Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé et qu'il vous aura envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Jamison FawkesMessages : 43
Date d'inscription : 14/03/2017


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Mer 6 Sep - 17:20

N'importe qui...- un messie en kit -


JAMISON
FAWKES


LYANA
SELMINE

Tous les ingrédients essentiels étaient réunis pour concocter une histoire juteuse et avec suffisamment de piment pour garder les papilles en éveil, si tant est que la petite rouquine accepte de laisser son compagnon d'infortune gérer le cours de sa vie comme bon lui semblait. Sans gêne aucune, ce dernier était en train de se dépétrer avec le collier de la morte, désireux de ne pas gâcher autant de carats dans les abîmes de la fissure alors qu'ils pouvaient faire tant d'heureux -lui le premier !-, tandis que Lyana exposait sa double vocations de chanteuse-serveuse. Merde alors, c'est qu'il se trimballait avec une artiste, et une artiste qui avait également ses petits secrets, de quoi faire ricaner Jamie :

« Ça tombe bien, j'adore les potins ! Vas-y donne-moi du croustillant ! »

Tourné vers elle pour lui tendre le briquet et profiter de ses deux mains libres pour accrocher le fermoir du collier autour de son cou, il attendit de voir ce qu'une jeune fille plutôt sage à vue de nez pouvait bien avoir à cacher pour ne se confier qu'à un gus unijambiste ayant roulé dans sa grotte. Et si on disait que l'alcool rendait les fêtes plus folles, elle le confirma bien vite en racontant son petit exploit artistique. La scène s'imprima aussitôt dans l'esprit du blondinet et il rigola de bon cœur avec la chanteuse aux tendances refoulées. Armé des bracelets du cadavre, il attrapa le bras de Lyana dans la foulée pour les lui accrocher autour du poignet.

« Ohhhhh t'es un sacré p'tit numéro en vrai !! J'veux absolument savoir où tu te produis, ça doit faire des soirées poilantes dès que t'as un coup dans l'nez ! »

La récolte de la parure de bijoux effectuée, il ne lui restait plus qu'à prélever la carte d'identité du portefeuille avant de jeter celui-ci dans son sac avec le reste. Nul doute qu'avec autant de gains, il allait pouvoir se la couler douce un moment une fois de retour à la surface, à condition que le prêteur-sur-gage ne le déplume pas trop au moment de lui racheter ses biens durement amassés. Le sac reprit place sur son épaule, le collier volé fut remis en place sur sa nuque, et son unique genou craqua au moment de se redresser pour récupérer le briquet des mains de Lyana. Un macchabée de fait, il n'y a plus qu'à passer au suivant ! Voilà au moins une activité qui a de quoi animer la marche, car l'absence du moindre élément de décor qui ne soit pas de la roche ou de l'obscurité allait vraiment finir par avoir raison de sa fragile concentration. Heureusement qu'il pouvait parler et surtout entretenir une conversation avec quelqu'un d'autre, ne serait-ce que pour retenir son attention sur quelque chose.

« Après ma vie est plutôt ennuyeuse, disons que je vis pas plein d'aventure mais elle est cool, et toi tu fais quoi dans la vie ?
- Oh, moi tu sais, je bosse un peu dans tout, livraison, service à la personne, l'import / export, tout ça. »

Ce genre d'échanges concernait principalement le transfert des biens d'autrui vers ses propres poches, ou bien quand il s'agit d'importer des substances psychotropes dans son organisme puis d'exporter ses rejets gastriques dans un coin de rue avant de recommencer le lendemain. Du reste, il n'était pas sûr de la qualification de ce qu'il était amené à faire avec Harley quand celle-ci avait besoin de lui, tant les activités étaient folles et variées. En fin de compte, son expérience faisait qu'il était à peu près versé dans un bon nombre de domaines, et son C.V. aurait certainement fière allure s'il savait en rédiger un ! Le regard braqué sur les mouvements de la petite flamme du briquet, dansant sous son nez avec sa démarche désaxée, Jamison s'empressait déjà de combler les quelques secondes de silence pour ne lui laisser aucune chance de s'installer :

« Mais c'que j'aime surtout, c'est la bricole, le démontage en pièces, et faire péter des trucs ! Rrrraah si j'avais du matos pas trempé, je t'éclaterais tout ce merdier là autour de nous, BOUM !! Un vrai feu d'artifices. J'adore les feux d'artifices, mais qui n'aime pas les feux d'artifices après tout, hein ? Puis au moins on verrait un peu où on met les panards pour éviter de se viander ! Ça pourrait même nous creuser un trou vers la surface... tu me le dirais si tu avais du sodium métallique dans l'une de tes poches, n'est-ce pas ? »

Avec autant de flotte dans les parages, il s'agirait effectivement du mélange idéal pour faire éclater ces ennuyeuses cavernes et se hisser en un rien de temps vers la surface. Ceci étant dit, quand on omet de prendre en compte les dangers et les risques qu'implique une réaction explosive dans un lieu majoritairement clos, tout paraît immédiatement cent fois plus simple. L'un des "toc" de son pilon de métal raisonna soudainement avec beaucoup plus d'écho que son poids aurait pu le permettre, et Junkrat s'arrêta sur place pour taper plusieurs fois au même endroit en se demandant ce qu'il avait bien pu piétiner. C'est alors que le sol se mit à trembler, puis les parois rocheuses alentours, le forçant à lever une main vers sa voisine en anticipation de toute réflexion :

« Alors là, je jure sur les derniers ch'veux que j'ai sur le caillou que j'y suis pour rien cette fois !... »

On ne lui en avait guère laissé le temps, surtout ! Des bruits de cailloux roulant par terre témoignèrent bientôt au duo de la réalité des faits, et une chose est sûre : il ne ferait pas bon de rester dans les parages avec un éboulement en approche ! C'est donc vers une direction au hasard que Jamie entreprit son départ en trombe, suivi et même rapidement dépassé par la rouquine tandis qu'ils détalaient pour éviter les plus gros détachements de roche. Décidément, cette fissure faisait un travail formidable pour être la moins chaleureuse possible ! Dans son esquive d'obstacles et ses efforts titanesques pour ne pas glisser avec sa prothèse, Jamison ne put voir arriver le roc qui avait décidé de peser dans son bagage, le tirant brutalement sur le sol comme si ce dernier pesait tout à coup une tonne et demi. Étalé sur le ventre, le blond n'attendit pas de voir autre chose que des étoiles pour essayer de se relever, très vite empêché par le poids sur son bras gauche. Le rocher n'avait pas l'air de l'écraser complètement, toutefois sa charge suffisait à le garder coincé en dessous avec son sac. Et en dépit de toute la bonne volonté qu'il pouvait y mettre, le blondinet ne parvenait pas à s'en dégager par ses propres moyens :

« Merde, 'chier... euh je peux bouger le bras mais j'crois qu'y a la bandoulière qui fait garrot ! J'arrive pas à... Forçant davantage sur son bras, il put sentir la bretelle le comprimer assez douloureusement pour se résoudre à lâcher prise : ... bon ben y a pas 36 solutions, y a plus qu'à couper, hahah !»

Son rire était si faux qu'il s'étonnait lui-même en s'accoudant au sol avec son bras libre. Évidemment, il fallait que ce soit son bras le plus fonctionnel qui se retrouve bloqué là-dessous ! L'ironie, parfois, ça ne fait vraiment pas marrer. Sa main se plaqua sur son front avant de remonter le long de son crâne, visiblement beaucoup plus angoissé de la situation qu'il aurait voulu le laisser paraître.

