Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé et qu'il vous aura envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Lyana SélmineMessages : 341
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Mar 1 Aoû - 11:24


“ N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! „

« Feat : Jamison»
J'ai attendu après être tombé, j'ai espéré voir de l'aide arriver vu que j'avais sauvé un garçon, j'avais espéré qu'il irait demander de l'aide pour moi. Et je pense que j'ai beaucoup attendu, le soleil commençait à se coucher et mon ventre grogner. J'avais un peu mal au bras du aux ecchymoses fait à l’atterrissage sur la corniche. Mais j'avais compris que je n'avais aucune chance de survie si je restais là et que personne ne venait. J'aurai pu monter, mais je préférais descendre, comme ça en cas de chute... je tomberais de moins bas. J'ai donc entamé ma descente, m'entaillant sur les prises de la parois pas forcément évidente. Plus je descendais, plus la parois devenais glissante, c'est d'ailleurs à cause de ça que j'ai rechuté, je me voyais mourir mais j'ai atterris dans de l'eau, ce qui m'a sûrement sauvé la vie.

J'ai nagé jusqu'au bord et je me suis laissé tombé dos à la terre reprenant ma respiration alors que mon ventre grondait. Je me penchais pour boire de l'eau, dans le meilleur des mondes j'aurais du faire bouillir l'eau, mais je n'avais rien pour faire un feu ni pour transporter de l'eau. Alors je me contentais de ça. Je regardais autours de moi, mais rien pour la nourriture... Enfin... Si.. les vers au sol... Ah non ! Jamais je ferais ça. Je reste une bonne heure à rester allonger, puis je finis par avoir une idée, je sais que mon pouvoir est débutant... Mais j'en ai un maintenant et j'ai commencé à feuilleté des documentations sur les plantes, car après tout c'était mon élément maintenant.

Je pose mes mains au sol me concentrant pendant un long moment pour tenter d'y faire sortir une fleur :

''jet de dé'':
 

Je regarde la plante qui vient de sortir du sol, étant soucieuse vu que je suis dans la pénombre... J'essaye de reconnaître la plante par rapport à ses feuilles ou sa tige, cherchant un signe distinctif mais dans le noir c'est difficile. Puis je me rend compte de ses fruits... Des fraises ! Il n'y en avait pas beaucoup et elle n'était pas très bonne, cela ne remplissait pas entièrement mon estomac mais cela suffisait à faire taire la faim. Je m'allongeais au sol de nouveau, alors que cette fois le ciel était bien noir et je m'endormis sur le sol.

Je me réveillais à une heure qui m'était inconnu, il faisait clair dehors quand on lève la tête, mais dans la faille c'était sombre alors impossible de deviner, j'allais boire de l'eau pour caler ma faim et alla plus loin pour soulager les besoins de la nature. Je décidais de me balader un peu plus loin, explorer pour voir si je pouvais trouver de la nourriture. Au bout d'un moment de marche je finis par trouver quelqu'un au sol, je me précipitais vers lui pour voir s'il avait besoin d'aide, mais la froideur de la peau m'indiqua qu'il était déjà mort... J’eus un combat intérieur mais je finis par prendre son sac à dos pour y sortir une bouteille qui était déjà vide et un quart de sandwich emballer dans un aluminium. Le pauvre gars était sûrement parti en randonné et voilà où ça l'avait mené. Je ferme les yeux puis décide de m'éloigner pour manger la moitié de ce quart de sandwich. Autant rationné... On ne sait jamais... Je retourne en arrière ne sachant pas où partir et repars à l'endroit de départ.

Je me sens seule et j'ai froid... Est-ce qu'un jour je pourrais sortir d'ici où je vais finir par mourir toute seule loin de ceux que j'aime ? Nash.... Arias... Vous êtes où... J'ai peur. Je remonte mes genoux pour sangloter un moment puis une fois calmer mon estomac se remet à gronder... je me décide de continuer à entraîner mon pouvoir. Je retente donc l'expérience.

''jet de dé'':
 

J'observe la plante et remarque qu'elle a des baies foncé ainsi que des fleurs en forme de clochette. Je reste quelques minutes n'arrivant pas à déterminer la couleur de la baie... Certaine plante (voir la plupart) des plantes à baies sont toxiques... Mon estomac gronde et je tends la main vers une baie puis je me concentre et dans un élan j'arrache la plante et la jette à l'opposé avant de l'écraser avec le pieds pour être sûr de ne pas être tenté d'en manger dans un élan de faiblesse. Je me dirige dans l'eau pour boire et tenter de caler la faim avant de manger la fin du sandwich et de m'allonger pour dormir.

Je me réveille en sursaut après un cauchemar, je commence à en avoir marre... Je regarde autours de moi puis finit par me déshabiller pour aller nager, j'étais remplis de terre sur les bras, les jambes, la figure et même les cheveux. Peut-être l'eau n'était pas très propre, mais c'était de l'eau et au moins ça enlèverais ces crasses. Je sors de l'eau en grelottant et me rhabille rapidement. Je décide de continuer la balade d'hier et repars dans la même direction marchant plus faiblement, me sentant assez fatigué malgré le repos... En tout cas je crois que si je sors vivante de ça... plus jamais je ne sauterais de repas. Je m'avance plus loin que la dernière fois mais ne trouve plus rien a manger, je finis par avoir tellement mal au ventre que j'arrive plus à avancer. Je m'assis sur le sol et prie pour avoir une bonne plante...

''jet de dé'':
 

La plante qui pousse au bout d'un moment me parait normal... Et j'avoue que même si elle avait eu un défaut, j'aurai sûrement fait semblant de ne pas le voir... Je me jette dessus affamé pour la manger entièrement.. Je retourne à l'endroit que je pouvais appeler mon « spot » me sentant pas très bien les heures qui arrivèrent... Je compris très rapidement les effets négatifs de cette plante de longue heure durant... Je fis en sorte de boire beaucoup d'eau pour ne pas me déshydrater et pour manger... Tant pis... Je m'endormis quand j'étais sûre que ça allait mieux.

Je me réveillais et heureusement, je pense que j'allais mieux. En regardant le ciel j'essayais de deviner l'heure, midi ? Dix heure ? 14 heure ? Impossible à dire sauf que je mourrais de faim... J'allais boire de l'eau, j'avais l'impression de ne pas avoir la force de bouger pour aujourd'hui. Je m'assis sur le sol et tente dans un dernier espoir de faire pousser une plante, j'ai l'impression que plus je suis fatiguée... Moins j'arrive à les faire rapidement...

''jet de dé'':
 

Je me rend compte que c'est exactement la même plante que la dernière fois et je suis prise d'un excès de rage et de frustration je l'arrache et la lance le plus loin possible en hurlant :

« - ELLE EST OU LA JUSTICE DANS CA ? IL N'EST PAS CENSE AVOIR UN DIEU QUI EST CENSE PROTEGER CEUX QUI SONT DANS LE BESOIN ? » 

J'ai l'impression de devenir folle... ça faisait 4 jours que j'étais seule, 4 jours que j'avais l'impression que j'allais mourir si ça continuais et toute ma rage et ma frustration sortait en ce moment :

« - DIEU DE MERDE ! J'AI SAUVE QUELQU'UN ET JE ME SUIS RETROUVE LA ! TU ES PAS CENSE ME SAUVER NON ? ENVOIE MOI QUELQU'UN N'IMPORTE QUI QUI PEUT M'AIDER ! » 

Je finis par me calmer et m'assoit au sol écrivant sur le sol avec mes doigts dans la terre les prénoms de tout ceux que je connaissais et qui comptait pour moi... Nashoba... Maya... Arias... Chamallow... Haizea. Même Nayati et Onyx furent ajouter à la liste...  Au moins si je meurs on saura que c'était moi qui était là non si je suis déjà décomposé d'ici là.


C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️



Dernière édition par Lyana Sélmine le Lun 7 Aoû - 12:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jamison FawkesMessages : 43
Date d'inscription : 14/03/2017


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Jeu 3 Aoû - 0:19

N'importe qui...- un messie en kit -


JAMISON
FAWKES


LYANA
SELMINE

Dans l'obscurité des grottes souterraines, la petite flamme d'un briquet balance de haut en bas au rythme des "toc" de la jambe de métal sur la pierre, faisant osciller la faible lumière avec sa démarche clopinante. Au moment d'éclairer une silhouette affalée sur le sol, l'estropié décide de s'accroupir aux côtés de ce qui n'est plus qu'un corps, déposant le sac pendu à son épaule avant de commencer à palper les vêtements de l'individu avec sa main libre. Portefeuille, montre, paquet de cigarettes, alliance, il prélève autant de biens que possible, qu'il range dans sa besace avec le reste de ses trouvailles tout en chantonnant quelque mélodie pour combler le silence, accompagné en duo par l'écho de sa propre voix. Une fois sa récolte terminée, il ne lui restait plus qu'à se relever, dans un grognement exagérément éreinté, et à reprendre sa route.

Depuis le tremblement de terre et les multiples éclats provoqués à la surface de la terre, Junkrat avait fini par dénicher une faille somme tout minuscule mais néanmoins accessible pour lui, à condition de se tordre et se tortiller pour s'y glisser. Mettant donc sa souplesse à profit, il avait pris l'habitude de se promener chaque jour en dessous en quête de cadavres à dépouiller. Rien de charitable certes, mais puisqu'ils étaient déjà morts et qu'il voyait mal quiconque parvenir à se faufiler dans la même fissure que lui, il s'était finalement résolu à rentabiliser cette catastrophe pour assurer sa propre survie quotidienne. Ce n'est pas comme s'il pouvait réellement faire grand-chose pour aider qui que ce soit d'autre dans un tel contexte.

Un vieux sac sortit du sol au niveau d'un cul-de-sac, encombré de multiples débris afin d'en cacher l'accès, suivi peu après d'une touffe de cheveux blonds luttant pour se hisser, avec le reste du corps, à la surface. Après s'être étiré et fait craquer une effroyable quantité d'os et d'articulations, Jamison envoya ensuite le sac sur son épaule pour s'éloigner de son passage secret, fouillant ses trésors à la recherche de tous les portefeuilles amassés. Extirpant progressivement les cartes d'identités, il glissa le tout dans l'une des poches de son pantalon pour les mettre à part, et seulement après s'autorisa-t-il à gratter l'argent contenu à l'intérieur, de quoi s'occuper en attendant de rencontrer son contact du journal local. À défaut de passer par la police, puisqu'il ne s'agit pas toujours d'une relation profitable pour celui qui a pris l'habitude de détrousser des cadavres, Jamie se disait qu'il pouvait aussi bien apporter sa maigre contribution aux efforts de recherches en renseignant aux journaleux l'identité des personnes disparues et confirmées comme étant décédées. Autant éviter aux gens d'espérer et attendre inutilement, n'est-ce pas ? Surtout quand ça ne coûte pas un rond !

Néanmoins, le problème quand on a sa dégaine et plusieurs portefeuilles dans les mains, c'est qu'on a vite fait de paraître louche aux yeux d'un potentiel agent de police en patrouille dans le secteur de la fissure. Sitôt interpellé de loin, le rat s'empressa de jeter le tout dans son sac et de prendre la poudre d'escampette à travers les rues. Car enfin, à quoi bon se casser le cul à crapahuter sous terre si la police se pointe pour tout réquisitionner ensuite ? Cavalant ainsi pour la sauvegarde de son patrimoine durement chapardé, il fut trop préoccupé par la distance à mettre entre lui et son poursuivant, le regard braqué sur ses arrières, pour regarder où sa jambe artificielle se plantait.

« MeeEEEEEER-- !! »

Son exclamation s'enfonça en même temps que sa personne tout entière dans l'ouverture au sol, englouti par ce dernier. Là-dessous, fermement accroché à son sac quoi qu'il arrive pour ne pas venir à le perdre, Junkrat roula le long d'une paroi glissante et rebondit encore une, deux, trois fois et à toute allure dans les profondeurs, jusqu'à se sentir percuter un obstacle de plein fouet et avec suffisamment de force pour emporter ledit obstacle dans sa chute ; puis l'instant d'après, le voilà tout à coup trempé, la tête dans l'eau. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il s'accorda à lâcher son bagage, toujours retenu à lui par la bandoulière au travers de son torse, afin de battre vivement des bras en tous sens pour tenter de rejoindre la surface. Alternant jurons, bols d'air et gorgées de flotte, le blond eût toutefois le temps de distinguer son obstacle renversé plus tôt sur sa route, en tous points humain et bien vivant, une aubaine pour celui qui montrait clairement de la difficulté à garder seulement la tête hors de l'eau :

« .. m... pfeuh ! Merde, MERDE... putain de.. ! S-Sors-moi d'là !!... »


« Ça cause mal en darkgoldenrod ! »
... BOOM ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Lyana SélmineMessages : 341
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Lun 7 Aoû - 12:53


“ N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! „

« Feat : Jamison»
J'ai implorée, mais rien ne s'était passé. Je me suis laissé tombé au sol, peut-être que je devrais abandonner ? Peut-être que c'est comme ça que ça devrait se passer ? Mourir pour les autres... Je me demande qui sera là à mon enterrement. Nash et Arias s'est sûr, sûrement Nayati, Onyx et Maya... Mais qui après tout ça ? En fait, mon cercle d'ami n'est pas très remplis... D'un certain sens tant mieux, quand je serais morte je ferais souffrir moins de monde. Mais j'aimerai revoir le visage de Nashoba au moins une fois si je devais mourir... Mais bon, je suppose que c'est impossible.

