Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé.
Un MP vous sera envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !
Félicitation à Nashoba Dreiden !
Son RP a été élu meilleur RP du mois !

Partagez | 
 

 Une lueur d'espoir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Une lueur d'espoir...   Mer 9 Nov - 22:35

Une lueur d'espoir...

SOLO

J'ai perdu toute notion du temps. Je ne sais même plus depuis quand je suis ici exactement. La seule chose que je peux noter, c'est le son que produit mon coeur. Profondément enfoncé dans ma poitrine, il bat. Trop fort. Presque douloureusement. Je le sens résonner dans mon torse et se répercuter jusque dans mes tempes. Un écho infini lui répond, comme si seul le vide pouvait parvenir à contenir son immensité. La brise est froide, mordante même, alors que déjà le soleil s'est couché. Je suis encore là pourtant, devant cette scène figée qui ne remuera plus jamais. A cet instant, j'ai moi-même l'impression de faire partie de ce décor...

Malgré les ténèbres qui tombent avec une lenteur calculée, ternissant le paysage qui m'entoure, je ne bronche toujours pas. Ce lieu, je le connais bien. Trop bien même, devrais-je dire. Le Cimetière. J'y suis déjà venue si souvent, pleurer des êtres chers et partis trop tôt, enlevés par une réalité que, si je jugeait, je parvenais encore à accepter. Mais là, je ne sais pas. Ce n'est pas pareil. Est-ce l'odeur des plantes nocturnes, le premier hululement du hibou ou cette sensation de neige qui ne tardera pas à tomber? Non, c'est autre chose. Plus lourd et plus profond encore. Cela ne vient pas de l'extérieur mais de moi...

Je ne pleure pas et pourtant, je ne vois plus clairement les choses. mes yeux sont humides, recouverts d'un voile qui semble tenir devant ma vue par une magie inconnue. La même qui rend mon coeur si douloureux mais si présent en même temps. Non, je n'arrive pas à y croire. Je ne veux pas me persuader de cela. C'est tout simplement... Horrible... Impensable... Impossible... Et pourtant, je ne peux pas nier l'évidence. La cérémonie s'est finie tout à l'heure, j'y ai assisté. Je sais qu'Il est bien là, que ces mots gravés dans le marbre sont justes et que rien ne pourra jamais les effacés. Ni de la pierre tombale ni de mon esprit. Tout comme ses mots qui résonnent inlassablement sous mon crâne.

Jason s'est suicidé.

Sur le coup, je n'avais pas voulu y croire. J'avais été lui rendre visite il y avait tout juste 3 jours et rien, non rien ne laissait présager ce geste de sa part. Même ses parents n'ont rien vu venir. Certes, il n'était pas au mieux de sa forme mais c'était un battant. Il avait même réussi à bouger légèrement un pied, preuve qu'il pourrait certainement remarcher. Il était un battant et il n'aurait jamais abandonné. Il me l'avait dit. Il avait promis, lui aussi...

Et pourtant, ce soir je suis là. Seule, perdue entre le froid de la nuit qui m'enveloppe, l'eau de mes yeux et la douleur dans ma poitrine. L'état de ses jambes s'étaient détériorées et pour éviter une gangrène générale, il aurait du se faire opérer aujourd'hui même. Pour se faire amputer. Cette annonce à fini de le briser et, fatigué d'attendre une issue qu'il se savait désormais incapable d'atteindre, il a de lui-même tirer le rideau sur l'histoire de sa vie.

La douleur a été la plus forte. La peur l'a emportée. Une fois de plus, ceux sont les gens qui demeurent qui saignent. Ceux qui sont partis reposent en paix, alors que les vivants, eux, souffrent, encore et toujours. Mes poings se serrent alors que je grince des dents. Oui, j'ai mal. Une fois de plus. mais cette fois, c'est la colère qui soudain me submerge, faisant couler deux rivières limpides le long de mes joues.

Tu n'avais pas le droit de faire ça! Si moi je m'étais relevé, tu ne pouvais qu'y arriver. Tu avais juré que jamais tu n'abandonnerais. Et c'est ça, ton dernier acte de bravoure?

