orifice pour effectuer de petits va-et-vient particulièrement humides. Et croiser la lueur de ses yeux émeraudes faisait comme l'effet de braises incandescentes dans mon bas-ventre, crépitantes, presque douloureuses tant que je n'aurai pris la décision de la pénétrer pour me libérer de ces attentes.
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Attention ça va secouer ! {PV le chaton}   Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 EmptyLun 23 Jan - 1:49


S'
il ne se décide pas à me demander, je ne risque pas de lui offrir ce qu'il attend avant un moment. Simplement parce que c'est bien trop plaisant de le voir ainsi à ce tortiller dans tous les sens pour arrêter en si bon chemin. Même si je sens bien qu'il en garde une réticence pour ne pas me laisser gagner, il ne peut pas contenir éternellement tout ce flux d'excitation. Et si je dois y passer une bonne demi-heure pour qu'il cède et que j'entende sa supplication, je le ferais sans hésitation. Ce n'est pas comme si cela me déplaisait. Bien au contraire. Sentir son sexe entre mes lèvres, au fin fond de ma bouche me rend folle. Plus j'avais le plaisir de le goûter, plus mon envie a son égard ne faisait que s'accroître de seconde en seconde. J'en venais à oublier les raisons qui nous ont poussés à attendre aussi longtemps, agrandissant l'abstinence. Bien que ce fut logique et compréhensible au vu de la période qui s'était écoulé, jamais je n'aurais imaginé être autant en manque d'un plaisir charnel. Un besoin vital qu'il fallait assouvir dans l'instant qui suivait.

Néanmoins, mon cher et tendre semblait, lui aussi, avoir ses propres projets en tête. D'où le fait de ne pas me laisser l'opportunité d'aller jusqu'à la fin de mon petit jeu. Sa main partant empoigné mes cheveux afin de m'arrêter, je grince légèrement des dents, loin d'être ravis de me priver ainsi. Mais son baiser a l'effet de chasser tout cela, le rendant avec autant de ferveur je me laisse faire comme une petite marionnette qu'il peut manipuler à sa guise. M'accrochant à ses bras fermement comme s'il s'agissait d'une bouée de sauvetage. Mon corps glisse contre lui avec joie, alors qu'il m'emporte l'espace d'un bref instant dans les airs. Pour finir quelques secondes plus tard assise sur le bord du lit à le regarder se pencher doucement entre mes jambes, j'en viens à répondre à sa remarque sur le même ton taquin dans un petit murmure à deux doigts déjà de l'essoufflement :

Crier ton nom te ferait bien trop plaisir... Il n'en est pas question.

Je scellerais mes lèvres simplement pour l'embêter. Pour m'avoir interrompu dans ma dégustation. Un petit manège qui ne risque pas d'en voir le bout si à chaque fait nous nous renvoyons la balle.

Une main agrippant les draps, je savoure la sensation de ses lèvres qui descendent lentement le long de mes cuisses. Me donnant cette envie insatiable de frissonner sans cesse à chaque baiser. Combien de temps pourrais-je bien tenir avant de devoir l'implorer moi-même de passer à l'étape supérieure ? J'ai déjà l'impression de perdre pied alors qu'il n'atteint qu'à l'instant mon intimité. Elle a beau être encore protégée, un simple souffle me fait chavirer. Pire encore alors qu'il s'en amuse de cette zone si sensible, serrant les dents, ça me semble un effort surhumain de ne pas laisser échapper un soupir. Je devrais me sentir soulager de voir par la suite disparaître mon dernier vêtement, puisque ses coups de langue se font plus francs. Plus sûr de ce qu'il veut. Mais ils me prennent de court et m'enflamment petit à petit.

Je reste là à l'observer haletantes et prises aux pièges à la fois. J'aimerais autant qu'il cesse, que je pourrais en demander davantage. Indécise, je souhaiterais les deux. Une horrible torture dont je n'en trouve aucune issue à proximité. « ... Je t'en prie... c'est un supplice... ». J'ai beau sourire, ravie de retrouver autant attention, il y a cette hâte, ardente, pressante qui me démange. Les mains retrouvent le chemin des sentiers perdus. Savent exactement où s'attarder, où s'accrocher, où caresser. C'est une routine longtemps perdue qui se remet en place, sans qu'elle ne soit lassante pour autant. C'est réconfortant. Rassurant. C'est comme rentrer chez soi après une longue absence. Les odeurs, les habitudes. Le confort. Tout est là.

Lentement ma main valide se pose sur la sienne s'amusant avec mon sein. La retirant, j'enlace nos doigts et tire dessus pour ramener tout le reste de son corps à ma hauteur. Me laissant doucement tomber sur le lit en l'emmenant avec moi, les jambes s'enroulent autour de sa taille masculine, pour m'aider à forcer et nous faire rouler en échangeant nos places. À vrai dire je ne cherche même plus à prendre le contrôle, je veux simplement qu'il me prenne. Qu'il me possède ici et maintenant, bien plus qu'une langue qui a déjà bien des effets dévastateurs. Mes lèvres partent inonder son cou de multiples baisers. Mordillant cette chair brûlante qui me donnait tant envie. Remontant à ses lèvres, je les survole à peine, préférant bifurquer vers son oreille où je finis par y céder vaincu, prenant de l'avance en demandant sensuellement :

S'il te plaît... Je ferais tout ce que tu désires... Dis-moi ce que tu souhaites ?




© Laelyss


Elle te parle en Brown

KDO
Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Zm9oyxG
bitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Attention ça va secouer ! {PV le chaton}   Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 EmptyMer 1 Mar - 12:55

Attention, ça va secouer !
Ce serait presque regrettable de chercher à se point à se réduire au silence, alors qu'elle est loin d'être imperméable à mes attentions. Comment m'en vouloir d'être amateur de la musique si caractéristique de son amour ? Elle ne s'imagine pas à quel point elle est envoûtante. De toute manière, si je ne peux compter sur ses seuls gémissements pour m'assurer du plaisir que je lui procure, le reste de son corps la trahit suffisamment pour ne pas lui en tenir rigueur: de sa respiration précipitée aux tressaillements de ses muscles lorsque je m'attarde un tant soit peu sur les zones sensibles de son anatomie, rien ne m'échappe.

Attentif au moindre sursaut d'envie qui palpite sur ma langue au cours de mon exploration intime, le reste de mes sens qu'elle n'a su priver s'en délectent à cœur joie. Elle les affole et les submerge les uns après les autres, tant et si bien que j'en oublie de lutter quand elle décide tout à coup de m'interrompre dans mon élan, et me voilà alors emporté avec elle sur le lit; où nous chavirons l'instant d'après de façon à ce qu'elle me surplombe, haletante, impatiente, mais je ne dois pas en mener bien large moi-même. Pensant d'abord à une dernière tentative pour reprendre le dessus, ses baisers dans mon cou confirment pourtant l'attente folle dont elle est prise pour ne plus chercher à me dominer. Au contraire, ils m'appellent et me supplient silencieusement, d'ici que les mots viennent également approuver le tumulte de ses émotions et surtout son lâcher-prise.

« S'il te plaît... Je ferais tout ce que tu désires... Dis-moi ce que tu souhaites ? »

C'est si plaisant à l'oreille que l'attente en valait réellement la chandelle. Mon corps tout entier se tend à cet appel fiévreux, à son envie désespérée qui est aussi la mienne, mais je veille tout de même à garder un minimum d'aplomb pour m'empêcher d'envoyer aussitôt une main me déshabiller complètement afin de la prendre ici et maintenant. Elle m'a donné les rênes, aussi je compte bien les garder le temps qu'il me plaira. De deux doigts, je me saisis de son menton pour ramener son visage devant le mien et planter mon regard dans ses yeux brillant de convoitise.

« Mets-toi à quatre pattes. »

Le grondement de ma voix dissimule à peine la satisfaction de pouvoir enfin passer à la suite. L'ordre ne semble pas être contesté, alors que la rouquine m'enjambe de façon à quitter le siège de mon bassin pour s'installer en face de la tête de lit, dans la position souhaitée. Je me redresse bien vite pour la rejoindre, retirant mes derniers effets dans la foulée avant de me placer entre ses jambes. Malgré l'extrême facilité avec laquelle je pourrais me plonger immédiatement en elle, mon érection libérée ne fait que reposer sur le bas de ses reins, le temps de guider mes mains le long de sa silhouette de rêve, remontant de ses hanches jusqu'à la finesse de sa taille pour longer ensuite la courbe de sa poitrine, tandis que mes lèvres se frayent un lent et doux chemin sur son dos. Un voyage captivant qui ne s'achève qu'une fois son corps enveloppé sous le mien, le creux de ses épaules et de sa nuque réceptionnant de tendres morsures, ainsi que mon souffle chaud au moment de lui exposer mes attentes :

« Je veux t'entendre me réclamer. Je veux entendre mon nom et tout ce que tu as envie que je te fasse. »

