Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1094
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Mar 3 Oct - 21:14

Who let the wolves out ?
Le désavantage du boulot de Domae, c'est que celui-ci n'attend pas, en particulier lorsque la Reine en personne vous enjoint à la retrouver au QG afin de régler les détails d'une mission à venir. Dans ces moments-là, il n'y a plus qu'à mettre les emmerdes du quotidien de côté le temps de se consacrer à une cause plus grande ; et quand l'affaire en question a de sales relents de trafics et de braconnage par-dessus le marché, elle revêt généralement un caractère suffisamment urgent pour faire intervenir un flair supplémentaire. Nous nous étions donc vus deux jours auparavant, le temps de détailler les rapports, mais il était impératif que l'on se rende directement au port de la ville, là où la mission devait se dérouler, pour voir de quoi il en retournait exactement auprès de la sécurité portuaire. Le commerce de morceaux d'animaux était une chose commune en ce bas monde, aussi dégueulasse soit-elle, mais il y avait de fortes chances pour qu'autant d'espèces différentes, en majorité exotiques, ne proviennent que d'un seul et même endroit, là où il était fréquent que des personnes enrôlées obtiennent des compagnons sauvages. À partir de cet état de fait, les Domae ne pouvaient se permettre de rester sans réagir.

Clope au bec, j'étais arrivé en avance, comme à mon habitude, sur le lieu du rendez-vous pour y attendre Kira. Avoir une collègue Domae comme propriétaire du centre commercial me permettait au moins d'adapter mes horaires, voire de bénéficier d'une poignée de jours, dans le cadre d'une mission commanditée par la supérieure lorsque celle-ci avait besoin de moi. Ce n'est pas comme si mon équipe ne pouvait survivre plus de 24h sans mes directives. De quoi justifier ma présence à l'entrée du port en matinée et au beau milieu de la semaine, même si j'aurais largement préféré mettre ce temps libre à la disposition de Laelyss. Quand bien même elle se sortait doucement de cette déprime postnatale, ma présence à ses côtes demeurait utile, ne serait-ce que pour l'aider dans les tâches journalières avec la petite. Enfin, peut-être que cette besogne sera résolue assez vite pour me laisser profiter du reste de mon congé avec mes deux rouquines. Généralement, pour le peu de fois où nous sommes amenés à collaborer avec Kira sur une mission, on peut se vanter d'arriver à nos fins sans trop d'encombres... se frapper occasionnellement ne nous empêchant pas de mener les choses à bien.

Une tignasse rose apparaît finalement au loin, ponctuelle heureusement, mais j'eus tout de même une plainte à formuler concernant son arrivée, dans la mesure où elle se trouvait être accompagnée. De loin, la personne qui marchait avec elle ressemblait en tous points à une gamine, et cette impression ne changea que très peu en les voyant arriver pour que je puisse la détailler davantage. Il n'y avait bien que son odeur particulière qui me retenait de vouloir la virer du tableau, en atteste le petit louveteau la collant aux basques, que d'autres auront certainement pris pour un chiot sur leur route tant il semblait jeune. Néanmoins, je baisse ma cigarette puis adresse un mouvement de tête en direction de la nouvelle recrue, une fois les demoiselles à ma hauteur, au détour d'une réflexion adressée à Kira :

« J'ignorais qu'on allait faire du babysitting. »



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
avatar

Aïlyne MaureCitoyenMessages : 64
Date d'inscription : 02/10/2017


MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Mer 4 Oct - 9:35

Who let the Wolves out ?
Featuring
Kira et Big

Bigby

Aïlyne

Kira
©️ A-Lice
J’avais reçu mon pouvoir il y a peu maintenant et j’avoue que j’aimais beaucoup Aurore, elle était tellement mignonne. Du coup je profitais qu’elle était qu’un bébé pour me promener avec elle a mes cotés histoire de tisser un lien entre elle et moi. Et cela marchait plutôt bien, j’avais l’impression qu’on était assez proche et moi. Je ne sais pas comment expliquer ça. Puis, il y a deux jours la Reine Domae m’avait convoqué pour me parler d’une mission, il parrait que dans un bateau on avait retrouvé des carcasses d’animal… et que c’est dernière disparaissait petit à petit. Je n’avais pas besoin d’en savoir plus pour accepter la mission. Qui osé s’attaquer à des pauvres animaux ?

On avait donc convenue de se retrouver au QG aujourd’hui pour aller enquêter pour arrêter le supposé trafic qui avait lieu et ainsi protéger ceux qui ne peuvent pas se protéger eux-même. J’avoue que j’étais remonté à bloc ! Et c’était équipé de ma rapière et accompagné de Aurore que j’attendais au QG la Reine, qui était d’ailleurs à l’heure, je la saluais respectueusement et elle m’apprit que le dernier membre de l’expédition nous attendait sur le port. Nous voilà en route vers le point de rendez-vous. Je ne savais pas trop quoi dire me sentant intimidé de participer à une mission en compagnie de la Reine elle-même. D’ailleurs pourquoi avec moi ? Je ne comprenais pas pourquoi j’avais été choisis.

Façon, le chemin se fit plutôt rapidement et on retrouva le dernier membre de notre équipe qui était plutôt impressionnant et… pas très aimable vu que lorsque l’on arriva à sa hauteur il lança un :

« J'ignorais qu'on allait faire du babysitting. »

Je n’étais pas sûr il parlait de moi là ? C’est moi qu’il traite comme une enfant ? J’ai l’habitude qu’on me rajeunie mais jamais de ma vie on m’avait dit ça. Je fronce des sourcils et rétorque :

« - Et moi j’ignorais que le dernier membre de notre groupe était aussi malpoli »

Encore par malpoli j’étais gentille, il y avait tellement de réplique qui aurait pu sortit à ce moment là comme « un gros con » ou « aussi vieux ». Où même d’autre chose pas très gentil, mais il y avait une certaine prestance en lui qui m’alertait de faire attention avec lui. Mais après tout, il pourrait ne pas être aigrie comme cela. À moins qu’il fasse de la catégorie « vieux con » tout court, ceux qui en vieillissant râlent pour un oui ou non et rapportent tout les ragots du quartier tels les commère qu’ils sont. Bon restons zen et montrons nous plus polie que ce qu’il est histoire de faire bonne impression devant la Reine.

« - Je m’appelle Aïlyne sinon, et elle c’est Aurore. Et je ne suis pas une gamine, j’ai 24 ans et ça fait 4 ans que je sers les Domaes »

Dis-je d’un ton assez sec, mais bon, il peut s’estimer heureux que je suis aussi polie vu comment il a osé me parlé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 3165
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Sam 7 Oct - 16:08



Who let the wolves out ?



U
n trafic d'animal, forcément la demoiselle aux cheveux roses ne pouvait pas fermer les yeux sur ça. En tant que Domae, cette affaire la touchait personnellement et elle décida de prendre cette mission en main ; cependant elle ne pouvait pas y aller seule. Kira avait dans un premier temps pensé à demander à Laelyss, son élément était suffisamment utile lorsque les missions se déroulaient au port mais elle avait l'air au bout du rouleau avec sa fille alors elle préféra demander à Bigby. Il fallait le reconnaître, même si il lui tapait sur le système la plupart du temps, elle se sentirait rassurée quand il était ses côtés lors des missions... Deux loups valaient mieux qu'une pour cette mission non ?

La demoiselle aux cheveux roses demanda donc à Bigby de la rejoindre au QG pour lui expliquer la mission en détails et commencer à mettre au point un plan pour arrêter ce trafic, il n'avait pas l'air enchanté de faire la mission mais Kira ne savait pas si c'était sa partenaire qui le dérangeait ou si c'était la mission en elle-même. Après s'être mit d'accord, la demoiselle aux cheveux roses eut l'idée de rajouter une dernière personne dans le groupe : une Domae qui venait d'avoir une louve et la Rose se disait que ce serait une bonne idée de l'intégrer dans la meute. Une meute de deux pour le moment alors pourquoi ne pas rajouter une personne de plus ? Il fallait simplement espérer qu'il n'allait pas avoir trop de tension entre Bigby et Aïlyne.

La mission fut aussi expliquée à Aïlyne et elles se donnèrent comme point de rendez-vous le QG. Elles partirent donc à l'heure en direction du port et Kira apprit à sa coéquipière que le dernier membre de l'équipe attendait déjà au port ; la Rose essaya de faire la conversation pour lui demander si tout se passait bien avec son animal qui pouvait facilement passer pour un chiot pendant les premières années. Kira faisait un sacré bond en arrière en se rappelant de ses premiers temps avec Astra puis quand il avait décidé de prendre sa liberté parce qu'il développait son caractère et qu'il ne passait plus vraiment pour un chien. Elles approchèrent de Bigby et rien que les premiers mots posèrent les bases de la future ambiance.

- J'ignorais qu'on allait faire du babysitting.


- Et moi j'ignorais que le dernier membre de notre groupe était aussi malpoli.


La demoiselle laissa échapper un long soupire, et voilà que les ennuis commençaient déjà... Forcément, ce genre de situation allait finir par arriver et c'était bien pour cette raison qu'elle avait demandé à Aïlyne de venir, c'était aussi pour poser les bases de la hiérarchie mais elle espérait que cela ne poserait pas de problèmes durant la mission. Mais bon, Kira serait assez mal placée pour lui faire des reproches, pour le nombre de fois où elle avait cogné Bigby, la nouvelle était plus sympa que la Rose.

- Je m'appelle Aïlyne sinon, elle c'est Aurore. Et je ne suis pas une gamine, j'ai 24 ans et ça fait 4 ans que je sers les Domaes.


- Aïlyne, Bigby. Bigby, Aïlyne. Maintenant que les présentations sont faîtes, on peut se concentrer sur notre mission ?


Oui c'était Kira qui avait voulu les réunir et qui donc était à l'origine de ce bordel mais il fallait pouvoir aussi travailler ensemble. La Rose voulait s'en tenir au plan qu'ils avaient mis au point mais la voix d'un homme un peu plus loin l'interpella ; elle leva la main pour instaurer le silence et leur fit signe d'écouter attentivement. Il s'agissait d'une altercation entre deux hommes et par chance le sujet concernait ce que pour quoi ils étaient là ; apparemment un stock se serait volatilisé et pour résoudre ce conflit, ils en vinrent directement aux mains.

- Allons les séparer !

Peut-être que c'était plus drôle de les voir se taper dessus ou bien s'entre-tuer mais ils détenaient sûrement des informations sur trafic alors c'était le moment où jamais d'intervenir. Kira prit soin de vérifier que le grabuge n'avait pas attiré les soldats du gouvernement qui patrouillaient et sépara les deux hommes avec l'aide de ses coéquipiers ; la Rose faisait attention à le tenir fermement pour l'empêcher de s'enfuir avec des informations précieuses.

- Dîtes-nous ce que vous savez sur ce trafic ! Qui en est le commanditaire ?
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Je vous grogne dessus en darkblue.










Dernière édition par Kira Seryk le Lun 29 Jan - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1094
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Lun 9 Oct - 14:11

Who let the wolves out ?

« Et moi j'ignorais que le dernier membre de notre groupe était aussi malpoli. »

Ça peut mordre avec de si petites dents ? Ce n'est pas de ma faute si elle a des traits aussi jeunes et qu'elle se trimballe une peluche en familier. Kira ne m'avait pas prévenu que cette mission servirait entre autres à inclure la petite dernière dans notre joyeuse équipe. Avec la tête rose, je sais au moins comment travailler, mais je n'ai pas spécialement envie de tenir l'autre par la main. Visiblement vexée de ma remarque, cette dernière réplique donc sèchement avec son curriculum vitae, sans doute pour me prouver qu'elle n'est pas la bleue que je semble croire ; mais ça, c'est ce que je préfère vérifier sur le terrain et non avec de simples mots.

