Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé.
Un MP vous sera envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !
Félicitation à Nashoba Dreiden !
Son RP a été élu meilleur RP du mois !

Partagez | 
 

 Une petite barquette de chatons, mademoiselle ? [Pv Nelsha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Une petite barquette de chatons, mademoiselle ? [Pv Nelsha]   Lun 15 Aoû - 23:15

Elle était arrivée tôt à la boutique ce matin-là, le soleil se levait à peine quand elle était partie de chez elle, la carriole accrochée à son vélo pleine à ras-bord de supports, de fleurs mais aussi de feuilles pour combler les trous qu'elle allait devoir affronter au cours de ses compositions. C'était la première fois qu'elle manquait de matériel dans son travail, et dans le fond elle espérait sincèrement qu'une telle chose n'aurait jamais à se reproduire, même si finalement elle n'hésiterait pas à produire un peu plus, quitte à donner le surplus à des associations ou à des amis à qui cela ferait plaisir. Une solution qui ne lui donnerait pas tellement plus de travail que ça, tout bien réfléchi. Moins que ces treillis cache-misère qu'elle maîtrisait certes mais qui n'étaient pas forcément des plus aisés à réaliser. Heureusemen, pour les bouquets apportés à l'hôpital, elle avait pu utiliser toutes les couleurs possibles et imaginables sans que cela ne choque pour autant les clients.

Vers neuf heures du matin, elle sortit prendre l'air à la porte cochère qui donnait sur la rue, une grande tasse de café à la main, le regard perdu dans le vague. Une voisine la salua depuis la fenêtre de l'étage de la maison en face. Elles mangeaient parfois le midi ensemble, quand il faisait suffisamment beau et chaud, sur une petite table pliante de jardin qu'elle avait gardée avec deux chaises et qu'elle installait sur le petit chemin entre la porte cochère et la porte de la boutique quand quelqu'un venait la voir pour papoter ou passer un moment. Une connaissance plutôt amicale comme une autre dans le quartier, mais des plus agréables, il fallait le reconnaître. La dame en question donnait des cours de piano chez elle, et c'était un bonheur de discuter avec elle. La rue était calme à cette heure, il fallait dire que la plupart des commerçants ouvraient dans ces eaux-là ou plus tard. Un bruit de fond si léger qu'on l'associerait à du silence planait dans le quartier, les enfants étaient déjà à l'école, les gens déjà sur leur lieu de travail ou en train de s'y rendre. Ce fut sans doute pour cette raison que la dispute qui éclata entre deux personnes dont les voix étaient beaucoup, beaucoup trop fortes pour cette heure matinale. Avec un soupir et sans crainte que qui que ce soit n'entre dans sa boutique un peu sombre le temps qu'elle aille voir si besoin était d'intervenir. Pas que se mêler de la vie des autres soit spécialement son truc, mais elle aspirait à la paix y compris autour de sa boutique.

Quand elle arriva sur place, un air blasé au visage, un sourcil haussé, ce fut pour voir deux personnes qu'elle connaissait de vue jouter verbalement comme des chiffoniers pour une raison somme toute triviale : une voisine réputée pour être un peu folle avait décidé d'abandonner une portée de chatons sans doute issus de ses chats sur le pas de la porte de l'épicier au coin de la rue, lui vendant comme argument boiteux qu'il n'avait qu'à les vendre comme d'autres marchandises. Le dit épicier, débordé entre incrédulité et perplexité et une bonne dose de colère, avait beau lui expliquer qu'il ne pouvait pas faire ce genre de choses et surtout que ce n'était pas son problème, ce en quoi il n'avait pas vraiment tort, la bonne femme n'en démordait pas. Parti comme c'était, la conversation pouvait durer une bonne heure voire toute la journée et peut-être même jusqu'à ce que mort s'ensuive. Avant que la chose ne finisse par arriver, la fleuriste décida d'intervenir. Certes, si tout le mone se battait pour des petits chats, le monde serait tellement plus beau, mais bon sang, s'ils pouvaient éviter d'ameuter tout le quartier pour éviter d'avoir à faire trois pas, ça serait une grande avancée pour la cohabitation humaine en bonne intelligence. En tâchant d'être la plus agréable possible, elle s'avança au cœur du débat pour proposer d'amener elle-même les chatons dans un refuge ou une institution du genre dont elle connaissait vaguement l'adresse et bizarrement, la solution ne provoqua aucune vague. Mais alors pour le coup aucune, même pas un semblant de résistance. Tout simplement, ils n'y avaient pas pensé.

