Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !
Félicitation à Vilmos Desgoffe und Taxis, Kira Seryk, Newton I. Mørk et Nashoba Dreiden !
Leurs RPs respectifs étant à égalités (Vilmos/Kira et Newton/Nashoba) sont élus meilleurs RP du mois !

Partagez | 
 

 Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Laelyss ReissMessages : 955
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Jeu 8 Déc - 13:32

It's christmas !

N
oël, Noël, Noël. L’une des plus belles périodes de l’année.
C’est sûrement le refrain le plus répéter aujourd’hui. Mais comment pourrait-on ne pas y penser quand ceci est réellement le cas ? L’année aura défilé bien vite comparé aux précédentes. Mais aussi plus mouvementé, elle qui avait été quasiment si calme pendant quatre ans, je crois que je n’aurais jamais connu autant de haut et de bas que durant celle-ci. Beaucoup trop de bas à mon humble avis. Pour ma part je dois bien admettre que ce jour m’effraie quelque peu, car c’est bien la première fois où je vais fêter celui-ci sans la présence de Kenji. C’est déroutant, déprimant, mais au fond le choix on ne me le donne pas vraiment. Et j’ai cette sensation désagréable que cela ne donne pas à Noël cet esprit de famille qu’il devrait avoir, je sais qu’il manque quelque chose, qu’il manque une touche d’humour, de joie et de bonne humeur. Néanmoins, en sachant que j’ai réussi un exploit qui paraissait improbable en faisant face à sa perte, je me dis qu’il n’y a aucune raison pour que les choses se déroulent mal. Qu’elles n’aient pas à leur manière une touche de gaieté. Je ne serais pas entièrement seule - fort heureusement d’ailleurs - et le connaissant, je sais qu’il n’aurait pas souhaité que je me fasse du souci à ruminer le passé alors que ce jour est censé être chaleureux et plus particulier que les autres. S’il était encore-là, il ne se serait pas gêné pour me faire la morale et m'obliger à sourire en pensant à des choses positives.

C’est donc en laissant échapper un long soupire, déposant sa photo sur le rebord de la cheminée qui se consume doucement, que je me fais la promesse de rendre cette soirée aussi joyeuse que s’il avait été présent. Et pour ce faire, j’avais déjà tout préparé dans les moindres détails depuis quelque temps, pour que le grand jour tout soit parfait. J’avais “débarrassé” la maison de Nashoba, gentiment bien sûr je ne l’ai pas mis à la porte, mais en lui expliquant que je souhaitais passer ce Noël seule en compagnie de Bigby étant donné celui-ci allait être une première sans les enfants. Mais puisqu’il faisait d’une certaine manière partie de la famille en vivant ici depuis quelques mois, il n’avait d’autres choix que d’être là le lendemain pour partager un repas “familiale” avec ces pseudo colocataires. Et ça c’était non négociable, ni pour l’un, ni pour l’autre. Le sapin était installé dans le salon, décorer à souhait et muni de quelques cadeaux pour tout le monde comme le voulait la tradition. Il y en avait pour mon cher et tendre, sa fille et Nashoba. Quant aux amies, ils avaient déjà été distribué dans la journée avec l’interdiction de déchirer le papier en avance parce que je ne suis pas là. Même Twister avait droit à son petit paquet qu’il ne pouvait ouvrir avant les douze coups de minuit. Et cela faisait déjà une bonne demi-heure qu’il m’observait avec des yeux de chiens battus pour que je cède. Ce qui était bien tenté certes, mais il n’en était pas question.

Un “ding” se fait entendre avertissant que les petits fours étaient on ne peut plus près. Je m’empresse donc de rejoindre la cuisine, enjambant le chien étalé de tout son long tel une magnifique étoile de mer échouée sur la plage devant son paquet qu’il ne cesse de pousser timidement du museau vers moi, c’est qu’il me ferait presque de la peine. Je sors le tout de là avant de remplacer par la dinde. Qui dit Noël, dit forcément une bonne viande bien dorée et juteuse, de quoi en faire saliver plus d’un. Puis j’emporte le tout sur un plateau vers la table du salon. Un petit coup d’œil à l’heure, m’indique que Big ne devrait plus tarder à rentrer du travail, munie de la commission de dernière minutes que j’ai fait remonter jusqu’à ses oreilles. C’est que, prit d’une soudaine envie, je voulais du cidre à la pomme à la place du vin, boisson qui n’était jusqu’à présent pas inscrite sur les courses et comme je n’avais plus le temps de faire demi-tour dans les rayons les bras chargés et qu’il était déjà sur place, autant faire d'une pierre deux coups.

J’avoue être un peu déçu qu’il l’oblige à travailler un soir comme celui-là. Moi-même je n’ai pas dépassé les horaires de midi aujourd’hui avant de fermer boutique pour les trois jours à venir - de quoi permettre à tout le monde de profiter des fêtes de familles, avant d'attaquer de plein fouet les dernier jours restant précédent la nouvelle année. Ainsi que d’entamer celle-ci sur les chapeaux de roues. Certes ce n’est pas bien tard et on sait qu'en cette période les gens ne sont pas forcément des plus aimables entre eux quand ils font le tour du centre commercial. Une vraie course, à deux doigts de devenir une chasse à l’homme quelquefois. Mais avec tout ce qu’il faisait déjà pour eux, il pouvait bien le laisser partir plus tôt que prévu. Mais à croire que tout le monde ne l’entendait pas de cette manière-là. Enfin, j’aurais au moins eu l’opportunité de tout faire tranquillement sans qu’il ne soit dans mes pattes, le seul avantage que j’y voyais au fait qu’il ne soit pas encore-là. Ce qui m'a permis qui plus est de prendre le temps de me rendre belle pour lui. Vêtue d’une une robe blanche au nœud rouge , comme un petit cadeau de Noël et des boucles dans les cheveux. Le tout accompagné de mes fameuses pantoufles panda. Sûrement un coup à tout casser, mais puisqu’elles proviennent de mon enfant et que nous sommes à la maison je ne m’en priverais pas. Et puis je n’ai pas besoin de prendre dix centimètres de plus alors que sortir n’est pour le moment pas au programme. L’idée d’une mère noël m’avait effleuré l’esprit, c’en était même une très bonne, jusqu’à ce que je découvre que la plupart des tenues avaient toutes un léger penchant pour le côté pervers. Je ne doute pas qu’il aurait apprécié, quoiqu'un peu tôt pour ce genre de “costume”.

Et puis subitement j’entends la clé tournée dans la serrure, ce qui a le don d’agiter la simple queue de Twister. Restant campé sur sa position à surveiller son paquet, comme si celui-ci allait s’envoler une fois le dos tourné. Il me fait rouler des yeux en souriant, avant que je n’observe Bigby nous rejoindre.

Tu es pile à l’heure.

Si on peu dire ça, avec de la neige en prime dans les cheveux.
Je m’en rapproche pour les ébouriffer légèrement, puis l’embrasse tendrement pour lui souhaiter la bienvenue à la maison. Mais aussi parce que je n’avais pas eu l’occasion de faire ça depuis ce matin et que ça manquait déjà. C’est que ces derniers temps je me sens comme une petite bulle d’eau remplie d’un trop-plein d’amour à distribuer à tout le monde, ce qui me procure une certaine joie dans tout ça. Quittant finalement ce contact agréable, je remarque alors une boîte supplémentaire entre ses mains. Et je ne peux qu’en haussait un sourcil surpris ; avons-nous oublié quelqu’un au moment d’emballer tous les cadeaux ?

Je ne savais pas qu’il manquait des paquets sous le sapin. Il est pour qui celui-là ?

Demandais-je en avançant doucement mes mains en direction dudit présent, curieuses d’en connaître au moins son prochain propriétaire.




© Laelyss



Maman écris en #71043C


d6dn.pngdarC.png




 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Mar 13 Déc - 0:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1093
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Lun 12 Déc - 21:30

Le Père Noël est en chemin
Il est bien sympa ce Père Noël, mais s'il pouvait se retenir de déchaîner les foules et avoir de temps à autres une petite pensée pour le personnel qui en subit les conséquences jusqu'au soir, il rentrerait alors presque dans mes bonnes grâces. Mais on sait qu'en période de fêtes, ce sont les horaires les plus poussés qui rapportent le plus; et qu'il n'y a manifestement aucun autre moment plus adapté pour faire ses courses de repas de noël que le soir-même, à la sortie du travail, puisqu'il y a toujours des pigeons pour bosser à cette heure-là. Heureusement, notre pigeonnier ferme bientôt les portes de ses volières, et on se salue tous entre oiseaux de malchance -il n'y a de plus sincère solidarité que celle des employés qui se crèvent en cœur à la tâche un 24 décembre- avant de retourner à nos nids respectifs.

Emmitouflé dans mon manteau, mains dans les poches et sac en plastique pendu au poignet, je suis le chemin que d'autres avant moi ont débarrassé de la neige avec leurs passages incessants. Refusant pourtant rarement un bon verre de vin, Laelyss avait tout de même demandé à ce que je lui prenne une bouteille de cidre avant de rentrer, comme sur un coup de tête. Enfin, avec tout ce à quoi elle avait à s'atteler dans la journée d'ici mon retour, c'est bien la moindre des choses que de lui faire une course supplémentaire. Remplaçant ma vue par la force de l'habitude pendant un temps, puisqu'il fait nuit de plus en plus tôt en cette foutue saison, je m'égare exceptionnellement pour passer au domicile d'un collègue avec lequel je termine une transaction, prévue depuis longtemps, et en ressors ainsi avec une boîte en forme de cadeau. Elle dispose néanmoins de petits trous sur le dessus et remue quelque peu, aussi je prends soin de la couvrir avec un pan de ma veste pour éviter que le trajet ne soit trop insupportable. L'esprit de noël pousse quand même à faire de sacrés conneries, mais bien moins que l'amour cela dit.

Pour les derniers mètres restants, le temps voulut faire revêtir à la ville l'aspect d'une boule à neige alors que celle-ci se met doucement à tomber. Je m'empresse donc de traverser le quartier puis de remonter l'allée de la maison avant de me transformer en bonhomme de neige. Une fois dans l'entrée, je me débarrasse et me prépare à essuyer l'accueil du chien, en vain cependant, alors je m'en vais rejoindre tout ce petit monde dans l'autre pièce pour mieux comprendre les raisons de ce gardiennage médiocre. La carpette à la queue agitée ne fit que lever la tête vers moi, déjà occupée à surveiller le cadeau qui devait lui appartenir, et que la maîtresse de maison avait dû refuser de lui donner avant l'heure.
« Tu es pile à l’heure.
-Ah bon ? J'avais plutôt l'impression d'être à la bourre. Encore désolé. »

Surtout qu'en admirant à deux fois la jolie tenue qu'elle arborait, j'aurais grandement apprécié pouvoir rentrer un peu plus tôt, juste avant qu'elle ne se mette sur son 31 par exemple, là où j'aurais alors pu me permettre de la décoiffer un peu sans craindre de ruiner un brushing. Parlant de coupe, la rouquine vient justement retourner la mienne avec sa main, et je secoue la tête pour finir de déneiger le tout, sans oublier de lui rendre ensuite son baiser. Et voilà, oublié le froid de l'hiver, je me sens déjà chaud même si je viens d'arriver. Elle repère enfin la boîte qui m'encombrait, responsable en partie de mon retard monstrueux, mais il faut ce qu'il faut: plaisir d'offrir et tout le tralala. Et en voyant déjà ses mains partir en quête de ce cadeau de dernière minute, interpellée par l'absence d'étiquette, je le fais habilement passer dans mon dos afin de l'en empêcher:

« Pas touche, c'est pour quelqu'un de très important. Tellement important qu'il se pourrait que je n'attende pas demain pour le lui donner. Sans vouloir te rendre jalouse. »

Clin d’œil, clin d’œil. Il est évident que pour des raisons pratiques, voire vitales, ce cadeau ne peut décemment prendre place en dessous du sapin avec les autres jusqu'à l'arrivée des gamins demain pour tout déballer, surtout avec le museau fouineur de Twister dans les parages. Contournant Laelyss tout en gardant la boîte hors de son champ de vision, je me dirige dans un premier temps vers la cuisine, me détachant de ce précieux colis que pour aller ouvrir le frigo.

« Il vaut mieux laisser un peu le cidre au frais avant de l'ouvrir. Je suis allé le prendre entre deux pauses clopes pour éviter la cohue du soir. »

Et j'ai plutôt bien fait, sans quoi j'y serais sûrement encore, achevé par la lenteur des petits vieux et de toutes les têtes en l'air qui gonflaient la taille des files d'attente aux caisses. D'autant plus qu'il me fallait déjà anticiper le détour en fin de journée pour ma propre course. Celle-ci avait définitivement piqué la curiosité de Lys, encore en orbite autour de moi pour essayer d'en savoir plus sur le mystère en boîte, aussi je me l'embarque dans les bras avant de partir en direction du salon. Quoi que je suis peut-être mauvaise langue, il faut dire qu'en ce moment la rouquine déborde d'affection, ce dont je ne me plains pas bien sûr. M'asseyant finalement sur le canapé, en faisant toujours mine de dissimuler le cadeau, j'éveille encore un peu son intérêt lorsqu'elle me rejoint.

« Si je te le donne tout de suite, tu ne t'occuperas plus du tout de moi pour le reste de la soirée ! Et ce serait dommage, parce que tu es vraiment ravissante. Mais peut-être qu'un ou deux bisous pourraient me convaincre. »



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laelyss ReissMessages : 955
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Mar 13 Déc - 0:14

It's christmas !

L
e nombre de personnes ayant droit à quelques présents, n'entrer pas dans une liste aussi longue que celle du Père Noël. Mais on pouvait quand même les compter sur le bout de nos dix doigts. Alors, le voir débarquer avec un cadeau supplémentaire avait de quoi me faire réfléchir. Avais-je vraiment oublier quelqu’un ? Pourtant, j’avais pris soin de noter tout le monde sur un bout de papier de peur d’en laisser un. Comme le vilain petit cochon qui n’aura droit à rien. Dans le doute je me repasse mentalement en revue cette fameuse liste : Luna et Nashoba y figurer bien, toute la longue et interminable progéniture de Kira étaient présentes ainsi que les parents. Ajoutons à cela deux à trois amies supplémentaires. Le compte y était largement. Je déborde peut-être d’amour, nulle crainte sur le fait que je n’en perds pas encore la tête. Alors qui était donc le mystérieux receveur anonyme ? Une question qui reste malheureusement pour moi en suspend, puisque je n’ai pas le droit de poser mes mains sur la boîte en quête de trouver un petit nom caché. Ce qui a le don de me faire croiser les bras, lançant un regard emplit de suspicion.

Moi jalouse ? Absolument pas. J’envie seulement cette personne. C’est qui, c’est quoi ?

Il en faudrait quand même beaucoup pour me rendre jalouse, alors je sais que je n’ai pas vraiment de risque à le devenir sur ce côté-là. Mais quand même. Qui pouvait être suffisamment important pour se voir offrir un bien aussi imposant. Parce qu’il faut quand même admettre que ce n’est pas une petite boîte de bijoux qu’il tient entre les mains. À la limite, là oui je commencerais à avoir de sérieuses raisons de me poser de nombreuses questions à ne pas être mise au courant. Puis, piqué soudainement comme un déclic, c’est finalement la logique qui me ramène sur terre. Qu’importe la personne, son nom aurait fini à mes oreilles, même sa fille. Alors, par une pure et simple déduction il ne reste plus que moi sur la liste - ou une maîtresse mais dans ce cas-là ni lui ni elle n’aurait de possibilité de voir venir la nouvelle année. Néanmoins pour la peine, je me dis que j’ai dû réellement être un ange ces derniers mois pour voir un tel paquet se balader sous mon nez, sans me douter de ce qu’il pouvait bien y avoir à l’intérieur. À moins que ce ne soit l’une des rares choses que j’ai vaguement soufflé à son oreille entre deux. Rien de bien extraordinaire si ce n’est quelques  biens à utiliser tous les jours. Pourtant, il n’en prendrait pas autant soin à ce que ce soit aussi loin de mes yeux… Faut le dire, je ne serais jamais la meilleure enquêtrice de cette ville. J’en abandonne pas l’enquête pour autant, il m’a donné que trop peu de choses et se pavane bien trop pour que je laisse ça sur le banc de touche jusqu'à l'heure initiale. Il est clair que maintenant je ne tiendrais plus. Alors, je le suis dans la cuisine. Même si je dérive mon trajet pour récupérer des verres et les remplies en attendant, je ne peux nier que je tente subtilement de jeter des coups d’oeil en biais pour obtenir des réponses.

Une tentative qui échoue littéralement en le voyant repartir tranquillement dans le salon, sans pour autant le lâcher. Soit, ce n’est pas encore comme ça que j’y arriverais. Le tout ça en main, me voilà en train de le rejoindre. Quand je m’arrête subitement à niveau après avoir entendu ses paroles. Bien que je puisse presque rougir de ce compliment, je rétorque néanmoins avec un petit sourire en coin :

Un ou deux seulement… Je t’ai connu plus dur en affaire.

Beaucoup plus oui. Mais j’imagine bien que ce qu’il demande, ce n’est pas simplement deux petits baisers à la volée pour tourner la page. Il lui faut un peu plus de consistance. De quoi mettre en appétit convenablement. Je dépose les verres sur la table basse et m’empare d’un petit four que je croque en premier avant de le pointer gentiment devant ses lèvres.

Tu sais, dans le langage de tous les jours, on appel ça du chantage. Et c’est très bas. Avale ça, au lieu de profiter honteusement de ma curiosité pour quémander des bisous !

C’est bien bas mais faut dire que je n’en attendais pas moins pour quelques choses venant de sa part de cette manière-là. M’asseyant à mon tour, je ne peux que rire de la situation. Voilà qu’il faut maintenant négocier pour pouvoir ouvrir ses cadeaux avant l’heure. Et quelle négociation dit donc, les termes du contrat semblent ne pas pouvoir changer de son point de vue, pourtant je me risque à tenter moi aussi de jouer quelque maigres cartes:

Qu’importe le présent, je m’occuperais quand même de prendre soin de toi si c’est là ce qui t’inquiète. Mais, on pourrait tout autant faire un échange de bon procédé. Ton cadeau contre mes cadeaux.

Dieu sait combien il compte m’en offrir, mais j’en ai quand même deux à lui qui attende sagement sous le sapin. N’est-ce pas amplement équitable vu la taille pour égaliser ? Il faut croire que non. Moi qui tenais tant à voir afficher minuits pour faire ça dans les règles, je le regrette amèrement. Ce que je finis par envoyer au diable d’ailleurs, si on ne dit à personne qui pourrait bien savoir que nous avons légèrement contourné les règles du jeu ?

Tu es un être vicieux et je déteste quand tu fais ça.

Enfin, à dire vrai, ce n’est pas totalement le cas. Si c’était pour la bonne cause, en particulier le fait de recevoir un cadeau aussi précieux que les bijoux de la reine d’Angleterre, je veux bien supporter qu’il soit ainsi aussi longtemps qu’il le faudra. Mais, pas trop non plus. Car, même si je peux me vanter d’avoir la patience de mon côté elle n’en est pas moins éternelle. Et ce serait tout de même bien dommage de la perdre pour Noël. Cependant, en cet instant je sais que cela ne m’aidera pas à grand-chose et que ma curiosité me perdra avant l’aube. Après tout ça, tous ces sous-entendus bien trop étranges à mon goût, je veux savoir de quoi il en retourne. Et il le sait, sinon il ne s’en amuserait pas tant. Je n’ai donc d’autres choix que de me plier à son désir. Mais pour être honnête cela me plaît beaucoup trop pour réellement m’en plaindre. Alors, je fais glisser mes jambes par-dessus les siennes, prenant place à côté de ce bien qui ne m’appartient pas encore. Une main allant se perdre dans ses cheveux, j’y dépose un premier baiser, plus qu'innocent accompagné d’un faible “s’il te plaît” qui s’entend à peine alors que je lui en offre un deuxième. Plus tendre et passionnée, abandonnant tout ce qu’il y a de plus chastes, sans pour autant franchir la ligne de non-retour qui serait plus agréable de gardées pour plus tard. Ce qui ne bride pas le fait que je m’y attarde longuement, de quoi être en pleine possession des meilleurs arguments qui soient. Tout ce qui faut pour plaider en ma faveur. Mais avant tout pour notre plus grand plaisir.




© Laelyss



Maman écris en #71043C


d6dn.pngdarC.png




 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1093
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Ven 23 Déc - 12:10

Le Père Noël est en chemin
Ma foi, il s'agit là d'une requête des plus raisonnables, preuve que je reste disposé à lui offrir son cadeau dans tous les cas, même si un petit coup de pouce peut toujours s'avérer agréable. Assez peu intimidée par le prix demandé, Laelyss n'hésite pas à en souligner la simplicité tandis qu'elle passe devant moi avec deux verres. J'avoue, ce n'est pas cher payé pour ce que j'ai investi, et surtout ce que j'aurai encore à investir par la suite une fois qu'il sera en sa possession. On n'a qu'à dire que je me contente des petites choses, comme de passer le réveillon avec un cadeau très joliment emballé -en parlant de sa robe évidemment-, lequel se penche avec une moitié de petit four pour me nourrir.

« Tu sais, dans le langage de tous les jours, on appelle ça du chantage. Et c’est très bas. Avale ça, au lieu de profiter honteusement de ma curiosité pour quémander des bisous ! »

Et je n'ai même pas honte de moi. Après tout il n'y a rien de mal à faire grandir l'attente, et à l'exploiter un tout petit peu au passage pour mon profit personnel. Sur cette leçon de vie fort instructive, je m’empare du petit four pour m'en régaler, tout en me décalant légèrement afin qu'elle puisse s'asseoir à mes côtés, sans relâcher ma vigilance ni mon bien. À son tour maintenant de chercher une façon de négocier cet échange, sous couvert de la promesse de ne pas me négliger par la suite, offrant même la possibilité de se donner nos cadeaux avant l'heure prévue puisque je me suis déjà proposer de manquer à la règle. Mais que fait la police ? Son reproche suivant me fait alors doucement rigoler.

« Tu es un être vicieux et je déteste quand tu fais ça.
-Mais tu m'aimes quand même un peu. »

Quoi qu'il advienne, je serai vite pardonné d'avoir voulu jouer avec elle, du moins je l'espère. J'écarte donc la boîte pour laisser la place à une paire de jambes repliées sur les miennes, tandis qu'elle passe tendrement à l'attaque d'un petit baiser frileux tout d'abord, puis avec des attentions plus chaleureuses. Faisant glisser une main le long de sa jambe, j'en oublierai presque mon cadeau l'espace d'un instant, alors même qu'il demeure sa motivation. C'est très convainquant malgré tout, et parce que je ne suis jamais qu'un homme faible, je me fais encore longuement happé par ses doux arguments avant de me réveiller enfin, principalement à cause du léger mouvement que je venais de sentir dans la boîte sous mon autre main. Je souris donc à Laelyss en me reculant légèrement.

« Félicitations, vous avez amplement mérité votre prix. Ferme les yeux. »

Sitôt fait, je libère sa jambe pour venir chercher quelque chose dans la poche de mon pantalon, puis me tourne du côté de ma fameuse boîte pour en retirer le couvercle et y glisser à l'intérieur le minuscule collier en forme de petit nœud que je viens de récupérer, coinçant la clochette accrochée dessus entre mes doigts afin d'en taire le tintement le temps que je l'installe. Une fois prêt, le dessus du cadeau remis correctement, je viens le placer avec précaution entre les mains de la rouquine, et repose ensuite les miennes sur ses mollets.

« C'est bon, tu peux les ouvrir, et ton cadeau aussi. »

À l'intérieur, comme s'il s'accordait également à garder intact l'effet de surprise pour elle, le petit chaton noir se tenait tranquille jusqu'au moment où il allait enfin pouvoir pointer le bout de son nez dehors.



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laelyss ReissMessages : 955
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Dim 25 Déc - 22:27

It's christmas !

S
i tous nos échanges de cadeau avaient fonctionné de cette manière-là, je ne suis pas sûr que les choses auraient fini de façon très saine. Nul doute du fait que ce ne soit pas la pratique la plus appropriée qui soit. Mais on ne peut rien refuser après de tel baiser. Et si cela ne tenait qu’à moi, j’aurais accepté sans hésitation de le prolonger davantage. Mais comme toute bonne chose à une fin et que mon impatience commence doucement à s’agrandir, je ne me plains pas qu’il décide d’y mettre un terme avant moi. M’accordant le droit de recevoir mon cadeau avant les douze coups de minuit. Promis j’irais me confesser demain à la première heure pour avoir outrageusement violenté les règles. En attend, je fais gentiment ce qu’on me demande, jouant le jeu jusqu’au bout. Fermant les yeux, je regarde même ailleurs pour ne pas être tenté de tricher légèrement. Ce serait dommage de gâcher la surprise.

Puis, quand l’autorisation m’est enfin donnée, les yeux de nouveau grand ouvert, je ne cache pas ma joie de pouvoir enfin le déballer. Comme il en avait pris grand soin depuis le début, c’est avec tout autant de précaution que j’en retire le couvercle. Et d’un coup, je me sens comme une petite gamine de six ans qui voit le Père Noël pour la première fois de sa vie. D’abord bouche bée sous la surprise, ceci est vite rattrapé par le bonheur qui peut sans aucun doute se lire sur le visage. Avec une énorme délicatesse, je prends entre mes mains le petit chaton noir au yeux bleus qui miaule légèrement. Adorable avec son petit collier si bien trouver.

Je ne sais pas quoi te dire… Merci… Je pensais que tu avais envoyé cette idée au loin.

Je pourrais presque essuyer une larme au coin de l’oeil. J’avoue avoir glissée plusieurs fois, subtilement, l’idée d’un éventuel désir pour un animal supplémentaire dans la maison. Mais puisque ça ne semblait pas enchanter tout le monde, j’avais fini par me faire une raison. Si bien que c’en était là la dernière chose que je le voyais m’offrir.

Tu es vraiment un amour toi, lachais-je en serrant doucement le chaton dans mes bras, puis en souriant je rajoute à l’attention de Big : Et toi encore plus pour en avoir fait un cadeau.

À un tel point que je le gracie d’un long baiser pour l’en remercier comme il se doit. Même si j’ai l’impression que ce n’est pas encore assez. Il faudra vraiment que je lui autorise d’ouvrir ces paquets, que je ne sois pas la seule à profiter de ce moment. En attendant de faire ça d’ici quelques instants, c’est un nom pour le nouveau dans la famille qu’il me faut chercher. Enfin “la” s’agissant effectivement d’une femelle.

Comment est-ce qu’on va t’appeler… Oh, je sais ! Praline.

Je ne me complique pas la vie. C’était bien simple à trouver, le nom lui va à merveille.
J’entends Twister qui s’approche, abandonnant enfin son état de larve pour venir fouiner de curiosités. Je me suis jamais posé la question s’il pouvait s’entendre avec un chat, s’il ne tenterait pas d’en faire une seule bouchée à la première occasion, ou si encore il pouvait se sentir offusqué qu’il y ait un nouvel animal à la maison. Chien et chat ne font pas toujours bon ménage, on sait qu’il y a forcément des exceptions. Alors, histoire d’en avoir le cœur net, puisque sa truffe repose sagement sur le bord du canapé, j’y dépose la nouvelle arrivante. Les laissant faire connaissance. Praline reste replier sur elle-même, sur ses gardes, tandis que l’autre avance avec prudence son nez. Il y a un instant ou aucun des deux ne bouge avec cette proximité réduite et j’avoue redouter le pire, prête à bondir pour retirer le plus faible de là avec justesse. En fin de compte, ce petit coup de stress n’avait pas lieu d’être car la voilà déjà en train d’essayer de lui grimper sur la tête alors qu’il ne dit absolument rien. Fort heureusement j’ai bien éduqué ce chien, il n’y aura pas de pâté de chaton pour ce soir. Voilà un souci en moins à se préoccuper.

