Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé et qu'il vous aura envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Fête des écoles, Chapitre final ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Fête des écoles, Chapitre final ...   Mer 11 Jan - 17:53

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

"- Et voilà votre monnaie. Encore merci à vous. Bonne soirée et bon appétit."

Mon sourire me ferait presque mal. Il est un peu forcé parce qu'avec la fin de la journée, je commence vraiment à être fatiguée. Depuis 7h ce matin, je suis sur le pied de guerre. Finir d'aménager le stand, s'assurer que les gâteaux ne manquaient pas en surveillant les tournées, servir quelques tables pendant les heures d'affluences, tenir la caisse et donner également les commandes à emporter, petit rajout de dernière minutes devant les demandes de nombreuses familles souhaitant déguster nos préparations plus au calme ou en famille. Au final, je n'ai même pas pris le temps de déjeuner et maintenant, je me permets de laisser échapper un léger soupir.

- On a fait une recette record. Je n'aurais jamais imaginé que l'on aurait autant de succès. C'est fantastique, avec tout ce qu'on a récolté, on pourra proposer de ... Haizea ?  

"- Hum, oui Marie. Tu disais ?"

- Je disais que tu avais une mine affreuse et qu'il était temps que la journée prenne fin. Dis-moi, c'est quand la dernière fois que tu t'es assise ? 

Ça devait être hier, elle a pas arrêtée. Pour un peu, elle en aurait arrêté de respirer si ce n'était pas un pur réflexe.

Je reste une seconde surprise d'entendre Victor intervenir. Lui si discret en temps ordinaire, cela semblait l'amuser. Marie, elle, voit rouge. Oui, je n'ai pas beaucoup pensé à moi mais je ne vois pas où est le problème. La salon à tourné à plein régime, on a fait de beaux bénéfices, les gens sont contents et on a reçu des tas de félicitations, même de la part du directeur lorsqu'il est passé alors.

- Alors, écoute-moi bien car je ne le répéterais pas deux fois, Hai'. Maintenant, tu vas faire un tour, tu m'avale tout ce qui te passe sous la main, tu bois un coup et tu te reposes. Si je te revois sur ce stand avant la fermeture officielle de la fête, je t’assomme. T'as compris? 

Marie, tu oserais abîmer notre vedette ? Heureusement que je suis là pour la protéger alors...  

Mon sourire un peu gêné pour marie disparaît lorsque la main de Jason vient attraper mon poignet pour me rapprocher de lui. Toute la journée déjà, il s'est 'amusé' à venir régulièrement se rapprocher de moi, afin de bien se montrer devant tout le monde en ma compagnie. Au final, il est vrai que nous étions quasiment les seuls en costume, la plupart ayant au final refusés de les porter - Pas pratique qu'ils disaient - Mais ce n'était pas une raison pour qu'il se montre aussi collant.

- T'as peut-être une belle gueule, Jason, mais tu joueras au bellâtre plus tard. Elle n'a pas besoin d'un garde du corps collant, seulement de profiter aussi un peu de la fête pour elle. Alors, tu retournes t'occuper des 3 tables qui t'attendent, ouste ! 

Ah, la célébrité, qu'elle lourde croix à porter. En même temps, il est normal qu'on me réclame, je suis juste parfait, n'est-ce pas? on devrait introduire ce genre de tenue comme uniforme pour le lycée, vous ne trouvez pas ?

La 5 et la 12 attendent leurs commandes. Et avec le soir, ça s'impatiente vite. Hai', tu peux venir me voir un instant?

"- Bien sur, j'arrive."

Marie et Jason continuent d'argumenter dans mon dos, de façon assez discrète pour ne pas faire fuir les clients mais assez véhémente pour qu'on les entend malgré tout. Victor s'éloigne et me fait signe de le suivre jusqu'à ce qu'il arrive dans le couloir. Je lui tiens la porte ouverte pour faciliter le passage du plateau et une fois cette dernière refermée, il me sourit gentiment.

Ça y est, t'es libre. Va faire un petit tour, ça te fera du bien. On devrait survivre à ton absence, t'en fais pas.

"- Merci Victor. Promis, je reviendrais à la fermeture pour le rangement."

Il se contente d'un geste vague de la main, déjà en route vers un autre stand tandis que je profite du coup de ma soudaine liberté pour faire le tour de la fête. Je n'ai même pas eu l'occasion d'aller voir Ewan et Tahlia, je m'en veux un peu du coup mais bon, je me ferais pardonnée en leur ramenant des gâteaux de notre stand.

Même si la journée touche à sa fin, l'animation règne encore. Réduite mais bien présente. Les maternels et les élémentaires ont déjà tout rangés, les professeurs se chargeant de cette partie, alors que l'annonce de la fin des festivités retentit. Les dernières familles présentes traînent encore, profitant de l'ambiance plus calme de la fin de journée. Certains stands commencent à ranger tandis que je reviens jusqu'au notre, où il reste encore 2 familles d'attablées.

Alors, ce petit tour, c'était comment?  

"- Très sympa, vraiment. Merci de m'avoir 'chassé' ainsi. Mais aucun gâteau ne vaux ceux de notre stand."

Sur ce, je viens saisir un de ceux qui se trouve sur le plateau devant moi et mord de dans avec plaisir. Je n'ai rien goûté d'autre, Marie s'en doute mais au moins, j'ai avalé quelque chose et j'ai pris l'air en faisant un tour. Alors, elle se contente de me sourire avant de terminer d'encaisser les dernières commandes.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Mer 11 Jan - 19:12

Fête des écoles, Chapitre Final.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Plouf

Comme prévu, j'étais venu aider aujourd'hui. Je n'étais pas en forme non plus, j'avais du mal à me remettre de ma précédente utilisation. J'étais resté couche quelques jours et c'était le premier jour ou je me levais. Ayant promit de venir faire la plonge pour le stand, j'étais dans l'arrière salle seul encore. Comme tout le monde était censé être déguisé, on m'avait fait une petite blague ...Drôle? Pas vraiment, mais je dois faire des efforts pour m'adapter c'est ce que j'ai trouvé pendant ses 2 jours de repos. Je ne serais plus jamais seul. On m'avait donc passé un masque et tuba pour la blague du déguisement. Blague que j'ai eu du mal à accepter avant de les mettre.

Ma journée à donc été de nettoyer, nettoyer et nettoyer. Je ne sortais juste de la petite pièce que pour prendre le sale et déposer le propre. Pour le repas de midi, Aurora a été cool et m'a préparé un petit truc qui était pas mauvais pour une fois. Peut être que je l'encouragerais à me préparer ça plus souvent que c'est truc bizarre et gluant ... Enfin bref, la journée est calme et très épuisante pour moi. Mes fringues sont totalement trempées avec toutes les éclaboussures et l'eau, y a un peu d'eau partout même à mes pieds, mais j'ai pas mal limité les dégâts quand même.

Mes mains étaient tout de même fripé bien que je porte des gants. L'humidité qui est rentré petit à petit je suppose. Je mentirais en disant que j'étais enjoué de ce mon rôle, non c'était chiant, pas amusant et j'avais aucun plaisir à faire ça mais si ça pouvait aider, faut bien que quelqu'un si colle. La vaisselle ne va pas se faire toute seule! C'est ce que ma mère me disait quand on cuisinait. Etrangement mettre le bazar et cuisiné j'étais la, mais j'essayais toujours de me barrer pour éviter la vaisselle. Faut croire que je suis entrain de rattraper le quota auquel j'ai échappé durant toutes ses années. Avec un surplus même en fait. Il faut dire que si je supporte si bien de faire ça, c'est peut être ca je suis sourd. En effet, je pense que ce qui fait craquer c'est entendre l'eau couler toute la journée, entre ce bruit agaçant et l'envie d'aller au toilette, une vraie torture, mais moi je peux y échapper assez facilement.

Je sors avec une pile de vaisselle que je pose sur le comptoir, puis je prends la salle. Ca a été ça toute la journée, il posait la pile sale, je posais la propre et je repartais avec la salle. Au moins avec la vaisselle qui passait sous mes yeux je pouvais dire que notre stand avait un certains succès ... Enfin je l'espère vu ce qui défile en arrière salle. Je nettoie donc la nouvelle pile et ne dis rien. Y avait pas beaucoup de lumière ici et avec la nuit qui arrivait c'était encore plus sombre. Je tourne doucement la tête pour chercher une bougie à allumer, mais y en a pas. Je regarde le levier et me décide à terminer rapidement ce qui reste avant de ne plus rien voir du tout ici. Ce qui fait que je sors avec une pile de vaisselle de nouveau propre que je pose:

"-Voila j'ai terminé la vaisselle ... y a plus rien"

Je prends la serpillère et de quoi nettoyer derrière et en avançant je tombe nez à nez avec Haizea. Je ne l'avais pas vu depuis que j'étais arrivé ce matin et on avait pas eu le temps de se parler comme elle était sur l'ouverture du stand le positionnement des tables etc. Je la regarde et fais un hochement de tête pour lui dire bonjour et lui demande:

"-Ca va depuis la dernière fois ?"

Y avait aussi sous-entendu ça va mieux surtout ? Je n'ai pas causé de trop grosse blessure? Je m'étais inquiété pas mal pendant que j'étais resté allongé dans un lit à rien faire sauf me reposer. A vrais dire, je me sentais toujours un peu coupable bien que j'avais enfin fait certains choix dans ma vie:

"-Alors ? Le stand a bien marché je suppose? C'est cool non ?"

J'essayais de trouver un sujet de conversation, ne sachant pas trop sur comment revenir à discuter avec elle après tout ça.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Mer 11 Jan - 19:51

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

"-Voila j'ai terminé la vaisselle ... y a plus rien"

- Vraiment ? C'est vraiment super. Merci Nemeroff. Pour le coup, t'es aussi un peu le héros de la journée parce que sans toi, on aurait vraiment galéré. 

C'est vrai. Merci d'être venu et d'avoir autant assuré.

Ouais, enfin c'est bon. C'était que de la vaisselle.

Déjà, Marie remonte au créneau prête à remettre Jason à sa place, visiblement passablement énervée par son comportement. Victor se contente de soupirer et de laisser les deux autres se crêper le chignon tandis qu'il finit de débarrasser les tables. Moi, je viens déposer la caisse avec notre recette comptée et verrouillée dans la caisse destinée aux professeurs avant de revenir à Nemeroff qui nous a rejoint.

"- Ca va depuis la dernière fois ?"

"- Oui, ne t'en fais pas. Tout va bien. La preuve, Marie et Victor ont dû s'y mettre à deux pour que je prenne une pause."

Je lui souris gentiment, sachant très bien qu'il ne parle pas de ça. Ma jambe porte encore les stigmates du coup reçu mais elle ne me fait presque plus mal et pour le reste, je n'ai vraiment plus rien. Et puis, je ne veux pas qu'il se fasse de reproches à propos de tout cela. Ce n'était pas sa faute, il ne le voulait pas donc je ne compte pas revenir dessus.

"-Alors ? Le stand a bien marché je suppose? C'est cool non ?"

"- Oui, c'est chouette. Avec les bénéfices, on va pouvoir sans doute financer des sorties ou de nouveaux achats de matériels pour le comité des élèves. Et en plus, comme tout s'est bien passé, on aura peut-être l'autorisation d'en réorganiser une autre, un de ces jours.
Enfin, pas tout de suite non plus."


C'était vraiment sympa d'avoir pu faire tout ça mais c'était aussi un gros investissement, de temps, de volonté et de personnes alors pas plus d'une ou deux fois par an. Et pas à proximité des périodes d'examens.

"- Et toi, comment ça va? Tu n'as pas trop froid? Tu as l'air trempé. Ce n'était pas trop dur de rester tout seul derrière toute la journée?"
 
Marie et Jason ont fini par sortir de la salle, se criant presque dessus. c'est impressionnant comme ils peuvent faire du bruit tous les deux. Victor vient déposer devant nous ce qu'il reste de gâteaux et autre confiseries préparées pour les familles. Il doit en rester 3 voir 4 parts, ce qui fait vraiment pas grand chose vu tout ce que l'on avait concocté.

