Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !
Félicitation à Vilmos Desgoffe und Taxis, Kira Seryk, Newton I. Mørk et Nashoba Dreiden !
Leurs RPs respectifs étant à égalités (Vilmos/Kira et Newton/Nashoba) sont élus meilleurs RP du mois !

Partagez | 
 

 Les graines du mal [PV Nemeroff]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Nashoba DreidenMessages : 442
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Sam 5 Nov - 15:37






Les graines du mal


Il n'y a vraiment qu'elle pour ça... Me forcer à revenir à la maison afin de souhaiter son anniversaire en "famille" comme si ce mot avait encore de l'importance dans cette maison. Evidemment, je viendrais toujours si ma mère ou mon frère me le demande mais ça m'arrangerais qu'ils m'invitent si mon père n'est pas dans la même pièce que moi, mais aujourd'hui non... Je vais devoir le supporter et il devra faire de même afin de faire plaisir à sa femme car aujourd'hui est un jour spécial, c'est l'anniversaire de ma mère. Moi qui avais prévu de faire un petit coucou dans la journée pour lui offrir son cadeau, je me suis retrouvé embarqué dans une fête familiale "comme avant".

Ma mère a débarqué en début de semaine à mon boulot pour voir comment j'allais et surtout pour me dire qu'elle avait prévu un repas ce samedi, j'ai d'abord voulu refusé mais peut-on refuser une telle chose à sa mère ? Elle a bien sûr vu que ça ne m'enchantait pas de venir mais elle m'a promis que mon père ne ferait aucune réflexion, au contraire il restera à bouder dans son coin voire ira s'enfermer dans son bureau... Sympa l'anniversaire. Alors pour lui faire plaisir j'ai accepté et me voilà sur le chemin de la maison que je n'avais pas fait depuis quelques semaines ; voyant plutôt mon frère et ma mère dans des cafés ou en ville afin de faire les magasins ou autres.

J'avais eu l'espoir d'être retenu par une quelconque tâche ménagère de dernières minutes ou bien du baby-sitting improvisé même si c'était pour garder le chien mais non, rien de tout cela n'est jamais arrivé et j'ai simplement prévenu Bigby et Laelyss que je rentrerais un peu plus tard dans la soirée en leur expliquant rapidement la raison de ma sortie. Arrivé devant la maison, je prends une grande inspiration afin de me donner un peu courage et toque à la porte en attendant la suite des événements... Je pourrais peut-être dire que j'ai une fête de prévue et que je dois être à la salle des fêtes aujourd'hui ou que je dois aller quelqu'un à faire ses devoirs pour lundi.

La porte s'ouvre et je suis accueillis par Akamaru sautant partout et heureux de me revoir, me bousculant presque au sol dû à son jeune âge et à son côté foufou ; pourtant lorsque je croise le regard de ma mère, je n'arrive plus à sortir mes excuses bidons... Ne l'ayant pas vu sourire comme ça depuis longtemps sans une once de tristesse dans son regard, je comprends que ma venue est sûrement le plus beau cadeau que j'ai pu lui faire aujourd'hui ; j'aurais beau déposer tout l'or devant la porte, elle n'en aurait rien à faire. Mais débarquer pour un après-midi est sûrement la meilleure chose qui lui soit arrivée ces derniers jours... Pression quand tu nous tiens.

- Joyeux Anniversaire Maman !

Je lui tends le paquet cadeau qu'elle prend dans ses mains avant de me serrer rapidement contre elle, me remerciant d'être venue et aussi pour le cadeau. Elle me laisse ensuite rentrer à l'intérieur. Rien n'a changé. La même ambiance, les mêmes meubles, les mêmes cadres photos et les mêmes personnes ; je m'approche de Nemeroff pour le saluer avec un sourire et en profite au passage pour lui rendre son ouïe, je suis sûr qu'il a envie de discuter avec maman et lui souhaiter de vive voix son anniversaire. Puis je remarque mon père assit sur la même chaise que d'habitude me jeter un regard froid, il n'a pas changé ; je retrouve les vieilles habitudes.

- Salut.

Comme ça il ne pourra pas dire que je tente de faire des efforts. Il préfère me répondre d'un simple signe de la tête mais je n'y prête guère attention puisque ma mère vient de m'apostropher avec le cadeau en main : un collier en or formant un cercle creux dans lequel une améthyste -la pierre préférée de ma mère- pendouille, sur le cercle en question on peut y voir le nom de ses fils gravés ; je me suis dis que ce serait le cadeau parfait lorsque je l'ai vu dans la bijouterie et vu son sourire je peux en conclure que ça lui fait plaisir.

- Oh Nashoba, c'est de la folie ! Tu n'aurais pas dû dépenser autant pour moi ! Merci mon chéri.

- T'en fais pas Maman, ça me fait plaisir.

- Bon allez, passons à table maintenant !



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Sam 5 Nov - 18:46





Aujourd'hui était un jour spécial, c'était l'anniversaire de ma mère. Je n'étais pas spécialement d'humeur joyeuse, mais j'allais faire un effort pour elle car je voulais qu'elle soir heureux de cette journée. L'ambiance à la maison devenait nocif, surtout depuis le départ de mon frère, je prenais les 2 partes de haines que mon père disposait dans ce bloc de pierre qui lui servait de coeur. J'avais l'impression que cette noirceur qui me dévorait depuis le jour ou il m'a brisé en 2 ne faisaient qu'accélérer. Ca commençait par une insomnie qui continue chaque jour, me dévorant la zone inférieur aux yeux, provoquant des cernes fortement apparente.Après est venu le manque d'appétit pour finir par la reprise de cette folie qui avait disparu il y a peu, une ombre qui sortait de la mienne, qui se présentait encore et toujours comme le grand Eisuke. Une homme fort et grand qui me pousse «  à grandir » et arrêté de vouloir impressionné cette que je m'efforce d'appeler père et dont je veux de lui un regard fière pas haineux ou totalement inintéré sur son propre fils. Je me demande encore si c'est pas pour ça que que Nash est parti de cette maison. J'ai l'impression que mère le voit mais ne dit rien, est ce qu'elle pense la même chose ? Non je ne pense pas, mais alors que me vaut cette solitude et cette souffrance continuelle ? Je ne souffre pas déjà assez ? Marchant dans la rue essayant de comprendre tout ce qui se passe, j'arrive devant la pâtisserie ou j'ai commandé le gâteau pour maman, c'était mon cadeau avec un livre. Oui pas très glorieux comme cadeau mais je fais comme je peux. Je lui ai pris son gâteau préféré, un fraisier avec de la crème pâtissière. Remerciant le pâtissier je paye et sort avec le gâteau pour faire le chemin de retour vers la maison. Je reste assez silencieux et soupire, la capuche de ma veste rouge sur la tête.

D'après mère, Nash devrait venir pour son anniversaire, je ne sais pas si au final c'est une bonne chose mais elle avait l'air si heureuse ce matin que je n'en doutais pas pour elle. Je ne me souviens même pas la dernière fois qu'elle avait été aussi heureuse. Prenant mon temps pour rentrer, je vérifie que ma mère n'est pas la avant de rentrer et je vois Akamaru, je lui fais signe de monter la garde devant la porte de la cuisine le temps de cacher le gâteau dans la frigo, ce dernier comprend tout de suite et se met assis devant la porte. J'entre donc dans la cuisine et ouvre le frigo, puis range le gâteau un peu en retrait pour pas qu'on le voit facilement même si c'est plutôt dur à faire dans un frigo. Une fois fait je me redresse et sort de la cuisine en venant caresser akamaru pour le remercier du coup de main. Voyant qu'il me reste du temps avant l'arrivé de mon frère, je monte dans ma chambre allant me poser sur le lit en regardant le plafond. Je reste silencieux et ferme les légèrement les yeux essayant de me reposer avant cette journée qui s'annonce épuisante. Alors que je sens une présence dans ma chambre, je me redresse soudainement dans le lit et ouvre les yeux, je vois encore cette maudite ombre avec son sourire flippant … j'avais envie d'hurler « CASSE TOI » de toute mes forces, mais je n'ai pas envie qu'on me prenne pour un fou. Quoi que je le deviens peut être … Alors qu'elle me mime sur ses lèvres des horreurs qu'elles me poussent à faire je craque et vient lui donner un coup de poing...Ce qui est totalement stupide car mon coup passe à travers et vient rencontrer le mur… Je n'entend pas le bruit mais je sens qu'il a été grand...Au vue des traces laissé contre le mur. Un léger filet de sang coule contre le long et je comprend que mon poing est légèrement ouvert, pourtant je n’éprouve aucune douleur. Retirant mon poing je vois la blessure et ne dis rien me tournant vers la porte de ma chambre pour me diriger dans la salle de bain et me nettoyer puis bander cette plaie … Je déteste ma vie, c'est tout ce qui venait à mon esprit.