« Aïlyne, Bigby. Bigby, Aïlyne. Maintenant que les présentations sont faites, on peut se concentrer sur notre mission ? »

La voix de la raison, et de celle qui allait clairement endosser la responsabilité de la jeune fille pendant cette mission, puisqu'elle a tenu à l'amener. De mon côté, j'aspire sur l'extrémité de ma cigarette le temps de la jauger d'un regard sévère, puis réponds une fois de plus à Kira uniquement, en expirant la fumée par le nez.

« Du moment qu'elle ne traîne pas dans mes pattes. »

Après tout, je ne sais pas ce qu'elle vaut ni comment elle taffe en équipe, autant dire que je me réserve le droit de la remettre à sa place s'il lui prend l'envie de jouer aux têtes brûlées ou de ne pas m'écouter. Il ne nous est pas donné l'occasion d'en débattre plus longtemps car les bruits d'une altercation plus loin nous replongent déjà dans le boulot. Sur la judicieuse proposition de Kira, j'écrase mon mégot avec la semelle et décolle en direction des deux hommes dont le différend avait bien l'air de nous concerner. Tandis qu'elle se chargeait du plus bruyant, un individu potelé, j'entravai les mouvements du second en passant dans son dos pour bloquer ses épaules avec mes bras, l'éloignant assez de son opposant pour que les coups cessent.

« Dîtes-nous ce que vous savez sur ce trafic ! Qui en est le commanditaire ?
- J'ai rien à vous dire, moi ! C'est à ce voleur de s'expliquer !
- Hey, tu l'as vérifié à l'achat, tout le stock était là, ce qui se passe après ne me concerne plus. Peut-être que tes hommes se servent dans ta cale ? »

Voilà le genre de désaccord qui arrange nos affaires : si les deux parties ne s'entendent pas, ce sera d'autant plus simple d'obtenir des informations dans le feu de la dispute. Surtout que le plus énervé des deux semblait assez lésé par le préjudice pour s'exprimer sur le sujet :

« Arrête de m'entuber, les caisses étaient scellées ! Pourtant j'en ai qui se sont allégées avant d'arriver à destination, je sais pas comment tu t'es démerdé mais ta combine m'a fait perdre un paquet !
- Fermez vos gueules. »

Parler c'est bien, mais crier comme un putois risquerait de nous mettre rapidement dans la merde si les soldats du Gouvernement repassent par là. S'ils prennent la relève, on peut dire adieu à nos informations. Cherchant du regard un endroit plus à l'écart pour continuer dans de meilleures conditions, de celles qui nous éviteraient un tête-à-tête avec la police, je commence à pousser celui que je retiens pour le faire avancer.

« Tu sais ce qui arrivera si tu causes, alors surveille ta langue mon gros, ou je te garantis que... »

D'un coup de pied dans l'arrière de son genou, je fais tomber la pipelette en avant et ne tarde pas à passer une main derrière son crâne pour l'envoyer percuter une caisse de plein fouet, le couchant à moitié dessus.

« Et moi je vous ai dit de la fermer ! »

Puisqu'il faut péter des nez pour se faire écouter ici, autant assurer un service correct. Momentanément sonné, j'en profite pour relever le bonhomme en bloquant ses bras dans son dos et l'obliger à reprendre la marche, au moins de quoi nous éloigner de l'affluence habituelle du port. L'avertissement aura eu le mérite de tuer dans l’œuf d'éventuelles protestations de la part de l'autre individu, sauf si celui-ci tenait à s'en manger une par Kira histoire d'équilibrer les comptes. Dans la mesure où chacun avait son propre sac-à-merde à gérer, je me tournai finalement vers Aïlyne et ses mains libres pour leur donner quelque chose à faire :

« Tu veux te rendre utile ? Va fureter du côté de la sécurité portuaire et demande à voir un certain Harvey, c'est lui qui a prévenu les Domae de ce qui se passait et le seul qui acceptera de nous parler. Vérifie leur saisie puis retrouve-nous au bout des entrepôts. »

Pas sûr que les autres membres souhaitent vraiment partager les informations avec des gens de l'extérieur, en particulier si quelque chose d'étrange se trame avec ce qu'ils ont confisqué. De la marchandise qui se volatilise à bord d'un bateau de trafiquants est déjà louche, alors si le même phénomène se produit ailleurs, en dépit de la surveillance des autorités, ça mérite qu'on s'y penche plus attentivement. Elle pourra ainsi vérifier la nature des animaux dépecés et déterminer s'ils avaient pu appartenir à des Domae. La laissant donc partir de son côté, je reprends ensuite la route avec Kira vers l'endroit indiqué. Tous les espaces de stockage ne sont pas utilisés régulièrement, aussi forcer l'accès de l'un d'eux devrait nous permettre d'avoir un coin tranquille où travailler.

Après avoir convié nos invités à l'intérieur d'un petit entrepôt, que la poussière et les toiles d'araignées confirmaient comme étant laissé à l'abandon depuis un moment, Sharp sortit de l'ombre afin de surveiller les deux individus à ma place puisqu'il fallait que je m'absente quelques minutes, ce que je notifiai à Kira :

« Garde-les au chaud le temps que j'aille chercher cette fameuse marchandise. »

La gamine n'aurait eu la force de porter ce genre de chargement ou de maîtriser physiquement l'un des trafiquants pour les amener jusqu'ici. Et je fais suffisamment confiance à la Reine pour se charger seule d'eux en mon absence, quitte à ce qu'elle les attache avec ce qui traîne dans les parages s'ils s'avèrent intenables. Sur ce, je m'assurais de refermer les portes de l'entrepôt, avant de retourner sur le quai où était amarré le bateau du revendeur.


Spoiler:
 



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
avatar

Aïlyne MaureCitoyenMessages : 64
Date d'inscription : 02/10/2017


MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Mar 10 Oct - 9:14

Who let the Wolves out ?
Featuring
Kira et Big

Bigby

Aïlyne

Kira
©️ A-Lice
Bon voilà que j'apprenais le nom du casse pieds. Bigby. Bon, j'ignorais sa remarque puéril sur le fait qu'il espérait que je ne le gênerais pas. Putain après c'est moi la gamine ? Il me juge sans me connaître ? Ça c'est bien un putain de vieux con ça. Exactement comme je le pensais. Puis des bruits plus loin attira notre attention et c'est notre Reine qui réagit la première nous injectant d'aller les séparer ce qu'on fit assez rapidement. Du moins ce qu'on fit, j'eu presque l'impression de ne pas avoir ma place dans ce duo, Kira avait attrapé l'un des deux et Bigby l'autre. Comment se sentir inutile en une leçon. Bon, je me rattraperais plus tard ! 

« Dîtes-nous ce que vous savez sur ce trafic ! Qui en est le commanditaire ? »

Bon les voilà en train de s'engueuler de nouveau et se traiter de voleur et si et ça, ils ne peuvent pas régler leurs affaires comme des êtres civilisés, faire comme tout le monde quoi ? Mais non, il faut qu'on tombe sur deux gros idiots incapable de raisonner. Bon après faut dire qu'en général l'argent à tendance à monter à la tête, surtout pour des commerçants. La réaction de celui qui paraissait être le doyen du groupe fut sans appel quand un : 

« - Fermez vos gueules. »

fut lâché. Et c'est au supposé voleur de profané des menaces à l'encontre de lui. Je ne répondais rien, observant juste sa réaction qui fut assez... surprenante. En quelques secondes l’homme se retrouva propulsé contre une caisse et je compris à cet instant que Bigby n’était pas une personne à qui l’ont pouvait chercher la merde, message reçu, je ne l’emmerderais pas trop. Je le vois se retourner vers moi et j’avoue que là sur le coup je n’avais pas trop envie de contester ses ordres :

« Tu veux te rendre utile ? Va fureter du côté de la sécurité portuaire et demande à voir un certain Harvey, c'est lui qui a prévenu les Domae de ce qui se passait et le seul qui acceptera de nous parler. Vérifie leur saisie puis retrouve-nous au bout des entrepôts. »

Je hoche la tête montrant mon accord, je ne sais pas pourquoi il s’était placé en tant que chef et que ce n’était pas notre Reine, mais je n’avais pas envie de défier son autorité. J’appelle Aurore pour qu’elle me suive et me dirige donc vers le dit bâtiment. C’est un agent qui m’interpelle à l’entrée me demandant ce que je souhaitais, je lui expliquais que je souhaitais parlé à un certain Harvey. Il soupira et m’indiqua le bureau dans lequel je pouvais le trouver. Je m’y dirigeais, je toquais et attendit qu’on m’autorise à rentrer, je refermais la porte derrière moi et Aurore et me présentais.

- Bonjour, je m’appelle Aïlyne, je suis une Domae et je viens par rapport à la mission que vous avez posé, j’aimerai savoir ce que vous savez sur ce qui se passe ici ainsi que toute information qui pourrait nous être utile pour résoudre tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 3165
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Mar 10 Oct - 22:15



Who let the wolves out ?



C
e n'était pas des balances, ils n'allaient pas parler aussi rapidement d'un trafic aussi important et feraient en sorte de tourner autour du pot. Malheureusement pour eux, une meute de loups n'était suffisamment pas patiente pour les laisser jouer avec leurs nerfs ; peut-être qu'Aïlyne n'avait pas encore acquis l'impatience de son animal mais elle ne devait pas être la personne la plus calme au monde non plus.

- J'ai rien à vous dire, moi ! C'est à ce voleur de s'expliquer !

- Hey, tu l'as vérifié à l'achat, tout le stock était là, ce qui se passe après ne me concerne plus. Peut-être que tes hommes se servent dans ta cale ?


C'est toujours intéressant lorsque les parties n'étaient pas d'accord et ça permettait de récolter des informations encore plus rapidement ; malheureusement, à cette heure-là et en ce lieu, le gouvernement n'allait pas apprécier de voir trois Domae et deux trafiquants discuter crier en plein milieu du port surtout quand l'un continuait sur sa lancée sans se préoccuper de ce petit détail.

- Fermez vos gueules.

Forçant son otage du moment à suivre Bigby dans un coin éloigné, la Rose continuait de surveiller que les soldats ou douaniers n'allaient pas se précipiter pour tous les arrêter ; elle avait eu son lot de prison dernièrement. Une fois mais pas deux. Pourtant même en étant éloignés, ils continuaient de régler leurs comptes dans un lourd vacarme qui fut stoppé par la douceur de Bigby ; elle voulait se limiter dans l'utilisation de la violence mais c'était sûrement trop demandé avec ces deux-là et elle espérait ne pas être obligée de devoir faire la même chose avec son otage bien que ceci lui démangeait à son tour de péter quelques nez pour se faire respecter.

Bigby donna finalement une mission à Aïlyne qui partie l'exécuter, il fallait bien commencer par récupérer des informations quelque part et ces deux-là ne semblaient pas très bavard. De leur côté, l'Alpha et le Bêta emmenèrent les deux trafiquants dans un entrepôt qui semblait à l'abandon depuis bien longtemps si on en croyait les toiles d'araignées et la poussière ; la Rose ne le lâchait pas du regard pour s'interposer une fois de plus si ils en revenaient aux mains. C'était pire que des gamins mais contrairement aux enfants, la Reine Domae pouvait se permettre d'utiliser la violence pour les calmer.

- Garde-les au chaud le temps que j'aille chercher cette fameuse marchandise.

Hochant simplement la tête sans quitter des yeux les deux zigotos, la Rose posa les mains sur les hanches tout en se demandant combien de temps ils allaient se tenir sagement ; mais apparemment c'était moins d'une minute. Même ses enfants attendaient plus longtemps pour faire une connerie... Et ils recommencèrent dans les accusations tout en continuant de crier comme des putois, mais ne pouvaient-ils pas résoudre ce conflit sans crier ?

- Ne m'obligez pas à en prendre un pour taper sur l'autre.

- Vas-y, essaye donc tiens !


Ils voulaient la mettre au défi ? D'accord, c'est avec plaisir qu'elle allait le relever. Invoquant Astra pour mettre à terre celui que Bigby avait déjà bien amoché, la Rose ne mit pas de temps à faire une clé de bras au plus potelé qui voulait la mettre au défi ; ne jamais jouer avec le feu si on a peur de se brûler avec. Ce n'était pas des combattants vu la manière avec laquelle ils en étaient venus aux mains tout à l'heure et c'était sûrement pour se mettre en valeur ; maintenant qu'ils savaient que Kira ne rigolait pas, ils allaient cesser de réagir comme des gamins ?

- Bien. Maintenant que nous avons posé les bases de cette conversation, dîtes-moi qui gère se trafic.

- On ne dira rien !

- Ouais, le boss n'sera pas content qu'on parle.

- Croyez-moi, je peux être pire que votre boss si vous jouez trop longtemps avec mes nerfs.


Bon, les tortures ce n'était pas son truc mais elle avait pleins de Domae sous la main qui prendraient un malin plaisir à le faire à sa place... Des petites piqûres d'insectes ou bien des griffures suffisamment blessantes mais pas mortelles pour délier quelques langues. Cependant, ils n'avaient toujours pas l'air enclin à la discussion... D'ici quelques instants, Bigby ou Aïlyne viendraient avec des informations qui les front sûrement parler alors ce n'était qu'une question de temps pour qu'ils acceptent de coopérer.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Je vous grogne dessus en darkblue.










Dernière édition par Kira Seryk le Lun 29 Jan - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1094
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Jeu 19 Oct - 12:06

Who let the wolves out ?
Chacun avait de quoi occuper son temps, entre la petite nouvelle qui récolte les informations manquantes, Kira qui gère les deux trafiquants turbulents, et ma pomme qui s'assure la livraison de la marchandise, non pas vers un autre pays mais dans un retour direct à l'envoyeur. Pas littéralement parlant, quoi que cela dépendra surtout du comportement de celui-ci au moment de lui balancer les preuves sous le nez. Regagnant rapidement le quai, je m'assure préalablement de l'absence de témoins avant de mettre un pied à bord. L'embarcation n'était pas très grande, le genre à transporter quelques produits frais d'un point A à un point B sans éveiller les soupçons. Et sans d'autres sous-fifres pour me ralentir en chemin, ce fut un jeu d'enfant d'aller se servir dans la cale, piochant une caisse dans le lot pour remonter avec. Je manquerais de bras pour en récupérer davantage, mais je pense qu'une seule suffira amplement à confronter nos bonhommes : il y a des odeurs qui ne trompent pas, même dans ce qu'on pense être un paquetage hermétique.

Passant assez bien inaperçu dans le transport des charges à travers le port, personne n'avait senti le besoin de m'interpeller sur la route vers l'entrepôt, une aubaine avec mes mains déjà prises. De retour à notre petit foyer improvisé, je constate qu'un loup de plus n'aura pas été jugé de trop pour aider les trafiquants à filer droit. Ils m'ont l'air du genre à brasser plus d'air qu'à cogner réellement, mais ça ne fait jamais de mal d'appuyer la menace pour leur faire comprendre qu'on n'est pas venu ici pour s'amuser. La caisse tombe bruyamment sur le sol afin d'attirer leur attention, tandis que je me penche pour ramasser un pied-de-biche dans un coin.

« Vous savez ce que je vais trouver là-dedans, n'est-ce pas ?
- Mêlez-vous de vos culs, les clébards...
- Oh et puis merde, t'as qu'à l'ouvrir si ça peut te faire plaisir, comme ça ce voleur verra de plus près la merde qu'il m'a refilée ! »

Voilà des paroles sensées, après tout je ne me suis pas tapé l'aller-retour juste pour que l'on puisse tous admirer le travail du bois sur cette vieille caisse. Heureusement qu'il y en a toujours un qui se préoccupe suffisamment de son argent perdu pour acccepter de collaborer, même dans une moindre mesure. Volontaire ou pas, j'étais bien déterminé à casser le couvercle à l'aide du pied-de-biche, forçant dessus jusqu'à ce que le dessus cède et me permette, d'un coup de pied, d'en déverser le contenu par terre. Des mètres de fourrures et de peaux tombèrent en cascade, aussi entiers que possible, manifestement de gros animaux tels que des grands félins et probablement ce qui devait être un ours polaire dans le lot. Curieux mélange alors que ces bestioles ne venaient pas du même endroit. Cette vision provoque aussitôt une vive réaction de la part de l'homme bedonnant, mais rien qui ne serve sa cause malheureusement.

« Là, qu'est-ce que je disais ! La moitié de la caisse a disparu comme par magie, je suis pas fou ! Les fourrures allaient par six et y en a plus que trois, comment j'explique ça à mes clients après ? »

C'est intriguant en effet, mais allez savoir pourquoi, je suis nettement plus en colère des actes de braconnage pour me soucier de leur mauvaise gestion des stocks. Aussi, sans sommation aucune, un brillant revers du pied-de-biche contre le genou du dernier type encore debout vient le mettre au même niveau que son compère ainsi que des loups qui les encerclent ; au plus près du sol sur lequel je m'en vais étaler les fourrures du bout du pied, devant eux, histoire qu'ils n'oublient pas le sujet principal de cette discussion. Leur pognon, je m'en contrefous.

« C'est à nous maintenant que vous devrez expliquer vos magouilles, si vous ne voulez pas finir dans le même état. D'où viennent ces peaux ?
- M..Moi je me contente de transporter la marchandise et de la revendre au plus offrant... j'en sais foutre rien d'où ça vient ! »

Comme c'est pratique d'être un vendeur si peu concerné par les origines de ses produits, mais non moins enclin à s'enrichir dessus pour autant. Enfin, il sera toujours temps d'évaluer à quel point ce gars-là fermait les yeux sur cette histoire. Me tournant plutôt vers le second élément, le fournisseur en l'occurrence, celui-ci n'eût guère la présence d'esprit de jouer une carte différente de celle de son collègue au moment de se trouver sous les projecteurs :

« Hé me regardez pas comme ça, je suis pas plus informé que le gros lard, on est dans le même bateau lui et moi. »

Aux innocents les mains pleines, n'est-ce pas ? Néanmoins, ça me paraît déjà plus difficile de croire que celui qui fournit la marchandise puisse être aussi ignorant que le type chargé de revendre le tout sur d'autres continents. Vraiment, le mensonge ne fait pas une embarcation des plus sûres pour deux sacs à merde.

« Vous préférez couler ensemble, ça peut s'arranger. »

Quitte à me salir les mains, j'aurai au moins la satisfaction de voir ce trafic démantelé, même si ce n'est qu'une partie. Tapotant l'extrémité du pied-de-biche dans le creux de mon autre main, je me rapproche du duo avec la ferme intention de faire passer tout aussi fermement ce que je pense de leurs conneries, marchant sur les tapis de peaux animales pour m'arrêter devant le dernier interrogé. Si faire sauter quelques dents peut aider à parler, je n'ai aucune certitude, sauf sur le fait que ça aidera à soulager mes nerfs. L'arme d'ors-et-déjà levée dans les airs, il fallut du bruit aux portes de l'entrepôt pour interrompre mon mouvement avant qu'il ne termine sur le visage du trafiquant. Comptant sur Kira pour aller voir de quoi il en retourne, il ne s'agissait finalement que du retour d'Aïlyne, avec, je l'espère, des informations supplémentaires sur ces histoires de stock porté disparu. Sans me tourner vers elle, le regard toujours braqué sur le type à mes pieds, je l'interroge avec une pointe de sévérité qui ne lui était pas réservée :

« Alors, tu as de quoi nous éclairer sur ce qui se trame ? »

La réponse devrait me permettre de jauger la force avec laquelle frapper.



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.










Dernière édition par Bigby Rawlins le Lun 29 Jan - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
avatar

Aïlyne MaureCitoyenMessages : 64
Date d'inscription : 02/10/2017


MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Dim 29 Oct - 21:29

Who let the Wolves out ?
Featuring
Kira et Big

Bigby

Aïlyne

Kira
©️ A-Lice
L'homme de la sécurité prénommé Harvey me reçu dans son bureau et après de brève présentation on passa à la partie intéressante. Il me dit de m'asseoir ce que je fis pendant qu'il m'expliquait ses preuves et ses suppositions :

« - Bien, j'ai fais quelques recherches de mon côtés. Par rapport à la liste des animaux supposé dépecés, et des itinéraires des bateaux d'où proviennent nos saisies, j'en ai conclus que les animaux n'ont pu être dépecée qu'à Quederla, donc si vous voulez mon avis, la piste la plus plausible, c'est que c'est des animaux de Domaes. »

Des... Des animaux de Domae ?! Mais quel monstre à pu faire ça ?? Il faut qu'on trouve rapidement le coupable et qu'on arrête ça... Déjà dépecer des animaux c'est inhumain... Mais des animaux de Domae ! Je suis sur c'est un coup des Elementis ça ! Je regarde Aurore... Mon dieu si devait lui faire ça.. Ah ! Je veux même pas l'imaginer... Comment les Domaes doivent se sentir trop mal quand il se rende compte de la perte de leur animal.. J'arrive pas à imaginer...

« - Mais ce n'est pas tout.... »

Je lève la tête, qu'est-ce qu'il y a encore ? Il a une autre information qui pourrait nous être utile ?

« - Nous avons surveillés nos saisies 24 heure sur 24... Et on a eu des disparitions »

Je suis choqué et je lui demande :

« - 24/24 ? vous êtes sur ? Y'en a pas un qui a roupillé ? Je veux dire... »

Il parut un peu offusqué, mais ma question était compréhensible après tout.. Je ne voyais pas comment c'était possible après tout... à moins que ce soit bien des Elementis, et qu'à l'aide de leurs éléments ils ont réussis à s'introduire.

« - Non, je vous assure, c'était des hommes de confiances, nous sommes incapable de l'expliquer, pourtant nous veillions mademoiselle. »

Je hoche la tête et me relève baissant la tête pour m'excuser :

« - Pardonnez moi, je ne voulais pas vous offenser. En tout cas nous vous remercions de votre collaboration, nous prenons cette mission très à cœur et nous allons faire notre possible pour trouver les monstres responsables de ça et les arrêter. »

Il me souhaite du courage et après une dernière formule de politesse je quitte son bureau pour retrouver mes camarades de missions. Autrement dit ma reine et... Bigby. Ça ne m’enchantait pas de faire ça avec lui, mais d'un certain sens, il était puissant, alors je n'allais pas chercher à l'emmerder. Je rentre dans l’entrepôt avec Aurore qui me suit. Heureusement elle m'obéissait plutôt bien et le lien qu'on avait été plutôt fort.

Ce fut Kira qui était la première à m’accueillir et on retourna voir Bigby qui ne m'accorda pas un regard, je pouvais voir qu'il était prêt de massacrer l'homme au ton de sa voix qu'il employa quand il me demanda :

« Alors, tu as de quoi nous éclairer sur ce qui se trame ? »

Je répondis :

« - Ouaip, plusieurs informations, tout d'abord les animaux dépecés proviennent de Quederla et c'est plus que probable que ce soit des animaux de Domaes... Ouais, c'est horrible mais ce n'est pas tout. Les saisies des bateaux sont surveillé sans interruption et même avec ça... Le stock des saisies diminues. »

Je ne laisse pas de suspenses pour ne pas laisser l'occasion à Bigby de m'envoyer des trucs « Bon tu accouches », je le voyais bien venir après tout.

« -Il n'ont pas d'explication et j'ai essayé d'y réfléchir... C'est peut-être une mauvaise piste, mais ceux qui nous détestes assez pour faire des actes aussi inhumain serait des Elementis, surtout qu'avec leurs éléments ça serait facile de s'introduire et de dissimuler leurs présences. Je ne sais pas ce que vous en pensez. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 3165
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Mer 1 Nov - 22:01



Who let the wolves out ?



A
ttendant le retour de l'Alpha qui ne tarde pas à pointer le bout de son nez, la Rose lâcha son otage pour laisser entre les griffes du grand méchant loup qui n'allait pas tarder à les manger tout cru. Bigby venait de revenir avec une caisse en bois et rien que l'odeur ne trompait pas sur le contenu ; cette dernière tombant dans un lourd fracas, la demoiselle regarda attentivement le spectacle tout en prêtant une oreille attentive à ce qu'il se passait dehors.

Ils ne voulaient toujours pas coopérer et la caisse finit par être ouverte, en même temps il ne l'avait pas ramené pour l'observer toute la soirée ou avoir un support pour une partie de cartes. La caisse ouverte, Kira grimaça de dégoût à cause de la cruauté infligée à ces animaux mais aussi à l'odeur qui était vraiment nauséabonde ; des mètres de fourrures tombèrent les unes au-dessus des autres lorsque la caisse fut renversée. Passant par des animaux trouvables à Quederla à ceux d'autres pays, il n'y avait pas de doute que ces animaux étaient sûrement ceux des Domae... Même si elle avait l'impression que quelque chose clochait.

- Là, qu'est-ce que je disais ! La moitié de la caisse a disparu comme par magie, je suis pas fou ! Les fourrures allaient par six et y en a plus que trois, comment j'explique ça à mes clients après ?

Elle n'arrivait pas à en croire ses oreilles ! Ce type était plus attristé du manque de fourrures et du mécontentement des clients plutôt que d'infliger un tel sort à ces animaux. Quels genre des monstres étaient-ils ? Malheureusement pour lui, le pied-de-bicher venant s'éclater contre son genoux allait rapidement le faire déchanter ; deux loups lui tournant autour, il fallait se douter qu'ils seraient le premier à les attaquer. Après tout, il devait y avoir des fourrures de leurs compères et même si ils ne faisaient pas partie de la meute, ils seraient les premiers à sortir les crocs pour leur faire payer cher cet acte de braconnage.  

- C'est à nous maintenant que vous devrez expliquer vos magouilles, si vous ne voulez pas finir dans le même état. D'où viennent ces peaux ?

- M..Moi je me contente de transporter la marchandise et de la revendre au plus offrant... j'en sais foutre rien d'où ça vient !


Evidemment, c'était trop simple. Le deuxième n'en savait pas plus que le premier mais la Rose se doutait que le pied-de-biche n'allait pas servir de décoration entre les mains de Bigby ; peut-être qu'un ou deux coups devraient remettre les idées en place ? Ce serait bien dommage de les tuer avec le peu d'informations mais ils seraient bien mieux morts que vivants. Et ils ne pouvaient pas compter sur Kira pour arrêter le geste de son partenaire, au contraire, elle prenait même un malin plaisir à croiser les bras pour regarder le spectacle... Cependant, le mouvement fut interrompu par les portes s'ouvrant. La Rose alla rapidement jeter un coup d’œil mais il ne s'agissait que de Aïlyne qui revenait avec de précieuses informations.

- Alors, tu as de quoi nous éclairer sur ce qui se trame ?

- Ouaip, plusieurs informations, tout d'abord les animaux dépecés proviennent de Quederla et c'est plus que probable que ce soit des animaux de Domaes... Ouais, c'est horrible mais ce n'est pas tout. Les saisies des bateaux sont surveillé sans interruption et même avec ça... Le stock des saisies diminues.


La demoiselle aux cheveux roses fronça les sourcils, comment le stock pouvait diminuer alors que c'était surveillé tous les jours et sans interruption ?

- Il n'ont pas d'explication et j'ai essayé d'y réfléchir... C'est peut-être une mauvaise piste, mais ceux qui nous détestes assez pour faire des actes aussi inhumain serait des Elementis, surtout qu'avec leurs éléments ça serait facile de s'introduire et de dissimuler leurs présences. Je ne sais pas ce que vous en pensez.

La Rose hocha la tête tout en continuant de réfléchir de son côté. Plongée dans ses pensées, elle n'avait peut-être pas captée tous les mots échangés ou les coups tombés mais quelque chose la dérangeait... Les Elementis pourraient s'introduire dans les Quartiers ennemis mais un Domae voyait parfaitement une disparition de son animal mais il n'y avait pas que ça... L'information remontant au cerveau, elle s'approcha de Bigby en lui demandant de s'arrêter dans son geste pour venir les questions adéquates.

- Est-ce que vous tuez les animaux avant de les dépecer ?

- Hein ?

- T'es bouché ou quoi ? Je t'ai demandé si vous tuiez les animaux avant de retirer leur peau !

- Ben oui ! C'est plus simple quand ils ne bougent plus !

Ça paraissait logique mais elle avait besoin de connaître cette information avant de continuer dans son interprétation. Ce n'était peut-être pas des animaux des Domae finalement mais ce serait bizarre que le trafic démarre de Quederla si les animaux venaient du monde entier. Se tournant vers Bigby et Aïlyne pour leur expliquer le fond de sa pensée, elle vérifiait du coin de l’œil les réactions des deux lascars.

- Ce n'est pas logique. Lorsque l'animal du Domae est tué, il disparaît... Tout disparaît alors ils n'auraient pas eu le temps de les dépecer ou si ils l'avaient eu, les peaux aurait disparu juste après. Mais cela n'explique toujours pas la diversité des peaux, je doute qu'ils fassent le tour du monde pour tout ramener ici, autant vendre dans les ports.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Je vous grogne dessus en darkblue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1094
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   Dim 10 Juin - 20:01

Who let the wolves out ?
Dans un premier temps, la confirmation de la nature de ces animaux braconnés, bel et bien liés à des Domae, justifia amplement le revers de mon pied-de-biche dans la joue du fournisseur, sans même attendre la suite des explications d'Aïlyne. Connaître ce détail m'arrange, dans la mesure où j'ai parfaitement le droit de secouer ces deux enfoirés comme des pruniers pour leur passer le goût de ce qu'ils ont fait aux Domae. Malgré tout, d'autres points ne faisaient pas sens dans cette organisation, notamment dans le mystère des stocks disparus qui semblait allait plus loin qu'une simple arnaque en douce entre fournisseur et revendeur. Peut-être qu'un deuxième swing avec le pied-de-biche ferait tomber quelques réponses, comme une piñata avec ses friandises, mais Kira m'empêcha de porter un coup supplémentaire :