« JE DÉCONNE PUTAIN, c'est mon meilleur bras, il m'a jamais laissé tomber, alors j'veux pas le laisser là ! »


« Ça cause mal en darkgoldenrod ! »
... BOOM ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Lyana SélmineMessages : 341
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Ven 8 Sep - 18:05


“ N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! „

« Feat : Jamison»
Je l'écoute me parler de sa passion pour les explosions et ce genre de chose. C'est vrai qu'en soit une explosion aurait pu nous aider, mais pourrait très bien nous empirer, si la parois se détache et nous tombe dessus suite à une explosion dedans. Ouais non, pas très glorieux comme mort. Je préfère encore marcher et chercher à sortir par un autre moyen. Puis je sens la terre tremblait et me retiens de lâcher « qu'est-ce qui se passe encore », puis je vois les parois se détacher. Non mais c'est sérieux cette blague ? Jamie lève la main alors que je le regarde :

« Alors là, je jure sur les derniers ch'veux que j'ai sur le caillou que j'y suis pour rien cette fois !... »

C'était évident que ce n'était pas lui, mais le timing était tellement parfais que je me retiens d'en rire nerveusement. Franchement je ne sais qui est ce dieu qui s'amuse à faire subir ce genre de chose, mais au fond, il est vraiment sadique. D’un commun d’accord, sans un mot, ils se mirent à courir pour chercher à fuir l’éboulement. Car se prendre un caillou sur la tête risquait fort bien d’être mortel. On court donc sa réellement où savoir où aller car cette fissure était plutôt un mystère, et alors que Jamie était à côté de moi, tout d’un coup il disparu de mon champs de vision et je m’arrêtais net le cherchant du regard.

C’est d’ailleurs au sol que je le trouvais et je compris rapidement le problème, son sac en bandoulière s’était fait écraser par une roche. Et il fait la même réflexion que moi, une chose est sûr, on ne doit pas traîné ici.

«  ... bon ben y a pas 36 solutions, y a plus qu'à couper, hahah !»

Je hoche la tête et répond :

« - Oui faut couper. »


Je cherche du regard une pierre qui serait suffisamment grosse et peut-être coupante, qui sait, mais juste une pierre. En tout cas ce n’était pas ce qui manquait avec les chutes de caillou. J’en attrape une et me dirige vers lui et sa réaction ne se fait pas attendre :

« JE DÉCONNE PUTAIN, c'est mon meilleur bras, il m'a jamais laissé tomber, alors j'veux pas le laisser là ! »

Je le regarde et m’agenouille à côté de lui et lui explique :

« Je vais pas tenter de couper ton bras mais la bandoulière ! Bref on a pas le temps ! »

Je tape sur la lanière en ayant peur de faire mal à Jamie, mais c’était notre seul solution. Je frappe le caillou contre la lanière, je frotte pour tenter d’user les fibres, dans tout les cas, on a rien d’autre sous la main. J’espère que ça va marcher, j’ai pas envie qu’on finisse écrabouiller comme des crêpes.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître du JeuMessages : 355
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Dim 10 Sep - 15:50

N'importe qui pas n'importe quoi
Le temps étant compté, il n’y avait guère de solution pour se sortir de cette mauvaise impasse. Sacrifier un bras supplémentaire et s’enfuir avant que la roche ne les écrase, n’était pas au goût de l’estropié. Il fallait trouver une option alternative et, fort heureusement pour lui, il pouvait compter sur sa nouvelle partenaire pour ne pas l’avoir laissé en plan.

Sans un couteau sous la main, il était bien plus difficile de couper la lanière. Quand bien même le sac du prisonnier était vieux et dans un piteux état, il fallut à la demoiselle redoubler de patience malgré les pierres qui continuaient à s’écraser tout autour, jusqu’à ce que l’attache de celui-ci soit suffisamment endommagée pour déchirer le tout d’un coup sec. Ceci en moins, Jamison pouvait extirper son bras, non sans forcer un peu pour le récupérer entièrement. C’était un petit travail d’équipe dont les aventuriers pouvaient s’en réjouir, mais il leur fallait d’abord s’échapper de la zone à risques.

