Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé et qu'il vous aura envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 The crazier ❖ Jamison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Harley H. QuinnMessages : 111
Date d'inscription : 06/11/2015


MessageSujet: Re: The crazier ❖ Jamison   Sam 10 Juin - 15:09

You crazy Bitch


Ce n'est pas le genre de douleur que tu as déjà connu. Et honnêtement, tu n'es pas non plus pressée de la ressentir un jour. Pourtant, cela ne t'empêche jamais d'imaginer à quel point cela est loin d'être agréable. Son visage était torturé par la souffrance, sûrement aurait-il préféré une mort rapide à la place. Mais dans ce cas où été le plaisir de le voir se déformer sous les lames tranchantes ? Il n'avait plus de supplications, de crie ou bien même de pleurs. Cela revenait à lui enfoncer simplement un couteau dans le crâne pour ne pas perdre de temps. Rien de bien amusant en soi et d'un horrible ennui. Malheureusement pour lui, tu aimais les options qui permettaient de prendre le temps voulu et de faire participer les amis. La proposition de laisser Junki couper l'autre main était on ne peut plus sérieuse. Et le voir accepter n'était pas non plus très surprenant. Il était bien suffisamment barge pour apprécier ces petits jeux tordus tout autant que toi. Ce que tu redoutais le plus, été son manque de pratique, à la fois pour faire quelques choses de propre tout en évitant de t'égorger au passage, ce qui serait assez décevant. Alors, même s'il prenait soin de placer les lames que sur les doigts de sa victime, tu n'en restais pas moins éloigné avec une certaine marge de sécurité. Tout en maintenant ce pauvre cobaye en place. C'est qu'avec une première blessure dont le sang ne cessait de tâcher les draps, lui non plus d'arrêter pas de bouger dans tous les sens pour se sortir de ce pétrin. Tu aurais pu l'assommer pour qu'il cesse de gesticuler comme un vulgaire ver de terre, mais là encore cela enlevait tous les plaisirs à la situation. Il fallait se contenter d'une poigne ferme, bien qu'au final, cela n'empêche en rien à l'inévitable d'arriver.

La marque de coupure n'égalez pas la tienne en matière de propreté. Un soupir moqueur s'échappa de tes lèvres, tandis qu'il essaie une nouvelle tentative après sa maigre plainte. Elle ne rattrapait pas vraiment la première ligne, mais elle avait au moins le mérite d'être plus droite de quelques centimètres. Au grand désarroi de Jimmy qui luttait pour ne pas tourner de l’œil. C'est presque s'il n'ignorait pas les remarques du boucher. En tout cas, sa demande méritée une légère réflexion. Il faut dire que tu ne comptais absolument pas te rendre en personne chez Vince pour lui rendre son petit protégé à moitié cassé. Ce serait comme déclaré une nouvelle guerre. Et ce n'est pas non plus quelque chose qu'il est possible de donner à n'importe qui. Loin d'être un terrible secret, cela n'a pas besoin de faire le tour du cabaret avec quelqu'un qui a une langue un peu trop pendu. Louyse était donc à exclure de la liste, bien que cela lui aurait fait les pieds d'avoir une tâche “ingrate” supplémentaire sur le dos. Ce n'était pas la peine de chercher bien loin, pour ce rôle-là, Junkrat était bien l'homme idéal, néanmoins, avec quelques petites limites à respecter :

« ━ D'accord, tu peux prendre le rôle du livreur. Mais veille à ce qu'il ne t'attrape pas pour te réserver le même sort. J'ai la flemme de sortir l'artillerie lourde pour te sauver encore les miches. MAIS ! Interdiction de les cramer au point qu'il devienne du barbecue. Je ne compte pas encore les tués. »

S'il voulait flamber son refuge, brûler quelques hommes et mettre le tout sens dessus dessous, libre à lui de faire comme bon lui semble. Cependant, Vince devait encore rester intact. Sa mort pouvait bien arranger des choses mais, une fois un pied dans la tombe, il n'y avait plus personne pour te mettre des bâtons dans les roues et jouer avec toi sur ce plan-là. Autant garder le petit jouer quelque temps avant de l'envoyer définitivement à la poubelle. Plus encore si tu pouvais le voir s'effondrer de son piédestal. La cisaille reprise d'entre ses mains, nettoyer d'un coup de chiffon puis remis dans sa boîte, tu l'échanges contre des ciseaux à dent fraîchement aiguisé il y a peu. Puis, la chaussette devenue humide entre les lèvres de Jim, disparaît au loin. Une fois débarrassée de sa langue, il y a fort à parier qu'il aura retenu la leçon. À moins que ce soit trop douloureux et qu'il finisse par mourir entre vos mains. Une belle déception. Mais, c'est sans compter la force qu'il lui reste encore pour se permettre de l'ouvrir :

« ━ Tu… tu iras en enfer. Et j'espère que ta souffrance sera affreuse...
Trésor, tu n'es pas le premier, ni le dernier à me le souhaiter. Mais ne t'en fais pas, Satan m'a réservée une place spéciale à côté de son trône. On va s'éclater tous les deux.
T'es un monstre.
Merci du compliment. Et maintenant, fait “AAAAH” que maman puisse attraper ta langue. »

Comme chez le dentiste. Il est l'heure de pratiquer l'opération en demandant à ton assistant de tenir sa tête bien droite. Il est clair qu'après ça, ta liste de mauvaises actions ne fera que s'allonger un peu plus. Les portes du paradis resteront fermées à tout jamais, même en sauvant un petit chien de la noyade ne serait guère suffisant pour effacer toutes ses années plus macabres les unes des autres. Le roi des enfers sera donc ravi d'avoir une compagne aussi morbide est taré dans ses âmes damnées. Cependant, tu n'as pas encore signé ton arrêt de mort avant au moins une bonne trentaine d'années. Pour toi, même à soixante-dix ans tu seras toujours sur pied pour pratiquer des séances chirurgicales illicites. Mais, là n'est pas la question. Bien qu'il tente de mordre en guise de défense, tes doigts se faufilent entre sa bouche est en retire la langue visqueuse pour la mettre entre les lames. Et dans la seconde qui suit, les ciseaux se referment d'un coup net. Un morceau de chair tombe salement sur les draps, tandis que le cri reste étouffer dans sa gorge. Mais son corps se laisse s'affaler mollement, plus de résistance, plus de larmes qui coulent long de ses joues, ni même de ne soupire visant à la supplication. Le silence total de sa part. Tu ranges ton instrument de torture, l'empoigne par les épaules et le secouent dans les tous les sens.

« ━ Nan, il est cassé maintenant. Allez tombe pas dans les pommes. On ne va pas te porter jusqu’à Vince, on n'est pas tes boniches ! »

Il ne manquerait plus que ça. Et ce n'est certainement pas inscrit sur le haut de ton visage. Par précaution, tu prends quand même son pouls, ce n'est pas d'un cadavre dont tu as besoin mais d'une personne mutiler. Fort heureusement, aussi lent soit-il, Jimmy avait encore un coeur qui émanait quelque battement. Il faut dire que la perte de sang qui continuait de couler, n'aidait pas vraiment à le maintenir stable. Et si tu désirais tant l'avoir encore un tant soit peu en vie, il fallait au moins cessait les hémorragies. C'est donc à contre cœur que tu quittes le lit non sans donner un ordre à ton acolyte : « Met les doigts dans le sac en plastique. » Puis, tu quittes la pièce à la recherche d'un homme de main suffisamment costaud pour le porter sans problème et le soigner. Simplement de quoi le maintenir en vie quelques heures, après, il pouvait bien mourir, tu n'en avais plus rien à faire. Il ne te faut pas bien longtemps pour trouver le premier venu qui est sollicitée, se chargeant de prendre en main le problème étalait sur le lit de soi. Loin d'être surpris une fois dans la chambre et même dégoûter en ayant déjà vu pire, il l'enveloppe dans les draps pour épargner une vue désagréable aux clients et s'en va avec un sac de pommes terre sur le dos. Quelques directives sont dites en plus de lui tendre les doigts plastifiés.

Avant d'offrir le tout à Vince, il fallait bien s'occuper des petits détails importants, comme trouver la jolie carte qui lui sera offerte, quels mots adéquats seront employés ainsi que toutes les petites broutilles de ce genre-là. Au moins, maintenant le calme était revenu dans la chambre. Et il fallait bien mettre le coursier au courant des initiatives. C'est donc en revenant à sa hauteur, les mains sur les hanches que tu t'exprimes :

« ━ Une salade sera faite tout à l'heure et les doigts seront en guise d'accompagnement, peut-être dans une sauce mayonnaise, ou bien vinaigrette, je ne sais pas encore. Avec la langue comme “cerise sur le gâteau”. J'en ferais un joli paquet avec un ruban et un petit mot. Alors, s'il te plaît, ne perd rien en chemin et ne détruit pas la boîte faite avec amour. Sinon je te broie les chicos, compris ? »

Ce serait bien dommage de se donner autant de mal si c'est pour en perdre la moitié. Enfin, au moins, il aura rendu cette fin de soirée plus intéressante qu'à son commencement. Tu ranges rapidement le petit bazar sortis et retire la mallette du lit en la laissant au sol.

« ━ Son service se termine dans trois heures. Il faisait l'inventaire de sa journée avant de partir. J'imagine qu'il offrait un compte rendu chaque soir à Vince avant d'aller ce pieuter. Donc, il sera ravi de le voir arriver dans cet état. Tu feras son escorte avec le colis. Ce serait dommage qu'il n'arrive pas entier jusqu'à bon port. Mais, en attendant jusque-là... »

Il faisait son travail de gigolo jusqu'à une certaine heure avant de faire les comptes de ce qu'il avait gagné, le notant dans le registre puis rentrer chez lui. Comme ce que tout bon employé devait faire à moins de se faire taper sur les doigts. Une fois les portes du cabaret passé, ce qu'il pouvait bien faire ne te regarder en rien. Cependant, son programme du soir allait quelque peut changer pour aujourd'hui, même si tu tenais à respecter les heures de fin de services. Honnêtement, tu avais une autre idée en tête pour combler ce temps défilant, la phrase n'étant pas restée en suspens par hasard, tu pousses le corps de Junki à s'allonger sur le lit. Et en passant sans plus attendre à califourchon sur ses jambes.

« ━ On va occuper dignement ces trois heures restantes. »





darC.png







 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jamison FawkesMessages : 42
Date d'inscription : 14/03/2017


MessageSujet: Re: The crazier ❖ Jamison   Jeu 15 Juin - 9:37

The Crazier- J'irai dormir chez vous ! -


JAMISON
FAWKES


HARLEY
QUINN

Autant dire que quand sa cuisine est épicée, elle ne se contente pas seulement de brûler les papilles mais également tout le reste avec, c'était le moins que Junkrat puisse faire pour les balourds qui avaient cru bon de lui tomber dessus sans crier gare afin de le préparer en tartare. Œil pour œil, dent dans l’œil et cocktail Molotov dans la bouche ! Sans compter qu'il avait grand hâte de voir la face éberluée de ces enfoirés au moment d'ouvrir leur boîte de doigts apéritifs. Le milieu recourait assurément à de sales méthodes pour se faire respecter, mais il n'y avait bien qu'Harley pour rajouter cette petite touche de tordu, une sorte de marque de fabrique que n'importe qui serait en mesure de reconnaître comme étant la sienne -surtout avec autant de traces laissées derrière-. Et même si l'estomac de Jamie ne se retournait plus pour si peu, il fallait bien avouer qu'il était loin de posséder le sadisme de l'arlequine, trouvant davantage matière à s'amuser en sa compagnie qu'à réellement se délecter de la souffrance infligée à autrui ; en particulier lorsqu'il y a la possibilité d'organiser un petit barbecue dans la foulée. À chacun ses hobbies aussi indécents soient-ils ! Sa requête fut d'ailleurs approuvée, mais avec un minimum d'indications pour éviter, à juste titre, que la livraison ne se transforme en une véritable catastrophe.

« MAIS ! Interdiction de les cramer au point qu'ils deviennent du barbecue. Je ne compte pas encore les tuer.
- Beeeh... je m'en tiendrai à du superficiel alors. Juste... de quoi les toaster un peu ? Un p'tit bronzage rapidos. Z'auront le teint doré, peut-être un ou deux coups de soleil grand max, de bêtes rougeurs... définitivement rien de grillé au troisième degré. »

Toujours dans la mesure du possible... quoi qu'il ne serait pas exclu que l'on retrouve un ou deux hommes de main dans l'aile des grands brûlés de l'hôpital, après tout le feu est au demeurant très capricieux et ingérable dès qu'il commence à se propager d'une tête de con à une autre. Pour ce qu'il en est du reste, l'effet de surprise et l'agilité étaient suffisamment de son côté pour garantir sa fuite même avec les grosses chipolatas cramées lancées à ses trousses : aucune chance qu'elles puissent escalader et enjamber les toitures comme le grand blond savait le faire. Rigolant seul de l'image de ces charcuteries vengeresses qui sautillent furieusement à travers les rues pour lui faire regretter d'avoir foiré leur cuisson, Jamie se décalait ensuite pour laisser à la maquerelle l'espace nécessaire à son opération d'extraction de langue, pratiquée un si rapide et précis coup de ciseaux qu'elle en aurait presque semblé indolore, si ce n'était pour le vague cri qui retentit au loin du côté de son oreille à demi sourde.

Étonnement, l'anesthésie générale ne le frappa qu'une fois l'intervention terminée, ce qui était rarement de bonne augure quand le bonhomme était censé retourner au bercail sur ses jambes, plus portantes que le reste de ses extrémités. Après que la chirurgienne, dans une réaction très professionnelle, l'ait secoué comme un prunier dans l'espoir d'obtenir un signe de vie, Junkrat essaya à son tour de réveiller la belle au drap sanglant, parti héroïquement en quête des lèvres de cette dernière dans le but probablement louable de lui faire du bouche-à-bouche. Néanmoins, au vu de la façon dont il souffla à l'intérieur comme dans un ballon de baudruche, il n'y gagna qu'un bon bain de bouche qu'il s'empressa alors de recracher sur le côté, à défaut d'avoir un évier sous la main pour se rincer.

« Ça pisse le sang là-dedans !... ça me rappelle un coup avec une ex, tiens. »

Il y avait fort à parier pour que dans ce cas précis, ce n'était pas une bouche à laquelle il faisait cette nostalgique référence. Malgré tout, son noble geste eût l'air de confirmer la survie du martyr, dont l'estropié se vit ensuite chargé de récolter les doigts éparpillés le temps qu'Harley aille régler les détails de la procédure suivante hors de la chambre. Le fermier se mit donc au travail, cueillant progressivement les neuf doigts divisés en bien plus de morceaux suite à sa négligente découpe, sans oublier la lécheuse tombée près de la tête de Jimmy. Il observa longuement ce bout de chair tenu devant ses yeux, puis sortit finalement sa propre langue pour essayer d'en comparer les longueurs l'une en face de l'autre. Encore pendue dehors au moment où un employé du cabaret pénétra dans la chambre, Jamison tourna à la fois sa tête et l'autre langue en direction du bonhomme venu emballer le gigolo dans les vapes. Double tirage de langues pour le monsieur !

« Hey, tu sais c'qu'on dit... l'avenir appartient à ceux qui se lèchent tôt !! Haah ?... Il attendit ainsi une réaction du gorille, puis laissa tomber la langue dans le sachet avec le reste de ses biens corporels. Du coup, c'est plutôt pour ton sens de l'humour ou bien pour ta conversation qu'on t'a embauché... ? »

Son interlocuteur se contenta, pour toute justification concernant sa fiche de salaire, de rouler allègrement des yeux, tout en positionnant le corps sur une épaule comme s'il ne pesait rien, ce qui était probablement un peu le cas avec ces morceaux en moins. Il fallait manifestement donner l'impression d'avoir une balayette entre les fesses pour bosser à la sécurité du coin, en plus d'afficher un minimum d'insensibilité et de dédain pour les scènes de crime occasionnelles. Soulagé de son petit sac de récoltes organiques emporté avec leur ancien propriétaire, le grand blond écouta ensuite du mieux qu'il put les dernières recommandations d'Harley au sujet de son travail de nuit, et se tint le dos plus droit que jamais en jouant au soldat qui récapitulait d'une grosse voix les ordres de son colonel.

« Gâteau à la vinaigrette, boîte d'amour, rendez-vous chez le dentiste. CHECK ! »

Tout était là, il n'avait rien oublié ! Pour l'instant. Qui sait s'il n'avait pas devant lui un brillant avenir de livreur pour tous les meilleurs restaurants de la ville ? Il lui faudra vraiment récupérer la casquette à sa planque pour compléter la tâche. Aucun livreur digne de ce nom ne déambule avec sa calvitie à l'air, et ce serait d'autant plus ballot qu'il fasse tomber les cheveux qu'il lui reste dans la salade composée de l'arlequine, cela foutrait en l'air sa présentation si soignée. Avec 3h devant lui, d'ici qu'un certain gigolo finisse son service et aussi de récupérer des épreuves de cette nuit, il pouvait largement faire l'aller-retour ; mais c'était sans compter les changements de plan de dernière minute, alors que la blonde l'oblige à retourner au lit. Le temps de comprendre où celle-ci voulait en venir, Jamison troqua sa mine crédule par un sourire en coin qui laissait distinctement pointer ses canines taillées et encore rougies par le sang. C'est comme s'il ne souffrait plus d'aucune blessure contraignante tandis que la patronne prenait place sur ses jambes, prête à prodiguer des soins bien plus agréables que n'importe quelle trousse de premiers secours.

« On va occuper dignement ces trois heures restantes.
- Ohhh, c'est l'heure de faire sprinter l'unijambiste !! »

Et le bigre en rit, de sa métaphore si justement adaptée à sa condition. Décidément, ce pauvre plumard n'a pas fini d'en voir de toutes les couleurs !


« Ça cause mal en darkgoldenrod ! »
... BOOM ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The crazier ❖ Jamison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2017-