Le reste de la matinée passa dans le plus grand calme, si ce n'étaient les piaillements des chatons qui avaient l'air à peine sevrés dans le carton où elle les avait installés. Incapable de savoir ce qu'ils pouvaient bien manger à cet âge, elle leur avait mis un peu d'eau dans un sous-pot neuf et mis un vieux sac de marchandises en tissu au fond pour un confort tout relatif, mais ils ne l'avaient pas dérangée jusqu'à l'heure à laquelle elle avait décidé de leur donner un nouveau foyer, juste le temps de finir ce qu'elle avait à faire à tout prix sans prendre le risque d'être trop en retard. Quand ce fut l'heure, elle eut du mal à mettre les quatre chatons dans une plus petite boîte qu'elle pouvait attacher au panier à l'avant de son vélo, surtout parce qu'ils n'étaient pas vraiment décidés à ne pas bouger mais elle ferait en sorte de ne pas aller trop vite. Leurs petites bouilles adorables la faisaient un peu craquer, elle devait l'avouer, mais elle ne savait pas s'ils étaient en âge d'être pris en charge par un humain qui ne s'y connaissait pas vraiment. La personne qu'elle trouverait à Zootopia lui dirait bien ce qu'il convenait de faire.

Neyth arriva au refuge peu avant midi, entre autres à cause du fait que manier un vélo en marche tout en maintenant la tête d'un petit chaton dans la boîte et l'empêcher de sauter en-dehors n'est pas la manière la plus pratique de se rendre d'un point A à un point B ; mais ça avait le mérite d'être rafraîchissant ! Elle ne pensait pas qu'elle rirait autant en rendant un service qu'elle n'était pas obligée de rendre, d'ailleurs. La jeune femme attacha son vélo à l'extérieur, juste devant le refuge et détacha la boîte à chaussures pour la porter à deux mains avec et avec mille précautions pour ne pas la renverser malgré les mouvements parfois maladroits des petites bêtes. Elle parvint à pousser la porte, à la refermer derrière elle et s'avança pour trouver quelqu'un :

« Bonjour ? J'ai trouvé ces adorables petites choses pas loin de ma boutique, je pense que vous pouvez les aider. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une petite barquette de chatons, mademoiselle ? [Pv Nelsha]   Dim 21 Aoû - 11:31


Une petite barquette de chatons, mademoiselle ?
Feat Neyth Shalindrak




"- Noé, doucement! Voilà... Oh oui, c'est bien la brosse, hein mon chéri? C'est qui qui va être tout beau, hein?"

Bon, toi, tu n'as pas encore tout compris des règles de la maison mais tu es tellement craquant que je te passe volontiers tes petits écarts. Enfin, après cette balade dans le parc proche et ses sauts et bonds multiples dans la boue présente, un bon bain suivit d'une séance de démêlage de poils n'était pas du luxe.

Une fois le dernier coup de brosse donné, Noé s'ébroue à cœur joie avant de s'échapper de mes bras pour aller rejoindre ses camarades du refuge. Dans la cour, la petite dizaine de chiens que compte Zootopia jappe joyeusement au milieu des jouets que je leur ai mis à disposition. Quelques chats sont avec eux, les vieux matous et les habitués surtout, qui profite des arbres et des coins un peu plus en hauteur pour observer la situation et profiter de l'air extérieur.

Jazz' est allongée au milieu de tout ce petit monde, mettant en confiance un des félins un peu perturbé par tout ce bruit. Je garde un œil dessus, mais le petit fauve tigré est bien rassuré par la présence imposante de mon Jaglion avec elle. Et de mon côté, j'entend le carillon de l'entrée résonner jusqu'ici. Du coup, je me relève, pour ne plus être perdue au milieu de mes animaux avant d'apercevoir une jeune femme rousse avec un carton dans les bras.

« Bonjour ? J'ai trouvé ces adorables petites choses pas loin de ma boutique, je pense que vous pouvez les aider. »

"- Oh, mais dis donc, vous êtes tous petits, vous. "

Il ne doivent pas avoir encore trois semaines. Donc pas sevré, c’est une évidence. Voilà qui me faire de l'animation à la Nurserie. Cette dernière était vide depuis presque 15 jours. Je viens passer mes doigts parmi les minis boules de poils qui miaulent chaleureusement, heureux simplement que l'on s'occupe d'eux. Oui, vous êtes adorables, vraiment.

"- Est-ce que vous avez une idée de leur provenance? Je suppose qu'ils ont été abandonnés mais est-ce qu'il s'agit de chats sauvages ou domestiques? En tout cas, ils sont en pleine forme, c’est déjà ça."

Jazz' s'est levée et est venue se frotter contre mes jambes, curieuse de savoir ce que nous allons accueillir comme nouveaux pensionnaires. Je lui montre la boite et son contenu, mon Jaglion venant lécher un des chatons les plus téméraires, tenant d'escalader son abri de fortune pour en sortir. Mais avec un léger coup de museau, le voilà revenu à sa place.

"- Merci de les avoir amenés ici. Tous seuls, ils n'auraient surement pas passés la nuit. Vous leur avez sauvés la vie."



Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une petite barquette de chatons, mademoiselle ? [Pv Nelsha]   Lun 29 Aoû - 21:30

Alors qu'elle pensait bêtement, sachant parfaitement qu'elle-même n'arrivait pas toujours en un battement de cils jusqu'à son comptoir, qu'elle risquait d'attendre un peu ou de n'être pas arrivée à la bonne heure pour déposer ses petits réfugiés, elle vit débarquer une jeune femme tout ce qu'il y avait de plus adorable. Enfin débarquer, se relever, à la vérité. Il fallait bien le dire, se concentrer sur le tissage de couronnes toute la matinée, ça n'aidait pas, surtout d'avoir manipulé des lys et autres plantes aux parfums particulièrement entêtants. Ce n'était pas pour rien que l'on utilisait certaines de ces fleurs comme poisons à une époque où l'on enfouissait les savoirs antiques comme s'ils étaient des hérésies pour les redécouvrir quelques siècles plus tard comme un héritage précieux d'une sagesse vieille comme le monde, qu'il était alors plutôt à la mode et de bon goût de connaître. De vieilles réminiscences de ses études d'herboristerie qui venaient parfois se rappeler à son bon souvenir selon ce qu'elle avait à faire. Un bon moyen de s'occuper l'esprit, aussi, en plus de ses mains.

Il ne fallut pas plus d'un coup d'oeil à la jeune femme pour comprendre la situation. La fleuriste n'y connaissait rien au développement des petits chats, mais elle-même comprenait bien qu'ils n'étaient pas assez grands pour se débrouiller tout seuls. Il y a des choses que l'on ressent sans les connaître malgré la disparition progressive de certains instincts chez l'espèce humaine avec le temps, et il faut parfois savoir écouter ces émanations que certains pensent comme un retour à l'époque animale des humains et loin du raisonnement et du rationnalisme que l'on estime si cher au monde des hommes. Mais il y avait tout de même du bon à ne pas réfléchir par instant et juste se laisser porter par des émotions aussi bêtes que l'attendrissement ressenti face aux petites bouilles de chatons aussi petits. La raison lui aurait sans doute dicté de ne pas se mêler d'une telle affaire et de retourner s'occuper de ses oignons, fûssent-ils de tulipes ; mais par ces temps peu avenants, un peu de bonté d'âme ne faisait pas de mal, surtout auprès de petites bêtes qui n'avaient strictement rien demandé.

Neyth laissa la jeune femme aux cheveux clairs s'approcher et prendre contact avec ses petits protégés. Ils avaient l'air de ne plus tenir en place ; à la vérité, rien ne semblait pouvoir les faire tenir en place. A croire que l'heure de la sieste n'était pas encore arrivée, même si elle serait pour autant fulgurante, sans aucun doute, les félins étaient de toute façon réputés pour leur capacité à dormir beaucoup et dans toutes les postures possibles. Pour l'heure, ils étaient particulièrement réveillés et piaillaient par moments, laissant échapper des petits cris si mignons que la fleuriste aurait bien volontiers plonger son visage dans leur fourrure qui avait l'air bien douce.

Aux questions de la jeune femme, elle répondit avec un sourire :

« C'est un peu compliqué à déterminer, d'une certaine manière. En fait, nous avons une voisine dans le quartier qui nourrit des chats qui sont à elle pour certains et moitié sauvages pour le reste, elle les laisse se reproduire entre eux sans trop regarder ni y réfléchir et je ne sais pas ce qu'elle fait des chatons d'habitude, mais là elle voulait les donner à l'épicier pour qu'ils les vendent, sinon elle allait les abandonner dans la rue. Mais oui, ils ont l'air d'avoir été bien soignés entre temps, c'en est presque étonnant vu ce qu'elle voulait en faire ce matin-même. »

Elle vit le grand félin au pelage sombre et moucheté se lever à son tour et approcher. Elle se doutait bien que si un tel animal se trouvait là en liberté, c'était qu'il était parfaitement inoffensif tant que l'on ne faisait rien de fâcheux selon sa perception des choses. Ce ne fut pas pour autant qu'elle se sentit plus rassurée. Il n'était pas question de l'effrayer avec un geste un peu brusque, même si son centre d'intérêt semblait avant tout être ces nouveaux arrivants. La fleuriste fut attendrie en voyant l'attitude de la grande bête envers ses petits congénères aux oreilles pointues. Quand on parlait d'instinct, qu'il y avait-il de plus joli que celui-là ? Ce fut la voix de la jeune femme qui la sortit du fil de ses pensées.