"- Tu as pu les goûter? Prends-en au moins un, tu vas voir, ils sont délicieux. Et il reste un peu de thé aussi. Plutôt que de le jeter, si tu en veux une tasse... Je vais en prendre une, pour ma part. "

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Mer 11 Jan - 21:09

Fête des écoles, Chapitre 2.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Prisonnier de mes propres ténèbres.

"- Oui, c'est chouette. Avec les bénéfices, on va pouvoir sans doute financer des sorties ou de nouveaux achats de matériels pour le comité des élèves. Et en plus, comme tout s'est bien passé, on aura peut-être l'autorisation d'en réorganiser une autre, un de ces jours.
Enfin, pas tout de suite non plus."


Je tombe d'accord avec sa déclaration, ouai pas tout de suite. Ou en tout cas je referais pas la plonge tout de suite, j'ai tenu la journée, mais ma patience n'est pas infinie non plus malheureusement pour nous. Tout de les bonnes choses ont une fin on dit, bah les mauvaises aussi. Il est temps de raccrocher ma tenue de plongeur professionnel. Je viens enlever le masque et le tuba le posant sur la table secouant légèrement la tête car l'élastique a légèrement laissé une trace dans mes cheveux, je le vois dans la vitre de la classe.Je passe ensuite légèrement la main dans mes cheveux en silence et regarde Haizea:

"- Et toi, comment ça va? Tu n'as pas trop froid? Tu as l'air trempé. Ce n'était pas trop dur de rester tout seul derrière toute la journée?"

Je tire légèrement mon t'shirt regardant un peu d'eau goutant au sol. Ouai je me suis pas raté, on dirait que j'ai pataugé dans une pataugeoire comme un bébé. Je souris un peu tout de même. En vrais pour avoir passé une journée à lavé de la vaisselle, je m'en tire super bien finalement. Y a que le bas du T-shirt et le pantalon qui sont mouillés.

"-Non ça va, c'est surtout le fait que sa colle à ma peau qui est gênant et la sensation d'humidité."

Je souris doucement et vois le blondinet et l'amie d'Haiz sortir. Je reste silencieux repensant à intercalation sur le toit avec lui. Je pourrais me sentir toujours en colère contre lui maintenant que je me suis calmé, mais ma colère contre lui c'est un peu dissipé avec mon envie de repousser Haizea. Je pense que j'ai démarré au quart de tour. C'est vrais que pour les autres qui ne sont pas au courant c'est étrange. Enfin bref, alors que je cherche à penser à autre chose je vois des biscuits être posé à côté de nous et Haiz me dit:

"- Tu as pu les goûter? Prends-en au moins un, tu vas voir, ils sont délicieux. Et il reste un peu de thé aussi. Plutôt que de le jeter, si tu en veux une tasse... Je vais en prendre une, pour ma part. "

Je viens doucement en prendre un et croquer dedans, en cassant un morceaux que je manges doucement dans ma bouche. Il est vraiment bon, je ne raffole pas forcement des choses trop sucrés. J'aime les desserts, mais ils ne doivent pas être trop sucrés, les gros gâteaux au chocolat avec pleins de bonbon dessus, de la crème etc, je ne suis pas du tout fan. Mais un fraisier avec un peu de chantilly ou même un salade de fruit fraiche j'adore. Ici, les gâteaux ne sont pas trop sucrés et parfait. Je ne sais pas pourquoi mais je pense que le biscuit serait juste parfait pour accompagner un crème de citron. Alors que je le termine, Haizea fait le thé, j'en profite qu'elle soit parti pour enlever mon T-shirt et le poser sur le radiateur de la salle, espérant qu'il sèche un peu avant que je ne sorte de l'école. Je viens prendre ma veste sur mon sac et l'enfile la fermant pour ne pas montrer mon torse à tout le monde.

"-Au fait par rapport à l'autre jour ..."

Je regarde si personne est proche pour écouter parlant un peu plus bas. Je ne voulais pas spécialement qu'on entende que j'ai des crises, que j'ai faillis tuer Haiz ou autre. Je termine ma demande:

"-Il c'est passé quoi sur la fin? Enfin, je me souviens que d'avoir vu ton visage avant de m'écrouler. Mais je sais pas pourquoi Aurora et Lenka n'arrêtent pas de me taniquer en me disant "Alors le printemps est arrivé ?" ou pleins de petit moquerie que je comprends pas. Et il le faisait pas avant ce jour la.

La seule chose que j'aurais pu faire pour déclencher ça ... C'est, enfin j'espère que c'est pas ça quand même, car c'est plutôt gênant:

"-Toi qui étais la, je ne parlais pas dans mon sommeil au moins?"


Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Mer 11 Jan - 21:48

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

"-Non ça va, c'est surtout le fait que sa colle à ma peau qui est gênant et la sensation d'humidité."

"- Installe-toi le temps que je prépare le thé. Ça te fera du bien aussi, de te poser un petit peu."

Je vais donc chercher le nécessaire avant de faire réchauffer le thé qu'il nous reste avant de disposer le tout sur un plateau. Les deux tasses embaument agréablement des arômes fleuris du parfum de ce dernier. Il se marie bien avec les gâteaux, peu sucrés mais assez secs. Je laisse le thé infuser dans la théière avant de déposer le plateau rempli sur la table où Nemeroff s’est installé.

"-Au fait par rapport à l'autre jour ..."

Je m'assois peut-être un peu vite, mais au moins, je n'ai rien fait tomber. Avec un peu de chance, il n'aura rien remarqué comme il vérifiait si les autres n'étaient pas trop près. Tiens, il a mis sa veste? Et là-bas, sur le radiateur, c'est son t-shirt... Bon, on en était où, déjà?

"-Il c'est passé quoi sur la fin? Enfin, je me souviens que d'avoir vu ton visage avant de m'écrouler. Mais je sais pas pourquoi Aurora et Lenka n'arrêtent pas de me taniquer en me disant "Alors le printemps est arrivé ?" ou pleins de petit moquerie que je comprends pas. Et il le faisait pas avant ce jour la.

Mon Dieu, c'est pas vrai. Dites-moi que j'ai mal entendu. Enfin, pour le coup, je ne sais pas ce qui m'étonne le plus. Qu'ils n'ai pas une idée de ce que laissent entendre ses amis de l'orphelinat ou le fait qu'il ai vraiment tout oublié. Après, vu son état, je peux aussi comprendre mais cela me surprend. Et les autres, ils ne pouvaient pas se taire? J'ai le regard un peu fuyant et les joues légèrement rougies d'un coup, heureusement que les autres sont tous occupés ailleurs.

"-Toi qui étais la, je ne parlais pas dans mon sommeil au moins?"

"- Non, tu n'as rien dit, rassure-toi. Tu as dormi très profondément, tu étais vraiment très fatigué."
 
Respire Haizea. Pour essayer de me calmer, je viens servir le thé et lui en offre une tasse avant de m'en servir une également. La chaleur de cette dernière dans mes mains est agréable mais je reste malgré tout un peu anxieuse. Je dois lui répondre mais franchement, lui dira ça ? Mais qu'est-ce qu'il m'avait pris?  

"- Pour leur moquerie, je... Suis désolée, c'est... Ma faute en fait... J'ai eu du mal à te rejoindre et... même dans l'eau, les Ombres m'attaquaient... J'ai voulu de te parler mais... Tu semblais si loin, tu ne réagissais pas alors... Je... J'ai... "

Mon regard était fixé sur la tasse entre mes doigts, qui tapotaient dessus de façon nerveuse. De toute façon, ils finiront bien par le lui dire. Et puis, je l'ai fait alors, je devrais l'assumer mais... Je ne sais pas, je ne me sens vraiment pas à l'aise. Finalement, avec une grande inspiration, je relève les yeux et finis par croiser son regard en articulant doucement mais très clairement.

"- J'ai... glissé...  "

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Mer 11 Jan - 22:13

Fête des écoles, Chapitre 2.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Prisonnier de mes propres ténèbres.

"- Non, tu n'as rien dit, rassure-toi. Tu as dormi très profondément, tu étais vraiment très fatigué."

Je m'étais assis en attendant qu'elle termine de faire le thé. j'avais mal au dos à force d'être resté debout toute la journée, c'est pas du tout agréable. La phrase d'Haizea vient me rassurer sur le fait que je n'ai rien dis de particulier dans mon sommeil c'est plutôt cool alors. Mais d'ou vient cette taquinerie de ses 2 la. Surtout qu'ils semblent bien en rire, venant d'Aurora ça me surprend pas elle est toujours entrain de le faire. Mais Lenka le fait pas si souvent que ça donc ... Pourquoi. Mhhhh je reste assez dubitatif et reprend un petit gâteau le mangeant doucement.

"- Pour leur moquerie, je... Suis désolée, c'est... Ma faute en fait... J'ai eu du mal à te rejoindre et... même dans l'eau, les Ombres m'attaquaient... J'ai voulu de te parler mais... Tu semblais si loin, tu ne réagissais pas alors... Je... J'ai... "

Je prends la tasse dans ma main en remerciant Haiz de me l'avoir servit et je ne comprend pas en quoi c'est sa faute. C'est après moi qu'il se moque donc c'est moi qui ais du faire une chose en particulière. Je reste assez silencieux à cette déclaration, ma gorge se serrant un peu, ainsi que mon coeur en repensant à tout ça et je me sens bête de lui faire repenser aussi à ça. Mais bon, c'est un sujet au moins on parle de quelque chose. Je souffle doucement sur le thé pour le faire refroidir un peu plus vite, j'ai vraiment du mal avec le thé vraiment chaud.

"- J'ai... glissé...  "

Je regarde en essayant de comprendre le rapport avec moi. Glissé ? Bah c'est d'elle qu'il faut se moquer alors, pas moi. Puis en quoi ça à rapport avec le printemps.

"-  Glissé je vois."

Je ne comprend pas pourquoi on se moquerait d'elle pour ça. Surtout qu'elle était blessé et que je l'attaquais ils sont pas cool. Pourtant j'ai l'impression de passer à côté de quelque chose avec ce mot. Je prends une gorgée de thé en essayant de comprendre ce qui me dérangeait, ce qui m'échappait dans tout cela et quelque chose me reviens en esprit. Le jour ou je la raccompagnais chez elle, quand on c'était vu en forêt. J'avais dis exactement la même chose quand on c'était... Je redresse la tête et demande en devenant rouge:

"-  Attends glissé comme dans mon "Désolé j'ai glissé?" de la dernière fois ? "

Je replonge ma bouche dans ma tasse et est gênée. Je ne sais pas quoi dire pour le coup. Tout ce que je sais c'est qu'ils ont pas finit de m'emmerder avec ça. Mais est ce que ça me dérange vraiment dans le fond de savoir ça? Pas vraiment, c'est gênant mais l'idée que les lèvres d'Haizea est de nouveau rencontré les miennes n'est pas si désagréable que ça. C'est même plutôt l'inverse en fait.

"-  On est à égalité au moins ... On a glissé tout les deux ..."

Je ris légèrement à cette déclaration en silence. Je garde la tasse dans ma main pour les réchauffer regardant toujours autour de nous voir si on était seul. J'ai décidé de tout dire à ceux que j'apprécie est-ce que je dois le faire ou pas ... Faut bien commencer quelques parts, je regarde Haiz et lui avoue:

"-  Par rapport à ça ... Il est peut être possible que je n'ai pas glissé autant que je le prétends la première fois"

Je rougis fortement à cette déclaration, j'avais l'impression que ma tête allait éclaté et je ne savais pas vraiment ou me mettre:

"-  Voir pas du tout glissé en fait... "


Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Jeu 12 Jan - 9:26

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

"-  Glissé je vois."

Oh, il le prend vraiment si bien que ça? En fait, il semblerait qu'encore une fois, je me sois fait des films et un sang d'encre pour rien. Au fond, je ne sais même pas trop si son absence de réaction me fait plaisir ou si elle me blesse un peu. Mais bon au moins maintenant, les choses sont dites et il sait. Je viens souffler sur ma tasse avant d'en goûter une gorgée également et cela me fait du bien.

