Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021
-52%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike React Miler
63 € 130 €
Voir le deal

Partagez
 

 Frea, le vent du nord ~ [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Frea, le vent du nord ~ [Terminée] Empty
MessageSujet: Frea, le vent du nord ~ [Terminée]   Frea, le vent du nord ~ [Terminée] EmptyMar 1 Mai - 16:29

Frea Andersen

Nop
PETITE PRÉSENTATION
NOM :   Andersen
PRÉNOM(S) : Frea
SURNOM : Rhaast
DATE DE NAISSANCE : 22/05
ÂGE : 35 Ans
SEXE : Femme
CAMP : Gouvernement
CAPACITÉ : Glace - Soutient
SITUATION : Célib'
MÉTIER : Ghost / Paysanne - Boulangère
PERSONNAGE AVATAR :League of Legends - Ashe
QUESTIONS

DE QUAND DATE VOTRE ENTRÉE DANS LE CAMP ?
3 ans
QUELS SONT VOS LIENS AVEC LUI ?
Première ghost.
TATOUAGE/MARQUE ?
Dans le dos
POSSÉDEZ-VOUS UNE ARME, SI OUI LAQUELLE ?
Ma tête, Rhaast (Mon arc) et mon masque.

PHYSIQUE

Frea, le vent du nord est l’un des pseudos que la demoiselle a reçu au cours de son passage chez les élémentis. Le vent du nord renvoie à la froideur, si certains font le rapprochement avec l’élément qui est la glace, ce pseudo n’a pas été choisi que pour cela. Son élément complète un tous, un physique rappelant le froid. En commençant par sa belle chevelure. La demoiselle possède de longs cheveux blancs comme sa sœur, un blanc immaculé rappelant la neige et par conséquent le froid. La demoiselle aime beaucoup ses cheveux blancs qui sont doux et se font facilement porter par le vent. Ses derniers dégagent une douce odeur de cerisier du fait que c’est un shampoing que la demoiselle aime beaucoup utiliser, une odeur qu’elle trouve vraiment agréable. Il n’est pas rare pendant des vents de sentir ce parfum voler dans l’air pour arriver à d’autres narines qui aimeront ou non l’odeur. S’ils sont lise de la base jusqu’au milieu, le bout des mèches peut friser légèrement parfois en présence de la chaleur, ce qu’elle n’aime pas forcément bien que cela ajoute un certain charme qu’elle ne reconnaît malheureusement pas à sa juste valeur.

Ses cheveux qu’elle aime temps sont accompagnés par des yeux d’une couleur très appréciable et qui est celle qui va le mieux avec le blanc, le bleu. Bleu, couleur rappelant de nouveau le froid, un peu vraiment clair et brillant, qui peut faire penser à des saphirs. Un élément qu’elle ne partage pas cette fois avec sa sœur qui avait les yeux de couleurs rouges. Ses yeux vont très bien avec un visage léger, qui n’est pas marqué de trait en particulier, en visage plutôt agréable à regarder malgré les quelques cernes et la tristesse qu’on peut y lire facilement, une chose qui gaspille le potentiel de séduction de la demoiselle, qui aurait pu être beaucoup plus jolie avec un beau sourire sincère et heureux, qu’une vulgaire bouche neutre qui semble montrer tout le regret qu’à la demoiselle de vivre. Un sentiment amplifié quand on remarque que la demoiselle regarde souvent dans le vide, comme si elle souhaitait esquiver quelques choses du regard en particulier ou qu’elle était dans un autre monde sans écouter.

L’autre élément qui rappelle le froid, c’est la peau de la jeune demoiselle qui est vraiment blanche, comme si elle vivait continuellement dans le froid. Une peau blanche que le moindre choc viendrait marquer d’une énorme tache rouge impossible à dissimuler. La ghost possède donc une peau qui bronze difficilement. À croire que tous devaient rappeler le froid. En tout cas, on peut dire qu’elle n’est pas vraiment imposante physiquement, on peut la soulever très facilement ou même la repousser sans grande difficulté, si elle ne possède pas une grande force, c’est son intelligence, son agilité, sa rapidité, mais aussi son endurance qui brille sur un champ de bataille ou au quotidien.

Frea n’est donc pas une femme forte physiquement, elle n’est pas une combattante pure, cela ne l’a jamais vraiment intéressé, pour elle un combat se gagne surtout à la capacité de prévoir, mais aussi de répondre de façon intelligente, en piégeant la personne ou utilisant le décor aux alentours, les combats de front ne sont pas pour elle. Elle est donc plutôt faible en force, mais possède une vitesse et une agilité plutôt impressionnante, ce qui lui permet de survivre en combat en essayant de fuir, se cacher ou esquiver, la seule chose pour laquelle elle est douée. En effet, en combat, son physique ne lui permet pas de dominer et vaincre par force, mais son agilité et sa réactivité lui permet de survivre et faire un très bon appât ou gagne temps. La seule utilité offensive que la demoiselle a, c'est qu'elle est une sacrée bonne tireuse à l'arc, sur la distance. Sa grande capacité d'analyser lui permet de calculer la vitesse du vent, l'inclinaison à avoir pour un tir chirurgical de loin, cependant elle a besoin de concentration, elle ne peut pas le faire de près ou rapidement d’une longue distance, mais sur courte distance, sa précision et sa rapidité sont excellente. Elle sait cependant un minimum se défendre au corps-à-corps quand même, entraînement des ghosts oblige, mais elle ne pourra pas dominer sur ce terrain contre une personne expérimentée.
En dehors de cela, elle possède donc un corps de petite taille et plutôt fin, elle n’est pas vraiment grosse du tous. 58 Kilos pour un mètre soixante-douze. Elle peut se faufiler sous un lit tout en étant confortablement installé presque ! Son corps cependant est caché derrière des vêtements (encore heureux) des vêtements qu’elle essaye de faire elle-même, n’aimant pas traîner dans les boutiques de Querderla, il faut bien trouver une solution. Cependant, elle essaye de sortir de temps en temps pour avoir des habits normaux, notamment pour aller vendre au marché le pain qu’elle produit.

CARACTÈRE

Frea est une personne instable mentalement, en effet, elle a deux extrêmes. Dans un premier temps, elle est totalement effacée, aucune personnalité marquante. Le calme la domine totalement, la faisant même paraître absente bien souvent vis-à-vis de son interlocuteur comme si elle vivait dans un autre monde. En effet, la demoiselle est d’un tempérament calme et silencieux. Elle n’aime pas spécialement se faire remarquer particulièrement et semble totalement déconnectée de la réalité, peu de chose la font paniquer ou réagir. Les deux choses qui la font vraiment réagir, c’est toucher à ses proches, bien qu’elle n’en a plus vraiment et Rhaast qui est un peu son guide quand elle est perdue ou ne sait pas quoi faire dans des situations étranges.

Sa deuxième personnalité, justement, est celle qui suit et est dominée par Rhaast, en effet, la demoiselle entend une voix dans sa tête qui la pousse à la méchanceté la plus abjecte. Elle a baptisé cette voix Rhaast, pendant qu’elle vient de son arc. Rhaast est la voix qui pousse la demoiselle à aller jusqu’au bout des délits, qu’ils soient demandés par le maire à la ghost ou simplement, car c’est nécessaire pour Frea. Si elle a mis longtemps avant de céder à ses pulsions de folie, elle peut se laisser totalement dominer par elle dans les moments de doutes ou de faiblesse. Mieux vaut ne pas être dans les parages quand cela se produit donc.

