Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé.
Un MP vous sera envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !
Félicitation à Nashoba Dreiden !
Son RP a été élu meilleur RP du mois !

Partagez | 
 

 Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Laelyss ReissMessages : 940
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Dim 22 Jan - 20:43

It's christmas !

I
l n'y a pas mieux que de porter des chaussons pour avoir l'air adorable. Qu'importe la taille. Au pire il pourra toujours s'en servir comme mitaine. Blague à part je reste pendu à son visage au moment où il l'ouvre enfin. Il me faut faire un effort surhumain pour ne pas exploser de rire et ainsi gâcher la surprise. Mais très franchement je n'imaginais que cela pouvait aussi bien marcher. J'avoue avoir bien brouiller les pistes, mais à ce point-là face à lui cela relève littéralement d'un exploit phénoménal. Même là encore alors qu'il s'amuse à les faire marchés dans le vide ça ne semble pas lui venir du premier coup. C'était pourtant évident et ce n'est pas le style de Twister d'en porter de ce genre-là. Peut-être aurais-je dû en prendre avec l'inscription exacte ? Mais l'instant ne serait pas aussi plaisant et la surprise dévoilée bien trop rapidement.

Alors, quand il me demande confirmation quand les pièces du puzzle semblent s'être enfin rassemblé, je hoche plusieurs fois la tête en souriant. Comme impossible de prononcer d'autre mot. Même en connaissant la grande nouvelle depuis quelque temps, j'ai toujours autant de mal à réaliser. Un petit être pas plus lourd qu'une plume est en train de grandir tout au fond de moi. Il n'y a sûrement pas de plus beau cadeau à s'offrir pour ce Noël que cette nouvelle. C'était déjà tellement désespéré d'en souhaiter un, que cette annonce finit cette année sur des chapeaux de roues. Prenant ses mains alors qu'il s'est levé subitement sans rien de plus, je me retrouve en quelques secondes les pieds brassant de l'air. Pendant d'abord qu'il a de la suite dans les idées en voulant fêter ça, je chasse bien vite cette solution quand une petite menace qui prend place. J'ose espérer qu'il ne mettrait pas celle-ci a exécution, je ne tiens pas spécialement à me retrouver cloué au lit à cause d'une pneumonie. Ce à quoi j'essaie donc vainement de défendre ma cause :

Accessoirement oui. Mais si je finis dans cette eau gelée je doute qu'il survive très longtemps tu sais…

On n'a pas notion de la température de cette piscine. Et je ne tiens pas vraiment à être celle qui pourra aiguiller tout le monde là-dessus après avoir fait un petit plongeon gratuit. C'est de loin la pire idée qui ne lui est jamais passé par la tête. Je ne suis pas un cobaye et bien que je ne me débats pas dans tous les sens pour m'échapper de mon sort qui arrive à grands pas, je m'accroche néanmoins à lui parce que ma vie en dépend littéralement. Si je tombe il est clair qu'il suivra le mouvement. Ou peut-être pas, mais je compte bien essayé. Le froid qui nous entoure me fait déjà salement frissonner alors je n'ose même pas imaginer une fois sortie de là. On deviendrait des glaçons. Le pôle nord à côté c'était de la rigolade. Mais puisqu'il me tient prisonnière et peut me balader à sa guise sans que je n'aie le choix, en particulier en sachant que je ne me risquerais pas à poser un pied au sol, ou du moins sur la neige. Il ne me reste plus qu'à répondre à sa question en espérant que cela ne le fasse pas lâcher prise:

Trois semaines. Ne me jette pas dans l'eau !

À peine annoncé je me réfugie dans sa nuque de peur que la nouvelle ne l'incite à me mettre finalement dans la piscine. Enroulent aussi mes jambes autour de lui pour plus de précaution. On n'est jamais trop sur. Laissant passer quelques instants, je redresse la tête en souriant. C'était pour la bonne cause je le jure votre honneur. Il ne peut pas savoir combien de fois j'ai eu envie de vendre la mèche plutôt. Et le nombre de fois où j'étais bien à deux doigts de renoncer à l'idée de tenir aussi longtemps. Tout le subterfuge à mettre en oeuvre pour qu'il ne se doute de rien. Déjà à commencer par la réduction de l'alcool, voire même inexistant. Et un verre de vin durant le repas c'est bien dur à cacher. L'avantage quand il s'agit de champagne c'est que je peux le remplacer par du jus de pomme pour ma part. Un peu comme tout à l'heure. Aujourd'hui été bien le jour idéal pour ça. Et dire que ça ne s'arrête pas vraiment là. À cette pensée, j'ai un peu de la bonne humeur qui s'estompe alors que plusieurs scénarios qui justifieraient que cela gâche le moment, me traverse l'esprit. Parce que s'il s'imagine que ne rien dire depuis quelques semaines est énorme, je ne sais pas comment il pourrait bien réagir après qu'il soit en possession du mois…

C'est une histoire complètement dingue. Je le sais depuis trois semaines et pourtant… ça fait 4 mois que je suis enceinte.

On dit qu'il ne faut pas jurer mais je pourrai presque le faire si ce serait trop saugrenu pour me croire. Jamais je n'aurais cru que cela pouvait être possible. Et pourtant, en voilà la preuve. C'est même noté en gros et gras sur ma dernière prise de sang. Mille est une excuse provenant du médecin ne pouvait effacer ça, même après avoir poussé une terrible gueulante. Mais quand j'y pense quatre mois, ça date environ de notre voyage. Voir peut-être du retour. Comme quoi partir de cette ville durant un temps était la solution. Si je l'avais su au moment où l'on n’arrivait pas à le concevoir, j'aurai planifié un départ sans hésitation. Cependant même si les symptômes semblaient s'être manifesté comme il faut, personne ne les a réellement percutés. Il y avait bien eu des nausées pourtant, de quoi mettre sur la piste autant lui que moi, le destin s'est amusé à me rendre malade au même moment. Me gratifiant si gentiment d'une bonne grippe, ce qui pour le reste a finit par se traduire par une bonne indigestion alimentaire de deux semaines. Inaperçu total. Avec un peu plus de sérieux rassuré qu'il ne met pas encore mise à la flotte, mais néanmoins un peu chagrinée par sa tête, je fournis ce qui manque à tout ça, pour comprendre comment on a pu en arriver là.

Comment expliquer ça... C'est à la fois à cause du gynécologue que des évents qui se sont succédé précédemment. Il a accumulé pas mal de problèmes personnels que ceci a fini par se répercuter sur sa vie professionnelle. Ce qui fait qu'il a confondu mon résultat avec celle d'une autre. Et quand je lui aie parlé de mon retard monstrueux et bien… toutes les émotions qui de chamboulé ainsi que l'incertitude y jouer beaucoup selon lui. Conclusion : il ne faut pas s'en faire mademoiselle Reiss, vous sortez d'un traumatisme récent, c'est entièrement normal que vous soyez déréglé.

Mouais, j'aurais tout autant pu passer neuf mois sans que personne ne s'en rende compte avec ses bêtises. Tout ça pour que la nouvelle tombe au moment de perdre subitement les eaux sans raison. C'est que je n'aie pas pris plus de poids que d'habitude qui plus est, de plus pour un gynécologue il avait une bonne réputation alors j'ai bu ses paroles en lui faisant confiance, sans pour autant me posé des questions. Après tout c'était lui l'expert dans le domaine, non moi. J'ose poser avec prudence ma main sur sa joue. Même en sachant que je ne suis en rien fautif, j'ai l'impression que c'est sur moi que la pluie de reproche va tomber et que je ne pourrais pas l'éviter. Alors ravalant le nœud coincé en travers de la gorge et surtout cette sensation désagréable que je pourrais fondre en larmes pour un rien, je rajoute en douceur :

Ce n'est pas contre moi qu'il faut être en colère... S'il te plaît... ne m'en veux pas je le jure que je n'étais pas au courant avant. Je voulais juste garder les trois semaines pour te faire une surprise, c'est vraiment si mal d'avoir voulu te rendre heureux aujourd'hui ? Je ne suis pas sûr de me retenir de pleurer à te savoir aussi silencieux.



© Laelyss



d6dn.pngdarC.png




 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1086
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Jeu 2 Fév - 23:15

Le Père Noël est en chemin

« Trois semaines. Ne me jette pas dans l'eau ! »

Mené en bateau pendant trois longues semaines, on peut dire qu'elle m'aura bien couillonné n'empêche. La sentant s'agripper fermement comme une espèce de koala à son arbre, décidément persuadée que j'irai la transformer en iceberg sans une once de pitié, je secoue la tête à ses précautions un tantinet ridicules. D'abord parce que je n'aurais franchement aucun mal à la défaire de moi pour la balancer à l'eau si nécessaire, mais aussi et surtout pour la bonne nouvelle qui, peu importe le temps passé avant d'arriver jusqu'à mes oreilles, est un bonheur bien trop grand pour aller le mettre en danger à coup de basses températures. Bon certes, je ne l'y aide pas vraiment à l'heure actuelle en la gardant aussi peu habillée dans le jardin, mais je suis tout de même là pour la réchauffer aussi. D'autant plus qu'on ne va pas pas s'éterniser dans le froid pour le reste de la soirée: entreprenant donc de me tourner du côté de la porte derrière laquelle s'agite Twister, pour avoir osé sortir jouer dans la neige sans même l'inviter, j'interromps toutefois le départ lorsque Laelyss m'avoue être en réalité enceinte depuis déjà 4 mois.

Comment peut-on louper une grossesse qui entame son second trimestre ? C'est comme si je n'avais pas été là pendant la première moitié de cette période ! Et le profil de la rouquine ne trahissait pas non plus cette estimation qui, d'expérience, commençait pourtant à se déceler au niveau du ventre à partir de là. J'écoute donc attentivement toutes ses explications, à propos de l'erreur médical du praticien visiblement pas foutu de faire le tri de ses patientes pour reconnaître celles qui sont en cloque. Il devrait se préparer à ajouter sous peu à la liste de ses problèmes personnels le fulgurant coup de pied au cul que je lui ferai parvenir en bonne et due forme, et qui le mettra au repos forcé jusqu'à ce qu'il redevienne apte à faire son boulot correctement, si toutefois il arrive à se sortir le diplôme de gynécologue que je lui aurai profondément enfoncé dans la gorge. La main de Laelyss sur ma joue me sort finalement de ces projets:

« Ce n'est pas contre moi qu'il faut être en colère... S'il te plaît... ne m'en veux pas je le jure que je n'étais pas au courant avant. Je voulais juste garder les trois semaines pour te faire une surprise, c'est vraiment si mal d'avoir voulu te rendre heureux aujourd'hui ? Je ne suis pas sûr de me retenir de pleurer à te savoir aussi silencieux. »

Sans m'en rendre compte, comme pour tout le reste, je l'avais laissée imaginer le pire. Bien sûr qu'avec un retard pareil sur les événements, j'aurais aimé être prévenu le plus tôt possible histoire de ne pas rallonger le temps passé à me trouver à côté de la plaque. Mais je comprends aussi son désir de me présenter la nouvelle d'une manière moins fâcheuse, comme elle-même avait dû l'apprendre, et noël tombait à pic pour me l'annoncer dans une ambiance festive. Desserrant légèrement les bras pour la faire glisser de quelques centimètres contre moi, je dérobe ses lèvres une fois descendues à ma hauteur avant qu'elles ne viennent à se déformer sous l'effet de la tristesse. Qu'elle n'aille pas imaginer que je puisse lui en vouloir personnellement pour si peu, pas avec ce cadeau qu'elle me fait. Me détachant ensuite sans pour autant m'éloigner de son visage, je rétorque enfin:

« Quelle importance ? On va avoir un bébé, c'est tout ce qui compte. »

Et j'ai beau en avoir déjà eu une, je suis aussi heureux que la première fois, alors que dire de Laelyss pour qui ce sera une expérience unique ? Elle semble déjà plus émotive qu'auparavant. Un frisson me fait retrouver ma mobilité en fin de compte et je l'emmène avec moi à l'intérieur, en refermant bien derrière moi pour que le chien ne se fasse pas d'illusions. Une fois au chaud et surtout sur un sol qui n'était pas recouvert de neige, je peux reposer la rouquine en toute sécurité, mais la garde toujours dans mes bras pour frotter doucement son dos et la rassurer. Quoi que c'est sûrement ma pomme qui avait besoin d'être rassurée dans le cas présent.

« Excuse-moi si je ne savais pas quoi répondre. Je m'inquiétais surtout du temps qu'on a passé sans le savoir et donc sans faire attention, aussi bien pour l'alcool que pour ma cigarette. Et tu es également partie en voyage avec Kira, ce qui n'est pas vraiment recommandé non plus... »

Peut-être bien que je somatise pour pas grand-chose et vaudrait mieux ça d'ailleurs plutôt que de rencontrer de vrais problèmes, mais avec le recul, c'est comme si on avait eu des centaines d'occasions pour adapter notre comportement en conséquence, si seulement on nous avait mis au courant en temps et en heure, nous laissant au contraire dans l'insouciance la plus totale. Or, ce n'est pas franchement ce qu'on peut se permettre de faire avec un bébé en route. Même si Laelyss n'est pas une personne à risques, il suffirait de consommations répétées ou d'une mission compliquée pour le compte des Domae pour affecter le fœtus. Mes mains passent de son dos à sa taille, puis se posent lentement sur son ventre.

« Est-ce que tout va bien ? Pour lui, mais pour toi aussi. »



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laelyss ReissMessages : 940
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Dim 5 Fév - 18:16

It's christmas !

J
e ne sais pas si je dois cela à cause des hormones, ou simplement parce que l'idée qu'il m'en veuille puisse me rendre aussi triste. Mais il est clair que retenir mes larmes me semble guère possible. Je conçois bien que ce soit énorme. En trois semaines je n'ai jamais autant maudite une personne que le gynécologue. Et pourtant il fallait qu'on fasse avec le retard qu'on avait accumulé. Ce n'est pas comme si on avait réellement le choix au fond. Alors, supporter cela en plus d'une colère potentielle… des deux je ne sais vraiment pas ce qui a de pire. Mais ma frustration finit par s'évanouir aussi rapidement qu'elle est venue, au moyen d'un baiser, rendu avec plaisir, qui a le don de me rassurer en plus de ses paroles. Oui, nous allons avoir notre propre enfant tant attendu. Et ce n'est pas un rêve ! Peut-être que le fait d'être enceinte m'oblige à dramatiser sur un peu tout. Dois-je m'attendre au pire avec des émotions incontrôlables ? J'en aie pour le moment pas encore ressenti à ce point-là et fort heureusement, je ne suis pas pressée de les voir à l'oeuvre. Enfin d'ici là, je ne cache pas que le retour à l'intérieur est agréablement accueilli pour ma part. Plus encore puisque je suis entière et non trempée.

Me frottant les bras pour me réchauffer un peu, je réalise qu'en quatre mois c'est miracle que tout soit encore aux normes au niveau du bébé. Je ne suis pas une grande alcoolique et je m'en passe très bien, mais je ne dis pas non pour autant à quelques verres. En particulier quand la situation s'y prête à merveille. Quoique je n'aie pas été si déraisonnable durant le voyage. Il y avait bien trop à faire pour vouloir rester dans un état second constamment. Mes dernières missions n'ont pas été trop périlleuses, une chance miraculeuse que je ne sois jamais rentrée gravement blessée. Alors, même si toutes ses craintes et le comportement à adopter dès à présent sont justifiés, il doit y avoir au-dessus de ma tête une bonne étoile. Peut-être que finalement j'ai plus de chances que je l'aurais imaginé. Déposant mes mains sur les siennes au niveau du ventre. Je souris en hochant la tête, répondant pour le rassurer :

Oui tout va bien. Mais, je dois me ménager pour nous deux. Même si tout semble allait pour le mieux depuis cet été, on n'est jamais trop prudent.

Être en première loge durant une explosion ce n'est pas vraiment de tout repos pour un corps tout entier. Même si par chance ce n'est que mes côtes et mon bras qui ont pris le plus de dégâts, le reste n'était pourtant pas à l'abri. J'aurais tout aussi bien pu recevoir un débris m'empêchant littéralement d'enfanter, mais je ne souhaite pas imaginer ce que cela aurait produit, les conséquences que cette nouvelle aurait pu affecter sur notre couple, que sur ma personne. Enfin, tout va pour le mieux et je peux pleinement me contenter de ça. Prenant ses mains dans les miennes, je l'emmène avec moi sur le canapé. Ramenant à nouveau le petit chaton agiter qui venait de se réveiller sur mes jambes une fois assises.

J'ai parlé de mon voyage au médecin et il a dit que c'est une aubaine avec ce qu'on a fait que rien de grave ne soit arrivé. En attendant, je suis désormais interdite de toute activité dite “à risque” et des heures supplémentaires. Du repos… J'ai l'impression qu'il m'a coupée les jambes avant l'heure. Je ne sais pas si je tiendrais à rester sagement à la maison pendant que les autres font le boulot à ma place.

Mais on ne me laisse pas vraiment le choix, n'est-ce pas ? Si je ne tiens pas à me faire taper sur les doigts par tout le monde, j'ai plutôt intérêt à bien suivre toutes ces instructions à la lettre. On ne m'interdit pas de bosser, mais je dois grandement réduire les heures qui se succèdent après la fermeture. Je peux facilement déléguer le travail à un employé de confiance mais… tout de même. Ne pas pouvoir être derrière pour superviser ou rattraper les catastrophes ne m'enchante pas des masses. C'est un peu comme mes premiers bébés ces boutiques, j'y tiens. Mais soit, cinq mois, je devrais pouvoir survivre à faire les choses de loin. Ou me trouver une nouvelle activité, puisqu'il n'est même pas possible de jardiner en cette période, autant que je me mette au tricot, ou une connerie dans ce genre-là. Je laisse finalement Praline découvrir le sol de la maison, après tout elle ne peut éternellement rester sur le canapé, il faut bien qu'elle s'y repère. Et une fois sûr d'elle, elle gambade directement en direction de Twister. C'est à croire qu'elle l'a déjà adopté, ce qui en soi est plutôt une très bonne chose.

J'en profite pour m'enfoncer dans le canapé, pliant les jambes contre moi et déposant ma tête sur ma main, tandis je m'appuie sur le dossier à l'aide du bras. On va être parent, c'est toujours aussi dingue d'y croire. Il ne peut pas s'imaginer à quel point cette nouvelle me rend heureuse. Ça me remplit d'une joie incommensurable. Moi qui avais mis cette envie de côté pendant un temps pour diverses raisons, le retour en fanfare est accueilli à bras ouverts. Il est là, en cours depuis un moment. Je vais être maman pour la deuxième fois, cependant c'est tout autant une première puisque celui-là viendra au monde par mes soins. Je n'ai pas vraiment hâté de passer l'épreuve de l'accouchement pour ce qu'on m'en a raconté ━ merci Kira ━, mais ce détail mis à part cela reste l'un des plus beaux événements de ma vie. Il y a néanmoins quelque petit point qui m'effraie. Et même si je ne tiens pas à gâcher ce petit moment de bonheur, il faut que cela sorte avant de me rester en travers.

J'avoue que ça me fait peur. Au-delà des neufs mois d'attentes et de l'accouchement. Si… si je n'étais pas une si bonne mère en fin de compte. J'ai fait de mon mieux avec Kenji, néanmoins ça n'a pas empêché sa perte parce qu'il était au mauvais endroit au moment. Je n'aurais pas le courage de revivre ça. Moins encore avec celui que j'aurais mis au monde. Et je ne tiens pas non plus à ce que tu le vives.

C'était horrible. Et malheureusement ça l'est et le sera toujours. Même si je parviens maintenant à aller de l'avant. Les faits restent toujours-là, je ne peux pas les nier, ni les oubliées. Je ne peux que me forcer à vivre avec cela, le choix n'est clairement pas en ma possession et ne le sera jamais. La douleur était-elle que je ne compte plus le nombre de fois où l'idée d'en finir, ma traversée l'esprit. Et celle où j'étais à deux doigts de franchir l'irréparable. Alors, imaginé le vivre encore une fois… Qu'il ait aussi cette peine sur le coeur... Cela me tuerais de le voir aussi anéantie. Ce n'est pas quelque chose qu'il est possible d'encaisser comme une simple dispute qui s'efface au final avec des excuses. Bien que cela aurait pu me faciliter les choses. Posant une main tristement sur mon ventre, j'aimerais un enfant qui s'en sorte et qui se retrouve avec la chance d'avoir une belle et longue vie. Est-ce simplement possible à Quederla ?

Je n'avais jamais réalisé jusqu'à ce qu'on me certifie que je sois enceinte. Mais, ça me terrifie vraiment l'idée d'être parent dans cette ville. Je me dis que j'aimerais t'entendre promettre que les choses iront bien, que ce sera différent… Pourtant, au fond cette pensée ne défait pas le nœud que j'ai. Je ne veux pas le perdre chéri, pas cette fois.




© Laelyss



d6dn.pngdarC.png




 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1086
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Dim 26 Fév - 22:05

Le Père Noël est en chemin
En raison de cette réalisation plus que tardive, on ne peut pas vraiment se prétendre à l'abri d'une emmerde qui impacterait sa santé ou celle du bébé. Par chance, la rouquine n'a aucun diagnostic négatif à transmettre sur son état, si ce n'est l'obligation de devoir ménager ses efforts à partir de maintenant, histoire d'être irréprochable et de rattraper ces premiers mois d'imprudence. Je ne retiens pas un soupir de soulagement à cette nouvelle tandis qu'elle me ramène sur le canapé, en compagnie du chaton à peine dérangé de son bref abandon.

« J'ai parlé de mon voyage au médecin et il a dit que c'est une aubaine avec ce qu'on a fait que rien de grave ne soit arrivé. En attendant, je suis désormais interdite de toute activité dite “à risque” et des heures supplémentaires. Du repos… J'ai l'impression qu'il m'a coupé les jambes avant l'heure. Je ne sais pas si je tiendrai à rester sagement à la maison pendant que les autres font le boulot à ma place. »

Pour une travailleuse aussi motivée qu'elle, je veux bien croire qu'il lui sera difficile d'avoir pour une fois à économiser ses heures et son énergie dans la gestion de ses boutiques, toute confiance qu'elle puisse avoir en ses employés. On aurait pu compter sur Kira, mais vu qu'elle est encore tombée enceinte et cette fois dans la même période, il faudra trouver une autre aide extérieure lorsque les deux ne pourront plus circuler dans la pâtisserie sans se rentrer dedans avec leurs ventres ronds. L'image est insolite, mais l'heure n'étant pas à la moquerie, je me préoccupe davantage de ce que Laelyss a sur le cœur à l'approche de cet événement, principalement à cause de la disparition de Kenji qui affecte encore beaucoup le jugement qu'elle se porte. Perdre un deuxième enfant serait tout simplement insupportable, et il est normal que ce genre de crainte revienne la hanter aujourd'hui. On ne sort jamais complètement indemne de cette expérience tragique. Passant un bras autour de ses épaules, mon autre main vient reposer sur la sienne qui siège sur son ventre.

« Je n'avais jamais réalisé jusqu'à ce qu'on me certifie que je sois enceinte. Mais, ça me terrifie vraiment l'idée d'être parent dans cette ville. Je me dis que j'aimerais t'entendre promettre que les choses iront bien, que ce sera différent… Pourtant, au fond cette pensée ne défait pas le nœud que j'ai. Je ne veux pas le perdre chéri, pas cette fois. »

L'exacte inquiétude qui nous avait autrefois poussé à mettre les voiles avec Blanche avant la naissance de la petite, de sorte qu'elle n'ait pas à grandir dans un environnement de conflits permanents. Mais les choses étaient plus simples en ce temps-là, nous n'avions pas de réelles attaches hormis les Domae dans mon cas, aussi partir était la chose la plus judicieuse à faire pour éviter de compromettre l'avenir de Luna. Or, on ne peut pas en dire autant de notre situation, entre les commerces de Laelyss et mes obligations vis-à-vis de ma gamine et de sa mère. Est-ce malgré tout une raison pour lui mentir, rien que pour la rassurer et lui faire oublier ce qui se passe autour de nous ?

« Avec ce que tu as traversé, je ne pourrais jamais te faire croire que tout se passera pour le mieux et que nous serons préservés des dangers. La seule chose que je peux te promettre en revanche, c'est de tout faire pour qu'il ne vous arrive rien. Qu'importe le prix à payer, je ne te laisserai pas revivre ça. »

Aucune chance que cette erreur ne se reproduise et qu'elle la fasse se sentir misérable. Tant que je serai là, je tâcherai de la préserver de la souffrance de se faire enlever son enfant. Ce n'est pas comme si on manquait de moyens pour se défendre à nous deux, avec notre expérience respective, nous avons de quoi veiller sur la sécurité du bébé. De ma main, je déplace doucement la sienne en cercle à la surface de son ventre pour le caresser tout en la rassurant:

« Ne laisse pas ces craintes gâcher ce moment pour autant. Tu vas vivre quelque chose de merveilleux et je serai à tes côtés jusqu'au bout. »

On ne sera jamais totalement à l'abri de ce que le sort pourra nous réserver, néanmoins il ne faut pas se ronger les sangs indéfiniment et éteindre l'étincelle de bonheur qui nous est accordé: l'inquiétude et les doutes n'ont pas à nous l'enlever. Croisant mes doigts avec les siens, je ramène finalement sa main contre moi pour reprendre sur une note plus légère.