Faire marche arrière ne leur était déjà plus possible, le chemin étant devenu entre temps condamné, ils devaient continuer leur route faiblement éclairée, en espérant sortir au plus vite de la zone de turbulences. Il était possible de courir, mais personne n'était à l'abri d'une glissade qui avait le don de faire perdre un temps précieux, tout en sachant que les pierres s'écroulaient n'importe où, n'importe comment. Néanmoins, les survivants pouvaient se permettre de souffler plusieurs mètres plus loin, car les dégâts causés par mère nature devenaient de moins en moins présents, jusqu'à finir par disparaître comme si rien ne, c'était passé. Laissant les pourcentages de mort s'affaiblir grandement. À l'arrière, la route n'était plus praticable et, l'estropié n'avait plus aucune possibilité de revoir un jour ses biens si durement trouvés. Ils étaient pour la plupart réduits en morceaux et perdus à jamais sous des tonnes de roches. S'il avait eu le malheur de transporter de la nourriture… les insectes allaient se faire une joie d'en obtenir si facilement.

Bien que les deux pouvaient prendre une pause et se remettre de leurs aventures, une fois les idées remises en place, on pouvait entendre non loin le bruit similaire à une forte pluie. Était-ce un trou qui menait à la sortie avec la pluie qui s'abattait sur la ville ? Il suffisait de remonter le couloir pour en connaître la raison. Et s'apercevoir qu'en fin de compte, il y avait un gigantesque courant d'eau à quelques mètres en dessous, elle provenait d'une direction inconnue et s'en allait vers l'inconnu. Il était impossible de remonter celui-ci, le courant étant à la fois trop fort et la paroi de ce côté-là bien trop glissante pour l'escalader. Cependant, suivre la marche de l'eau était tout bonnement faisable. L'eau s'échapper par un long tunnel qui menait peut-être à une sortie en direction de la mer ? À moins que ce ne soit autre-chose. Mais, malheureusement pour eux, il n'avait guère d'autre choix que de sauter le pas dans cette direction, car, sur tous les alentours, même en cherchant minutieusement il n'y avait rien.

Rien, mise à part une corde abandonnée en contrebas et qui n'avait très certainement une utilité. Il n’y avait pas de corps à proximité, quelqu’un avait dû la perdre avant de se faire emporter par l’eau. Pour atteindre celui-ci, il suffisait de se laisser tomber en s'asseyant sur le bord. Le tout n’était pas plus haut qu’un simple murer qui pouvait faire la taille de Jamison quand celui-ci se tenait convenablement droit.

Néanmoins, une fois en bas, il fallait encore savoir quoi faire avec cette corde. Celle-ci était loin d'être une camelote, elle provenait d'un escaladeur professionnel et avait une bonne résistance et, maintenant démunie de son propriétaire, elle allait pouvoir servir à d'autres. Après tout, elle était suffisamment longue pour que l'un s'attache et descende dans le tunnel, tandis que l'autre pouvait rester sagement en sécurité et lui envoyait un peu de longueur. Il ne leur restait plus qu'à savoir lequel des deux voulait se lancer en tant qu'exportateur.

Du moment que le second ne lâche pas la corde, qu'est-ce que le premier peut bien craindre ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jamison FawkesMessages : 43
Date d'inscription : 14/03/2017


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Dim 17 Sep - 20:21

N'importe qui...- un messie en kit -


JAMISON
FAWKES


LYANA
SELMINE

« Je vais pas tenter de couper ton bras mais la bandoulière ! Bref on a pas le temps ! »
- Ah ? Oh... ouais, ouais, brillant, bonne idée, la meilleure même ! Enfin t'étais pas obligée d'me foutre la trouille comme ça non plus... »

L'avantage d'avoir déjà goûté au privilège de se faire trancher un bout de lard, c'est que l'on sait précisément à quel point on n'a surtout, surtout pas envie de recommencer l'expérience de sitôt avec les autres bouts restants. Préférant donc largement sacrifier la lanière de son sac que sa propre épaule, le blond céda autant de place que possible à la jeune fille pour lui permettre d'essayer de couper cette contraignante bandoulière... à coups de pierre, ramassée par terre. Bon, ce n'est pas comme si les alentours ressemblaient franchement à une coutellerie avec un large choix de lames aiguisées, mais il ne pouvait retenir un sourcil broussailleux de se lever par la seule force du scepticisme face à ce procédé qui s'annonçait pour le moins fastidieux.

Et s'il utilisait ses dents pour grignoter tout ça ? Il avait généralement une pleine et totale confiance en ses aptitudes à ronger à travers la plupart des problèmes auxquels il pouvait faire face au quotidien ; quoi qu'il aurait au moins fallu un cou de girafe pour espérer atteindre son sac depuis sa place, et Lyana l'empêchait tout bonnement de tenter sa chance en se tenant ainsi au milieu. Au-delà de la pression qui serrait occasionnellement son bras comme un étau à chaque coup porté sur la bandoulière, la vue des rochers qui continuaient de pleuvoir ici et là avait tendance à mettre sa minuscule réserve de patience à rude épreuve, alors qu'il gigotait comme un ver de terre sur le sol.

« J'veux pas critiquer ta technique, mais t'aurais rien de plus rapide ? Ça commence à être tendu du cul là ! »

À ce rythme, la prochaine roche qui viendrait à s'écraser sur lui se chargera de terminer le travail une fois pour toutes, mais pas dans les conditions espérées. Si seulement le briquet ne lui avait pas échappé des mains en trébuchant comme un abruti... Atteindre le fond de ses poches pour en trouver d'autres serait digne d'une contorsion que même toute sa souplesse ne lui aurait autorisé dans sa position. Et soudain, contre toute attente, le miracle se produisit : libéré de ses chaînes, pour ainsi dire, Jamison s'empressa d'extirper son bras dès qu'il put le décoincer de là, roulant quelque peu sur le sol après coup avant de bondir sur son pied et demi pour détaler vite fait en compagnie de Lyana. Enfin, peut-être allaient-ils s'en sortir avant de finir ratatinés en purée de viande et de cervelle ! Tandis qu'ils quittaient la zone sous les éboulements, une réalisation délaissée jusqu'alors frappa la tête blonde échevelée et le fit freiner aussi sec :

« PUTAIN LES BURGERS !! »

Ainsi que ses biens de valeur volés, l'argent liquide, son propre matériel et nombre de babioles dont il aurait certainement fini par trouver une utilité un jour ou l'autre dans le cadre de ses activités... mais présentement, seuls les emballages imprimés du logo du McDo le rendaient suffisamment nostalgique pour l'encourager à tourner les talons et rebrousser chemin, quitte à braver la fureur des éléments pour ce faire. Néanmoins, ses pas effectués auraient pu se compter sur les doigts d'une seule main avant qu'un gigantesque morceau de paroi rocheuse ne s'effondre brutalement sous son nez, là où son pilon métallique s’apprêtait à se planter. La lourde chute faisant office de barrage le fit garder sa demi-jambe en l'air, le temps d'exécuter une volte-face théâtrale vers Lyana.

« Ok va chier, je passe végétarien... »

Sur cette honorable résolution, l'estropié retourna bien vite auprès de la rouquine, le poids d'une vie sauve -ou presque- ayant remplacé celui de son cher et tendre sac, il n'en était que plus allégé pour garder le rythme de course. Lorsque les tremblements cessèrent pour de bon de les secouer au bout de plusieurs mètres parcourus, il profita de ce moment d'accalmie pour s'appuyer sur le renflement d'une paroi et regarder les marques laissées sur son bras, sans oublier de se pencher ensuite sur les fixations de sa prothèse, le temps de constater les dégâts. Encore une virée sensationnelle de ce genre et il ne donnait pas cher de son usage, surtout avec un tournevis comme seul outil à disposition dans les poches de son pantalon. Empoignant le luxueux collier qui pendouillait devant ses yeux en se remettant droit, il lâcha finalement un soupir ennuyé.

« Merde alors, j'ai plus que ça et mes cartes d'identité, c'est vraiment la dèche cette histoire... ah puis merci pour tout à l'heure au fait, c'tait sympa de pas me laisser finir en crêpe ! Y a pas grand-monde qui l'aurait fait à ta place, sur ça tu peux m'faire confiance ! »

Bon nombre de gens se seraient plutôt fait une fête à l'idée de voir une bonne caillasse lui rabattre définitivement le caquet, et de manière générale, il fallait en avoir une bonne paire pour aller se mettre en danger dans l'unique but de secourir quelqu'un. Mais quand ce quelqu'un demeure la dernière compagnie restante dans ce souterrain, on a tendance à vouloir en assurer la pérennité le plus longtemps possible. Jamie lui-même aurait volontiers cédé ses hamburgers pour garder la rouquine à ses côtés, malheureusement cette malbouffe était désormais de l'histoire ancienne, et il regrettait déjà de ne pas s'en être mis plein la panse avant de tout perdre connement. Un drôle de son continu qui ne cessait de tourner en fond le fit regarder un peu partout autour de lui, enquêtant d'abord à l'aide d'un petit doigt du côté de son oreille avant d'en déduire l'origine, belle et bien extérieure à son audition perturbée : un couloir duquel les échos d'une pluie semblaient résonner, et dont l'écoute poussa le grand blond à s'éloigner en direction d'un mur.

« Ugh, ce bruit me file l'envie d'pisser ! »


« Ça cause mal en darkgoldenrod ! »
... BOOM ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Lyana SélmineMessages : 341
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Mer 20 Sep - 17:42


“ N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! „

« Feat : Jamison»
Je stresse alors que les pierres tombent autours de nous, je continue à répéter le geste pour tenter de couper la lanière alors que mon compagnon commence à s’impatienter et je comprends son impatience, plus le temps passé, plus on risquait de se faire écraser par les morceaux de pierre qui se détachait de la paroi. Puis à force de patience voilà que la lanière se casse d’un coup et Jamie roule un peu et il se relève pour se mettre à détaler dans la seule direction possible vu que les rocher nous bloque la route de là où l’on vient. 

Puis dans un moment Jamie s’arrête net pensant à ses burgers et je le regarde qui commence à faire volte face, je m’arrête pour le retenir mais avant que j’ai le temps de faire ça, ça route est coupé par un rocher qui se détache de la paroi pour atterrir là où il avait l’intention d’aller. Bon au moins sa résolution de faire demi tour s’évanouit quand il m’annonce qu’il va devenir végétarien. Je rigole car je trouve la situation comique et lui répond :

- Jusqu’à qu’on sorte d’ici et que je paye tout les burger que tu souhaites.

Bon, maintenant on continue la route et petit à petit tout se calme, où peut-être que c’est juste nous qui nous nous éloignons de la zone de danger et que là-bas les rocher continue de tomber en trombe. Qui sait ? On prend une petite pause pour se détendre de toute cette tension et Jamison parla :

« Merde alors, j'ai plus que ça et mes cartes d'identité, c'est vraiment la dèche cette histoire... ah puis merci pour tout à l'heure au fait, c'tait sympa de pas me laisser finir en crêpe ! Y a pas grand-monde qui l'aurait fait à ta place, sur ça tu peux m'faire confiance ! »

Je souris et lui dit :

« De rien c’est normal, et ne t’inquiète pas en plus du collier tu as cela »

Je secoue mon poignet pour montrer les bracelets qu’il a attaché tout à l’heure, ça lui fera un petit peu de sous si ça peut le rassurer. Puis je me rendus compte du bruit que quand Jamie me le fit remarquer et je tendis l’oreille pour reconnaître un bruit d’eau, attend de l’eau ? Je regardais Jamie et lui dit :

«Viens on continue, il doit y avoir quelques choses là bas ! »

J’avance et l’on voit un courant d’eau, je me demande ce qu’il y a en bas, je regarde et hésite cherchant autre chose, une piste sur ce que je pourrais faire. Puis je l’aperçois, un peu plus loin et me dirige vers elle et teste la robustesse, elle avait l’air d’être plutôt bonne, de ne pas être du genre à cassé rapidement. Je vais voir Jamie :

« Je suppose que tu ne vas pas descendre en bas, moi je vais y aller… et tiens regarde j’ai trouvé ça »

Je regarde le courant puis réfléchis un peu, c’était risquée… mais bon, si l’on pouvait trouver une sortie. Oh mais attend !

« J’ai une idée, je vais m’attacher cette corde à ma taille et en cas de soucis tu me tires ? »


C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître du JeuMessages : 355
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   Mer 20 Sep - 19:42

N'importe qui pas n'importe quoi
Corde en mains, Lyana avait pris la décision de partir en tant qu'exportateur, tandis que son compagnon de route allait devoir la maintenir en vie. Quelque chose de très certainement plus intelligent que s'ils avaient eu l’idée d’échanger les rôles. Il aurait été bien plus compliqué pour elle de garder un équilibre avec ce gabarit aussi maigre soit-il. Son handicap l'aurait que très peu aidé. Quoi qu'il en soit, la demoiselle pouvait fermement s'attacher, peut-être qu'un double voir triple tour en guise de sécurité n'était pas de refus. Elle pouvait ensuite s'approcher de l'entrée du tunnel et raser le bord prudemment en s'aidant du mur comme appuis pour s'y enfoncer. Quant à Jamison, lui avait intérêt à avoir une fixation dans le sol stable.

Pendant un temps, il était plus ou moins facile de savoir ou mettre les pieds, guidés par la faible lueur naturel derrière elle, puis, plus elle s'enfonçait, plus les ténèbres se refermer aisément sur sa personne. L'écho de l'eau se cognant contre le mur était assourdissant, il n'y avait rien d'autre qui était audible et, le tunnel semblait ne jamais connaître de fond. Du côté de Jamison, il était assez tranquille, après tout, ce n'est pas bien compliqué de faire glisser la corde, de ne pas faire de conneries et surtout de ne pas être distrait. Quoi que… On en demanderait sûrement trop à être comme lui.

C'est alors que, l'eau derrière lui rejeta plusieurs débris emmêlés ensemble, tout ce qui avait eu le malheur de tomber dans la fissure au moment de son ouverture, des planches, une roue de calèche, quelque chose qui ressemblait à une clôture de fausse haie abîmée et pleine de boue et encore tout un tas de détritus. Le tout arrivant à pleine vitesse, même avec une bonne volonté, il ne pouvait prévenir la demoiselle de faire attention, car quelques fils de fers enfouis dans le tas s'accrochèrent à sa jambe artificielle et l'attirèrent dans la course. Avec tout le poids et la force du courant, il ne pouvait résister ni même lutter contre. Il aurait très certainement fallu être un surhomme pour ça, ou ne pas avoir un pique à la place d'une jambe. Les déchets et l'estropié s'enfoncer à leur tour dans le tunnel.

Peut-être que Lyana pouvait entendre les cries et se coller au mur pour tenter de l'éviter. Malheureusement, même si l'idée était bonne, elle restait relié à lui par la corde et, une fois qu'il glissa devant elle, elle ne pouvait que se faire entraîner à son tour.

Est-ce qu'ils allaient au moins s'en sortir vivant de cette glissade ? Qui sait ce qu'il y avait au bout ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]   

Revenir en haut Aller en bas
 
N'importe qui pitié... J'ai dis n'importe qui pas n'importe quoi ! [Pv Jamison]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ Les dessous de la Ville :: La Fissure :: Région Est :: Église/Autels-