"- Attends glissé comme dans mon "Désolé j'ai glissé?" de la dernière fois ? "

"- Euh... Eh bien..."

Heureusement que j'avais fini de boire parce que là, je crois que j'aurais tout recraché. Donc en fait, il n'avait pas compris? Le rouge est remonté furieusement à mon visage. Mes lèvres ont vaguement articuler un oui que je n'ai pas sorti et que je ne suis pas certaine qu'il ai vu. Mais vu la couleur de ses joues, je pense que mon début de réponse suffit.

"-  On est à égalité au moins ... On a glissé tout les deux ..."

"- Oui, on... peut dire ça...."

Pour le coups, son rire me fait sourire. Comme si c'était contagieux. Ce dernier est toujours un peu gêné malgré tout mais bon, quelque part, je me sens soulagée aussi. Je ne pensais pas qu'il aurait oublié, encore qu'il me demanderait directement le pourquoi des moqueries des autres. Cela veut aussi dire qu'il me fait confiance dans un sens alors oui, ça me rassure.

"- Par rapport à ça ... Il est peut être possible que je n'ai pas glissé autant que je le prétends la première fois
Voir pas du tout glissé en fait... "


Alors là... Enfin, je sais que nous sommes amis et qu'on peut tout se dire mais quand même. Je ne sais pas pourquoi mais sur le coup, je suis incapable de réagir. J'ai littéralement l'impression d'être en pleins montagnes russes tellement mon coeur bat vite et fort. Est-ce à cause de ses mots? De son regard? De tout ce qui s'est passé ces derniers mois? Je ne sais pas mais je n'arrive plus du tout à réfléchir.

"- Merci de... ta franchise..."

Plus idiot que ça, tu meurs. Mais je n'arrive vraiment rien à sortir d'autre. Je me sens un eu perdue en fait. J'avais vraiment fini par y croire, à son excuse alors, pourquoi me dire la vérité aujourd'hui ? Qu'est-ce qui a changé entre ce moment et maintenant? A mois que... En fait, peut-être qu'il veut seulement savoir pourquoi j'ai fait ça ? Comme il ne se souvient pas, ce serait plutôt logique en fait. Mais, est-ce que je pourrais être aussi honnête que lui?

"- Je n'ai pas... glissé non plus, en fait... J'avais juste... terriblement peur... Parce que même si je t'avais rejoint... même si je te parlais, même si je te touchais... Tu ne réagissais pas... Tu restais simplement là, le regard éteint, à saigner comme jamais et... je ne voulais pas... Je ne veux pas... Te perdre toi aussi..."

On m'a déjà pris trop de choses. J'ai dû dire au revoir à trop de gens que j'aimais et je ne veux pas que cela recommence. J'ai beau savoir que m'attacher c'est forcément prendre le risque que cela se reproduise, je ne veux pas me séparer de cette famille qu'on m'a offerte, de mes amis et de tout le reste juste parce que j'ai peur. Maître Iroh me l'a bien fait comprendre, je suis ma seule limite. Alors je dois devenir plus forte, même si vraiment difficile.

La tasse dans mes mains tourne un peu nerveusement alors que je me mords la lèvre, frissonnant un peu. Oui, même le fait d'y repenser me fait paniquer. A moins que ce ne soit juste à cause de mon coeur qui bat comme un fou. Il a été honnête alors je le serais aussi mais, si même moi je ne sais pas ce que je ressens, comment je pourrais l'être? Parce que Nemeroff est mon ami avant tout. Un ami très cher. Vraiment.

"- Je ne savais pas quoi faire... Les 2 autres, ils... n'arrivaient pas à nous rejoindre et... J'avais l'impression que plus rien... Ne pouvait t'atteindre... Mais il fallait que tu reviennes... Que je te ramène alors... J'ai simplement... suivi mon coeur... "

Un des grands principes du Maître. On ne gagne pas par la force seule. Même la ruse, l'endurance et l'agilité ne font pas tout. Il faut savoir lire l'adversaire et lire en soi. Ouvrir son âme pour sentir ce qui résonne vraiment et ainsi, suivre le bon chemin. La raison et la logique sont primordiales, l'instinct essentiel mais c'est toujours le coeur qui a le dernier mot. Car les sentiments sont avant tout le vrai moteur de l'être humain.

Il n'empêche, je me sens vraiment idiote d'avoir dit ça comme ça. Je laisse mon regard revenir se perdre dans ma tasse, dont je prend une nouvelle gorgée. J'ai fait ce qu'il fallait, je ne regrette pas mon geste. Alors, pourquoi est-ce que c'est si compliqué de simplement l'accepter, surtout devant lui?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Jeu 12 Jan - 13:16

Fête des écoles, Chapitre 2.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

"- Merci de... ta franchise..."

Je ne sais pas trop quoi dire. Elle semble ... bizarre, elle ne le prend pas mal mais elle semble ne pas être rassurée pour le coup. C'est étrange. Je viens prendre une gorgée de thé. Pourquoi j'ai dis ça moi. C'était très bien dans la version d'avant en fait. Pour le coup je m'en veux d'avoir dit ça, alors que ça semblait être calme enfin entre nous deux.

"- Je n'ai pas... glissé non plus, en fait... J'avais juste... terriblement peur... Parce que même si je t'avais rejoint... même si je te parlais, même si je te touchais... Tu ne réagissais pas... Tu restais simplement là, le regard éteint, à saigner comme jamais et... je ne voulais pas... Je ne veux pas... Te perdre toi aussi..."

Mmmhhh ... Je suis content, mais en même temps ça restait pas nécessité donc. Je ne vais pas m'affoler. Je regarde doucement de droite à gauche. Pour échapper à cette honte et gêne je pouvais sauter par la fenêtre. On est qu'au deuxième étage je peux survivre voyons ce n'est pas impossible et m'enfuir et ne jamais revenir. Je suis vraiment gêné pour le coup et mon coeur s'emballe un peu trop à mon goûts. J'ai l'impression qu'il va imploser avec ses " Boum..Boum... BOUM... BOUMMMMM" comme s'il ce foutait de ma gueule.