À force, on va finir par ouvrir un zoo tu sais. La prochaine fois je demanderais une brebis

Quoique je doute que celle-ci reste en vie très longtemps. Un peu parce que je le vois comme le grand méchant loup qui va la dévorer à la première occasion. Plaisanterie mise à part, me voilà avec trois animaux à mon actif, à continuer comme ça je pourrais réellement lancer cette idée dans la ville. Même si le deuxième a bien plus de liberté. Ce serait tout de même désagréable pour un aigle - autant pour lui que pour nous - que de vivre enfermé dans la maison. Et ce n’est pas comme s’il ne tournait jamais autour des environ bien au contraire. Néanmoins à y réfléchir à deux fois, je pourrais même monter à quatre si on compte son familier, même si le rapport de relation n’est pas le même, tant qu’il ne tente pas de manger entièrement il reste adorable dans son genre. Dans le doute où je perds mes boutiques, je saurais toujours où me reconvertir. Nous ne sommes pas prêts d’être sur à paille.

Puisqu’il n’y a pas de soucis à faire du côté des boules de poils et que j’ai eu ceci en avance, j’opte pour l’idée d’en faire de même avec lui. J’abandonne donc un instant ma place pour aller prendre ses biens sous le sapin avant d’y revenir. Tendant en premier le plus petit des deux, gardant l’autre au plus loin de ses mains.

Commence par celui-là, l’autre il faut le mériter. C’est celui avec lequel j’ai le plus bataillé pour qu’il soit parfait.

J’assume d’être une adepte de la perfection. Il m’a fallu me battre avec le bijoutier pour qu’il accepte ma demande et après des heures d’arguments échangés dans la boutique, nous avons finalement pu trouver un terrain d’entente. Une montre en acier était donc à l’intérieur, gravée d’un loup au niveau du cadran à la place du chiffre “12”. Il allait de paire avec un bracelet, bon il n’était peut-être pas un grand fan des bijoux et ça se comprend, mais celui-ci avait le mérite d’être discret sans pour autant en perdre de son côté masculin. Et puis, s’il avait la bonne idée de regarder à l’intérieur, il pouvait y voir un petit “À toi pour toujours” Un peu de romantisme ne faisait pas de mal.

Ce n’est pas grand-chose au final, mais j’espère que ça te plait...




© Laelyss



Maman écris en #71043C


d6dn.pngdarC.png




 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1093
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Lun 2 Jan - 12:22

Le Père Noël est en chemin
Il est vrai que la petite bestiole avait dû s'armer d'une bonne patience pour tenir aussi longtemps dans sa boîte, sans râler et griffer à l'idée de ne pouvoir revoir la lumière du jour. Sans doute avait-elle fini sa nuit pendant tout ce temps, puisqu'elle parût somnolente au moment de lui enfiler son collier; reste à prier pour qu'elle reste aussi calme en grandissant. De toute façon, avec le temps que ça passe à pioncer chaque jour, elle ne devrait pas trouver le temps de nous rendre chèvre. Enfin, moi surtout, parce qu'à voir l'expression de la rouquine s'illuminer comme un soleil au moment de la découvrir, j'ai l'impression qu'elle l'a déjà totalement adoptée. Aussi surprise que reconnaissante, elle la prit aussitôt dans ses bras tout en me remerciant, particulièrement touchée de voir qu'un tel vœu avait été exaucé.

« Il m'arrive parfois d'écouter ce que tu me demandes une bonne dizaine de fois. »

Ah ça, on ne peut pas dire qu'elle n'avait pas insisté pour tenter de me donner envie à moi aussi de nous encombrer d'une autre boule de poils, surtout pour un chat. C'est pas exactement mon animal préféré, encore que comparé à tous les autres félins auxquels j'ai été confronté, celui-là avait eu la délicatesse de ne pas sortir instinctivement les griffes à mon contact. Valait mieux d'ailleurs commencer à s'habituer à la présence de canidés à la maison, autrement la cohabitation risquerait d'être ardue. Enfin, j'en conclus que la rouquine était très satisfaite de son cadeau, à en juger le baiser que je reçois en remerciement, et ne tarde pas à lui trouver un nom à la sonorité sucrée. Vient le tour de Twister de venir s'y intéresser, assez bonne pâte pour laisser la petite créature lui escalader maladroitement le museau sans en faire un casse-croûte. De toute façon, ce chien n'a jamais eu de menaçant que l'apport du rottweiler au niveau de la gueule, pour le reste c'est à peu près l'équivalent d'un teckel en plus grand. Et puis si j'avais senti que Twister allait être hostile à l'arrivée d'un nouveau camarade, un chat qui plus est, je ne me serais jamais résolu à en prendre un.

La remarque de Laelyss à propos du zoo que la baraque tend à devenir me laisse à penser que si on avait déménagé dans le quartier d'habitations des Domae, on se serait parfaitement mêlé à l'environnement, car c'est bien là-bas que les gens ne s'embarrassent pas d'une quelconque discrétion en matière d'animaux, et qu'en fin de compte on passerait relativement inaperçu au milieu de cette faune... sauf pour la brebis. Y a des animaux plus ou moins utiles, mais faut pas déconner non plus. Voyant la rouquine décoller du canapé, je me charge de garder un œil sur les deux bestioles le temps qu'elle me revienne avec deux présents de tailles différentes.

« Commence par celui-là, l’autre il faut le mériter. C’est celui avec lequel j’ai le plus bataillé pour qu’il soit parfait. »

Maintenant que j'ai honteusement fait l'usage du chantage affectif, il fallait bien s'attendre à ce qu'il finisse par se retourner contre moi à un moment donné. Néanmoins, je prends volontiers le cadeau que je suis en droit de recevoir, fruit du perfectionnisme de Lys si j'en crois ses dires, puis découvre en le déballant un set comprenant un bracelet et une montre en acier. Je comprends alors mieux la lutte dont elle parlait en remarquant toute la personnalisation qui els rendait clairement uniques, et en les enfilant tous deux à mes poignets, je remarque également la délicate inscription à l'intérieur du bracelet, comme une touche d'elle qui complète le cadeau aussi bien qu'elle me complète moi-même. Passant donc un bras dans son dos, je me penche sur sa nuque puis en direction de son épaule nue pour y déposer quelques baisers et balayer ses propos dans la foulée:

« Ne dis pas de bêtises, ça me touche beaucoup. Tu les as rendus très personnels. »

Et puis merde, ça a dû lui coûter, d'autant plus que ses efforts ne se sont pas limités à ce cadeau en particulier: tout ce qu'elle a préparé dans la maison, seule, pour nous assurer un bon réveillon compte aussi énormément -et je ne dis pas ça juste parce que j'ai le nez rempli d'odeurs alléchantes en provenance de la cuisine-. Au fond, elle aurait pu m'accueillir en pyjama, avec deux clubs au poulet à manger au coin d'une plante verte surplombée d'une étoile, sans que cela puisse entacher le plaisir de passer cette soirée avec elle. Malgré tout, elle s'est toujours mise en quatre pour s'assurer qu'on passe un excellent noël, et mille chatons ne suffiraient probablement pas à l'en remercier. Rattrapant d'ailleurs celui que nous avons avant qu'il ne vienne à dégringoler sur le chien, je m'intéresse ensuite au second cadeau qu'elle avait prévu de me donner, cette fois sous conditions.

