Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder une fois qu'un membre du Staff vous aura validé et qu'il vous aura envoyé un MP avec l'adresse de notre Discord ! N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 [Noël] Bûche dans l’assiette ou bûche dans la tête | ft. Haiko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Harley H. QuinnMessages : 120
Date d'inscription : 06/11/2015


MessageSujet: [Noël] Bûche dans l’assiette ou bûche dans la tête | ft. Haiko   Lun 4 Déc - 21:33




Merry Christmas Bitches
Ah, comme la période de Noël est plaisante. Les décorations qui longent le long des rues, les chants festifs des chorals et la neige qui fait son apparition. Tout ce qui faut pour retomber en enfance durant un mois entier. Et c’est justement ce qui te plaît le plus à cette période de l’année.

Tu es comme une petite gamine de cinq ans qui, chaque année, s'émerveille autant sur les couleurs que l'ambiance et la chaleur que cela amène, tu serais même prête à attendre l'arrivée du Père Noël même en sachant qu'il n'existe que dans l'imaginaire des bambins. Comme tous les enfants, tu as décoré ton appartement guirlande et boules étant placées dans chaque coin et recoin de la pièce. Un faux Père Noël a été suspendu au rebord du balcon remontant son échelle, le sapin est joliment positionné dans le salon avec quelques présents sous celui-ci et, à défaut de cheminer, la commode fut parfaitement exploitée pour accueillir les petites chaussettes. Autant dire que cette année, tu avais fait les choses en grand, bien proprement et sans même s'arrêter là, car même ton établissement n'avait échappé à une petite décoration. Tout le monde avait mis la main à la pâte avec un certain plaisir et, ils portaient tous une tenue qui s'accordait au thème tout en restant dans les normes du cabaret. En soi, tout ce qui était affriolant convenait.

Mais, petite tête blonde que tu es, tu ne t'es pas arrêté en si bon chemin, car, comme tous les enfants, tu avais réellement fait ta petite liste de biens, ensuite remise avec soin entre les mains des concernés. Eddie en première liste avait la bonté de t'offrir une nuit des plus inoubliables et torride, mais son “non” catégorique mit un terme bien trop tôt à tes plans, bien qu'encore loin d'être suffisant pour te décourager. Junkrat avait la délicate obligation de trouver un diamant, de préférence d'une certaine valeur et qui était bien loin de passer inaperçu. Lui qui passait tout son temps à mettre son nez un peu partout devait avoir une facilité déconcertante pour partir à la recherche de ce genre de demande, même sans argent. La reine ne fut pas épargnée d'un mot subtilement glissé dans sa boîte aux lettres, bien qu'elle connaisse déjà ton souhait depuis des années puisque tu es loin de t'en cacher. Mais un petit rappelle ne fait jamais de mal, au cas où qu'elle ne saurait quoi offrir à son cher conclave qui lui est si dévoué. Oui, tu ne l'auras jamais, tout le monde le sait, mais cela n'empêche pas de rêver un minimum, si ?

Enfin, d'ici que le miracle de Noël, face son effet, tu comptes bien profiter de cette journée qui doit apparemment sortir du lot. Tout comme les autres habitants joueurs, tu as reçu cette petite lettre provenant du maire qui a créer cet événement amusant. Rien de mieux pour mettre de bonne humeur en lisant le courrier au petit matin. L'idée de rencontrer un inconnu et de s'échanger un présent en plus de relever des défis te met autant l'eau à la bouche que tu peux trouver cela excitant. Tu t'imagines déjà face à un bel homme dont la carrure en impose et le charisme se fait sentir à des kilomètres. Des yeux malicieux qui laissent sous-entendre tellement de choses et une voix de velours à t'en faire vibrer chaque parcelle de ton corps. Un plaisir satisfaisant. Quoique, tu ne dirais pas non à une jolie femme dont les mensurations feraient travailler ton esprit de moult façons des plus alléchantes. L'un et l'autre le mystère est si bien gardé qu'il te rend impatience. Alors, tu traverses la ville d'un pas joyeux en direction du restaurant. Petit bonnet à pompon sur la tête dont les flocons se déposent avec délicatesse dessus, emmitouflés dans un poncho rouge recouvrant ta jolie robe au bas de motifs festifs. Le rythme des chants qui s'entendent à chaque coin de rue traverse tes lèvres pour être sifflé gaiement. Qu'est-ce que tu aimes Noël.

Quatorze heures étaient l'heure du rendez-vous et, quand les contours de l'établissement se dessinèrent enfin, cinq minutes d'avance furent affiché sur ta montre. Lui aussi était décoré pour l'occasion. Et une fois la porte passée, il était facile de se laisser emporter par l'ambiance et la “magie de Noël” qui était présent. Un serveur pris la peine de prendre ton invitation, avant de t'emmener à la table numéro 7 qui devait servir de point de ressemblant pour l'inconnu du jour et ta pomme. Et mine de rien, tu constates qu'il y avait un bon nombre de participants, comme quoi les habitants n'étaient pas tant des radins et savaient faire preuve d'un peu de bonté envers autrui sans constamment se taper sur le bout du nez.

« ━ Mademoiselle vous êtes la première arrivée, désirez-vous une collation ?  
Evidemment ! Une coupe de champagne de la bouteille la plus cher qui soit  
Mais… Mademoiselle…    
Ben quoi ? C’est offert par la maison, non ?  
Oui… disons que…
Eh ben voilà, ce sera parfait ! Avec des cacahuètes, merci.  »

Pauvre serveur, il aurait pu te dire que cette bouteille était réservée pour la reine que tu aurais quand même voulue y goûter. Après tout, pourquoi se priver de ce genre de petits plaisirs quand ils sont offerts par la maison ? Dans le pire des cas, ton invité paiera la note pour toi, qu'on ce le dise, tu n'es pas venue en compagnie d'un porte-monnaie. Mais encore fallait-il qu'il soit là pour payer une quelconque note. D'ailleurs, où est donc ce mystérieux partenaire…
1 cadeau pour moi, 2 cadeaux pour moi, 3 cadeaux pour moi ...



darC.png







 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
avatar

Haiko ArekusuHabitantMessages : 38
Date d'inscription : 13/08/2017


MessageSujet: Re: [Noël] Bûche dans l’assiette ou bûche dans la tête | ft. Haiko   Mar 12 Déc - 23:53

Noël. J'aurais certainement du passer cette fête avec ma famille. J'étais loin d''eux, j'avais fait ce choix de partir, de quitter les miens et mon pays, parce que j'avais perdu Akwa. Non pas que je ne les aimais plus, mais je n'avais plus à ce moment là le désir de vivre, alors je devais partir. Ce n'est pas quelque chose de positif à évoquer, mais mon passé est ainsi. Je les avais quittés et j'avais voyagé, longtemps, et j'avais cru que le but que j'avais au fond de mon cœur était atteint, lorsque je m'étais échouée dans cette ville, par terre dans la neige, et lorsque mes yeux s'étaient fermés. La neige intensément glacée avait refermé ses bras sur moi; j'allais m'endormir pour ne plus me réveiller. Mais comme vous le savez peut-être, un homme me trouva, emporta mon corps et me força à vivre. Je devrais certainement lui en être reconnaissant, mais je reste incertain sur ce que je dois ressentir.

Toujours est-il que Noël arrivait, ce serait le premier et peut-être le dernier que je passerais dans cette ville. Je le savais comme on pressent quelque chose dans un rêve. Mon intuition me murmurait... Comme le son délicat d'une rivière... Que j'arriverais bientôt à un point important de mon histoire, et que je ne m'attarderais pas en cette ville. Je l''avais toujours su, et à présent je sentais que le moment de mon départ approchait.

Comme mon instinct me l''avait suggéré, quelque chose d'important pour moi arriva. Un membre de ma famille, Barthélémy, retrouva ma trace et vint frapper chez l''homme qui m'avait recueilli. Bart' voulait me ramener auprès des miens, dans mon pays, mais je ne savais pas si je retournerais jamais là bas. Il m'appelais par mon « vrai » ou mon ancien prénom, celui que j'avais abandonné, même si je lui disais de ne pas le faire, et m'ébouriffait les cheveux. Le revoir me faisais éprouver du bonheur et de la souffrance en même temps, parce qu'il rappelait une partie de mon passé à ma mémoire que j'aurais préférer oublier. Je lui dis avec douceur qu'avoir perdu Akwa était trop douloureux pour moi, et que je ne pouvais pour le moment prendre de décision. Bart' le comprenait et ne souhaitait pas me forcer. Il restait néanmoins pour quelques jours à mes côtés.

Ce Noël, je le passerais donc en partie avec lui, et avec celui qui avait empêché que je meure. Pour ces quelques jours, moi et Barthélémy dormirions sous ce toit qui avait plus ou moins fait office d''hôpital pour moi. Quand bien même ce lieu n'était pas vraiment chez moi, grâce à la présence d'un des membres de ma famille, ça l''était presque devenu. Je n'étais pas souvent dans cette maison, mais cette fois là, Noël serait préparé et j'étais présent.

Comme c'était la tradition dans ma famille, avec l''assentiment de mon sauveur, un arbre fut coupé dans la forêt, un vrai grand bel arbre, et celui-ci fut installé et décoré dans la maison, qui, n'étant déjà pas bien grande, en paraissait encore plus petite. Avec la cheminée et l'arbre, l'atmosphère de Noël était créer dans ce lieu qui ressemblait désormais à mon foyer. Des pommes de pin, légèrement parsemées de peinture doré, décoraient également les lieux, et de bonnes odeurs flottaient, celles des pelures de mandarine, découpées en longues arabesques, placées au dessus du feu, ou parfois, celle particulière – je ne sais pas si vous la connaissez– du papier d’Arménie. C'est un papier que l''on fait se consumer, et qui sent bon. Tout cela contribuait à l'atmosphère de Noël. Il y avait aussi des desserts, pas le nombre exact, mais quand même quelques uns, en accord avec la tradition.

Et puis, notre hôte m'avait conseillé, incité, à m'inscrire et à participer à un événement organisé par la mairie. Il s'agissait d'offrir un cadeau à une personne qui serait choisie au hasard dans la ville. Je trouvais l'idée excellente en soi, mais je n'avais pas envie de m'engager. Je détestais n'avoir aucun moyen de m'échapper une fois la décision prise, me sentir contraint et forcé. Cependant, cela fut fait, et je me suis retrouvé inscrit. Je n'avais plus qu'à prier pour que cela ne m'apporte rien de désagréable, et à avoir confiance en le fait que ce ne serait pas le cas.

J'ai replié lentement la lettre, qui m'annonçait le nom de la personne que je devrais rencontrer, et le lieu de cette rencontre, en ayant un peu l'impression que ce rendez vous avait quelque chose de mystérieux, presque comme si c'était un rendez vous fixé avec le destin. Je savais que la neige tombait à gros flocons dehors, comme le soir de mon arrivée en cette ville, et il me semblais que ça confirmait cette idée, sans que je puisse me l''expliquer. Peut être que c'était en rapport avec un de mes rêves. Mouais... je restais un peu sceptique quant à cette impression onirique. Mais je ressentais aussi quelque chose un peu comme la faim et le désir, quelque chose d 'à la fois agréable et frustrant. Peut-être peut-on nommer cela impatience.

J'ai démêlé mes longs cheveux sombre, ça faisait un moment qu'ils n'avaient pas vu un peigne. A la fin, c'était mieux, une fois tout ce paquet de nœuds enlevé. Je me suis habillé avec des couleurs sobres, brun et noir, puis j'ai pris la veste bleu foncé que ma sœur avait choisie pour moi. Tant que ma sœur me trouve à son goût, ça me conviens, je m'accepte. Bon, j'allais quand même pas mettre un costume comme pour aller à un mariage, hein ? J'étais suffisamment sur mon trente et un comme ça. En faire plus m'aurais fait me sentir mal à l'aise et j'aurais été incapable de me montrer devant des gens sans me sentir gêné.

Un peu plus tard, je me suis déplacé jusqu'aux lieux ou je devais rencontrer l'inconnue - une femme, d'après son nom - jusqu'à ce restaurant que je ne connaissais pas. La ville, les maisons, étaient recouvertes de neige, mais il neigeait seulement doucement à ce moment là. Je pensais qu'en ayant voulu qu'il neige, c'était comme si Dieu m'offrait un cadeau. J'avais confiance en Lui et j'étais tout heureux de ces flocons, et prêt à m'émerveiller de toutes les grâces qu'Il m'offrirais encore. J'étais aussi content d'avoir mon écharpe, celle qu'Alaric – l'homme avec lequel je m'étais retrouvé enfermé à la bibliothèque - m'avait donnée, et que j'avais traîtreusement emportée, sans remords, parce qu'elle me venait de lui.

J'ai poussé délicatement la porte du restaurant - cette fois, je n'avais pas de raisons de m'énerver contre celle ci, pas comme lorsque j'avais tenté d'ouvrir la porte de la bibliothèque – et je me suis retrouvé un peu surpris d'entrer dans une telle atmosphère, si chaleureuse, douce et agréable. Il y avait du monde, l'ambiance était un peu comme celle qu'il y a dans une boulangerie, presque aussi positive. Mais j'étais tellement désemparé, je me sentais presque un intrus comme si ma présence était déplacée en ce lieu. Trop de lumières, de sons et de mouvements, j'suis perdu. Enfin, en me voyant si hésitant, quelqu'un de l'établissement est venu délicatement m'aborder puis me diriger vers la bonne table, numéro 7. C'était là que je devrais retrouver la personne qu'on m'avait indiquée dans la lettre, et qui se nommait Harley H. Quinn.

Je n'eus le temps de penser à rien d'autre, que déjà j'arrivais à la table. La personne qui m'avais aidé s'éclipsa, et je découvris Mlle Quinn. Elle avait de longs cheveux dans lesquels je remarquais des mèches bleu, rouge et rose, et ils étaient coiffés d'un petit bonnet à pompon. Elle ne m'avait pas encore vu, ses paupières étaient baissées pour l'instant, comme avec pudeur, mais ce n'en était peut être pas la raison, et je trouvais ses yeux et ses cils délicats. De manière générale, elle était très belle, et j'ai senti à nouveau un peu d'un sentiment semblable à la faim, ou au désir.

- « Harley »

Il sembla que j'étais seulement arrivé à dire son nom, je n'avais même pas dit « mademoiselle Harley » comme j'en avais eu l''intention, ni même posé une question. Mon cœur battait trop vite, sans doute à cause du stress de m'exprimer, et je me disais que ce serais un miracle si j'arrivais à parler encore.

Sur le moment je trouvais cette inconnue parfaite, mais j'ai le terrible défaut de trouver la plupart des femmes magnifiques. Enfin bon, je me dis qu'il faudrais que j'essaie de rattraper ma gaffe de quand j'ai tenté de parler, et surtout, parce que je m'y sens un peu obligé, je finis par lui tendre la main pour lui dire bonjour, en essayant de lui faire comprendre, sans rien dire, et en espérant qu'elle comprenne, que je suis Haiko, qu'elle devait rencontrer aujourd'hui. Malgré ça, je ne sais pas qui elle attendais, mais certainement pas moi. Mais on m'a demandé de venir et je suis là. Je suis venu à ce rendez vous, et à elle, alors qu'il était possible aussi que je n'y aille jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Noël] Bûche dans l’assiette ou bûche dans la tête | ft. Haiko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ La Ville :: Quartier Smymaei :: Restaurant "Le Petit Gourmand"-