Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !
Félicitation à Vilmos Desgoffe und Taxis, Kira Seryk, Newton I. Mørk et Nashoba Dreiden !
Leurs RPs respectifs étant à égalités (Vilmos/Kira et Newton/Nashoba) sont élus meilleurs RP du mois !

Partagez | 
 

 Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 551
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Mer 23 Nov - 19:34

Azazel T. Geis & Shura KirigakureJ'vous cause en crimson (#DC143C)


Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille

Assise face à la porte, les bras croisés, j'suis en train de réfléchir à comment engueuler mon oncle pour tout ce temps d'absence. Voilà 3 putains de jours qu'Azazel n'est pas rentré une seule fois à la maison et qu'il n'a pas prit la peine de me prévenir... En soit, qu'est-ce que j'm'en fou ? Il est majeur et vacciné hein, mais l'minimum aurait été de déposer une p'tite lettre ou m'prévenir qu'il comptait disparaître de la population pendant des jours. Et pis franchement, si il meurt, c'est qui qui va m'prévenir hein ? Certainement pas les autres membres du Conclave hein !

Et au pire j'm'en fiche. Qu'il crève tiens ! Ca n'sera sûrement pas l'premier à me laisser tomber et encore moins le dernier, qu'est-ce que j'en ai à faire de toute façon ? J'suis bien mieux sans lui. Faisant les cent pas dans l'appart' en tentant de retenir mes larmes, j'donne un coup de pied dans ses chaussons afin d'expulser la rage naissante ; mais qu'est-ce qu'il m'a prit d'laisser rentrer un membre de ma famille chez moi hein ? J'savais que ça n'allait m'apporter que d'la merde et que j'allais le regretter, "gnagnagna, je resterai toujours là pour toi", mon cul ouais ! A la première occasion on s'barre en laissant Roxane toute seule encore une fois et on s'fiche de savoir si elle va bien ou pas ! C'est qui le prochain ? San ? Bloodyne peut-être ? Ou le raton laveur tiens ! J'suis sûre qu'il prévoit un plan pour s'évader lui aussi.

Alors que j'continue d'expulser ma rage en lançant divers objets dans mon appart' en insultant de tous les noms le tonton, j'entends que l'on frappe à ma porte. J'm'arrête quelques instants en me demandant si on a réellement frappé ou non, p't'être que je commence à halluciner ? Mais non c'est bien quelqu'un qui a décidé de venir dans ce merdier pour une raison qui m'est totalement inconnue. Eh, avec un peu d'chance c'est l'autre rouquin qui pense que pas m'donner des nouvelles était une bonne chose ; ouvrant la porte à la volée, j'sens que mon cœur a tenté d'se faire la malle mais que ma cage thoracique a été plus forte que lui.

Face à moi, une femme à la chevelure rouge et aux yeux couleur or me regarde avec insistance et un léger malaise. T'façon, je la regarde de la même manière. Le temps s'est arrêté en cet instant et j'me demande pourquoi elle est ici... J'veux dire, comment elle a eu mon adresse et surtout qu'est-ce qu'elle vient faire ici ? Cette femme se trouvant face à moi se nomme Lucille Shimin et est entre guillemet responsable de ma triste vie, j'serais pas c'que j'suis aujourd'hui si elle ne m'avait pas abandonnée. De toute façon, elle et son mari sont trop cons pour que je les accepte comme parents alors c'est même mieux qu'ils m'aient laissée à l'orphelinat ; me refermant comme une huitre et serrant la main contre la porte, j'lance un dur regard à la femme que j'suis censée appeler "Maman".

- J'peux savoir c'que vous faites ici ?

- Est-ce que je peux rentrer ?

- Non.


M'apprêtant à lui claquer la porte au nez, elle pose une main sur celle-ci en expliquant qu'elle est venue ici de la part d'Azazel. Évidemment, c'con s'est permit de lui donner mon adresse en pensant que j'serais sûrement ravie de revoir sa sœur ; j'lui toucherai quelques mots la prochaine fois que j'le vois. A contre cœur, je laisse entrer Lucille qui prend le temps de regarder l'appartement dans lequel je vis depuis quelques années, sûrement doit-elle se moquer intérieurement de ma pauvreté tandis qu'elle vit dans une grande et luxueuse maison dans laquelle elle peut faire des repas de famille avec tout le monde, où elle peut offrir de beaux cadeaux de Noël au pied d'un magnifique et gigantesque sapin. Au pire j'lui demande pas de vivre ici, j'voulais même pas qu'elle rentre. Faisant comme chez elle, elle relève une chaise afin de venir s'asseoir dessus tout en jetant un certain regard sur moi... Qu'elle arrête, ça m'fou mal à l'aise.

- Tu as l'air heureuse ici... Tu ne manques de rien au moins ?

- Non.


Qu'est-ce que ça pouvait lui faire que j'manque de thune, d'amour ou d'autre chose ? Si elle m'a abandonnée, c'pas pour venir me demander 25 ans plus tard si j'manque de quelque chose. Elle est conne celle-là.

- Tu sais... Quand tu es née, je n'ai pas voulu t'abandonner... A vrai dire, j'étais prête à te garder mais ce sont tes grands-parents qui ont insisté. Je voulais t'appeler Fiona, comme ma grand-mère et...

- Écoutez, j'm'en fiche de savoir d'où vient ce prénom. Vous avez décidé de m'abandonner et aujourd'hui c'est Roxane que je m'appelle, si votre but est de vous excuser et rattraper le temps perdu c'est trop tard. J'veux pas de vous dans ma vie et je ne vous considérerai jamais comme une mère, je n'en ai jamais eu et je m'en suis très bien sortie.

- Oui... C'est... c'est normal...


Elle avait l'air bien déçue de ce que j'viens de lui dire mais au fond ce n'est que la stricte vérité. Elle pensait que venir formuler quelques excuses allait suffire et que je serais prête à lui sauter dans les bras, les larmes aux yeux en lui disant à quel point elle m'a manquée ? J'sais pas ce que ça fait d'avoir une mère alors comment on peut ressentir un manque quand on n'l'a jamais eu. Croisant les bras mettant fin à toute signe de discussion, j'préfère rapidement l'écourter avant qu'elle ne décide de raconter d'autres trucs et de vendre son cercle familial.

- Vous aviez dit que vous étiez venue de la part d'Aza', est-ce qu'il va bien ?

- Pas vraiment... Il a été attaqué et il a finit à l'hôpital. Il est là-bas depuis 3 jours avec ta tante Shura,je ne sais pas quand ils pourront sortir.