Si la demoiselle peut paraître dispersée et absente en premier lieu, son intelligence est plutôt impressionnante. Ça force ne réside pas le combat brut, mais dans la finesse et la stratégie. Ce détachement de la réalité lui permet de réfléchir dans les situations les plus désespérées, mais aussi de s’adapter en conséquence, en faisant une personne imprévisible et dangereuse de ce fait. Combiné à sa compétence d’archère hors normale sur les longues distances, dans une équipe elle peut assurer les tirs de soutien, des tirs chirurgicaux pour frapper l’ennemi. En solitaire, la demoiselle essaye de profiter de l’effet de surprise, mais aussi de son côté malin.
 
Le tous pourraient faire penser au fait que la demoiselle est une arme vivant sous la main du maire. En effet, la demoiselle écoute les ordres du maire pour le moment s’en se remettant en question, car elle serait totalement perdue sans ça. En effet, la demoiselle n’a plus vraiment aucun but dans la vie depuis qu’elle a été détruire psychologiquement à plusieurs reprises dans la vie. Le maire lui a proposé de la reconstruire de ce côté en échange de son obéissance totale. Elle applique donc les ordres de ce dernier à la lettre sans se remettre en question. D’ailleurs, en tant que ghost, elle ne se fait pas appeler Frea, mais Rhaast, portant un masque de démon quand elle est en service de ghost. Ce masque est plus qu’un simple moyen de cacher son visage, c’est ce masque qui l’empêche de re sombrer dans la folie avec tout ce qu’elle commet. D’ailleurs, quand elle a des hallucinations, notamment l’apparition des personnes qu’elle a tuée. Elle met se masque, qui l’aide dans sa tête à supporter ce passé honteux.
 
Rhaast d’ailleurs n’est qu’au fond les ténèbres qui la dévorent, n’était pas réellement un esprit possédant l’arc, c’est ce qu’elle pense pour se rassurer, car entre ça et les hallucinations, la demoiselle ne pourrait pas tenir psychologiquement, si Rhaast est une des séquelles de son mentales brisées, c’est aussi le pilier qui lui permet de rester calme et de ne pas se faire interner pour sa folie. Au final, on peut même dire que c’est lui le réel ghost, sans scrupule ou pitié pour les autres. Un monstre que la vie et cette ville ont créé pour son plus grand malheur, peut-être même la ghost la plus dangereuse sur le plan théorique du fait que la demoiselle est totalement sous le contrôle du maire, mais aussi qu’elle est capable de faire des choses que beaucoup ne pourrait faire.
PÈRE CASTOR RACONTE NOUS UNE HISTOIRE !


Titre 1 : La naissance du monstre.


Le voile de l’hiver était tombé sur la ville de Quederla. Un voile blanc pur que même les anges n’ont pas l’habitude de voir, une pureté sans pareille, qui n’a pas encore été sabotée par ses habitants en la piétinant de leurs chaussures boueuses et sales. La fraîcheur de la nuit caressait le mur des maisons, mais aussi des pauvres habitants qui étaient encore dehors à cette heure-là. Les hommes avaient la barbe gelée, tandis que les femmes, pour certaines, avaient des petits flocons de neiger attachés à leurs cheveux gelés, mais qui ajoutaient un certain charme pétillant, brillant à la chevelure de givre, une magnifique combinaison hivernale. La fumée de quelques cheminées encore allumée envahissait le magnifique ciel obscur au-dessus de Quederla, alors que des hurlements semblaient retentir depuis une des maisons de la ville.

En effet, c’est cette nuit froide mais magnifique, qu’une femme avait décidé de mettre à bas un nouvel enfant. Une famille modeste sans aucune prétention, qui tenait un bar-restaurant dans cette ville. Un bâtiment avec des structures en bois et des murs en pierre assez classique pour cette ville, qui était sur 3 étages, le premier réservé au bar-restaurant ou un ensemble de tables et banc était aligné pour les clients, pour la détente, la picole mais aussi la restauration. Au fond de la salle aux tables, il y avait un bar en bois d’ébène, la fierté du patron des lieux d’ailleurs, mari de la femme qui mettait à bas. Un bar totalement propre, bichonné par son proprio avec un soin qui rendrait jaloux plus d’un collectionneur. Derrière ce petit bar, on pouvait observer une petite porte qui donnait sur la cuisine, ou la femme de propriétaire et future mère, cuisinait pour les clients. Un petit bar sympathique et familial très animé en journée et fin de journée, mais vide la nuit du fait qu’il fermait.

Le 2ème étage lui contenait une partie de la maison du propriétaire et sa femme, notamment un grand salon et une cuisine ouverte. Le salon était spacieux, mais très peu meublé, meublé avec des armoires et commodes en bois, un canapé en cuir et une table basse en bois. Une grande table pour manger se trouvait derrière le canapé. En face du canapé et de la table basse, il y avait une cheminée qui crépitait ce soir. Il semblait que quelqu’un eût remis quelques bûches pour alimenter le feu. On pouvait observer des rondins encore entiers et non brûlés au milieu du feu, mais aussi un tas à côté, servant sûrement de réserve pour le couple. La femme était allongée dans le canapé en sueur et gémissant par moments, sûrement à cause des douleurs de contraction. Une épreuve que la demoiselle avait déjà connue étant déjà mère d’une jeune fille de 4 ans nommée Shizuka.

Deux hommes étaient présents en face d’elle. Un premier qui semblait assit en face et regardait la demoiselle l’aidant à accoucher, un médecin sans aucun doute. Mais un médecin qui était ami de la famille, c’était déjà lui qui avait aidé à accoucher la première fille de la femme il y a 4 ans. L’autre homme lui était debout un peu inquiet quand même. Le propriétaire du bar et donc époux de la femme. Qui trouvait le temps beaucoup plus long que la première fois. Cela faisait déjà deux heures qu’il attendait en regardant sa femme souffrir. Se déplaçant de la cheminée où il remettait des bûches pour maintenant le feu à la cuisine pour boire afin de se détendre, car il était presque aussi stressé que sa femme, il jouait aussi le rôle du spectateur impuissant.

Après une petite heure, des pleurs retentirent dans la maison, le nouveau-né sorti enfin de l’utérus de sa mère, le médecin l’attrape pour l’enrouler rapidement dans une couverture afin de garder l’enfant au chaud, pendant que le mari prenait la main de sa femme entre les siennes.

