Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Mar 22 Mai - 21:33

Exuld
Drakerz


「 Le Roi et l'Assassin 」

Mon absence avait été trop longue. Il était grand temps que je rende une visite à ma Famille en France. Si mon Père avait accepté que je cherche ma voie par moi-même, je restais tout de même un Drakerz, et l’héritier de la famille qui plus est. Je n’étais pas prêt à leur annoncer que j’allais avoir un bâtard. A vrai dire, j’espérais tenir ce sujet loin de l’influence de mon Père. Je n’osais pas imaginer quelles mesures il prendrait dans de telles conditions. J’avais donc pris un congé à l’écart de Quederla pour garder un œil sur ma Famille.

Mon séjour en France fut bref. Les Drakerz n’étant pas vraiment friands des accueils chaleureux, j’avais l’impression de ne les avoir quittés qu’hier. Contrairement à ce que j’imaginais, après tant de temps passé si loin de la demeure familiale, tout le monde me vouait encore le respect qui m’était dû. J’avais oublié ce que c’était de faire partie d’un tout, un endroit où l’on se sent à sa place, où personne ne pose de questions dérangeantes, où l’on ne peut craindre que soi-même. Je retrouvais avec un immense plaisir la discrétion et l’attitude respectueuse de chacun envers les autres. Les affaires allaient bon train, ma cousine Eliana Drakerz avait épousé le chevalier William Prism, nous assurant un soutien de cette grande lignée.

La confrontation avec mon Père fut courte. Il ne paraissait nullement étonné de me voir de retour et ne me demanda pas de compte rendu de ce que j’avais vécu. Je lui en étais reconnaissant. Je pense qu’il savait à quel point la jeunesse peut être source d’erreurs. Il constata avec satisfaction que ma condition physique était excellente. Durant les quelques jours qui suivirent, il me demanda d’exécuter certaines tâches, certaines compréhensibles et d’autres dont je ne comprends toujours pas l’intérêt. J’agissais selon ses désirs et sans un mot, comme à mon habitude. Acceptant sa requête, je combattis par exemple mon cousin Silan, réputé pour être un escrimeur hors-pair. Ce n’était qu’un duel d’entraînement banal, comme tant d’autres, mais il s’était arrangé pour que la plupart des membres de la famille y assistent. Je l’avais battu et je pense que c’était ce qu’attendait mon Père de moi. Peut-être cela avait-il pour but de rappeler à tout le monde qui allait diriger la famille. L’attitude des autres après cet évènement me paraissait pourtant inchangée. Je me refusais à utiliser ma télépathie pour connaître les pensées de mes pairs. Je n’osais d’ailleurs pas le faire sous les yeux de mon Père, même s’il ne pouvait de toute façon pas le savoir.

Lorsque mon séjour en France toucha à sa fin, les adieux furent aussi brefs que les retrouvailles. Je ne retournais pas immédiatement à Quederla, il y avait encore quelque chose que je voulais faire. Arias Vele, ancien Joker élémentis, s’était rendu en Suède. Cet homme m’intriguait : sans être chevalier, il semblait tout de même disposer d’un certain sens de l’honneur ou en tout cas de raison. D’après les rumeurs, il était prince de Suède. C’était donc peut-être le fruit de son éducation. Quoi qu’il en soit, il attisait ma curiosité et j’avais la ferme intention de le rencontrer à nouveau. Au sein des élémentis, nous ne nous étions jamais réellement rencontrés. Je m’y rendis donc sous l’identité d’Exuld et non de Raziel : à la cour de Suède, on ne permettrait pas à un homme masqué de parler au prince, quelles que soient ses intentions. J’espérais qu’en dehors de Quederla, en un lieu où la monarchie était encore respectée, on reconnaitrait le nom des Drakerz et on ne me poserait pas trop de problèmes pour accéder au prince. C’était en tout cas probable que quelqu’un se souviendrait de ma lignée, que ce soit en bien ou en mal. Le voyage jusqu’en Suède fut plus court que ce que je n’espérais. Le voyage à travers le pays pour atteindre la capitale fut bien plus pénible qu’escompté. La Suède paraissait au bord de la Guerre civile. Partout, il ne régnait que misère et famine. Arias Vele devait avoir hérité d’un lourd fardeau. Je voyageais d’abord en train, puis, ne pouvant supporter de rester enfermé à longueur de journées, j’achetais un cheval robuste qui me permis de finir le trajet à l’air libre. Plusieurs fois, je fus tenté de m’arrêter pour aider des gens qui me paraissait réellement sur le point de mourir. Après quelques kilomètres dans cette atmosphère de mort, je finis par ne plus y faire réellement attention. A un village, j’ai craint qu’on ne tente de me voler. Pour ces gens, mon accoutrement et ma monture devait me faire ressembler à un riche noble. Lorsque j’arrivais enfin à la capitale, mon cheval était épuisé et affamé. J’avais parcouru les dernières distances qui nous séparait de la cité au galop. Je parvins rapidement au palais de Stockholm. Celui-ci était plutôt imposant, et fortifié de surcroît. Arrivé devant l’entrée principale, qui semblait déserte excepté les quatre gardes royaux qui en gardaient le passage, je me penchait vers eux pour demander :

-Bonjour messieurs, pourriez-vous m’indiquer le chemin des écuries et prévenir le prince Arias de ma présence ? Annoncez le chevalier Exuld Drakerz.

Je me surpris à utiliser ce titre. En dehors de Quederla et dans un tel contexte, il était tout à fait normal de l’utiliser. Ceci était la cour du roi de Suède, autant s’y présenter selon l’étiquette. Il ne recevrait de toute façon pas n’importe qui. Je crains un instant qu’il ne comprennent pas l’anglais mais un des soldats finit par m’indiquer le chemin du doigt tandis qu’un autre s’éloignait à pas lents. Décidément, ils ne paraissaient pas vraiment à cheval sur l’étiquette. Trop de laxisme de la part du monarque ? Une mauvaise compréhension de mon titre ? Ou peut-être simplement une haine envers la noblesse. Il me fut facile de rejoindre les écuries où j’eus le plaisir de voir un garçon d’écurie prendre mon cheval en charge, visiblement impressionné par l’épée qui ceignait mon côté. Il faut dire qu’elle était plutôt imposante. Je l’avais voulue sobre mais Indora avait insisté pour y rajouter de quoi montrer à tous de quel qualité ce travail était. Rapidement, on vint m’escorter jusqu’à un salon. L’intérieur du palais était resplendissant. Je patientais quelques instants, admirant la vue sur la capitale. Enfin, l’homme que je voulais voire fit son apparition.

-Votre Altesse, je suis le chevalier Exuld Drakerz, pour vous servir.




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Arias VeleMessages : 348
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Mer 23 Mai - 11:53



Le Roi et l'Assassin 


Encore une journée à suivre des cours sur comment se comporter en présence de telle ou telle personnes, de l’art du maniement du verre à vin et autres futilités de la noblesse. Néanmoins, je dois passer par là vu mon nouveau statut et je dois dire que c’est une chose que je ne dois pas négliger, je représente un pays après tout, mon pays. Et maintenant, après ces quelques minutes de pauses, me voilà de nouveau face à un spécialiste, mais celui-ci donne un cors bien plus interessant. C’est un économiste français qui m’apprend les bases de l’économie et m’explique en détails le système économique de mon pays. J’en apprend plus grâce à lui et je commence à entrevoir les failles de notre systèmes et les solutions qui s’offrent à moi. A peine eu-je finis mon cours particulier qu’un garde m’apostropha en m’annonçant qu’un chevalier du nom de Drakerz demandait à me voir. De souvenir, c’était un ancien elementis et non n chevalier. Je me rendais donc perplexe dans le salon où l’on recevait nos invités.

Je n’ai pas de souvenirs précis de lui, en même temps je n’ai pas passer beaucoup de temps avec lui. En tant que Joker j’étais amené à le connaître, mais pas au point d’en faire un ami. Juste un frère avec qui on n’a pas de réel lien. Peut-être que cette fois-ci je pourrais en apprendre plus à son sujet et avoir un ami de plus. J’ouvrais la porte sur un homme qui me semblait mature et sûr de lui, même si je ressentais quelque chose. Comme s’il cherchait des réponses. Je m’avançais et fût accueilli par un « votre Altesse » que j’avais du mal a digéré. Pendant longtemps je ne fût personne et voilà que maintenant j’héritais de « votre Altesse ». Déroutant, mais je devais peut-être m’y habituer.  

- Vous pouvez m’appeler monsieur Vele, voir même Arias tout simplement. Je n’ai pas encore l’habitude des « votre Altesse ».

Je lui tendais la main avec un sourire amical et l’invita à s’asseoir en face de moi, dans n des nombreux fauteuils du salon.

- Il est bon de voir un frère dans une contrée si éloignée de Quederla. Que me vaut l’honneur de votre visite monsieur Drakerz ? J’ai crû comprendre que vous aviez quitter la famille, que faites vous maintenant ?



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Mer 23 Mai - 13:50

Exuld
Drakerz


「 Le Roi et l'Assassin 」

Le prince parut un instant dérouté de la façon dont je l’avais salué :

- Vous pouvez m’appeler monsieur Vele, voir même Arias tout simplement. Je n’ai pas encore l’habitude des « votre Altesse ».


-C’est pourtant ce que vous êtes désormais. Le trône vous plaît-il ?


Je connaissais déjà la réponse : de telles responsabilités sont un lourd fardeau à porter, non une bénédiction. Je me doutais bien qu’avec le climat économique et politique du pays, le prince devait avoir des journées bien remplies. Il me tendit sa main et je la serrais, surpris que lui-même ne respecte pas l’étiquette. Peut-être n’avait-il commencé à apprendre les différentes façons de se comporter que récemment avec son accession au pouvoir. Cela ne m’était pas désagréable, on perd bien trop souvent un temps précieux en paroles inutiles. Son temps devait d’ailleurs valoir de l’or. Il m’invita à s’asseoir en face de moi et je le fis, déposant mon épée au pied de celui-ci. C’était la rencontre la moins protocolaire que j’avais fait avec un noble depuis longtemps.

-Il est bon de voir un frère dans une contrée si éloignée de Quederla. Que me vaut l’honneur de votre visite monsieur Drakerz ? J’ai cru comprendre que vous aviez quitté la famille, que faites-vous maintenant ?

-Je suis honoré de votre estime envers moi et vous remercie du temps que vous daignez m’accorder. Je n’ignore pas quelles charges doivent vous occuper sans cesse. Ne vous encombrez pas de distinctions futiles, vous pouvez m'appeler Exuld. Comme vous le savez, j’ai quitté la famille élémentis depuis un temps déjà, non par propre choix, mais disons qu’on me l’a imposé. A présent, je... Je cherche ma voie dans ce vaste Monde. J’ai cru entendre dire que vous aviez trouvé la vôtre. Pour être franc, je viens vous demander conseil. J’espérais que vous m’expliquerez les choix que vous avez fait et la façon dont vous menez votre vie. J’ai moi-même eu de nombreux exemples à suivre, mais je ne sais toujours pas quel chemin emprunter.  

Ce n’est qu’à ce moment-là que m’apparut l’audace de ma demande. Je venais, ici, demander au prince de Suède en personne de me conseiller. Il avait certainement beaucoup d’autres choses à faire et peu de temps à consacrer à un chevalier errant dont le nom ne lui disait rien. Je devais certainement l’importuner… Et pourtant, j’attendais patiemment sa réponse.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Arias VeleMessages : 348
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Mer 23 Mai - 15:20



Le Roi et l'Assassin  


Si le trône me plaisait ? Cette question me paru bien surprenante même si je ne le montrais pas.

- Je ne peux pas dire qu’il me plaît car il amène son lot de problèmes, mais d’une part, oui il me plaît car il me permet d’agir pour mon pays. Je serais couronné Roi dans un peu moins d’un mois et ce jour là je réglerais tout les problèmes que mon pays et mon peuple endure.

J’écoutais avec attention les paroles du chevalier errant qui me faisait face. Tout d’abords il me remercia pour le temps que je lui consacrais et je ne voyait pas en quoi je méritait quelconques remerciements. Un chevalier demande à me voir, comment pis-je faire la sourde oreille aux personnes qui désirent me parler. Tendre l’oreille et écouter tout le monde m’a permis d’obtenir les opinion de chacun sur les divers problèmes de mon pays et de forger mon propre avis. En écoutant on en apprend beaucoup, que ce soit des problèmes ou des solutions.

Ensuite nous nous déchargeâmes des distinctions accessoires qui nous incombait pour parler plus librement. Il avait donc été contraint de quitter la famille, sûrement avait-il fait ne errer et avait eut moins de clémence de la par du Roi. Et maintenant il cherchait sa voie dans ce monde tout comme je cherchais la mienne. Je comprenais un peu son désarrois, trouver sa place est difficile quand rien ne nos pousse à faire les choses. Je veux la paix, voilà pour quoi je me bat, la paix. Il fat savoir por quoi on veut vivre et mourir.

- Je ne sais pas si je serais de bon conseil o encore si je suis un exemple à suivre, mais je vais vous répondre le plus clairement possible.

Je rigolais légèrement avant de prendre un ton plus sérieux.

- La famille royale de Suède, les Vele, fût trahit par un homme qui avait soif de conquête et de pouvoirs. Seul un enfant survécu et fût entrainer à tuer : moi. J’ai tué pour ce tyran et je l’ai tué avant de m’enfuir peu avant la révolution. J’avais huit ans. Et j’ai grandis à Quederla après deux ans d'errance, pas un couple d’Elementis. Ils sont mort dans les combats et je me suis jurer de défendre ma famille. Puis en grandissant j’ai compris une chose, la guerre ne nous rend pas meilleur. Je me bat pour la paix, je ne veux plus voir quiconque souffrir. Exuld, ma voie est de me battre pour la paix, que ce soit ici en Suède ou à Quederla où se trouve ma famille. Toi, en quoi croit-tu le plus ? Qu’elle raison te motiverais à te battre ? Choisis le chemin qui répond à tes convictions.

Je lui laissais le temps de réfléchir, d’assimiler ce que je venais de lui dire. Peut-être que je n’avais pas été assez clair ? En tout cas j’étais disposé à répondre à toutes ses questions.




(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Mer 23 Mai - 19:13

Exuld
Drakerz


「 Le Roi et l'Assassin 」

-Vous croyez en une paix ? J’y croyais avant également… Mais comment peut-il y avoir de paix quand la nature de l’homme est de se battre. La paix n’est qu’un temps d’accalmie pour se préparer à la guerre. Inversement, les guerres sont faites pour contraindre l’ennemi à accepter la paix. Tout ce que l’on obtient c’est faire la guerre pour avoir la paix et profiter de la paix pour préparer la guerre. C’est un éternel recommencement qui ne peut être brisé car il est la nature même de l’homme. Je pense que la seule solution est de se battre mieux que l’ennemi. Ainsi, on peut revenir plus rapidement dans un état de paix. Celui qui se bat le mieux est également celui qui souffre le moins de la guerre. J’espère être toujours assez puissant pour défendre ceux que j’aime… Mais est-ce que cela vaut la peine de vivre si nous ne défendons qu’une vie de conflits ? Il fut un temps où j’étais convaincu que le faible méritait la mort et que le fort méritait de survivre. Je parle bien entendu d’une force morale et non physique. Aujourd’hui encore, tout cela est confus. Le faible doit-il continuer à vivre s’il n’a pas eu le courage d’être fort, de se battre ? Je n’ai pas la réponse à cette question. Je me demande si vous-même êtes fort ou faible… N’y voyez rien de blessant mais je suis incapable de distinguer qui vous êtes. La plupart des gens sont transparents, si prévisibles… Mais vous, vous êtes indécryptable.

Il me ressemblait en quelque sorte : je ne laissais jamais transparaître la moindre émotion compromettante pour moi. Je parlais sans marquer de pause, suivant simplement le fil de mes pensées. Arias paraissait penseur également.



Dernière édition par Exuld Drakerz le Mer 23 Mai - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Arias VeleMessages : 348
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Mer 23 Mai - 19:47



Le Roi et l'Assassin


Exuld est un homme qui cherche sa voie, il semble bien se battre, mais son discourt sur la paix et la guerre montre qu’il est bien plus. Il remet en question ses anciennes pensées et c’est en cela qu’il évoluera en bien. Ce qu’il dit n’est pas sans fondement, mais je pense que la paix est quelque chose que l’homme peut atteindre. Nous avons certes une nature belliqueuse, mais a fond de nous, nous ne voulons que la paix. Les guerres sont faites par des gens qui on soif de pouvoir ou qui ne savent pas se mettre d’accord avec des mots. Je pense que ce chevalier errant n’a juste pas encore trouver la raison qui le pousserais à prendre les armes. Je songeais quelques instants à ses paroles, puis j'esquissais un sourire avant de répondre calmement.

- Eh bien, tes pensées sont tumultueuses. L’homme à une nature belliqueuse, mais nous cherchons tous la paix. Cependant, je n’ai pas la même vision que toi de la paix. Pour moi, c’est quand personne ne meurt ni ne souffre, quand tout le monde vie sa vie. La paix n’est pas ne période où l’on prépare la guerre. Ici, on ne s'entraîne pas pour préparer une guerre, mais pour défendre la paix. Alors oui, il faut être plus fort que l’ennemie, mais pas pour revenir et l’achever, mais pour lui montrer ce que la guerre prend. Il faut être fort pour préserver la paix et sauver des personnes. Ne pensez jamais que celui qui se bat le mieux est celui qui souffre le moins.

Je marquais une pause. Je pense être le mieux placé pour dire que les plus forts souffraient tout autant de la guerre et de ce qu'elle prend.

- Se battre pour la paix, ce n’est pas défendre une vie de conflits, mais une vie d’harmonie. Tout le monde mérite de vivre, le fort comme le faible. Se battre n’est pas l’apanage de tout les hommes et le fort est généralement le garant de la paix des plus faibles. Pour moi ce qui se battent sont les forts et les faibles qui on décider de défendre leur paix.

Je me penchait en avant pour me rapprocher de lui.

- Vous n’avez pas encore trouver la paix, que ce soit un bien, un lieu ou même une personne. Je pense que c’est pour cela que vous ne voyer pas votre voie, mais laissez moi vous dire que la voie de la chevalerie est la bonne pour vous. Quand vous aurez trouvez une cause à défendre, je pense que vous comprendrez mes paroles et à ce moment là, vous vous rendrez compte que vous prenez les armes non pas pour achever votre adversaire, mais pour défendre une paix. Oh et ne vous en faite pas par votre dernier commentaire.

Je regardais l’heure à l’horloge et voyait que midi approchait à grand pas. Je me levais avec un léger sourire.

- Et si nous continuions cette conversation autour d’un repas ?




(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Mer 23 Mai - 20:19

Exuld
Drakerz


「 Le Roi et l'Assassin 」

-Se battre pour la paix, ce n’est pas défendre une vie de conflits, mais une vie d’harmonie. Tout le monde mérite de vivre, le fort comme le faible. Se battre n’est pas l’apanage de tous les hommes et le fort est généralement le garant de la paix des plus faibles. Pour moi ce qui se battent sont les forts et les faibles qui on décider de défendre leur paix.

-Le fort est garant de la paix des plus faibles… C’est une des valeurs de la Chevalerie.


Arias souriait. Il paraissait parfaitement calme. Son esprit était insondable.

-Vous n’avez pas encore trouver la paix, que ce soit un bien, un lieu ou même une personne. Je pense que c’est pour cela que vous ne voyez pas votre voie, mais laissez-moi vous dire que la voie de la chevalerie est la bonne pour vous. Quand vous aurez trouvez une cause à défendre, je pense que vous comprendrez mes paroles et à ce moment-là, vous vous rendrez compte que vous prenez les armes non pas pour achever votre adversaire, mais pour défendre une paix. Oh et ne vous en faites pas par votre dernier commentaire.

Ce qu’il disait éveillait ma curiosité. Avait-il lui-même trouvé la paix dans un de ces aspects ? Je savais que ces mots étaient sages. Ils ne semblaient pas provenir de quelqu’un d’aussi jeune et je me demandais un instant s’ils étaient vraiment de lui. Je demandais d’un ton interrogateur :

-Je ne pense pas qu’un bien ou un lieu puisse m’apporter une quelconque paix… Quant à la trouver avec une personne, il y a bien longtemps que j’y ai renoncé. Même si un hasard extraordinaire me mettrait sur le chemin d’une telle personne, je ne suis pas libre de mes sentiments. Vous devez connaître plus que moi les devoirs qu’incombent à un descendant d’une noble famille. Mon mariage, s’il y en a un, sera politique je le crains. Excusez-moi, de tels propos sont déplacés : vous devez vous-même être bien moins libre d’agir selon vos désirs. Ma paix, si elle existe, réside dans la Chevalerie et l’honneur. Quelle paix avez-vous donc trouvé Arias ?

Après avoir répondu, il jeta un regard à l’horloge et se leva avec un léger sourire. En sa présence, je retrouvais la discrétion et l’attitude respectueuse des miens. Décidément, il m’était bien plus agréable de fréquenter la noblesse. Non que le reste de la population me soit désagréable, mais ils manquaient de savoir-vivre.

-Et si nous continuions cette conversation autour d’un repas ?

Je m’étonnais de cette proposition : c’était un grand honneur qui m’était fait. Je répondis aussitôt :

-Ce serait un honneur pour moi de partager votre table.

Je redressais et replaçait mon épée à mon côté tout en me recoiffant discrètement pour ne pas paraître dépenaillé devant la cour de Suède. Je suivis Arias avec toute la prestance qui sied à un chevalier alors qu’il sortait du salon.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Arias VeleMessages : 348
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Jeu 24 Mai - 12:37



Le Roi et l'Assassin  


Je pense qu’il comprenait où je voulais en venir, mais j’ai l’impression qu’il s’obstinait à se perdre. Si au moins il semblais trouver sa paix dans l’honneur de la chevalerie, alors il trouvera sa voie, il lui faut juste du temps pour s’en apercevoir. Je sis heureux qu’il fût honoré de partager ma table, même si pour moi il était normal d’accueillir un membre de ma Famille à ma table. On se dirigeais vers la salle à manger ou attendait sûrement quelques gens de la cours. Je pris le temps de lui répondre tout en marchant.

- Vous savez, je m’affranchi un peu de ces règles. Je n’ai pas envie de me marier pour satisfaire n arrangement politique, je me marierais avec la femme que j’aime. Elle est d’ailleurs à Quederla. Si vos ne volez pas vous marier par arrangement, faites le par amour. L’honneur et la chevalerie vous apporterons ce que vos désirez, j’en suis certains.

J’ouvrais les portes de la salle à manger où je fût accueillit pas une petite courbette et souriait faiblement face à tout ces visages. Depuis mon arrivée il m’a fallu suivre beaucoup de cours sur l’aristocratie avec de pouvoir manger avec les gens de la cour. Je savais maintenant me comporter face à la plupart des gens de la noblesse et chacun des nombreux ustensiles propre à la noblesse je savait les manier avec plus ou moins de facilité, même si une partie des cuillère et fourchette me posait encore problème. Je salait les nobles qui venait me saluer de vive voix, je discutais avec eux et présentais le chevalier qui m’accompagnais. Il n’y avait pas foule, seulement les nobles des provinces avoisinantes la capitale. On s’installaient à table et je demandais des pommes de terre avec du hareng et de l’eau. Je me limitait, je ne voulais pas gaspiller de la nourriture alors que dehors mon peuple mourrait à cause de la famine. Il semblerait qu’à force de me limité, mon message était passer à la majeur partie de nobles à cette table qui devaient maintenant comprendre les max du peuple et la chance inouï d’être bien nés.

- Exuld, demandez ce que vous voulez, je vous le traduirez en suédois.

Une fois son plat demandé, le temps que les plats soient préparés un bruit de fond se fit entendre alors que tout le monde parlait de tout et de rien. Je me disais alors qu’il serait grand temps de répondre à la question de mon ami assis à mes côtés.

- Pour vous répondre, j’ai trouvé la paix dans des personnes et des lieux. A Quederla il y a ma fille et la femme que j’aime. Ici il y a mon peuple. La paix c’est se lever le matin en ressentant l’amour de sa fille et de sa femme, boire un bon thé, ce genre de petites choses qui nos font apprécier la vie. Et ici, c’est de me lever et d’aider a maximum mon peuple. J’ai trouver cette paix là et je n’hésiterais pas à prendre les armes pour la défendre.



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Jeu 24 Mai - 23:16

Exuld
Drakerz


「 Le Roi et l'Assassin 」

- Vous savez, je m’affranchi un peu de ces règles. Je n’ai pas envie de me marier pour satisfaire n arrangement politique, je me marierais avec la femme que j’aime. Elle est d’ailleurs à Quederla. Si vous ne voulez pas vous marier par arrangement, faites-le par amour. L’honneur et la chevalerie vous apporterons ce que vos désirez, j’en suis certains.

Envie ? Qui donc parlait d’envie ? La vie de Roi comme celle du chevalier est une vie de dévouement, comme chacun le sait. Pourtant Arias semblait ne pas envisager un tel sacrifice pour sa patrie. Pour moi, il n’était pas de bon prince que celui qui ne daigne pas consentir à un tel acte pour le bien du pays. Enfin, peut-être qu’ici les mœurs ne comprenaient pas un tel dévouement envers son peuple. Je retins tout commentaire à ce sujet et répondit simplement avant de le suivre :

-Je l’espère votre Altesse.

Nous étions en train de déambuler dans les couloirs et quiconque croisait notre chemin serait capable d’entendre notre discussion. Dans de telles circonstances, j’avais repris l’usage de son titre. Nous arrivâmes rapidement dans une vaste salle qui devait servir de salle à manger à en juger par les couverts disposés sur la grande table qui la meublait. Le prince me présenta à chacun des invités à la table du Roi et j’essayais de retenir chacun de leurs noms. Ils étaient étonnement peu. Lorsqu’Arias me présenta au Roi, je m’inclinais, une main sur le cœur, et le remerciait de son hospitalité. Je fus heureux de voir qu’il connaissait ma lignée. Il me dit avoir rencontré plusieurs fois mon père. Je ne savais pas s’il était réellement heureux de me voir ici. Quelles tâches la famille Drakerz avait-elle bien put accomplir en ces lieux ? Je ne savais pas ce qu’avait manigancé mon père mais cela ne m’inquiétait pas plus que cela. Il ne dévoilait de toute façon jamais ses plans. Très vite, on vint me demander ce que je souhaitais manger. Je demandais simplement à être servi selon le choix du Prince.

Lorsque vint le temps de prendre place à la table, celui-ci ma plaça à sa droite. Je n’étais pas indifférent à l’honneur qu’il me faisait mais je percevais clairement la rancœur de certaines personnes contre un étranger qui obtenait en une journée ce que certain voulait depuis longtemps déjà : s’attirer les grâces du futur Roi. Le repas fut agréable. Je sondais les pensées de mes interlocuteurs pour savoir à quel point ils étaient sincères. La plupart l’étaient mais certaines exceptions me semblaient particulièrement dangereuses. Ainsi, le duc de Brondy ne pensait pas un traître mot de ce qu’il disait. Lorsque la conversation porta, en un bref instant, sur la famine qui ravageait le pays, je perçus clairement son point de vue : ce fléau permettrait de réguler naturellement la population.

Alors que les conversations allaient bon train, le prince se pencha vers moi :

- Pour vous répondre, j’ai trouvé la paix dans des personnes et des lieux. A Quederla il y a ma fille et la femme que j’aime. Ici il y a mon peuple. La paix c’est se lever le matin en ressentant l’amour de sa fille et de sa femme, boire un bon thé, ce genre de petites choses qui nous font apprécier la vie. Et ici, c’est de me lever et d’aider un maximum mon peuple. J’ai trouvé cette paix là et je n’hésiterais pas à prendre les armes pour la défendre.


-Sans vouloir vous contredire, votre Altesse, je crains ne jamais pouvoir profiter de ces simples instants qui paraissent si doux. Mon passé me poursuivra où que j’aille. La seule délivrance que je trouverai sera en la mort.

Je tressaillis en prononçant ses mots car je les savais vrais. Que ce soit en tuant ou en étant tué, je trouverais le seul repos que je ne puisse jamais obtenir. Je levais mon verre :

-Une mort honorable je l’espère, et je vous le souhaite également. Puissions-nous donc mourir, une épée en travers du corps, les cadavres de nos ennemis disposés autour de nous.


Je bus d’une traite ce qu’il me restait de vin puis me tournait à nouveau vers Arias :

-Dites-moi, que pensez-vous des élémentis ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Arias VeleMessages : 348
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   Ven 25 Mai - 18:14



Le Roi et l'Assassin


Je pense sérieusement que ma façon de penser était bien loin de la sienne concernant les mœurs de la noblesse. Je ne pouvais pas lui en vouloir de me juger, il me semblait qu’il avait grandis dans ce monde, moi pas et je m’y habitue à peine. Il est vrai que j’ai entend dire que mon mariage serait surtout dans l’intérêt du pays, mais celui-ci n’aura pas besoin d’un tel mariage puisque je compte bien régler des problèmes sans avoir recours à nos voisins. En tout cas, ses remarques était parfois dures, mais juste on est pas encore sur la même longueur d’onde, c’est tout. Je pense qu’il a du mal à voir comment je pourrais faire un bon Roi tout en faisant fi de certaines règle de noblesse. Quand il comprendra quel roi je veux être, je pense qu’il se montrera plus compréhensif, mais je ne doute pas qu’il fera un très bon ami à l’avenir.

Il avait des pensées bien sinistre, je suis sûr qu’il trouvera une rédemption, ou un cause qui la lui apportera. Enfin, il semblait rester sur son idée de mourir avec honneur. Il levais son verre tout en nous souhaitant une mort honorable. Je ne comptais pas mourir de cette façon, mais je levais quand même mon verre.

- Je vous souhaite aussi de trouver la paix et la mort honorable que vous souhaitez, Chevalier Drakerz.

A la différence de mon compagnon, je dégustais avec plus de raffinement ce vin. Je n’avais pas l’habitude de boire énormément, mais la présence d’un frère elementis se fêtait au moins par un verre de vin. Son verre de vin finit, il me posa une question qui me semblais bien particulière. Ce quue je pensais de ma famille ? Eh bien elle était ma famille voilà tout, je sis fier de faire parti de celle-ci. Je donnerais ma vie pour elle autant que pour mon pays, il ne fallait pas oblier que j’avais occper des postes a sein d Conclave, ce qui témoignait de ma fidélité, malgré ce que pouvais en penser certains suite à l’erreur que j’ai commise.

- C’est ma famille et comme pour toutes familles, je me battrais pour la défendre. Je ne fais pas de distinction entre ceux qui sont partis à cause des horreurs de la guerre ou par simple volonté et ceux qui sont toujours elementis à part entière. Vous êtes tous ma famille, mes frères et sœurs. Seuls personnes que je n’apprécie guerre sont ceux qui commettes des crimes une fois leur pouvoir obtenus et qui nous quitte. Ceux-là sont des vrais traîtres qui bafouent l'honneur de notre famille.

Je le regardais un instant avant de sourire doucement. Puis je scrutait un peu la pièce, me demandant combien me suivraient.

- Vous êtes un frère elementis, même si vous ne portez plus vraiment nos couleurs officiellement. Et vos alors ? Que pensez-vous de notre famille ?



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Roi et l'Assassin [Libre mais feat Arias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2018-