Moi qui pensais qu'il m'avait laissé tombé, j'me suis complètement trompée et j'ai presque envie d'me mettre des claques pour avoir autant douté de lui. J'cours dans ma chambre afin d'enfiler une veste le plus rapidement possible et me roule presque par terre pour enfiler rapidement mes chaussures ; j'demande ensuite à Lucille de sortir de mon appartement et la plante devant la porte pour me mettre à courir en direction de l'hôpital sans même l'attendre. J'crois qu'elle m'a appelée quelques fois en me demandant de l'attendre mais j'l'ai rapidement semée et suis passée par les petites rues pour arriver rapidement dans l'hosto. Entrant comme une furie dans l'établissement, j'cours vers l'accueil où je m'écroule presque contre le comptoir.

- Azazel Geis et Shura Kirikékechose, quelle chambre ?

- Votre nom ?

- Roxane Sharpe.

- Z'êtes pas dans le dossier des proches à prévenir.


Me dit-elle après avoir fouillé dans les dossiers. Alors quoi, une amie ne peut plus aller voir des gens ? Apparemment non, les blessures sont suffisamment importantes pour ne laisser entrer que des personnes de confiances pour l'instant... Une genre de "sécurité" pour empêcher certaines personnes de terminer le travail. Je bataille donc pendant cinq minutes à lui expliquer que j'suis leur nièce et donc un membre de la famille et ainsi j'ai le droit d'aller les voir ; mais soit j'suis tombée sur une attardée du bulbe qui n'veut rien comprendre soit c'est l'genre de personne à aimer faire chier les gens. A deux doigts de passer par dessus le comptoir pour fouiller moi-même dans les dossiers, j'm'apprête à lui hurler d'me laisser passer quand j'entends une fois familière.

- Laissez-là y aller.

Me tournant vers cette voix, Lucille m'a suivit jusque ici et me sert de laisser passer au grand désespoir de la dame d'accueil aussi aimable qu'une porte de prison. Après avoir reçu l'information tant désirée, j'lui offre un mémorable fuck avant de courir en direction de leur chambre, j'vais sûrement finir par faire une crise cardiaque mais au pire balec j'suis dans un hosto. Z'ont bien des appareils pour me réanimer et avec un peu d'chance, c'est un beau-gosse qui m'fera du bouche à bouche. J'arrive enfin à la porte tant cherchée et hésite quelques instants avant d'ouvrir, dans quel état est-ce que j'vais les trouver tous les deux ? Prenant mon courage à deux mains, j'entre finalement dans la chambre en retenant mon souffle... Au moins ils sont en vie.

- Aza'... Shura... Mais... Qu'est-ce qu'il vous est arrivé bon sang ? Vous savez que vous m'avez filé les chocottes tous les deux ! Disparaître pendant 3 jours... Pourquoi vous ne m'avez pas prévenu plus tôt hein ?!












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Jeu 24 Nov - 11:26





 Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille

J'ai soif !!!!! Putain mais c'est pire qu'une prison ici ! Pourquoi j'ai eu cette brillante idée de me mutiler déjà pour me retrouver dans cet endroit où on nous empêche de se faire plaisir avec un peu d'alcool. L'alcool n'a jamais fait de mal à personne alors soyez sympa, donner moi un peu de picole que je me détende et que j'arrête de vous faire chier surtout parce que si je n'ai pas ce que je veux, je vais continuer de gueuler. Puis surtout c'est quoi ces vêtements de merde ? Une blouse où si je me lève on voit mon cul, je sais que mon cul est sublime, mais quand même, ce n'est pas une raison de l'afficher devant tout le monde dès que j'ai envie d'aller pisser ou bien juste me balader. Enfin apparemment on peut l'attacher pour éviter que ça arrive, mais j'y arrive, en même temps c'est ça d'avoir mit un de mes bras en plâtre le temps qu'il guérisse et quand personne ne veut m'aider, c'est encore mieux. Bah on va dire que comme ça ils peuvent voir un truc de beau et que c'est agréable de voir un si beau fessier, sûrement pour cela qu'il y a beaucoup de personne qui traîne dans la chambre et autour de moi quand je marche un peu. Mais bon, le frérot est là pour les faire dégager, j'crois qu'il n'aime pas trop qu'on reluque sa sœur de la sorte.. Bah si tu m'aiderais à fermer ma blouse du con cela irai mieux.

Puis c'est quoi cette idée de m'avoir mit dans la même chambre que lui, il ronfle à mort cet abruti ! On aurait très bien pu me mettre dans une chambre seule, j'aurai pu dormir en paix et surtout personne pour me faire chier... Mouais, en fait le mieux aurait été d'être mit avec un inconnu, au moins j'aurai pu le faire chier sans que je le connaisse ou sans la possibilité de le revoir plus tard, mais non, fallait que je me tape la même chambre que lui, sûrement parce qu'on est de la même famille qu'ils ont décidés de faire cela. On va dire que ce n'est pas si mal quand même, je peux lui piquer sa bouffe quand il a le dos tourné ou parti ailleurs. Déjà que la bouffe est dégueulasse, mais vu la quantité qu'ils donnent, ils pourraient en donner plus afin de pouvoir vraiment reprendre des forces et guérir. Enfin bref, ça doit faire trois jours qu'on est dans cette merde là tous les deux, on a sûrement explorer un peu tous les sujets de conversation, puis ce n'est pas les visites qui se bousculent à la porte. Il n'y a eu que Lucille qui est passé un coup histoire de prendre des nouvelles, puis bah plus rien. Pas comme si je m'attendais à voir dix mille personne me rendre visite, mais au moins plus que la sœur cela serait bien, j'sais pas moi.. Un amoureux mystère qui s'inquiétait pour moi, le maire parce qu'il s’inquiète pour moi ou même le clodo du coup, j'm'en fou je veux juste de la visite putain ! Et de l'alcool, cela serait cool si on me ramène de la picole, et un bon saucisson avec tiens, j'ai la dalle !

Le truc cool, c'est qu'ils sont toujours à l'heure pour la bouffe. L'infirmière rentra dans la chambre pour venir me donner mon plateau repas, ainsi que celui pour le frère qui était toujours entrain de dormir dans le lit à côté de moi alors elle déposa simplement le plateau sur la petite table entre lui et moi. Bon ce n'est pas le grand luxe, mais on va dire que ça va, les compotes sont bonne, déjà bien. J'enfile directement ma compote d'ailleurs, autant commencer par quelque chose de bon, puis je piquerai celle du frangin histoire de bien finir mon repas. Tellement, ridiculement, petit que je l'ai limite fini en deux bouchées, mais bon, autant se faire la purée maintenant. Dégueulasse, mais on va dire que ça passe. Putain je m'emmerde, faite qu'il se passe quelque chose aujourd'hui, et dire que je dois rester encore une semaine au moins.. Je tiendrai jamais sans ma picole. La bouche pleine de purée, la fourchette à moitié dans ma bouche encore, une meuf entra en furie dans la chambre, une rousse. Enfin quelqu'un qui n'est pas de la famille vient me rendre visite, cela peut pas être pour l'autre là qui dort, on reçoit pas de visite quand on dort après tout. Elle voulait savoir de nos nouvelles, comme si on avait vraiment le choix de rester là, sortir pour donner des nouvelles, elle est drôle elle, mais il y avait une question bien plus importante à poser à ce moment précis ; la bouche pleine de purée, tant pis, faut que je lui demande !

« Tu m'as ramené à boire ? On me séquestre, on me prive de mon alcool chéri ! »

Absolument pas glamour, comme d'hab quoi, je crache à moitié ma purée qui se trouvait dans ma bouche, mais j'arrive à en garder une bonne partie, c'est le bon côté de la chose qui faut voir après tout ! Mais bon, vu sa tête, je ne pense pas qu'elle a mon saint Graal, puis elle n'a pas l'air de tenir quelque chose entre ses mains.. Bon bah tant pis, cela sera pour une prochaine fois après tout ; la prochaine fois elle me ramènera en douce un petit Whisky ou n'importe quoi d'autre, elle est au courant désormais. Puis l'autre qui dort encore, mais putain on a de la visite alors réveille toi ! Vu que le bruit n'a pas l'air de vouloir le faire bouger de son sommeil, j'attrape mon pot de compote vide de mon bras valide pour balancer cet objet en plein dans la gueule du frérot pour qu'il se réveille enfin ! Genre il va croire que je vais pioncer alors que l'autre rousse est là, elle est venue voir les deux, pas simplement une déesse et une loque qui pionce au moins Vingt heures par jour, et puis quoi encore ! Avec mon paquet vide dans la gueule, et ma douce voix, il va vite être réveiller, c'est l'avantage.

« Oh frérot ! Réveille toi, il y a ta « ni-è-ce » qui est là ! »

Un mot dit avec plein de sous-entendu pervers, en même temps chacun utilise les termes qu'ils préfèrent, certains disent nièce alors que d'autre dise pute, chacun ses termes après tout.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Jeu 24 Nov - 12:48

Wesh






J'étais fatigué ses derniers temps et le fait de finir à l'hopital pendant un petit moment me permettait de remplir ses trous dans mon sommeil.... Enfin ça faudrait déjà que je lui passe car on a foutu le pire Fléau de l'humanité dans cette putain de chambre.... Ma soeur. Je sais même pas comment j'ai fais pour me maitriser pour pas la chopper et la suspendre dans le vide par la fenêtre ! Elle arrêtait pas de se plaindre et chialer pour son alcool. C'est normal qu'elle trouve pas d'homme ! Elle est infecte pour le coup je trouve que Roxane est une putain de perle à côté d'elle quand même.

Enfin bref, aujourd'hui je dormais tranquillement le ventre bien pleins grâce a des provisions caché que mes amis qui venait me rendre visité m'avait apporté en cachette. Hors de question de partager avec l'autre sangsue, elle prendrais tout pour elle ET je taxe déjà assez toute l'année pour ses conneries donc va falloir songer à me laisser ma bouffe tranquille. Alors que je dors silencieusement sur le côté, je rêve d'une grande choppe de bière que j'escalade l'eau à la bouche ... C'est vrais que sur ça elle a pas tord... Un peu d'alcool ferait pas de mal quand même, mais bon il faut croire que l'hôpital est fait pour achever les pauvres malades. Faut dire que la bouffe ... Même Roxane cuisine mieux qu'eux quoi et faut le faire ça !

Alors que je dors tranquillement dans mon lit, entendant l'autre folle ronchonner de l'autre côté de la pièce j'entends vaguement quelqu'un dire:

- Aza'... Shura... Mais... Qu'est-ce qu'il vous est arrivé bon sang ? Vous savez que vous m'avez filé les chocottes tous les deux ! Disparaître pendant 3 jours... Pourquoi vous ne m'avez pas prévenu plus tôt hein ?!

Je grince un peu des dents et lance un:

-LA FERME SHURA

Oui j'ai confondu ma nièce et ma soeurn pour ma défense... J'entends Shura se plaindre 24/24H depuis 3 jours faut me comprendre un peu. Alors que je viens mettre mon oreiller sur la tête et me retourner dans le lit ventre contre le matelas. Je soupire encore plus longuement et viens faire tomber un paquet de chips vide au sol en me tournant faisant tomber plein de miette sur le sol. Alors que je continue de dormir je sens un truc arriver sur mon visage et sursaute entendant:

« Oh frérot ! Réveille toi, il y a ta « ni-è-ce » qui est là ! »

Je regarde l'autre tâche qui me sert de soeur, oh putain je vais la tuer... Alors que je me redresse je vois Roxane dans la chambre:

- Oh Roxane t'es venu me voir c'est gentil o/

Ouai moi qui voudroit voir l'autre tâche qu'arrête pas de râler et mandier de l'alcool comme pas possible ! Alors que je viens prendre sur ma table de chevet un livre, je la balance en pleine gueule de Shura:

- Et toi surtout LA FERME !

Je grinçais des dents, ou y allait avoir un mort avant la fin de l'hospitalisation.


❀ L A E


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 551
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Jeu 24 Nov - 21:06

Azazel T. Geis & Shura KirigakureJ'vous cause en crimson (#DC143C)


Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille

- Aza'... Shura... Mais... Qu'est-ce qu'il vous est arrivé bon sang ? Vous savez que vous m'avez filé les chocottes tous les deux ! Disparaître pendant 3 jours... Pourquoi vous ne m'avez pas prévenu plus tôt hein ?!

Quand même, ça aurait été sympa d'envoyer une p'tite lettre ou demander aux médecins de venir me chercher pour que j'aille faire un tour et surtout pas m'envoyer leur conne de sœur ; j'suis sûre que c'est d'sa faute si j'suis là que maintenant. Au lieu d'une ola générale à laquelle je m'attendais, l'un me demande de fermer ma gueule tandis que l'autre souhaite la picole... A se demander si ils ne seraient pas trompés en les laissant ici et que le service psychiatrique se trouve quelques étages plus haut ; mais j'vais simplement me contenter d'hocher la tête et me dire que j'ai une famille tout à fait normale.

J'n'ai même pas le temps d'en placer une que mon oncle se recroqueville dans son coin pour éviter d'entendre quoi que ce soit tandis que ma tante s'empare de sa compote pour lui lancer dessus en espérant le faire réagir... Moi qui pensais être une vraie emmerdeuse, j'crois que j'suis loin de dépasser le maître ou plutôt la maîtresse. J'peux même pas espérer en place une que Shura continue de s'exciter pour réveiller son frère et que ce dernier est prêt à aller la défoncer jusqu'à ce qu'il me remarque enfin... J'fais juste un bref coucou de la main pendant qu'il balance un peu de lecture dans la gueule de ma tante dont le "nièce" a sous-entendu beaucoup de choses.

- Et toi surtout LA FERME !

- Eh beh tout s'passe bien ici.


Z'ont l'air heureux tous ensemble dans la belle, grande et heureuse famille que nous sommes... En fait maintenant que j'suis ici, je ne sais même pas ce que je pourrais dire puisque j'me rends compte que... Bah à part engueuler Aza', j'n'ai pas vraiment de sujets à lancer. Mais alors que je voulais faire un pas pour aller m'asseoir dans un coin de la pièce, une infirmière entre dans la chambre comme une furie armée d'une seringue et dont, je pourrais presque le jurer, une petite fumée sort de ses oreilles et de ses narines. Oh.

- Bon maintenant vous allez vous calmer tous les deux ! Le prochain que j'entends crier aura double dose de morphine ! Je pourrais peut-être avoir la paix enfin.

Charmante dame en tout cas. Patiente, calme, généreuse, toutes les qualités pour devenir infirmière en somme. Mais alors que j'faisais ses p'tites réflexions intérieures, la gentille dame lance sur moi un regard menaçant à tel point que j'me demande si elle ne sera pas pour moi la prochaine dose de morphine.

- Et ça vaut aussi pour vous jeune fille !

J'hoche timidement la tête tandis que miss douceur fait demi-tour pour aller dans la chambre d'en face... Par mesure de précaution, j'pousse la porte histoire que ça puisse atténuer les cris que Shura pourrait faire dans les prochaines minutes. Le silence revenu, j'regarde mon oncle et ma tante en m'demandant si ils ont dû supporter Xena la guerrière depuis leur arrivée ; franchement, là j'me demande qui est le plus à plaindre.

- Eh bah c'est la grosse ambiance ici avec Xena la guerrière.

Sauf que elle, au lieu d'avoir une épée elle a une seringue... Et j'crois que c'est tout aussi efficace. Manquerait plus que ce soit une Elementis ou une Domae et là ils sont cuits ! Quoi que... Le pire serait qu'elle ait un pouvoir ou qu'elle n'en ait pas mais qu'elle arrive quand même à les calmer tous les deux ? Restant à l'entrée pour éviter d'autres projectiles qu'ils pourraient se lancer à la figure, je m'adosse contre le mur en regardant leur état à tous les deux...

- J'peux savoir ce qu'il vous est arrivés ? Et d'ailleurs tu te rends compte oncle Aza' que j'me faisais un sang d'encre de pas te voir rentrer depuis 3 jours ?! C'était trop compliqué de demander à ton As ou tes Valets d'me faire un p'tit coucou au lieu de m'envoyer ta sœur ?!












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Ven 25 Nov - 10:55





Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille

Putain, moi c'était gentil quand même, simplement un pot vide, ça fait pas mal ça, ça réveille juste, tu n'es pas obligé de me balancer un bouquin en pleine gueule de la sorte et m'insulter ! S'pece d'ingrat ! C'est qui qui t'aide quand t'a besoin ?! C'est qui qui prenez soin de toi ?! C'est m... Ah bah non c'était pas moi... On va dire que c'était moi, nah, s'pece d'ingrat, tout ce que j'ai à dire. C'est que ça fait mal de se prendre un bouquin dans la tronche, j'en ai presque craché ma purée à cause de lui, mais la bouffe reste sacrée, même si c'est dégueulasse, je la mangerai entièrement ! Cela fait quand même bien mal, j'sais pas c'était quoi comme livre, mais si je me frotte pas le front je vais souffrir demain, enfin toute la journée pour être plus précise, mais bon, je vais avoir mal quoi. En tout cas on ne s'ennuie plus maintenant que la rouquine est arrivée, c'est déjà ça, je ne me fera pas envoyé chier toute la journée et il va avoir un peu d'animation, surtout si elle veut bien invoquer son petit animal que je lui fasse de gros câlin, lui, il est gentil, pas comme l'autre là qui ne veut même pas partager sa bouffe ou avoir un mot gentil pour sa sœur !

Une furie.. Une vraie furie vient de rentrer dans la chambre, enfin pas vraiment le monstre, mais plutôt l'infirmière qui s'occupe de nous. J'sais pas pourquoi, elle me fait peur c'te meuf là, toujours à vouloir me faire une piqûre ; faudrait lui dire un jour que je ne suis pas une droguée, j'suis alcoolique certes, mais pas droguée, j'ai mes limites tout de même. En tout cas comme à son habitude elle est toujours vénère, prête à frapper tout le monde si on la laissait faire. Je ne disais rien en sa présence, me cachant presque sous mon drap, laissant juste apparaître le haut de mon visage, genre j'suis cachée et donc elle ne me verra pas tu vois le genre. Comme d'hab, menace de piquouse si jamais on ne reste pas sage, j'en ai encore mal à mon cul à force de m'en prendre plein de sa part, c'est horrible, ça fait mal, et après j'suis stone, j'aime pas ça. J'attends tranquillement qu'elle termine sa réprimande et qu'elle sorte de la pièce pour sortir de ma cachette et lui tirer la langue. Nah, méchante infirmière qui ne prend pas soin des patients, mérite pas mieux d'abord ! On va attendre un peu et puis après on recommencera comme d'hab, au pire elle me fera une piqûre et on recommencera demain, elle n'a pas compris que plus on me fait ça et plus je vais rester longtemps, elle en aura marre avant moi après tout, tous des lâcheurs ces gens, personne n'est assez patient avec moi, ils sont toujours fatigué avant c'est fou. Vu que la rouquine veut savoir pourquoi on est là, autant lui dire hein.

« Non, mais pour une fois que je décide de rendre visite à l'autre là, juste pour passer le bonjour... et voir s'il n'a pas un peu d'alcool en rab...Y'a un truc là qui me tombe dessus et me marave la gueule avant même que je bouge. Heureusement qu'elle m'a oublié après pour que je puisse ramper jusqu'à l'hosto. Si je retrouve ce machin là, j'vais lui défoncer sa race à l'autre thon ! »

J'bouge dans tous les sens en gueulant, même si j'ai dû mal à cause du plâtre et mine de rien ça fait mal tout ce que j'ai. J'sais pas pour combien de temps j'en ai à rester ici, mais je partirai pas demain ça c'est sûre. Puis bon, mon explication est tout à fait logique et tombe sous sens, j'suis trop bonne pour le mensonge et suis toujours trop mignonne alors tout le monde me croit parfaitement quand je dis quelque chose et en plus quelque part c'est la vérité, hormis que je ne suis pas un thon, mais une déesse, cela reste qu'un détail quand même. Faisant une tête de gamine, je m'attaque de nouveau à ma purée, faisant une bouille vénère, j'enfile toute ma purée comme il faut pour réussir à la finir, me restait plus grand chose de toute façon donc ça va, j'ai pu la finir rapidement. Par contre faut que j'trouve une méthode pour chiper la compote du frangin, faut que je fasse diversion pour le lui chourer, j'suis sûre que ça va marcher et vais pouvoir manger encore un peu, c'est que j'ai encore faim hein, ça me nourrit pas cette vieille purée et une petite compote !

« Tu connais ce truc toi ? C'est encore une ancienne « nièce » mécontente que tu en as trouvé d'autre ?.. Oh ! Un éléphant rose ! »

Je pointe du doigt l'autre côté du plateau pour qu'il regarde de l'autre côté et sans même voir si cela fonctionne, je me jette comme je peux sur le plateau du frangin histoire de lui voler sa compote pour que je puisse la manger également, j'ai faim et ma technique est infaillible !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Ven 25 Nov - 11:46

Wesh






Alors que je mon livre fait mouche dans la tête de l'autre adoptée, j'entends la porte s'ouvrir et voit débarqué un terrible ennemi ! Pendant qu'elle purge sa seringue elle nous hurle de nous calmer dans cette chambre. Oh mon dieu, je n'aimerais pas me battre contre elle ... J'ai pas encore eu le droit à la dose de morphine par chance je crois. Car quand je vois l'état de l'autre avec quelques piqûres ... quoi que je pourrais enfin dormir en fait c'est cool. Pendant qu'elle referme la porte pour surement rendre la justice sur son territoire avec une mise en garde pour ma nièce, Roxane nous déclare:

- J'peux savoir ce qu'il vous est arrivés ? Et d'ailleurs tu te rends compte oncle Aza' que j'me faisais un sang d'encre de pas te voir rentrer depuis 3 jours ?! C'était trop compliqué de demander à ton As ou tes Valets d'me faire un p'tit coucou au lieu de m'envoyer ta sœur ?!

Alors que j'ai pas le temps de répondre que Shura est déjà sur le coup, je me demande comment elle fonctionne, je pensais que c'était à l'alcool mais elle a autant d'énergie que d'habitude ça en est même flippant à vrais dire ...:


« Non, mais pour une fois que je décide de rendre visite à l'autre là, juste pour passer le bonjour... Y'a un truc là qui me tombe dessus et me marave la gueule avant même que je bouge. Heureusement qu'elle m'a oublié après pour que je puisse ramper jusqu'à l'hosto. Si je retrouve ce machin là, j'vais lui défoncer sa rare à l'autre thon ! »

Je la regarde et évite de dire ... Ouai t'es encore torché et tu as été volé puis ça c'est mal passé, tu trompes personnes l'alcoolique ! Mais j'évite de le dire je suis respectueux moi ! C'est pour ça que j'ai pas 36 points sur le cul, trace de piqure, signe de Xena La guerrière et de ses 36 victoires sur toi ! TU PEUX PAS TEST. Je tousse doucement:

- Moi les Valet et Joker savent même pas ou je suis .... Leur roi leur manque je vois ça !

Je soupire doucement et vient presque verser une petite larme. je fais tellement d'effort et voila comment il me remercie ses ingrats ?! Je rage un peu dans mon coin ! SEPHI SALAUD, REVIENT PRENDRE TA PLACE ! Je soupire et continue mon histoire:

- Puis je me suis fais attaquer chez moi, dans mon temple, une folle avec son épée. Et disons que j'ai joué un peu avec elle et à la fin je suis tombé dans les vapes à cause du forte grippe .... Car quelqu'un à pas fermé les fenêtres comme je lui es demandé la veille.


Je dis pas de nom mais je le pense très fort ce nom. Je souris tout de même et regarde Roxane:

- Ca me fait plaisir de te voir sinon ... Tu vas bien toi Roxane ?


Je la regarde quand Shura m'interpelle soudainement et me dis:

« Tu connais ce truc toi ? C'est encore une ancienne « nièce » mécontente que tu en as trouvé d'autre ?.. Oh ! Un éléphant rose ! »

Je tourne la tête doucement et la retourne vers Shura mettant ma main sur son visage pour la bloquer:

- AH NON PAS 3 FOIS DE SUITE !

Je la maintiens à distance de ma compote, c'est la mienne casse toi veille peau. Je la pousse et regarde Roxane:

- Va chercher Xena ! Dit lui que l'autre folle a encore piquer dans les réserves des infirmières :B

Ehwai, je le sais que tu es allez cherché du rab, tu vas te prendre une ou deux piqûres ça va te calmer rouquine de mes 2. Alors que je prend la compote et viens l'ouvrir de mon autre main ,j'essaye de venir l'engloutir comme un flamby.

- Tu me voles mon pognon toute l'année tu vas laisser ma compote tranquille !

J'arrive pas à l'engloutir car elle le veut vraiment sont truc, alors que je commence à avoir mal au torse, je lui tends ça fichu comporte .... Grrrrrr



❀ L A E


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 551
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Dim 27 Nov - 0:12

Azazel T. Geis & Shura KirigakureJ'vous cause en crimson (#DC143C)


Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille

- J'peux savoir ce qu'il vous est arrivés ? Et d'ailleurs tu te rends compte oncle Aza' que j'me faisais un sang d'encre de pas te voir rentrer depuis 3 jours ?! C'était trop compliqué de demander à ton As ou tes Valets d'me faire un p'tit coucou au lieu de m'envoyer ta sœur ?!

Action. Réaction.

-  Non, mais pour une fois que je décide de rendre visite à l'autre là, juste pour passer le bonjour... Y'a un truc là qui me tombe dessus et me marave la gueule avant même que je bouge. Heureusement qu'elle m'a oublié après pour que je puisse ramper jusqu'à l'hosto. Si je retrouve ce machin là, j'vais lui défoncer sa rare à l'autre thon !

- Sors d'ici déjà, on verra ensuite si tu s'ras vraiment capable de maraver la gueule à quelqu'un.


M'enfin, entre nous j'pense qu'elle était trop torchée et qu'on a voulu lui voler le peu d'truc qu'elle avait sur elle... Donc pas les vêtements déjà et franchement vu ce qu'elle porte, j'vois pas trop où elle aurait pu planquer un quelconque billet. Bref, elle j'ai l'explication. Mais lui, j'veux bien reconnaître que ma tante n'est pas fut-fut et qu'elle a pas l'air très grande combattant mais lui... LUI LA. Il est Roi oui ou merde ?! D'où un Roi maîtrisant la foudre ça termine à l'hosto ? J'espère au moins pour lui que son adversaire était un gars de trois mètre de haut maîtrisant tous les éléments en même temps sinon j'veux même plus le reconnaître comme étant mon oncle. Trop honte.

- Puis je me suis fais attaquer chez moi, dans mon temple, une folle avec son épée. Et disons que j'ai joué un peu avec elle et à la fin je suis tombé dans les vapes à cause du forte grippe .... Car quelqu'un à pas fermé les fenêtres comme je lui es demandé la veille.

Plaçant innocemment mes mains dans mon dos, je lève les yeux au ciel en faisant mine d'être au courant d'rien... Mmh, méchant Chips, par sa faute not' tonton a faillit mourir. Quand même, crever d'une mauvaise grippe, ça aurait été vraiment vraiment très con... Surtout si c'est moi qui devrait m'charger des obsèques "Mort au combat suite à une mauvaise grippe" n'est clairement pas c'qui devrait figurer sur la tombe d'un héros... Mais n'ayant de respect pour personne, j'me ferais évidemment une joie de salir sa réputation auprès de touuuus.

- Ca me fait plaisir de te voir sinon ... Tu vas bien toi Roxane ?

- Oh bah moi ça...

- Tu connais ce truc toi ? C'est encore une ancienne « nièce » mécontente que tu en as trouvé d'autre ?.. Oh ! Un éléphant rose !


Tournant la tête en direction de l'éléphant rose en question, mon attention est aussitôt reportée vers ma famille lorsque j'entends un bruit de plateau s'entrechoquer... Tonton Aza' qui bloque la main d'tata Shura qui a tenté d'lui d'Shurer sa compote.

- AH NON PAS 3 FOIS DE SUITE !

Ah parce que c'n'est pas la première fois qu'elle lui pique sa compote ? Non mais franchement, il s'passe quoi dans cette chambre ?! Tu m'étonnes que l'infirmière pète un câble avec ces deux-là. D'ailleurs, l'roux me demande d'appeler Xena en renfort, mais très franchement j'me vois mal gueuler "XENAAAAAAA" dans l'couloir de l'hôpital sachant que c'est moi qui vais m'prendre la piqure dans l'cul pour avoir osé défier les Dieux. Alors non, j'les laisse régler cette histoire de compote seuls. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'prends une chaise et m'laisse tomber dessus, afin d'observer attentivement ce combat d'attarder pour une bouffe dégueu.

- Tu me voles mon pognon toute l'année tu vas laisser ma compote tranquille !

Et finalement Aza' lui tend sa compote... Secouant la tête d'un air déçu, j'comprends maintenant pourquoi il a perdu aussi facilement dans son temple ; si il ne peut déjà pas rivaliser pour garder une simple compote, tu m'étonnes qu'il ait eu dû mal à rester en vie. La porte de la chambre s'ouvre de nouveau et j'retiens mon souffle en disant que notre dernière heure vient d'sonner mais au lieu de voir débarquer une furie, c'est leur charmante sœur qui entre timidement dans la chambre avec un sourire aux lèvres qui s'veut sûrement doux envers tous les membres de sa précieuse famille. 'tain mais gardes tes sourires d'faux cul pour ton mari et ton fils.

- Vous savez que l'on vous entend depuis l'autre bout du couloir !

Dit-elle en rigolant.

- Et alors, ça pose un blem ?

Dis-je sur un ton froid. C'clair que c'est pas aujourd'hui qu'elle peut espérer renouer les liens avec moi, j'accepte déjà son frère parce que lui il est sympa et j'accepte sa sœur parce qu'elle est cool. En gros tout l'inverse de ce qu'elle peut être. Lâchant un long soupire, j'fusille du regard Aza' en m'demandant intérieurement si il avait 50° de fièvre pour proposer une idée aussi débile que celle-là... Il veut pas non plus m'inviter au repas d'Noël aussi histoire qu'on soit encore plus mal à l'aise et qu'on foute une ambiance encore plus à chier ?

- Z'allez rester combien d'temps ici ?

'peuvent peut-être rentrer maintenant hein... Au final, si ils arrivent à s'battre pour une compote, ils peuvent très bien continuer leur p'tite vie chacun d'leur côté, chez soit. Surtout que l'frigo commence à être vide. Que j'mange sandwich depuis trois jours parce que mon cuistot est partit en vacances ici et que j'm'ennuie comme un rat mort à la maison... Pis c'pas avec Chips et ses tours de magie ridicules que j'vais m'enjailler. D'ailleurs parlant du raton, le voilà qui entre dans la chambre sous mon regard interrogateur -il était où putain ?- et étonné d'la rouquine qui m'sert de mère et qui doit sûrement se dire "mais c'est quoi cette chose ?".

- Du coup j'suis venue avec Chips... Il s'inquiétait d'plus te voir à la maison. Et pis moi j'dois avouer que ta cuisine me manque... Surtout qu'le frigo commence à être vide à la maison donc faudra aller faire les courses et ça fait trois jours que j'mange sandwichs, j'en ai grave marre.

- Chips... Est-ce ton familier ?


Soupirant, j'tente de garder mon calme devant sa question qui m'donne envie d'lui mettre des baffes tellement qu'elle est conne... Bawi, t'as cru qu'j'faisais un élevage de ratons laveurs et que j'en avais ramené un histoire d'divertir les enfants qui m'sert d'oncle et d'tante ? Tss, même pas j'réponds à sa question conne et détourne le regard en direction d'mon "familier" qui est déjà monté sur le lit d'ma tante pour tenter d'lui piquer la nourriture sur le plateau. Mmh, tous aux abris mesdames et messieurs, la guerre est déclarée.












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Dim 27 Nov - 15:49





 Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille

C'est ma compote espèce de sagouin ! Enfin non c'est la tienne, mais c'est la mienne alors lâche là maintenant et laisse moi bouffer cette compote. C'est qu'il a encore de la force pour me retenir et pour pas que j'approche de ma bouffe. Je ne vais pas me laisser faire et vais réussir à lui voler, cela ne va pas être compliqué, il est infirme.. Moi aussi mais bon, j'suis trop bonne pour lui il va céder ! Le choc.. Il vient de gober ma compote, vas y étouffe toi avec espèce d'ingrat ! Bien fait pour ta gueule, fallait pas lutter contre la déesse Shura, c'est le bon dieu qui te puni d'être aussi égoïste envers ta sœur chérie ! Maintenant il sait qu'il ne peut pas lutter contre moi, la preuve il me file sa compote, du moins le reste de sa compote, c'est déjà mieux que rien à vrai dire, j'vais pouvoir manger un peu plus, puis j'ai encore un peu de réserve sous mon oreiller, dès qu'il dormira je viderai ma cachette de bouffe. Faut savoir comment tenir à l'hôpital, toujours utiliser toutes les méthodes possible pour survivre, c'est comme ça ; même pas en rêve je partage par contre, c'est ma bouffe !

Tiens, voilà la sœurette qui fait son entrée, toujours aussi coincée de ce que je remarque, mais bon, j'm'en fou un peu, j'ai ma bouffe alors je mange tout simplement et toute façon il y a tellement de monde qu'elle va pouvoir discuter avec les autres. Heureusement qu'elle n'est pas venue avec l'autre gland là, je lui aurai balancé avec joie ma compote vide dans la gueule à lui par contre. Enfin bref, discussions de merde en approche, d'habitude je suis bourrée pour supporter leur conversation, mais là je suis sombre.. Cela doit être tellement ennuyant une discussion sans alcool entre le frère et la sœur, mais bon, on va dire que je vais pouvoir supporter cela quelques minutes, en plus je mange donc on va dire qu'ils vont peut-être m'oublier. Heureusement que la petite rouquine fit apparaître son animal, il est trop mignon lui, surtout qu'il vient de lui-même jusqu'à moi, il est trop choupinou ! J'essaye de l'attraper pour lui faire un gros câlin, mais j'ai vachement du mal avec un seul bras, surtout que la petite bestiole bouge beaucoup, esquive la plus part de mes tentatives de l'attraper, c'est qu'il est agile et rapide pour sa taille et son petit bidon trop mignon, mais je l'aurai !

Non, mais c'est qu'il essaye de me piquer ma bouffe lui ! Il a beau être mignon, c'est ma bouffe et tu ne l'auras pas ! Si tu veux la guerre tu vas l'avoir mon gars ! M'en fou de mon bras, m'en fou de la douleur, tu ne touches pas à ma nourriture toi ! Je me jettes donc sur cette bestiole voleuse, sortant de mon lit, attrapant cette créature qui avait entre ses pattes mes barres de chocolat que je gardais pour plus tard. Heureusement que je n'ai aucun complexe, parce que là à rouler par terre pour lutter contre un animal dans une tenue pas agréable pour ce genre de chose, mais cul était largement visible dès que je roulais. Tu n'auras pas cette sucrerie mon gars, c'est à moi et si faut se battre pour savoir qui aura ça, on va se battre. Des griffures, des morsures, des deux côtés, je ne rigole pas, tu me mords, je te mords, tu me griffes, je te griffes, c'est comme ça la vie mon gars, je ne me laisserai pas faire et me battrai tant que j'ai de la force. On fou la merde à se rouler par terre, surtout que niveau discrétion, ce n'est pas mon domaine, me cognant contre quasiment tous les meubles qui se trouvent dans la pièce. Lâche mon chocolat toi, j'vais te transformer en confit de canard toi si tu connais et j'te boufferai en faisant un rire diabolique !

Après une lutte acharnée contre un animal, je me retrouvais par terre, sur le dos, à bout de souffle alors que ce petit monstre était sur moi, sur mon ventre, entrain de faire une petite danse de la joie avec la barre de chocolat entre les pattes.. Toi.. Tu verras quand j'aurai récupéré. Tu as gagné la première manche, mais la suivante je vais la remporter tu verras ! J'vais tellement te faire souffrir, tu vas regretter d'être là mon gars, même ta rousse ne te reconnaîtra plus tellement que j'vais te refaire le portrait. Je souffle comme un porc à cause de ma petite baston, trop fatiguée pour me relever alors la seule méthode que j'avais fut de rouler par terre jusqu'à attendre ma sœurette qui m'aida à me relever, elle est gentille, même si elle a épousé un con. Je me relève donc, prenant appui sur la sœurette avec mon seul bras valide, gros sourire sur mon visage, même si cela se voyait que j'étais morte de fatigue et surtout vu comment je soufflais et respirais comme pas permis, mais j'ai encore de l'énergie à revendre, j'ai trop dormis à cause de l'autre infirmière là qui me pique le cul à tout bout de champs ; d'ailleurs, elle n'est pas encore venu avec le bruit que j'ai fais, tant mieux, elle a dû abandonner l'idée de me faire une piqûre !

« C'est gentil d'être venu, mais vous n'avez pas encore répondu à la question la plus existentielle du monde... Vous m'avez ramené de l'alcool ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Dim 27 Nov - 17:14

Wesh






Alors que je laisse tomber et donne ma comporte volontiers à cette hyène qui me sert de soeur, je re me remets correctement dans mon lit en silence regardant mon autre soeur arriver plutôt timide annonçant qu'on fait trop de bruit, je la regarde m'excuse fortement de cela et je pense surtout à Xena qui pourrait arriver à tout moment armée de sa fidèle seringue. Alors que je soupire doucement étant au bord du gouffre avec cette soeur ... Qu'est ce qu'on va bien pouvoir faire de cette chose, Rox me demande:

- Z'allez rester combien d'temps ici ?

Je réfléchis doucement à la question, les médecins devraient bientôt me laisser partir c'était juste de l'observation pour ma part sur le fait que je me suis fais entailler et que j'ai chopper une grippe.  Alors je viens me redresser et me lever en silence pour m'étirer, même si c'était cool de pouvoir dormir toute la journée c'était vite énervant de rester clouer au lit il faut l'avouer tout de même.

- Je ne devrais pas tarder à sortir normalement d'ici quelques jours je penses pour ma part.

Je souris doucement et commence à voir Shura se battre avec Chips je soupire doucement ... Qu'est ce qu'il branle ces 2 la ... En même temps connaissant Shura et Chips ça m'étonne pas ... Je regarde rox en souriant doucement et lui souffle :

- 50 Derlas sur chips moi je dis.


Je ricane doucement en fixant ce combat stupide, enfin 2 abrutis en même temps ... Ca ne peut être que drôle on va dire. Je soupire longuement quand Roxane nous lâche un petit:

- Du coup j'suis venue avec Chips... Il s'inquiétait d'plus te voir à la maison. Et pis moi j'dois avouer que ta cuisine me manque... Surtout qu'le frigo commence à être vide à la maison donc faudra aller faire les courses et ça fait trois jours que j'mange sandwichs, j'en ai grave marre.

Je gonfle légèrement les joues et me retiens de me mettre en boule par terre comme un môme ... Alors voila pourquoi ma nièce a qui j'ai donné tant d'amoure est venu me voir ... Car y a plus de bouffe et elle a faim ... Famille d'ingrat que j'ai ...Tous des monstres en plus d'être con comme des balais ... C'est moi qui aurait du me faire abandonner petit j'ai honte père ... Achevé moi mon dieu. Je retourne à mon lit pour me coucher comme une enclume abattue par cette révélation douteuse ... Alors voila à quoi je servais dans cette famille porte monnaie et cuisinier et dans celle élémentis je sers de bouc émissaire et personne s'inquiète pour moi, la vie est tellement cruelle avec moi:

- Qu'est ce que j'ai fais au bon dieu pour avoir tel famille ?

Limite une petite larme coule au coin de mon oeil et je me mouche avec les draps totalement abattue ... Pourquoi tant de cruauté de la part de ma petite Roxane alors que j'arrête pas d'être gentille avec elle ... Pourquoi ma petite Roxanneeeeeeee. L'ambiance dans cette chambre était assez étrange, la déprime dans un coin , le combat et la fatigue dans l'autre, dans un petit coin la timidité et le calme et l'autre ... Une ambiance de faim. Alors que je déprime dans mon coin, la porte s'ouvre et Xena revient:

-C'est l'heure de la piqûre !

J'ouvre grand les yeux en silence .... Piqûre ... Qu'elle piqûre ?! Je me redresse en silence et la regarde avec sa seringue, je serre doucement les dents, c'était pas prévu c'est quoi ce bordel et je pointe mon doigt vers Shura en disant:

- Elle la première madame l'infirmière, elle souffre beaucoup ! Soulagez la !

 


❀ L A E


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 551
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   Dim 27 Nov - 22:34

Azazel T. Geis & Shura KirigakureJ'vous cause en crimson (#DC143C)


Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille

Franchement, j'veux même pas parier sur celui qui gagnera ce combat ridicule parce qu'au fond j'sais très bien que c'est Chips qui va lui mettre une branlée... Non mais entre nous, 'voyez vraiment Shura réussir à battre un raton laveur enragé ? D'ailleurs à peine ai-je formulée cette idée que les v'la en train d'se battre et d'se taper dessus comme des enfants. D'ailleurs j'détourne rapidement mon regard afin d'pas trop observer le postérieur d'ma tante ; j'veux bien qu'on soit une famille proche et soudée, mais j'ai certaine limite quand même.

Donc j'préfère lui avouer à quel point c'est chiant la maison sans lui puisque 1) j'ennuie comme un rat crevé et 2) y'a plus grand chose à bouffer dans l'frigo. Okay okay, c'vrai que je pourrais me faire à manger moi-même j'y arrivais bien quand il n'était pas là mais j'ai prit l'habitude d'être traitée comme une reine à la maison et ma ligne et ma santé l'en remercie... J'suis sûre que si on m'fait une prise de sang, mon taux de cholestérol a baissé puisque j'ai maintenant un papa poule qui prend soin d'ma ligne en me faisant manger mes légumes. Sauf que... C'pas vraiment la réaction que j'attendais puisque j'le vois gonfler les joues et bouder. Bah quoi ? J'pensais avoir dire un truc gentil...

- Qu'est ce que j'ai fais au bon dieu pour avoir tel famille ?

- Vois ça avec tes sœurs.


C'était clairement un reproche. Entre l'autre folle qui s'est fait rétamée par un raton laveur et qui demande de l'alcool et l'autre qui fait des gosses trop jeune pour les abandonner, j'suis seulement que le produit d'un amour né beaucoup trop tôt... Bon cet amour est encore là actuellement donc c'est plutôt con mais perso' j'y suis pour rien. J'suis restée 25 ans loin d'eux, c'était pour une bonne raison ! C'est Aza' qui a voulu que j'fasse partie de cette famille d'fou. Lucille répond sur un ton qui s'veut maternel que l'alcool n'est pas autorisé dans les hôpitaux et surtout que ce n'est pas bon pour ce qu'elle a, tandis que ma réponse ressemble plutôt à :

- Non mais t'as cru qu'j'allais dépenser mes ronds dans une bouteille que j'vais même pas boire ? Ah ! Désolée Shushu mais t'attendra ta sortie pour d'bourrer la gueule.

Je ne saurais dire si Lucille est choquée de ma manière de parler qui ressemble étrangement à sa p'tite sœur ou si elle est contente d'voir que j'suis d'accord avec elle sur un point mais elle tire une drôle de tête... Franchement, ouais, j'suis bien contente qu'elle m'ait abandonnée. L'infirmière de tout à l'heure revient dans la chambre, armée de sa seringue pour rendre la Justice sur les méchantes paires de fesses des patients annonce tout fièrement que l'heure fatidique est arrivée... Mmh, vous croyez qu'c'est son kiff de piquer les gens ? Genre elle rêve de ça toutes les nuits et ne vit que pour faire du mal aux autres ? En fait, c'est une forme de sadisme non ?

- Elle la première madame l'infirmière, elle souffre beaucoup ! Soulagez la !

- Vous savez que même si je commence par elle, vous aurez le droit à votre piqûre aussi ?


Raté.
Mais elle va quand même en direction d'Shura qu'elle aide à s'relever pour l'allonger sur le lit, évidemment elle tente d'se débattre comme une furie pour éviter la piqûre à tel point qu'elle a réussit à faire fuir Chips. Wow ! Respect pour ça ! L'infirmière se tourne vers Lucille et moi pour demander de l'aider mais tandis que j'fais un simple non d'la tête pour lui signifier que j'tiens pas à être solidaire, la première se lève pour tenter de retenir sa sœur. Tu m'étonnes que Shura l'aime pas quand on s'fait trahir aussi salement par sa grande sœur, mais ça n'suffit pas à l'infirmière qui appelle aussitôt du renfort où c'est une flopée d'aides-soignants et d'médecins venus des quatre coins du couloir pour la retenir. Mais rien à faire, elle veut po s'calmer.

- Mais enfin, calmez-vous Madame !

- Z'avez pas la bonne méthode pour la calmer.

- Eh bien allez-y si vous vous croyez si intelligente !

- Ok... SHURA !!! Fais-toi piquer par Xena et j'te ramène autant d'bouteilles qu'tu voudras.


Et voilà, elle s'est calmée. Bon évidemment les médecins se sentent con que la formule magique se résume en "accepte la piqûre et j't'offrirais de l'alcool" mais tous les moyens sont bons pour calmer un ou une patiente calme. Par contre, j'crois que Xena en question n'aime pas trop son p'tit surnom, mais désolée ma pauvre Lucette, c'est l'jeu et il faudra l'accepter... Notamment parce que c'est compliqué d'l'appeler autrement. Non Xena ça fait guerrier -forcément- et chacun à sa méthode pour prendre la justice. Y'en à c'est avec une épée et d'autres avec des seringues.

Au tour d'Aza' maintenant et j'espère franchement que j'n'aurais pas à promettre une semaine de ménage pour avoir la paix parce que j'suis pas prête d'me sacrifier à c'point. Déjà qu'j'me tâte encore à revenir avec des bouteilles mais alors si j'promets d'faire le ménage pendant une ou deux semaines, il a pas finit d'm'entendre me plaindre. M'enfin, histoire de faire passer l'temps à tout le monde, j'cherche un peu à me renseigner sur le train-train quotidien de cet hosto ; j'y suis aller une fois pendant les vacs', le fameux jour où... Mais j'suis repartie le lendemain sans demander la permission, j'me suis échappée en douce. Du coup, j'sais pas trop comment ça fonctionne ici.

- Sinon vous faîtes quoi d'vos journées ? Z'avez quand même le droit de sortir d'vos chambres non ? Quoi qu'ils vous retiennent' p't'être en otage.












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour mon plus grand déplaisir, vive la famille [PV les Roux]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-