Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé et qu'il vous aura envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Infiltration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Unité Ghost
avatar

Exuld DrakerzUnité GhostMessages : 52
Date d'inscription : 02/09/2017


MessageSujet: Infiltration   Jeu 19 Oct - 21:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Exuld
Drakerz

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


「 Infiltration 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je parvins enfin dans une salle aux vastes proportions. Elle contenait des milliers de rangées d’archives sur les enquêtes menées par le gouvernement et des dossiers sur chaque personne qui avait, à un moment ou à un autre, attiré son attention. Je reculai en remarquant le garde et me rencognai dans une alcôve en attendant que ses pas fatigués l’eussent éloigné de moi ; ensuite, je passai à pas de loups entre les étagères pour finalement atteindre celles qui m’intéressaient : les fiches de ceux qui avaient faits l’objet d’une enquête approfondie, avec ou sans succès. Je fourrais rapidement le plus de documents possibles dans mon sac en prenant soin de sélectionner d’abord ceux qui paraissait les plus mis en valeur avant d’en ramasser d’autres au hasard.
« Qu’est-ce que tu fais là ? »
Mon cœur cessa soudain de battre mais je réussis à me composer un air penaud en me tournant vers le garde qui était entré derrière moi.
« Je me suis perdu dans les couloirs de cet immense bâtiment, répondis-je innocemment »
-Ah ouais ? ça n’explique pas que tu portes un sabre. Tout le monde sait qu’ici les armes sont interdites sauf pour la garde. Je t’ai vu fouiller dans le coin. »
Pétrifié, je regardais l’homme approcher. Il ne devait pas savoir qui j’étais, car il n’aurait jamais souri s’il s’était su face à un membre de Ghost. La main nonchalamment posée sur la garde son épée, il arborait un sourire assuré. C’était un bel homme, très grand et blond.
« Fais voir ce que tu as dans ton sac » dit-il d’un ton sec en s’approchant encore.
Impossible de lui montrer les archives que j’avais dérobé. Rien ne pouvait expliquer que j’eusse cela en ma possession ; aucun mensonge ne pouvait me permettre d’échapper à cet homme. J’aillais devoir le tuer.
Et tout devint soudain très simple. Nous étions beaucoup trop près des bureaux dédiés aux inspecteurs : je ne souhaitais alerter personne par un quelconque bruit ; aussi me mis-je à reculer devant le garde, lentement, un pas à la fois, en effectuant un large cercle qui me ramena dans la pièce que je venais de quitter. Je battais en retraite d’une démarche hésitante. Il ne donnait pas l’alerte, me sous-estimant certainement.
« Arrête-toi ! » ordonna-t-il, mais je secouais la tête éperdument en espérant feindre la terreur de façon convaincante.
« Arrête-toi, j’ai dit, espèce de sale petit avorton de voleur ! » Je jetai un rapide coup d’œil par-dessus mon épaule, puis ramenai mon regard sur lui avec l’expression d’un homme aux abois, comme si je cherchai le courage de me retourner et de m’enfuir. La troisième fois que j’effectuai ce manège, il bondit sur moi.
C’était le geste que j’attendais.
Je l’évitais puis lui enfonçait violemment le coude dans le creux des reins, le projetant à genoux. Ses rotules heurtèrent le sol avec un bruit sec, et il poussa un rugissement de douleur et de fureur, hors de lui que le petit avorton ait osé le frapper. Je le fis taire d’un coup de pied au menton qui lui referma brutalement la bouche. Avant même qu’il pût émettre un autre son, j’avais dégainé mon sabre et lui en avais passé la lame en travers de la gorge. Avec un gargouillis stupéfait, il porta les mains à son cou dans un vain effort pour contenir le chaud jaillissement de son sang. J’allais me placer devant lui et le regardai dans les yeux. « Je suis désolé, mais la paix ne s’imposera que par la violence » lui dis-je à mi-voix. Une brusque incompréhension mêlée de terreur lui fit écarquiller les yeux, puis la vie le quittant vida son visage de toute expression. Il ne fut soudain plus qu’immobilité et néant, aussi privé de vie qu’une pierre. Je restai à le contempler dans l'attente d’un sentiment de triomphe, de soulagement ou de satisfaction, mais je n’éprouvai rien, rien que la sensation d’être aussi dépourvu de vie que lui. Avec retard, je me demandai s’il se trouvait quelque part une femme qui avait aimé ce bel homme, de blonds enfants qui dépendaient de son salaire pour vivre. Je secouais la tête pour me débarrasser de ces pensées. Une large flaque de sang allait s’élargissant autour de son cadavre. Je l’avais promptement réduit au silence mais c’était justement le genre de résultat que j’avais espéré éviter. Je me creusais la cervelle pour décider s’il valait mieux perdre du temps à le dissimuler ou accepter que ses camarades s’aperçoivent rapidement de son absence et profiter de la diversion que créerait la découverte du corps pour fuir de façon plus sûre. Finalement, je laissai là le cadavre et entrepris d’essuyer ma lame souillée sur son uniforme avant de repartir discrètement, le sac plein de documents confidentiels. Par chance ou du fait de ma discrétion je parvins à m’échapper avant que ne soit donné le signal d’alerte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Infiltration
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ La Ville :: Quartier Nereis [Fissuré] :: Commissariat-