« MeeEEEEEER-- !! »

C'est quoi ça ? Je relève la tête et commence à voir un truc arriver vers moi. En fait pour être plus exacte tomber vers moi ! Je réagis trop tard souhaitant me décaler, mais la personne tombe sur moi comme si je n'étais qu'un vulgaire coussin. Sur le coup ma respiration est coupé et je me sens roulée plus bas et atterrir dans l'eau. C'est seulement à ce moment là que je me retrouve débarrasser de la personne qui m'est tombé dessus. Je remonte à la surface et reprend des respirations, nageant vers le bord. Je me retourne vers la personne que je pensais qui aurait fais la même chose que moi et je me rend compte en l'entendant et la voyant se débattre. En fait le voyant se débattre qu'il ne sait pas nager.

« .. m... pfeuh ! Merde, MERDE... putain de.. ! S-Sors-moi d'là !!... »

Il n'a même pas le temps de finir sa phrase que je replonge déjà. Je ne sais pas si j'aurai la force de nous porter tout les deux, mais heureusement dans l'eau tout parait plus léger alors ce sera un peu plus facile que si j'avais du le porter sur sol. J'arrive à sa hauteur et me place derrière lui :

« Il faut que tu restes calmes, si tu te débats tu vas nous entraîner au fond tout les deux ! » 

Je l'attrape en passant un de mes bras sur son torse pour le caler contre moi, me servant de mon deuxième bras pour tenter de maintenir, je commence à nager le tirant comme je peux forçant sur mes jambes pour battre le plus fort possible. Heureusement nous n'étions pas très loin du bord et l'on arrive à s'y rendre, je le lâche là ou il a pied et retourne sur la terre pour m'allonger et reprendre mon souffle, je ne me sentais pas très bien... J'avais l'impression de voir des étoiles danser autours de moi je ferme un peu les yeux :

« Un merci sera amplement suffisant » 

Dis-je avec une petite voix. Okay ça pourrait paraître prétentieux mais comme il a pas dit de s'il te plaît tout à l'heure, je finis par lui dire en me relevant en position assise :

« Bienvenue en enfer en tout cas. Je m'appelle Lyana... » 

Putain, ça faisait du bien d'avoir de la compagnie, quelqu'un qui peut nous répondre ! C'est peut-être parce que c'est la première fois en cinq jours que je trouve quelqu'un pour discuter que je deviens un peu bavard. Je lui demande donc :

« Comment ça se fait que tu viens de me tomber dessus... Je comprends qu'on ait pu tomber le premier jour car c'est un peu surprenant... Mais là ça fait cinq jours quand même... » 

Ma tête tourne un peu et je me rallonge et le préviens :

« Hm, si je meurs en te tenant la discussion tu pourras faire quelque chose pour moi ? » 

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jamison FawkesMessages : 43
Date d'inscription : 14/03/2017


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Lun 7 Aoû - 23:26

N'importe qui...- un messie en kit -


JAMISON
FAWKES


LYANA
SELMINE

Que faisait une piscine d'eau glacée là-dessous ? Il n'était encore jamais tombé sur une telle quantité de flotte au cours de ses périples spéléologiques ; ceci étant dit, il n'était encore jamais tombé tout court dans la fissure de cette manière, ce qui lui avait permis de survivre relativement bien jusqu'à ce moment précis. C'est donc avec une certaine détresse que le grand blond mouillé réclama l'aide de l'unique personne présente avec lui, car s'il n'était d'ordinaire le genre à compter sur autrui pour s'en sortir, force est de constater que la noyade avait au moins de quoi lui faire revoir certains de ses préceptes. Il lui semblait voir la jeune fille nager vers lui puis passer dans son dos, préconisant à la boule de nerfs qu'il était de se calmer un tant soit peu pour lui faciliter la tâche. Facile à dire quand on est celle qui sait nager ! Barbotant comme un clébard refusant son bain, ce fut tout bonnement un miracle qu'elle parvienne à le tirer ainsi vers le bord sans se noyer à son tour, et il trébucha alors plusieurs fois à l'endroit où son pied touchait terre avant de s'étaler sur le sol un peu plus loin, amorti par le sac trempé contre sa poitrine. Enfin délivré de sa baignade forcée, Junkrat toussa presque à s'en faire vomir pour expulser toute cette eau entrée illégalement dans son système, laissant résonner un rot avant de parvenir à formuler un quelconque discours cohérent en réponse aux attentes de la demoiselle :

« Ou-ouais, attends, je dégueule et j'suis à toi de suite... Ughhh bordel, heureusement qu't'étais là ou ç'aurait été le dernier bain de ma vie... »

Et très franchement, quelle fin misérable pour un personnage de sa trempe, nettement plus emballé à l'idée de quitter la scène dans un véritable feu d'artifices, et non comme une espèce de pétard mouillé au fin fond d'une mare souterraine, sans un bruit, sans un flash, nada. Quand il eût fini de crachoter ce qu'il pouvait, il secoua vivement la tête pour essorer les groupes de mèches blondes, faisant pleuvoir des gouttes en tous sens jusqu'à ce que le procédé finisse par lui donner le tournis et qu'il la laisse retomber par-dessus son sac dans un bougonnement.

« Bienvenue en enfer en tout cas. Je m'appelle Lyana...
- Jamison... et laisse-moi te dire que je m'attendais pas à me geler autant les couilles en enfer. On m'avait pourtant promis un barbecue... ! »

Il devait avoir raté un virage en chemin ou quelque chose du genre, en tout cas ce ne devait pas être dans cette fissure-là qu'il aurait dû se glisser pour arriver à bonne destination. Roulant mollement sur le côté afin de s'allonger sur le dos tout en se démenant avec la bandoulière de son sac, il prenait de nombreuses et rapides inspirations par la bouche pour essayer de se remettre de la suite d'événements l'ayant ultimement conduit à ruisseler comme une éponge sur la pierre, à... bon sang, combien de mètres de profondeur ? Difficile d'en faire l'estimation de sa position. Loin d'être aussi essoufflée que Jamison, la rouquine avait de quoi l'interroger sur sa provenance, manifestement étonnée que l'on puisse encore disparaître dans la brèche bien après le tremblement de terre. Il faut dire qu'avec un sol aussi troué, doublé de son talent inné pour coincer son piquet de métal là où il ne fallait pas, ce n'était probablement qu'une question de temps avant qu'il ne trébuche de manière aussi minable que douloureuse. Tandis qu'elle envisageait à présent sa mort prochaine, Junkrat lâcha quant à lui un soupir moqueur :

« J't'en dois une fière alors je ferai tout ce que tu me demandes sur ton lit de mort ! Puis tiens, je promets même de pas te bouffer quand la faim sera devenue insoutenable... ou alors juste un bout à un endroit qui se voit pas, comme ça tu resteras un peu présentable. T'as besoin de quoi, un enterrement en grande pompe, une petite chanson d'adieu, ma promesse de nourrir ton poisson rouge ou de raconter ton histoire aux gens de la surface si j'y retourne un jour ? J'peux te monter un récit de fou, un truc héroïque et bien chargé en émotion, ils feront une putain de statue en ton honneur sur laquelle ils auront obligation de chialer tous les matins ! »

On a dressé des monuments pour moins que ça, alors sa sauveteuse pouvait bien bénéficier de son petit édifice rien qu'à elle, fruit de ses exploits que l'estropié ne manquerait pas d'élucubrer à outrance, de son immense contribution financière pour la cause des chatons abandonnés, à la fois où elle avait donné non pas un, mais bien deux reins à un enfant malade et issu d'un milieu défavorisé ! Dans un effort quasi-surhumain pour redresser son buste, Jamie posa une main sur son cœur en un geste solennel avant de prendre une grosse voix de cérémonie.