Alors que je termine de mettre le bandage, je vois Akamaru qui était dans la salle de bain avec moi sortir de la pièce à toute  allure pour aller vers les escalier, ce qui veut dire que quelqu'un arrive et je me doute de qui est cette personne. Alors que je range la pharmacie, je mes les mains dans les poches et descend dans les couloirs ou je vois mère avec un paquet dans les mains et Akamru a côté d'une personne qui n'est que Nash. Alors que j'arrive dans le couloir d'entré, ce dernier s'approche de moi et pose une main sur ma tête, je redresse mon regarde cerné sur lui et je l'entend me dire :

- Salut.

Je comprend qu'il ma rendu mon sens de l'écoute et souris doucement, un sourire sincère et pas forcé cette fois :


- Coucou nii...

Alors qu'il se tourne et voit mon père je remonte en silence dans ma chambre, j'avais totalement oublié le cadeau pour ma mère. Remontant dans ma chambre, je vais à mon bureau et ouvre le 3ème tiroir pour prendre le cadeau que j'ai emballé pour mère. En me redressant je vois la trace dans le mur que j'ai faite avec un léger filet de sang tout le long … faudra que je mette un poster pour cacher ça. Alors que je ferme mon tiroir, je redescend et me dirige vers ma mère :

- Bon Anniversaire mère. Désolé c'est pas grand-chose...

Je lui tend le cadeau en la fixant et vois le beau collier que nash lui a offert, j'ai un peu honte de mon cadeau pitoyable maintenant mais bon, je ne peux pas rien lui offrir. Alors qu'elle déballe le cadeau, c'est un livre de cuisine dont elle parlait souvent à père, mais comme ce vieux con écoute rien … il ne lui a jamais offert. Je vois qu'elle a un sourire sur son visage, je le prend étrangement comme un sourire content. Elle vient déposer un bisou sur mon front et me dis :


- Merci mon chéri, on fera les recettes ensembles ?

Je souris légèrement et baisse le regard avant de hocher la tête, j'étais content que ça lui plaise finalement. Alors que je me tourne vers la salle, je vois père qui me regarde encore avec cet air que je ne supporte plus ...En voyant ce regard, je serre les dents et détourne le regard avant d'entendre mère dire :


- Bon allez, passons à table maintenant !

Je me dirige vers la table gardant le regard baissé, essayant de ne pas pleurer ou ne pas hurler. Alors que je lutte pour rafficher un sourire pour le bonheur de ma mère, ce que j'arrive à faire au bout de quelques secondes qui me paraissent longue.

- Tu nous as fais quoi de bon maman ?

Je la regarde en souriant difficilement.

- Une raclette ! Comme je sais que vous aimez tous ça et ça nous rappellera le bon vieux temps


« Mon état:»
"..."
❀ L A E
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nashoba DreidenMessages : 442
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Lun 7 Nov - 22:46






Les graines du mal


- Bon Anniversaire mère. Désolé c'est pas grand-chose...

Je ne comprends pas vraiment pourquoi il s'excuse sachant que Maman n'est pas spécialement attachée aux objets de grande valeur et préfère la simplicité, en fait c'est le genre de maman à vouloir le bonheur de ses enfants avant le sien. J'observe donc avec attention le livre de cuisine que mon petit frère lui a offert et fais un petit sourire en coin reconnaissant le bouquin dont elle parlait souvent à Papa mais évidemment il ne lui a jamais offert... D'ailleurs je suis un peu curieux de savoir ce qu'il lui a offert, lui a-t-il déjà prit quelque chose déjà ? Ma mère remercie Nemeroff pour le cadeau en lui demandant d'être présent les prochaines fois afin de tester les recettes ensemble ; je sentais que la tension allait éclater entre mon père et mon frère mais ma mère s'interpose en proposant de passer à table. Très bonne idée.

Je m'approche de la table afin de m'asseoir face à mon père, c'est un peu comme une petite habitude, j'ai toujours été là et ce n'est pas parce que j'ai été mis à la porte que je ne reprendrais pas ma place. Je lance un sourire à Nemeroff à mes côtés afin de lui remonter le moral, j'ai l'impression que quelque chose ne va pas trop en ce moment et je lui demanderais lorsque nous serons tous les deux ; si Maman n'a rien remarqué, elle risque de s'inquiéter et mon père ira sûrement de son petit commentaire. La cuisinière de la famille annonce que la raclette était à l'ordre du jour puisque tout le monde aimait ça et que ça pourrait rappeler un potentiel bon vieux temps... Je ne suis pas vraiment sûr d'avoir de bons souvenirs qui remontent en tête et à voir celle de mon père j'en conclus qu'il a eu la même pensée que moi.

- Bonne idée Maman, en plus il commence à faire froid ça ne pourra que nous réchauffer.

Mettant l'appareil en route, je lance quelques fois des regards à mon père face à moi qui n'avait pas l'air spécialement à l'aise... C'est vrai que de se retrouver face à son fils qu'on a mit à la porte sous un coup de tête, mais bizarrement je me sens largement mieux depuis que je vis avec Bigby et Laelyss. Ma mère et mon frère me manquent mais je n'ai plus cette pression que je ressentais ici et que je ressens maintenant, cette mauvaise ambiance que mon père instaure et que ma mère tente de chasser ; décidément, je me demanderai toujours comment ils ont pu terminer ensemble.

- Alors Nashoba, raconte nous comment ça se passe avec les personnes chez qui tu vis.

Maman a été rassurée de savoir que je n'ai pas terminé à la rue la première soirée et était plutôt contente que j'aille dormir chez la femme qui m'entraîne. Je lui ai déjà parlé d'elle plusieurs fois et c'est sûrement une des seules adultes avec laquelle je pouvais traîner sans qu'elle se pose des questions ; et puis Laelyss s'occupe de la fille de Bigby la plupart du temps si j'ai bien compris alors elle sait s'y prendre avec les enfants. Heureusement, de mon côté je n'ai pas besoin d'être surveillé et je peux sortir comme je veux tant que je ne rentre pas à 4 heures du matin complètement éméché accompagné d'un harem de filles.

- Oh c'est plutôt cool ! Bigby et Laelyss sont vachement sympa et l'ambiance à la maison est top ! J'avais un peu de mal à parler au début parce que je me sentais mal à l'aise mais maintenant ça va mieux et on rigole bien.

- C'est une bonne nouvelle tout ça ! Et ton appartement ?

- Je ne sais pas encore, il y a quelques problèmes avec les papiers donc pour l'instant j'attends... Heureusement que Laelyss était là d'ailleurs, je ne pense pas que j'aurais tenu autant de temps sans un vrai chez soi.

Une chambre d'hôtel, c'est sympa mais je trouve ça légèrement désagréable. Personne à qui parler réellement, obligé de donner sa clé à chaque fois que l'on sort et la récupérer dès que l'on revient, personne pour nous attendre le soir et pouvoir raconter la journée ; je sais que lorsque je vivrais seul je ne pourrais parler à personne mais j'aurais mes marques, mes affaires, mon chez moi. J'entends un long soupire de la part de mon père me faisant comprendre que les reproches ne sont pas très loin, il n'aura pas tenu très longtemps en tout cas... A peine 5 minutes, je pourrais presque l'applaudir.

- Et tu vas encore me reprocher de t'avoir mis à la porte je paris ? Ton frère et ta mère m'ont déjà fait comprendre plusieurs fois que cette décision ne leur a pas plu.

Étonnant tient. Prenant une gorgée de mon verre d'eau, je le repose tranquillement face à moi tout en jetant un regard à mon père... Je crois que ce n'était pas vraiment le bon jour pour me faire des remarques.

- Si tu veux savoir, je crois au contraire que c'est la meilleure décision que tu n'ais jamais prise.

Sous-entend par là que je ne suis pas obligé de supporter l'ambiance pesant de la maison, ses réflexions à la longue qui commençait à devenir relou et les nombreuses remarques et plans foireux qu'il a fait ces dernières années ; forcément, j'ai une pensée pour les personnes qui vivent encore ici et qui doivent supporter tout ça. Et encore ! Je n'imagine pas sa tête si il apprend que l'une des personnes qui m'héberge est un Domae, là c'est la syncope assurée. Mais je garderai ce petit détail pour moi, pas envie de le voir débarquer à la maison même si il n'en a strictement rien à faire.

- Kylian, Nashoba s'il vous plait... Juste aujourd'hui, pourriez-vous arrêtez de vous disputer ?

- Tu as raison, désolé Maman.

Elle ne s'énerve pas souvent mais quand quelque chose la dérange elle n'hésite pas à le faire savoir. Et puis à quoi ça sert de s'énerver de toute façon, c'est peine perdue avec lui ; l'appareil à raclette chauffe et Maman en profite pour distribuer des patates à tout le monde tandis que je fais passer à la charcuterie autour de la table afin de laisser les gens se servir. Avec tout ce qu'il y a comme nourriture, je ne suis même pas sûr de pouvoir avaler quoi que ce soit avant plusieurs jours !

- Sinon, qu'est-ce que tu me racontes de beau Neme' ? C'est moi ou tu as prit du muscles ?