Tu as été parfaite mon amour, reposes-toi

La femme en sueur hochait la tête contente avec un léger sourire, contente que tous se soient bien passés, mais aussi que cela soit terminé, car chaque parent avait beau dire que c’était l’un des plus beaux jours de leur vie, c’est aussi l’un des plus douloureux pour les femmes. Alors que la femme s’endort petit à petit près du feu qui la réchauffait. Le médecin s’approche du mari, la douce couverture pourpre entre ses bras qui enroulait le bébé, puis lui tend en lui annonçant :

Félicitation Loki, c’est une nouvelle fille

Il rit doucement en remerciant son ami, prenant sa fille entre ses bras, fille qui venait d’arrêter de pleurer. Venant caresser la petite main fragile de son enfant, il la fixe en souriant un peu. Il semblait content d’avoir une nouvelle fille. Gardant contre lui son enfant, c’est des petits bruits de pas qui se firent entendre avec une petite qui trainait derrière elle une petite couverture ainsi qu'un ourson en peluche qui semblait avoir été fait à la main, frottant ses yeux:

Papa j'arrive pas à dormir… Trop de bruit…

Loki se dirige vers elle et se baisse avec son nouvel enfant dans les bras :

Ce n'est rien ma chérie, c'est ta petite sœur qui vient d'arriver, tu veux lui dire bonjour ? Elle s'appellera …  Frea  

Un prénom assez drôle quand on voit dans quel période et quel temps le petite demoiselle est née. En tous cas, ma jeune Shizuka ne semblait pas vraiment comprendre le sens de tout ça ni le rôle important qu'elle aura à jouer plus tard. Mais peut on lui reprocher à un âge si jeune.


Titre 2 : L’élévation du monstre.
-

Les quelques premières années passaient sans problème à vrai dire. La jeune Frea avait grandi tranquillement avec sa famille qui s’occupait d’elle. Cependant, une chose inquiéta son père. En effet, le père de Frea et Shizuka était nordique. Fier, de son origine et de sa culture, il était très croyant envers les divinités. Et dans la culture nordique, les yeux bleus sont une chose importante. Plus les yeux sont clairs et brillants, plus cela démontre une volonté et une soif de pouvoir, mais aussi une soif d’ambition sans pareille. Bien sûr, ce n’était que des croyances, mais pourtant son père en avait un peu peur. Pourtant, cela semblait une bonne chose. Mais dans cette ville, l’ambition passe souvent par le fait de se salir les mains. Mais sa mère n’y prêtait pas vraiment attention, n’étant pas nordique, elle trouvait ça un peu bête de penser ça d’une enfant de 3 ans. Peut-être aurait, elle dû écouter son mari où avait-elle raison, seul l’avenir de la jeune demoiselle le confirmera. Il y a beaucoup de choses qu’on ignore encore dans ce monde, sur l’ADN, la surnaturelle ou la science.

En tout cas, à voir si c’était d’avoir une grande sœur ou alors le plus d’expérience du premier enfant, mais la petite Frea a su marcher assez tôt, au début de ses 1 ans. La parole elle, est venue vers les 2 ans / 2 ans et demie, ce qui est très bien aussi. Enfin, ce n’était pas non plus des phrases parfaites, mais pour un début, c’était vraiment très bien. Elle apprenait rapidement, il semblait qu’on eût une petite intello qui aimait apprendre dans cette famille. En même temps, avec une mère qui prenait l’éducation très à cœur, mais aussi une grande sœur douce et câline qui était plus âgé, ça aidait de vouloir apprendre des choses et c’était facilement accessible avec deux personnes pour l’aider à apprendre. Son père lui voyait toujours le côté croyance, bien qu’il fût fier, il gardait une pointe d’inquiétude en se souvenant d’innombrable histoire de personne qui ont mal finit à cause de leurs soifs d’ambition, mais cela ne l’empêchait pas d’aimer ses filles énormément, c’était juste de l’inquiétude de père, une chose normale pour tout bon parent. Quel parent n’aurait pas peur pour leurs enfants quand ils peuvent avoir des soucis dans l’avenir ?

En tout cas, la demoiselle aimait énormément de livre, en commençant par les histoires pour enfants, simple, avec des images qu’on lui laissait au début, notamment sa sœur et sa mère, avant d’y arriver seule pour les plus simples, puis avec les quelques années passées à des livres un peu plus compliqués comme les romans pour jeunes. À l’école, elle était très studieuse, ayant de bonnes notes, elle semblait avoir un petit problème pour le côté social. En effet, elle n’arrivait pas à avoir d’amis. Frea était une fille très froide sans mauvais jeu de mots, qui ne voulait pas allez vers les autres, mais qui ne donnait pas envie qu’on vienne vers elle non plus. La société n’était pas son domaine de prédilection par rapport à sa sœur, qui elle, était très sociale, douce et chaleureuse. Elle avait énormément d’amis et tout le monde l’aimait bien. Mais cela ne dérangeait pas la jeune demoiselle au nom de déesse, elle était une personne assez forte et solitaire au fur et à mesure du temps, bien sûr ce n’était pas facile tout le temps, loin de là, mais c’était comme ça. C’est sûrement cela qui a forgé son caractère froid et calme qu’elle a aujourd’hui.

La demoiselle continua donc ses études en grandissant, sa soif de connaissance, mais aussi de projet professionnel grandissait au fur et à mesure du temps, mais aussi l’ambition de laisser une trace dans l’histoire. En effet, si elle n’était pas sociale, la jeune Frea désirait avant toute chose, qu’on reconnaisse tout ce qu’elle fait, elle voulait laisser une trace d’elle dans l’histoire, c’était son plus grand rêve. Au départ, elle pensait que le mieux à faire, c’était de préparer une carrière politique, elle était jeune. Elle ne connaissait pas tous l’envers du décor et la sombre guerre aux seins de la ville pour le pouvoir. Il faut dire qu’elle avait du mal à le croire, mais cette perception changea très vite pendant un premier drame. En effet, un soir, alors que les parents de la jeune Frea fermaient le bar, un groupe d’homme accompagné d’animal en profita pour faire un petit braquage. Shizuka n’était pas là, étant avec son petit copain, Setsuna Aoki, Frea, elle avait tous vu était resté spectatrice du haut des escaliers. Les hommes après avoir pris l’argent avaient abattu les parents de la jeune demoiselle sous ses yeux. Rien ne disait qu’ils étaient domaes, ils avaient très bien pu avoir des animaux de compagnie, cependant un loup, un éléphant, une panthère et un lion n’étaient pas des animales qu’on avait comme ça en animal de compagnie ou que l’on trouvait simplement ici, c’est comme ça qu’elle a pris conscience de la réalité de cette guerre.

C’est aussi à ce moment que le premier craquage psychologique de la demoiselle apparut, la mort de ses parents, ajoutés au fait qu’elle était spectatrice lui fit hériter d’une colère et haine sans pareille vers le système du gouvernement et de justice qui ne faisait rien ou ne pouvait rien faire contre cela. Cela lui broya ses projets politiques et juridiques de façon net, se rendant compte que toutes les histoires qu’on racontait été vrai. Suite à la perte de ses parents, c’est sa sœur qui était majeure, mais aussi marié avec Setsuna qui signa les papiers pour émanciper sa sœur pour qu’elle puisse vivre dans un petit appartement que Shizuka paya.

Mais elle ne dirigeait pas du tout cette histoire même le temps passant et du haut de ses 15 ans, elle fit le premier pas vers la plus grande ambition qu’elle n’a jamais eu, dominer cette ville par l’un des 3 camps qui s’opposaient, pour la détruire et la reconstruire sur des bases solides et bien trop utopique en réalité, mais la demoiselle était une utopiste qui ne se rendait pas compte, quand bien même son immense intelligence, qu’il était impossible d’avoir un monde en paix et juste. Surtout en faisant l’erreur de prendre parti des éléments, comment la demoiselle pouvait faire partie d’un des camps et prendre le pouvoir par la force pour changer les choses ? Personne n’accepterait un monde dont il n’était pas d’accord, bien qu’il soit juste. Mais c’était sûrement lié au manque d’expérience de la vie qu’on ne pouvait pas obtenir par les livres ou l’école… Une erreur qui aura un coup bien élevé dans son avenir.


Titre 3 : Frea, le vent du nord.
-

Son entrée dans la famille élémentis se fit directement par l’intermédiaire de l’as de l’époque. En effet, la famille des élémentis avaient entendu parler de cette histoire de braquage. Dans cette affaire, ils avaient vu que les domaes avaient créer des bons partisans pour les rejoindre, notamment le fait que des domaes aient tués les parents des deux demoiselles, peu de chance qu’elles portent ses personnes dans leurs cœurs. Mais ils avaient partiellement tort, en effet la plus grande, Shizuka et femme de Setsuna Aoki, famille Aoki connue à l’époque pour être d’une aide précieuse envers les élémentis financièrement, n’avait aucune rancœur envers les domaes, elle ne voyait que quelques qui avaient quitté le droit chemin et qui malheureusement appartenaient aux domaes. De plus, Setsuna voulait qu’elle reste en dehors de tout cela.

Cependant, la seconde sœur Frea, n’avait pas la même vision. Sa vision était plus sombre et moins gentille envers les domaes, qu’elle tenait responsable de ça. Sûrement l’erreur de la jeunesse, malgré son intelligence, il semblait qu’elle n’ait pas obtenu la sagesse de sa grande sœur. Elle avait un léger coup de vengeance dans la bouche. Ce goût était à la fois sucré et amer, un drôle de mélange, il faut bien le dire. Elle accepta donc pour sa part l’invitation de l’as. Elle n’en parla pas à sa sœur, malgré le lien fort avec elle et les nombreux moments qu’elles partagent ensemble, elle n’en voyait pas l’intérêt réellement, préférant profiter de son indépendance pour régler les quelques comptes qu’elle avait contre cette famille. De plus, son objectif de départ pouvait aussi partir par-là, laisser sa trace dans l’histoire et modeler la ville comme elle souhaitait. C’était son objectif de l’époque.

La jeune Nordique faisait maintenant partie des éléments à l’âge de 15 ans. Un âge plutôt compliqué, il faut dire, l’adolescence et tout ce qui s’en suit. Elle n’était toujours pas sociale, plutôt discrète, elle venait et allait comme le vent que ça soit à l’école ou en ville. Elle possédait cependant quelques amis qu’elle voyait de temps à autre pour se changer les esprits, mais ce n’était pas une chose primordiale dans son esprit et son petit cœur. Par contre, elle continuait de voir régulièrement sa sœur pour sortir faire les magasins, manger avec elle, prendre du bon temps quand elle n’était pas avec Setsuna et leur super manoir. Frea avait quand même un peu de jalousie qu’elle soit autant avec Setsuna et plus trop avec elle. Autant elle s’en fichait un peu du manoir et du luxe ... Bien que ce fût agréable, il faut le dire.

Au niveau du clan élémentis, ça se passait bien. Elle n’a pas exécuté de mission immédiatement, en effet, la demoiselle ne savait pas spécialement combattre, elle était intelligente pas combattante, ce qui change beaucoup de chose. On la donc entraîne à combattre les domaes. Malheureusement, le combat au corps à corps n’était vraiment pas son fort et comme elle ne possédait pas le secret faut bien se défendre … La solution était le combat à distance. Frea était une magicienne de la distance, au sens ou à l’arc, elle touchait presque toutes les cibles, que la demoiselle soit statique ou en mouvement. Et y avait une explication, la demoiselle avait une bonne vue, mais surtout, son cerveau arrivait à compenser le vent, à prendre en compte la distance mais aussi la hauteur. Combiné à une pratique sporitve du tir à l'arc depuis son enfance, c'était donc son domaine de prédilection. Son intelligence faisait d’elle une merveilleuse tireuse. Ce qui compensait bien évidemment son manque d’utilité une fois au corps à corps à cette époque-là.

Il fallut quand même 2 ans d’entraînement intensif pour en faire une tireuse viable sur le terrain quand même. Car oui, tirer sur une cible, c’est bien, mais tirer sur une autre personne domae ou non, c’est un peu plus compliqué. Une cible de bouge pas de façon aléatoire et surtout, elle ne cherche pas à esquiver et rendre les coups. Mais au bout de 2 ans, la demoiselle avait acquis une très bonne base pour le terrain. C’est aussi à ce moment-là, qu’on lui confia aussi le secret de la famille. Qu’on lui confia son propre élément. Comme si le destin avait été aligné depuis le début, que ce prénom en appelait à son élément, c’est la glace qu’elle obtenue comme élément. D’ailleurs, depuis ce jour, les mains de la demoiselle sont devenues froides quotidiennement, prouvant quel étaient son élément. Celui de la glace.

Un élément qui lui allait parfaitement bien, froid, doux, calme… Mais qui peut cacher une tempête si jamais il est extrême. Frea commença aussi les missions, simple mission d’infiltration à repérage, la demoiselle excellait pas mal dans ses deux types de missions, ayant un peu plus de mal avec les missions d’assassinats au début, car les personnes avaient tendance à se défendre comme les tirs n’étaient pas toujours parfait sur le terrain, mais au bout de quelques années, tous cela s’améliora nettement, laissant une demoiselle dans la vingtaine créer une première partie de sa légende, en effet, elle a eu le droit à son petit surnom au milieu des élémentis « Frea, le vent du nord », le vent du nord renvoyait au vent glacial nordique, bien connu, qui collait parfaitement à la demoiselle et ses origines nordiques.

« Le vent du nord » avait beau être talentueuse, cela ne l’a pas empêché de faire deux grosses erreurs qui lui a valu un autre surnom dans sa famille mais aussi auprès du gouvernement.


Titre 4 : Frea, l’Exilée.
-
Plus on est haut, plus grande sera la chute. Cet adage connu représente bien ce qui s’est passé avec la vie de Frea, si la demoiselle avait réussi à se creuser une petite place dans le monde souterrain de Quederla, la guerre. Se faire un nom qui restera gravé sûrement pour l’éternité, ce n’est pas en tant qu’Héroïne du clan qu’elle sera retenue, mais en tant que traîtresse. Le nom qui restera sera « Frea, l’exilée ». Comment peut-on passer d’une grande reconnaissance à un nom aussi pitoyable en ayant autant d’intelligence et de talent pour l’arc ? C’est bien simple. La catastrophe d’une vie et la perte de la dernière personne qui tient à cœur. Ce fut le cas avec la mort de Shizuka.

Si la demoiselle avant le drame était au top, elle ne l’est pas restée aussi longtemps qu’elle le pensait. En effet, un terrible coup dans le dos se préparait pour elle. La famille Aoki était accusée d’avoir trahi la famille à tort, en ayant aidé les do Maes financièrement. Cette rumeur avait été lancée par les do Maes, à l’encontre de la famille Aoki pour déstabiliser les éléments, malheureusement… Cela fit mouche. La jeune Frea n’aurait jamais pensé que tout irait aussi que cela l’a été. Bien qu’elle s’en soit aperçue trop tard, les parents du jeune Setsuna, mais aussi son manoir avait été brûlé par les éléments. Quand elle a compris la mission punitive qui avait été menée, la demoiselle a tenté de rejoindre la famille, mais l’aurait été déjà finie. Elle avait assisté au terrible spectacle de la mort de sa sœur, devant un Setsuna effondré devant le manoir en feu, leurs filles dans ses bras. Les gens autour essayaient de maîtriser le feu, mais rien à faire. L’ensemble de la maison brûlait.

L’odeur de cramée, mais aussi la chaleur sur la peau, tout avait été gravée dans la mémoire de la demoiselle. Un nouveau déclique eut lieu dans son esprit, ainsi qu’un craquage psychologique, la jeune femme était totalement brisée, elle avait perdue l’ensemble de sa famille. Tuez par la guerre interne de la ville. Mais en plus de ça, elle se rendait compte d’une autre chose terrible, elle était devenue comme ce qu’elle voulait éliminer, méchante, le mal incarnée. Elle avait tuée d’innombrable personne sûrement innocente parfois des gens qui avaient une famille. Comme les domaes qui avaient tués ses parents, maintenant les élémentis avaient tués sa sœur … Et elle-même avait tué sûrement des gens qui avaient des proches, une famille. Son hurlement cette nuit avait durée aussi longtemps que possible à s’en casser la voix et attendant que son corps se vident de ses larmes.

Bien sûr, elle n’allait pas laisser passer ça. Après quelques recherches légales et illégales au QG, elle avait eu le nom des personnes ayant participé à la mission punitive. Qu’elle genre de personne aurait-elle été en laissant ça passer. La justice… Même si elle avait failli pendant des années, elle allait l’appliquer. Elle connaissait un peu les hommes qui s’en était chargé. Deux élémentis de feu. Qui traînait souvent près des bars, ça tombe plutôt bien. Frea se prépara quelques jours en les suivants, voir un peu leurs routines. Le mieux pour elle était de les prendre un par un. Deux élémentis de feu pour un de glace était bien trop dur à gérer. Le premier semblait faire la tournée des bars jusqu’à plus soif. L’autre travaillait de nuit. Le premier était une cible facile, le deuxième un peu plus compliqué malheureusement.

C’est 5 jours après la mission punitive qu’elle passa à l’action. Tapis dans l’ombre de la nuit, sur les toits de Quederla, Frea attendait la proie la plus simple qui ne devrait pas tarder d’après la petite route qu’il avait. La nuit était bien froide, condition parfaite, un vent léger, mais pas élever. La demoiselle avec son arc et une flèche prête à être décoché. Voyant l’homme arriver … La demoiselle se prépara en visant, elle décale légèrement pour le vent et après quelques secondes, elle tire. Un tir chirurgical qui touche la cible en pleine tête, s’écroulant au sol sans rien dire. Même pas un hurlement. Frea se retourne sur le toit partant pour intercepter la deuxième cible.  
La deuxième cible allait être moins facile, il n’était pas bourré et était plutôt expérimenté. La demoiselle allait avoir du mal à le tuer si facilement d’après elle, mais elle ne se doutait pas à quel point. Alors qu’elle était en position, l’homme sort de son travail marchant dans la rue tranquillement. Même scénario, elle prépare la flèche et la décoche, mais alors que la demoiselle y croyait, un mur de flamme vient annihiler sa flèche, puis une boule de feu sort soudainement du mur vers la direction de Frea, qui n’hésite pas à sauter du toit pour l’esquiver tombant au sol dans une douleur certaine. Etrangement, il semblait au courant de ce qui allait se passer. Mais la guerrière nordique ne se laissa pas abattre, se relevant en préparant le terrain. Prenant nouvelle flèche. Du côté de son adversaire, des colonnes de feu s’élevèrent dans le ciel, lui aussi semblait prêt à en découdre, il ne semblait pas avoir apprécié l’agression de la demoiselle.

La nordique devait répondre à cela rapidement, elle tire deux nouveaux projectiles rapidement qui sont encore bloqué par le feu, puis court dans une ruelle pour regrimper sur les toits de nouveau, ou elle aurait plus de vue et une grande liberté de mouvement. Frea vient tirer des nouvelles salves pour tenter de le blesser, mais l'homme bloquait tous avec le feu facilement. Le combat allait être dur, la preuve était qu'il dure bien une bonne trentaine de minute et une explosion retentir à cause du choc thermique à un moment. Cela devenait de plus en plus à cause de la chaleur qui se rependait à cause du feu, l'élément de la demoiselle avait de moins en moins d'impact et d'efficacité . La fin du combat se termina dans une ruelle qui était une partie en flamme et l'autre partie avec quelques de la glace, ils étaient tous les deux blessés, mais finalement, c'est l'homme qui rendit l'âme en premier grâce à un habile stratagème de la demoiselle qui resta difficilement debout quand l'armée arriva sur place pour constater les dégâts les morts et surtout … Mettre aux arrêts la seule et unique autrice des dommages mais aussi des meurtres. La demoiselle ne lutta même pas se laissant mettre à terre de force et embarquer, le fait d'avoir dû se concentrer pour faire autant de flèche l'avait épuisée. On la jeta dans une cellule sécurisé ou on ne pouvait même pas apercevoir le moindre rayon de lumière.

Frea aurait pu facilement sortir d'ici, il faisait froid, les barreau semblait fragile. Elle aurait pu les fragiliser encore plus et les détruire, mais elle en avait plus la force, la demoiselle avait accompli ce qu'elle avait à faire et devait payer elle-même pour ses crimes maintenant, elle avait pris conscience des erreurs qu'elle avait faite en se laissant entraîner dans cette guerre. Sûrement qu'elle aurait dû réfléchir plus que ça avant de s'engager. La demoiselle attendit quelques jours, puis on lui annonça qu'elle serait jugé demain pour l'ensemble des crimes. Simple et rapide. Mais bien sûr … Ca ne s'est pas passé aussi facilement. Durant la nuit avant l'audience, des élémentis étaient venu dans la prison. En les voyant arrivé, la demoiselle pensait que c'était pour l'exécuter, mais en fait … C'était des simples amis des Aoki qui avait découvert l'histoire. Ils pensaient que ce qu'avait la sœur de la défunte était juste, car finalement, il ne pensait pas qu'ils étaient coupable de traîtrise. Mais le soucis, c'est qu'on ne pouvait pas le prouver, le gouvernement la condamnera à mort ça ne fait aucun doute, mais si elle revient, les élémentis aussi voudrait ça peau en apprenant ce qu'elle avait fait. Autant mourir du gouvernement qu'elle déclara. Malheureusement ou heureusement, le petit groupe proposa une autre solution … L'exile. La demoiselle hésite mais finalement on ne lui laissa pas le choix. Il ne voulait pas prendre le risque qu'elle parle avant son exécution ou qu'elle soit exécuté par les élémentis sur une injustice. Elle fut sorti de force et emmené à la sortie de la ville, ou le petit groupe déclara son Exile pour son bien, bien qu'il n'y avait rien d'officiel dans tous cela. De toute façon, si elle restait elle aura ce qu'elle veut la mort. La demoiselle n'avait pas vraiment le choix et pouvait toujours tenté de vivre ailleurs. Elle se tourne donc vers le nouvel horizon et se mit à marcher en silence sur le sentier sans s'arrêter.


Titre 5 : L'ultime réminiscence.

La vie est une chose qui peut être dure parfois. Ce n’est qu’un fil qui tient à peine en place qui peut être coupé si rapidement et avec de bien des façons. Mais dans la majorité des cas, on remarquera que ceux qui méritent de vivre ont tendance à mourir bien vite et ceux qui mériteraient d’y rester continue à survivre. C’était le cas Frea et celui de ma sœur, elle qui était si douce et gentille était mort d’une façon terrible alors qu’elle ne le méritait certainement pas. Frea qui elle avait vécu en s’écartant de son objectif, en commettant les choses qu’elle condamnait, continuait à vivre dans ce monde si cruel et hostile. La demoiselle avait été exilée sous le jugement des personnes qui l’avait sauvée de la peine de mort, à tort pour elle. Il pensait que c’était la solution la plus pratique et logique comme elle était en danger vis-à-vis du gouvernement, mais aussi de la famille des élémentis qui avaient posé une mission d’assassinat sur elle. La jeune demoiselle âgée d’à peine 22 ans à cette époque n’était pas resté près de la ville et avait avancé toutes droit sur l’île ou se situait à la ville de Quederla, essayant de survivre comme elle pouvait, en buvant dans des lacs ou source d’eau « potable » puis en mangeant ce qu’elle trouvait sur sa route.

Mais ce n’était pas vraiment une vie et cela se compliquait de jour en jour. Se nourrir était compliqué sans rien pour chasser réellement, et les bais n’était pas assez nutritifs pour se contenter de ça. Coupler à cela à une grande fatigue. La demoiselle n’arrivait plus à dormir, pour plusieurs raisons. Frea avait l’impression de devenir folle et voir les fantômes des différentes personnes qu’elle avait tuée sûrement à tort en y repensant, mais aussi celui de sa sœur et ses parents qui la jugeaient sévèrement. Bien sûr, tout cela était le fruit de son esprit tourmenté et brisé par les évènements récents et ceux dont elle avait pris conscience. Mais c’était difficile de vivre ou dormir avec ce poids-là sur les épaules. L’ex élémentis, essayait de penser autre chose en dormant dans des grottes, à la belle étoile ou des endroits pouvant l’abriter pendant les pluies ou tempêtes.

Cependant, ce n’était pas une vie, ne pas dormir et très peu manger emmena forcément des conséquences, la première fut la plus terrible, les hallucinations et tourments de la demoiselle s’accentuer de jour en jour, devenant de plus en plus récurrent, Frea voyait de plus en plus de gens à qui elle avait pu causer du tort, sans jamais avoir su si c’était juste ou simplement s’il le méritait. La seconde conséquence fut l’épuisement total de l’ancienne guerrière élémentis. Frea avait de plus en plus du mal à avancer sans fléchir ou tomber, puis finalement totalement s’écrouler sur la route qu’elle suivait, sans intention de rejoindre un lieu quelconque. Une mort misérable l’attendait et douloureuse. Enfin, si ça avait été une personne gentille comme sa sœur, souvenez-vous de cette règle, les déchets et méchant ne meurt jamais. La vie est bien plus cruelle avec eux.

Et elle confirmait bien la règle, car la demoiselle se réveille quelques jours après ça dans un lit avec une couette. Elle eut du mal à bouger dès le premier jour du réveil totalement épuisé par cette épreuve. C’était une famille de paysans, un vieil homme et sa femme qui avait trouvé la demoiselle inerte au sol sur la route, en revenant d’une ville. Ils avaient remmené cette dernière et l’avaient soignée des quelques blessures qui lui restaient contre les élémentis et avait pris soin d’elle le temps qu’elle se réveille. Roi et Lyssandra, c’était le prénom de l’homme et sa femme, des personnes très gentilles qui vivait loin de la ville principale de la zone. Une ville différente de Quederla apparemment. Ils n’aimaient pas vraiment le côté urbain des villes, préférant la fraicheur et le calme de la campagne, ils avaient d’ailleurs des hectares de champs autour d’une petite maison sans prétention mais très accueillante et chaleureuse. D’ailleurs, c’est l’odeur du pain qui était dominant ici, une odeur très agréable à vrai dire.

Frea mit quelques jours à se remettre sa sous-alimentation et la fatigue, qui continuait tous de même, bien que ça allait un peu mieux, les apparitions des fantômes de son désormais passé, ne cessait pas pour autant. La demoiselle se disait qu’il faudrait peut-être du temps. Si la demoiselle avait pu repartir se perdre sur les routes, le petit couple lui aurait proposé de rester le temps de trouver un peu ses esprits et son chemin, car il n’était pas difficile de comprendre que Frea était une vagabonde perdue. Surtout en voyant qu’elle n’avait aucune affaire avec elle. D’ailleurs, Lyssandra qui avait eu deux enfants, une fille et un garçon décédé à la suite d’un accident lui avait prêtée les affaires de sa fille. Qui n’était pas aussi classieux que les tenues qu’elle pouvait avoir à Quederla, mais qui lui convenait, du moment qu’elle pouvait se sentir un peu plus propre.

La demoiselle avait donc décidé de rester là avec le fermier et sa femme, regardant ce dernier travailler la journée. Puis après quelques temps, elle propose de les aider pour les remercier de la générosité dont il faisait preuve et c’est comme ça qu’elle se mit à travailler dans les champs de céréales de Roy. Un métier qui peut paraître peut noble et très dur et c’était le cas, les premières journées étaient vraiment compliquées et fatigantes, c’était beaucoup de travail. L’homme lui montra comment faucher avec une faux les céréales, puis sa femme lui montra comment préparer les farines et le pain. Si elle était à l’aise pour faucher, ses premières préparations de farine et de pain n’était pas vraiment top.

La nouvelle vie de la demoiselle était bien moins agréable en théorie, mais au fil des mois, elle voyait en Roy et Lyssandra de nouveau parent, mais aussi un certain équilibre de vie … Bien mieux que de déambuler sur des routes. Mais malgré cette stabilisation de vie, il semblait que les apparitions « fantômatiques » de la demoiselle continuait de plus en plus, arrivant même la journée pendant qu’elle travaillait dans les champs, la perturbant énormément.


Titre 6 : Rhaast, le mal incarné.


Les mois passaient et la demoiselle commençait à prendre la main dans les champs, mais aussi pour préparer les farines ainsi que les pains, que le veille homme allait vendre le week-end dans la grande ville. En réalité, on ne s’en rendait pas compte, mais c’était un métier vraiment intéressant, apprendre à faire les pains avec différentes conditions, les viennoiseries, mais aussi différentes choses avec les fibres de certaines céréales comme des chapeaux. C’était vraiment impressionnant ce que l’on pouvait faire avec quelques éléments. Frea était vraiment contente de sa nouvelle vie et pensait la garder pour toujours loin de la ville maudite qu’était Quederla. Bien qu’elle continuât quelques passions comme le tir à l’arc dans la grange avec des blocs de paille. Ça permettait de la détendre et surtout lui vider un peu l’esprit.

Car bien qu’elle fût contente de ce qu’elle faisait actuellement, on n’échappe pas à son passé si facilement, les apparitions étaient devenues pratiquement normal, lui donnant mal à la tête et quelques crises d’angoisse par moment dans son lit et les champs. Elle avait l’impression de devenir totalement folle, mais ne voulait pas le croire, pensant que la magie était responsable de tout cela, que c’était un mauvais tour de son élément pour avoir trahis les élémentis par exemple. Cela empirait de jour en jour d’ailleurs, à tel point que cette histoire prit des proportions étranges, la demoiselle commençait à entendre une voix, une voix qui l’insistait à faire des choses mal, très mal. Au départ, c’était rare, pensant même que c’était lié à la fatigue du fait de mal dormir, mais plus le temps passait, plus elle s’accentuait la poussant à brûler les champs du paysan, tuer le paysan ou encore leur voler leur or. Si la demoiselle refusait de le faire, elle avait de plus en plus peur de ce qui lui arrivait, surtout que ça se provoquait pendant ses séances de tir à l’arc, elle avait peur d’en venir à le faire s’en sans rendre compte.

Elle n’en parla non plus de peur qu’on la prenne pour une folle et qu’on la dégage. Elle a donc décidé de subir ça en silence, une supplique qui s’enracinait en elle et empirait avec le temps, devenant de plus en plus récurrent, cela se produisait souvent qu’elle avait l’arc à la main et qu’elle pouvait commettre des choses horribles comme le meurtre, le sabotage ou de grande violence. Elle en déduit à tort et surtout pour se rassurer que la voix vînt de l’arc, qu’il était forcément possédé. Elle refusait catégoriquement de croire qu’elle était totalement folle, pourtant tout coïncidait, les pseudos hallucinations, cette voix qu’elle pensait entendre de l’arc. Mais comme pour les hallucinations, le temps n’arrangeait vraiment rien, elle se faisait vraiment de plus en plus forte et présente, alors que la demoiselle se renfermait sur elle par peur de faire des bêtises, les crises d’angoisses ne cessait d’augmenter à tel point que parfois, elle ne pouvait pas sortir travailler restant dans son lit dans un état vraiment déplorable.

Pour se rassurer de cette présence qui l’habitait depuis quelques années pour elle, elle le prénomma Rhaast, qui était le nom de la créature mythologique des histoires que lui racontait ses parents petits. Un monstre dévoreur d’homme. Elle trouvait que ça lui collait bien vu ce qu’il n’arrêtait pas de lui suggérer.


Titre 7 : Ragnarök, la fin de la nouvelle vie .


Les années passèrent avec son taux de souffrance à la suite des problèmes psychologiques de la demoiselle, mais essayait d’en faire le plus possible abstraction bien que ce fût difficile. Elle continua d’aider les fermiers avec leurs champs devenant une véritable experte du pain. Un aliment qui pouvait accompagner pleins de choses dans les repas. Elle apprit même que c’était un pays nommé France qui était expert dans le pain. Frea se demandait ce qu’on pouvait bien y trouver là-bas comme genre de pain vu toutes les combinaisons possibles.

Elle avait maintenant 30 ans, cela faisait des années que la demoiselle vivait aussi. S’était fait à son nouveau train de vie. Qui n’était plus si compliqué que ça à force de pratiquer. La boue des champs, le dur labeur et le plaisir de sentir et goûter un pain durement préparé étaient devenus la routine. Mais en cette nouvelle année, les choses avaient changé, des brigands faisaient le tour des paysans de la région pour leur taxer une certaine quantité d’or en échange, il laissait ses derniers tranquilles. Si au début, c’était gérable, l’or demandé ne cessai d’augmenter chaque mois.

Bien sûr, ce qui devait arriver arriva, la somme que la famille de paysan devait payer par mois était trop haute et impossible de la payer, sinon il ne restait plus de quoi acheter en quantité suffisante le peu d’ingrédient manquant pour faire du pain. Mais les brigands n’en avaient rien à faire. Une journée plutôt froide, Frea revenait de la ville ou elle avait dû faire quelques courses pour de la levure mais aussi quelques ingrédients pour des pains particulier comme ceux aux raisins secs. Mais en revenant, la demoiselle découvrit les chevaux. Il était très tard, pratiquement la nuit. La fumée de la cheminée de la maison et cette odeur de pain était toujours présente mais un mauvais sentiment parcourut la demoiselle qui se dépêche de rentrer vers la maison ou elle découvrit le corps de la Lyssandra sans vie égorgée et dans le salon le vieil homme amoché mais toujours vivants en sang.

Quand les bandits virent la demoiselle entrer, ils essayèrent de se jeter sur elle pour l’attraper, si elle se laissait faire, elle resterait sûrement en vie, transformer en esclave pour eux, mais ce n’était pas dans les projets de la demoiselle qui était devenue froide et assez repliée avec le temps et ses petites démences, son regard était redevenu sombre et bien agressif comme cette fameuse soirée il y a 8 ans ou elle vengé sa sœur. Frea était de nouveau en colère en ayant vu ce qu’ils avaient fait aux fermiers. Allant rapidement à la grange pour récupérer l’arc, quand elle reprend l’arc en main la voix revient bien plus forte qu’il y a quelques années, la demoiselle avait su résister pendant quelques années à la tentation, mais le coup de colère de ce soir allait pousser la femme à passer enfin à l’acte, d’ailleurs, elle se souviendra toujours de cette phrase que cette voix cruelle lâcha en prenant l’arc, comme si la détermination et la colère de Frea ne lui échappait pas, une phrase qui voulait tous dire :

[Rhaast] – Ce soir on chasse !

La demoiselle prit les quelques flèches qu’elle avait pour s’entrainer et se prépara entendant les bruits de pas deux personnes, quand la première passe la porte de la grange, elle tira sur cette dernière lui décochant une flèche en pleine tête alors que la deuxième se recule directement en voyant ça, appelant les autres à l’aide. Elle sortit de la grange par l’autre porte n’ayant plus l’effet de surprise, courant vers les champs pour essayer de prendre une nouvelle position, mais fatiguée de sa journée, les brisants finirent par la rattraper, ils étaient encore 4 contre une pauvre demoiselle. La voix dans la tête continua à pousser la demoiselle en hurlant des choses comme « C’est l’heure du massacre ! ». Cette voix ne pouvait pas si bien dire, car la haine de la demoiselle était revenue en revoyant le corps de la si gentille femme qui l’avait recueilli et son mari. A tel point, qu’elle décida d’utiliser son élément à sa pleine capacité, malgré le froid … Risqué pour elle aussi. Mais elle n’avait pas le choix, le combat dura un long moment mais elle finit par en sortir vainqueur massacrant les brigands en étant blessé pas mal … ayant aussi gelée des champs à cause de son élément, perdant une partie de la récolte.

En essayant de rentrer bien tant que mal … Elle croise de nouveau le corps Lyssandra et le mari qui était sur le canapé mal en point. Alors que Frea essaya de le soigner, malheureusement, le vieil homme ne passa pas la nuit, cédant à ses blessures. La demoiselle qui n’avait pas ressenti ce goût amer depuis hurla si fort toute la nuit son chagrin et sa colère … Pourquoi la vie était elle aussi cruelle avec elle ? Qu’avait elle fait de mal cette fois pour que destin s’acharne contre elle.

Titre 8 : Frea, la première ghost.


Suite à ce terrible évènement, Frea n’a jamais su s’en remettre réellement, c’était la catastrophe de trop dans sa vie, le dernier fragment de son faible esprit avait été totalement brisé. Elle avait enterré le couple de paysans à côté des champs qu’ils aimaient tant. Elle avait aussi essayé de reprendre cette ferme comme elle le pouvait, seule à essayer de récolter et faire du pain, le vendre en ville le week-end. La voix de l’arc était la seule chose qu’elle entendait à tel point qu’elle a finit par céder à plusieurs choses, notamment le fait que Rhaast poussait Frea à voler en ville pour survivre, car elle seule, elle n’arrivait pas à rentabiliser se grand champ et le fait de devoir le gérer. Elle vola de la nourriture, quelques marchandises. Elle n’en était pas forcément fière, mais elle préférait suivre cette voix qui lui donnait l’impression de ne pas être folle, bien que les fantômes de son passé était revenu en force.

Elle a essayé de tenir pendant une année, mais c’était trop dur, elle n’en pouvait plus. Elle était revenue au point d’origine, celui de vouloir mourir d’être libéré de ses souffrances. Mais le suicide était impossible pour elle, surtout pour ses croyances en tant que guerrière, le suicide était un acte impardonnable et elle ne voulait pas finir comme ça, elle voulait être jugé pour tout ce qu’elle avait fait. Elle prit une ultime décision, retournée à Quederla se faire juger après presque 10 ans. En partant elle prit le temps de brûler les champs et la maison des paysans, pour être sûr que personne n’en profite. En réalité, c’est Rhaast qui l’avait poussé à faire cela, même si ce n’était pas pour les mêmes raisons elle le fit, écoutant la voix qui la soutenait encore un peu dans ce monde. Qui lui permettait d’avancer même si c’était mal, très mal.

Elle se mit en route vers Quederla ensuite pour se rendre. Il lui fallut quelques jours pour enfin arriver aux portes où il y avait des gardes et des douaniers pour contrôler. Elle ne chercha pas à compliquer et se présenta à une douanière qui répondait au nom de Korra. Ce fut très rapide, la douanière frappa sans retenue Frea pour la mettre hors état de nuire, alors qu’elle ne représentait aucun danger voulant juste se rendre. Elle fut de suite mise en prison sans aucun regret de sa part, encore plus surveillé qu’il y a 10 ans pour éviter qu’elle ne se réchappe encore une fois. Pas besoin de nouvelle instance au tribunal, ça mort était déjà programmé au vu de fuite, ce qu’elle accepte pleinement. Les apparitions étaient là à la fixer … Frea était soulagée de savoir que c’était la dernière nuit qu’elle les verrait, qu’elle pourra enfin se reposer en paix.

Enfin, c’est ce qu’elle croyait. Car si sa mort avait été réellement prononcé le lendemain, en réalité, elle avait été transportée dans un endroit inconnu pour commencer par être étudié comprendre un peu les élémentis et comment cela fonctionnait, mais aussi rencontrer le maire pour une proposition qui à l’époque était totalement folle, celle de se racheter une vie et d’être soignée. En effet, le maire proposa à la demoiselle de faire partie d’une nouvelle unité qu’il voulait créer, une unité d’élite composé de membre de famille. Elle serait la première, un sujet test voir si c’était possible.

La demoiselle fut la première ghost. Elle fut aussi suivie par un grand psychiatre pour ses quelques problèmes. Mais pour le moment, cela ne portait pas vraiment ses fruits sur la voix ou les hallucinations, cependant son nouveau masque de ghost lui permet de supporter ses actions, en se faisant passer pour Rhaast et non elle-même, elle écoute la voix sous son masque de ghost et à l'impression de ne pas commettre elle-même les brutalités. Mais elle continue encore actuellement à suivre les séances. Elle vit aussi dans la forêt la ville pour rester discrète ou elle s'est fait un petit champs pour continuer l’activité qu’elle a appris à faire prendre ses dernières années. Vivant par ses moyens en cultivant ses propres légumes, animaux et céréales afin de se faire discrète en ville.



Et en vrai ?

{Quelque chose à dire ?}
PRÉNOM/SURNOM : ~
ÂGE :  21 ans
COMMENT ÊTES-VOUS ARRIVÉ ICI : Baba m'a kidnappé :'(
UN COMMENTAIRE ? UNE IDÉE ? : Bouh
LE CODE DU RÈGLEMENT : Ok by Kira


Dernière édition par Frea Andersen le Mar 1 Mai - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Théodora Fleming

Théodora FlemingMessages : 2953
Date d'inscription : 15/08/2012


Frea, le vent du nord ~ [Terminée] Empty
MessageSujet: Re: Frea, le vent du nord ~ [Terminée]   Frea, le vent du nord ~ [Terminée] EmptyMar 1 Mai - 16:43

A une lettre près, tu aurais pu être la sœur de Léo What a Face J'te souhaite re-bienvenue mais comme t'es une Elementis, j'te laisse entre les griffes de Bael o/


Je m'exprime en sienna
Frea, le vent du nord ~ [Terminée] 48712_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Frea, le vent du nord ~ [Terminée] Empty
MessageSujet: Re: Frea, le vent du nord ~ [Terminée]   Frea, le vent du nord ~ [Terminée] EmptyMar 1 Mai - 16:46

AHAHA lit le pavé BABA SOUFFRE !

C'est pas faux pour léo xD
Revenir en haut Aller en bas
Gwendolyn Ravenflaw

Gwendolyn RavenflawMessages : 765
Date d'inscription : 12/02/2016


Frea, le vent du nord ~ [Terminée] Empty
MessageSujet: Re: Frea, le vent du nord ~ [Terminée]   Frea, le vent du nord ~ [Terminée] EmptyMar 1 Mai - 18:30

Les petites erreurs ont été corrigées et je n'ai rien vu de dérangeant dans la présentation, donc je peux te valider sans aucun soucis. Tu connais le chemin donc je te laisse gérer tout ça ^^

Bienvenue de nouveau parmi nous Wink


Frea, le vent du nord ~ [Terminée] Cesh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Frea, le vent du nord ~ [Terminée] Empty
MessageSujet: Re: Frea, le vent du nord ~ [Terminée]   Frea, le vent du nord ~ [Terminée] EmptyMer 2 Mai - 20:31

ouuuuuuuh, t'es flippante
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Frea, le vent du nord ~ [Terminée] Empty
MessageSujet: Re: Frea, le vent du nord ~ [Terminée]   Frea, le vent du nord ~ [Terminée] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Frea, le vent du nord ~ [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Anciennes présentations-
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser