Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Rencontre princière [ft. Arias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar

Alice von RiessfeldMessages : 70
Date d'inscription : 11/04/2018


MessageSujet: Rencontre princière [ft. Arias]   Mer 16 Mai - 16:59

Surprise !



C’était le grand jour... Je m’étais levée à sept heures pour vérifier toutes mes affaires. Je fermais ma valise et emballais mes armes, dans Quederla on pouvait se balader sans trop de problèmes avec des armes mais dans le reste du monde c’était compliqué... Je me changeais pour mettre une robe rouge qui m’allait aux genoux. Je gardais quand même un couteau à la cuisse, caché par ma robe. Je passais mon sabre à mon dos, prenais ma valise et sortais. Aujourd’hui je partais en voyage ! J’avais dû marchander avec le Roi pour avoir un « congé ». J’avais aussi profité de ce départ pour démissionner à mon poste de professeure d’anglais. J’aimais ce métier mais il ne me permettait pas d’assumer mes responsabilités de Valet complètement. J’avais décidé de devenir romancière en plus de mes cours d’arts martiaux que je pourrais donner beaucoup plus souvent. Je devais d’abord passer en Angleterre pour mettre fin à ma relation avec mes parents. La dernière fois j’avais fugué en ne prévenant personne mais maintenant si j’y allait c’était pour leur dire qu’ils étaient maintenant mes ennemis. Et si ils essayaient de m’attaquer, je vengerai le village de Daisen. Une déclaration de guerre en soit. Mais ma vraie destination était la Suède. Arias y était parti sans même que je le sache et c’était Lyana qui me l’avait appris. J’avais mis quelques jours à me décider mais comme je devait aller en Angleterre, j’avais une justification. Et puis, je voulais voir Arias, je m’en étais rendue compte maintenant, mais je m’étais habituée à sa présence depuis que j’étais a Quederla... Et maintenant il me manquait. J’arrivais en avance au port et passait avec quelques difficultés la douane. Je montais sur le bateau et me perdait dans mes pensées à la vue que j’avais maintenant de Quederla, j’avais des amis, des ennemis, une meilleure amie, un chez moi. Une vie presque normale si on faisait abstraction des combats. Et c’était grâce aux Elementis, qui m’avaient recueillie que j’avais pu avoir une vie comme ça. Je jurais de revenir le plus vite possible.

Les deux jours et demi de bateau jusqu’en Angleterre passèrent vite, trop vite. J’adorais aller en mer et contempler les vagues. Et je ne voulais pas voir mes parents, j’aurais souhaité ne jamais arriver en Angleterre, mais ça aurait signifié ne jamais arriver en Suède. Au moins, j’avais rentabilisé mon temps en écrivant le scénario de mon premier roman. C’était un roman d’amour. Mais j’avais du mal à l’écrire, à imaginer les sentiments des personnages. C’était la première fois que je ressentais quelque chose comme ça et je n’arrivais pas à mettre des mots dessus. Je prenais ensuite le train et finisssait par arriver devant la demeure familiale le troisième jour. Je poussais la grille et rentrais. Rien n’avait changé, comme figé dans le temps. Un sentiment étrange m’envahit, entre la tristesse et la colère. J’entrais dans le grand bâtiment blanc et croisait une domestique qui me salua avant de courir à l’étage, sûrement pour annoncer mon arrivée. Je déballais mon sabre et lâchait ma valise. J’avais beau les détester, c’était mes parents. C’était eux qui m’avaient appris le maniement des armes et je devait reconnaître leur talent. Je montais les longs escaliers et attendait devant la porte. L’attente se fit longue mais finalement, quelques minutes plus tard, j’entendis la voix de mon père. La domestique ressorti quelques minutes plus tard en panique et me dit d’entrer. Je m’exécutais, ils m’attendaient assis sur des fauteuils. Je les saluait :

- Bonjour... Ça faisait longtemps.

Ils firent un sourire et me regardèrent droit dans les yeux. Mon père prit la parole :

- Oui effectivement... Ça fait bien plusieurs années. Comment te porte-tu ?

Je serrais les poings, je détestais leur façon de faire semblant de s’inquiéter. Il fallait que je me calme, je ne voulais pas provoquer un feu ici. Aussi, je leur sourit et leur dit tout en regardant mon père dans les yeux :

- Vous vous en doutez je suppose... Je suis revenue pour une raison. Je ne me répéterais pas. Je ne veut plus rien avoir à faire avec vous. Et sachez que si vous esquissez ne serait-ce qu’une intention de m’attaquer, je serais sans pitié. Je suis aussi venue vous prévenir que si à l’époque j’avait peur de vous et que j’ai pris la fuite, ce n’est plus le cas.

Je me retournait, je n’avait pas envie d’être ici, je n’appartenais pas à cet endroit. Je sortais en prenant la poignée de porte et m’arrêtais :

- Ah ! Et aussi... Si vous vous approchez de Quederla, vous serez morts avant même d’avoir pu y poser le pied. C’est tout.

Je partais sur ces paroles et anticipant une attaque mettais le feu à la porte. Je me brûlais les doigts au passage mais je m’en moquais. Avec ça j’étais normalement tranquille pour un bon moment. Je rangeais mon sabre et reprenais ma valise puis je soufflais pour me calmer et souriais.

- Bon ! Maintenant direction la Suède !

Je retournais en train au port le plus proche et reprenais le bateau, cette fois en direction de la Suède. C’était un plus grand bateau. Le chemin passa plus lentement cette fois-ci. J’étais habituée aux vagues et au paysage. Et puis j’attendais avec impatience mon arrivée en Suède, c’était l’un des rares pays d’Europe que je n’avais jamais visité. J’arrivais à la nuit du cinquième jour dans la capitale. Je soupirais. J’étais enfin a destination... J’hésitais entre aller voir Arias en pleine nuit maintenant en suivant mes envies ou à attendre le lendemain comme mon bon sens me l’indiquait. Je suivais mes envies, ce voyage je le faisais juste parce que j’en avais envie, donc le bon sens pouvait aller à la poubelle jusqu’à ce que je rentre. Je sortais le sceau de la famille Riessfeld qui pourrait me servir si il était au palais et le rangeais dans une poche de mon manteau. Je me dirigeais vers le palais et arrivait après une quinzaine de minutes. Le grand bâtiment était impressionnant. Alors c’était ça le Palais Royal de Stockholm ? Impressionnée par la taille de cette bâtisse, je n’étais plus si sûre de moi. Mais j’étais venue ici, ce n’était pas pour abandonner !  Je rentrais par l’entrée en saluant les gardes. Ils n’avaient tellement pas l’habitude d’un tel comportement que le temps qu’ils réalisent qu’ils ne me connaissaient pas, j’étais déjà en plein milieu de l’allée pour rentrer. Deux se retournèrent et me dévisagèrent. Je les observait à mon tour un sourire au lèvres.

- Enchantée ! Je suis Alice von Riessfeld !

Ils ne réagirent pas.

- Hm... Vous ne connaissez pas ? Bon tant pis... Est-ce que Arias Vele se trouve ici ?

Ils hochèrent la tête en me répondant en suédois. Je m’excusais et leur parlait en anglais lentement. Je cru qu’ils avaient compris... Malheureusement ce n’était pas le cas, ils abaissèrent leurs lances vers moi. Je détestais la tournure que prenais les choses... J’avais le choix entre me laisser capturer, les battre, et m’enfuir. Dans tous les cas, là possibilité de voir Arias me paraissait s’éloigner. Je tendais les mains vers eux en signe de paix et posait mon sabre à terre. Si ils me capturaient, je serais conduite à l’intérieur. Je reculais doucement mais trébuchait sur un pavé. Je me retrouvais sur le dos avec deux gardes pointant leurs lances sur mon visage. Ils m’attrapèrent durement ainsi que mon sabre et me conduisirent à l’intérieur. J’avais raison, ils m’amenèrent à leur supérieur. Un grand gaillard en armure avec une grande cicatrice au visage. Je le saluais dans ma langue natale. Il répondis poliment. Lui comprenais l’anglais, ça allait être plus facile... Je lui expliquais que j’étais juste venue voir Arias. Son visage resta de marbre et il ordonna aux soldats quelque chose. Ils m’emmenèrent devant une cellule et me jetèrent à l’intérieur sans rien dire. À partir de là, le temps sembla d’abord très long puis très court avant de me reparaître interminable. Au début j’étais en colère de l’accueil qu’on faisait aux gens en Suède puis je fus en colère contre moi-même de m’être laissée emprisonner. Finalement, au bout de je ne sais combien de temps, des bruits de pas résonnèrent dans le long couloir. C’était sûrement le grand garde qui leur avait ordonné d’entrer ici. Puis plusieurs bruits de pas se firent entendre. Je restais assise dans mon coin jusqu’à ce que je vois la personne qui s’était arrêtée devant moi, c’était Arias... J’eus un temps de pause avant de lui dire :

- Bonjour ! C’est moi, Alice ! Tu te rappelle de moi ? Parce que je n’en avais pas l’impression quand tu es parti !

La boulette... C’était sorti automatiquement, mais ça avait le mérite d’être sincère au moins. Je n’aimais pas le fait que tous aient été au courant sauf moi... Je savais que j’étais maladroite mais je ne pensais pas l’être assez au point de rater toutes les fois où il avait pu le dire. Et le temps que j’avais passé dans cette cellule avait usé toute ma patience. Je baissais les yeux.

- Excuse-moi... c’est... j’étais juste jalouse... J’agis vraiment comme une gamine...



ft. Arias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 332
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   Jeu 17 Mai - 17:50



Sauvé par les Ténèbres  


Depuis mon arrivée en Suède, tout est allé très vite. J’ai débarqué avec Zoé et ensemble nous avons marcher en ville pour se loger. Elle me montra toutes les injustices que le peuple subissait, je n’ai pas trouvé l’appétit ce soir là, je ne pouvais d’ailleurs pas tout en sachant que dehors des gens mourraient de faim. J’avais pitié d’eux et surtout, je les comprenais, je suis moi aussi passé par là et jamais je n’aurais souhaité ça à quiconque. Le lendemain, je fût guidé par Zoé jusqu’au palais où on me pris en charge. J’ai vu passer ce jour là pas mal de tête qui me dévisageaient, certains semblait avoir des étoiles dans les yeux, d’autres affichaient du scepticisme. Personne ne daigna m’adresser la parole, jusqu’à ce qu’on me présente à un vieil homme portant une couronne, pas difficile de comprendre son rang. Je m’agenouilla et me présenta quand le Roi me demanda qui j’étais et pourquoi j’étais là. Je lui répondis, dans un suédois encore bancale car je n’avais pas pratiquer depuis longtemps, que je me nommais Arias Vele et que je cherchais ma place dans ce monde et plus particulièrement ici, en Suède. Le Roi sembla se tourner vers un homme encapuchonné au fond de la salle qui acquiesça de la tête. De là, eh bien on m’annonça que mon arrivée était une heureuse nouvelle pour le pays.

Quelques jours plus tard, je fût annoncer comme le Prince hérité de Suède et que je prendrais ma fonction de roi quand j’aurais assimiler  leçons d'aristocratie, de combat traditionnel et de culture sur mon pays d’origine. Mon suédois était encore un peu vieux, donc j’ai demander à Zoé si elle voulait bien être ma traductrice et mon guide dans ce pays qui est le mien. En plus de Zoé, on m’avais attribuer ne garde royale. Je comprenais mieux cette action quand Zoé m’appris ce que j’avais oublié, ma famille, celui qui était responsable de nombreux maux sur ce magnifique pays.
Ainsi j’étais le fils du Roi de Suède, mais un tyran assassina toute ma famille et me recueillit pour faire de moi un tueur, ce qu’il réussit à faire. Et il semblait que quand je l’ai tué, une rébellion éclata  et je m’enfuis à Quederla. J’étais donc le futur Roi d’un pays que j’ai abandonné, mais ils ne semblaient pas m’en tenir rigueur…

En à peine une semaine, j’avais déjà reçu des cours d’escrimes, de noblesse, de diplomatie, de culture et de langue. Mes journées étaient chargées et mes seuls moments de répit étaient mes sorties en ville avec Zoé. J’en ai appris beaucoup sur la nourriture traditionnel, la culture et les problèmes liés au peuple. Zoé avait très mal pris cette nouvelle, que je sois le futur roi de Suède, elle-même avait perdu sa famille à case de la famine. Elle avait accepter avec de me servir de guide, mais elle avait était froide à mon égard au début, elle m’assimilait sûrement aux autres gens de la noblesse. A chaque fois son regard se posait sur moi quand on étaient face à un problème du peuple, il exprimait toujours cette même question : « Que compte-tu faire pour nous ? ».

Enfin, cette semaine était éprouvante et je décidais donc d’aller me coucher, quand soudainement on toqua à ma porte. J'enfilais ma tenue, celle des prince de ce pays d’un bleu marine profond qui se confondais avec le noir. Je mettais à ma ceinture l’épée familiale que mon père détenait avant sa mort et suivais le garde royal, suivis de près par mes propres gardes. Zoé m’avait rejoint quand elle a sût que je bougeais et j’aurais sûrement besoin d’elle. J’arrivais dans les cellules de prison sos le château et quelle ne fût pas ma surprise de voir Alice !

- Bonjour ! C’est moi, Alice ! Tu te rappelle de moi ? Parce que je n’en avais pas l’impression qand tu est parti !

Aïe… Il est vrai que je suis partis sans la prévenir, les seuls qui étaient a courant était le Roi et Lyana. Je n’ai rien préciser à mon ex patronne. Je me sentais mal et elle a dû le percevoir puisqu’elle s’excusa tout de suite après, mais… Je trouvais ça extrêmement mignon le fait qu’elle soit jalouse. Je me retournais vers le garde pour m’adresser à lui en suédois, lui expliquant qu’elle était mon amie et qu’elle n’avait rien à faire dans cette cellule. Le garde ouvrit la porte et s’en alla à ses occupation. Je ne pût cacher ma joie de la voir et de l’enlacer, elle était la première personne qui prenait la peine de venir me voir et... Je dois avoué que sa présence me rendais heureux. Je la relâcha et affichait un timide sourire, li demandant ce qui l'amenait ici.

- Je suis désolé d’être partis ainsi, tout est passer très vite. Me pardonnera-tu de ce comportement ?

Je m’adressais ensuite à Zoé et mes gardes pour leur dire que je n’aurait pas besoin de traductrice ou de surveillance avec cette compagnie là. Ensemble, nous sortîmes de cette prison pour se balader dans le château, ce qui devrait rassurer ma garde personnelle qui avait refusée de me laisser seul, mais a moins restaient-ils à distance.



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alice von RiessfeldMessages : 70
Date d'inscription : 11/04/2018


MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   Jeu 17 Mai - 19:12

Surprise !



Arias sembla mal à l’aise et je m’excusais. Il dit quelque chose au garde en suédois et le garde ouvrit la porte. Je sortais et sautais dans les bras d’Arias. Jamais je ne l’avouerai, mais je m’en rendais compte maintenant. Il m’avait manqué. Je reculais et le regardais, il souriait légèrement, ça me faisait plaisir. Il me demanda la raison de ma présence et s’excusa :

- Je suis désolé d’être partis ainsi, tout est passer très vite. Me pardonnera-tu de ce comportement ?

Je fit semblant d’être pensive et au bout d’une vingtaine de secondes je dis :

- Tu es pardonné ! Quant à la raison de ma venue ici...

Je levais les yeux et réfléchissais, je ne pouvais pas lui dire la vérité... J’aurais dû penser à un alibi avant de venir... L’excuse d’un voyage au hasard était impossible. Je ne pouvais pas tomber par hasard dans le pays où il était et surtout me faire emprisonner dans le château par hasard. Je me creusais la tête et finit par dire :

- Je devais me rendre en Angleterre pour rendre visite à ma famille. Et puis, j’ai entendu dire qu’un homme masqué plutôt charmant était ici...

Je réfléchis à ce que je venais de dire. J’eus un temps de pause. Mais qu’est-ce que j’avais dit ?!!! Il se tourna et s’adressa à la garde royale et à une jeune femme. Quand il se tourna de nouveau vers moi, je m’empourprai et détournai les yeux. J’espérais qu’il n’avait pas trop écouté ce que je disais. Nous sortîmes de cet endroit pour nous balader dans le château. Je lui donnais des nouvelles de Lyana et demandais :

- Et toi ? Qu’est ce que tu as fait depuis ton arrivée ? Tu vas bien ? Tu aimes la Suède ? Qui es cette jeune femme, ta fiancée ? Ça fait longtemps que tu es arrivé ? Tu aimes la Suède ?

J’avais peut-être posé beaucoup de questions à la fois. Je le regardais en grimaçant.

- Pardon, je pose beaucoup de question en même temps.



ft. Arias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 332
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   Lun 21 Mai - 20:22



Rencontre princière  


Alice fît semblant de réfléchir et je dos avouer que j’ai un peu eu peur que sa réponse soit négative. Elle avait abordée la raison de sa présence ici, en Suède, dans le palais royal, et je ne pût me retenir de rougir. Cette réponse m’étais chaleureuse et gênante à la fois, on ne m’avais que rarement dit qe j’étais… « charmant ». Et puis je suis partis qu’avec un masque que j’ai peu mis d’ailleurs. Donc mon surnom d’homme masqué en ce pays n’était pas le plus approprié. Enfin, le plus important c’était la présence d’Alice à mes côtés et même si je ne le dirais pas à haute voix, ça me faisait plus que plaisir de la voir.

Le palais est un endroit somptueux et je ne me lasse jamais de m’y balader, mais les jardins offrent un spectacle tout aussi beaux que l’argent et l’or du palais. Je pense faire un petit détour dehors, il y a un labyrinthe de haie, cela nous occupera un peu le temps de discuter. Je crois que Zoé à perturbé Alice, vu sa précipitation dans son interprétation, je fût un peu abasourdis par tant de questions mais j’essayerais d’y répondre à toutes.

- Eh bien j’espère que tu a fait bon voyage. Et quant à moi… Je suis le prince hérité de Suède, je serait sacré Roi quand j’aurais finis ma formation à la noblesse et sur la culture de mon pays. Ce pays est magnifique, si tu reste un peu, j’aimerais te le faire visiter comme on me l’a fait visiter. Tu reste longtemps ? Et non je suis arrivé il y a une semaine environ.

Je marquais une pause, il y avait beaucoup de questions, dont une que je voulais absolument éclaircir pour ne pas qu’elle s’imagine plus de choses.

- Tu parle sûrement de Zoé ? Je l’ai sauvée lors de mon voyage pour venir en Suède. Il s’est avéré qu’elle était suédoise et il me fallait un guide, donc je l’ai naturellement choisis, mais ne t’en fait pas, ce n’est pas ma fiancée.

Je rigolais un peu avant de comprendre que je venais de dévoilé d’une subtilité extrême l’attachement que j’avais pour Alice. Plus je la regardais et plus je me disais qu’elle avait des cheveux magnifiques qui allaient parfaitement avec ses ravissant yeux bleu. Sans m’en rendre réellement compte, je dévisageais avec une certaines tendresse cette jeune femme qui avait fait n détour pour moi.



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alice von RiessfeldMessages : 70
Date d'inscription : 11/04/2018


MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   Lun 21 Mai - 23:25

Surprise !



Il commença à répondre :

- Eh bien j’espère que tu a fait bon voyage. Et quant à moi… Je suis le prince hérité de Suède, je serait sacré Roi quand j’aurais finis ma formation à la noblesse et sur la culture de mon pays. Ce pays est magnifique, si tu reste un peu, j’aimerais te le faire visiter comme on me l’a fait visiter. Tu reste longtemps ? Et non je suis arrivé il y a une semaine environ.

Rester un peu... C’était une bonne idée... J’allais rester un peu alors. Surtout si il me la faisait visiter. Il posa alors une question qui me fit de nouveau réfléchir alors que j’aurais dû y penser avant de venir. Après avoir pensé à ma réponse pendant un certain temps, je comprenais de nouveau que ça allait être difficile de mentir.

- J’ai jusqu’à mi-Avril. Après je devrais revenir pour assumer mes responsabilités de Valet. Le Roi a été généreux en m’offrant un congé si long.

Après avoir écouté ma réponse, il dit :

- Tu parle sûrement de Zoé ? Je l’ai sauvée lors de mon voyage pour venir en Suède. Il s’est avéré qu’elle était suédoise et il me fallait un guide, donc je l’ai naturellement choisis, mais ne t’en fait pas, ce n’est pas ma fiancée.

Zoé ? Il la connaissait bien... C’était sûr... Puis il éclaircit la situation. J’étais soulagée. Il y eut un temps de pause. Mais pourquoi j’étais soulagée ?! Je fit une grimace qui n’était pas très discrète et remarquais qu’il m’observait. Ne sachant pas quoi faire, je lui souriait. Nous marchions dans les jardins et le silence s’installa. J’eus le temps de réfléchir. J’y avais déjà pensé, mais cela me paraissait... Bizarre... Pourtant, c’étais ce que j’avais lu dans tous les livres de romance... Je l’avais déjà constaté avant. Je montrais facilement mes émotions, mon cœur s’emballait. J’avais lu ces « symptomes ». Je doutais qu’il ressente la même chose et je savais que cela resterais sûrement à sens unique. Mais pourtant, un sentiment me poussait à vouloir quand même lui avouer. Finalement, après avoir marché cinq minutes dans le labyrinthe de haies, je me mettais face à lui et dit :

- Arias, j’ai une chose à te dire.

Mais une fois devant lui, je perdais tout élan. J’eus l’impression d’être devant une montagne et qu’il fallait la gravir sans aucun équipement. La tâche paraissait impossible. Je rougis et baissais la tête.

- Je... Je t’aime.

Il y eut un silence qui me parût très long.



ft. Arias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 332
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   Mar 22 Mai - 15:24



Rencontre princière  


C’est vrai, elle occupe un poste que j’occupais il y a quelques années. J’espère qu’elle fera un bien meilleur Valet que moi. Notre Roi, dans sa bonté lui offre un long congés, c’est vrai que mi-Avril est une date encore éloignée. Alors je profiterais du temps qu’Alice passe ici, je me sens bien à ses côtés. Nous marchâmes quelques minutes, j’étais complètement absorber par sa beauté que je n’avais même pas relever sa grimace. Puis les jardins d’étendirent devant nous, éclairé par la seule lumière de la Lune. Je ne savais plus trop quoi dire, ma gorge était nouée et aucun mots ne voulaient en sortir. Je gardais le silence qui finit par s’installer entre nous. Pourquoi n’arrivais-je toujours pas à parler librement avec elle ? Pourquoi je me suis longtemps cacher derrière mon masque face à elle ? Etait-ce par peur… ? Peur de la voir me fuir, comme les autres ? Sûrement, je n’en savais pas plus que maintenant, mais ce que je sais, c’est ce que je ressentais a fond de moi. Comme si sa flamme avait rallumée la mienne, elle m’éclairait quand je ne voyais plus ou j’en étais.

J’ai encore peur de ce sentiment, peur de m’ouvrir pour finalement laisser les portes de mon coeur ouverte à un vide. Cependant… Je ne veux pas vivre dans le remord et je ferais tout pour que… Pour que l’amour que je lui porte ne s’éteigne jamais.

On entra dans le labyrinthe, l’explorant pendant quelques minutes. Je cherchais au fond de moi les mots à lui donner pour exprimer au mieux mon amour quand soudain, elle s’arrêta face à moi. Elle voulait me dire quelque chose, mais aucunes paroles ne sortie de sa bouche dans un premier temps. Elle baisait la tête et mon coeur commença à s’emballer. Elle prononça ces douces paroles qui me firent sourire doucement et surtout rougir. Un silence s’installa entre nos le temps que je m’avance d’un pas vers elle. Je voulais l’enlacer dans mes bras, parcourir son doux visage de mes mains, de l’embrasser fougueusement, mais… Zoé m’a prévenue quand je lui ai serré la main, il semblerait que je fatigue les personnes que je touche, comme si je les vidaient de leur énergie. J’approchais ma main de son visage, sans toutefois la toucher et m’exprimait avec toute la tendresse et la tristesse du monde.

- Alice… Tu a conquis mon coeur et embrassé mon amour du tien. Je t’aime et je tient à toi, mais il faut que tu sache que…

Je reculais ma main de per de la touchée par inadvertance.

- Quand j’ai un contact physique, peau contre peau avec une personne, je… Je la fatigue, je la vide d’énergie…

Je  baissais le regard alors que mon visage s’était rapproché à hauteur d’un baisé de la femme que j’aime tant. Est-ce par cupidité et avarice que je lui volais ce baisé tout en versant une légère larme ? Ou bien je voulais qu’elle comprenne ce que je voulais dire, qu’elle ressente tout mon amour et le fardeau que je portais. Cette sensation… Mes lèvres contre les siennes, si voluptueuse… J’aimerais que cet instant ne s’arrête pas, mais je me retirais doucement, de peur de la fatiguer et de la faire fuir.

- Je t’aime, Alice...




(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alice von RiessfeldMessages : 70
Date d'inscription : 11/04/2018


MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   Mar 22 Mai - 17:20

Surprise !



Après avoir ma déclaration, je me sentis mal. Une envie de choisir l’option « fuite » m’effleura l’esprit.

- Alice… Tu a conquis mon coeur et embrassé mon amour du tien. Je t’aime et je tient à toi, mais il faut que tu sache que…

Quand j’entendis ces mots, je levais la tête. Je m’empourprai et ne savait pas quoi faire. Il avait approché sa main de mon visage et avancé d’un pas. Je levais les yeux pour poser mon regard sur le sien. Je m’avançais légèrement. Puis je remarquais son expression, il semblait heureux mais aussi triste. C’était sûrement par rapport à ce qu’il allait me dire. Il recula sa main.

- - Quand j’ai un contact physique, peau contre peau avec une personne, je… Je la fatigue, je la vide d’énergie…

C’était donc ça. Je l’observait, il pensait réellement que ça me faisait quelque chose, que ça changerait quelque chose dans mon comportement ? Mais l’intention me touchait, qu’il ait voulu me prévenir. C’était une des personnes les plus gentilles que je connaissait. Il baissa les yeux et je m’avançais. Nos lèvres se touchèrent. Je fermais les yeux. Un sentiment étrange m’envahit. J’avais enfin trouvé une autre raison de vivre que de servir le clan aveuglément en effectuant le plus de missions possibles. C’était ça, je l’aimais. Puis une autre sensation vint occuper mes pensées. Il n’avait pas menti, je me sentais fatiguée. Il recula et me dit à voix basse.

- - Je t’aime, Alice...

Mon cœur s’emballa. Je lui souriais. Après quelques secondes comme ça, je pris une grande inspiration et dit très fort.

- Idiot ! Tu pense vraiment que ça va m’empêcher de t’aimer ?

Ne lui laissant pas le temps de réagir je le prenais dans mes bras et chuchotais :

- Moi aussi et ça peu importe que tu me fatigues ou pas.

Je restais dans cette position un long moment. Je sentais la fatigue, mais j’avais envie de rester comme ça. Finalement, après une bonne minute, je remarquais que j’avais commencé à m’appuyer sur lui et je le lâchais en faisant un sourire.

- Tu vois ? Ça ne me fait rien du tout !



ft. Arias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 332
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   Mar 22 Mai - 18:25



Rencontre princière  


Alors que je m’étais avancé vers elle, Alice fit de même et j’avais peur de la perdre à cause de cette… Malédiction. Malgré tout, nos lèvres se touchèrent et la passion s’occupa du reste. Je ne ressentais que du bonheur en cet instant et ce n’est qu’après que je remarquais qu’elle me souriait, comme si mon pouvoir ne la gênait aucunement. Quelques secondes plus tard elle me criait que je n’était qu’un idiot de penser que cela entraverais son amour. Je ne pus m’empêcher de sourire de bonheur quand elle me traita d’idiot, car cela prouvait que son amour passait au-dessus de ça. Elle me prit dans ses bras et prit mon coeur dans ce même instant. Je nageais en plein bonheur et je la serrais à mon tour tendrement et avec amour. Nous restâmes ainsi pendant un long moment, nos coeurs battant à l’unisson.

Elle m’exprimait son amour, peu importait mes défaut et cette barrière qui, comme elle me le disait, ne lui faisait rien du tout. Je souriais à son amour et son audace, mais je voyais bien qu’après cet instant euphorique elle s’appuyait sur moi, la fatigue opérant sr son coeur. Elle me lâcha un instant et je la retenue par les hanches, mes mains ne causant aucune fatigue sur les habits.

- Tu a raison, j’ai été idiot de douter, d’avoir peur. Avec moi tu peut te laisser aller, te reposer sur mes épaules.

Je me baissais légèrement pour prendre ses jambes avec un de mes bras, l’autres derrière son dos. Elle était ma princesse et je la portait comme telle. Je lui souris tout en marchant vers la sortie du labyrinthe que je commençais à connaître. Je la regardais amoureusement sous les regards un peu déboussolé des gardes. Nous fûmes rejoins par l’intendant du palais et je lui demandais poliment en suédois si on pouvait attribuer la chambre avoisinant la mienne pour ma bien-aimée. Ce à quoi l’intendant acquiesça.

- Tu logera ici, à mes côtés, pour le restant de ton séjour. Je… J’ai demandé la chambre juste à côté de la mienne.

Elle sembla d’accord avec mon initiative et cela me réconforta. Je l’amena dans sa chambres toujours portée par mes soins. Je la déposais sur le lit et la regarda longuement, amoureusement, j’aurais aimé passer la nuit avec elle, mais je ne savais pas si elle le voulait. Je l’embrassais tendrement et rejoignit ma chambre après lui avoir souhaité une bonne nuit et un « je t’aime » que je n’avais plus a retenir.

Avant de rejoindre mon lit, je me fixait dans le miroir, enlevant mes vêtements. Cette tâche noir avait recouvert tout mon bras, là où se trouvait mon ancienne marque d’elementis. Je soupirais en me demandant si elle continuerait de se développer au cours du temps. Je mis ne tenue de nuit et me cochait dans mon lit. Pourtant je ne trouvais pas le sommeil, je repensais à Alice qui était portant dans la pièce juste à côté. Je l’aime et je ne cesser de lever les yeux en l’air, vers le mur où juste derrière se trouvait celle que j’aime.



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alice von RiessfeldMessages : 70
Date d'inscription : 11/04/2018


MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   Mar 22 Mai - 22:24

Surprise !



Il avait sûrement remarqué que j’avais un peu exagéré ma déclaration en disant que ça ne me faisait rien car il me retenu en posant ses mains sur mes hanches.

- Tu a raison, j’ai été idiot de douter, d’avoir peur. Avec moi tu peut te laisser aller, te reposer sur mes épaules.

J’étais contente qu’il ait compris. Soudain, il se baissa et me prit dans ses bras comme on prenait une princesse dans les contes. C’était ça, ce voyage était comme un conte de fées pour moi. Malgré tout je poussais un petit cri de surprise quand il me souleva. Je n’avais pas l’habitude du tout d’être soutenue par quelqu’un et cela me paraissait étrange. Alors quand les gardes nous virent, je ne savais plus ou regarder. J’observais Arias. Il me regardait tendrement. Je lui répondis par un sourire. Je pensais que j’allais garder ce sourire pendant au moins trois jours. Il continua d’avancer et quelqu’un qui semblait plutôt important apparut. Arias discuta avec lui et après un court échange, il me dit :

- -Tu logera ici, à mes côtés, pour le restant de ton séjour. Je… J’ai demandé la chambre juste à côté de la mienne.

Au moins la question du logement était réglée. Mais... Je n’osais pas lui dire que j’aurais préféré dormir avec lui. Je ne savais pas s’il en avait envie et je ne voulais pas précipiter les choses. Il me porta jusque dans mon lit et resta assis. J’avais envie de l’attirer avec moi et de passer la nuit ensemble mais il se retourna et sortit de la chambre. Au moment où je me décidais à agir. Je me laissais cinq minutes pour repenser à tout ce qui s’était passé. Ensuite je changeais de vêtements pour un t-shirt et un mini-short et me cachais sous les draps. Après trente minutes à avoir essayé de me calmer et à me retourner dans mon lit, je me levais. Après avoir fait les cent pas devant la porte, je sortais et marchais jusqu’à la porte d’à côté. Je m’arrêtais devant et hésitais encore. Finalement, j’entrouvrais la porte.

- Arias ? Est-ce que tu dors ?

Il ne dormais pas. J’entrais et disait :

- Je n’arrive pas à dormir... J’aurais besoin que tu me fatigues.

Je riais légèrement en prononçant la deuxième phrase. Après avoir discuté pendant longtemps, nous finirent par nous coucher dans le grand lit. Bizarrement, le fait d’avoir discuté m’avait un peu « apaisée » et je m’endormais vite.

La première chose qui me poussa à me réveiller fut le chant des oiseaux. Après m’être frotté les yeux, je regardais devant moi. Je ne connaissais pas cette pièce... Je tournais la tête. Je vis alors Arias qui dormais à côté de moi. Tout me revint. Les gestes, les paroles échangés, et surtout le baiser. Je chassais cette image de mes pensées et observais l’homme qui se trouvait à mes côtés avec tendresse. Il semblait dormir à poings fermés. Sûrement épuisé par la nuit qui était passée. Je lui caressais les cheveux, je le trouvais assez mignon quand il dormait. Il semblait insouciant. Après m’être bien réveillée, je remarquais que les draps dévoilaient son torse nu. Au début, je détournais les yeux puis, au bout de quelques minutes je finissais par le fixer, il m’était difficile de détourner les yeux. Je posais délicatement ma main sur le haut de son poitrail et descendait doucement.

- Alors c’est ça un corps d’homme...

Je me repris, ce n’était pas raisonnable ! En levant les yeux, je remarquais quelque chose qui m’intrigua beaucoup. Son bras était noir. Sa marque était d’un noir pur et profond. Curieuse, je me penchais pour l’observer. Je pris appui sur mon bien-aimé sans faire attention et quand je reculais après avoir examiné sa marque, il était réveillé. Je poussais un petit cri de surprise et me retournais. À ce moment précis, j’étais sûrement plus rouge que jamais.

- B... Bonjour ! Tu as bien dormi ?!



ft. Arias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 332
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   Mer 23 Mai - 11:35



Rencontre princière  


Cela faisait une bonne demie-heure que je ne cessais de penser à Alice, juste derrière ces murs. J’avais envie de passer mes nuits à ses côtés, mais pour qui je serais passer a vouloir précipiter les choses ? Finalement, mes pensées furent interrompues par la douce voix de ma bien-aimée qui me demandait si je dormais. C’était avec un sourire non dissimulé que le lui répondit et que je rie à ses raisons de sa présence. Au moins mon pouvoir trouvait une utilité. Elle me rejoignit dans mon lit, mon coeur battait rapidement, mais au fil de nos discutions, je me calmais et m’étonnais même à trouver le sommeil. Un court instant dans la nuit je me réveillait en sursaut à cause d’un mauvais rêve, ce qui arrivait de temps en temps depuis ma sortie de l’hôpital. J’enlevais mon haut qui me donnait l’impression d’étouffer et je me rendormis aux côtés de celle que j’aime et qui avait l’aire si innocente dans son sommeil.

Je sentais comme une pression sur une partie de mon torse et quand j’ouvris les yeux je la vis, Alice penchée sur moi, examinant ma marque. Elle semblait tout autant intriguée que moi. Je ne dit rien, je l’observais tendrement et pouffa de rire quand elle cria quand elle comprit que j’étais réveiller. Elle est si mignonne quand elle rougie.

- Bonjour, oui j’ai bien dormis. En même temps, comment aurait-il pût en être autrement ? Et toi ? Elle t'intrigue, cette marque ? Moi aussi...

Quand elle répondit, je souris doucement avant de lui voler un baisé amoureux. Comme chaque jours j’avais un emplois du temps chargé, mais j’ai vu hier soir avec mon chambellan si mes après-midis pouvaient être libérée pour profiter de ma douce et tendre. Je l’invitais d’ailleurs à me suivre, si elle voulait se levée bien entendu, vers la salle de bain qui comprenait deux douches séparée.

- J’ai réussis à libérer mes après-midis pour toi, mais la matinée je devrais assister à mes cours et mes visites. Tu peut m’accompagner le matin ou rester tranquillement au palais. Je te laisse prendre une douche si tu le souhaite avant d’aller manger.

Une fois propre et habillé de ma tenue princière bleu marine que les nobles insistaient pour que je la porte, j’attendis Alice devant la salle de bain, tapotant de mes doigts le pommeau de mon épée. Cette même épée qui appartenue à mon père. Elle était faite d’un alliage de métaux qui la rendait plus dure que l’acier, sur le pommeau était gravé les armoiries royales et la devise de mon pays « För Sverige i tiden », toujours pour la Suède. Je réalisais par cette simple devise le rôle qui sera le mien dans quelques mois. Mes pensées furent chassé par l'apparition d’Alice et ensemble nous nous rendîmes dans la salle à mangé qui était énorme. Il suffisait de demander ce qu’on voulait pour le manger. Je n’aimais pas vraiment ce traitement de faveur alors que dehors des personnes pourraient de faim, mais en tant que prince mes droits étaient limités, j’aidais quand je le pouvais. En tout cas quand je serais Roi je changerais les choses.

- Si tu ne sait pas le dire, je peux traduire pour toi. Je sais quand même me débrouiller en suédois. Tu voudrais manger quoi ?

On était que tout les deux sur une longue table napée de blanc. Personne n’était là, sûrement étaient-ils déjà prêt, attendant dans le couloir principal pour me mener à mes cours de diplomatie, combat, politique et j’en passe.  



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rencontre princière [ft. Arias]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre princière [ft. Arias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2018-