« Et tu auras interdiction de lever le petit doigt d'ici là: j'ai bien l'intention d'être aux petits oignons avec toi pour que tu puisses te ménager. »

Il était temps qu'elle ait une bonne raison de s'accorder du repos, loin de la gestion des boutiques et des horaires parfois impitoyables en certaines périodes, et qu'elle le veuille ou non, je l'empêcherai de s'user à la tâche pour que cette petite chose désormais en elle puisse aussi se relaxer. Si on peut éviter de lui ruiner la santé avant même sa venue au monde, ce serait déjà préférable. Je n'ai quasiment posé aucun jour de congé depuis nos dernières vacances, alors on aura de quoi passer du temps ensemble avant que l'ennui de rester consignée à domicile ne l'achève. Quatre mois déjà... il n'y a rien de très urgent encore, mais le programme se met progressivement en place dans ma tête, tandis que j'en fais part à Laelyss:

« On pourrait également commencer à faire les préparatifs pour son arrivée, sécuriser la maison, préparer sa chambre, toutes ces choses-là. Je débarrasserai les affaires de la chambre d'ami au fur et à mesure. Et... c'est sûrement un peu tôt pour ça mais, est-ce que tu aurais déjà des idées de prénom ? »

Moi, impatient ? Bon, peut-être un peu.



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laelyss ReissMessages : 940
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   Mer 1 Mar - 13:31

It's christmas !

C
e serait un mensonge que de lui demander de me promettre ça, j'en ai bien conscience. Et au fond, j'en connaîtrais la véritée, il y a donc peu de chances que cela m'aide à me sentir mieux. Même en m'en convainquant durement. Pourtant, ce serait bien plus simple à accepter que la triste réalité. Ne serait-ce qu'une fois. Vivre désormais dans l'angoisse, la peur, le stress qu'il franchisse le palier de la porte avec une telle nouvelle à annoncer, me fait mal rien que de l'imaginer. En revanche, bien que cela parte d'une bonne attention, qu'il y mette de sa propre vie pour que la situation soit cette fois différente, ne me plaisent pas des masses. Le but n'étant pas de finir seule, si moi-même je n'ai pas le droit de m'exposer à des dangers, lui non plus.

Je ne tiens pas a ce que tu paies un prix trop cher pour nos vies. Nous saurons deux à prendre soin de lui. Et tout ira bien.

Le perdre lui aussi serait bien la dernière chose que je souhaite aujourd'hui. C'est déjà bien assez dur de vivre sans la présence de Kenji, alors si en plus je devais faire avec la sienne en moins... Autant rejoindre une tombe dès à présent. Or, je ne tiens ni à dire au revoir à ce bébé ni à lui. À nous deux nous saurons - je l'espère - lui offrir une longue et belle vie en le protégeant du mieux possible de ce que cette ville a malheureusement à donner avec un peu trop de joie. De toute manière c'est la seule solution que nous avons. Bien que nous puissions tout aussi bien prendre nos affaires pour aller ailleurs. Mais qu'est-ce que l'on laisserait derrière nous... ? Tellement de choses. Je sais que mes attaches d'aujourd'hui ne sont pas les mêmes qu'autrefois, j'en ai bien plus qui me tiennent à coeur. Cette fois ce n'est clairement pas aussi simple de mettre cela de côté et de partir sans regarder en arrière. Ce ne serait sûrement pas au point de tourner une page, mais nous n'en serions pas aussi loin. Je sais au plus profond de moi qu'il a raison, que je ne devrais pas rester camper sur le passé et profiter de ce moment de bonheur. Mais, comment ? Même avec toute la volonté du monde, je ne pourrais effacer cela de ma vie. Cela me hantera jusqu'à la fin, même avec la plus belle nouvelle. Ce qui est presque cruel d'ailleurs. Néanmoins, il arrive suffisamment à m'apaiser pour que j'esquisse un vague sourire.

Quoi qu'il en soit, tout effort dit trop brusque n'est clairement plus d'actualité. Et je ne peux m'empêcher de me demander ce que je vais faire pendant les cinq mois restants. Je n'ai pas envie qu'on se plie en quatre pour moi. Bien que ce soit agréable de se faire dorloter, je n'en dirais pas le contraire. Cependant, sur une période aussi longue j'en deviendrais facilement folle à ce qu'on me refuse pratiquement tout au fur et à mesure. Je veux prendre soin de ce petit être en moi, mais jusqu'à présent je n'avais pas encore réalisé qu'il allait falloir faire pas mal de concession, pas seulement entre l'alcool et la cigarette. Je réponds donc d'un petit ton moqueur :

Mmh.... Ne pas lever le petit doigt, c'est beaucoup demandé... Mais j'imagine que je n'ai guère le choix. Du moment que tu sais comment occuper mon ennui, je devrais pouvoir survivre. Sinon je serais infernal jour et nuit. Désolée.

Je n'ai jamais été du genre à aimer me tourner les pouces. Même au travail, quand la période est relativement calme et qu'il n'y a pas grand-chose à faire, à deux doigts de prendre un livre en attendant que l'heure passe, je suis de celle qui trouve le moyen de prendre de l'avance quitte à ce que ce soit des choses pour trois mois plus tard. J'espère ne pas devenir totalement invivable par manque d'attraction mouvementée. Est-ce qu'ils offrent des activités pour femmes enceintes en ville ? Il faudrait que je me renseigne. Du moment qu'on ne nous propose pas de rester sagement sur un ballon et de respirer, je suis concrètement ouverte à toute idée. Néanmoins, il est vrai que s'occuper de sa futur chambre est quelque chose qui me plaît assez bien. Ce n'est pas un fait qui durera très longtemps, mais je sais que j'en profiterais au maximum. Ce n'est pas tous les jours qu'on aménage une chambre pour son futur enfant. Même pour celle de Kenji je n'ai pu y faire grand-chose malheureusement. Si ce n'est l'aider pour la peinture, il était déjà suffisamment grand pour mettre en forme et en place tout ce qu'il désirait. Voilà une chose que je compte bien rattraper. Monsieur avait déjà tout un programme en tête et le voir aussi enjoué me faisait chaud au cœur. L'étage allait devenir un petit chantier durant quelque temps, ce qui était bien plaisant à imaginer. Et puis, la question des prénoms qui suivaient derrière me fit pencher la tête de droite à gauche plusieurs fois. En voilà une demande bien spécifique. Depuis le temps que nous le voulions, prendre le temps de réfléchir ne m'a jamais traversé l'esprit. Pourtant, c'était bien primordial.

Je ne sais pas trop encore... J'aimerais quelque chose de symbolique. Après tout c'est plus ou moins pour Noël que la nouvelle a été apprise, alors je vois bien quelque chose dans cet esprit. Enfin... Nous avons encore un peu de temps pour se décider d'ici à ce qu'il ou elle arrive.

Un joli petit prénom dans le thème des fêtes de fin d'année pour être agréable, sans prendre forcément le mot “Noël” directement. Ce serait peut-être un peu trop exagérer. Mais il y doit bien y avoir plein de dériver sympathique. Cela dit, je ne suis pas contre une autre idée. Du moment que tout le reste simple à la prononciation et qu'il nous plaît.

En même temps que nous aménageons sa chambre, je pense qu'il serait temps que je fasse de la place dans celle de Kenji... Entre le nôtre qui va arriver. La tienne et ceux de Kira qui aiment venir ici... C'est littéralement un foyer pour jeunes. Et même, elle ne peut rester indéfiniment fermée clé.

Cela ne sera pas bien facile au début, mais c'est bien quelque chose que je dois faire à moment donné. Que je le veuille ou non, je ne peux pas condamner son accès indéfiniment. Moins encore si la maison en devient aussi surchargée en peu de temps. Du moment que je n'aie pas à faire ça dans la seconde qui suit, je devrais pouvoir trouver le courage nécessaire pour m'y mettre.

Je dépose un baiser sur ses lèvres en le remerciant d'être aussi adorable avec moi, car au final je ne sais ce que je pourrais bien faire sans lui dans ma vie. J'annonce ensuite qu'il serait temps qu'on profite du repas avant qu'il ne refroidisse entièrement. Je ne me suis pas tant tué à la tâche pour qu'il soit aussi bêtement gâché. C'est donc plus détendu et quelque peu moins effrayé de ce que pourrait nous réserver l'avenir que je nous emmène dans la cuisine. Mettant ainsi la table ensemble dans une note bien plus joyeuse que précédemment. Dégustant ensuite le repas jusqu'au dessert, celui-ci pris agréablement dans le salon avec le feu qui se consumait doucement.




© Laelyss



d6dn.pngdarC.png




 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://milano.forumactif.com


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soyons sages le Père Noël est en chemin {Bigby}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les RPs 2016-