Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Let the bear help you | ft. Adam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Harley H. QuinnMessages : 147
Date d'inscription : 06/11/2015


MessageSujet: Let the bear help you | ft. Adam   Sam 6 Jan - 21:55




I'm sick


Ah les périodes de fêtes… Elles sont partiellement passées. Noël est terminé, mais la nouvelle année n’a pas encore commencé. Les décorations qui longent le long des rues, les chants festifs des chorals et la neige qui fait son apparition, tout ce qui faut pour retomber en enfance durant un mois entier restent encore bien présent. Et tu aimes ça d’ordinaire, mais pas cette année.

Normalement, tu es comme une petite gamine de cinq ans qui, chaque année, s'émerveille autant sur les couleurs que l'ambiance et la chaleur que cela amène, tu serais même prête à attendre l'arrivée du Père Noël même en sachant qu'il n'existe que dans l'imaginaire des bambins. Et comme tous les enfants, tu aurais décoré ton sapin et l'appartement pour qu'il se prête au mieux à la période, à défaut de cheminer, la commode aurait été parfaitement exploitée pour accueillir les petites chaussettes. L'odeur d'une viande - quoique rien ne certifie si ce n'était pas un être humain - envahirait ton logement et deux, trois invités particuliers seraient présents pour profiter de ce moment dans une ambiance que certains appels “familiale”. Cependant, cette année, Noël n'a pas eu l'effet de te donner une quelconque joie de vivre. Il en était même tout le contraire....

clap clap clap clap
Un jour, tu abandonneras tes talons pour des chaussures qui cesseront de marteler le sol. Oui, un jour, peut-être, tu cesseras d'avoir cet air constamment casse pied sur le visage, avec des actions d'un niveau légèrement supérieur. Mais ce serait détruire le mythe de la blonde chieuse qui n'en fait qu'à sa propre tête. La nuit a fait irruption dans la ville et la recouverte d'un épais manteau de fraîcheur. Les rues sont calmes, les enseignent fermés si on enlève les bars à pochtron et même les quelques chats qui airent d'habitude ont sus trouver refuge dans des endroits - tu l'espères - bien chaud pour éviter la neige qui recommence à tomber. Officiellement, tu t'ennuies. Tu t'ennuies suffisamment pour trainer dehors alors que minuit à sonner ses derniers coups. Mais officieusement, tu cherches une occupation à ton cerveau qui bouillonne un peu trop. Dire que l'ennui est présent n'est qu'un subterfuge pour éviter ce qui te dérange vraiment.

Tu as assez fait le tour de la question comme une balle de ping-pong qui ne cesse de rebondir contre les murs. C'est ce qui t'a rendu dingue pendant un court laps de temps, tu as crié de rage en priant pour que la douleur s'arrête. Jusqu'à finalement te rendre compte que les lamentations ne pouvaient t'aider à faire une marche en avant. Tes nerfs avaient besoin de se vider une bonne fois pour réfléchir convenablement et trouver une solution pourtant déjà bien enfouie en toi à ton problème. Tu ne pouvais compter sur Éddie qui de manière générale prenait plaisir à te voir aussi bas, mais c'était un fait que tu ne comptes pas oublier, la promesse intérieure qu'il en baverait tout autant le moment. Jami… eh bien, il restait Jami. Tu n'avais qu'à claquer des doigts pour qu'il réplique comme un bon petit chien et te servir de lui à ta guise, mais pour une fois, tu ne voulais pas l'entendre, ni lui ni aucun de ses sarcasmes aussi plaisants et déplaisants soient-ils. Et pour ce qu'il en était du reste… Mieux valait les bannir immédiatement de la liste d'aide. Mais ce n'était pas bien grave puisqu'en soi, tu n'en désirais aucun.

Ta marche et le fil de tes pensées finit par te conduire à l'entrée du parc Impérial éclairé par les faibles néons de lampadaires dont l'odeur des quelques insectes grillés te revenait aux narines. Le portail encore ouvert, tu ne comptais pas te priver pour y mettre les pieds. Peut-être que le gardien allait-il te mettre dehors puisque l'heure était dépassée pour poser son postérieur sur un banc, mais tant que celui-ci n'était pas en face de toi, les règles glissaient jusqu'au sol où tu les écrases à chaque nouveau pas. Mais le calme présent disparaît au croisement de la fontaine, plusieurs voix devenant audibles. Tu pouvais distinguer celle des hommes à celle d'une femme. Celle-ci semblait ne pas vouloir être présente et ses gémissements de supplications cacophoniques été des plus lamentables. En avançant encore, tu pouvais observer la scène sous un réverbère et voir l'agression de tes propres yeux, mais ce n'est pour autant que tu tiens à y intervenir. Jamais tu n'as crié haut et fort que tu étais la sauveuse de ses misérables habitants. Ils passaient leur temps vivre dans une guerre alors qu'ils en connaissent les enjeux pour propre leur vie. Ce n'était pas ça qui allait changer quoi que ce soit. Pourtant, elle était plus ou moins débrouillarde, bien qu'elle en prit pour son grade, mademoiselle leur donna un peu de fil à retordre avant de réussir à prendre la fuite en abandonnant son sac. Bah voilà, elle était pas si pleurnicharde que ça la nana.

C'est à ce moment-là que les trois individus, que tu aurais pu qualifier d'un peu plus âgé que l'adolescence, remarquèrent ta présence. Sagement postés en face d'eux, ils t'étudièrent avant de voir en toi le nouveau jouet de la nuit qu'ils voulaient voir de plus près. L'alcool se dégageait d'eux d'une puissance phénoménale, pourtant chacun semblait bien lucide sur ses paroles et ses intentions.

« ━ Ben alors, qu’est-ce que tu fais toute seule chérie. Tu t’es perdu ?
T’inquiète pas on va te tenir compagnie.
Ca t’f’ras un peu mal, mais tu verras, tu vas kiffer. »

Tu aurais pu éclater de rire pour cette phrase qui ne paraissait aucunement crédible à tes yeux. Mais un simple sourire ne fit que traverser tes lèvres alors que les mains de l’un d’eux commençaient à se faufiler sur les bordures de tes formes prononcées. Toi qui étais prise d’ennui, voilà que tu venais de trouver de quoi te divertir un instant. Ni une, ni deux ce réflexe si rapide en fit sortir ta batte si sagement laissée dans ton dos pour s’écraser contre le corps du premier.

C'était trop tard pour comprendre et, quand bien même ils auraient pu voir venir la supercherie, tu allais faire d'eux de la chair à saucisse. Au moins ils n'étaient pas du genre à partir en courant, au contraire, se faire battre par une fille n'étant pas à leur goût, ils tenaient à te rendre la monnaie de ta pièce. Mais tu avais un dessus considérable et pour preuve, tes coups s'acharnent sur le service trois-pièces de celui qui espérait te plaire en te faisant mal. La douleur était tout autant visible sur son visage que sur les tâches rougeâtres qui commençaient doucement à transpercer son pantalon.

« ━ Alors, je croyais que je devais avoir mal, espèce de chien ! Tu veux que je te montre c’est quoi la douleur ? Tu vas la sentir passer ! »

You and I go hard at each other like we're going to war



darC.png







 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Let the bear help you | ft. Adam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2018-