« Oh, mais de rien. Je n'aurais pas été capable de m'en occuper moi-même, je dois avouer ne pas bien m'y connaître en la matière. Et puis comment ne pas craquer devant ces petites bouilles ? Je ne pouvais pas m'imaginer qu'on puisse abandonner ces petites choses à leur sort, et puis la solution était tellement évidente, je trouvais ça stupide qu'on se dispute pour savoir quoi en faire alors que vous n'êtes pas si loin que ça non plus. »

Neyth jeta enfin un regard circulaire au refuge et vit qu'il y avait déjà pas mal de grabuge -dans le bon sens du terme-, mais malgré toute l'agitation que la présence d'animaux pouvait provoquer, elle comprenait bien que ce n'était ni plus ni moins l'équivalent de ses différentes commandes à réaliser en même temps sans pour autant que ça soit la panique dans son cerveau. C'était comme pour tout, une tierse personne n'exerçant pas le même métier se dirait qu'il y a une charge colossale de travail alors qu'une personne habituée verrait de suite comment s'organiser, comment faire.

« Je vois que vous êtes déjà pas mal occupée avec tout ce petit monde ! Je ne pensais pas qu'il y avait tant d'animaux abandonnés ou délaissés en ville. »

Comme elle avait toujours le carton dans les mains, elle reposa ses yeux sur les petites boules de poil qui se bousculaient les unes les autres sous le regard bienveillant du grand félin au pelage sombre – elle n'en avait encore jamais vu de tel avant, elle se demandait bien de quelle espèce il pouvait s'agir. Ces petits chats étaient tout de même si mignons ! Elle avait tout de même une idée de ce qu'elle pouvait en faire mais il fallait évaluer si c'était possible.

« Quand ils seront en état de se débrouiller seuls et surtout qu'ils auront la santé pour être adoptés, si vous ne trouvez personne, j'y pense mais j'ai une grande maison vide dans laquelle je peux bien leur aménager une pièce pour qu'ils dorment bien la nuit et vu que je viens tous les jours, ils pourront faire le tour du jardin autant qu'ils veulent la journée. Si vous leur trouvez une bonne famille, après, c'est à vous de voir. En attendant je peux peut-être vous aider un peu pour eux, si vous voulez, j'ai un peu de temps avant de devoir me remettre au travail. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Une petite barquette de chatons, mademoiselle ? [Pv Nelsha]   Mar 30 Aoû - 16:38


Une petite barquette de chatons, mademoiselle ?
Feat Neyth Shalindrak




« C'est un peu compliqué à déterminer, d'une certaine manière. En fait, nous avons une voisine dans le quartier qui nourrit des chats qui sont à elle pour certains et moitié sauvages pour le reste, elle les laisse se reproduire entre eux sans trop regarder ni y réfléchir et je ne sais pas ce qu'elle fait des chatons d'habitude, mais là elle voulait les donner à l'épicier pour qu'ils les vendent, sinon elle allait les abandonner dans la rue. Mais oui, ils ont l'air d'avoir été bien soignés entre temps, c'en est presque étonnant vu ce qu'elle voulait en faire ce matin-même.»

"- Oh, vous devez parler de Madame Carter. Je comprends mieux maintenant. C'est une une brave femme mais avec ses humeurs. Il suffit qu'un des chatons ait refusé de ronronner sous ses doigts et hop, elle n'en veut plus. Pourtant, elle sait très bien s'en occuper et d'habitude, elle me prévient dans ces cas-là."

Cette petite vieille est sans doute ma plus grande fournisseuse de félin de toute la cité. D'ailleurs, certains de mes pensionnaires refusent de se faire adopter après avoir vécus quelques temps avec elle. Elle a un lien très fort avec eux mais malheureusement, entre son grand âge et son caractère pas très facile, cela lui devient difficile avec le temps de bien prendre soin de tout le monde. Il faudra que je passe la voir prochainement. Histoire de lui rappeler qu'elle peut au moins stériliser ses propres animaux, histoires d'éviter que ce genre de soucis ne se reproduise trop souvent.

« Oh, mais de rien. Je n'aurais pas été capable de m'en occuper moi-même, je dois avouer ne pas bien m'y connaître en la matière. Et puis comment ne pas craquer devant ces petites bouilles ? Je ne pouvais pas m'imaginer qu'on puisse abandonner ces petites choses à leur sort, et puis la solution était tellement évidente, je trouvais ça stupide qu'on se dispute pour savoir quoi en faire alors que vous n'êtes pas si loin que ça non plus.»

"- Le temps, c'est de l'argent. Et ces étranges petits bouts de papier et de métal ont une force d'attraction bien supérieure à la douceur d'un pelage sous ses yeux sur l'esprit des humains en général. C'est malheureux, mais c'est comme ça."

Dans leur boite, les chatons se tiennent presque tranquille, la vision de tous les animaux en liberté devant eux semblant particulièrement les intéresser. Vous voudriez vous joindre à eux? Ne vous en faites, votre tour viendra bien assez rapidement. Mais d'abord, il va vous falloir grandir un petit peu. Vous êtes peut-être diablement mignons mais cela ne suffit pas.

« Je vois que vous êtes déjà pas mal occupée avec tout ce petit monde ! Je ne pensais pas qu'il y avait tant d'animaux abandonnés ou délaissés en ville.  »

"- Et encore, je ne les ai pas tous en ma compagnie. Mais nous sommes en guerre et les humains sont loin d'être les plus touchés par cette dernière. Ce qui est injuste, ces pauvres petits n'ont rien demandés, eux. Enfin, au moins ici, il sont à l'abri et, je l'espère, heureux."

Bien sur, je ne saurais pas tous les sauver. Certains se laissent dépérir malgré mes soins, d'autres refusent d'être récupérés et fuguent, dès qu'ils sont de nouveau en état de se débrouiller seuls. Je ne les retient pas, c'est leur choix et puis, ils le savent, tous. Que les portes de ma demeure leur sera toujours ouverte. Alors, je fais mon maximum mais l'impossible n'est pas à ma portée.

« Quand ils seront en état de se débrouiller seuls et surtout qu'ils auront la santé pour être adoptés, si vous ne trouvez personne, j'y pense mais j'ai une grande maison vide dans laquelle je peux bien leur aménager une pièce pour qu'ils dorment bien la nuit et vu que je viens tous les jours, ils pourront faire le tour du jardin autant qu'ils veulent la journée. Si vous leur trouvez une bonne famille, après, c'est à vous de voir. En attendant je peux peut-être vous aider un peu pour eux, si vous voulez, j'ai un peu de temps avant de devoir me remettre au travail.»

"- Quoi que vous décidiez, vous serez toujours la bienvenue, même simplement pour passer leur dire un petit bonjour. Après, adoption ou pas, ce n'est pas moi qui choisit, ce sont eux qui auront le choix final.
Et si vous voulez, je crois qu'en effet, vous allez pouvoir m'aider. Ne vous en faites, vous allez voir, c'est très facile. Et je suis certaine que cela va vous plaire."


J'offre un ravissant sourire à la jeune femme avant de siffler un grand coup. Tous les animaux viennent alors vers moi avant de s'asseoir de façon plus bruyante. Je leur présente donc nos nouveaux petits venus, un peu intrigués et même effrayés par ce monde, avant de les laisser repartir jouer chacun de leur côté. Un échange de reagrd avec Jazz' et cette dernière vient me donner un léger coup de tête dans le genou avant de retourner s'installer au milieu de la troupe, aussitôt prise d'assaut par... Noé, pour changer. Quel chenapan, celui-là.

Je guide ensuite la jeune femme en direction de la Nurserie. Y rentrer fait presque bizarre, en raison du silence qui y règne, mais une fois la lumière allumée, douce et changeant doucement de teinte sur un fond de musique de relaxation, je viens sortir les chatons de leur boite pour les déposer derrière une grande vitre de plexiglas, leur laissant un espace digne d'une petite piscine pour se dégourdir les pattes. Alors, qu'avons-nous là?

"- Alors, pour commencer, pourrais-je vous demander votre prénom? Ce sera plus simple pour discuter. Et comme c'est petits bouts de chou sont là grâce à vous, accepteriez-vous de les baptiser?
Nous avons ici.. Hum, eh bien 3 petits mâles et une petite demoiselle, que voici."


Je viens saisir avec une grande délicatesse le chaton le plus tigré du lot, et plutôt un peu plus calme que ses congénères avant de Proposer à la jeune femme de la prendre dans ses bras, si elle le désire. Après tout, ce seront aussi un peu ses bébés, dans un certain sens. Elle a bien le droit d'en profiter aussi un peu.



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une petite barquette de chatons, mademoiselle ? [Pv Nelsha]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une petite barquette de chatons, mademoiselle ? [Pv Nelsha]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-