Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Dans Caenn, il y a "Haine"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 99
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Dans Caenn, il y a "Haine"    Ven 20 Juil - 23:05

Caenn "Khaen" Drusdan

Le Lion Flamboyant
Carte d'identité
NOM : Drusdan
PRÉNOM(S) : Caenn
SURNOM : Anciennement: Le prodige, le génie, actuellement, aucun.
DATE DE NAISSANCE : 04/04/1987
ÂGE : 34 ans
SEXE : Masculin
CAMP : Rebelle Elementis
CAPACITÉ : Gravité
SITUATION : Célibataire
MÉTIER : Surveillant et intervenant auprès des enfants de l'Orphelinat Saint Invisibilis
PERSONNAGE AVATAR : Reinhard Heydrich de Dies Irae
Héritage familial

DE QUAND DATE VOTRE ENTRÉE DANS LE CAMP ?
Caenn est un Elementis né, mais a quitté la famille suite à son injection. L'a finalement rejoint de nouveau quelques semaines avant la création de l'alliance.
QUELS SONT VOS LIENS AVEC LUI ?
Enfant, très bons, adulte, il a simplement ignoré les familles et les conflits de Quederla, aujourd'hui, il a prit la tête de la résistance des Elementis.
TATOUAGE/MARQUE ?
La marque de Caenn se trouve au niveau de ses côtes flottantes gauche
POSSÉDEZ-VOUS UNE ARME, SI OUI LAQUELLE ?
Longinuslanze Testament ou Lance de la Destinée, un trésor de famille.
PHYSIQUE
Physiquement, Caenn Drusdan ressemble très fortement à ses ancêtres. Il a hérité de nombreux traits génétiques. C'est un homme grand, imposant, mesurant la taille d'une mètre quatre-vingt-douze, pesant le poids de quatre-vingt six kilogrammes. Ce jeune homme est donc très élongé et possède une silhouette svelte. Cependant, il possède un musculature parfaite : Ici, pas de gonflette, que des muscles naturellement forgés au prix de nombreuses années d'entraînement sous forte gravité.
Un visage aux traits fins, des cheveux blonds d'une longueur impressionnante, lui arrivant jusqu'au bas du dos, des yeux d'une couleur dorée, un petit nez bien formé, des lèvres fines presque incolores. On voit rarement ses oreilles -qui sont tout à fait normales- car cachées par ses cheveux.
Bien que possédant un corps entraîné au combat, cet homme ne possède strictement aucune cicatrice, aucune marque de blessure. À la vue seule de son corps, on ne se douterait en aucun cas qu'il s'agit d'un combattant aguerri. Ses épaules sont relativement larges, son buste est avancé, il a un physique de boxeur né.

Caenn possède trois tenues fétiches.
La première est celle avec laquelle il travaille à l'Orphelinat, celle qu'il a le plus porté lors de ces dix dernières années. Lorsqu'il enfile son costume de travailleur, il s'attache les cheveux simplement, enfile sa tunique noire et des lunettes se pointent sur le bout de son nez. Tout dans cette tenue a été travaillée dans le but de paraître le plus saint et gentil possible, son but étant d'être aux contacts des enfants orphelins et de les aider à grandir au mieux, vertueusement.

La seconde tenue est celle qu'il a porté durant la majeur partie de son enfance et de son adolescence : C'est sa tenue de militaire académique. C'est une tenue assez simple, une chemise blanche accompagnée d'une cravate noire, le tout surplombé par un blazer d'un gris extrêmement foncé, presque noir. Quant au bas, il possède des rangers noires, un pantalon simple -mais souple- noir, ainsi qu'une ceinture, toujours de la même couleur. La particularité de cette tenue est qu'il possède une casquette militaire à l'image du régiment académique dont il faisait parti. Lorsqu'il était jeune, il était plus ou moins forcé d'avoir les cheveux courts. Aujourd'hui, il se sert de la casquette afin de cacher ses longs cheveux. Il ne porte cette tenue que lorsqu'il se retrouve forcé de cacher son identité lors d'une mission quelconque.

La troisième tenue est celle qu'il arbore lorsqu'il est dans son rôle d'Elementis :
Cette fois-ci, pas de couvre-chef, ses cheveux sont totalement libre et se laissent facilement diriger par le vent. Il porte toujours une chemise blanche surplombée par une cravate. Cette fois-ci, le blazer noir près du corps est devenu une longue veste blanche possédant deux bandes noires ainsi qu'un col très ouvert, laissant distinctement apparaître sa cravate ainsi que sa chemise. Cette veste descends jusqu'en dessous de ses genoux, elle est ample et ne gêne en aucun cas les déplacements. Par dessus cette veste, allant de son épaule droite à sa taille, du côté gauche, il possède une ceinture auquel est attaché un fourreau ainsi qu'une dague d'officier. Jusqu'à présent, il ne s'en est jamais servi, c'est le cadeau qu'il a reçu lors de sa formation, pour avoir fini major de promo. Il porte un pantalon court descendant en dessous du genoux, ample et agréable, venant se super-poser sur de longues bottes noires montantes.
Lors de sa formation académique, lorsqu'il atteignit le grade d'officier, il reçut une longue veste militaire noire, possédant des épaulettes en argent, désignant son rang dans l'armée. Cette veste possède un large col couvrant tout son cou. De ce col, une longue écharpe dorée possédant d'anciennes inscriptions sort de chaque côté. Cette écharpe est de la même taille que cette veste, arrivant au niveau de ses genoux.
Caenn ne l'enfile jamais, il se contente de la poser sur ses épaules, l'accrochant aux épaulettes de sa veste blanche. Les jours de vent, les manches de la veste s'articulent dans le sens du vent.
Par ailleurs, il porte en permanence des gants blancs. Avec un symbole représentait les éléments de manière générale.

