Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 En noir et blanc {PV Kate Millès}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage

avatar

Aston S. HammermanMessages : 257
Date d'inscription : 05/09/2015


MessageSujet: Re: En noir et blanc {PV Kate Millès}   Dim 13 Mai - 12:11



En noir et blanc
★ Time is running out

   
   
 
Feat
Kate
Pro
...
Rave avoue que Karl à kidnapper sa fille, celui qui était sensé être une victime est en fait le coupable. Mais pourquoi ? Arriverons-t-ils à temps pour stopper Karl ?


Aston comprenait maintenant pourquoi on l’avais privé de deux de ses agents, mais il ne comprenait toujours pas pourquoi Karl avait fait semblant de se faire kidnapper et ce n’était pas Rave qui allait li répondre vu son haussement d’épaules. Aston lisait dans son regard de l’espoir et cela le réconforta, car c’était aussi pour ça qu’il faisais ce métier : pour redonner espoir aux gens quand tout semble perdu. Il retrouva l’inspectrice Rave qu’il connaissait, courageuse et sûre d’elle. Elle ne répondit pas à sa dernière question, préférant faire signe à son supérieur de la suivre.

Tout se déroula comme convenu, ensemble ils se dirigèrent vers le port, mais ne fois là-bas, les chose se compliquèrent un peu. Un capitaine de navire les apostropha, sentant l’alcool à plein nez et qui roulait nonchalamment une cigarette dans cette situation de crise, expliquant q’il s’était fait voler sa marchandise et accusait un autre marin avec qui il s’était pris la tête la veille. Malgré le fait que les deux agents du Gouvernement lui disait qu’ils n’avaient pas le temps et qu’il devait aller voir le poste de police du port, le capitaine suivait toujours les deux agents.


▬ Ecoutez-moi bien, espèce d’ivrogne, je n’ai pas le temps à accorder à vos querelles de marin, j’ai des affaire extrêmement plus urgentes que ça. Alors allez voir le poste de police du port ou je fait réquisitionner votre navire !



Bien que théoriquement la réquisition n’est clairement pas applicable dans cette situation, le ton employé et les propos firent assez d’effets pour que l’homme s’en alla vers le poste de police, n’osant plus importuné le Capitaine. Rapidement, ils arrivèrent à l’entrepôt où ils virent Kate blesser et bien évidement Karl, seul, sans Arthur puisqu’il était dans sa tête. Aston fût soulagé de voir que l’enfant n’avait rien et ce grâce aux efforts de l’inspectrice Millès. Rave tenta de persuader Karl d’arrêter ce qu’il faisait, mais son cousin ne semblait pas ouvert au discours. Il leva son épée mais sembla retenue par une force invisible dans son mouvement pour donner un énième coup. L’énervement commença par prendre place et Karl s’adressa à lui-même, priant Arthur de le laisser faire, mais son autre personnalité lui redit ne novelle fois que le Capitaine était là pour l’aider et q’il pourrait regretter son acte. Karl maudit son autre soi et demanda en quoi Aston et Kate étaient différents. Le blondinet se risqua à prendre la parole.



▬ Je ne suis pas qu’un simple policier, je suis psychologue aussi. Je pense que c’est pour cela que votre cousine m’a aiguillée. Je suis au courant pour Arthur, pour ce qui c’est passer il y a deux ans et je suis là pour vous aider. Laissez cette pauvre enfant en dehors de tout ça, elle n’a rien à voir avec cette histoire.  



Aston comptait aussi en apprendre plus sur pourquoi s’être fait faire kidnapper pour de faux, mais pour l’instant la priorité était de mettre l’enfant et Kate en sécurité.






To be continued ...