Je ne sais si ce sont ses vêtements qui donnent cette impression ou si il a réellement prit du muscle mais j'ai bien envie de savoir pourquoi d'un coup cette soudaine obsession pour le sport ou la musculation ? Enfin c'est comme moi avec mon obsession pour les armes et l'envie d'apprendre à me défendre, d'où le fait que je me suis entraîné plusieurs fois avec Laelyss pour apprendre à maîtriser quelques armes tout en combinant mon élément et je crois que je suis sur la bonne voie.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Mar 8 Nov - 0:17





Nous passions à table, cela me faisait plaisir dans le fond de reprendre un repas avec la famille au complet, encore faut il que se mot ait encore une signification correcte dans cette maison. Maintenant que j'y repense somme nous vraiment une famille ? Cette pression qui émane des différents conflits me font de plus en plus froid dans le dos. Pourtant quand je mange chez Yona une chaleur agréable parcourt mon corps, rendant les repas agréable... Ici la froideur et la boule au ventre me rendre les repas insupportable, attendant le monde pique lancer par mon foutu père a l'encontre de mon frère, dans son dos, moi ou même ma mère. La vie de cette maison devenait de plus en plus une torture morale pour moi. Je ne sais pas comment ma mère pouvait toujours être gentille ici ... A la voir aujourd'hui j'avais l'impression d'être le seul à souffrir sous ce toit. Frottant ma main sous la table en silence, ma mère nous annonce que la raclette serait le repas de son anniversaire. Un repas pour se souvenir du bon vieux temps d'après elle. Je suppose qu'une mère a ses propres bon vieux temps que ses enfants ne peuvent comprendre.

- Bonne idée Maman, en plus il commence à faire froid ça ne pourra que nous réchauffer.

Je regarde légèrement mon frère du coin de l'oeil. Aurait il des bons de souvenirs liés à cela ? Sûrement je suppose, alors que je regarde mon frere mettre l'appareil à raclette en marche. Je reste silencieux et serre un verre d'eau à tout le monde évitant de croiseur le regard de mon père et essayant de garder se sourire fixe sur mon visage voulant juste rendre ma mère heureuse, au final... Ce collier, ce livre lui importait peu, son véritable cadeau, celui qu'elle voulait été un repas ou tous ceux qu'elle aime sont réunis autour de la même table à partager un repas chaleureux et dans une ambiance générale familiale. Essayant de garder mon soupire et ce sourire figé je repose l'eau et regarde l'appareil  chauffer, mon objectif sera de manger et éviter de pense au chose négative je peux faire au moins cette effort pour ma mère:

- Alors Nashoba, raconte nous comment ça se passe avec les personnes chez qui tu vis.

Je tourne ma tête vers Nashoba le regardant ... la question m'intéressait aussi, je voulais savoir comment allais mon frère.  Après tout ça m'inquiétais. Me lever le matin et sortir du couloir en trouvant une chambre vide en face de la mienne avait été dur les premiers jours. Mais bon, il a pas fallut longtemps avec que mon père meuble cette chambre avec je cite, ouvrez les guillemets " Tiens j'ai monté cette saleté de piano en haut....En espérant que mes oreilles soit sauvé". Du coup la chambre de mon frère était improvisé en salle de musique. Tant mieux j'avais l'impression qu'il était toujours avec moi dans cette maison. D'ailleurs c'était la pièce que j'occupais le plus depuis son départ. Certains trouverons ça pervers comme comportant sentir la présence de son frère etc.... Pour moi c'était juste une aide morale...mon frère a toujours été là pour moi et je m'en rend compte de plus en plus comme je le vois moins. Même si nous nous voyons encore, ce départ se fait largement sentir et je suppose que pour ma mère aussi même si elle ne le dira pas. Sa question  le montre d'ailleurs. D'ailleurs la réponse de nashoba à cette dernière arrive rapidement:

- Oh c'est plutôt cool ! Bigby et Laelyss sont vachement sympa et l'ambiance à la maison est top ! J'avais un peu de mal à parler au début parce que je me sentais mal à l'aise mais maintenant ça va mieux et on rigole bien.

- C'est une bonne nouvelle tout ça ! Et ton appartement ?

- Je ne sais pas encore, il y a quelques problèmes avec les papiers donc pour l'instant j'attends... Heureusement que Laelyss était là d'ailleurs, je ne pense pas que j'aurais tenu autant de temps sans un vrai chez soi.

Je vois au moins mon frère est entré de bonne main ce qui me rassure. Dan le fond je lui en es voulu un peu à son départ.  C'est comme si j'avais été lâche par l'une des personnes en qui j'ai confiance. Mais au final je me trompe, je suis juste jaloux qu'il puisse être tranquille et le comprend. Si j'avais autant de courage et force que lui moi aussi je partirais sûrement de cette maison. Mais je n'arrivais pas à faire ça à mère ... Le départ de nash lui a quand même donné u grand coup, et je n'ai pas envie de lui en donner un 2 ème  coups surtout que mon père ne serait pas la pour la relever mais pour l'enterrer. Attendant avec impatience de pouvoir commencer à manger, ce qui m'occupais l'esprit au lieu de penser à des choses sombres, mon père fait son commentaire .... Comme s'il allait se retenir j'ai été bête de le croire ca:

- Et tu vas encore me reprocher de t'avoir mis à la porte je paris ? Ton frère et ta mère m'ont déjà fait comprendre plusieurs fois que cette décision ne leur a pas plu.

Oh que oui.... Une décision stupide, venant  d'une homme stupide, faible qui ne sait que s'en prendre qu'à ses enfants et qui laiche de chaque elementis qui a un minimum d'autorité. Mais que voulez vous a part des menaces et des engueulades sur moi et mon utilité quand j'ai voulu défendre la cause de nash....j'ai rien obtenu pour changer sa décision. Regardant mon frère poser son verre, se dernier retorque:


- Si tu veux savoir, je crois au contraire que c'est la meilleure décision que tu n'ais jamais prise


Regardant mon frère ... Pense t'il vraiment ça ? Je trouvais ça un peu injuste pour maman comme réponse, mais d'un autre point  de vue je savais qu'il avait raison .... Que c'était une liberance et non une peine. Mère l'aurait elle comprit aussi en fait ?

- Kylian, Nashoba s'il vous plait... Juste aujourd'hui, pourriez-vous arrêtez de vous disputer ?

- Tu as raison, désolé Maman.

La voix de ma mère me fait légèrement sursauter. Je n'avais pas l'habitude de l'entendre crier étant sourd normalement. Je me rend compte que la voix de ma mère pouvait être terrifiante par fois moi qui en avait une image que douce et magnifique.


- Sinon, qu'est-ce que tu me racontes de beau Neme' ? C'est moi ou tu as prit du muscles ?

Prenant les patates et la charcuterie faisant passer à mon tour à mon père les plats je regarde mon frere surpris de la question, je ne pensais pas que ça se remarquerait. Je souris légèrement :

- Oui je me suis mis à la pratique d'une arme et ma maître d'arme me force à "renforcer mon corps" car apparement un coup de vent serait capable de me désarmer.

Je savais que c'était une métaphore mais c'est blessant quand-même. Alors que ma mère rit doucement, je peux comprendre mon père soupire doucement et dit le fond de sa pensée:

- Je ne vois pas à quoi ça te sers.... C'est inutile comme tout tes efforts Nemeroff, cherche une chose utile à faire bon sang, tu es faible et le restera.

Alors que je baisse mon regard sans rien dire, je sens ma mère venir donner u  coup de pied sous la table à mon père avec un regard ordonnant la bonne humeur et un peu de gentillesse ou ça allait partir en cacahuète quand ils seront tour les 2. J'essaye de faire abstraction de ses paroles, mon âme et mon coeur étant déjà poignarder par celle lame nommé Kylian Dreiden. Dans le fond je m'en fou de ce qu'il pense de mes efforts ... Ignorant totalement les dires de cette enflure, je regarde ma mère qui me sourit contente que je ne répondent pas.

- Tu peux me passer le fromage maman ?

Cette dernière me tend le fromage et je prend quelque tranche que je viens mettre dans l'appareil, pendant que ma mère demande:

- Kylian, Nashoba vous en voulez aussi ?

- Oui je veux bien

Ce dernier prend et met aussi dans l'appareil. Je ne m'occupe pas de lui, il ne faut pas et je me tourne vers Nash et lui demande:

- Au fait Lyanna va bien?

Mon frère m'en avait rapidement parlé et je n'ai pas pu lui demander des nouvelles d'elle, je sais qu'il aime cette fille de tout son coeur, c'est qu'elle doit être une fille géniale et tellement belle, j'aimerais bien la rencontrer un jour tout de même. Venant manger un morceau de saucisson en attendant que mon fromage fonde doucement. Le laissant me répondre je souris, j'étais tellement content de parler un peu avec lui ... ca faisait un petit moment:

- Faudra que je te montre aussi ma nouvelle composition au piano Nas...

Alors que je commençais à avoir un peu trop de passion dans ma voix pour parler avec Nash, mon père avec sa voix me rappel à l'ordre:

- NEME ! Je t'ai dis d'arrêter de parler de ce piano et de cette foutue musique a table !