Aussi dévoué que je puisse être à son plaisir, il est vrai que je savoure également mon avantage sur elle. C'est tout de même Laelyss qui a voulu commencer ce petit jeu avec moi, quoi de plus normal donc que je participe à mon tour ? Le côté agréable de la chose étant que personne ne s'en sort vraiment perdant. Les coups de dents deviennent plus féroces à la surface de sa peau, douloureux même, pendant que les frottements de mon bassin se jouent de son impatience. Au-delà de son entêtement précédent que je voulais effectivement lui faire payer, il faut admettre que les suppliques ont le don de marquer l'inflexion de sa voix de façon si aguicheuse qu'elle me ferait perdre la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Laelyss Hamilton

Laelyss HamiltonMessages : 990
Date d'inscription : 23/11/2014


Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Attention ça va secouer ! {PV le chaton}   Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 EmptyMar 4 Avr - 13:29


S'
il y avait une mèche à proximité, je pourrais sans aucun doute l'incendier tellement mon corps est un brasier à lui tout seul. Je ne sais où donner de la tête, mais une chose est sûre, je sais ce que je désire en cet instant. Une chose qu'il a bien comprise depuis longtemps mais qu'il tarde à m'offrir. Je pense que même sans supplications, un simple regard en aurait dit long. Je sens ses deux doigts qui attrapent mon menton et me force à revenir vers son visage. J'avais envie de l'embrasser, de me coller à lui plus que jamais et de partager toute cette fougue dans une dans endiablés jusqu'au bout de la nuit, au point d'en faire rager les voisins. J'aurais pu en mourir tellement cela me démangé.

Cependant, lui-même avait de la suite dans les idées. Son ordre, loin d'être déplaisant à entendre, je ne cherche ni à me débattre ni à renverser la situation en ma faveur, je m'exécute sans un mot. Sagement en acceptant quasiment avec joie la domination avec laquelle il me surplombe. Passant par-dessus ses jambes, je me positionne convenablement, m'appuyant plus sur ma main valide que l'inverse. Puis, je n'aie pas à attendre bien longtemps avant de sentir sa peau me réchauffer davantage. Quoique légèrement frustré de sentir son érection reposait paisiblement sur moi et non là où elle devrait être actuellement, me faisant crier à perdre haleine. C'était même à mille lieux de ça.

Tandis que je réagissais à chacun de ses faits et gestes, frissonnant et brûlant encore, j'en venais à me demander l'espace d'un instant s'il était encore possible que je grimpe en température. Une pensée bien vite chasser alors que sa bouche remontait dangereusement le long de mon dos. Mes doigts attrapèrent les draps, laissant échapper un grand soupire d'aise, s'il ne me maintenait pas en place, une partie de moi chavirer complètement en s'y laissant prendre aussi simplement. Sa course atteint mon oreille pour y murmure des mots qui ont autant le don de me faire sourire que m'exciter. Si le but à atteindre été de me rendre folle, celui-ci été obtenu depuis que mon dernier vêtement avait honteusement disparu.

Cesse de jouer avec mes hanches et prends moi à la place.

Bien que c'était un jeu assez torride il y avait tout de même plus agréable que se frotter contre moi. Rien que le frottement en lui-même pouvait prendre une place plus alléchante. Autant pour lui que pour moi. Ses baisés moins doux et plus ardu son loin de me déplaire. La sensation d'une morsure bien plus violente que les précédents finit par me faire craquer, à la limite d'être douloureuse , celle-ci m'en fait tout de même échapper un gémissement. Alors, à défaut d'être en position d'obtenir ce que je voulais par moi-même, mes hanches se mirent à bouger d'avant en arrière, en parfait désaccord avec son sexe. Je connais pourtant l'issue inévitable, je sais qu'à ce genre de jeu j'en ressors que très rarement vainqueur - non pas que j'irais m'en plaindre pour autant - mais mon entêtement finit toujours par reprendre le dessus, bien que pour une fois je le fasse taire assez rapidement. J'avais bien trop envie et besoin d'autre chose pour me battre une nuit entière avec lui.

S’il te plaît... Je veux que tu me fasses jouir. Au diable les voisins, je veux crier ton nom haut et fort et en demander encore. Je t’en prie Bigby j’ai envie de toi... À quatre pattes, allongé, contre un mur, qu’importe. Je souhaite juste que tu me fasses l’amour.




© Laelyss


Elle te parle en Brown

KDO
Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 -XoIUmuE5TkYuCFs1-XAHGdFZb8Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Zm9oyxG
bitch:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Attention ça va secouer ! {PV le chaton}   Attention ça va secouer ! {PV le chaton} - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Attention ça va secouer ! {PV le chaton}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Zone Spéciale-