« Est-ce que vous tuez les animaux avant de les dépecer ? »

La question, ô combien idiote de prime abord, suscite la réponse la plus évidente qui soit dans un contexte classique de braconnage où, sauf exceptions, l'animal doit être préalablement abattu avant de lui arracher les parties les plus inestimables à la revente au marché noir. Et là se révèle alors le problème, puisqu'il n'y a rien de classique dans la nature des animaux de Domae, destinés à disparaître purement et simplement à leur mort. Peau, appendice, ossement, rien n'est physiquement laissé derrière l'animal d'un Domae ; autrement dit ces caisses, avant de se vider de leur contenu, ne devraient même pas être remplies en premier lieu. Tout ceci fut bien sûr rappelé par la demoiselle aux cheveux roses, ce qui eût pour effet de rassurer brièvement les deux responsables, comme subitement innocentés des méfaits reprochés. Hors de question de les laisser se détendre de suite : revenant auprès d'eux, je cogne mon outil de travail sur le sol pour les rappeler à l'ordre et gagner leur attention, plus particulièrement celle du matelot.

« Vous travaillez ensemble depuis combien de temps ?
- Presque 6 mois.
- Je veux savoir comment se déroule habituellement une transaction, du début à la fin.
- Oublie pas que t'es pas censé l'ouvrir !
- S'il veut sauver au moins l'un de ses genoux, il vaudrait mieux pour lui qu'il commence à cracher ce qu'il sait. Ce pied-de-biche n'aura aucun mal à décoller une rotule ou deux, et ça vaut pour toi aussi. »

Le fournisseur à la joue violacée a beau être le moins coopératif des deux, il y aura forcément un moment critique où il sera forcé de céder, peu importe la crainte que peut lui inspirer son chef. Du moins, je veillerai personnellement à le pousser jusque dans ses derniers retranchements si besoin est. En attendant ce moment, c'est l'autre sac à merde qui convient à ouvrir son clapet pour éviter de se reprendre un coup dans les pattes.

« C'est moi qui gère le répertoire de clientèle à l'étranger... je liste leurs demandes très spécifiques et je les transmets ensuite à mes fournisseurs ici à Quederla. Ils m'apportent la marchandise en quelques jours seulement, que je transporte ensuite à mes clients. Cet escroc et ses acolytes prennent 40% de mon chiffre mais il arrive souvent qu'une partie de mon stock se volatilise en mer, et eux se justifient en insinuant que j'avais qu'à respecter mes délais ! Qu'ils mettent un peu les pieds sur un bateau pour voir s'ils arrivent à faire mon boulot, surtout en cas de tempête ! »

Engueulant maintenant son camarade comme si nous n'étions plus là, celui-ci le fusilla longuement du regard pour en avoir dit autant, mais il revêtit rapidement un masque de fausse confiance au moment de défendre sa cause :

« L'air marin fait perdre la boule, c'est bien connu. La p'tite dame l'a dit, vos bestioles disparaissent à leur mort, ça peut pas être les vôtres ! Autrement dit, c'est pas vos oignons non plus. »

Tout à coup, les arguments de Kira contribuent idéalement à son plaidoyer, au point qu'il semble extrêmement satisfait de pouvoir se cacher derrière les limites de la magie Domae. Quelque chose me dit que si l'autre bonbon rose n'avait rien dit à ce sujet, il aurait eu bien du mal à trouver une meilleure excuse que celle-là. Et pourtant, les faits et les aveux du vendeur corroborent avec l'hypothèse que tous les animaux braconnés viennent de Quederla avant d'être commercialisés aux quatre coins du globe. Échangeant un regard avec Sharp, les souvenirs de cet été me reviennent en mémoire et, l'espace d'un instant, je suis tenté de vérifier de nouvelles suppositions. Il nous faut peut-être étendre encore le champ des possibles pour essayer de comprendre leur façon de faire.

« Tu es capable en un rien de temps de fournir sur demande les organes de n'importe quel animal, et tu sais qu'ils seront amenés à disparaître au bout d'un moment. Tuer les animaux pour les dépecer est impossible s'il s'agit d'animaux Domae, mais ça tu ne l'as appris qu'à l'instant.
- Pense ce que tu veux, ça ne concerne pas votre Famille. Tout ça, là ? C'est plus grand que vous, alors prenez vos cabots et partez avant que ça ne vous explose à la gueule. »

Autant parler à un mur ; une chance que c'est rarement ce qui m'arrête. Curieux de voir jusqu'où mon raisonnement peut aller, j'enjoins finalement Sharp à intervenir. Attrapant le col du braconnier aux méthodes si mystérieuses par les crocs, le loup noir le traîna en un rien de temps au fond du hangar comme une vulgaire proie afin de le bloquer et commencer à lui faire sa fête. La taille de la bête empêchait tout bonnement l'homme de s'en débarrasser, subissant coups de dents et de griffes en essayant très vainement de se protéger. Cela continua ainsi jusqu'à ce qu'une masse gigantesque ne se matérialise subitement à côté d'eux. Dans un lourd vacarme, ce qui ressemblait à un corps animal s'effondra sur le sol, de quoi faire bondir Sharp hors de sa victime pour prendre ses distances et grogner vivement. Toutefois l'odeur particulière qui s'en réchappa suite à cette apparition eût le don de le faire saliver, et pour ma part de froncer le nez. Ce n'était ni plus ni moins qu'un gros ours mort, mutilé de toutes parts, son pelage blanc et sa peau découpés sur la vaste majorité de son corps. Inutile de chercher plus loin l'origine de la fourrure polaire déversée par terre avec les autres peaux de bête. Comme pour l'attaque du centre commercial, les animaux maîtrisés par ces ennemis ne disparaissent pas à leur mort, mais je ne m'étais certainement pas préparé à assister à l'invocation de ce qui n'était plus qu'un cadavre dépecé.



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Who let the wolves out ? [Kira Seryk & Aïlyne Maure]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ Les Alentours :: Le port-