©️ Never-Utopia



Ordres donnés en darkorange !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître du JeuMessages : 618
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Re: En noir et blanc {PV Kate Millès}   Dim 13 Mai - 22:58

En noir et blanc
Très perturbé par les événements, Karl ne savait pas si il devait réellement écouter son alter-ego ; pouvait-il lui faire confiance à lui aussi ou était-il perverti par la Justice dont Karl semblait avoir tant d'aversion ? Le chirurgien finit par baisser très lentement le bras et sembla contraint à relâcher l'épée qu'il tenait en main... Forcé par Arthur ou était-ce son propre choix ? Tiraillé par tous les événements qui s'étaient déroulés très vite, Karl se laissa tomber à genoux, prenant sa tête entre les mains... Il semblait tellement perdu.

- Je ne suis pas qu’un simple policier, je suis psychologue aussi. Je pense que c’est pour cela que votre cousine m’a aiguillée. Je suis au courant pour Arthur, pour ce qui c’est passer il y a deux ans et je suis là pour vous aider. Laissez cette pauvre enfant en dehors de tout ça, elle n’a rien à voir avec cette histoire.

Jet de confiance sur 40 : 26 - Réussite.

Toujours autant perturbé, il écouta attentivement les paroles du Capitaine, les yeux pourtant perdus dans le vide. Karl semblait réellement tiraillé dans ses choix mais il se contenta d'hocher la tête sans dire un mot ; la petite fille se leva aussitôt pour contourner son oncle et couru aussi vite que possible vers sa maman qui l'attrapa aussitôt dans ses bras. Elles s'éloignèrent quelques instants, le temps de calmer la petite fille en sanglot afin de laisser sa mère la rassurer du mieux que possible ; cependant, l'Inspecteur restait toujours sur ses gardes et surveillait le trio d'un coup de l’œil, après tout, il avait quand même kidnappé sa fille et elle avait envie de connaître à son tour le fin mot de l'histoire.

- Mon père était un enfoiré... Il battait sans cesse ma mère et il me battait moi aussi. C'était un alcoolique, sans cœur qui m'a... violé plusieurs fois. J'ai vécu pendant des années dans cette situation, sans que personne ne réagisse ; ma mère le savait mais fermait les yeux car elle avait trop peur. Et mon oncle, aujourd'hui Préfet de Polices préférait se taire car il ne souhaitait pas que la réputation de ma famille n'entache sa carrière. Ils étaient tous au courant mais personne n'est jamais venu m'aider.

Karl parlait désormais d'un ton plus posé, plus calme même si quelques mots étaient hachés par les sanglots... Ce n'était pas une histoire facile à entendre et pourtant c'était la sienne. Celle d'un petit garçon, abandonné de tous qui avait perdu foi en l'humanité et la Justice. Relevant doucement la tête, il restait à genoux dans un silence plutôt pesant avant de finalement reprendre la parole en regardant le sol... Sûrement avec une part de honte.

- Arthur est apparu lorsque j'avais 10 ans. Il était l'ami que je n'avais jamais eu, celui qui me réconfortait le soir et qui me donnait de quoi tenir... Je ne savais pas qu'il n'était pas réel au début, jusqu'à ce que j'en parle à ma mère. Elle a pris peur et elle m'a emmenée à l'hôpital psychiatrique qui m'a diagnostiqué TDI... Je suis resté plusieurs années dans le service où j'étais plutôt bien traité. Au fil des années, je n'ai plus jamais revu Arthur et j'ai accepté qu'il soit issu de mon imagination ; j'ai repris ma vie loin de ma famille et j'ai commencé des études de médecine lorsque j'ai eu l'âge.

Il prit une grande inspiration, comme si il prenait le temps de se remémorer les souvenirs de sa dure enfance.

- J'ai eu une vie normale pendant des années... Jusqu'au jour où ma mère est venue m'annoncer le décès de mon père. J'avais coupé les ponts avec eux et l'évocation de ce monstre a fait resurgir d'anciens souvenirs et c'est là qu'Arthur est revenu... J'étais en proie à une grande détresse et il pensait m'aider. Sauf qu'il a tué le patient... Je n'ai pas osé avouer que c'était moi, j'aurais perdu mon travail si l'hôpital apprenait que j'étais fou ! Alors j'ai préféré accuser l'infirmière. Les choses se sont envenimées en deux ans et j'ai eu un plan... Je souhaitais mettre la police en échec, montrer au monde entier à quel point ils étaient pourris. Je suis un grand chirurgien, je savais que ma disparition ferait replonger tout le monde dans les anciens dossiers... Mais Lucie n'a pas voulu m'écouter et n'en a fait qu'à sa tête en vous donnant des indices.

La Lucie en question, l'Inspectrice Rave, baissa honteusement les yeux en écoutant cette histoire... Ce n'était pas facile pour elle d'entendre tout cela mais elle était jeune à l'époque, que pouvait-elle faire ? Elle n'était pas au courant de toutes les violences que subissaient son cousin et ce n'était qu'une enfance ; aujourd'hui plus que jamais, elle semblait réellement s'en vouloir.

- Je comptais me suicider en laissant un mot à l'intention de mon oncle, l'accusant de toutes les fois où il avait fermé les yeux... Le plan était simple et personne ne pourrait résoudre l'affaire de ma disparition. J'ai bien compris que la police n'intervenait que pour les célébrités et que leur mort était vécue comme de durs échecs ; je voulais tous les faire souffrir autant que j'ai souffert.

Il prit une grande inspiration avant de relever la tête vers Mademoiselle Millès ; il montra le bras qu'il avait entaillé à cause de l'épée et reprit la parole.

- Saurez-vous me pardonner pour ce que je vous ai fais ?



Karl Anderson:
 

Inspecteur Brown:
 

Inspecteur Hitch:
 

Inspectrice Wale:
 

Inspecteur Parks:
 

Inspectrice Rave:
 

Inspecteur Cim:
 

Dossier de K. Anderson:
 

Dossier de A. Cim:
 

Kim Anderson:
 

Monsieur Smith:
 

Eva McAlister:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kate MillèsMessages : 107
Date d'inscription : 30/09/2017


MessageSujet: Re: En noir et blanc {PV Kate Millès}   Mar 15 Mai - 19:16

En noir et blancNe tente pas le diable avant mon arrivée
Hammerman
Aston
Millès
Kate

Ma première priorité était de protéger la petite, à n'importe quel prix. Elle est jeune et innocente là dedans, elle ne mérite donc pas de recevoir un seul coup d'épée. 

C'est d'ailleurs moi qui me suis prise un coup d'épée dans le bras. Une entaille était maintenant dessinée sur mon bras, j'étouffais ma douleur dans un silence. Je ne voulais pas faire peur à l'enfant. Je mettais ma main sur ma blessure, argh. Ca saigne, mais, deux voix qui m'étaient pas inconnus résonnèrent dans la pièce. C'était Aston et Rave, ils arrivaient au bon moment. 

Rave essayait tant bien que mal de parler à l'homme à l’épée. Mais, en me retournant, je  vis que Karl allait me donner un second coup, à deux doigts de sortir mon petit couteau.. je m'arrêtais net. Car, il semblait être retenu par quelque chose, son épée bloquée dans l'air. Je devinais alors que c'était Arthur qui était là.

Les deux hommes parlèrent, Arthur essayait de persuader Karl de se stopper. Ce dernier demandait en quoi moi et Aston étions différents des policiers qui les avaient.. abandonnés. J'allais rétorqué, mais Aston le fit avant moi. Après qu'il ai fini, la petite fille retournait vers l'inspectrice Rave. C'était donc sa fille.. J'en profitais donc pour me relever. Karl était a genoux, le regard semblable à ceux d'une poupée. Vide.

Il se mit à raconter certains détails de son enfance. J'écoutais sans un mot, toujours ma main sur ma blessure, le fin mot de l'histoire allait sûrement être enfin révélé. Tant mieux.

Karl nous expliquait donc les problèmes qu'il avait avec son père alcoolique. Ayant subit des coups de ce dernier, et violé plusieurs fois. Une enfance difficile.. Le préfet de police, son.. oncle, était également au courant de ces histoires, mais il n'avait rien dit, pour garder sa carrière aussi clean possible, personne n'avait aidé Karl..

L'apparition d'Arthur, le diagnostique TDI, le commencement de ses études,l'annonce du décès de son père, et les conséquences que cela a enduré, la mort du fameux patient, l'infirmière accusée à son insu. Tout était expliqués par Karl, dans l'ordre, et avec une certaine émotion dans la voix. J'écoutais attentivement. Karl annonçait enfin pourquoi avait-il fait tout ça. Tout ça, pour mettre la police dans une situation d'échec, et lui de "victoire". Mais, l'inspectrice Rave nous a donné des indices, ce qui a donc fait échouer son "plan".

Je tournais mon regard vers elle, l'inspectrice avait l'air tellement.. honteuse. Ca doit être dur d'apprendre ça, c'est normal.

J'écoutais toujours les explications, aussi muette que le début. Tout est enfin compréhensible, bien qu'il y avait d'autres moyens peut être. Mais.. fin, je ne sais pas. Karl s’adressait à moi, montrant l'entaille qu'il m'avait fait. Me demandant si je lui en voulais.

-Ne vous en faites pas. Je pense qu'il faut s'attendre à tout avec mon métier. Donc c'est déjà pardonné.

J'adressais un léger sourire en direction de Karl avant de retourner auprès d'Aston. Ma veste était légèrement tâchée par le sang qui avait coulé de l'entaille. Argh.... ma pauvre veste. 
Je croisais les bras, nous avions enfin le fin mot de l'histoire. Une grande enquête se terminait enfin.. Quoi que, non, pas grande. Mais disons qu'elle nous a bien fait marcher. 

-J'espère que tout s'est bien passé de votre côté.

Au final, j'ai bien fait d'aller dans le port.. quoi que. Si je n'aurais pas fait ça, mais jolie veste n'aurait pas été salie... et mon bras n'aurait pas eut plus de bandages qu'ils en ont déjà. Bon, tant pis hein! 

C'est les risques du métier.






 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Aston S. HammermanMessages : 257
Date d'inscription : 05/09/2015


MessageSujet: Re: En noir et blanc {PV Kate Millès}   Mer 16 Mai - 12:50



En noir et blanc
★ Time is running out

   
   
 
Feat
Kate
Pro
...
La triste vérité éclate au grand jour, révélant plusieurs scandale dans son sillage, mais l’histoire est enfin tirée au clair. Le travail de la police est enfin terminé.  


Le Capitaine sembla convainquant dans ses paroles si bien que le kidnappeur, qui se trouvait être aussi une victime en quelque sorte, lâcha son arme avant de hocher la tête pour laisser partir la petite fille. Celle-ci ne se fit pas prier et rejoignit sa mère rapidement. Le regard vide de sens, Karl commença à se confier sur son enfance des plus triste, avec tout son entourage qui ne bougeait même pas le petit doigt pour l’aider.

« Ainsi le préfet est ce genre de personne ? Je n’aurait jamais crût que la justice était entachée si haut dans les gradés. Je comprend pourquoi il se sentait seul, ils n’avaient pas de piliers sur lesquels s’appuyez quand tout allez mal. Je suppose que c’est lors de cette période qu’Arthur à vu le jour. »

La théorie du psychologue fût valider l’instant d’après par le médecin qui précisait que c’est a alentours de ses 10 ans qu’Arthur était apparu. Il incarnait l’ami et le soutient qu’il n’avait jamais eu. Quand il en parla à sa mère, même celle-ci sembla ne faire preuve d’aucune compassion, mais plus de la peur. Rapidement, l’hôpital psychiatrique l’avait diagnostiqué TDI et sur ce point Aston n’allait pas le remettre en doute après ce qu’il venait de voir. Pendant quelques années il fût bien traité dans son service avant de pouvoir enfin sortir. Arthur n’était plus, son soutient n’avait plus lieux d’être maintenant que le jeune homme s’était séparé de ses souffrance pour embrasser les études de médecine.

Plusieurs années plus tard, sa mère déboula dans sa vie annonçant le décès de son père. Aston comprit rapidement que ces retrouvailles avaient fait remonter certains souvenirs douloureux et devinait aisément la suite que Karl s’empressa de certifier. Arthur était de retour, sentant ces souvenirs refaire surface, mais son apparition avait tuer quelqu’un. Préférant sauver son emplois, il accusa l’infirmière. Puis un plan bourgeonna dans sa tête, n plan visant à mettre en échec la police et en montrant à quel point ils étaient pourris. Il espérait que sa disparition fasse replonger la police dans ses dossiers pour découvrir la vérité. Puis il sermonna sa cousine qui, quand Aston tourna son regard vers elle, se sentait terriblement mal.

Enfin, il avoua qu’il comptait se suicider en laissant un mot pour le préfet, l’accusant de toute cette affaire. Le plan semblait parfait, mais il y avait plus simple que de kidnapper une enfant. Il mis aussi en évidence un politique de la police que même Aston n’aimait pas : priorité aux personnes importantes. A ses yeux, personne n’était plus important qu’une autre. Il volait que sa mort soit un échec pour la police et il y était presque. Il regarda ensuite Kate pour s’excuser de ce qu’il avait fait.

Le professionnalisme de Kate était surprenant pour pardonner et prendre en compte cela dans son métier. Le blondinet était heureux de l’avoir dans son équipe et espérait pouvoir compter sr elle à l’avenir. Elle retourna auprès de son supérieur, le questionnant sur ce q’il avait fait.


▬ Je suis désolé Kate, jamais vous n’auriez été blessée si j’avais était là. J’ai appris avant vous de Rave les grandes lignes de ce que vient de nous dire Karl. Veuillez me pardonner pour cette erreur.



Sans attendre de réponse de la part de sa collègue, Aston sortit une paire de menotte et se dirigea calmement vers le chirurgien, s’adressant à li d’ne voie rassurante.


▬ Vous comprendrez que je dois vous arrêter pour le kidnapping de cette jeune fille et de la blessure sur ma collègue, mais rassurez-vous, vous n’irez pas en prison.  Vous serez placé dans un hôpital psychiatrique et à votre sortie, je serait là pour vous aider à vous réinsérer dans la vie active. Je peux même assurer votre suivis si vous en faites la demande.  



Karl sembla d’accord sur ces termes et n’opposa aucune résistance. Une fois Karl remit entre de bonnes mains, le Capitaine, accompagné de Rave débarquèrent dans le bureau du préfet pour l’arrêter. Il avait créer cette situation, mais surtout il avait interféré dans une enquête officielle. Nul doute que son avenir dans la police était maintenant compromis et qu’il ne pourrait jamais plus envisager d’occuper une place si haute dans la hiérarchie. Quant à Rave, l’enquête que mena Aston et Kate conclut que comme Karl, elle était victime de cette affaire et son poste n’était pas remis en cause. L’affaire fût juger close par un juge qui mis Karl dans un hôpital psychiatrique et purgera sa peine dans ce même hôpital jusqu’à son rétablissement où il sera ensuite charger de travaux d’intérêts commun avant d’être remis à Aston pour un suivis psychologique régulier. Le préfet  quant à lui était mis à pied le temps que l’enquête se poursuive.


Quelques jours plus tard, Aston invita Kate à boire un verre dans un bar huppé de la ville pour se faire pardonner de l’avoir laisser seule dans une telle situation. Bien sûr il n’en oubliait pas son équipe qu’il invita dans un bar aussi pour boire un verre, mais moins huppé. Capitaine certes, mais pas riche.




To be continued ...


Ordres donnés en darkorange !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: En noir et blanc {PV Kate Millès}   

Revenir en haut Aller en bas
 
En noir et blanc {PV Kate Millès}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2017-