Évidemment, cet homme ne possède pas que ces trois tenues. Il porte aussi des choses plus simples, mais généralement dans le but de passer incognito, ou du moins, d'être reconnaissable le moins possible. Il ne serait pas étrange de le croiser dans les rues de la ville, avec un simple polo bleu marine et un jean clair.
CARACTÈRE
La vie de Caenn Drusdan a été une sorte d'ascenseur émotionnel marchant au ralenti. J'entends par là qu'en fonction des différentes étapes de sa vie, il est passé du paradis à l'enfer, de l'enfer au paradis, et aujourd'hui, il semblerait qu'il se doive de passer de nouveau du paradis à l'enfer. Cependant, peut-être arrivera-t-il à protéger son petit bout de paradis tout en menant ses convictions à bien ? Seul le futur pourra nous le dire.

Le caractère de notre homme peut être vu très simplement : Il est une pièce. Et cette pièce possède deux facettes.

La première et certainement la plus agréable pour un grand nombre de personne : C'est ce qu'il est lorsqu'il enfile sa tenue de travaille et qu'il se retrouve entouré d'enfants à l'Orphelinat. Aucune aura dangereuse ne s'échappe de cet homme, bien au contraire, on croirait voir un grand benêt, toujours souriant, presque naïf, comme un papa-gâteux et surprotecteur. Il ne conteste jamais les demandes des enfants et s'efforce de tout son possible à ce que leur vie soit la plus simple et agréable possible. Bien évidemment, cela créait sa plus grande faiblesse, si un ennemi sans scrupule apprenait sa fonction et son engagement, il serait aisé de pousser notre blondinet à bout.

La seconde facette, c'est celle d'un général impitoyable prêt à tout pour la victoire. C'est le costume qu'il enfile lorsqu'il se retrouve dans son rôle de chef des rebelles Elementis. Contrairement à son prédécesseur, notre héritier possède une vision tout à fait différente : Lui ne privilégie pas la survie de tous ses pions, de tous ses soldats. Il connaît suffisamment l'art de la guerre afin de savoir que des sacrifices sont obligatoire, et que dans certaines situations, cela peut drastiquement influencer le court de la balance de la Justice.
Lorsqu'il se retrouve dans ce costume de chef, aucune faiblesse ne peut être toléré, même si ce n'est qu'un masque.

Pour résumer la situation :
Caenn est quelqu'un qui a passé ses dix dernières années auprès d'enfants orphelin, faisait en sorte qu'ils puissent décider eux-même de leur futur. S'il agissait ainsi, c'est parce que dès sa naissance, son chemin avait été tout tracé. Et il n'a jamais eu son mot à dire là-dessus. Cependant, bien que formaté, il ne regrettait pas avoir eu ce passé. Il aurait juste souhaité avoir un peu plus de libre-arbitre.
Étant un Elementis né, il avait grandi et épousé la philosophie de base de cette famille. C'est un puriste fanatique. C'est cette raison qui l'a poussé à rentrer en conflit avec l'ancien Roi Elementis lors de l'annonce de la création de l'alliance : Pour Caenn, lui qui aurait du être l'homme réduisant en cendre les Domae, cette alliance soudaine était impensable. Cependant, il comprenait les raisons des agissements du précédant Roi. C'était quelqu'un de gentil, qui souhaitait éviter le plus possible les conflits et les morts. Préférant ravaler sa fierté d'Elementis au profil d'une alliance durable avec les Domae, leurs ennemis jurés. Pour Caenn, cette attitude pouvait se résumer en un seul mot : Faiblesse.

Le jeune Drusdan a une haine non cachée et prononcée pour les Domae, c'est ce qui, entre autre, à fait en sorte que tous les autres rebelles Elementis se rangèrent facilement derrière lui.
Bien qu'il soit haineux envers tous Domae, il n'est pas non plus irraisonnable au point de créer un massacre en plein centre-ville afin d'affronter un seul ennemi. Il essayera d'utiliser l'intimidation et de briser le moral de l'adversaire, à sa façon, pas besoin de paroles.

Il sait être calme et réfléchit, au moment de donner des ordres, il ne se trompera pas, il enverra ses troupes au bon endroit et se rendra lui-même à l'endroit qu'il se sera assigné.

C'est quelqu'un qui peut tout de même facilement perdre le contrôle, il a été écrasé par son pouvoir pendant de nombreuses années, il a été écrasé par son géniteur pour ne pas avoir pu devenir ce qu'il devait être. Les provocations finiraient très certainement par faire mouche auprès de notre homme. Cependant, cela ne ferait que ressortir son instinct animal ainsi que son expérience.

De manière général, lorsqu'il n'occupe aucune de ses fonctions, vous trouverez face à vous un homme aux premiers abords apathique. Contemplant souvent le lointain, en arrivant à ne pas voir ce qui se trouve sous ses yeux.
Il aime les plaisirs simple de la vie, l'alcool et la cigarette, entre autre.
Quant aux femmes, jusqu'à présent, il les considère uniquement si ce sont des guerrières. Et ne les dénigrera pas parce que ce sont simplement des femmes. Il est pour le potentiel pur, peu importe le sexe de la personne.
Il n'a jamais eu de petite amie, ni même de début de relation d'amitié avec une femme. Dans l'armée, on ne copine pas. Le lendemain peut être la mort de la personne qui mangeait à nos côtés la veille.
Le déclin de la famille Drusdan
Savez-vous que le talent, cette chose si singulière, est capable de sauter une ou plusieurs générations ?
C'est ce que la famille Drusdan à malheureusement du apprendre à ses dépends. Cette longue lignée d'Elementis spécialisée dans la maîtrise du feu a vu naître deux chats noirs, deux frères. Mais cela ne nous intéresse que très peu : Ces deux frères n'arrivaient même pas au niveau de leurs ancêtre, à tel point qu'on ne les autoriseraient même pas le privilège de lacer leurs chaussures. Pourtant, tous deux, avaient contracté l'élément du feu, ils poursuivaient donc convenablement la lignée. Mais ils étaient extrêmement faible, et quoi qu'ils entreprennent, ils n'évoluaient pas. Fou de rage devant son incapacité, de devoir porter le titre de Honte de la famille Drusdan, l'aîné s'engagea dans une mission bien trop périlleuse. La suite est simple, après sa mort, son frère déposa les armes, renonçant au travail qui avait été confié à cette famille : Le nettoyage des champs de bataille pas le feu.
Très rapidement, il se contenta des tâches les plus basiques, et en finit même par en oublier le prestige de sa famille. L'idée de se marier avec une puissante détentrice de l'élément du feu disparut, et une longue vie d’ennui se projetait pour ce jeune frère.
Cependant, on n'opère pas les destins. Ce jeune homme tomba amoureux d'une Elementis tout fraîchement arrivée dans la famille, n'appartenant à aucune lignée, semblant tout aussi vêtue de talent que lui : Pour ainsi dire, quasiment aucun. Mais, par la force des courants, il se trouvait qu'elle était, elle aussi, en possession de l'élément du feu.

C'est ainsi que naquit le couple de Drusdan le plus faible de l'histoire. Ils n'avaient plus rien de prodigieux, on ne pouvait plus les compter comme de vrais combattant, prêt à réduire en cendre le champ de bataille. Cependant, ils faisaient tout pour essayer de faire perdurer leur nom, s’accommodant des tâches les plus ingrates.
Ils n'avaient plus rien de noble, ils n'avaient plus rien de prestigieux. Ils n'avaient qu'un nom et un immense héritage en leur possession. Cette famille était descendu de plusieurs crans dans la hiérarchie, ce n'était plus qu'une simple bourgeoisie essoufflée.
Et, cette fois-ci, le destin n'allait pas les préserver. Le mari, ne pouvait pas s'empêcher de ressasser la mort de son frère, son éducation, son devoir au sein de famille. Mais comme il n'avait strictement aucune chance d'y parvenir, il devait donner naissance. Son rôle était donc maintenant de créer une descendance capable de renverser totalement la balance que mère Justice tient. Il se devait de concevoir un prodige, capable de maîtriser le feu, de se hisser aux rangs les plus hauts des Elementis et d'enchaîner les missions les plus dangereuses. Dans le pire des cas, il aurait un enfant à son image, ce qui scellerait très certainement le destin de leur lignée, réduite à néant par l'incapacité. Dans un monde de conflit permanent, les faibles s'effacent au profil des forts.

Quand vous croyez être au plus bas, quand vous pensez que le monde vous a abandonné, quand vous doutez de tout, en permanence, c'est à ce moment là qu'arrive le pire, toujours.
Une grossesse eut lieu. Cependant, elle n'arriva pas à terme, l'enfant présent dans le ventre de la mariée mourut avant même de pouvoir ouvrir les yeux et respirer pour la première fois.
Cette fois-ci, c'était le coup de poignard de trop, dans le dos. Le jeune frère ne put s'en remettre, décidant de quitter la famille et de se consacrer au premier travail qu'il trouvera. Rapidement, son mariage se disloqua, le goût pour l'alcool grandissait. C'était terminé.
Enfin.. Pas tout à fait. Menant maintenant une vie de débauche, de dépravé, il ne se privait pas des ce que l'on pourrait qualifier de filles faciles. Après tout, avec de l'argent, on peut tout s'acheter, alors, pourquoi s'en priver ? Dans tous les cas, cet homme était persuadé d'être maudit, il en venait même à penser que ses ancêtres avaient passé un pacte avec le diable, afin d'acquérir leurs forces, et qu'ils avaient du en payer le contre-coup, lui et son aîné.
… Neuf mois plus tard, un événement inattendu se produisit. Une jeune femme -qu'il reconnut-, bien plus jeune que lui, se présenta à sa porte, un soir de pluie. Elle portait un nourrisson dans ses bras frêles.
Aucun doute n'était permis. Ce bébé était blond et possédait deux yeux d'une couleur dorée, étincelante. Exactement les mêmes que ceux de son frère, ou les siens. Cet enfant ne pouvait être que le sien. Serait-ce un nouveau coup du destin ? Une nouvelle façon de piéger notre homme ?
Celui-ci devait douter, profondément. Mais, assumant ses divergences de parcours, il accepta cette naissance, épousant la jeune femme et décidant de se consacrer à cet enfant. Il pouvait être encore plus médiocre que lui, il s'en fichait, maintenant. L'héritage qu'avait laissé sa famille était suffisant pour faire vivre plusieurs dizaines de générations. Autant tout sacrifier dans cet enfant, plutôt que dans l'alcool et les prostituées, non ?


C'est ainsi que Caenn Drusdan était venu au monde.
Et très rapidement, son géniteur vit son propre père à travers lui. Ce bébé n'était pas un simple bébé. Ses actions devinrent très rapidement réfléchis, il semblait observer le monde qui l'entourait afin de mieux le comprendre. Comme pour couronner le tout, dès sa première année, cet enfant était capable de parler, simplement, mais il parlait. Quelques semaines plus tard, il marchait. Les prédisposions qu'il laissait entrapercevoir étaient de bonne augure.
Alors ce simple proverbe est donc vrai ? Le talent peut-il réellement sauter une génération ? Enfin.. On est entrain de parler d'un petit bébé d'un an, ne nous précipitons pas.
Durant les premières années de sa vie, les choses s'enchaînèrent très rapidement. Apprendre à lire, commencer à avoir un langage soutenu, sa façon de regarder le monde...
Cet enfant avait tout d'un petit génie aux yeux de son père. Et cette crinière blonde qui se profilait, mettant en valeur ses yeux dorés. À cinq ans, son corps était si frêle et son visage si fin qu'on aurait pu le prendre facilement pour une fillette, s'il était habillé comme tel.
Ce petit bout d'homme avait redonné espoir à son père. Leur lignée n'était pas terminée, leur lignée n'était pas morte, elle allait persister à travers Caenn ! Si son frère et lui avaient échoués, c'était uniquement dans le but de donner naissance à cet enfant. Ce fanatisme pourrait devenir quelque chose de très dangereux.

Lors de la cinquième année de Caenn, son père décida de ré-intégrer la famille des Elementis, mettant dès le début son enfant en avant, le traînant partout avec lui. Il en était fier, et pour lui, c'était la solution pour ne plus être un déchet.
Très rapidement, on commença à redonner les missions les plus basiques au paternel, qui s’exécutait joyeusement, laissant littéralement traîner son bambin au QG des Elementis toutes ses journées.
Lors de la sixième année de Caenn, son père le surpris, se baladant dans les couloirs de l'académie, fredonnant une comptine. Dans un premier temps, il trouva cela mignon, puis il tendit l'oreille :
« … Les Doma-ay,
finiront tous !
Au bûch-ay... »

Tout d'abord sonné par ce qu'il venait d'entendre, il se rendit compte que ces missions répétées avaient finies par l'éloigner de son fils. Et qu'il avait donc passé ses journées auprès des plus fervents partisans des Elementis. En quelque mois, cette petite tête blonde désireuse de comprendre le monde par lui-même avait été corrompu. Plus de joie enfantine, plus d'hésitation. Dans son regard, le père reconnaissait sans aucun doute la puissance de la flamme de ses ancêtres, qui avait fait la renommée de leur nom. Après le choc, un doute immense s'empara de nouveau de lui. Il avait été bien trop naïf. Jamais, ô grand jamais, ce père et cette mère serait capable de s'occuper d'un tel enfant. Que faire ? Comment faire ?

Un sursaut d’ego mal placé, d'orgueil. Il ne pouvait confier à aucun Elementis la charge d'éduquer son fils. C'est à l'âge de huit ans que Caenn se vit recevoir le trésor de famille. La fameuse « Longinuslanze Testament », appelée différemment par certains : « La lance de la destinée ». On raconte que cette lance dorée n'a jamais connue de défaite. Qu'à chaque fois qu'elle a rejoint le champ de bataille, elle et son porteur, un Drusdan, avaient été vainqueur. D'où son surnom, d'où son nom. La lance qui force le destin de son adversaire, ne laissant derrière que son testament.
Cependant, le jeune Caenn était bien plus petit que cette lance, quelle idée de confier cela à un enfant de huit ans ?
Mais ce n'était pas la seule chose qui allait être confiée à ce petit bout. Il hérita d'un passeport et d'un billet de bateau afin de rejoindre le continent. Ainsi que d'une lettre de recommandation pour l'académie militaire de West Point. L'école militaire, américaine, la plus renommée au monde.
Les paroles de son père furent brèves et ne laissaient transparaître aucun sentiment :
« Va. Apprends tout ce que tu as à apprendre. Gravis les échelons. Reviens pour ton dix-septième anniversaire après avoir vaincu tous tes opposants. »
Le jour qui s'en suivit, le jeune garçon avait déjà quitté Quederla. Et c'est certainement la porte la plus ennuyeuse de sa vie qui allait s'ouvrir face à lui.

Caenn n'eut besoin que de cinq ans afin de terminer le cursus de West Point. Malgré son jeune âge, il fut major de promo. Ses professeurs et responsables ne cessaient de le couvrir de compliment. Pour eux, on n'avait pas connu un génie militaire semblable depuis au moins un siècle.
Le petit garçon tout chétif avait bien changé, sa poussée de croissance avait commencé très tôt, à l'âge de treize ans, il mesurait déjà plus d'un mètre soixante et un semblant de musculature. Conformément aux idéaux militaires, ses cheveux blonds étaient presque entièrement rasés. Son apathie était dérangeante pour son entourage. Il donnait l'impression de n'avoir eu strictement aucun intérêt pour ces cinq dernières années. Cependant, il ne pouvait pas rentrer à Quederla, il ne pouvait revenir que dans quatre ans. Le jeune génie se fit rediriger vers l'académie militaire la plus réputée d'Europe, Saint-Cyr, qu'il rejoignit rapidement. Il rencontra de nouveaux professeurs et de nouveaux encadrants. Mais malheureusement pour lui, le niveau était légèrement inférieure à celui de West Point, il ne fit qu'y perdre son temps. Enfin, pas réellement, Caenn finit sa croissance au courant de l'année de ses quinze ans. C'était devenu un véritable géant, mesurant un mètre quatre-vingt-douze. Plutôt que de plonger son nez dans des bouquins qu'il avait déjà lu, il décida de commencer à s'entraîner aux fondamentaux physique, pour sa taille, il était excessivement fin. Au programme : escrime, boxe et entraînement à la lance. Ajoutant à cela du simple cardio. C'est ainsi que ce jeune homme atteignit les dix-sept ans. Et par la même occasion, qu'il gagnait son billet de retour à Quederla. Pendant le trajet sur les mers, il se surpris lui-même à chantonner de nouveau la comptine contre les Domae de l'époque où il n'était encore qu'un enfant.

La suite de l'histoire était toute tracée. Il recevrait l'injection et recevrait son pouvoir, celui de contrôler le feu. Puis il reprendrait le flambeau de ses ancêtres. Il deviendra l'homme qui sépare les champs de bataille par les cendres. La lance dorée des Elementis qui ne flanche jamais.
Une fois arrivé à Quederla, les retrouvailles furent de courte durée. Son père lui semblait bien petit et bien faiblard. Il n'avait jamais réellement eu de sentiment de sécurité à ses côtés, lorsqu'il était enfant. En ce jour, c'était encore pire, il avait l'impression de se tenir face à une personne capable d'échouer à un concours d'entrée d'une académie militaire de troisième zone. On pouvait clairement lire un trop plein d'ego et de supériorité dans les yeux du jeune homme lorsqu'il pointait son regard vers son père et cette prostituée qui lui avait servit de mère.
Lors du retour à la demeure familiale, il apprit que son injection aurait lieu le lendemain à l'aube. Et bien, le retour du fils prodige ne sera même pas fêté. Ce n'était pas plus mal, après tout, il n'aurait pas à jouer la comédie.
Retrouvant rapidement ses quartiers, qui n'avaient absolument pas changé depuis son départ, il se dépêcha de ranger ses affaires et de se reposer jusqu'au lendemain.

C'était finalement le jour J, le jour où il hériterait le don de toute sa lignée et qu'il mettrait au service des Elementis jusqu'à la fin de sa vie, ne cessant de peaufiner son art.
Dans les couloirs de l'académie, il attirait tous les regards. Caenn ne reconnaissait que peu de visage, et vu son gabarit, il ne pouvait pas s'empêcher de piquer la curiosité de tous les passants.
Ce dont il ne se doutait pas, c'est que ce jour marquerait le début de son enfer. Lui qui avait eu la vie facile jusqu'à présent, qui n'avait jamais eu à forcer, qui s'était toujours habitué à ne faire qu'observer et voir le temps passer.
Prenant place sur un fauteuil au milieu d'une salle presque vide, il était prêt à recevoir son injection, à écouter les paroles en ancien quederlien et à trouver son élément. Comme tout ce qu'il avait fait dans la vie, cela devrait être un parcours de santé, il trouverait cette flamme étincelante.
Les préparatifs étaient terminés. Tout doucement, ce jeune homme sombrait dans le néant.
Oui, dans le néant. Là où il pensait trouver une flamboyante flamme au fin fond de lui-même, il ne trouvait rien. Que du vide, que du sombre, aucune luminosité. Caenn se sentait chuter, chuter, chuter, encore et encore, au plus profond de lui-même. Il avait l'impression, maintenant, qu'il était en chute libre dans les ténèbres depuis maintenant plusieurs heures.
Finalement, ses pieds touchèrent ce qui semblait être le fond de cette chute interminable. Légèrement paniqué, il regardait de droite à gauche, de gauche à droite. Rien. Pas de flamme. Pas de feu. Rien. Juste une très faible luminosité qui lui permettait de se voir lui-même et ce qui se trouvait tout près de lui. Qu'est-ce qui se passe ? Il n'y a rien. Au même moment, une pression incroyable s'apposa sur les épaules du jeune homme. Comme si deux mains géantes souhaitaient l'écraser contre le sol. Caenn faisait face à deux défis, le premier et le plus primaire, il essayait tant bien que mal de se tenir debout. Le second et plus dangereux, il commençait à paniquer. Cette apathie qu'il avait jusqu'à présent avait disparue afin de faire place à la peur. C'était la première fois de sa vie, qu'il éprouvait ce sentiment. Un mal de ventre s'empara de sa personne, il ne pouvait plus se tenir debout, l'impression que la pression s'intensifiait, un genoux s'écrasa au sol, la tête baissée, les yeux grands ouverts, les dents serrés.
C'est la panique général à bord. Quel est ce monstre renfermé au fond de lui-même ? Pourquoi n'avait-il pas eu le privilège de rencontrer un magnifique phénix ardent ?
La pression s'intensifia, deux genoux à terre, des difficultés à respirer, de la sueur s'échappant de son corps, les deux mains posées contre le sol, se mordant la langue. Bordel.
Dans un éclair de lucidité, le jeune homme prit la voix, criant de toutes ses forces, même si, au final, un simple murmure en sorti :
« QUOI QUE TU SOIS. MOI, CAENN DRUSDAN. J'ACCEPTE DE PARTAGER MA VIE AVEC TOI. »
Le jeune homme était toujours inconscient sur le siège au milieu de la pièce, les observateurs semblaient assez impressionné par ce qui venait de se passer, quant au père de Caenn, il venait de subir une nouvelle humiliation. Qu'attendait-il, après tout, du fils d'une prostituée ?

Cet épisode est le début de l'enfer qui engouffra Caenn. Le soir même, ayant rejoignit sa chambre, étant épuisé, se contentant de s'écrouler sur le lit, et de s'endormir rapidement, afin de vite oublier ce mauvais rêve.
Malheureusement, au milieu de la nuit, en sursaut, se réveillant, une forte pression au niveau de sa gorge, comme si un être invisible était entrain de l'étrangle de toutes ses forces. Le jeune homme n'était plus loin  de s'évanouir, mais au fond de lui, il bouillonnait. Tout son être tremblait. Quelle humiliation, pensait-il tout haut. Quelle plaie. La colère s'intensifiait, et plus elle s'intensifiait, moins l'étranglement se faisait puissant. Pouvant finalement reprendre sa respiration et ses esprits, le regard trouble, il aperçut la porte de sa chambre entrouverte, son père le regardant de haut.
L'air de rien, le jeune homme se leva de son lit et entreprit de se rapprocher de père, cependant, il trébucha instantanément contre sa table de chevet qui était éclatée contre le sol. Tombant à genoux, au même moment, il ne put se retenir et se mis à vomir toutes ses tripes. Il n'avait rien mangé depuis la veille, cependant du sang faisait parti de son vomis, du sang, son sang, son propre sang. Il en avait sur les mains, tremblantes. C'est un cauchemar ?

Dès le lendemain, son père en avait fait un prisonnier. Enfermé aux sous-sol, dans une pièce vide.
Sèchement les paroles de son père furent les dernières qu'il ait pu entendre durant les six prochaines années :
« Tu es la honte de toute ta lignée. Tu es ma plus grande déception. »
Cette situation aurait suffit à n'importe quel homme à sombrer dans la folie. Se faire réveiller une nuit sur deux, dans une pièce sans luminosité, pour se faire fracasser contre le sol, sans rien n'y comprendre, sans rien contrôler. Cela peut laisser un goût amer à un homme qui était encore il y a peu, considéré comme un génie. Étrangement, Caenn semblait plutôt bien s’accommoder à la situation après quelques mois. Ses crises se faisaient de moins en moins fréquente, il commençait seulement à comprendre que cette force, c'était la sienne. Ce qui lui manquait le plus, c'était de pouvoir regarder par une fenêtre, et d'observer le monde, d'un air apathique.
Sa mère lui apportait les repas, au début de la seconde année, il réussit à négocier un droit de sortie temporaire, afin de ne pas complètement sombrer dans la folie, ni devenir aveugle. La première fois qu'il put sentir de nouveau la chaleur du soleil contre sa peau, respirer de l'air frais, il se sentit de nouveau en vie. Au fond de lui, il avait fini par accepter cette situation et ce pouvoir nommé « Gravité ». Cependant, il ne s'attendait pas aux contre-coups de cette acceptation : Bien que moins fréquentes, les crises se faisaient bien plus importante, comme si son pouvoir grandissait.
Durant la quatrième année, il était de nouveau apte à s'entraîner physiquement et à réduire la puissance de ses crises, il n'avait pas encore les clés en mains pour les contrôler totalement, mais il commençait à les comprendre.

Au cours de la cinquième année, il était finalement entièrement libre. Il vivait toujours au domicile familiale. Il n'avait pas prévu de retourner au QG des Elementis et de se présenter au Conclave afin de montrer sa maîtrise de son élément. Il n'adressait pas non plus la parole à son père, qui revenait, de jour en jour, de plus en plus fatigué, comme s'il se tuait à la tâche auprès des Elementis. Alors c'était donc ça ? Caenn était devenu un vilain petit canard et son père se devait de littéralement se tuer à la tâche avant d'essuyer l'affront que j'avais causé aux Drusdan ? Pourquoi faire tout ceci pour un simple nom ? Pour un héritage de personnes qui n'ont même pas conscience de notre existence ?
Le jeune homme avait maintenant vingt-quatre ans. Il prit une décision qu'il jugea irrévocable sur l'instant. Pour lui, c'était terminé. Le blondinet, ayant des cheveux qui lui descendaient maintenant jusque dans le bas du dos, décida de rejoindre l'Orphelinat Saint Invisibilis en tant qu'accompagnateur pour les enfants. Le voilà retrouvé à faire complètement l'opposé de ce qu'il était censé faire. N'emportant avec lui que le stricte minimum, laissant même le trésor familiale dans la demeure. C'était sa façon à lui de renier ce  monde. Cependant, il avait beau renier ce monde, il ne s'était pas renié lui-même. Durant ses temps libres à l'Orphelinat, le jeune homme en profitait pour s'entraîner, physiquement ainsi qu'à la stabilisation de son pouvoir. Après tout, c'était devenu tellement plus simple, et malgré son statu de fils prodige, il s'était toujours entraîné dans l'unique but d'enchaîner les faits d'arme dès sa dix-huitième année.
Durant ces douces années, il se réveilla un beau matin, un léger creux était apparut au niveau de ses côtes flottantes gauches. Cependant, il n'en ressentait ni douleur ni soucis. Au contraire, il avait l'impression de se sentir encore mieux qu’auparavant.

Un peu moins d'une dizaine d'années plus tard, sa mère apparut à l'Orphelinat, les larmes aux yeux, la « Longinuslanze Testament » entre les mains. Avec grandes difficultés, elle articula quelques mots :
« Elle... a subi.. sa première défaite... »
Serrant les dents, les poings, dans sa tenue de membre de l'Orphelinat, Caenn attrapa la lance de sa main droite. C'était bel et bien son héritage. Ni une, ni deux, il détacha ses cheveux, retira ses lunettes, un coup de vent semblant se synchroniser avec la situation, ses cheveux blonds s'élançant telle une marée enflammée. Le regard déterminé, il se dirigea vers le quartier général des Elementis. Dans les couloirs, tout le monde se demandait qui était cette furie qui venait de débarquer, clamant d'être reçu par le Conclave immédiatement. Seul le Roi était présent, parfait, cela fera l'affaire. Apparemment, celui-ci était tout fraîchement nommé à ce poste, ayant été élu il y a moins de deux petits mois. Caenn n'avait strictement pas suivit l'évolution de l'île sur les dernières années. N'ayant consacré son temps qu'aux enfants de Saint Invisibilis. Une fois présent face au roi, la lance toujours serrées trop fort de sa main droite, la projetant en avant, le visage baissé, ouvrant la parole :
« Moi, Caenn Drusdan, viens faire ma démonstration de mon élément auprès du Conclave ! »
Relevant le visage, fixant le Roi droit dans les yeux, ne pouvant s'empêcher de laisser perler une larme ou deux.
L'instant qui s'en suivit, Caenn lâcha son trésor familial, celui-ci flottait littéralement dans les airs.
« Dois-je vous en montrer plus ?! »
Se concentrant quelques instants, la salle dans laquelle les deux hommes étaient réunis commença à trembler. Les larmes n'étaient plus présentes dans les yeux du jeune homme, il regardait agressivement le métis face à lui.
« Encore ?! »
Grinçant des dents, fronçant les sourcils, serrant des poings, la colère de vilain petit canard allait s'écraser contre le Roi. Cela ne dura qu'un bref instant. L'homme face au blondinet avait rétrécit de quelques centimètres.. enfin, le sol autour de lui avait plutôt été pulvérisé.
« VOUS EN VOULEZ ENCORE ?! »
Le colosse présent face au jeune homme au bord de la crise de nerf s'avança lentement dans sa direction, venant poser sa main contre son épaule. D'un regard paternel, l'homme avait du faire le rapprochement entre la mort du père Drusdan et l'arrivée de ce fanatique. Il lui chuchota quelques mots à l'oreille avant de quitter la salle, laissant Caenn s'écrouler à genoux, la lance s'éclatant bruyamment contre le sol, les larmes aux yeux.
Rien de concret n'avait été dit entre ces deux hommes, ce n'était que le début d'une nouvelle relation. Newton Mork lui avait chuchoté que s'il était capable de garder son calme dans toutes situations, un avenir radieux s'annonçait au sein de la famille, une place d'As.

Cependant, cette situation ne dura guère...
Un gros mois plus tard, la famille des Elementis s'éclata afin de s'allier avec les Domae. Tout cela était l’œuvre de Newton.
Incapable de se faire à cette idée, Caenn échangea des paroles virulentes avec son Roi, qui auraient en temps normaux conduit à une suspension. Mais sa rancœur ne faisait que naître et commençait tout doucement à grandir.
Celui qui avait toutes ses chances d'un jour être officialisé As se trouvait maintenant en confrontation direct avec l'ancien Roi des Elementis. Le blondinet n'était pas le seul à ne pas pouvoir imaginer une seule seconde une alliance avec les Domae. Le rassemblement se fit rapidement et naturellement, tous les Elementis ayant décidé de ne pas rejoindre l'Alliance se regroupèrent autour de Caenn, l'homme capable d'exprimer leur haine à la face du monde, le nouveau Chef de la famille des Elementis.


Et en vrai ?

Au plaisir !
PRÉNOM/SURNOM : Caen/Khaen/Caenn ira très bien, comme vous souhaitez !
ÂGE : 26 ans
COMMENT ÊTES-VOUS ARRIVÉ ICI : Un alignement d'astres et de recherches ! :p
UN COMMENTAIRE ? UNE IDÉE ? : Mettez un lien direct vers la messagerie de Baelfire dès que ça parle des Elementis !
LE CODE DU RÈGLEMENT : Ok by Baba


Dernière édition par Caenn Drusdan le Sam 21 Juil - 14:33, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 3153
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Dans Caenn, il y a "Haine"    Ven 20 Juil - 23:08

Bienvenue parmi nous !

Et bon courage pour la suite de ta fiche o/


Je vous grogne dessus en darkblue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Bigby RawlinsMessages : 1094
Date d'inscription : 09/12/2014


MessageSujet: Re: Dans Caenn, il y a "Haine"    Sam 21 Juil - 12:23

Ah que bienvenuuuue Very Happy



« Je vous grogne dessus en sienna »

* I can't go to hell.
* I'm all out of vacation days.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 99
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Dans Caenn, il y a "Haine"    Sam 21 Juil - 14:23

Bonjour !
Merci pour vos messages et surtout: Un grand merci aux personnes qui m'ont permis de faire et terminer ma fiche :)

Voilà, je pense avoir terminé, donc, je m'en remets au jugement des admins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dans Caenn, il y a "Haine"    Sam 21 Juil - 16:12

Bienvenue :3
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen
avatar

Léo AndersonCitoyenMessages : 144
Date d'inscription : 19/04/2018


MessageSujet: Re: Dans Caenn, il y a "Haine"    Sam 21 Juil - 20:56

Yo et bienvenue à toi o/ en espérant que tu t'amusera sur le forum


j'ironise en Electric indigo #6600ff

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Ténébreux
avatar

Baelfire GoldLe TénébreuxMessages : 526
Date d'inscription : 12/02/2016


MessageSujet: Re: Dans Caenn, il y a "Haine"    Dim 22 Juil - 0:18

Alors, déjà bienvenue ^^

Du coup je viens de finir de tout lire, et rien qui n'empêche ta validation !..

Je n'ai pas fini !

Je peux te valider sans soucis, néanmoins il y a un petit détail qui mérite d'être réfléchi, voire modifier pour plus de logique ; le poids. Tu dis que ton personnage fait 1m92 pour 79 kilo, tout en étant quand même assez musclé (ce qui est logique pour maîtriser une lance).. sauf que 79 kilo pour 1m92 tout en étant musclé, c'est un poil maigre x)
En toute logique, même une personne "svelte" de cette taille avec ce type de musculature, pour être logique (le muscle pèse plus lourd que le gras), il faudrait limite que tu sois vers un petit 90 kilo, voire un petit 95.

Après c'est ton choix hein, si tu préfères quand même être dans les 80 kilo, c'est ton choix, mais dans ce cas là il sera moins musclé que ce que tu sous-entends ^^

Enfin voilà, ce n'est qu'un petit détail qui n'empêche en rien ta validation, donc je te valides ça, mais réfléchi y du coup parce que moi je le prendrai en compte Razz

D'ailleurs, juste histoire d'être sûr, tu as eu la Gravité à 18 ans si j'ai bien compris ? Ou 17 ans ? J'aimerai juste être sûr.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCzlmbguLEb79fET1x35KSig
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 99
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Dans Caenn, il y a "Haine"    Dim 22 Juil - 9:42

Coucou !
Merci à vous trois pour la bienvenue :)

Pour ce que est du physique, je ne vais pas mentir, je me suis basé sur la victoire aux jeux olympiques de rome en 1960 de Cassius Clay (aka Muhammad Ali) en poids mi-lourds, il faisait 1,91m pour 80kg, j'ai rajouté un petit centimètre et retiré un petit kilo! à cette époque (où les méthodes d'entraînement moderne et de prise de muscle étaient encore loin d'être découvertes), c'était une "musculature idéale" sans rien de superflu (à mes yeux), bon, on est pas sur un ring de boxe et il n'y a pas de catégories, je vais quand même monter la barre à 86kgs histoire d'avoir des muscles un peu plus dessiné que sur la photo :p (les boxeurs de catégorie lourds-légers font plus ou moins cette taille/poids)

Mon personnage est revenu sur l'île de Quederla après ses dix-sept ans, donc il a passé sa cérémonie quelques semaines (voir deux mois) après avoir eu cet âge et s'en est suivi "l'emprisonnement"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dans Caenn, il y a "Haine"    

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans Caenn, il y a "Haine"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Pour commencer~ :: Présentations :: Fiches de présentations validées :: Rebelles Validés-