Sa voix me fait sursauter et je me recul légèrement, encore un mouvement de défense que mon corps avait prit par réflexe et je renverse la carafe d'eau sans le vouloir ... La faisant tomber au sol et la cassant. Alors que ma mère soupire fortement, elle commence à se lever:

- Non c'est bon mère ... Je vais nettoyer restez assis

Me baissant pour ramasser les morceaux et essuyer l'eau avec la serviette, je me redresse et emmène le tout dans la cuisine mettant les débris dans la poubelle et je regarde ensuite le lévier le temps de remplir une nouvelle carafe ... Je serre doucement les poings et me retient de pleurer, mais la pression était tellement forte que quelque larme perle le long de ma joue lâchant un discret:


- Je te hais ...



« Mon état:»
"..."
❀ L A E
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nashoba DreidenMessages : 442
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Mer 9 Nov - 23:17






Les graines du mal


- Oui je me suis mis à la pratique d'une arme et ma maître d'arme me force à "renforcer mon corps" car apparement un coup de vent serait capable de me désarmer.

Ah, donc je ne suis pas le seul à vouloir maîtriser une arme et apprendre me battre ; ce n'est pas à moi de dire ce qu'il doit faire ou non mais quand on aime quelqu'un on n'est jamais rassuré de savoir qu'il est entré dans la guerre et qu'il prend part au combat. Son élément est déjà un gros fardeau et j'espère que son Maître d'arme est au courant de ses soucis de santé et qu'elle ne le fait pas aller au-delà de ses limites ; mais bon, si on ne s'entraîne jamais on ne pourra pas améliorer ses performances et on restera toujours au même niveau.

- Je ne vois pas à quoi ça te sers.... C'est inutile comme tout tes efforts Nemeroff, cherche une chose utile à faire bon sang, tu es faible et le restera.

Le coup de pied qu'envoie ma mère suffit à calmer mon père sur la lancée et je me retiens de lui exploser le tympan avec mon élément, je préfère donc me taire et m'empare du fromage que ma mère me tend pour ensuite passer le plateau à mon père. Je mets le morceau de fromage dans l'appareil à raclette et commence à éplucher ma patate en attendant que le fromage chauffe ; je pique un peu de saucisson de temps en temps tout en écoutant la question de mon frère en ce qui concerne Lyana. C'est vrai que je n'ai pas eu le temps de lui expliquer ce qu'il s'est passé ces derniers jours... J'ai un peu le rouge qui monte aux joues, légèrement gêné de parler de mes amours à table.

- Euh... Lyana va bien oui. Elle récupère quelques bribes de souvenirs mais a dû mal à les replacer dans son contexte mais dans l'ensemble elle va bien.

J'ai bien vu que Laelyss lui avait rappelé le souvenir du Centre Commercial mais impossible pour elle de souvenir précisément ce qu'il s'est passé ce jour-là ; nous voir blessés sans comprendre comment c'est arrivé et pourquoi doit être assez perturbant.

- Faudra que je te montre aussi ma nouvelle composition au piano Nas...

- NEME ! Je t'ai dis d'arrêter de parler de ce piano et de cette foutue musique a table !

Je sursaute en même temps que mon frère et entends le bruit de la carafe qui s'éclate au sol, tandis que ma mère et mon frère débattent sur qui va ramasser les débris je claque des doigts faisant entendre un horrible bruit dans les oreilles de mon père. Plaçant une main sur sa tête en me jetant un regard noir, je lui jette un regard similaire au sien lui faisant comprendre en même temps que ce n'est pas dans son intérêt d'hausser le ton avec moi ; si il a un minimum de respect pour sa femme il saura se tenir à carreau et ne pas surenchérir.

- Ne m'oblige pas à passer au niveau supérieur, n'oublie pas que c'est l'anniversaire de Maman alors fais au moins un effort pour elle.

J'ai évidemment fait en sorte que personne d'autres n'entendent ce que je viens de lui dire et m'étonnes presque de ce côté rebelle qui remonte mais je pense que c'est le fait de ne plus habiter avec lui qui me permet de prendre un peu plus confiance en moi. Je me rends compte qu'il n'a pas autant d'influence qu'il voudrait le faire croire et il ne peut rien me faire de plus ; aussitôt ma phrase prononcée, je me lève afin de rejoindre mon frère dans la cuisine prétextant aller chercher les serviettes qui se trouvent à côté de l'évier afin de pouvoir parler discrètement à mon frère.

- N'écoutes pas ce qu'il dit. J'ai eu le droit aux mêmes réflexions et pourtant je continue de composer et de jouer avec mon groupe, il est juste jaloux parce que tu as plus de talent que lui.

Je lui donne une petite tape sur l'épaule avec un sourire en coin afin de lui redonner le sourire. Je n'ai jamais entendu mon père jouer au piano alors je ne peux pas juger d'un quelconque talent mais j'avais simplement envie de me foutre de sa tronche et redonner le sourire à mon petit frère qui a l'air de broyer du noir... J'aimerai tellement avoir un appartement pour lui proposer de venir vivre avec moi, ça sera sûrement mieux pour lui et il pourra faire tout ce qu'il veut sans être jugé par notre père ; mais étant déjà à la rue et sans appart' c'est compliqué de faire une telle proposition maintenant. Je lui ébouriffe les cheveux pour le faire sourire comme lorsqu'on était plus jeune et reprends la parole.

- Moi je veux écouter ta nouvelle composition, alors une fois qu'on aura terminé de manger on ira à l'étage et on parlera musique sans se pré-occuper de ce qu'il pense !

Qu'est-ce qu'on en a faire de son avis au fond ? Pas grand chose puisqu'il ne sait même pas faire la différence entre un Do et un Ré alors il est bien loin de nous donner des conseils ou de nous dire si nos compositions sont bonnes ou mauvaises... Et puis franchement, si c'est pour l'entendre parler de la Famille autant continuer sur la lancée de la musique qui est un sujet cent plus intéressant. Je conseille donc à mon frère de revenir à table avec la nouvelle carafe tandis que je reviens à mon tour pour passer un coup par terre et sur la table ; Maman en profite pour sortir nos fromages avant que ça ne chauffe trop et les dépose dans un coin de notre assiette.

- Dîtes-moi les garçons, vous ne voudriez pas faire un thème pour Noël cette année ? J'aimerai bien faire quelque chose de spécial pour une fois !

Nous n'avons même pas terminé son anniversaire qu'elle pense déjà à la décoration de Noël qui est dans un mois... D'ailleurs je me demande pourquoi cette année elle souhaite avoir un thème, en général on met quelques guirlandes de couleurs et voilà que la maison est décorée mais je crois qu'elle veut qu'on décide de deux couleurs et de tout ce qu'il y a autour. Franchement, je n'en ai strictement aucune idée, je n'ai jamais été doué pour les décorations intérieures et autres fantaisies.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Jeu 10 Nov - 2:00





Serrant les rebords du levier entre mes mains, j'essaye de reprendre une respiration, contrôlant mes larmes pour ne pas craquer et finir en larme ... Surtout pas maintenant et aujourd'hui. Fixant le lévier les yeux légèrement troubler par les larmes, je vois cet ombre encore sortir du meuble et me regarder posant une main sur ma joue ... Je ferme les yeux et essaye d'imaginer la main de mon frère ... Yona ou même mère pour me réconforter. Je me demande si un jour je serais libre et pourrais enfin fermer le clapé de père ... Le rabaisser, le maître en-dessous de moi et le piétiner, comme il le fait avec moi. Alors que je garde les yeux fermés j'entend des bruits ... Quelqu'un arrive ici, quand je rouvres les yeux l'ombre d' "Eisuke" a disparu ... Je reste perplexe au geste de cette entité à mon égard et vient essuyer les traces de larme d'un coup de dos de ma main. Alors que je coupe l'eau pour la carafe, je vois Nashoba arriver dans la cuisine. Alors que j'essaye de reprendre un sourire comme si de rien n'était, mon frère me dit:

- N'écoutes pas ce qu'il dit. J'ai eu le droit aux mêmes réflexions et pourtant je continue de composer et de jouer avec mon groupe, il est juste jaloux parce que tu as plus de talent que lui.

Ce n'est pas ça qui me blesse vraiment dans le fond, le fait que je joue de la musique toute la journée l'agace je peux comprendre ... Quoi que non, j'aimerais pouvoir entendre de la musique à longueur de journée ... Mais c'est ses agressions continuelles, le fait de détruire la personne que je suis, tout les efforts que je fournis face à la vie ... Le fait est que mon père me déteste pour une raison qu'y m'échappera toujours au vu de l'amoure que mon frère et ma mère me porte. Mais je n'ai pas envie de débattre sur ça, cela me ronge assez et je n'ai pas envie de faire crouler mon frère sous mes problèmes avec le paternelle, lui qui en sort enfin.

- Oui nash...