« Et qu'est-ce que je pourrais bien faire pour me montrer digne du suivant ? »



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laelyss ReissMessages : 955
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Ven 6 Jan - 8:38

It's christmas !

J'
aurais beau connaître ses goûts dans plusieurs domaines, cela n’empêche pas que j’en viendrais toujours à me demander si mes présents lui conviennent convenablement ou non. Dans le doute d’avoir fait une bourde ou d’être complètement à côté de la plaque. Ce n’est pas une chose qui est déjà arrivée - fort heureusement d’ailleurs - mais on ne sait jamais. J’ai dû me battre à un tel point avec le vendeur que j’ai cru que je n’en verrais pas la fin, ou qu’il refuserait la demande. Car ceci était beaucoup trop de “détail” en si “peu de temps”, quoiqu'après avoir dit que je pouvais tout aussi bien me rendre chez la concurrence, ce n’était plus vraiment un problème. De plus au vu du prix qu’il y gagnait, il n’avait vraiment pas de raison de s’y plaindre. J’avoue avoir bien tenté de me faire faire une ristourne, mais il semblait insensible à quoi que ce soit. Au moins j’aurais essayé. Je me sens donc bien soulagée de voir que cela lui plaît au final. Que chaque attention qui fait que ce cadeau n’est pas censé être comme les autres, le touche réellement. Je pourrais presque pu me féliciter moi-même de m’être surpassé. Ça ne fait pas de mal à l’ego.

En attendant, je déplace ce paquet derrière moi, histoire qu’il ne soit pas tenté d’y mettre les pattes. Je dépose une bise sur sa joue, au même moment ou le four réclame mon attention. Ce soir je n’ai pas fini d’en donner à tout le monde.  J’abandonne alors ma place avant que la dinde ne soit plus mangeable ce qui serait quand même regrettable. Néanmoins, avant de m’enfoncer dans la cuisine, je réponds tout de même :

Un peu de patience, je suis plus dur en affaires que toi. Et interdiction de tricher, je t’ai à l’oeil. Sinon c’est un plongeon direct dans la piscine.

Qu’importe qu’il neige ou pleuve, toute forme de tricherie a droit à une sanction. Et même si je ne pourrais le porter pour mettre cette punition à exécution, rien n’empêche de faire venir celle-ci à lui. Mais j’ose espérer qu’il ne tentera pas le diable, de plus que je me refus à passer la serpillière après sa, raison supplémentaire pour rester sage comme image. À moins que l’envie d’être corvée de ménage le branche réellement. Four éteint et plat sorti reposant sagement sur la table. Il n’aura plus qu’à me dire quand est-ce qu’il souhaitera se remplir la panse. Une fois de retour auprès de lui, j’attrape nos verres déjà près en lui tendant le sien, avant de reprendre ma place sur le canapé.

Trinquons déjà, c’est quand même le réveillon.

Nous avons peut-être lancé les festivités avant l’heure, il n’en reste pas moins que c’est un jour de fête. Et celle-ci doit se faire avec de quoi arroser tout ça. Je cogne doucement mon verre contre le sien, suivit d’un “santé” échapper et d’une bonne gorgée offerte. Twister retourne à sa place, campant soigneusement devant son cadeau, tandis que je prendre le chaton sur mes jambes, la laissant s’amuser avec mes doigts.

Raconte  un peu ta journée pour commencer.  Et si tu te poses la question, oui, ça me plait de te faire patienter.  

Je l’avoue, il n’y a rien de plus satisfaisant que de le voir s’impatienter. C’est à la fois amusant et adorable selon le contexte. Et puis comme monsieur a pris un malin plaisir à me faire attendre, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas en faire de même. Remettant le verre sur la table, je repasse mes petites jambes par-dessus les siennes et me permets même d’aller m'allonger à moitié en appuyant mon dos contre l’accoudoir. Gardant bien le cadeau entre moi et le dossier du canapé. J’ajoute une alternative si le papotage ne semble pas lui convenir; quoique pour ma part je prendrais les deux sur un plateau.

À moins que tu ne préfères me recouvrir de multiples bisous, accompagnée des mots plus doux les uns que les autres, pour que je cède plus facilement. Je pourrais peut-être réévaluer la situation si tu sais te montrer convaincant. Je te laisse le choix.




© Laelyss



Maman écris en #71043C


d6dn.pngdarC.png




 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1093
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Dim 8 Jan - 17:16

Le Père Noël est en chemin
C'est que si je dois escalader une montagne ou aller prendre mon échelle pour lui décrocher la lune, autant que je le sache assez tôt pour me mettre en condition. Mais avant de pouvoir connaître l'exploit qu'il me reste à réaliser, la sonnerie du four qui retentit me vole la priorité et fait lever Laelyss hors du canapé, laissant le colis suspect sans défenses derrière. Elle a vite fait de me dissuader de tenter quoi que ce soit pour me l'accaparer, non pas que je me le serais permis de toute manière, en évoquant la possibilité de finir dans la flotte bien glacée s'il me prenait l'envie de transgresser les règles. Si j'avais su, la liste de mes requêtes en échange de mon cadeau aurait été plus conséquente ! On va dire que ça me servira de leçon pour la prochaine fois.

En attendant cette revanche, et parce que je suis moyennement tenté de me geler le cul dans l'eau -pour ça j'ai déjà donné, merci bien-, je demeure irréprochable à ma place, divertissant Praline avec mes doigts pour qu'elle ne se barre pas tandis que la très bonne odeur de viande se fait plus présente au sortir du four. La rouquine revient ensuite dans le salon, verre tendu dans ma direction pour m'inciter à trinquer avec elle en patientant. Pas de vin ou de champagne pour ce faire, mais l'esprit reste le même d'ici qu'on puisse se torcher au cidre de pomme. Je n'ai même pas pensé à lui demander les raisons de cette soudaine lubie; peut-être qu'elle picole en douce au travail et fait comme elle peut pour limiter la casse une fois à la maison. Blague à part, les verres s'entrechoquent et se vident un peu de leur contenu respectif, avant qu'elle ne poursuive:

« Raconte un peu ta journée pour commencer. Et si tu te poses la question, oui, ça me plait de te faire patienter.
-C'est vache, mon cœur. »

Qu'est-ce qui peut bien se cacher dans ce paquet qu'elle garde constamment près d'elle comme une espèce de Cerbère ? À force de me faire poireauter, j'en viens à m'y intéresser de plus en plus. Verre reposé sur la table basse en la voyant de nouveau envahir mes genoux, madame prend ses aises pendant qu'elle me fait mijoter dans l'ignorance, manifestement peu encline à me sortir de là à moins que je ne fasse mes preuves.

