Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
-38%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur ultra silencieux Rowenta Turbo Silence Extrême+
74 € 119 €
Voir le deal
Le Deal du moment :
Le printemps de Comics 2021 : 10 albums à ...
Voir le deal
5.99 €

Partagez
 

 Le passé nous rattrape toujours [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Le passé nous rattrape toujours [Solo] Empty
MessageSujet: Le passé nous rattrape toujours [Solo]   Le passé nous rattrape toujours [Solo] EmptyLun 28 Nov - 21:01

Le passé nous rattrape toujours [Solo] Nrc3

Le passé nous rattrape toujours

   
Lorsque j'ai posé les pieds pour la première fois à Quederla, j'ai trouvé cette ville magnifique et accueillante... Si calme et pourtant si vivante à la fois, rien à voir avec la Capitale d'où je venais qui est source de rapidité et de stress ; je trouvais que cette ville avait un côté reposant. En arrivant ici pour la deuxième fois, j'ai ressenti la même chose. Et pourtant, les souvenirs ont défilé si rapidement que je suis devenue sombre lorsque j'ai posé un pied au port, un guide est venu nous expliquer en anglais les lieux importants à connaître et je suis partie avec Mahad sans prendre le temps de l'écouter ; je me souvenais de chaque recoin de cette ville, chaque bâtiment et j'avais l'impression de n'avoir jamais quitté Quederla lorsque j'ai pénétré au cœur de la ville avec ma valise. C'était comme si je n'étais jamais partie... Et pourtant personne ne me connaissait, je n'étais qu'une simple touriste venue pour quelques semaines avant de repartir dans mon pays natal.

Dans un bon quederlien, j'ai demandé à avoir deux chambres mais je n'ai pas dormi de la nuit beaucoup trop occupée à regarder par le fenêtre ce qui pouvait se passer dehors et être témoin d'un quelconque affrontement entre les familles. Mais il n'y en a pas eu ce soir-là. Le lendemain, j'ai laissé ma valise dans la chambre et j'ai prévenu Mahad que j'allais quelque part en ville sans lui donner plus de détails, je n'avais pas envie qu'il sache ce que j'allais faire sinon il allait m'accompagner et j'avais besoin d'être seule... Je suis rentrée dans le premier magasin de fleur que j'ai vu et pris le plus beau bouquet avant de me diriger vers le cimetière. La route était calme et personne n'était là quand je suis rentrée, l'ambiance est comme partout : glauque mais ce n'est pas un jour de pluie pour accompagner mes larmes.

Je me dirige vers la tombe de Daemon. Darling est resté dans ma chambre, je pense qu'une peluche s'ennuierait devant une pierre tombale et ça pourrait lui rappeler de tristes souvenir à lui aussi ; j'aime croire que Darling est vivant et qu'il comprend tout ce que je lui dis, Dae' le faisait bien alors pourquoi pas moi ? Je n'ai su rien dire devant sa tombe, que pouvais-je dire en fait ? Je voudrais m'excuser, je voulais pouvoir lui dire à quel point il m'a manqué et qu'il me manque toujours mais les mots sont coincés au fond de ma gorge. Je tente de ne pas pleurer car je me souviens qu'il disait que j'étais une petite nature à cause de ça mais j'essuie tout de même d'un revers de la main la larme coulant le long de ma joue. Tu me manques Dae... Et j'aimerai que tu sois là aujourd'hui pour me dire si tu es fier de moi, si tu vois à quel point j'ai changé.

- C'est bizarre... Dans mon souvenir t'étais plus petite.

- AH !!!


Sursautant tout en regardant autour de moi, les ricanements que j'entends me sont étrangement familiers et la silhouette fantomatique de Dae' apparaît juste de devant moi toujours au beau milieu d'un fou rire. J'ai sourit quand je l'ai vu et j'ai eu envie de lui sauter dans ses bras mais sa condition de fantôme m'a très rapidement rappelé à l'ordre alors je suis restée comme idiote devant lui avec un sourire béat, puis voyant qu'il ne s'arrêtait pas de rire j'ai gonflé les joues en lui demandant d'arrêter de rire ! Je reviens de 4 ans d'absence et la première chose qu'il trouve à faire c'est de me faire peur et de se foutre de ma tronche !

- T'as peut-être grandit mais t'es toujours aussi trouillarde. En tout cas je ne te remercie pas d'être venu me voir ces dernières années hein ! Honteusement abandonné pour aller vivre un idylle on ne sait où avec l'autre crétin masqué ! Punaise, je pensais que je t'avais éduqué mieux que ça.

- Eh ! Ce n'est pas vrai ! Je suis retournée sans Arias en France d'abord, je n'ai même plus de nouvelles de lui depuis que je suis partie !


Gonflant les joues par colère, je suis déçue que les premiers mots qu'il m'adresse sont de simples reproches sur un idylle que j'aurais pu avoir avec Arias... Mmh, à se demander maintenant si il sort de temps en temps de son cimetière pour ne pas s'être rendu compte qu'Arias était resté ici et moi non. Pourtant il a quand même raison, je suis lâchement partie du jour au lendemain sans même avoir prit le temps de lui dire au revoir... Et puis lui c'était plus compliqué de lui envoyer des lettres.