J'essaye de sourire un peu pour le rassurer, mais je n'en pense pas moins. Mes mains tremblaient dans mon dos... La seule envie que j'avais c'était de voir mon père brisé, comme il me brise en morceau chaque instant en sa présence. Une douleur si forte qu'elle sort du cadre humain et transperce âme et sentiment. Plus les jours, les secondes passaient dans le sablier qu'était ma vie, plus l'eau qui se déversait dans le puits de la haine était important, faisant monter le niveau d'eau à sa limite. Pourtant je continue de contenir cette eau car il me reste l’espoir que tout s'arrange, une mince lumière dans un voile infini de ténèbres appelé réalité. Cette lueur commençait d'ailleurs à s'éteindre au fur et à mesure que le temps passait. Je sens soudainement la main de mon frère sur ma tête et le regarde ébouriffer mes cheveux lentement:

- Moi je veux écouter ta nouvelle composition, alors une fois qu'on aura terminé de manger on ira à l'étage et on parlera musique sans se pré-occuper de ce qu'il pense !

Je souris un peu plus franchement et ferme les yeux content d'avoir un frère aussi gentil et présent pour moi. Mais cette amertume reste dans le fond de ma gorge, un bonhneur de 2 minutes ne remplace pas des années de souffrance, ça serait bien trop beau sinon. Mais je suis content de me sentir encore aimé dans cette famille:
- Merci Nash... je t'adore vraiment, je serais vraiment perdu sans toi ...

Mon frère me conseille donc de retourner à table profiter du repas avec mère. J'essaye de me calmer doucement, alors que je suis dos à la cuisine, une légèrement brume se dégage de cette dernière et une ombre s'étend grandement dévoilant des yeux et bouches par Dizaine. Alors que je ne capte pas cette présence, je sens un liquide chaud et dérangeant couler le long de ma bouche. Passant le dos de main main sur mes lèvres je remarques que je saigne du nez pas mal, me retournant soudainement, je ne vois rien d'anormal... Pourtant je saigne du nez comme ça quand mon ombre se manifeste ... Étrange, peut être la fatigue et l'émotion qui explique se saignement. Je prend la carafe et retourne alors dans la salle essuyant mon nez doucement. Alors que je me rassois sur ma chaise en posant la carafe d'eau. Je souris toujours un peu et croise le regard triste de ma mère qui en croisant le mien sourit aussi tôt comme si de rien n'était.

- Dîtes-moi les garçons, vous ne voudriez pas faire un thème pour Noël cette année ? J'aimerai bien faire quelque chose de spécial pour une fois !

Alors que je commence à réfléchir doucement à un thème agréable pour nöel, personnellement j'adore la neige. Pourquoi pas faire une déco lié avec la neige et le blanc ? Je souris doucement l'idée me plait bien personnellement. Je regarde ma mère en prenant mon assiette qu'elle me tend. J'en profite pour la regarder et lui proposer avec mon sourire mon idée:

- Pourquoi pas autour de la neige et du blanc ?

Je regarde ma mère qui trouve l'idée très étrange au départ à en croire par son expression et se met à sourire:

- C'est une idée si simple mais original à la fois ! Tu en penses quoi Nahsoba ?

Je souris cette fois de toute mes dents content que mon idée plaise à ma mère, je regarde ensuite Nashoba en mangeant longuement, la discutions continuait autour de ce qu'on pourrait faire pour Noel, participant tout les 3 à ce petit débat... Il manquait une personne mais elle ne semblait pas vouloir y participer, mais pour une fois dans ce repas la discutions était fortement agréable. Je reprenais peu à peu le sourire pour ce repas, mais alors que tout ce passait bien, ma mère fit l'action de trop ... Celle de poser une question à mon père .... une simple et unique question voulant seulement être gentille:

-  Chérie qu'en penses-tu ?

Je porte alors mon regard sur mon père tout en souriant, et vois son regard froid et stupide. Un silence s’installe et il ferme les yeux .... Prenant son temps pour répondre, a ce moment la je souris un peu plus, pour moi il réfléchissait à ce qu'il allait dire pour participer peu mai ça réponse fut un élément déclencheur d'un évènement que je n'aurais jamais imaginé :

- J'en ai rien à faire et ce n'est pas le problème Nashoba non plus, car il ne vit pas ici, il n'a pas à participer à la vie de cette maison.

Ma mère regarde mon père surpris de sa réponse ... Les larmes à l'oeil .... Cette fois-ci je me lève doucement de table et frappe mes mains sur cette dernière:

- Mais pourquoi tu dis ça! Tu vois pas que ça ferait plaisir à maman ? ... Nashoba reste mon frère et ton fils tu peux pas être gentil pour une fois ?

Alors que je le regarde debout dans les yeux, confrontant mon regard au sien cette fois à la place de l'esquiver, je trouve ça injuste qu'il dise ça ... Devant maman, pendant l'anniversaire de maman alors que tout le monde fasse un effort sauf lui .... Alors que j'ai enfin le courage d'affronter et dire un peu ce que je pense, mon père confronte son regard si terrible et blessant au mien et me lance en plein visage:

- Si le monde était gentil ... Tu serais né sourd et muet pour mon grand bonheur Nemeroff...

Je reste un moment figé serrant le poing sur la table, puis c'est ma tête qui se baisse doucement pour cacher mes yeux derrières mes mèches de cheveux. J'ai l'impression que le temps s'arrête autour de moi, pourtant je sens Nashoba se lever à côté de moi et allez vers mon père. Mais j'ai l'impression de ne plus rien entendre soudainement ... Les effets du son de Nashoba se dissipe ? Non j'entends les bruits des objets autour de moi pourtant .... Mon cerveau ne veut simplement plus rien entendre et rejette tout son autour de moi, pourtant au bout d'un moment un phrase parvient à ma mes oreilles:

- Que crois tu faire Nashoba avec ton faible élément, jusque la j'ai été clément avec toi et me suis retenu mais j'en ai assez ...

Alors que je regarde le regard vide Nashoba au sol, genoux à terre et mon père qui s'approchait de lui, j'essaye de comprendre pourquoi Nash ne bouge pas ... Alors que la seule envie qu'il semble avoir ... C'est d'en découdre avec celui que nous appelons père. Restant figé dans l'incapacité de bouger, je vois soudainement ma mère se lever et courir vers mon père lui attrapant la main:

-  Kylian arrête ! Pense à moi, c'est mon anniversaire ! Tu ne vas quand même pas frapper ton fils ?!

Je regarde la scène toujours incapable de bouger... Je vois ma mère s'aggriper au bras de mon père pour l'empêcher d'approcher de Nashoba. Je reste spectateur totalement inerte, quand soudainement il repousse ma mère assez violemment en lui criant:

- Reste à ta place et tais toi !

Mère tombe au sol en glissant légèrement sur le sol, je vois que sur le coup elle ne se relève pas, c'est seulement à ce moment la que mon corps accepte de bouger par inquiétude par la femme au sol. Je m'approche d'elle et poses mes genoux à terre:

- Maman ?! MAMAN ?!

Je la regarde et vois les larmes couler sur ses joues ... Elle se tient le poignet aussi. Je regarde son poignet et vois qu'il commence à gonfler et prendre une couleur bleue, j’entends ma mère dire pendant ses pleurs:

-  Je voulais juste une journée normale ....

Je baisse de nouveau la tête regardant le sol .... Alors que mon père s'approche de mon frère en levant le poing violemment en l'air prêt à l'abattre sur le visage de Nashoba. Un sentiment de haine, de rage, une soif de sang remonte du profond de mon être et de mon âme, les seuls choses qui me viennent à l'esprit sont les bons moment avec mère et Nashoba se fissurant une à une par la main de se déchet que j'appel père, je me relève doucement visage toujours baissé ... " Pourquoi moi ? " ... "Pourquoi c'est lui qui devrait s'imposer ..." pleins de question me venait à l'esprit pendant qu'il parlait à mon frère, mais la seule chose que je voulais maintenant ... C'était le voir souffrir et agonisé dans une douleurs que même la pire peine de ce monde ne pourrait faire ressentir, je voulais le torturer, le rabaisser, le démolir 100 fois plus que tout ce qu'il avait fait. Alors que le poing partait dans la direction du visage de mon frère une trainée noir vient faire reculer mon père de mon frère ... Une traînée noire qui n'était pas naturel et plutôt menaçante qui vient percuter le mur à côté des 2 Hommes pour pour entailler se mur pourtant si solide. Je sens l'incompréhension de mon père qui me regarde, voyant du sang goûté de mon visage ... Provenant à nouveau de mon nez, et un léger filet de ma bouche, symptôme de l'utilisation de mon élément.

Redressant mon regard violemment, un regard remplit de toute la haine que j'avais pour lui ... Un regard Violent qui ne reculera devant rien, ni personne. Je ne laisserais pas ce déchet faire du mal à ma mère ou à mon frère plus qu'il n'en a fait .... Alors que je m'approche de lui doucement, je me sens soudainement tiré vers le sol afin de me retrouver allongé ... Je sens que je ne peux pas bouger mes membres et que le problème ne vient pas de mes membres eux même mais de mes vêtements qui sont anormalement lourd.

- Comment oses tu lever la main sur moi ! Je vais aussi te remettre à ta palce !

J'entends kylian se rapprocher de moi doucement ... La seule chose qui émane de moi c'est un rire hystérique comme si je perdais totalement la tête, ce qui était le cas au fond, poussé à bout psychologiquement et physiquement la folie restait ma seule option.

- Tu crois que tu es le plsu fort ici ?! AHAHAH abruti de père ... Tu dis de nos élément qu'ils sont les plus faible ?! Mais qu'est ce que ton élément peut faire contre un élément sans matière et non physique comme le son .... Ou les ombres ...

Les rires ne s'arrêtaient pas, ils sortaient tout seul comme un automatisme que mon corps prenaient pour rejeter toute cette rage contenue dans mon corps ..... La dernière phrase qui sort de ma bouche est simple et pas compliqué à comprendre:

- Je vais te tuer...

Alors que mes rire de dissipe comme la fin de ma folie, une ombre importante gagne la pièce ou nous sommes tous, une ombre immense et menaçante qui une fois en place, exposent à toutes les personnes dans cette pièce des dizaines et dizaines d'yeux et bouche qui n'avaient rien de rassurant.




« Mon état:»
"..."
❀ L A E


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nashoba DreidenMessages : 442
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Lun 14 Nov - 23:07






Les graines du mal


Les couleurs de Noël ne m'ont jamais vraiment intéressées, enfin on prenait des guirlandes de toutes les couleurs et on les mettait un peu partout afin de décorer la maison, de la rendre lumineuse et accueillante mais je n'ai jamais réellement pensé à prendre un thème en particulier. En fait, j'ai la sensation que ça sera la guerre pour Noël parce que je doute pouvoir le passer ici mais je ne pense pas que Laelyss voudra de moi à sa table, évidemment ça se comprend ; Noël est une fête familiale et je ne suis pas son fils ou son frère alors il est normal qu'on me demande de partir. En tout cas je ne le prendrais pas mal si la demande est formulée.

- Pourquoi pas autour de la neige et du blanc ?

- C'est une idée si simple mais original à la fois ! Tu en penses quoi Nahsoba ?

Je réfléchis quelques instants en tentant de peser le pour et le contre mais il est vrai que c'est quelque chose de simple, de toute façon les plus belles choses sont souvent les plus simples. Mais avant que je ne puisse donner mon avis, mon père rappelle à tout le monde que cette histoire ne me concerne pas puisque que je ne serais pas là à Noël et au passage qu'il s'en fiche des décorations ; maintenant qu'il le dit, je ne me souviens pas l'avoir déjà vu nous aider pour installer les décos sur le sapin ou tout autour de la maison. Je préfère ne pas répondre et verrais ça avec ma mère puisque depuis que je suis partie j'accorde plus d'importance aux choix qu'elle fait que l'avis de mon père qui sera forcément sans importance.

Je pensais que cette discussion allait s'arrêter là mais mon frère décide de s'en mêler en demandant ce que tout le monde n'osait demander, évidemment les mots échangés ne sont pas doux et je tente de calmer le jeu en disant que ce n'était pas grave et que l'on en discutera un autre jour. Mais quoi que ce je dise ou je fasse mes paroles passent dans le vent, cependant ce qui est échangé entre les deux ne tombent dans l'oreille d'un sourd. Énervé par tout ce qui vient d'être échangé, je me lève d'un bond pour aller vers mon père sans réellement savoir quoi faire ; il est naturellement plus fort que moi que ce soit en capacité physique ou avec son élément. D'ailleurs il n'oublie pas de me rappeler ça.

Mais ce n'est pas mon son qui peut vaincre une densité puisqu'il n'hésite pas à utiliser son élément contre moi afin de m'empêcher d'avancer, le coup que je vais me prendre sera sûrement mérité et j'aurais aimé que ma mère reste en dehors de ça pour éviter de se faire blesser. Me maudissant intérieurement d'être aussi faible, le coup de poing que me donne mon père en plein visage me laisse penser que je vais être marqué pendant des semaines et qu'au prochain coup je n'hésiterai pas à utiliser les entraînements de Laelyss. Finalement, alors que le deuxième coup allait s'abattre, quelque chose d'étrange empêche le coup de terminer dans ma figure une deuxième fois m'éloignant petit à petit de mon père.

Jetant un coup d’œil sur le côté, je comprends bien que c'est mon frère qui utilise son élément et je lui demande de s'arrêter avant d'aggraver sa santé. Je m'approche de ma mère et l'aide à se relever afin de l'éloigner de ce champ de bataille improvisé pour y retourner par la suite pour tenter de calmer le père et le fils. Je savais bien que ce repas n'allait pas se passer bien mais je ne me doutais pas que ça serait à cause de l'élément de mon frère qui devient instable voire terrifiant. Et je préfère ne pas parler du possesseur.... A se demander lequel est le plus flippant.

- Tu crois que tu es le plsu fort ici ?! AHAHAH abruti de père ... Tu dis de nos élément qu'ils sont les plus faible ?! Mais qu'est ce que ton élément peut faire contre un élément sans matière et non physique comme le son .... Ou les ombres ...

- Nemeroff arrête ! Tu vas finir par blesser quelqu'un !

Il n'a pas l'air de m'écouter et mes paroles retournent une fois de plus dans le vent, j'en ai marre que personne ne m'écoute et tout ça part en catastrophe à cause de mon père qui n'a pas su se la fermer et de mon petit frère qui ne sait pas contrôler son élément. L'ombre prend de l'ampleur dans la pièce où nous sommes tous et ni l'élément de mon père ni le mien pouvons mettre un terme à cette folie naissante, depuis combien de temps est-il comme ça ? Est-ce la première fois que ça lui arrive ou c'est devenu une habitude de s'en prendre à des gens lorsqu'il est en colère. Je tente évidemment de m'approcher de mon frère pour mettre un terme à tout ceci mais son élément se retourne contre moi me faisant comprendre que je n'ai pas intérêt à m'approcher de nouveau de lui si je ne veux pas être blessé ou tué.

- Nemeroff s'il te plait arrête ! Essaye de te calmer ou tu vas finir par tous nous tuer !


Mais cette folie passagère ne s'arrête que lorsque mon père se frappe l'arrière du crâne contre le coin du meuble, mon frère s'évanouit à son tour dû à son utilisation de pouvoir trop importante. Je m'en vais voir le dernier pour vérifier son état tandis que sa mère va vers son mari les larmes aux yeux, appelant ce dernier plusieurs fois pour tenter de lui faire reprendre connaissant mais le sang coulant de l'arrière du crâne ne donne pas de bonne nouvelle. Le cœur de mon frère bat toujours et ma mère demande entre deux sanglots d'appeler des secours... Voilà à quoi va me servir mon élément, à jouer les communicateurs.

J'utilise donc mon son expliquant très rapidement ce qu'il s'est passé, deux blessés et leur donnant l'adresse ; évidemment je n'entends pas les réponses des médecins mais je me doute qu'ils sont déjà en route pour venir nous aider. Je préfère mettre mon frère en PLS le temps de l'arrivée des secours et m'approche de mon père pour constater les dégâts... Je ne pourrais expliquer pourquoi mais mon cœur s'est serré en l'imaginant mort, peut-être que je devrais être soulagé d'être libéré d'un tel bourreau mais il s'agit tout de même de mon père et même si il fait toujours des erreurs, je ne voudrais pas qu'il nous quitte de cette manière.

Les secours entrent dans la pièce et certains se dirigent directement vers mon père qui est le plus blessé afin de le mettre sous oxygène et sur un brancard en nous demandant ce qui a bien pu se passer, je n'ai pas pu inventer d'histoire plausible alors j'ai dit simplement qu'il s'était cogné contre le coin du meuble faisant passer mes omissions pour une perte de mémoire dû à un traumatisme quelconque ; un groupe de secours s'intéresse ensuite à mon frère et d'autres à ma mère. Une jeune femme s'approche de moi pour me demander si j'ai besoin de soin que je refuse mais elle insiste pour soigner cette coupure à la lèvre et appliquer de la pommade sur le bleu naissant autour de mon œil ...

La plupart des médecins sont partis avec mon père à l'hôpital tandis qu'une petite poignée d'hommes et de femmes sont restés pour mon frère, ceux qui sont occupés de nous sont partis. Je m'approche de ma mère en larmes pour la prendre dans mes bras en lui promettant que tout ira bien, je ne sais pas quoi faire pour lui remonter le moral... Elle qui n'a jamais fait partie d'une Famille ne comprend pas comment un élément peut avoir autant d'influence, surtout que rien n'avait changé chez moi alors pourquoi sur mon père et mon frère ? Je l'entends ensuite parler d'une pseudo malédiction mais je préfère ne pas m'étendre sur le sujet en lui disant que je vais essayer d'aider Nemeroff du mieux que je peux.

- Je n'en peux plus Nashoba... Il me fait de plus en plus peur... Il ne dort presque plus, il est facilement irritable et il y a cette ombre qui le suit tout le temps et aujourd'hui il y a eu ça. Qu'est-ce qu'on peut faire pour l'aider ?

- Il faut que quelqu'un qui maîtrise cet élément l'aide à le contrôler, je vais essayer d'en parler avec le Roi. Mais Maman, je suis sûr qu'il ne voulait pas lui faire de mal, il voulait simplement nous protéger.

- Je sais... Mais je ne suis pas une combattante et je n'ai aucun élément, qu'est-ce que je suis censée faire si il recommence une nouvelle fois ?

