Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Dessine-moi comme l'un de tes ours français ! [Roxane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Dessine-moi comme l'un de tes ours français ! [Roxane]   Mar 5 Déc - 20:17

ft. Roxane
Adam arrive en retard de 20 minutes à son cours, et les 3/4 de ses élèves se sont fait la malle. Avec les quatre survivants, il entreprend de dessiner le Noël parfait puis aperçoit une tête familière : celle de Roxane.
Dessine-moi comme l'un de tes ours français
Qu'est-ce que cinq minutes ? Certains diront qu'il s'agit d'une durée durant laquelle s'écoulent trois-cent secondes. D'autres, plus cyniques, répondront avec un rictus aux lippes que c'est le temps d'endurance des hanches de ceux qu'ils aiment le moins. Toi en revanche, ce que tu voulais ce jour-là, c'était bien cinq minutes de sommeil en plus.

Et pas cinquante.

Lorsque la porte claqua et que tu compris que ta colocataire venait de déserter les lieux sans toi, ton regard se dirigea aussitôt vers ta montre, puis vers ton ourse que tu croyais traîtresse pour ne pas t'avoir réveillé plus tôt. L'animal lui, ouvrit largement la gueule afin de te bailler au visage, avant de rouler sur le côté et de te tourner le dos, peu intéressée à l'idée de rendre des comptes à une larve humaine qui n'aurait de toute façon rien bité. Et c'était pourtant elle, l'animal sur qui tu devais veiller ! Ce matin encore, il te fallut te débrouiller sans cette ingrate : mais ce n'était pas si grave que ça, l'hiver t'avait habitué à souffrir en solitaire. Ta couverture enroulée autour de tes épaules pour contrer le froid et les cheveux emmêlés comme le discours d'un bègue, tu te laissas lourdement tomber sur le plancher puis poussas de tes jambes afin de te mettre en avant, le torse à terre et le bassin surélevé. Il t'arrivait quelquefois d'être plus élégant que ce jour-là, mais toute trace de dignité avait été effacé par le tsunami de flemme qui venait de t'emporter. Qu'importe ? Roxane n'était pas là, il n'y avait que Dieu pour te juger. Et tu étais quasiment certain qu'il en aurait fait de même, à ta place.

Par une force titanesque, tu sortis de ta chambre, puis rampas à l'horizontale jusqu'à la salle de bain, avec l'ambition (un brin folle) de t'extirper de ton coma mental par les jets chauds de la douche. Tu détestais le froid. Ou plus précisément, l'hiver. Bien que tu n'avais jamais pris cette période de l'année en affection, depuis que tu étais Domae, ta relation avec celle-ci avait sacrément souffert ; quand les flocons tombaient, toi, tu voulais dormir, et Lulubelle ne se rendait pas très utile quand il s'agissait de t'en empêcher. Lorsque tu te mis à penser que dormir sous la douche n'était pas une idée si saugrenue que cela, tu en sortis aussitôt afin d'éviter le pire, et accéléras le pas pour te préparer. Au moins pouvais-tu te sentir chanceux d'avoir des élèves habitués à tes retards... mais qu'en était-il du Directeur ? Tu n'étais pas suffisamment aisé pour t'offrir le luxe d'être licencié, d'autant plus que tu doutais que ton amie aux cheveux rouges allait pouvoir payer le loyer seule. Dure vie que celle de celui qui ne peut vivre l'hiver.

Une fois couvert de la tête aux pieds au point de devenir plus vêtement qu'homme, tu te sentis prêt à partir et bondis dans tes chaussures. Ne te restait plus qu'ouvrir la porte. Prenant ton courage à deux pattes, tu pinças tes clés, fis cliqueter la serrure et affrontas avec la larme à l'oeil le froid hivernal. L'enfer existait, et était devant toi, n'attendant que de te refiler le rhume des dernières tendances. A cette idée, tu pensas alors à enfouir ton joli museau dans ton écharpe et te pressas jusqu'à l'établissement scolaire. Au final, tu n'étais en retard que de vingt minutes, et les rares élèves qui étaient encore présents t'accueillirent avec un sourire mi-figue mi-raisin, peu sûrs d'être si heureux du fait que tu sois présent. Tu ne pouvais pas leur en vouloir, après tout, tu restais leur prof. Poussant tes braves bêtes vers l'abattoir et les laissant chacun choisir leur place, tu partis t'avachir de ton côté à ton bureau :

« Comme vous n'êtes que... quatre... » Tu t'arrêtas afin de réfléchir, hocha la tête puis annonças d'un ton un peu déçu : « ... on ne va pas continuer où nous étions au dernier cours. A la place, vous allez dessiner votre représentation du Noël idéal. Votre Noël idéal. Vous pouvez utiliser vos... fluos cette fois.  »

Tu trouvais le coloriage au fluo particulièrement moche, mais sur ce coup, tu avais quelque chose à te faire pardonner. Tous les collégiens présents se mirent au travail. Quant à toi, tu essayais de te maintenir éveillé en fixant de tes yeux fatigués tes élèves qui, comme à l'accoutumée, t'avaient suffisamment pris en pitié pour ne pas entrer en guerre civile dans ta salle. A quatre aussi, la chose devait s'avérer compliquée.

Alors que tu te sentais partir et que tout espoir de te réveiller de ce sommeil allait être perdu, une tache rousse apparut dans l'horizon, et tu crus reconnaître la chevelure de ta colocataire depuis l'autre côté de la vitre. Tu te mis debout, titubas vers la porte puis l'ouvris en grand, regardant Roxane qui s'était probablement perdue. Au moins, tu en étais sûr, elle allait réussir à te maintenir debout :

« Roxane ! Tu as perdu tes lycéens ? Dis, ça te brancherait de dessiner avec nous ? J'ai... perdu mes élèves. M'attendre pour peindre des pommes ne devait pas les botter plus que ça. »


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 560
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Dessine-moi comme l'un de tes ours français ! [Roxane]   Sam 9 Déc - 21:30

Adam Montefiorer & Roxane S. SharpeJ'vous cause en crimson (#DC143C)

Dessine-moi comme l'un de tes ours français !

Faut bien l'avouer, c'est bizarre pour moi de m'retrouver une nouvelle fois en coloc'.. Y'en a eu du monde dans cet appart' et en général ils ne restaient pas bien longtemps et j'ai le tout p'tit espoir au fond d'moi qu'il soit le dernier. J'sais très bien qu'on va pas faire notre vie ensemble et qu'un jour on ira chacun d'notre côté mais pour le moment, j'ai besoin d'présence à la maison. J'dois bien l'avouer, j'n'aime pas vivre seule. J'ai besoin d'une présence l'soir quand j'rentre (et que l'dîner soit fait aussi) mais j'en ai surtout marre d'causer à mon raton laveur qui pige pas grand chose ; juste une conversation avec quelqu'un qui a cerveau plus grand qu'une noix quoi.

Et ce cerveau, j'l'ai finalement trouvé en la personne d'Adam. Un collègue de boulot -en plus d'avoir été à l'orphelinat avec moi- qui avait l'air d'avoir autant besoin qu'moi de cette coloc'. J'n'ai pas vraiment hésité plus longtemps, disons qu'une fois le sujet mit sur l'tapis, j'lui ai presque refilé aussitôt les clés d'l'appart et lui ai proposé de faire une visite guidée l'soir même... J'avais quand même dans l'idée qu'il finirait attaché à une chaise si il changeait d'avis en cours de route mais j'n'ai pas même pas eu besoin de recourir à cette méthode pour qu'il reste dans mon appart' ! Et j'avoue que j'dois encore m'refaire à la présence et au bordel d'une seconde personne.

Faisant donc comme chez moi -car ça l'est quand même- j'prends mon p'tit dej comme d'hab et fini le paquet d'cookies. J'allais bien évidemment mettre le carton dans la poubelle mais j'n'ai pas eu l'temps remettre un sac poubelle, ma flemme étant activée de bon matin j'ai tout simple remis le paquet dans le placard... J'accuserais Chips. J'suis ensuite partie d'la maison sans prendre le temps de réveiller Adam, faut dire que j'connais pas encore son emploi du temps et j'voudrais pas me faire bouffer par son ours si jamais j'l'ai réveillé trop tôt ; j'me suis dis qu'au pire il avait bien mis un réveil pour pas arriver en retard.

Enfin au Lycée après avoir affronté c'froid glacial, j'vais directement dans mon bureau mais j'n'ai même pas le temps de m'installer que le Directeur passant par là me demande d'amener un papier à la secrétaire du Collège, juste à côté. Lui lançant dans un premier temps un "Vous pouvez pas l'faire vous même ?!", j'me ravise aussitôt en voyant sa tête devenir rouge comme une tomate -'fin c'est l'impression que j'ai eu-. J'me suis emparée fissa du papier et m'suis avancée dans les couloirs ; l'avantage c'est qu'j'ai pas spécialement à sortir de l'établissement, mais c'est pas non plus la porte à côté quoi. J'suis sûre en plus qu'il pouvait l'faire lui même, il profite juste de son pouvoir.

Arrivant devant le bureau, j'cogne plusieurs fois sans obtenir de réponse. Meh. J'me recule de quelques pas pour remarquer qu'elle ne commence qu'à 9h30 et pas 8h30... Tss, en plus de m'faire aller à l'autre bout du bâtiment, il m'fait déplacer pour rien ! Mais bordel, j'vais lui faire bouffer le papier si il continue à m'briser les noix. Pliant avec rage le papier en question, j'le fou dans ma poche arrière de mon jean et avance en râlant comme une enfant d'cinq ans à qui on aurait volé son goûté ; c'est ouf quand même d'pas être au courant de ce genre de détails ! Et puis cette flemmarde qui commence qu'à 9h30 alors que j'commence à 8h30, c'est pas d'l'injustice ça ?!

- Roxane ! Tu as perdu tes lycéens ? Dis, ça te brancherait de dessiner avec nous ? J'ai... perdu mes élèves. M'attendre pour peindre des pommes ne devait pas les botter plus que ça.

- Hein ? Euh, ben en fait j'ai du taff et je...


J'suis censée faire pleins d'trucs dans mon bureau et en plus j'suis sûre que le Directeur attend la réponse de la secrétaire... J'n'ai pas envie de faire l'aller-retour encore pour rien et j'avoue que dessiner est quand même plus intéressant que ranger des papelards. Alors si j'peux m'amuser tout en emmerdant l'monde, pourquoi refuser ?

- Boarf, ça attendra ! C'est pas urgent !


J'me dirige donc dans la salle de classe composée seulement de 4 élèves. Ah ouais, c'est un peu la mort là... J'me penche légèrement en avant pour m'faire une idée du thème et commence à remarquer des sapins avec des guirlandes fluos qui pètent un peu ma rétine ; mais qu'importe, j'ferais le plus beau sapin du monde de mon côté et on pourra l'accroche sur l'mur à la maison. J'm'installe donc à côté d'un gamin, la chaise est assez petite pour mes jambes mais pas grave j'm'installe quitte à bouger quelques tables d'à côté ou en face.. s'cusez mais j'ai besoin d'espace.

- T'es pas un peu grande pour être dans notre classe ?

- Et toi t'es pas un peu grand pour croire au Père Noël ?


Bon d'accord, c'était gratuit mais c'est la seule pique qui m'est v'nue. Rien qu'en louchant sur son dessin, j'remarque un gros monsieur avec une immense barbe et des vêtements rouges ; pas d'doute c'est le Père Noël. Lui ayant donc fermé son clapet, j'm'empare d'une feuille et des crayons d'couleur de mon voisin pour commencer à faire un immense sapin avec le contour des p'tits cadeaux en bas. Pleiiiins de cadeaux. J'adore les cadeaux.

- Eh M'sieur, on est noté sur c'travail ?












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dessine-moi comme l'un de tes ours français ! [Roxane]   Lun 11 Déc - 18:46

ft. Roxane
Adam arrive en retard de 20 minutes à son cours, et les 3/4 de ses élèves se sont fait la malle. Avec les quatre survivants, il entreprend de dessiner le Noël parfait puis aperçoit une tête familière : celle de Roxane.
Dessine-moi comme l'un de tes ours français


Une fois invitée à entrer dans ton royaume, la jeune rouquine passa devant toi et scruta un instant le sujet que tu considérais comme étant assez simple pour une fille de son âge : dessiner son Noël idéal, c'était on-ne-peut plus simple comme idée. Tout du moins, c'est ce que tu espérais. Retenant un gloussement entre tes lèvres pincées lorsque tu la vis s'asseoir, tu gardas une main sur ces dernières et posas une feuille pliée sur son bureau tout en t'étranglant dans tes consignes : « Pfft- ! Tu as trouvé une chaise à ta hauteur, on dirait... Et tiens, écris ton nom pour le professeur ! Il faut montrer l'exemple ! » Tu ricanas avant de t'éloigner d'elle, la laissant libre d'agir comme elle le souhaite du moment qu'elle ne perturbe pas tes élèves. Ce qui allait arriver - au fond, tu le savais. Ce n'était pas quelqu'un de fait pour vivre en la compagnie d'autres enfants de son âge.

Mécontent à l'idée ne rien foutre durant l'heure de cours qui allait suivre, tu enfouis légèrement ton menton dans le col de ta veste et partis à la rencontre de tes élèves dans l'ordre de tes préférences secrètes : peut-être était-ce cette élève maladroite à qui tu faisais la leçon afin qu'elle prenne confiance en elle, ou ce cancre qui, malgré ses pitreries, réussissait à te mettre du beaume au coeur avec ce sourire innocent qu'il arborait. Qui sait ? Tes chouchoux devaient demeurer secrets afin de ne pas perturber la paix de l'établissement. Et malgré tes tout aussi nombreuses que vaines tentatives, dans le but de te débarrasser de tes faiblesses pour certaines têtes, il n'en fut rien, tu étais condamné à en aimer certains plus que d'autres. Cela dit, tu désirais tout de même te rendre utile auprès de tous, c'était pour ça que tu étais là (et payé, accessoirement) ! Incliné sur le pupitre d'une de tes élèves tout en t'assurant qu'aucune de tes mèches ne venait baigner dans le feutre, tu la guidais de ta voix et de ta main que tu plaçais fermement sur la sienne. « N'appuie pas autant sur ton feutre, tu vas l'abîmer. Fais-le doucement, comme ça... » Inconsciemment, comme s'il s'agissait pour toi d'une chose naturelle, parfaitement normale dans le cadre éducatif.

C'était sans prendre en compte les ressentis de la collégienne qui bafouillait et tentait de se libérer de toi. Tu compris son malaise et la lâchas aussitôt en t'excusant dans un rire clair : tu allais encore avoir des emmerdes avec les parents d'élèves si tu ne faisais pas plus attention. Gêné à ton tour de t'être montré aussi envahissant, tu t'empressas de passer à un autre élève par le biais de petits bonds, regardant par-dessus les têtes et les mains qui essayaient timidement de cacher les œuvres d'art - mais fort heureusement, décaler des doigts était dans tes cordes, et ils ne purent pas les dissimuler très longtemps. Puis, alors que tu admirais les tracés maladroits de ton cancre favori, une dispute se fit entendre et tu vrillas aussitôt tes deux yeux bleus sur les responsables : un gamin et... Roxane. Evidemment, à quoi t'attendais-tu ? Mais à bien y regarder, ce n'était pas un gamin. Mais le gamin. Lorsque sa terrifiante génitrice te vint à l'esprit, tu bondis presque sur leur bureau pour couper Roxane dans son élan avant qu'elle n'en dise trop, renchérissant par-dessus un joyeux :

« Voyons Roxane, bien sûr que le Père Noël existe, haha ! Sinon, comment est-ce que tu aurais des cadeaux de Noël cette année ? » t'exclamas-tu avec les deux poings serrés contre tes hanches, dans une posture de réprimande. Les trois autres élèves pouffèrent mais tu les calmais à la seconde-même où les éclats de rires parvinrent à tes oreilles ; il n'était pas question de jeter à la poubelle le gros bonhomme rouge devant les yeux innocents d'un enfant. C'est pourquoi tu te penchas sur Roxane pour lui murmurer : « Sois gentille avec lui, sa mère va m'arracher les dreads si elle apprend que je brise les rêves de son fils ! C'est une Domae LION... »

C'était moins une. Un peu plus, et tu étais cuit. Ce n'est pas que tu n'étais pas très chaud à l'idée de devoir te planquer tout l'hiver jusqu'à ce qu'elle t'oublie, mais pour toi qui avais été élevé par deux mères, tu ne connaissais que trop bien la fureur maternelle. Très sincèrement, tu n'avais pas spécialement envie de l'affronter seul. A la question de Roxane, tu fis discrètement signe à tes élèves et lui annonças fièrement :

« Oui et non... Celui qui aura fait le plus beau dessin aura droit à des chocolats. Ce sera la note de ce "devoir". Et ce n'est pas la peine d'essayer de me dessiner en bel Adonis pour essayer de me faire pencher en ta faveur, Roxane. »

Tu comptais bien sûr en donner à tout le monde pour ne pas déclencher une nouvelle Hiroshima dans ta salle de classe ; mais en ce qui concerne Roxane, tu préférais la garder dans le noir, afin qu'elle fasse de son mieux. Si l'esprit ne voulait pas faire des efforts, tu restais persuadé que l'estomac allait répondre autrement ! « Attends, deux secondes... » Comme pour t'amuser un peu dans cette heure où tu te devais plus de surveiller que dessiner toi-même, tu lui pris la main (celle-là n'a pas de parents pour aller hurler au pervers auprès du directeur) et dessinas par son biais un petit raton à l'aspect victorieux à la place de l'étoile du sapin. Chips se devait d'être présent, tout de même.

« Voilà. Il n'y a pas meilleure star que Chips dans nos rangs, après tout ! Et fais gaffe, tu débordes. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 560
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Dessine-moi comme l'un de tes ours français ! [Roxane]   Ven 15 Déc - 17:52

Adam Montefiorer & Roxane S. SharpeJ'vous cause en crimson (#DC143C)

Dessine-moi comme l'un de tes ours français !

C'est vraiment qu'un sale gosse et j'comprends pas pourquoi il n'a pas invoqué son ours pour en faire qu'une bouchée. J'lui en pose des questions moi ? Qu'est-ce que ça peut lui faire que j'sois présente dans sa classe mais j'suis trop vieille pour ça ? Au pire ça lui f'ra une bonne histoire à raconter le soir à sa famille mais il est pas obligé de v'nir m'emmerder avec ses réflexions à la con. Ah lui j'vais l'attendre de pied ferme quand il viendra au Lycée ; heure de colle dès que j'verrais sa tête, on verra bien si il fera autant l'malin que maintenant héhé.

- Voyons Roxane, bien sûr que le Père Noël existe, haha ! Sinon, comment est-ce que tu aurais des cadeaux de Noël cette année ?

- Ben y'a juste à...


Voyant Adam s'pencher vers moi, j'm'arrête en plein milieu d'ma phrase en m'faisant la réflexion qu'il voudrait sûrement que j'ferme ma gueule. Parce qu'entre nous, j'doute qu'il veuille me susurrer des mots doux au creux d'l'oreille, nous n'sommes pas aussi intimes.

- Sois gentille avec lui, sa mère va m'arracher les dreads si elle apprend que je brise les rêves de son fils ! C'est une Domae LION...

- Azy t'en fais ton quatre heure du lion !


Il a un OURS. Un immense ours qui s'rait capable d'en faire qu'une bouchée d'son lion ! Qu'est-ce qu'il peut avoir peur d'une mère qui a un lion ; j'lui arrache les yeux moi si y'a besoin. Parce que des parents d'élèves qui viennent m'voir dans mon bureau pour retirer l'heure d'colle tout en menaçant au passage, ça arrive tous les jours ! Perso', j'les menace de leur coller la rage à cause d'mon raton laveur et pis ça calme très vite. Ou j'balance qu'ils pourraient déclarer une guerre car j'suis la fille du Roi d'Angleterre... Ok cette excuse marche beaucoup moins mais y'a déjà eu deux ou trois pignoufs qui sont tombés dans l'panneau et qui ont fini par m'lâcher les basques au final.

- Eh M'sieur, on est noté sur c'travail ?

- Oui et non... Celui qui aura fait le plus beau dessin aura droit à des chocolats. Ce sera la note de ce "devoir". Et ce n'est pas la peine d'essayer de me dessiner en bel Adonis pour essayer de me faire pencher en ta faveur, Roxane.


Mince. Faut dire qu'on essaye tous les moyens pour faire pencher la balance en sa faveur non ? D'toute façon, si je finis pas par gagner les chocolats, j'aurais une récompense bien meilleure que c'que peuvent espérer les pauvres gosses héhé. Déjà, j'peux m'acheter du chocolat quand j'veux... Ou piquer quelques ronds dans l'porte monnaie d'Adam. Mais j'vais surtout avoir mon dessin encadré dans la maison ou bien sur l'frigo, chose que j'manque pas de rappeler à mon voisin quand il revient à la charge avec ses réflexions à la con. Qu'il s'empiffre de chocolats et qu'il chope du cholestérol, il s'ra jamais sur le frigo à la maison.

Repartant donc dans l'dessin de mon joli sapin d'Noël, ça m'rappelle le bon vieux temps à l'orphelinat où on devait aussi faire des dessins idiots pour les donner à la Directrice... J'l'ai toujours soupçonnée de les mettre à la poubelle à la seconde même où elle nous claquait la porte au nez mais au moins ça nous occupait pendant quelques heures histoire d'avoir la paix et d'calmer les sales que nous étions. Mon sapin n'est pas hyper droit faut l'avouer mais j'n'ai pas fait des études d'art... Pis après, mon délire c'est p't'être d'avoir des sapins penchés et des cadeaux bleus à pois avec des rubans rouges. Cependant, faut croire que ça n'lui convient pas car l'Monsieur s'approche de moi pour m'reprendre sur ma manière de dessiner.

- Voilà. Il n'y a pas meilleure star que Chips dans nos rangs, après tout ! Et fais gaffe, tu débordes.

- Meh, j'vois sa tronche partout déjà, c'n'est pas pour l'avoir dans mes dessins !


Gommant donc le dessin de Chips un peu comme une sauvage, je chiffonne un peu l'papier mais j'veux pas de ce raton laveur sur mon sapin. Mon Noël parfait, c'est très loin d'lui et j'suis sûre que c'est la même chose de son côté ; moins on s'voit et mieux on s'porte tous les deux. J'gomme aussi l'endroit où j'ai commencé à déborder et j'tente de dessiner une étoile potable en haut d'mon sapin.... Ok c'est pas fifou et faut reconnaître qu'il avait plutôt bien dessiner Chips. 'fin disons que ça changeait de toutes les personnes qui mettent une étoile en haut du sapin... Au bout d'une dizaine de minutes à r'garder comme une conne mon sapin, j'finis par appeler Adam pour qu'il vienne m'revoir.

- Adaaaaaaaam. Tu peux m'refaire Chips sur le haut du sapin ? J'veux pas faire comme tout l'monde avec son étoile au final.

J'suis une vraie chieuse et j'vais finir par avoir l'étiquette collée sur l'front si j'continue de l'embêter avec mes caprices... M'enfin j'suis sûre que certains élèves ne doivent pas être mieux niveau caprice et qu'il doit en voir de toutes les couleurs. Posant le crayon à côté d'ma feuille pour lui laisser dessiner l'raton laveur, j'regarde attentivement l'mouvement avec les bras croisés ; j'serais jamais une bonne dessinatrice.

- Dis, tu vas dire quoi aux élèves qui sont pas v'nus ce matin ? T'as pensé à prévenir les pions d'ailleurs ?

J'sais pas trop comment ça fonctionne au collège mais en tout cas au Lycée, on fait l'tour des classes pour récupérer les p'tits papiers roses des absences pour voir qui étaient présents ou pas. Dans ce genre de situation, on s'retrouve plus souvent avec le nom des présents que des absences tellement qu'les profs sont flemmards à l'idée de tout mettre. Et pis souvent ça s'termine en heure d'colle collective sauf pour ceux qui étaient là.












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dessine-moi comme l'un de tes ours français ! [Roxane]   Ven 22 Déc - 20:18

ft. Roxane
Adam arrive en retard de 20 minutes à son cours, et les 3/4 de ses élèves se sont fait la malle. Avec les quatre survivants, il entreprend de dessiner le Noël parfait puis aperçoit une tête familière : celle de Roxane.
Dessine-moi comme l'un de tes ours français


C'est marrant mais le laps d'une seconde, tu avais pensé que se retrouver avec d'autres enfants allait canaliser le surplus d'énergie de ta colocataire. La vérité, c'est que – surprise –  c'était une terrible idée. Comment allais-tu y remédier, maintenant qu'elle était là, à expulser ce bon vieux père Noël des rêves de l'un de tes protégés ? Tu voulais un peu de chahut afin de te garder tes paupières ouvertes, certes, mais de là à frôler le risque d'une convocation chez le directeur car tes amies ne savent pas se contenter de voler les gommes de leurs camarades, c'était de trop. Tu devais donc l'arrêter avant qu'elle n'aille trop loin, et c'est ce que tu fis dans un murmure lui étant destiné. Et, évidemment, elle ne fit pas cas de ton instruction, persuadée que tu étais plus fort que tu ne le laissais croire. Toi, le pacifiste ne maniant aucune arme, tu serais capable de « faire de ce lion ton quatre-heure » ? Tu souris à ce commentaire, flatté dans ton surprenant rôle de père. Pour elle que ton cœur portait comme ta fille, ne pas t'émouvoir de ses illusions s'avérait plus que difficile. Mais pouvais-tu vraiment faire face à ce lion sans y laisser ta précieuse crinière ? Il y avait de quoi parier, mais tu ne pouvais faire de mal à la mère d'un de tes élèves ; il y avait bien de ça assez d'orphelins dans cette petite ville.

« De son lion, je ne sais pas, mais de la femme qui se cache derrière, pas sûr de manquer de fer au point de vouloir manger sa hache. » annonças-tu en riant, t'imaginant déjà à fuir les assauts de la Domae enragée. Non, tu n'allais pas tenter la chose, ne serait-ce que pour ta survie.

Tu repartis à ton bureau, étalant nonchalamment tes deux longues jambes sur la surface en bois. C'était ta salle : c'étaient tes lois, tes mocassins moches avaient tout à fait leur place sur ton outil de travail pour peu qu'il y ait un ou une supérieur(e) hiérarchique qui ose se prendre pour ta troisième mère. Déjà que deux paraissait beaucoup pour certains ! Nonobstant l'épée Damoclès que représentait cette potentielle remontrance si tu ne dégageais pas tes pompes d'indien de là, tu te penchas sur ton sac et, jetant de temps à autres des coups d’œil méfiants à ta classe, repris la création du cadeau de Noël de Roxane. Qu'elle allait sûrement te faire bouffer. Parce que c'était un raton-laveur au crochet. Et qu'elle voit suffisamment le sien. Toujours est-il que malgré ton apparence de bête toute faite de muscles et de poils, tu t'étais lancé dans le projet fou de réaliser une petite peluche faite main pour ta fille de cœur. Est-ce que ça allait lui plaire ? Tu en doutais un peu, mais peut-être que ton dur labeur allait être remarqué – au pire, tu lui offrirais de la bouffe à côté, comme ça elle oubliera le cadeau principal. Tu prenais néanmoins tes précautions afin qu'elle ne voit pas ce que tu fabriquais, à agiter tes mains dans le sac en papier qui dissimulait ton œuvre.

Mais de toute façon, elle-même était trop occupé à gommer ton magnifique dessin avant de finalement t'appeler pour le refaire. « T'abuses » pensas-tu, mais ce que tu dis à ce moment fut bien différent :

« J'arrive, j'arrive...»


Abandonnant ton œuvre dans son sac, tu soupiras et, une fois son crayon en main, griffonnas de nouveau le petit animal sur le sommet du sapin, fier et puissant comme un célèbre gorille sur son immeuble. A croire qu'elle voulait se sentir différente des autres gamins qui, pour la plupart, galéraient bien moins qu'elle, ce qui ne t'étonnait qu'à demi. Pendant que tu t'attelais à ta tâche, la question de Roxane te figea sur place, tandis que tu posais le crayon :

« En fait... Ce n'est pas vraiment de la faute des gamins. Je suis arrivé à la bourre donc ils ont dû croire que j'étais absent, et ces quatre-là n'ont pas eu le temps de fuir... »

N'avoir que quatre élèves – que dis-je, cinq !- te peinait grandement, mais il fallait faire avec pour ce coup-ci, et tu ne voulais absolument pas que d'autres soient punis pour ton erreur. D'un ton mal assuré, tu supplias la rouquine en prenant une voix implorante  :

« Un Père Noël en chocolat et tu n'en parles pas aux collègues ? S'teuplaît, c'est la troisième fois ce mois-ci, tu sais que l'hiver est rude pour moi et Lulubelle... » Mais, comme rattrapé par ton esprit professionnel, tu pointas du doigt son dessin en enchaînant : « Et sinon, t'as débordé ici et ici, et si tu as fini, il faut le mettre sur mon bureau.»

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 560
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Dessine-moi comme l'un de tes ours français ! [Roxane]   Ven 22 Déc - 22:17

Adam Montefiorer & Roxane S. SharpeJ'vous cause en crimson (#DC143C)

Dessine-moi comme l'un de tes ours français !

- En fait... Ce n'est pas vraiment de la faute des gamins. Je suis arrivé à la bourre donc ils ont dû croire que j'étais absent, et ces quatre-là n'ont pas eu le temps de fuir...

J'soupire. Alors il est encore arrivé en r'tard... J'trouve que c'n'est pas la première fois qu'il arrive à la bourre au Lycée et faut dire qu'des fois, j'fais office de réveil quand j'y pense pour qu'il sorte du lit. Faut pas m'en vouloir, ça faisait longtemps que j'n'avais pas eu quelqu'un à réveiller l'matin ou que j'pourrais faire des galipettes sur l'lit. Faut pas s'méprendre, j'parle surtout des galipettes de gamins... Celles qu'ils font les matins d'Noël pour réveiller leurs parents car le Père Noël est passé et que les cadeaux n'pourront pas attendre quelques heures, j'réveille Adam d'la même manière quand j'y pense.

- Un Père Noël en chocolat et tu n'en parles pas aux collègues ? S'teuplaît, c'est la troisième fois ce mois-ci, tu sais que l'hiver est rude pour moi et Lulubelle...

Ouais ouais, il m'avait rapidement expliqué l'problème et faut dire que j'comprends pas vraiment les contre coups... L'Conclave m'avait dit un jour que j'm'entendais tellement mal avec Chips que j'n'arrivais pas à avoir ses avantages et ses défauts ; j'note que pour l'dernier c'est pas un problème mais y'a des avantages cool comme raton laveur. Ok, j'fais ma mauvaise langue, j'en ai quelques uns... Mais ils sont pas énormes. Pis j'me doute que ça n'doit pas être facile d'sortir en hiver alors que c'est la période où t'es censé hiberner, déjà que sortir tous les matins c'est une épreuve pour moi, alors j'n'imagine pas pour lui en ce moment.

- Et sinon, t'as débordé ici et ici, et si tu as fini, il faut le mettre sur mon bureau.

Meh. Pourquoi j'n'ai pas l'droit déborder si j'veux ? C'est quand même la liberté d'pensée non ? Lorsque j'le vois s'éloigner, j'pique la gomme d'mon voisin pour rapidement effacer les traits qui dépassent et m'lève pour déposer le dessin sur mon bureau avec les quatre autres pauvres élèves mais contrairement à ces derniers, j'sors pas tout d'suite la salle et préfère attendre mon collègue. Le p'tit merdeux de tout à l'heure m'tire la langue en passant devant moi et j'réponds par un joli doigt d'honneur qui a l'don de le calmer et moi d'me faire rire ; c'est d'cette manière qu'on calme un sale môme. Ouais j'sais, j'suis vraiment pas faite pour être mère.

J'attends donc patiemment que les gosses s'en aillent et laisse Adam ranger tranquillement ses affaires, j'lui propose une pause bien méritée à la salle des profs histoire d'se détendre après ce cours. C'est déjà la récréation alors nous aussi on a l'droit d'se défouler un peu ! Nous marchons jusque dans la salle des profs et j'me pose un peu comme chez moi, j'suis pas censée avoir d'pause puisque c'est le moment où tous les mômes débarquent pour faire signer leur absence mais au pire osef... Ils iront voir ma collègue pour une fois. J'vais donc m'préparer un p'tit chocolat chaud tout en proposant à colocataire un chocolat ou un café.

- Tiens tu finis à quelle heure aujourd'hui ?

Faut dire que j'retiens pas encore son emploi du temps du matin, mais aussi d'l'après-midi ! Contrairement à moi, il doit bien avoir des jours de repos complets, des jours où il commence très tôt ou très tard et où il fini tôt ou tard. Bref, j'me retrouve pas vraiment et j'pense que j'vais finir par recopier son emploi du temps pour l'accrocher sur l'frigo... Ainsi j'arrêterais de l'embêter avec mes questions. Mon chocolat enfin prêt, j'entends une collègue passer à côté parlant des dossiers à remplir puisque la fin du trimestre approche et cela m'fait penser à un truc que j'n'ai pas raconter à Adam.

- Oh putain, j't'ai pas raconté ! C'matin-là, l'dirlo m'a demandé d'emmener un papier à la secrétaire du Collège et ça m'a graaaave saoulé ! Genre l'mec il peut pas s'déplacer tout seul, il est obligé d'm'envoyer à l'autre bout du bâtiment, surtout que votre secrétaire n'est jamais là. T'sais, j'suis sûre qu'il l'a fait exprès de m'envoyer aussi loin dès l'matin ; entre nous, j'crois qu'il a une dent contre moi.

J'sais que ça fait un parano c'que j'dis, pourtant j'ai clairement l'impression qu'il a une dent contre moi. En fait, j'ai l'impression qu'il a une dent contre tout l'monde ce mec ! Genre il aime personne ! Pis il est assez bizarre... J'lui parle très rarement mais pour l'peu qu'on a causé, j'sais pas il m'fait un peu froid dans l'dos.

- Eh j'espère qu'il est pas au courant pour tes 4 retards du mois sinon il va t'remonter les oreilles ! J'suis sûre qu'il adore punir pour rien en plus, j'serais même prête à parier que c'est un sado-maso... Nan, t'en penses quoi toi ?

J'ai l'impression d'avoir dit un truc qui n'fallait pas. C'est l'terme sado qui l'met mal à l'aise ? Parce que j'ai l'impression qu'il est dev'nu tout blanc le Adam.












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dessine-moi comme l'un de tes ours français ! [Roxane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dessine-moi comme l'un de tes ours français ! [Roxane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2017-