« Ci-gît Nana, arrachée trop tôt à notre affection par les forces de la nature... et par le pedzouille qui lui est tombé sur le coin de la gueule avant de l'envoyer par le fond ! Hahahahahah-ohputainchuitropcassépourrigolersauvezmoi !! »

Sitôt envoyé au tapis dans une quinte de toux, il fit au mieux pour dissiper son amusement qui venait enfin de réveiller toutes les douleurs écopées au cours de sa chute. Une fois l'adrénaline redescendue, il ne restait guère plus réjouissant que les hématomes laissés par les chocs contre la roche, sans oublier son avant-bras droit que même l'armure n'avait su protéger jusqu'au bout. Délogeant celui-ci d'entre ses jambes après l'avoir compressé autant que possible pour écraser la douleur, Junkrat constata effectivement que la moitié des plaques métalliques avaient foutu le camp de sa protection, et il gigota quelques secondes comme un ver de terre pour réussir à extirper son bras des mauvais plis de l'armure qui s'enfonçaient dans sa peau, serrant les dents sans que cela ne l'empêche de pester entre ces dernières. C'est officiel, il était bon pour retourner à la forge se refaire une protection flambant neuve ! Et se procurer l'équivalent de son poids en substances analgésiques de toutes sortes, se dit-il en laissant tomber les bouts d'armure sur le sol. Car enfin, ce n'est pas dans les parages qu'il trouvera de quoi se soulager... Relevant subitement la tête à la manière d'un suricate en alerte, son attention revint un peu tardivement sur son interlocutrice.

« ... wooOOOOW attends rembobine, tu m'dis que t'es dans ce vieux trou moisi depuis 5 jours ?! Mais comment t'as dû te faire CHIER... t'es veinarde que j'me sois fracassé juste ici ! Moi un peu moins mais bon, c'était ça ou affronter l'autre baltringue de flic... pas que j'ai fait exprès de me planter la quille dans cette fissure, à choisir j'aurais quand même préféré rester là-haut, j'ai besoin du soleil moi, il m'aide à vivre, merci bien. »

Il faudrait être plus crétin que lui pour imaginer la brèche comme une échappatoire idéale à l'éventualité de finir en taule. Assis sur les fesses, son avant-bras brûlé enroulé dans le bas de son débardeur mouillé comme dans un plâtre, Jamison se traîna de sa main libre sur le sol pour se rapprocher de la rouquine, ne trouvant que ce moment-là pour jeter un coup d’œil plus tardif encore sur l'état de sa jambe artificielle. Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, celle-ci n'avait pas subi autant de dommages que le reste, puisqu'elle semblait toujours apte à plier et se déplier en forçant dessus, mais il s'en préoccuperait un peu plus tard. Dans l'immédiat, tout son intérêt demeurait rivé sur la jeune fille disparue depuis le tremblement de terre, et près de laquelle il s'installa, presque trop près sous le coup de la curiosité, dans le but d'en apprendre davantage :

« J'peux te demander comment tu t'es démerdée pour tenir tout ce temps ? La débrouille ça me connait bien, mais toi là t'as fait fort, y a absolument rien dans le coin pour résister comme tu l'as fait !... eh, tu te soulageais pas dans l'eau quand même, dis-moi ? Parce que j'ai bu trop de tasses pour pouvoir revenir en arrière, maintenant. »


« Ça cause mal en darkgoldenrod ! »
... BOOM ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Lyana SélmineMessages : 341
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Jeu 17 Aoû - 18:02


“ N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! „

« Feat : Jamison»
« Ou-ouais, attends, je dégueule et j'suis à toi de suite... Ughhh bordel, heureusement qu't'étais là ou ç'aurait été le dernier bain de ma vie... » 

Je le laisse vider ses poumons, restant allongés au sol. Ouais, heureusement que j'étais là. Mais bon le problème c'est que je suis toujours là au bon moment et regarde où ça me mène. Et quand aider quelqu'un me tue presque, ça ne me dérange pas d'aider une autre personne. Faut croire que bonne s'écrit peut-être avec un c. au final. Après un moment, je me présente et il me répondit d'une manière qui me fit rire. Oui Rire... ça faisait longtemps que ça m'était arriver... ça faisait du bien d'un certain sens :

- Jamison... et laisse-moi te dire que je m'attendais pas à me geler autant les couilles en enfer. On m'avait pourtant promis un barbecue... ! » 
- Si tu veux tu faire griller des vers de terre et des asticots.  

Bon bref, blague dit, blague faite même si elle est nulle. Laissez moi le temps de retrouver mon humour. Quoi que ça devrait aller vite, il a l'air du genre assez turbulent mais marrant. Celui qui en cours et toujours au fond de la classe à faire le con si on devait l'associer à quelqu'un.

« J't'en dois une fière alors je ferai tout ce que tu me demandes sur ton lit de mort ! Puis tiens, je promets même de pas te bouffer quand la faim sera devenue insoutenable... ou alors juste un bout à un endroit qui se voit pas, comme ça tu resteras un peu présentable. T'as besoin de quoi, un enterrement en grande pompe, une petite chanson d'adieu, ma promesse de nourrir ton poisson rouge ou de raconter ton histoire aux gens de la surface si j'y retourne un jour ? J'peux te monter un récit de fou, un truc héroïque et bien chargé en émotion, ils feront une putain de statue en ton honneur sur laquelle ils auront obligation de chialer tous les matins ! » 

Je rigole et pleure à moitié de rire l'écoutant continuer sa blague sur comment il ferait ma statut, plutôt ce qu'il écrira sur la stèle de dessous. Qui sait si c'est le stresse où tout simplement le genre de gars qu'il est, mais il est plutôt drôle, en fait même vachement drôle. Puis il eut l'air de se rendre compte le temps que j'avais passé. Dis comme ça, ça parait petit, mais quand on est seul, c'est vrai que ça passe très lentement, comme pour rappeler le temps passer mon estomac se met à gronder. J'écoute son blabla, appréciant la compagnie de Jamison, ça faisait du bien de pouvoir avoir un dialogue. Normalement Altiel serait venu me voir... Mais dans ces cinq jours, je suis resté seule, jamais il n'est apparu...

Puis viens le moment des interrogations, comment j'ai fais pour tenir tout ce temps ? Je le juge du regard, hésitant à révéler mes informations, est-ce que j'en ai le droit ? Tant que ça ne me mets pas en danger je pense que ça peut aller. Je rigole a son interrogations sur les toilettes :

« - Ahahaha ! Non je te rassure j'allais plus loin... J'ai bu plusieurs fois de cette eau aussi... Après ce n'est pas comme si j'avais d'autre choix.. Elle est pas très bonne ni propre mais c'est de l'eau... Et pour manger... Je suis morte de faim en ce moment même et je pense que ça risque d'arriver d'ici un jour ou deux littéralement... » 

Je soupire et lui avoue :

« - Je vais être honnête.... Je suis une Elementis... J'ai le pouvoir de faire pousser des plantes... Mais c'est un pouvoir assez récent donc pas très fiable et je ne peux pas beaucoup l'utiliser... Sur 5 jours j'ai mangé 3 fois je crois... » 

Oui, c'était pas je crois, mais c'était sûr... Mais peut on comptait ça comme un repas, purée, j'ai envie de pleurer tellement je suis fatiguée, au sens moral du terme. Je reste allongée au sol :

« - En fait ma seule requête, si tu t'en sors et que je ne m'en sors pas... » 

J'enlève la bague autours de mon doigt et lui montre... C'était mon cadeau d'anniversaire de la part de Nashoba... Nashoba... J'espère que je ne vais pas mourir juste pour pouvoir passer le plus de temps possible avec lui, je l'aime et j'aimerai passer ma vie à ses côtés... Mais j'espère qu'elle ne sera pas aussi courte.

« - Si je meurs de faim, de blessure ou je sais pas de n'importe quoi... Va chez moi, chez Arias Vele récupère une chaîne et passe la comme pendentif pour la ramener à un Nashoba Dreiden. Donne lui et tu pourras lui dire que je l'aimais plus que tout. » 

Bon voilà, mes précautions étaient prises, on sait jamais. Non je ne dois pas être défaitiste ! Je dois me battre pour survivre ! Je ne peux pas abandonner, ça serait lâche, depuis quand j'abandonne. Je remets ma bague à mon doigt et me lève :

« - Mais bon je n'ai pas envie de crever ! » 

Oui, la Lyana combative, c'est ça qu'on devrait avoir. Je devrais ranger la dépressive, j'ai suffisamment été déprimée dans ma vie. Alors sourions et battons nous jusqu'à que la mort arrive.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jamison FawkesMessages : 43
Date d'inscription : 14/03/2017


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Sam 26 Aoû - 12:44

N'importe qui...- un messie en kit -


JAMISON
FAWKES


LYANA
SELMINE

Bien qu'il ait assurément absorbé, au cours de sa trépidante vie, des substances encore moins ragoûtantes qu'un mauvais cocktail de pisse et d'eau stagnante, il lui semblait presque légitime de connaître la vérité, ne serait-ce que pour évaluer à quel point leur relation s'était approfondie par le biais de cette consommation inattendue. C'est typiquement le genre d'expérience qui vous rapproche deux inconnus ! Du moins pour Junkrat. Toutefois, pas d'introduction aussi poussée dans leur cas, puisque la jeune fille avait eu la présence d'esprit -et l'hygiène- de marquer la séparation entre les coins buvette et toilettes. Du reste, si l'eau était présente en abondance, on ne pouvait en dire autant de la nourriture, si rare qu'elle prévoyait déjà de se faire bientôt emporter par la famine. Il faut dire qu'à part sucer les cailloux, l'endroit avait moyennement des allures de buffet à volonté. Quant à ses méthodes de survie, un certain donc était à remercier pour cela :

« Je vais être honnête.... Je suis une Elementis... J'ai le pouvoir de faire pousser des plantes... Mais c'est un pouvoir assez récent donc pas très fiable et je ne peux pas beaucoup l'utiliser... Sur 5 jours j'ai mangé 3 fois je crois...
- C'est vachement cool ! S'tu veux savoir, chui un ancien Domae et je m'en tartine un peu la raie du conflit... Moi j'ai une hyène ! Bon j'me vois pas la bouffer pour survivre par contre, même pour moi ça deviendrait trop glauque, mais les plantes c'est chouette aussi, je connais une nana qui fait des trucs de DINGUE avec !! Bizarrement elle aussi est rousse... tu crois qu'y a un rapport ? »

Se grattant le menton à cette réflexion, légitime dans la mesure où il n'était pas vraiment des mieux informés en matière de cérémonie Élémentis, l'apparition d'une bague sous son nez le décrocha alors de ses pensées rapidement parties dans les implications capillaires, tandis que la rouquine lui expliquait tout ce qu'elle souhaitait le voir réaliser pour elle, à la condition qu'il s'en sorte là où elle-même n'y serait parvenue. Des noms, de la customisation de bijou, un message à faire passer, que voilà beaucoup de choses à retenir d'un seul coup puis à stocker précieusement en mémoire dans l'éventualité où il se sortirait de là sans elle, et Jamison se mettait déjà à se triturer des mèches de cheveux mouillés. Ça ne le dérangeait pas le moins du monde de faire tout ce bordel pour lui rendre service, mais il n'était pas certain qu'autant de directives lui restent longtemps à l'esprit d'ici là ; Roméo ferait-il la différence si l'estropié venait à lui ramener n'importe quel bijou pioché au hasard dans sa réserve ? On dit pourtant que le geste compte avant tout le reste ! Tout à coup, comme libérée d'un poids, la jeune fille se sort enfin de sa léthargie et commence même à se relever, visiblement décidée à ne pas se laisser mourir aussi facilement pour autant, ce à quoi Jamie leva un poing, rempli de cheveux blonds arrachés, dans les airs avec engouement.

« C'est ÇA l'esprit !! T'as tenu jusque-là comme une boss alors c'est pas pour claquer au dernier moment, puis j'suis là maintenant, y a pas de raison qu'on s'en tire pas à deux ! On va se casser de là, se bouffer un giga chesse en faisant un gros fuck à la fissure !... quand on aura trouvé comment remonter. J'imagine... que t'as pas d'échelle ou même un p'tit escabeau sous la main ? »

Non pas que l'un ou l'autre aurait réellement suffit à les ramener tous deux à la surface. Et aussi bon grimpeur qu'il puisse se targuer d'être quand il s'agit de monter les balcons et les toitures, Junkrat doutait quelque peu de ses capacités face à la paroi de pierre extrêmement glissante sur laquelle il avait roulé-boulé dans sa chute, en comptant à peu près la somme de zéro prise en chemin. Sa main retomba en direction du sol pour lâcher sa poignée de cheveux et s'aider à se remettre debout, grognant au cours de l'effort avant de tituber légèrement une fois sur ses pieds. Agitant son seul pied dans un premier temps en constatant son poids, il en vint à retirer sa chaussure pour la retourner et la laisser se vider de la quantité d'eau retenue à l'intérieur, puis il s'éloigna de plusieurs mètres pour essayer de mieux apercevoir la crevasse qui leur offrait le peu de lumière dont ils disposaient en dessous. Son petit accès habituel aurait été pour le coup l'issue idéal, s'il avait la moindre idée de la direction à emprunter pour la rejoindre. Lâchant sa pompe par terre pour la ré-enfiler, sa voix se porta en écho dans la caverne au moment de reprendre la parole :

« Selon mon diagnostic de professionnel reconnu, c'est foutrement trop haut pour ressortir par là ! 'fin d'ici qu'un glandu descende pour nous secourir disons qu'on s'ra déjà morts, kaputt, secs comme des cafards, donc je propose qu'on plie bagage et... ah putain, mes morts !! »

Ses deux mains claquèrent son crâne à l'unisson sous la soudaine réalisation, avant de battre l'air de part et d'autre pour ne pas perdre l'équilibre sur la pierre au moment d'accourir vers son sac mouillé, devant lequel il se jeta de manière presque désespérée pour en fouiller l'intérieur. Allant jusqu'à le soulever afin de le vider intégralement, une multitude de babioles de toutes sortes se déversa bientôt sur le sol, mais toujours aucune trace de ses disparus dans la série de portefeuilles ramassés. Et s'il avait perdu une partie de ses affaires dans la flotte pendant sa baignade ? Puis, l'illumination, une main palpant les poches de son pantalon pour finalement en sortir les fameuses cartes d'identité, et Jamie se laisse retomber en arrière sur les fesses dans un immense soupir de soulagement tandis qu'il les tenait devant ses yeux comme des cartes à jouer.

« Ohohoho les gars, me refaites plus jamais ça ! Vous savez pourtant que papa a besoin de sa récompense. Hé Nana, j'veux pas t'en rajouter une couche ou quoi mais si tu pouvais zieuter là-dedans pour voir si tu reconnais quelqu'un, ça t'évitera de chialer dehors si... »

S'il s'avère que l'un de ses proches a subi le sort auquel elle espère échapper. Mais son interruption se justifia plutôt par l'aperçu de quelques papiers d'emballages, au logo d'une célèbre marque de fast-food de la surface, parmi les décombres de ses affaires. Quel crétin intersidéral ! Posant son deck de cartes sur le côté, Jamie tria rapidement ses biens éparpillés afin d'en récupérer trois ou quatre emballages du même restaurant, bel et bien remplis quant à eux, ce qui ne pouvait qu'arranger une certaine rouquine affamée depuis des jours. Tel un messie descendu du ciel dans son halo de lumière divine, il tendit fièrement les hamburgers à son interlocutrice :

« T'arrête surtout pas au fait qu'ils soient trempés ou que je les ai ramassé hier soir dans les poubelles derrière le MacDo à la fin du service ! Y sont emballés donc propres techniquement, non ? »


« Ça cause mal en darkgoldenrod ! »
... BOOM ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Lyana SélmineMessages : 341
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Lun 28 Aoû - 12:36


“ N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! „

« Feat : Jamison»
J'apprends que Jamison est un Domae possédant une hyène, du moins un ancien Domae. Au moins ça nous éviteras des guérillas un peu inutile. J'ai rejoins les Elementis et je me battrais s'il le faut, mais je reste persuadé qu'on peut régler se conflit autrement, la guerre n'est pas toujours la bonne décision. De la diplomatie et du tact et on pourrait régler, mais pour ça il faudrait que chacun soit prêt à faire des sacrifices et je ne pense pas que ce soit possible.

« C'est ÇA l'esprit !! T'as tenu jusque-là comme une boss alors c'est pas pour claquer au dernier moment, puis j'suis là maintenant, y a pas de raison qu'on s'en tire pas à deux ! On va se casser de là, se bouffer un giga chesse en faisant un gros fuck à la fissure !... quand on aura trouvé comment remonter. J'imagine... que t'as pas d'échelle ou même un p'tit escabeau sous la main ? »

Je rigole, si la solution était aussi simple que sortir une échelle et monter, je l'aurai déjà fais, quoi que encore faut-il qu'on ait une échelle assez grande, ou une échelle tout court. En tout cas le fait de se faire un Giga cheese ça, ça m’intéresse. Mon dieu, un bon repas... (préparé par un Nash en soubrette ♥) ça fait tellement longtemps. Roh, allez arrête de saliver Lyana. Pendant que j'imagine tout un tas de repas, je me fais sortir de mes pensées par une réflexion de Jamison toujours sur sa théorie de l'échelle et de l'escabeau.

« Selon mon diagnostic de professionnel reconnu, c'est foutrement trop haut pour ressortir par là ! 'fin d'ici qu'un glandu descende pour nous secourir disons qu'on s'ra déjà morts, kaputt, secs comme des cafards, donc je propose qu'on plie bagage et... ah putain, mes morts !! »

« Putain ses morts ? » Attends pourquoi il s'agite comme ça ? Je le regarde s'agiter et chercher un truc qui m'échappe totalement. Qu'est-ce qu'il est en train de faire là ? Je le vois farfouiller dans son sac qui est trempé puis après des intenses réflexions se rendre compte qu'elles sont justes dans ses poches arrières. Je le vois sortir des.. cartes d'identité ? Attend c'est des cartes d'identités de quoi ? Ah mais attend, ses morts ça serait pas ça ? Des cartes d'identités des morts ? C'est glauque quand même...

« Ohohoho les gars, me refaites plus jamais ça ! Vous savez pourtant que papa a besoin de sa récompense. Hé Nana, j'veux pas t'en rajouter une couche ou quoi mais si tu pouvais zieuter là-dedans pour voir si tu reconnais quelqu'un, ça t'évitera de chialer dehors si... »

Une récompense pour prendre les cartes d'identités des morts ? J'attrape quand même les cartes et regardes les noms, je ne reconnais personnes qui m'est proches, peut-être une visage ou deux qui me disent quelques choses que j'ai du croiser un jour dans ma vie, mais rien de plus. Je me sens quand même triste de savoir qu'autant de monde ont perdu la vie... et encore je suis sûre que ce n'est pas tout. Je suis surprise quand je le vois me tendre un objet que je reconnais... Un grand M jaune sur l'emballage des burgers. Il a un sourire tout fier et je me sens presque salivé aux regards de ces merveilles.

« T'arrête surtout pas au fait qu'ils soient trempés ou que je les ai ramassé hier soir dans les poubelles derrière le MacDo à la fin du service ! Y sont emballés donc propres techniquement, non ? »

Je hoche la tête et attrape un premier hamburger que je mange, le dévorant presque... Okay le goût de l'hamburger trempé était infâme... Mais c'était de la nourriture et j'avais faim, très faim. Je soupire alors que je finis mon hamburger.

« - Merci... ça fait tellement du bien. Tu sais quoi Jamison, quand on sortira d'ici, parce que oui on va sortir d'ici ! Je vais t'emmener manger aux macdo et on ira s'empiffrer ! »

Je lui tends les paquets des hamburgers restant et lui dis :

« On va éviter de tout manger maintenant, on ne sait pas pour combien de temps on va rester ici mieux vaux se rationner un peu »

Je m'étire me sentant un peu mieux, j'avais l'impression de ne plus être torturée au niveau de l'estomac, bon réfléchissons, on ne peut pas rester ici il a raison, on devrait bouger et maintenant qu'on a de la nourriture et des forces on devrait chercher à rejoindre soit d'autre personnes qui seraient tombé ou tout simplement chercher une issue.

« Bon en tout cas, on peut partir par là, le chemin est praticable et si tu veux il y a un mort par là bas... tu pourrais peut-être trouvé sa carte qui sait ? »

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jamison FawkesMessages : 43
Date d'inscription : 14/03/2017


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Ven 1 Sep - 22:12

N'importe qui...- un messie en kit -


JAMISON
FAWKES


LYANA
SELMINE

Et au pire des cas, si le menu n'était pas au goût de sa Majesté, lui ne se gênerait absolument pas pour les dévorer dès que la faim sera devenue trop oppressante. Mouillé ou non, un burger reste un burger, et pour une fois ceux-là ne traînaient pas dans son sac depuis plus de deux semaines ! Toutes les conditions ou presque étaient donc réunies pour assurer un déjeuner de qualité. Ou souper... même pas une heure qu'il se trouve là-dessous et le voilà déjà dépourvu de ses repères, pour ne pas bousculer ses habitudes. Heureusement, Lyana parût beaucoup trop impatiente de varier son régime végétarien pour s'arrêter sur la qualité des mets proposés, engouffrant rapidement un premier burger comme si la viande, pourtant dépourvue depuis longtemps du moindre goût -peut-être même depuis sa préparation en cuisine-, avait été remplacée par le meilleur caviar du pays. Non pas que le blond sache spécialement à quoi cela pouvait ressembler, après tout il fallait être perché en premier lieu pour aller gober des oeufs de poissons, mais on en disait suffisamment de bien pour estimer que le caviar ne devait pas avoir le goût de la merde.

La promesse d'aller s'enfiler tous les menus du fast-food sur l'invitation de la rouquine fit naître un petit filet de bave au coin de la bouche de Jamison, vite aspiré au moment de récupérer le reste des burgers trempés afin de les garder de côté pour les prochains coups durs. Jetés dans son sac, suivis du reste de ses affaires histoire de ne pas préserver pour deux sous l'intégrité de la dernière nourriture à leur disposition, il débarrassait le sol pendant que la rouquine lui désignait une route à emprunter, vraisemblablement la seule accessible, avec la particularité de posséder un énième cadavre à dépouiller. Le sac passé sur l'épaule, les cartes dans ses mains volèrent presque dans les airs à ce programme :

« Si on en trouve assez, je pourrai facile me faire un jeu des 7 Familles complet avec toutes ces tronches ! Y a de quoi tuer le temps avec ça, tu penses pas ? »

Quoi de mieux pour dédramatiser la situation et notamment le triste fait de croiser plus de morts que de vivants ici bas ? Autant les mettre à contribution, aussi menue qu'elle puisse être, même si cela consiste seulement à divertir les survivants le temps de quelques parties de cartes. L'avantage étant que Lyana ne semblait pas rebutée outre mesure par ses pratiques quelque peu profanatrices ou la légèreté générale avec laquelle il faisait face à la mort, mais passer presque une semaine entière dans une galerie souterraine, en tête-à-tête avec sa faim et ses seules morbides, ennuyeuses pensées, doit plutôt bien aider à minimiser la gravité de cette situation. En fin de compte, c'est une thérapie comme une autre ! Rien de tel qu'une bonne catastrophe et frôler la mort pour faire relativiser sur les petites choses de la vie.

Sa démarche était presque dansante alors qu'ils entamaient leur nouvel itinéraire, aussi ravi que son accompagnatrice de ne plus avoir à rester affalé par terre dans ce coin de grotte, déjà lassé en quelques minutes de l'endroit comme elle-même devait l'être depuis plusieurs jours ; en dépit des vêtements qui, en plus de leur donner l'allure de deux soupes ambulantes, n'étaient pas vraiment ce qu'il y avait de plus confortable à porter pour marcher. Mais par chance, Junkrat était trop préoccupé par leur début de randonnée pour se dire qu'il se sentirait bien mieux le cul à l'air. Une aubaine pour la rouquine, quoi qu'à défaut de subir l'exhibitionnisme de son voisin, celle-ci ne risquerait certainement pas d'échapper à ses jacassements incessants : cette fois, c'est en épluchant les cartes d'identités des multiples disparus du tremblement de terre qu'il trouva son divertissement, en lui montrant ainsi un document après l'autre à la façon d'un môme fier de sa collection de cartes.

« Tiens, celle-là j'trouve qu'elle a une tête de concierge d'école toute grincheuse, celle qui fait flipper les gosses dans les couloirs parce que son mari en a jamais voulu avec elle ! D'ailleurs elle pense tous les soirs à lui foutre une bonne patate à ce poivrot, pour en finir tu vois, de toute façon il la tringlait plus depuis des années, vraiment le désert du cul, ce cochon tripotait que ses magazines de gamines en maillot de bain, hahahah !! Oh et regarde ce gars à cravate, à tous les coups c'est un employé de bureau à qui le patron agite sa promotion sous le nez depuis des années, un bon pigeon. Il boit du décaféiné parce qu'il grimpe à 15 tasses par jour et il jette toujours ses trombones à la poubelle pour aller en piquer à sa jolie collègue, la p'tite blonde super mignonne mais super pas intéressée... »

Il y avait quelque chose d'infiniment plus rigolo dans le fait d'inventer de toutes pièces la vie passée de ces disparus, en particulier lorsqu'il était impossible de contester ses histoires, de quoi s'octroyer toute la liberté artistique du monde pour redonner vie aux cadavres à sa propre sauce. Et si la rouquine avait elle aussi envie de s'essayer au profilage des autres cartes d'identité, il était tout à fait enclin à prêter ses jouets, surtout avec la prochaine addition qu'il était sur le point de se faire à la vue du corps étalé plus loin dans la galerie. Armé de son briquet encore mouillé, Jamison galéra plusieurs fois avec la flamme avant de parvenir à éclairer un tant soit peu la zone et trouver où s'installer pour commencer les fouilles.

« Chicoooooss les bijoux ! Et toi alors petite Nana, tu fous quoi dans la vie ? T'as p't'être pas envie que je fasse ta bio' aussi, sauf si t'es d'accord pour que j'inclus au moins une attaque de chien, une anecdote à la fois comique et gênante pendant ta soirée de bal de promo et ton obsession secrète pour les nouilles japonaises ! C'est l'minimum. »


« Ça cause mal en darkgoldenrod ! »
... BOOM ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Lyana SélmineMessages : 341
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Dim 3 Sep - 20:25


“ N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! „

« Feat : Jamison»
« Si on en trouve assez, je pourrai facile me faire un jeu des 7 Familles complet avec toutes ces tronches ! Y a de quoi tuer le temps avec ça, tu penses pas ? »

Je hoche la tête, en soit je ne sais pas si c'était une bonne chose.

« - Oui et non, ça serait une bonne chose pour qu'on tue l'ennuie mais ça fait plus de personnes qui vont pleurer quand tu ramèneras les cartes aux journalistes pour dire les morts. »

Bon, okay c'est morbide et sans fun. Limite rabats joie ce que je dis là. Mais c'est juste que je ne peux m'empêcher de penser au mal que cela fait, toutes les personnes qui vont souffrir, des enfants qui risque de perdre leurs parents. Des enfants qui vont finir orphelins, peut-être même pire, des parents qui perdent leurs enfants. Je me demande comment on peut vivre avec cette douleur. J'espère ne jamais avoir à supporter ça un jour.

« - Pardon c'était pas joyeux comme réflexion, c'est juste que j'ai déjà perdu des proches alors je sais ce que ça fais... Surtout quand c'est inattendu comme ça. »

Bon nous sommes en route et je le regarde du coin de l'oeil, il semblait quand même joyeux malgré ce qui lui était arrivé et cela m'étonna au plus haut point. J'avais l'impression d'être quelqu'un de optimiste, mais il l'était encore plus que moi. Est-ce le fait d'avoir perdu un membre qui le rend aussi combatif mentalement ? Aussi léger ? Je n'en sais rien, mais je trouve cela assez rafraîchissant et c'est avec le sourire au lèvre que j'écoute ses imaginations sur les personnes sur ses cartes, rigolant parfois, cela est amusant malgré qu'on rie de personne morte. Dans tout les cas elles ne viendront pas se plaindre. J'en attrape une à la fin de ses broutilles et admire le visage sur la carte.

Un jeune homme qui a l'air plutôt sérieux, du moins qui n'a pas l'air sérieux sur sa carte d'identité.

« - Alors lui... Je le vois bien banquier, ou avocat ou quelques choses du genre. Coincé à faire un métier qu'il aime pas et qu'il a choisit juste pour faire plaisir à sa mère qui contrôle tout dans sa vie. Limite quand il voudra se marier elle fera fuir sa fiancé. Si ce n'est pas déjà fais en fait. »

Bon, nous voilà arriver là ou je me suis arrêté, c'est à dire là où il y a le cadavre. Je reste à l'écart le laissant procéder les fouilles à l'aide d'un pauvre briquet qui galère à s'allumer après avoir été trempé. Normal me direz vous.

« Chicoooooss les bijoux ! Et toi alors petite Nana, tu fous quoi dans la vie ? T'as p't'être pas envie que je fasse ta bio' aussi, sauf si t'es d'accord pour que j'inclus au moins une attaque de chien, une anecdote à la fois comique et gênante pendant ta soirée de bal de promo et ton obsession secrète pour les nouilles japonaises ! C'est l'minimum. »

Je rigole, tiens s'il veux une anecdote j'en ai une.

« La vérité est loin d'être passionnante, quoi que j'ai bien une histoire croustillante pour toi. Je suis chanteuse dans un groupe et je travaille en tant que serveuse dans une pâtisserie. Et pour l'histoire.. Y'a pas beaucoup de monde qui le savent »

Dis-je en souriant. Je ne suis même pas sûr que Nash' est au courant. C'est une partie un peu honteuse de ma vie, bah pas vraiment, on peut en rire. En fait moi j'en ris plutôt.

« Je me suis déjà bourré la gueule et je me suis levé sur le comptoir et j'ai dansé en chantant I kiss a girl qui veux dire j'embrasse les filles. Nan t'inquiète je ne suis pas lesbiennes, j'avais juste envie de me défouler. »

Je rigole à se souvenir attendant qu'il finisse pour reprendre la route. Et je réfléchis à ce que je pourrais raconter d'autre et je me gratte le menton avant de dire.

« Après ma vie est plutôt ennuyeuse, disons que je vis pas plein d'aventure mais elle est cool, et toi tu fais quoi dans la vie ? »

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître du JeuMessages : 354
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Mar 5 Sep - 12:09

N'importe qui pas n'importe quoi
Deux personnes qui n'avaient actuellement rien en commun - si ce n'est le niveau d'hygiène - allez devoir s'entraider pour survivre dans la fissure.

Nos deux nouveaux aventuriers, s'étaient bien remis de leur petit désagrément respectif. La demoiselle pouvait s'estimer heureuse d'avoir reçu de la nourriture pour remplir son estomac et retrouver plus de force. Tandis que l'autre, avait au moins le mérite d'être encore en vie après avoir fait un petit plongeon dans l'eau qui, soit dite en passant, n'était pas du luxe pour le décrasser entièrement. Les deux compères pouvaient désormais avancer ensemble et affronter les secrets de cette crevasse. Malgré leur chemin praticable, l'humidité était suffisamment présente pour qu'un pied glisse par mégarde facilement, l'handicapé encourrait bien plus de risque avec sa jambe artificielle, mais il ne paraissait pas craindre les trous laissés par la roche.

Malgré la pénombre de la galerie, le briquet de l'handicapé permettait de voir les éventuels obstacles arrivant, cependant, leur première halte se fit face à un pauvre cadavre qui n'avait su survivre à sa descendante. Si l'envie de fouiller davantage son corps était au rendez-vous, il était possible de trouver sur son avant-bras un tatouage qui représentait un guépard. Les conclusions semblaient faciles à faire, un Domae était au sol, cependant, même s'il était mort, qu'en était-il de son animal ? Rien ne prouvait qu'il était dans les parages et en même temps personne n'était à l'abri qu'une bête surgisse hors du noir.

Mais tout d'un coup, l'environnement se mit à trembler, au point que des pierres se mirent à se détacher dangereusement de la paroi. D'abord, des petites, mais plus les secondes s'écoulaient plus elles devenaient importantes.

Jet de dés pour Jamison 50 : 60 Échec - “T’es dans la merde

Le temps était précieux, malheureusement, même s'ils se décidaient à fuir la zone rapidement, un obstacle de taille se mit sur leur route. Une roche assez imposante, se détache du mur et s'écrase sur le sac de Jamison qui l'entraîne au sol. La grosseur de son bagage avait empêché qu'il ne se fasse entièrement engloutir, néanmoins, le poids coincé son épaule. Il n'était pas possible pour lui de se retirer aussi simplement en retirant son bras. Il avait besoin d'un coup de main de sa nouvelle amie, si celle-ci ne l'avait pas encore abandonné. Et, quand bien même elle était encore présente, une solution devait vite traverser l'esprit de quelqu'un avant que le tout ne s'effondre.
Peut-être que l'amputé d'un bras pouvait être une bonne solution ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   

Revenir en haut Aller en bas
 
N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ Les dessous de la Ville :: La Fissure :: Région Est :: Église/Autels-