Je n'ai malheureusement pas la réponse à cette question qui est pourtant légitime et je ne sais pas quoi faire non plus pour aider ma mère... Peut-être que je pourrais tenter de convaincre Corazon de venir quelques heures pour vérifier si tout va bien et moi aussi, j'essayerai de venir plus souvent à la maison et de passer du temps avec mon frère aussi, c'est ça le plus important.

- Qu'est-ce qu'on va dire à la police ? On ne peut quand même pas leur dire que c'est ton frère qui a agressé ton père ! Il risque d'avoir des problèmes. Je ne veux pas qu'il aille en prison.

Moi non je n'en ai pas l'envie mais je ne vois pas quel scénario pourrait être assez convainquant pour que la police ferme l'enquête ou n'y prête pas attention, nous n'étonnes que tous les quatre et mon message d'urgence ne mentionnait aucune agression. Finalement nous sommes interrompu par un secouriste qui vient nous apprendre que mon père est sortie du bloc opératoire, ma mère décide d'aller le voir à l'hôpital me demandant de veiller sur mon frère en attendant. J'hoche la tête et monte les escaliers afin d'aller tenir compagnie à Neme.

*- Salut... Comment tu te sens ?*



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Mar 15 Nov - 11:46





Je soupirais doucement, les ombres envahissaient la pièce faisant de cette endroit ma forteresse, une défense ultime contre tout ceux qui voudrait m'approcher. Je ne supportais plus mon père et pour une fois que ça se relâchait ... Ca me faisait plus de bien que de mal au coeur, je ne pensais qu'une seule chose pour le moment, éliminer la source de tout mes problèmes depuis quelques temps. Il n'y avait que cette idée qui résonnait dans ma tête ...Tuer...Tuer... Encore tuer tout ce que je détestais. Résonnant frénétiquement dans ma tête, une légère douleur aux oreilles vient me faire serrer les dents en même temps, au fil du temps les sons autour de moi se dissipait me faisant comprendre que j'allais très vite retourner à mon état d'handicapé. Au moins je n'aurais pas à entendre les cris de qui que ce soit ce n'est pas plus mal. Je baisse mon regard en silence pour regarder mon père dont je peux lire l'incompréhension de ce qui se passe devant lui ... La seule chose que j'arrive à faire c'est sourire devant son incompréhension qui me réconforte dans l'idée qu'il est juste un homme stupide qui n'y connait rien finalement.

Les formes envahissant la pièce, de nouvelle arrive de mes pieds m'entourant doucement en tournant autour de moi doucement. Le sang coulait de plus en plus de mon nez sans s'arrêter ... Mais je ne ressentais aucune douleur, même dans mon coeur comme c'est le cas habituellement. Je me sentais bien et la légère peur de mon père en voyant qu'il ne devait pas bouger sinon ... Ca ne sera pas que de la peur ne me suffisait pas ... Il fallait que je le fasse souffrir autant qu'il m'avait fait souffrir ... Autant qu'il avait fait à Nashoba ou Mère. Je ne mon contenterais pas de ce regard encore trop fière devant une chose qui le dépasse. J'avance doucement vers lui quand je vois mon frère arriver sur le côté, je ne vois pas ce qu'il me dit, ça tentative d'approche pour sûrement me stopper à échouer intercepté par les ombres qui m'entourent. Je marchais doucement vers lui le fixant avec toute la haine que j'avais accumulé. J'avais l'impression de ne voir que lui dans cette foutue pièce. Alors que je m'approche, je vois mon père se saisir d'une chaise qui était la sienne il y a quelques minutes, la soulever et venir essayer de me frapper avec.

Je m'arrête quand il amorce la descente de la chaise vers moi et au moment de venir me toucher, cette dernière tombe en morceaux, sectionné à différent endroit nettement, comme si j'avais truqué la chaise avant qu'il me frappe. Pourtant, se sabotage de chaise venait d'être effectué en une fraction de seconde par mes ombres. Un élément dangereux, indépendant et terrifiant voila ce dont j'avais obtenu ce jour la ... Ou vous m'avez envoyez un pied en enfer père et non un pouvoir faible comme le prétendiez. Alors que je me mes juste en face de lui pour soutenir ce regard que je n'avais jamais réussis à confronter au mien jusqu'à aujourd'hui, mon père vient me donner un coup en plein visage ... Enfonçant son poing dans ma joue me faisant violemment tourner la tête ... Je sens son poing si faible sur ma joue, ça me fait mal ... Mais pas plus que tout ce que j'ai enduré ses derniers mois, alors qu'un léger filet de sang coule du coin de mes lèvres, je retourne ma tête pour le regarder en face .

Aucun mot ne sortait de ma bouche, je n'avais rien à lui dire lui non plus apparemment. Je lève violemment ma main pour venir frapper dans son avant bras, qu'il arrête de me toucher. Je ne supportais pas qu'il me touche. Puis la suite arriva en une fraction de seconde, l'ombre arriva rapidement pour venir se planter dans son oeil, faisant éclater du sang partout, plus particulièrement sur mon visage ... Je ne pouvais plus entendre ses cris de douleur mais je le voyais qu'il avait mal, qu'il hurlait, rien que ça me suffisait ... Alors que j'allais continuer en si bonne route pour être sur qu'il ne touche plus jamais a mon frère ou à ma mère, une douleur dans la poitrine et la gorge me fait me pencher pour cracher ou vomir du sang je ne savais pas trop... Et une seconde vague de douleur arrive par vague, avant que je ne me mette à voir double. Le sang coulait autant à flot de mon visage que du siens.

Alors que je voulais simplement l'achever, je me sens partir, mon corps ne répond plus et je le sens devenir lourd, mais pas par l'utilisation d'un élément, il se bloque tout seul et je me sens partir en arrière tombant au sol, alors que mes yeux se ferment doucement, un froid traverse mon corps et je vois les ombres dans la pièce se rétracter pour disparaître dans mon ombre, à mi chemin dans la fermeture de mes yeux, je viens poser mon regard sur mon père que je vois s'écrouler tête tombant contre le mur. Dans le fond ça me satisfais et mes yeux finissent pas se fermer totalement.

Je en sais pas ce qui se passe, j'ai l'impression d'être dans le noir, je n'entend rien, ne vois rien, ne sens plus rien sauf un froid désagréable parcourant mon corps. J'avais l'impression que mon corps reposait inerte dans une eau glaciale dont la profondeur était tel que la lumière du jour ne perçait plus l'eau. Une légère douleur à la gorge me fais revenir à la réalité quelques secondes me faisant ouvrir les yeux, je voyais pleins de gens autour de moi et derrière eux mon frère et ma mère qui discutait et la seule phrase que j'ai eu le temps de lire sur la lèvre de ma mère avant de retourner sombrer, c'était:

- Je n'en peux plus Nashoba... Il me .... peur...

Il ne me fallait pas longtemps pour comprendre ce qu'elle avait voulu dire ou ce que je penses qu'elle a dit plutôt, avant qu'une larme coule le long de mon oeil et que je resombre dans l'inconscience. Un temps se passe entre temps, peut être en minutes, en heure ... Jours peut être, je n'en sais rien et je n'ai pas vraiment envie de me réveiller, peut être qu"il faudrait mieux que je meurs la maintenant. Qu'allais t'il se passer si je me réveil ? En prison, ma mère qui me déteste maintenant va me détruire à son tour ? Je crois que c'est une des seules personnes avec mon frère que je ne supporterais pas voir me détruire et me dire des choses si blessante, même si au fond de moi je sais que maintenant je le mérite. Alors que je dors si on peut appeler ça dormir, je me réveil soudainement en sursaut prit de sueur en ayant une respiration saccadé avant de tousser violemment mettant ma main devant ma bouche. Je retire ma main et vois des tâches de sang dessus, je viens frotter le dos de ma main contre ma bouche pour essuyer le sang qui était dessus, je vois alors soudainement un mouvement du coin d'oeil et tourna la tête pour voir mon frère qui me demande:

*- Salut... Comment tu te sens ?*

Je reste silencieux un moment et tourne la tête regardant par la fenêtre je ne sais pas comment décrire comment je me sens à la fois bien, soulager mais mal très mal aussi dans ce que j'ai fais à mon père, dans le fond j'avais été trop loin et j'avais dépassé les bornes mais ... Malheureusement je réponds à mon frère dans le langage des signes:

* Je ne regrette pas ce que j'ai fais si c'est ce que tu sous-entend*

Est-ce que je le pensais vraiment dans le fond ? Non il ne méritait pas que son fils lui fasse ça, car ça restait mon père quoi qu'il arrive. Je serre doucement le draps dans mes mains ... Non je ne le pensais pas du tout en réalité, alors que je fonds en larme sans pouvoir m'arrêter ou me contenir, mes pleurs, mes cris et mes remords ...

* Nii ... Tue moi ... j'ai juste envie de mourir ...*

Je n'arrivais pas à arrêter mes larmes, je savais que a ligne que je venais de passer était irréversible et que plus rien ne serais jamais comme avant. C'est la seule chose qui me restait au final un sentiment de dégoût et horrible au fond de moi ... Pourtant avant cela j'aurais pensé que ce moment la serait plutôt libérateur pour tout le monde y compris moi. La seule chose que j'ai gagné c'est que ma mère à peur de moi et va sûrement me détester maintenant... Le seul qui a gâché son anniversaire c'est moi. Je ne sais pas ce qui m'a pris ... J'ai réagis sans le vouloir, ma réaction a été instantané et direct, a aucun moment je voulais tuer mon père ...

* Je voulais juste te protéger et qu'il ne te frappe pas ...*

Je sais que ça excuse rien à ce que j'ai fais je le sais ... J'avais l'impression d'être couvert de sang maintenant, une odeur horrible me montait au nez pourtant on m'avait nettoyer et je n'avais plus de sang sur moi. Ca me stressais totalement que j'avais l'impression de devenir fou, sans m'en rendre compte je me griffais à sang l'avant bras comme si je voulais moi même me faire mal, le sang commençait à couler pourtant je n'avais pas mal ... La seule chose que je voulais maintenant c'était plus tuer mon père mais me tuer moi même.


« Mon état:»
"..."
❀ L A E
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nashoba DreidenMessages : 442
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Mer 23 Nov - 21:51






Les graines du mal


Au vu de sa réaction, il n'a pas l'air heureux que je sois monté le voir... Malheureusement pour lui, il va devoir me supporter encore un peu histoire de savoir comment il va puis une fois ma réponse obtenue je pourrais repartir chez Bigby et Laelyss l'esprit tranquille. Enfin plus ou moins tranquille, pas comme si j'étais rassuré à l'idée de laisser mon frère complètement seul avec son élément... Je laisse échapper un long soupire, dans quel merdier est-ce que l'on se trouve encore une fois et surtout pourquoi notre famille ? A se demander si cette soit-disant malédiction ne serait pas réelle.

* Je ne regrette pas ce que j'ai fais si c'est ce que tu sous-entend*

*- Ce n'est ce que je t'ai demandé.*


Qu'il regrette ou pas m'est bien égal en fait. Ce qui a été fait ne peut sûrement pas être réparé et on ne peut faire appel à un Elementis de temps pour revenir en arrière, il faut savoir assumer ses actes et aujourd'hui Nemeroff doit accepter d'avoir fait du mal à notre père ; mais apparemment cette information n'a pas l'air de le déranger plus que ça. Est-ce que je serais en train d'assister à la naissance d'un futur psychopathe qui pourrait se mettre à dos toute la ville ? Oui sûrement. Mais il s'agit de mon petit frère et je ne veux pas qu'il lui arrive du mal et je refuse qu'il devienne un criminel comme ceux qui courent les rues ou comme notre ancêtre qui a marqué l'histoire d'une mauvaise façon. Si seulement j'avais été plus têtu pour refuser cette cérémonie, nous ne serions pas là aujourd'hui.

* Nii ... Tue moi ... j'ai juste envie de mourir ...*

A dire vrai, je ne suis même choqué des paroles qu'il est en train de prononcer. Je crois que la première fois qu'on a blessé gravement ou tué quelqu'un on a tous eu envie de mourir ; vivre avec des morts sur la conscience est sûrement la pire chose qu'il puisse arriver. Je n'ai pas une très grandes listes de morts, mais j'en ai quand même quelques uns et en général, ceux-là en voulaient à ma vie... J'essaye de me dire qu'ils l'ont mérité ou bien que je n'avais pas le choix, c'est toujours aussi dire de se dire que j'ai pu prendre une vie et ainsi briser tellement de choses ; peut-être que j'ai tué un père de famille, un ami proche, un fils unique ou que sais-je encore. Mais je n'ose imaginer ce qu'on ressent lorsqu'on s'en prend à un membre de sa propre famille... On a encore plus envie de mourir je pense.

Je viens m'asseoir à ses côtés tandis qu'il tente d'expliquer son comportement que j'avais déjà compris comme étant un mécanisme de défense pour lui ou pour les autres, ce n'est pas auprès de moi qu'il devrait se justifier ni auprès de notre mère qui s'inquiète simplement pour lui. Franchement qu'est-ce que je pourrais bien lui dire pour lui remonter le moral et tenter de le faire sourire ? La situation ne donne pas vraiment envie de sauter de joie et d'exposer son bonheur mais s'enfermer dans une profonde tristesse et un total désespoir n'est pas la meilleure solution à proposer non plus. Alors, le mieux est encore de dire la vérité.

*- Je sais que tu voulais simplement nous protéger mais évite d'utiliser ton pouvoir le plus possible... Je vois très bien que ce sont tes émotions qui contrôlent ton ombre mais il faut à tout prix que tu apprennes à faire le vide dans ta tête pour éviter que ce genre de choses se reproduisent. Je pense que tu ne voudrais pas que cette chose nous attaque Maman, Yona ou même moi... C'est toi le maître de l'élément et non l'inverse.*

Surtout un élément aussi instable que celui-là... C'est vraiment si compliqué que ça ? Je n'ai vraiment eu tant de problème avec mon son, à part exploser les tympans certaines fois ou diminuer le volume sonore d'un seul coup je n'ai pas fait de trop dégâts. Et puis je sais ce qui manque à Nemeroff pour qu'il apprenne à contrôle tout ça.

*- Il te faut un maître. Tu dois trouver un Elementis d'ombre qui puisse t'apprendre à maîtriser ton élément, je ne pourrais pas faire tout ce que je fais aujourd'hui sans Corazon et je suis sûr qu'un Elementis d'ombre pourrait t'apprendre pleins de choses aussi.*

L'ancien Joker maîtrise l'ombre, Meiji je crois. Et puis, ce n'est pas la seule dans cette Famille voire dans cette ville à maîtriser l'ombre ; il peut toujours aller demander au Roi de lui conseiller des personnes qui ont une bonne maîtrise ou aller voir directement les bonnes personnes pour ça.

*- Depuis combien de temps es-tu aussi instable que ça ? Depuis combien de temps cette ombre te suit ?*



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   Jeu 24 Nov - 11:14





Je reste silencieux dans mon lit pleurant toujours n'arrivant pas à m'arrêter je savais que ce que je venais de faire était horrible pourtant dans le fond ça me faisait plaisir je ne comprenais pas pourquoi. Pourtant ma main arrêtait pas de trembler et je me sentais mal par rapport à ça. Je n'arrivais pas à vider l'esprit entre les mots de ma mère que j'ai aperçu, ce que je venais de faire, les dernières paroles de mon père ... Plus tout ça peut être que je devenais vraiment fou finalement. Totalement fou. Je serre les draps de mon lit doucement dans mes doigts et ferme les yeux essayant d'arrêter de pleurer, reniflant par moment mais c'était dur. je viens frotter mes yeux mouillés de larme et ne vois pas mon frère me parler. Tout ce que j'avais envie était une envie de mourir ou alors qu'on me frappe pour avoir ce que j'avais fais.

Les yeux fermés je tente de contrôler cette respiration saccader mais je n'y arrive pas ... Seul la tristesse et la colère reste dans mon petit coeur pour le moment, je me glisse doucement dans mon lit tournant le dos à mon frère. Ce n'était pas que j'avais pas envie de l'écouter mais je n'avais pas le coeur à ça. Je me tourne du côté du mur en silence laissant mes larmes couler en silence:

Laisse moi me reposer Nash s'il te plait.

Je ne voulais pas être méchant, mais je ne voulais pas discuter de ça maintenant ... J'espère qu'il le comprendra. Oui je fuis certainement la conversation j'en ai conscience mais bon. J'ai pas envie d'affronter ça aujourd'hui surtout que dans les prochains jours je risque d'avoir autre à affronter le regarder de ma mère et mon père et ça ne risque de pas être facile je sais même pas si je pourrais les regarder en face en réalité. J'avais envie de fuir tout ça et mourir c'est la seule solution que je voyais dans la tête à vrais dire.

Je ferme les yeux et serre la couette dans ma main de nouveau, j'espérais aussi que tout ça soit un mauvais rêve mais je savais très bien que ce n'était pas le cas. Mais bon, on sait jamais, j'aurais jamais pensé que je déraperais comme ça surtout un jour important pour ma mère. Je renifle par moment et commence à sombrer dans le sommeil en continuant de pleurer, je ne sais pas si mon frère était encore à côté de moi mais je ne voulais pas lui parler, ou qu'il me voit comme ça. De toute façon je suis irrécupérable je pense, Wilson me l'avait dit, tout ce qui obtienne cet élément finissent par sombrer c'est inévitable et il faut croire que je ne suis pas une exception, dois je laisser faire la nature et donc sombrer ou arrêter le massacre la en m'exilant de mes proches ou simplement en mettant fin à mes jours, je ne sais pas qu'elle solution prendre pour le coup.

Mais pas le temps d'y réfléchir car Morphée vient me kidnapper pour m'emmener dans son monde, celui du sommeil.


« Mon état:»
"..."
❀ L A E
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les graines du mal [PV Nemeroff]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les graines du mal [PV Nemeroff]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-