« À moins que tu ne préfères me recouvrir de multiples bisous, accompagnés des mots plus doux les uns que les autres, pour que je cède plus facilement. Je pourrais peut-être réévaluer la situation si tu sais te montrer convaincant. Je te laisse le choix. »

Bientôt il me faudra recourir à la prostitution pour obtenir ce qu'elle me promet ! Honteux. Reposant un bras sur le dossier du canapé, je joue avec quelques boucles rousses du bout des doigts tout en plaidant ma cause.

« Moi qui pensais t'avoir dans la poche depuis des années. Le problème étant que si je devais sortir le grand jeu pour te convaincre, on risquerait de manger froid le temps que j'aie fini de m'occuper de toi. »

Vantardise, mais je me permets: il n'y a jamais de fausses promesses là-dessus avec moi. Et pour le coup, ce serait franchement dommage de laisser la dinde se refroidir, après tout le mal qu'elle avait dû se donner pour la préparer. D'autant plus que, si on me passe l'expression, j'ai une véritable faim de loup et je me maudirais de rater une telle dégustation, même pour une escapade amoureuse dans la chambre. Volant l'une des mains qui s'occupaient jusque-là du chaton, je la garde prisonnière entre mes doigts pendant que je résume rapidement cette journée.

« C'était la folie au centre commercial aujourd'hui, comme tu peux l'imaginer. On était sur tous les fronts pour éviter les débordements, du genre à se bagarrer pour le dernier foie gras en promo. Je suis surpris que mon odorat n'ait pas rendu l'âme. »

D'ordinaire, je m'assure toujours de rester cloîtré dans mon bureau quand la fréquentation est aussi forte, par égard pour mon nez si sensible que les milliers d'odeurs ont tendance à mettre en déroute et moi avec. Mais en ce jour noir, il aurait été impossible de se passer de moi sur les lieux pour gérer le tout, et contenir les débuts de conflits avant qu'ils ne dégénèrent en prenant ma tête de méchant. Celle qui, même si je n'en ai pas le droit, peut faire croire aux emmerdeurs que prendre la tête de l'un pour la caler dans le cul de l'autre, en leur souhaitant ensuite la bonne journée, relève tout à fait de mes fonctions. La main de Laelyss levée devant mes lèvres, j'appose un baiser sur son dos avant de reprendre, sans l'éloigner de mon visage:

« Et tu me manquais. Le temps passait lentement mais j'avais hâte de rentrer pour te retrouver. Je ne voulais pas que tu restes trop longtemps seule. »

C'est tout de même le premier noël qu'on fait sans Kenji, et il aurait certainement été là pour l'aider à toutes les tâches de la journée en mon absence. Évidemment, elle s'était bien remise de sa perte désormais, mais ça reste une fête assez familiale qu'ils n'avaient jamais manqué de passer ensemble, alors si j'avais pu, je serais resté avec elle pour combler ce vide qui subsistait malgré tout. Enfin, elle a avancé et j'en suis fier. Libérant finalement sa main, le cadeau promis me sort un peu de la tête tandis que je dirige mes mains vers ses pieds, déchaussés des têtes de panda qui seront toujours à l'honneur en cette période, afin de les masser doucement.

« Et toi alors ? Je vois que tu as eu beaucoup à faire aussi dans la journée. »



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laelyss ReissMessages : 955
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Mer 11 Jan - 15:44

It's christmas !

E
st-ce vraiment une bonne chose de lui laisser le choix ? Parce que maintenant que j’y aie fait mention, j’avoue que je ne refuserais pas d’être autant couverte d’attention pour simplement obtenir un cadeau de ma part. Non pas que je n’en aie aucun en général, mais un supplément fait toujours plaisir. Mais cela n’égale en rien le fait que ce soit offert d’une envie spontanée. Il n’y a rien de mieux de toute manière que de se réduire à quémander. Mais un peu de temps en temps ça ne fait pas de mal son petit “moi” intérieur.

Et puis, même comment est-ce qu’on ne pourrait ne pas en vouloir quand lui-même en rajouter une couche. Si cela ne tenait qu’à moi cette proposition serait mise à exécution depuis bien longtemps. En particulier en sachant pertinemment que cela dépasse largement les “cinq minutes” et que la viande aura tourné au moins deux fois. Cependant, les idées salaces de côté, je préfère amplement profiter de ce moment chaleureux que de commencer trop tôt à finir dans la chambre. Ce qui se conclut par l'écouter me raconter sa journée plus chargée que d’habitude. L’une des nombreuses joies des périodes de Noël pour les petits et grands commerçants. En somme c’est agréable puisque cela donne une prime supplémentaire. Néanmoins en contrepartie il se faut se tuer deux plus fois à la tâche. Ce qui en fin de compte n’est pas aussi rentable. Mais j’aurais beau tenir une boutique de pâtisserie et d’antiquité je ne connaître surement jamais un aussi gros débordement que le sien. Au moins ce mauvais moment était derrière lui et il pouvait jouir - du moins je l’espère - de quelques jours de repos après un travail aussi arrachant.

Main perdu dans la sienne, après ce petit baiser volé, je crois que je n’aurais pas tenu une heure de plus à l’attendre avant qu’il ne puisse mettre un nez à la maison. La journée m’a semblée déjà suffisamment longue comme ça, en rajouter s’il n’aurait pu finir à temps m’aurait certainement achevé le moral. Fort heureusement le mal n’avait pas eu lieu. Et il ne peut imaginer à quel point j’avais hâte qu’il me rejoigne. Autant parce que l’idée d’être seule avait un côté terrifiant, autant parce qu’il n’y aurait pas eu de meilleures soirées sans sa présence. Et aussi un peu parce que je voulais que quelqu’un soit fier du travail que je me suis donnée. Mais je comprends que l’idée d’avoir été seule aussi longtemps un tel jour puisse l’effrayer. Au fond, moi-même je me demandais si j’allais réellement survivre à une fête pareil avec une présence en moins. Et pourtant, je m’en sors bien mieux que je l’aurais imaginé jusqu’à présent. Je réfléchis un instant sur ma journée qui au final n'a pas été aussi différente que la sienne sur certain point, profitant pleinement de ce petit massage de pied. avant lui répondre :

Mmmh… Je n’ai pas eu plus de chances que toi. Moi aussi c’était mouvementé ce matin. Un nombre incalculable de clients qui désiraient des gâteaux de Noël et autres de dernière minutes. Du coup j’ai dû mettre la main à la pâte, car les pauvres n’en voyaient pas le bout. Mais on a réussi un exploit. Et dans les temps.

À croire que c’est une manie dans la plus grande majorité des habitants, de se passer le mot et de venir tous en même temps sonner au comptoir pour la même commande. La plus longue est forcément la plus demandée. Mais à six mains nous avons réussi à satisfaire les attentes d’un bon nombre de personnes avant de fermer boutique à midi.

Je l'admets, je me suis permise de prendre un bon bain chaud en rentrant sans toi, avant d’attaquer tout ce qui touche au repas pour les deux jours à venir. Mais je l’avais amplement mérité, je le jure votre honneur.

Après tout, c’est moi qui me suis démenée pour tout préparé de A à z. Une récompense, ou du moins une motivation ne faisait pas mal pour se mettre dans le bain. Littéralement. Histoire que cela n’engendre pas une petite jalousie à mon égard, j’attrape un petit four que j’amène gentiment aux portes de sa bouche. Je suis Innocente je le jure. Et cela en valait la peine, tout est de bon goût.

Et voilà où nous en sommes maintenant. J’essaie de t’engrosser discrètement, tout en prenant mon temps pour que tu puisses ouvrir ton cadeau. Mais ce serait vache de continuer alors que j’ai eu droit au mien donc… roulement de tambour s’il te plaît.

Cessons donc de le faire attendre le pauvre. Il mérite amplement de pouvoir ouvrir son paquet. Déposant le chaton sur le côté qui a fini par céder à la fatigue. Je le remplace par ce qui lui revient de droit. J’ai peut-être accepté d’être conciliante à ce niveau-là, certainement pas de cesser de le faire tourner en bourrique. Je veux voir sa tête qui a du mal à comprendre avant qu’il ne percute ou je veux en venir. Ce pour quoi je rajoute de la façon la plus neutre qui soit, comme si ceci était entièrement normal :

J’ai essayé de trouver ta taille, mais je ne sais pas pourquoi elle n’était pas dans le rayon… Mais, je suis sur que tu y rentres sans soucis en serrant un peu les dents.

| Cadeau noweeeel |



© Laelyss



Maman écris en #71043C


d6dn.pngdarC.png




 


Dernière édition par Laelyss Reiss le Mar 17 Jan - 21:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1093
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Mar 17 Jan - 21:29

Le Père Noël est en chemin
Apparemment, fermer boutique plus tôt ne l'avait pas épargnée pour autant de la clientèle retardataire et exigeante venue s'assurer qu'absolument tous les employés de cette journée mettent les bouchées doubles avant d'avoir le droit de profiter eux aussi de noël. Y a pas à dire, les gens en congé font les pires clients pour les autres. Enfin, ses employés à elle avaient dû être soulagés de pouvoir rentrer à des heures raisonnables pour préparer les fêtes, ce qui n'est pas encore la préoccupation de tous les patrons du coin, malheureusement. Massant ses pieds pour la soulager de ces efforts de la matinée, je reste pendu au récit de ses activités.

« Je l'admets, je me suis permise de prendre un bon bain chaud en rentrant sans toi, avant d’attaquer tout ce qui touche au repas pour les deux jours à venir. Mais je l’avais amplement mérité, je le jure votre honneur. »

Ah ben  y en a qui auront pu en profiter, pendant que d'autres n'avaient eu qu'une pauvre clope pour panser leurs maux et trouver la force de ne pas noyer les casse-couilles dans la fontaine du hall. Bon, c'est clair qu'elle le méritait tout de même, surtout pour se préparer à toutes les tâches restantes une fois à la maison, mais je me serais volontiers barré du travail histoire de me relaxer un peu avec elle. Je laisse donc passer cette faveur à titre exceptionnel, et prends l'amuse-bouche qu'elle me tend. Difficile de remettre en cause le boulot réalisé en cuisine quand c'est aussi délicieux à grignoter. Laelyss ne cache d'ailleurs nullement sa corruption par le gavage avec ses petits fours, probablement partie pour me nourrir de l'intégralité du plateau dans le seul but même pas dissimulé de retarder l'échéance. Mais je n'oublie pas ce qu'elle me doit, loin de là, ne lui laissant que la satisfaction de me faire tourner en rond -comme si je n'en avais pas assez fait au travail-. Aussi, à sa demande, je pianote sur ses chevilles pour ajouter du suspens le temps qu'elle remplace le chaton endormi par mon cadeau, nommé "désir" après toute cette attente.

Une fois le paquet déballé, je tombe alors nez à nez avec une paire de chaussons, de taille si réduite qu'elles n'auraient même pas pu envisager de me servir de moufles, brodés d'un petit compliment. La rouquine en rajoute encore une couche et je suis officiellement largué sur les mers de son étrange délire. Comme pour souligner l'évidence, j'enfile pas plus de deux doigts de chaque main à l'intérieur de ces minuscules pantoufles pour les sortir de leur boîte et les faire marcher dans l'air.

« Ce serait plutôt à Twister qu'elles conviendraient, non ? Mais pas sûr qu'il... »

Déclic. La pensée du chien chaussé et aux mouvements gauches, aussi insolite soit-elle, se dissipe pour laisser place à la seule chose capable, et prévue pour accessoirement, de rentrer dans ces souliers. Je n'ai probablement jamais eu autant l'air con de ma vie, au point que l'on aurait pu en lire la définition du dictionnaire sur ma gueule, qu'en interrompant la randonnée de mes mains dans le vide pour la regarder elle:

« Attends, tu veux dire que c'est... ? »

Pour quoi d'autre, pauvre cloche ! Ça explique du coup les précautions prises par rapport à l'alcool, puisque les chaussons de bébé, plus flagrants que tout le reste, avaient failli ne pas suffire à me faire réaliser. C'est qu'avec un flair pareil, il aurait presque fallu me donner un test de grossesse emballé dans un petit nœud pour être sûr que je percute en un temps raisonnable. Son regard confirme mes doutes, on ne peut plus aiguillés par les indices laissés, et je repose donc le tout à côté sur le canapé, me défais de ses jambes afin de me lever et lui prends les mains pour lui faire faire de même. Me baissant ensuite pour passer mes bras en dessous de ses fesses, à la limite de sa robe, je la soulève bien haut en me redressant, le bas de son corps collé à moi tandis que je la transporte jusqu'à la porte donnant sur la terrasse en me retenant difficilement de rire.

« Ne te fous pas de moi, femme, ou c'est moi qui te jetterai dans la piscine ! Tu es en train de me dire que tu es enfin tombée enceinte ? »

Après avoir galéré deux secondes à manipuler la poignée dans cette position, je nous fais sortir en plein froid hivernal et en direction de la piscine, comme pour aller mettre ma menace à exécution. Bien sûr, je ne fais que m'arrêter à côté avant de tourner sur place avec elle dans mes bras. Merde alors, depuis le temps qu'on l'attendait ! Et entre la perte de Kenji, ses histoires de pirates et l'hospitalisation ayant suivi l'épisode du centre commercial, j'en étais venu à penser que le bébé avait été en quelque sorte exclu de son programme, d'autant plus qu'on n'en avait plus reparlé depuis un moment. Avec toutes ces galères, j'aurais compris et respecté son choix de ne plus vouloir se lancer là-dedans, mais pour une fois ça fait un bien fou de se planter. Ne trouvant à ma hauteur qu'un peu de peau exposée entre son cou et la naissance de sa poitrine pour y planter un baiser, je relève ensuite la tête pour croiser son regard, sourire aux lèvres:

« Franchement, si ce n'était pour lui, tu mériterais presque de finir dans l'eau ! Est-ce que ça fait longtemps que tu me caches la nouvelle ? »



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-