"- Je ne savais pas quoi faire... Les 2 autres, ils... n'arrivaient pas à nous rejoindre et... J'avais l'impression que plus rien... Ne pouvait t'atteindre... Mais il fallait que tu reviennes... Que je te ramène alors... J'ai simplement... suivi mon coeur... "

Je ne sais pas comment prendre la dernière partie. Je viens prendre un gateau et le grignoter doucement en silence. Je suis content qu'elle n'est pas hésité pour moi, oui je mentirais en disant le contraire. Mais déçu que c'était de l'extrême nécessité. Enfin je ne peux pas tout avoir et peut être que ce que j'éprouve n'est pas une chose identique à ce que j'éprouvais pour Yona. Peut être que je me trompe et c'est une forte amitié. Je ne vois que ça, enfin bref, je souris légèrement pour ne pas l'inquiéter ou la rendre encore plus mal à l'aise que je ne le fais déjà en 10 minutes.

"- Je vois, je te remercie alors ... C'est vraiment cool de ne pas avoir hésité et m'avoir remmené à la raison."

Arghh ... Encore cette situation de malaise et de vide entre nous. C'est vraiment horrible ce genre de situation. D'habitude je ne le remarques pas mais la ... Y a carrément une tension qui c'est installé. Je frotte doucement ma nuque en venant boire une gorgée de mon thé. Je ne sais pas vraiment sur quoi relancer après ça. Je ne savais   plus ou me mettre:

"- Je ... Je suis heureux de savoir que tu m'as embrassé aussi ..."

Oh...merde...qu'est ce que je viens dire ? QU'EST CE QUE JE VIENS DE DIRE BORDEL DE ... Ca y est dans ma tête je me lève et je me jette par la fenêtre pour survivre à toutes cette connerie. Je me lève soudainement posant les mains sur la table:

"- Je ... je ...reviens je vais chercher du sucre"

Ni une ni deux, je prends mon élan et je cours chercher du sucre derrière le petit comptoir qu'il avait emménagé et j'essaye de reprendre mes esprits ... Mais pourquoi j'ai dis ça, je suis con ou quoi. J'hésite à m'en coller une tout seul, mais on me prend déjà assez pour une fou. Je mets bien 5 minutes avant de prendre le sucre et revenir rouge comme une pivoine:

"- Désolé ... je ne le trouvais pas"

Disais-je pour justifier l'attente de mon retour.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Jeu 12 Jan - 22:04

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

."- Je vois, je te remercie alors ... C'est vraiment cool de ne pas avoir hésité et m'avoir remmené à la raison."

"- C'est normal... Tu aurais fait la même chose pour moi..."

Tu l'as même déjà fait. Tenter de me sauver et me protéger quitte à y laisser une art de toi-même. Je n'ai pas oublié cette soirée d'Halloween dans ce sinistre château, avec cette chauve-souris, ces drôles d'ombres ainsi que ces araignées dans cette immense toile. Si nous nous en étions aussi bien sortir, c'était avant tout grâce à toi. Et ça, je ne l'oublierais pas, jamais. C'est en partie grâce à toi si je suis encore en vie aujourd'hui.

"- Je ... Je suis heureux de savoir que tu m'as embrassé aussi ..."

Pour le coup, je manque de m'étouffer avec ma gorgée de thé avant de virer au rouge pivoine. Je repose un peu précipitamment ma tasse, pour ne pas risquer qu'elle m'échappe des mains et parviens à esquisser un sourire un peu gêné mais sincère. Au fond, ces mots me font plaisir malgré tout mais c'est assez difficile à exprimer. Mon coeur qui s'est emballé ne semble par contre pas près de vouloir se calmer.

"- Je ... je ...reviens je vais chercher du sucre"

Sur l'instant, je manque de rigoler un peu. parce que je pense pouvoir affirmer qu'au fond, il est au moins aussi gêné que moi et finalement, cela me rassure. Je ne serais pas la seule à me faire des films cette fois. Enfin, je profite de son absence pour fermer les yeux et me concentrer sur ma respiration, afin de calmer mon coeur et mon souffle. Avec un peu de chance, mes joues auront aussi la possibilité de reprendre une couleur normale et une chaleur toute relative.

"- Désolé ... je ne le trouvais pas"

"- Pas de souci, ne t'en fais pas..."

Je ne me suis même pas rendue du compte du temps qu'il avait mis à revenir mais maintenant, je me sens un peu plus calme malgré tout. Je croque dans un nouveau gâteau, que je viens en premier lieu trempé dans mon thé. Je devrais relancer la conversation mais ne trouve pas quoi dire. Finalement, le simple fait d'être là avec lui, au calme, sans danger proche, je crois que j'ai aussi envie d'en profiter. Et puis, le silence évitera les malentendus.

- Ça alors, je n'en reviens pas! Enfin, elle nous a écouté. Hallelouia, elle n'est pas irrécupérable. 

Mais c'est que notre petit handicapé serait finalement bon à quelque chose.  

Lui au moins, il est aimable. Tu ne peux pas en dire autant. 

Ouais, belle gueule mais sale caractère. Et grand con aussi, faut pas l'oublier.

Pff, qu'est-ce que c'était calme quand ils étaient tous sortis. Mais bon, maintenant, il va aussi falloir penser à finir de ranger. Je laisse échapper un léger soupir avant de terminer ma tasse et de me préparer à me lever mais déjà, des mains se posent sur mes épaules et me coupent dans mon élan, me faisait me rasseoir un peu brutalement mais sans violence, me surprenant par contre grandement.

N'y pense même pas, Princesse. Tu en as assez fait pour aujourd'hui. Alors, si tu laissais un peu les autres bosser à ta place, hein?

- Comme toi par exemple. Allez, bouge-toi, espèce tire au flanc. Au lieu de compter fleurette à toutes les filles qui ont un joli sourire.

Marie, je ne suis pas un Don juan, voyons. Tu vas me faire passer pour quoi, sérieusement ? Je suis simplement le plus élégant et le plus 'top' de tous les majordomes.

Ah ouais, pourtant, ta veste sied drôlement bien à Nemeroff, je trouve. 

Profitant de l'animation entre Marie et Jason, Victor lui avait piquer sa veste pour venir le déposer sur les épaules de Nemeroff. Et il est vrai que cette dernière lui va très bien. Même sans être aussi bien ajustée qu'elle le devrait, elle lui donne un air vraiment classe. A croire qu'elle était faite pour lui.

- Eh bah, si j'avais su, je t'aurais embauché comme mascotte, Nemeroff. Sérieux, tu as une de ses classes !

Peut-être mais c'est avec moi qu'Haizea formait un super couple. D'ailleurs, je n'ai toujours pas eu mon bisou, moi. Après tous ces durs efforts, j'y ai bien droit, non?

Je me redresse d'un coup, me reculant un brin sur ma chaise et me décalant sans réfléchir un peu en direction de Nemeroff. Jason s'amuse, cela se voit mais moi, cela ne me fait pas du tout rire. Victor et Marie s'en rendent bien compte mais ils je ne dois pas non plus passer ma vie à compter sur les autres alors, je dois me sortir de cette histoire toute seule.

"- Désolée Jason, mais non. J'ai... déjà quelqu'un.."

Et alors, ça change quoi? Je te demande pas ton coeur, juste un bisou. En plus, ton chéri, il en saura jamais rien. Je parie même qu'il existe pas. Menteuse, va!

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Jeu 12 Jan - 23:08

Fête des écoles, Chapitre 2.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

Je dois bien avouer que le calme qui c'est installé pour une fois est reposant et pas oppressant. Le thé en est meilleur dans se silence d'ailleurs. Je ne sais pas trop quoi dire je bloque un peu, je suis gêné encore par toute ses révélations soudaines que j'ai fais sans réfléchir. Je souris un peu en regardant le fond de mon thé. Ca fait combien de temps que je n'ai pas eu un moment calme et agréable comme celui la. Enfin tout mes moments sont calmes et silencieux techniquement si j'en ai envie. Il suffit que je ferme les yeux, mais ils ne seront pas agréable pour autant. Je rouvre mes yeux et vois Haizea regarder la porte donc je fais de même:

- Ça alors, je n'en reviens pas! Enfin, elle nous a écouté. Hallelouia, elle n'est pas irrécupérable.

Mais c'est que notre petit handicapé serait finalement bon à quelque chose.

Lui au moins, il est aimable. Tu ne peux pas en dire autant.

Ouais, belle gueule mais sale caractère. Et grand con aussi, faut pas l'oublier.

Je rigole légèrement en fermant les yeux. "L'handicapé" ne m'échappe pas, mais il n'a pas tord donc je ne vais rien dire. En tout cas, c'est pas sa gentillesse qui va l'étouffer celui la. Je ne sais pas si je dois être rassuré ou pas qu'il ne s'étouffera pas avec. En tout cas je feint juste mon sourire pour ne pas me lever et lui éclater la tasse sur la gueule et l'envoyer à l'hôpital. J'ai dis que je m'efforcerais de changer un peu pour le bien de ce que j'aime. Ca serait con de craquer à peine 3 jours après cette résolution que je compte tenir. Mais faut avouer que j'arrive à une étape compliqué de cette promesse, me maîtriser face à une personne qui me sort par les yeux et qui m'agresse doucement.

N'y pense même pas, Princesse. Tu en as assez fait pour aujourd'hui. Alors, si tu laissais un peu les autres bosser à ta place, hein?

- Comme toi par exemple. Allez, bouge-toi, espèce tire au flanc. Au lieu de compter fleurette à toutes les filles qui ont un joli sourire.

Marie, je ne suis pas un Don juan, voyons. Tu vas me faire passer pour quoi, sérieusement ? Je suis simplement le plus élégant et le plus 'top' de tous les majordomes.

Ah ouais, pourtant, ta veste sied drôlement bien à Nemeroff, je trouve.

Je ris de nouveau légèrement à tout cette chamaillerie inutile. On dirait les gosses de l'orphelinat qui se chamaille. Mais bon, au moins ça fait une petite animation et je vois que je ne suis pas le seul à qui se blond tape sur les nerfs. Je pensais que je faisais une fixette car il était un peu trop tactile avec Haizea, mais en fait il est vraiment gonflant ce mec. Je sens quelques chose se déposer sur mes épaules. Je suis surpris et regarde pour reconnaître la veste. Viktor me fait signe de la mettre correctement en imitant le fait de se remettre une cravate. Je comprends assez facilement ce qu'il veut et me redresse afin de mettre cette veste comme il me le demande si sympa. Mais Viktor m'arrête et la retire et vient retirer ma veste:

Allez, on verra pas bien par-dessus ta veste !

- Non ... Fait pas ...

Je rougis fortement quand je me retrouve torse nu et me tourne en lui arrachant la veste pour l'enfiler. Ce n'est pas le fait d'être torse nu qui me gêne le plus, c'est vraiment de montrer mon stigmate des ombres. J'ai pas envie que tout le monde est la possibilité de savoir que je suis elementis. J'ai pas envie d'avoir des problèmes en plus avec ça. Les autres prennent ça pour de la gêne, mais je préfère ça que l'autre solution.

- Eh bah, si j'avais su, je t'aurais embauché comme mascotte, Nemeroff. Sérieux, tu as une de ses classes !

Peut-être mais c'est avec moi qu'Haizea formait un super couple. D'ailleurs, je n'ai toujours pas eu mon bisou, moi. Après tous ces durs efforts, j'y ai bien droit, non?

Je suis énormément flatté quand même que je sois plus classe que le blond et je lui fais un grand sourire tout de même. C'est une petite victoire pour moi quand même, bien que je ne cherche pas la guerre avec lui particulièrement Haizea vient près de moi ce qui me surprend quand même puis elle déclare:

"- Désolée Jason, mais non. J'ai... déjà quelqu'un.."

Et alors, ça change quoi? Je te demande pas ton coeur, juste un bisou. En plus, ton chéri, il en saura jamais rien. Je parie même qu'il existe pas. Menteuse, va!

Quoi elle a un copain Haiz? Je savais pas. Moi je la crois, elle n'est pas du genre à mentir. En tout cas, je constate que le mec est un peu trop entreprenant et qu'il fait le tour de la table pour se diriger vers Haizea. Marie et Viktor restent silencieux à ce spectacle que je qualifierais de hautement pitoyable. Faut le dire. Je ne voulais pas me mêler de ça en réalité, Haiz est assez grande et a du répondant, pourtant elle semble se rapprocher de moi et quand je vois qu'il va l'attraper j'avance doucement et arrête son bras en venant l'attraper avec ma main au niveau du poignet. Je souris juste et ne lui fais pas mal:

Oh, blanche neige protège sa brebis égarée. C'est meugnon !!!

Je ris doucement, oh très drôle. Il connait ses classiques le blond, peut être pas si con que ça finalement. Je ne le lâche pas pour autant:

- Alala ... Et ça se dit gentleman alors, tu me déçois Jason.

Je la regarde laissant Haiz reculer, je lui bloque la main en silence ne baissant pas le regard devant lui. Oui il est légèrement plus grand que moi et alors. J'ai affronté des choses plus terrifiantes que lui comme mon maître, j'ai passé une soirée dans un château à lutter contre des créatures maléfiques. Alors ce n'est pas un blond qui ne laisse que du paraître qui va me faire fuir ou me faire baisser le regard. J'ai dis que je me calmerais sur la colère, mais pas que j'écraserais ma fierté devant le premier pecno venu.

C'est quoi ton problème? C'est pas ta copine que je sache

Oh, dans le fond j'aimerais que ça soit le cas en tout cas ... Mais non il a raison ce n'est pas ma copine. Je détourne légèrement le regard en silence, réfléchissant à cela d'ailleurs. Est-ce que j'aimerais Haiz à ce point la? Je ne sais pas, mais au fond de mon coeur c'est le cas. Mais je ne suis passez lucide et trop gêné pour me l'avouer. Mon regard se reporte sur blondinet qui est en plein caprice:

- Certes ... Mais Haizea est bien plus importante pour moi que tu ne pourras jamais le comprendre. Donc je te conseil de ne pas lui faire de mal et de ne pas l'embêter.

Je lâche le poignet de Jason qui se le frotte doucement en me regardant. Visiblement il ne semble vraiment pas content et je peux le comprendre dans le fond. Mais je ne le laisserais pas faire de mal ou forcer Haiz a faire des choses quelle ne veut pas.

Tu vas faire quoi l'handicapé? T'es qu'un moustique que je peux écraser entre mes doigts. Je pourrais te massacrer et te foutre dans un fauteuil roulant, c'est ce que tu veux en plus d'être sourd ?

Je m'approche de lui en venant devant lui. Seul quelques malheureux centimètres nous sépare et je lève la tête pour le fixer dans les yeux avec un air sérieux. Je ne me maîtrise. Je dois être plus fort que ce genre d'insulte mais l'envie de le détruire maintenant est vraiment forte.

- Je serais vraiment content de voir ça. Suis-je la seule personne que tu penses assez faible pour m'insulter ouvertement et me menacer? Tu risques d'avoir un retour de flamme irréversible mon pauvre.

Je suis peut être en rédemption de cette colère et ses ténèbres qui m'habitent, mais ils sont toujours. Ne m'oblige pas à m'éveiller tel que j'étais car tu risques de t'en mordre les doigts blondinet. Je suis sur que ses mèches dorées seraient encore plus beau tâché de ton sang. Tu ne sais pas de quoi je suis capable pour protéger ceux que j'aime et me protéger moi. Je pourrais te démembrer morceau par morceau, le pire c'est que je ne t'entendrais même pas me supplier d'arrêter et de t'épargner car je suis sourd. Je continuerais de part en part pendant que tu regardes, puis je finirais par te crever les yeux, puis t'arracherais la tête pour ne plus entendre tes gémissements. Alors ne me force pas à relâcher ce que j'essaye d'enfermer.

Tu ne seras jamais plus qu'un moins que rien. Un petit sourd, un pauvre handicapé. Ta couleur de cheveu ne changera pas ce que tu es réellement, mon pote

Je baisse légèrement la tête serrant les poings. Oh l'idée de lui démolir sa tête d'ange me passe par la tête. Je suis tellement proche que je pourrais lui en foutre une dans l'estomac, il se baisserait et je lui éclaterais la gueule à coup de genoux et finirait par lui foutre mon poing dans la gueule pour lui éclater le crâne contre le sol. Mais je me redresse et viens le chercher à la cravate avec un grand sourire, mais ce n'était pas un sourire moqueur ou plaisantin. Il y avait une chose vraiment malsaine dans ce sourire, puis je le fais se pencher doucement pour qu'il soit à mon niveau:

- Crois moi, tu ne veux pas voir qui je suis réellement. Si c'était le cas, ma surdité m'empêcherait de te laisser la vie sauve quand tu me suppliera comme l'enfant que tu es. Mais si tu veux continuer sur cette voie, vient me voir. Je me ferais un plaisir de te voir ce qui réside au plus profond de moi blondinet. Je pense que ça te ne fera pas rire cependant.

Je le lâche et me tourne vers les autres en m'approchant d'Haizea en la fixant avec un sourire gentil cette fois, puis je l'attrape doucement par la main venant la coller contre moi et viens poser mes lèvres sur les siennes en prenant sa main dans la mienne, puis après un petit moment je sépare nos lèvres et lui dis:

- Désolé on est plus vraiment à égalité maintenant ... Et cette fois je n'ai pas du tout glissé

Je souris un peu gênée à Haiz, et j'étais vraiment pas fière de moi car j'avais ça aussi dans le but de provoquer et d'avoir ma petite victoire sur Jason, c'est pour ça qu'après avoir fais mes excuses à Haiz, je me tourne vers lui.





Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fête des écoles, Chapitre final ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2017-