Je voudrais crier, hurler, frapper sur tout ce qui passe mais l'orage ne se déroule que dans mon esprit, littéralement emporté par la tempête de ma souffrance. Oui, je me sens trahi, une fois de plus. Et j'ai peur. Je le réalise doucement mais avec certitude. Car si lui qui m’apparaissait si fort, qui était capable de me protéger et de me rassurer à tous les coups, choisissait ainsi d'en finir avec la vie, quel était mon avenir à moi? Pourquoi a t'il préféré tout arrêté ainsi? A t'il seulement réfléchi à tous ceux qu'il laissait derrière lui?...

A t'il pensé à moi?

Quel égoïsme de ma part. Je n'étais personne pour lui, pourquoi aurais-je donc ce genre de prétention? Rien de plus qu'une camarade de classe d'Art, le hibou peinturluré, Faber-Girl comme il m'appelait toujours. Il ne devait même pas connaitre mon prénom. Alors, pourquoi est-ce que ses taquineries me reviennent aussi clairement maintenant? Lui qui voulait simplement me voir sourire, une bonne fois et pour de vrai, sans blessures ni crayon sur le visage, jamais je ne pourrais lui montrer ça. Encore moins ici et maintenant...

J'aurais tellement aimé faire plus.

Le convaincre qu'il y avait encore de l'espoir. Que tout n'était pas fini pour lui. Que l'avenir existait encore, même pour lui. Mais je n'étais que moi, une lycéenne malhabile, peu douée avec les mots et dans ses relations avec autrui. Je n'avais pas pu sauver Maman. Ni Gaea. Pas même Elly. La vie me les avait retiré mais lui, il avait fait le travail de la mort à sa place et ça, je ne parvenais pas à l'accepter. J'aurais dû faire quelque chose...

Pourquoi est-ce si douloureux?

Mon coeur n'a pas cessé de pulser dans ma poitrine et je sens une présence proche de moi. Une silhouette que je connais par coeur mais qui, d'habitude si bavard, se tait à l'unisson avec moi. Même mes sanglots sont silencieux pour ne pas déranger le repos des hôtes de ces lieux. Gaea est là mais je ne distingue pas ses expressions, le flou de mon regard m'empêchant de distinguer autre chose que les gravures sur le marbre devant moi. Et puis, comme s'il entendait tout de mes pensées, un soupir lui échappe avant qu'il ne vienne chuchoter quelques mots à mon oreille.

Je ne parviens qu'à déglutir bruyamment. Je me mord si fort ma lèvre inférieur quelle se met à saigner mais même cette amertume ferreuse sur mes papilles ne me fait pas réagir. Je me contente de baisser la tête, en fermant les yeux, laissant l'eau qui s'en échappe frapper le sol comme un filet continu. Oui, il a raison. Je le sais. Je le sens. Je voudrais le détester pour ça mais en réalité, c'est moi que je hais en cet instant. De ne pas être capable de comprendre les choses, de voir la réalité en face et encore moins de savoir m'exprimer correctement.

Si je te l'avais dis, est-ce que les choses se seraient passées autrement?


Oui, j'ai compris, mais encore une fois trop tard. Toi, tu en étais conscient, n'est-ce pas? De ce drôle de sentiment qui avait commencé à grandir mais que je craignais trop de voir éclore pour l'accepter réellement. Est-ce que, si j'avais agi autrement, tu aurais aussi choisi une autre voix? Aurais-je été capable de te sauver, comme toi tu m'avais aidé à de si nombreuses reprises?

J'ai beau continuer à interroger le silence berçant le décor nocturne qui m'entoure, aucune réponse ne me vient. Je ne sais pas pourquoi mais je suis persuadée que lui ne reviendra pas en tant qu'esprit. S'il a ainsi délibérément décidé d'en finir avec la vie, ce n'est pas pour revenir ensuite sur terre. pourtant, je l'ai espéré malgré tout. De le revoir une dernière fois, pour être capable de lui dire de vive voix ce que j'aurais dû tout simplement accepter sans me poser de questions...

Tu vas me manquer.


A présent, les étoiles hautes dans le ciel brillent d'une lueur douce et chaleureuse. Elles éclairent assez les alentours pour que je puise lire correctement les lettres gravées sur la tombe devant laquelle je me tiens toujours. Mes yeux ne pleurent plus mais sont encore humides. Mon cœur bat encore mais la douleur semble s'en être légèrement éloignée. Nous nous ressemblions beaucoup et il est vrai qu'au fond, je comptais sur lui. Pour continuer à m'épauler et à prendre les choses à la légère à ma place. Pour m'aider à me rapprocher des autres en apprenant à être simplement moi-même. Cependant, il y a une chose fondamentale qui nous différencie tous les deux...

Je n'abandonnerais pas. Jamais.


Il est écrit quelque part que je deviendrais une grande femme. Je n'y crois pas vraiment, à cette prédiction, mais si les étoiles continuent de briller, pourquoi moi, ne pourrais-je pas y arriver? Je ne suis peut-être pas forte, encore moins douée, mais j'ai la volonté de m'améliorer. Je veux voir les choses changer, en bien. Je veux encore continuer à croire et à espérer. Je ne veux pas me laisser abattre, je n'en ai pas le droit. Pour tout ceux qui ont déjà donnés leur vie pour moi et pour que plus personne n'ai jamais à le faire.

Mon regard a quitté le sol pour se fixer sur les étoiles. Doucement, je commence à chantonner cette berceuse, comme une hymne à cette voûte céleste qui observe de là-haut, silencieuse et immuable, le défilé de nos joies et de nos peines. Et si elles continuent de luire ainsi, c'est sans doute parce que, malgré tout, les bons moments ici doivent rester plus nombreux que les mauvais, non? Je n'attend pas de réponse, je sais que je n'en aurais pas. Pourtant, le calme qui s'échappe de ce simple paysage finit d'apaiser mes pleurs et mes pulsations cardiaques encore un peu saccadées.

Aujourd'hui, j'ai échoué. J'en prend douloureusement conscience. Je n'ai fait qu'accumuler les erreurs et même si le résultat final n'est pas de mon fait, je me sens en partie responsable. Mais j'ai mieux à faire que de m'apitoyer sur ce passé, à présent définitivement révolu. Si je veux vraiment avancer, si je souhaite réellement ne pas voir se répéter les mêmes horreurs, il ne me reste qu'une seule solution. Si simple et pourtant si compliquée...

Tout ça ne tient qu'à moi.


La prochaine fois, je saurais mettre les mots sur mes sentiments. Je serais capable de parler, pour de bon, et d'être capable d'exprimer clairement mon ressenti. Je saurais me servir de mes dessins pour autre chose que simplement remplir des feuilles que je ne veux plus voir demeurer blanche. Je serais capable de protéger les gens que j'aime pour ne pas avoir à les voir verser toutes les larmes qui se sont déjà frayées un chemin loin de mes yeux et de mon coeur blessé. Je n'attendrais plus qu'il soit trop tard mais je prendrais les devants.

Gaea est toujours là. En retrait, souriant doucement. Il m'ouvre ses bras fantomatiques et je viens m'y blottir, esquissant un léger sourire. Oui, la mort en soi n'est pas une fin. C'est une épreuve difficile, une leçon à retenir et souvent lourde de conséquence mais aussi une expérience obligatoire dont on fini toujours par sortir grandi. Tôt ou tard. Mes larmes couleront encore, mon coeur ne cessera pas d'être malmené, mon corps sera encore marqué et mon sang coulera de nouveau, je n'en doute pas une seule seconde. Mais au moins, je sais maintenant pourquoi je ne pourrais jamais renoncer...

Si je n'ai plus la force de le faire pour moi, je le ferais pour vous.


Maman, Gaea, Kira, Vilmos, Ewan, Thalia et tous ces gens que je connais, que je côtoie de près ou de loin mais qui font tous partie de ma vie. Et dont je fais également partie de la leur, même si certains ne le réalisent pas. Ne le savent peut-être même pas encore. Toutes ces rencontres, ces épreuves et ces combats ne sont pas là par hasard. Si je les affronte, c'est que je suis forcément capable de les surmonter. A moi de croire assez en moi pour continuer à avancer. Encore et toujours.

C’est dans l’obscurité que l’on découvre la véritable lumière.

Les étoiles brillent toujours, mais ce n'est pas leur lumière que je cherche à présent. Je n'en ai pas besoin. J'en ai trouvé une autre, bien plus précieuse et tellement plus puissante. Encore petite et plutôt faible, vulnérable et fragile sans aucun doute, mais plus résistante que n'importe quel brasier. Unique.
La mienne...

Revenir en haut Aller en bas
 
Une lueur d'espoir...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-