- Je suis désolée d'être partie sans prévenir... Mais je n'arrivais plus à me sentir bien dans cette ville depuis que tu es... partis. J'ai demandé à ma sœur de rentrer en France mais des événements ont fait que je suis de nouveau là aujourd'hui, je ne sais pas encore pour combien de temps mais pour l'instant je reste... Tu ne m'en veux pas trop ?

Ah et peut-être que je devrais lui avouer tout de suite le plus dur à encaisser. Passant une main dans mes cheveux avec une mine innocente sur le visage, il peut voir à mon expression que je vais lui annoncer quelque chose qui ne va pas lui faire.

- Ah et... Hum... Comment dire ça... Je suis du Gouvernement maintenant...

Je sens que la pilule ne va pas passer... Je me souviens de sa réaction lorsque je lui ai avoué pour ma sœur, il a faillit me casser le poignet ce jour-là ! Mais savoir que moi-même je suis du Gouvernement maintenant, je risque de me faire tirer les oreilles.

- Attends.. tu.. une blague ? .. Tu es vraiment du Gouvernement.. Le Gouvernement de cette ville pourrie. Celui qui se fou de tout et pend les gens. Ce gouvernement-là ? Dis-moi que tu te foi de moi ? Non ? Rectification oui je t'en veux !

- Dae' ! Ce n'est pas ce que tu crois ! Je fais des études de droit pour devenir avocate et défendre les personnes, comme le faisait Mia, pas pour les mettre derrière les barreaux. S'il te plait... Ne m'en veux pas, j'ai envie d'aider les autres.

- Mais je m'en fou des autres ! J'suis mort andouille, qu'est-ce que tu veux que ça me fasse à part ce qui pourrait t'arriver ! Tu veux finir dans mon état c'est ça ?

- Eh t'exagères ! Je veux devenir avocate pas policière ! J'ai prévu de rester enfermée dans un bureau toute la journée, la chose la plus grave qui pourrait m'arriver est de me brûler avec mon chocolat chaud !


On dirait un dialogue de sourds, chacun étant campé sur ses positions et ne voulant écouter les répliques de l'autre ; d'ailleurs son argument sur le chocolat qui pourrait potentiellement être empoisonné me fait hausser un sourcil tout en me gardant dans le silence, ce qui d'ailleurs le rend fier pour avoir eu le dernier mot. Je soupire, me disant que ça ne sert à rien de défendre ma cause qui perdue depuis que j'ai évoqué ce sujet ; mais le plus dur a été dit et il n'a pas d'autres choix que d'accepter.

- Mmh sinon qu'est-ce que tu me racontes de beau ?

- Bah écoutes j'suis mort, qu'est-ce que tu veux que je te dise ?


- Moi qui pensais que les esprits occupaient leur journée à hanter les maisons et faire peur aux gens... Je suis déçue.

- Je matte les gens, le niveau est... différent.


Je ne tiens pas à en savoir plus sur ce sujet et regrette d'avoir posé ma question en fin de compte... Alors je change de nouveau de sujet en expliquant que je suis arrivée hier soir en ville et que j'étais en train d'éplucher les petites annonces pour me trouver un appartement, je ne lui parle pas de Mahad, ça va encore faire des histoires mais je suis coupée dans mon élan par une révélation qui me surprend quelque peu.

- Pas question que tu dormes dans un hôtel miteux. Tu vas au manoir. Normalement il est toujours en bon état.

Au manoir ? Je risque de m'ennuyer toute seule dans une maison aussi grande ! Mais d'un côté, si je décide de rester dans ma petite chambre de bonne ou de prendre un simple appartement, je vais en entendre parler pendant des jours et des jours et il serait capable de me harceler pour que j'aille effectivement dans le manoir. Je réfléchis quelques instants, me disant que les souvenirs dedans risquent de me faire pleurer mais de toute façon maintenant que je suis revenue en ville il faut que je m'habitue à la douleur. Alors j'ai accepté de reprendre le manoir ne sachant pas comment je vais faire pour le récupérer, j'ai fait du droit administratif pourtant... Mais ce n'est pas ce qui m'a le plus emballé dans mes études et mon 3 de moyenne démontre bien que je ne m'y mettais pas vraiment à fond dans cette matière.

Nous avons discuté une bonne partie de la matinée, évoquant mon séjour en France où je lui ai appris le meurtre de ma sœur à cause d'une affaire et évidemment le ton sarcastique sur lequel il m'a répondu m'a bien fait comprendre qu'il continue de penser qu'il a raison. J'ai vite expédié le sujet en lui expliquant que Darling allait bien et que je prenais soin de lui pendant mon séjour en France et que je l'ai ramené avec moi ; pour l'instant il est resté à l'hôtel mais je pourrais revenir de temps en temps avec lui si il y tenait tant que ça.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
 
Le passé nous rattrape toujours [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser