Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Alphonzo FillédisMessages : 54
Date d'inscription : 03/07/2018


MessageSujet: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Lun 23 Juil - 20:19

Today... this night.. your are here. Thank you for this letter, again.


On lui avait remit une lettre. Alphonzo ne reçoit pas énormément de lettres. Quand on possède une famille décédée, et une ex-femme dont nous avons plus de nouvelles, difficile de recevoir une quelconque lettre. Mais ça ne dérangeait pas plus que ça le Conseiller. Mais ce qui l'étonnait, c'était de qui était la lettre. Dusdan Caenn. Le nom de cet homme n'était pas inconnu aux oreilles de Mr. Fillédis. Ils ont travaillé ensembles pendant quelques semaines avant la création de l'Alliance. Mais comme dit dans la lettre, il n'a pas prit part à cette Alliance, pourtant utile contre le Gouvernement.

Alphonzo décidait donc d'accepter de rencontrer l'ancien As. Il avait d'ailleurs renvoyé une réponse écrite, positive, à son égard. Le Conseiller se dit qu'il le rejoindra après le travail. Toute façon, il n'avait pas d'autres choix. Le travail prime sur les rendez vous.

Le jour J, Alphonzo était légèrement fatigué à cause de sa journée. Mais restant sérieux tout de même.  Arpentant les ruelles, le Conseiller arrivait vers le lieux en question. Il n'y avait pas grand monde dans le parc impérial. Toute façon, vu l'heure, ce n'était point étonnant.

Il était un peu en retard il l'admet. Tournant un peu sur lui même, il apercevait justement Caenn. Le fait qu'il faisait encore jour lui permettait de le reconnaître assez facilement. Bien sûr, ils n'allaient pas se sauter dans les bras tel d'anciens amis. Au contraire. Alphonzo s'avançait vers l'homme en question. Posant une de ses mains sur son coeur en signe de politesse , mais aussi d'excuse pour son retard.

-Veuillez me pardonner, je ne pensais pas être en retard à ce point. ..

Feat Caenn Drusdan  and Alphonzo Fillédis






Merci Lae pour ce jolie vava j'en suis fan. **




Dernière édition par Alphonzo Fillédis le Lun 23 Juil - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 44
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Lun 23 Juil - 21:24







N
ous étions maintenant plus proche de vingt-deux heures que de vingt et une, le crépuscule se levait doucement, l'été, le soleil tombe tard. Cependant, cela ne me dérangeais pas. Je me baladais dans les allées centrales du parc, tout en attendant celui qui avait répondu positivement à ma lettre.
Je m'étais changé, en rentrant du travail, habillé très simplement. Portant une chemise bleu clair à rayures blanche, légèrement débraillée, un pantalon en lin beige, ceinturé noir, ainsi que des chaussures en cuir. Mes cheveux blonds étaient détachés, virevoltant aux allées et venues du vent.
Au moment où Alphonzo arrivait dans ma direction, j'étais entrain de ranger mon zippo dans la poche, faisant ensuite un léger signe de ma main droite en direction de l'intéressé, tandis que ma main gauche tenait une cigarette, allumée. Le jeune Joker face à moi surenchérit de politesse, apposant sa main sur le cœur, me vouvoyant et s'excusant.
Je ne pus m'empêcher d'afficher un sourire amusé, avant de venir prendre une bouffée de cigarette, tout en dévisageant la personne face à moi.


« Hey... »


Faisant un bref mouvement du cou, comme pour s'étirer, après avoir pris la parole, je surenchérissais :


« Nous ne faisons plus parti du même Conclave, nous ne sommes plus obligé de nous fustiger de telles politesses, non ? »


J'avais bien fais en sorte d'insister sur le mot : « Même ». Cette phrase était lourde de sens, et d'une certaine manière, elle était là pour faire passer un message à mon ancien collègue. Maintenant, il savait très certainement sur quel pied danser, face à moi.
Sans animosité, je vins apposer ma main libre contre l'épaule d'Alphonzo, un bref instant, avant de reprendre la parole :


« Première erreur : En tant que Joker, ne jamais accepter un rendez-vous seul à seul avec une personne équivalente au niveau d'As, de nuit, au Parc Impérial. Le nombre des nôtres tombé de la sorte, en ces lieux, te surprendrait. »


Marquant un petit temps d'arrêt, en profitant de nouveau pour m'occuper de ma petite cigarette présente dans ma main gauche.


« J'espère que tu n'as pas encore mangé, »


Ajoutais-je, avec un léger sourire, avant de reprendre la parole :


« Je connais un petit restaurant de viande grillée à trois pas d'ici, t'inquiète, c'est moi qui régale. »


Faisant quelques pas en avant, j'invitais le jeune homme à me suivre d'un geste de la main.
Même si quelques secondes auparavant, celui-ci avait reçu un petit coup de pression, en lui faisant comprendre que nos camps étaient donc maintenant différents, le fait de s'éloigner du parc et de rejoindre un endroit peuplé devrait le rassurer. Cependant, je suppose qu'il ne s'imaginait absolument pas se retrouvé embarqué de la sorte, après avoir lu ma lettre.
Une fois sorti du parc, j'en profitais pour reprendre la parole, s'il y a bien une chose à faire, avec quelqu'un de sa trempe, c'est de ne jamais le laisser analyser la situation suffisamment longtemps avant de se préparer à toutes les éventualités.


« Pardonne moi de te déranger après une journée de travail. Mais comme je te l'ai écris, j'ai besoin de parler avec toi. J'imagine que tu commences à bouillonner intérieurement, et je m'en excuse. »


Finissant ma cigarette, la jetant au sol et l'écrasant rapidement. Tournant dans la petite ruelle au même moment, nous étions donc finalement arrivé à destination. Il y avait bien un restaurant, comme convenu, ouvert et presque rempli de monde. Je m'étirais lentement, avant de me retourner en direction de l'ancien Joker Elementis, lui infligeant un sourire.


« En fait, j'avais déjà réservé. »


Annonçais-je, amusé. Entrant dans le restaurant, accueilli par une serveuse, donnant mon nom et nous voilà rediriger vers une table dans le coin, entourée de deux banquettes murales. Au milieu de la table se trouve un grill en marche et un cendrier est présent sur le côté.
D'un signe de la main, j'invitais Alphonzo à m'y suivre, m'installant en premier, prenant la parole rapidement :


« Ça te dérange, si je fume ? »


N'attendant même pas sa réponse, d'un signe de la main, j'appelais la serveuse, une fois son attention captée, un sourire s'afficha sur mon visage, faisant le signe deux avec mes doigts, l'accompagnant de quelques mots :


« Deux bières ! Et de la viande, plein de viande à griller ! »


M'écroulant ensuite contre la banquette, mon méfait accomplit, mon visage se dirigea vers l'homme que j'avais invité. Fronçant légèrement les sourcils, je lâchais un bref :


« Bon. »


Maintenant, c'était à son tour de retourner la tendance, et de voir ses capacités à l’œuvre. Était-il réellement un Joker -devenu conseiller- digne de ce nom ? Mon ancien rôle au Conclave m'avait forcé à coopérer avec lui, mais nous n'avions jamais eu de discutions stratégiques ni de conversations poussées. Je ne l'avais, non plus, jamais vu se battre. En soit, je ne connaissais rien de ses capacités. Lors de mon retour au sein de la famille Elementis, je me devais de me l'avouer intérieurement, mais le centre de mon attention était portée sur mon nombril.
D'un air plus grave et bien moins détendu qu'auparavant, je reprenais la parole :


« Monsieur le Joker a-t-il deviné la ou les raisons de ma requête envers sa personne ? Impresionne moi ! »


Finalement, je concluais le tout avec un sourire amusé.

(c) Lae/Matena


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alphonzo FillédisMessages : 54
Date d'inscription : 03/07/2018


MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Lun 23 Juil - 23:50

Today... this night.. your are here. Thank you for this letter


Alphonzo se sentait.. dévisagé. Et cette impression, il la détestait. Clairement. Comme dit, ils n'allaient pas se saluer comme des amis, et, au fond, l'Elémentis restait sur ses gardes. Bien qu'il ne le montre pas pour autant. Il sait cacher son jeu, et continuera de le faire tant que cela sera nécessaire. Conseiller, oui, naïf, non.

-Non, c'est exact. Mais j'estime que tout le monde doit être poli envers autrui. Sauf si il m'aurait fait une quelconque chose. Là. Aucune politesse ne se doit, en tout cas pour moi.

Oui, le Foudroyant était au courant qu'ils ne faisaient plus partis du même Conclave, c'est une chose certaine, qui ne mérite peut être pas d'être prononcée comme cela. Mais Alphonzo se contentait d'hausser les épaules. Ecoutant ce que l'ancien As avait à dire. Et il signa d'ailleurs le fait d'accepter un rendez vous seul à seul avec un ancien As Elémentis comme une erreur. Une erreur? Il n'y a pas d'erreur. Non. Le Conseiller avait senti la main de son interlocuteur sur son épaule, et il avait envie... tellement envie de la retirer soi-même.


-Je ne considère pas ça comme une erreur, mais comme une certaine estime à votre égard.


"Mais rien n'empêche qu'elle ne soit brisée dès ce soir" aurait-il ajouté si il en avait eut l'envie de l’émettre à haute voix. Mais il se retenait. Et d'ailleurs, ce n'était plus un Joker, mais un Conseiller qui aide la Reine et le Roi de l'Alliance. Etre appelé par "Joker" est maintenant fini, et il fallait qu'il se rentre ça dans le crâne. Alphonzo commençait à regretter sa réponse positive, mais si il voulait réellement savoir ce que "manigance" Caenn, il fallait qu'il aille jusqu'au bout. 
L'As déchu dit alors au Conseiller qu'il l'invitait à aller manger quelque part -du moins, c'est ce qu'il avait comprit-. Alphonzo suivait alors Caenn sans rien dire, observant les alentours de ce fameux restaurant.

- Il n'y a que l'eau qui peut bouillonner, mais la foudre éclate seulement quand il le faut.

Ils étaient arrivés dans le restaurant, Caenn annonçait qu'il avait déjà réservé. Alphonzo le suivait toujours, silencieux.  Il s'asseyait à la table indiquée. 

L'homme aux cheveux ébènes fit "non" de la tête après la première question de son interlocuteur. Ensuite, il écoutait l'homme blond en face de lui avait son air impassible et sérieux. Comme d'habitude. Aucun sourire dessiné sur ses lèvres ni rien.


- Je ne suis plus "Joker" mais Conseiller de l'Alliance.

Alphonzo lâchait un soupire discret avant de continuer.

- Je ne suis pas venu pour impressionner qui que ce soit. Mais apparemment, vous vouliez parler de nos différents chemins prient par rapport à l'Alliance et les... Rebelles. A part si j'ai mal comprit ce que vous vouliez?
Feat Caenn Drusdan and Alphonzo Fillédis






Merci Lae pour ce jolie vava j'en suis fan. **




Dernière édition par Alphonzo Fillédis le Mer 25 Juil - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 44
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Mar 24 Juil - 10:43







A
la ala, durant le trajet, je ne regardais point le personnage m'accompagnant, je me contentais de parler et d'écouter ce qu'il avait à prononcer. L'image que je me faisais de lui était teintée : d'un côté, cet homme semblait garder son calme dans n'importe qu'elle situation, de l'autre côté, ça ne le faisait que ressembler à un petit toutou trop bien dressé. À prime abord, cela pouvait sembler être une qualité aux yeux d'un Roi, de savoir que sa pièce maîtresse agirait toujours de cette sorte. C'est presque réconfortant. Mais qu'arriverait-il lors d'une tragédie ? Lors d'un événement non prévu ? Si le Roi venait à disparaître et qu'on ne reçoive plus d'ordre à exécuter ? De mon point de vu, c'est en se basant sur cette situation que l'on doit choisir son conseiller ou son joker, peu importe.
Je ne pus m'empêcher de sourire, amusé, lorsque Alphonzo fit lui-même la remarque, comme quoi, il n'était plus Joker mais bel et bien un unique Conseiller ! À mes yeux, les deux rôles étaient purement similaires, identiques, rien n'avait changé. La seule chose qui avait changé, c'était le fait qu'il servait maintenant deux Rois à la place d'un seul. Rien d'autre.
Je l'écoutais répondre à ma dernière interrogation, légèrement déçu par sa réponse. Certes, ce que j'avais annoté dans ma lettre était vrai, le thème de base était notre différence de parcours. Mais pas seulement. C'était bien plus large que cela. Même si je lui ferais part de mon point de vu quant à ce changement de faction, ce n'était pas l'objectif ultime de cette rencontre. Ici et maintenant, Fillédis se devrait de me montrer s'il est réellement apte à remplir ses fonctions, et par la même occasion, cela me donnerait une estimation sur les chances de réussir de ce regroupement de lâches. De ce que je sais, de la famille Elementis, le seul homme que je pouvais plus ou moins mettre à mon niveau, qui nous avait quitté, était le Roi. Tous les autres membres de la famille qui l'avaient suivis étaient bien plus faible. Presque tous les anciens avaient décidés de rester fidèle à notre Famille.

Ayant eu l'autorisation, je sortais de ma poche mon paquet de cigarette ainsi que mon zippo. Je ramenais le cendrier, afin de le placer entre le membre de l'alliance et moi-même. Jouant très brièvement avec mon zippo, je finissais par allumer la cigarette que j'avais sorti, la posant entre mes lèvres et déposant à la fois mon paquet et mon zippo en direction de l'homme assis à ma table.
L'instant suivant, ma main gauche soutenait ma cigarette, me permettant de prendre la parole :


« N'hésites pas, si tu en souhaites. »


Bien que le tutoyant, ce qui semblait être difficile à accepter de son côté, ce n'était pas pour autant que je me montrais disrespectueux. Le simple fait d'avoir demandé à le rencontrer, était une preuve de respect envers sa personne. Alors, oui, maintenant mon rôle avait changé, nous n'étions plus collègue, nous n'étions plus alignés dans le même conclave, maintenant mon rang était bien plus haut que le sien, même s'il ne s'en doutait pas forcément. Maintenant, au sein de sa vraie Famille, les Elementis et non l'Alliance, le patron, c'était bel et bien moi. Je portais, sur mes épaules, les envies et les désirs de très nombreux siècles. C'était presque triste à penser, mais j'étais, en terme de popularité ou de pression, très largement au-dessus d'un Roi ayant été élu pour boucher les trous.
Entre deux bouffées de cigarettes, je reprenais la parole :


« Je pourrais jouer sur les mots, comme toi. Certes, tu n'es plus Joker maintenant, tu es effectivement Conseiller. Tu parles de l'Alliance et.. des Rebelles.
Et si, je te disais, que la situation pouvait être interprétée différemment ? Et si l'Alliance était en fait les vrais rebelles de l'histoire, et que nous, rebelles, n'ayons changé en rien de ce qu'est la vraie Famille Elementis ? Celle que tu as juré de servir, tout au long de ta vie ? »


Marquant un temps d'arrêt, jonglant de main, la droite récupérant la cigarette, la gauche venant repousser quelques cheveux qui me dérangeaient sur le devant du visage.
Pour quelqu'un d'apparemment, aussi structuré que le jeune homme à mes côtés, ce genre de paroles devraient être assez compliquées à entendre, et bien encore plus à accepter.


« Je vais être franc avec toi. Je ne suis pas uniquement venu pour parler de nos différences de chemin. Et malgré tout ce que je pourrais bien dire ce soir, sache que je respecte ta décision, quoi qu'il en est. »


Marquant un très court temps d'arrêt, le temps de reprendre ma respiration avant d’enchaîner :


« D'un point de vu purement militaire, vu que c'est le but premier de la création de cette Alliance, on peut transposer un Conclave sur un échiquier : Le Roi occupe le rôle du roi, l'As celui de la reine, les différents valets, en fonction de leurs forcent peuvent épouser la place de tour, cavalier ou fou. Quant aux autres, ce ne sont que des pions. Le seul rôle qui n'apparaît pas sur le plan de jeu, c'est le tiens : Celui de Joker, ou celui de Conseiller. La raison est simple, ta place n'est pas réellement sur le champ de bataille à être utilisé comme une pièce. Toi, tu serais plutôt le joueur. Celui qui permet à toutes ces pièces d'êtres bien coordonnées et d'en tirer le meilleur d'elles-mêmes. »


M'empressant de tirer une nouvelle bouffée sur ma cigarette, comme pour marquer un nouveau temps d'arrêt, laissant au jeune homme le temps d'assimiler ma pensée, avant de continuer :


« Maintenant, dans votre Alliance, vous avez deux Rois. Deux pièces d'une valeur inestimable. Deux pièces dont les enjeux sont surréalistes. Que ferais-tu, si tu perdais l'une de ces deux pièces ? Qu'est-ce que tu penses qu'il arriverait, si une de ces deux pièces perdait et mourrait au combat ? »


Ne le laissant pas répondre, écrasant ma cigarette dans le cendrier :


« Boom. Plus d'Alliance. Terminé. Fin de la partie. »


Apposant mes deux mains sur la table, jouant très légèrement de mes doigts contre, ne s'arrêtant pas de parler pour autant :


« As-tu déjà parlé aux Elementis qui vous ont suivis, de ce qu'ils désiraient vraiment ? Connais-tu les vraies raisons de ton Roi quant à cette Alliance ? »


N'ayant à peine pu terminer ma phrase que la serveuse apparaissait de nouveau, un large plateau en main. Elle vint nous déposer deux pintes, cinq ou six bols de sauces différentes et un plateau composée de diverses pièces de viandes, tout en nous fournissant des couverts traditionnels ainsi que deux baguettes chacun.
Je ne pus m'empêcher de lui sourire en guise de remerciement, tapant dans mes mains l'instant qui s'en suivit, puis, prononçant en français :


« Bon appétit ! »

(c) Lae/Matena


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alphonzo FillédisMessages : 54
Date d'inscription : 03/07/2018


MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Mar 24 Juil - 20:35

Today... this night.. your are here. Thank you for this letter


Le Conseiller avait toujours son attention déposée sur son ancien collègue. A vrai dire, cette entrevue n'était pas celle qu'il souhaitait le plus, mais il allait faire un effort et rester en ces lieux, écoutant Caenn et tout ce qu'il avait à dire. Et ce qu'il avait à dire était par rapport à l'Alliance et les Rebelles, comme quoi cette situation pouvait être perçue dans un autre sens, comme si les rôles s'inversaient. Comme si... les membres de l'Alliance étaient, eux, des rebelles. 

- La vraie famille Elémentis..?

Il soupirait discrètement, suivit d'un haussement d'épaules.


- Il n'y a plus de vraies familles. Ni chez les Domae, ni chez les Elémentis. Oui certes, j'ai juré de servir ma "famille" tout au long de ma vie. Mais je me suis juré aussi de faire ce qu'il y a de mieux pour la famille Elémentis. 

Alphonzo fixait l'homme en face de lui ainsi que ses gestes. Après tout, il n'avait rien d'autre à faire d'intéressant. A part écouter, encore une fois, Caenn. La fatigue lui montait à la tête en mpele temps, alors sa concentration se perdait parfois, mais revenait aussi vite. Mr. Drusdant comparait le Conclave de l'Alliance à un échiquier, chaque membre possède son rôle, sauf le Conseiller, qui n'apparaît pas sur le plateau. Qui est le joueur qui sert à coordonner toute ces pièces de jeu chacune. Oui, c'est un fait, Alphonzo n'est pas un combattant servant à protéger la Reine et le Roi, donc oui, sa place est comme le joueur. Mais un joueur décide quelle pièce bouger sur son plateau. Un joueur analyse le plateau. Un joueur peut même manipuler le plateau à son avantage. Alphonzo allait rétorqué à la remarque de Caenn, mais celui ci enchaînait à une vitesse.. Qu'il était difficile de placer un mot.  Et quand enfin l'opportunité se présentait, la serveuse arrivait avec quelques viandes. S'imposant encore le silence, Alphonzo regardait Caenn souhaiter le repas en français, il fit de même. 

Regardant son assiette, il attentait que la serveuse parte pour enfin exposer sa manière de penser.

-Il faudrait déjà que soi la Reine, soi le Roi disparaisse. Ce qui risque d'être une chose un peu compliquée. 

Il mangeait un bout de viande avant de reprendre, sans même laisser le temps à son interlocuteur de placer une quelconque syllabe.

-Cette Alliance avec nos anciens ennemis permet de s'allier tous ensemble contre notre ennemi commun. Le Gouvernement. Continuer les batailles entre les Domae et les Elémentis serait une perte de temps atroce alors que tout ce temps, nous pouvons tenter de trouver un moyen "d'anéantir" les sornettes de ce Gouvernement.

Il reprenait son souffle, il venait de sortir tout ça sans respirer une seconde, comme une poésie qu'il avait apprit par cœur. Il avait l'habitude de répéter ces mots à des Rebelles, surtout du camps des Elémentis.

- Le Roi désire peut être que les pertes chez les Elémentis dû au Gouvernement et aux batailles avec les Domae cessent, tout comme chez les détenteurs d'animaux.

Il mangeait un autre bout de viande, après, il prit une gorgée de sa boisson, avant de reprendre.

-Pourquoi toute ces questions? N'avez donc toujours pas comprit les intentions de l'Alliance?
Feat Caenn Drusdan and Alphonzo Fillédis






Merci Lae pour ce jolie vava j'en suis fan. **




Dernière édition par Alphonzo Fillédis le Mer 25 Juil - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 44
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Mar 24 Juil - 21:50







A
la ala, j'avais décidé de laisser mon temps de parole de côté afin d'entendre ce que mon invité, Alphonzo Fillédis, avait à me rétorquer. Je ne pus m'empêcher de sourire lorsqu'il me répondit naturellement en français, avec l'accent. Après tout, c'est rare, sur Quederla, de connaître des personnes parlant plusieurs langues. Généralement, c'est l'anglais qui l'emporte de manière très flagrante. Cependant, de mon côté, j'étais capable de parler anglais, français, espagnol, allemand et russe. Merci papa. Tu n'as pas été si inutile que cela, tu n'as pas fait qu’entacher le nom de notre famille en mourant avec notre trésor familial en main. M'enfin, cela n'avait rien à voir avec notre discussion actuelle. Je vis le jeune homme se prendre au jeu et commencer à manger, tout en me répondant. Peut-être qu'il ne s'en était pas rendu compte, mais son attitude avait déjà évoluée depuis notre interaction au parc. Je n'étais absolument pas apte à jouer le même rôle que lui, et j'en étais bien conscient. Cependant, la vie ne m'avait pas spécialement fait de cadeau, jusqu'à présent, et je savais, à ma façon -bon enfant- jouer avec mon entourage. Un As ne doit pas être le meilleur que sur le terrain, il doit aussi, savoir se montrer exemplaire dans toutes situations, lorsqu'il ne le peut, généralement, il s'éclipse ou détourne le sujet. Mais là n'était pas l'heure de détourner le sujet.
Imitant l'homme à mes côtés, attrapant un morceau de viande à l'aide de mes baguettes et le faisant cuir assez rapidement, moins de quinze secondes par côtés, puis le trempant dans la sauce piquante avant de l'avaler. Je ne pus m'empêcher de faire une mimique certainement rigolote à regarder, plissant légèrement des yeux et fronçant très légèrement les sourcils, cette sauce : Elle arrache.
J'enchaînais assez rapidement sur une gorgée de bière, elle était fraîche et légère, parfait. Puis, je me décidais donc de prendre la parole, afin de répondre à mon invité :


« Tu te trompes. Les familles existent toujours, et les anciens ne se sont pas tous rangés de votre côté. Ceux qui l'ont fait, que ce soit chez les Domae ou les Elementis, ce sont les plus apeurés. Ce sont ceux qui sont persuadés de leurs faiblesses et de la nécessité absolue d'une alliance. »


Je marquais un temps d'arrêt, l'air légèrement songeur, choisissant mes mots avant de reprendre la parole :


« Comme tu le sais, je n'ai rejoins les Elementis que sur le tard. Cependant, j'avais mes raisons, et avant même ta naissance, je faisais déjà parti de la famille. J'ai connu une famille Noble et Puissante, dirigée par un Roi à son image. »


J'insistais bien sur ces derniers mots. Je visais directement l'ex Roi Elementis à travers cette phrase. Je pris le temps de boire une nouvelle gorgée, avant de reprendre la parole :


« Oui. Aujourd'hui, il n'y a pas que les Domae en guise d'ennemi. Et cette alliance, quelle qu'elle soit et quoi que ce soit, son but est temporaire. Alors, pourquoi avoir décidé d'abandonner des siècles d'histoire, plutôt que de joindre simplement nos meilleurs éléments avec ceux des Domae et d'organiser des expéditions punitives ? Qu'on se le dise, cette Alliance n'existe que dans le but de défaire le Ténébreux, non ? Admettons. Soit. Cet homme est extrêmement puissant. Une expédition comportant les Rois, As et Valets, chapeautée par les Jokers, Domae et Elementis aurait été plus que suffisant, non ? »


Je reprenais ma respiration, tout en continuant de structurer mes idées afin de paraître le plus clair possible auprès du jeune homme m'accompagnant :


« Une fois les contrats disparus... Le Gouvernement de l'île serait devenu de nouveau extrêmement faible... »


J'haussais des épaules, cela semblait d'une évidence écrasante.


« Depuis des siècles, c'est la première fois que les Elementis se doivent d'élire 'le moins pire des rois' avec ce qu'ils avaient à leurs disposition. Quelqu'un de relativement fort et expérimenté, mais en rien un homme ayant la carrure de porter sa Famille à la victoire. De ce que j'ai vu de lui, c'est quelqu'un qui jouera en faveur du 'zéro perte'... On ne gagne pas une guerre sans sacrifice. On ne gagne pas une guerre sans prendre de risque, sans mettre la vie de nos alliés, de notre famille, en danger. Dans une guerre, il faut être prêt à tout, même perdre son meilleur élément en guise de leurre.. Un Roi qui fera tout pour essayer de sauver le plus faible de ses soldats n'est pas apte à mener une guerre. Monsieur le Joueur, quand vous déplacez vos pions, si vous ne prenez pas de risques, vous perdrez. »


J'étais relativement de bonne humeur, essayer de lui faire comprendre quelques clés et rouages n'était pas non plus mauvais pour le future de ma Famille. Cet homme finirait tôt ou tard, à nous revenir. Même si aujourd'hui, il n'en a pas encore conscience. Il me semblait avoir un certain potentiel. Maintenant, il faut tout simplement l'aiguiser.
Je pris de nouveau la parole :


« Si on m'accordait ne serait-ce qu'une dizaine de minutes, seul à seul, avec le Roi ou la Reine de l'Alliance, j'y mettrais un terme, à cette Alliance. Ce n'est pas si compliqué que cela, Alphonzo. Et si par mégarde, ils se trouvaient seul face au Ténébreux, ce ne serait peut-être qu'une affaire de seconde.. Tu sais, c'est triste à dire, mais nous avons aujourd'hui, peut-être le Roi Elementis et la Reine Domae les plus faibles que l'histoire de notre île ait connue. Des trêves et des accords de coopérations, dans l'histoire, il y en a eu. Une fusion : Jamais. Aucune situation peut expliquer cette fusion si ce n'est la véritable peur de ceux qui l'ont mise en place. Ce sont des lâches qui ont bafoué des siècles d'existences, de mémoires, de devoirs. »


Une petite pause s'imposait. Mes mots étaient crus et forts. Et très certainement déplaisant à entendre de l'oreille appartenant à la personne se trouvant à mes côtés. De mes baguettes, j'attrapais un nouveau morceau de viande à griller, et m'exécutais avec le grill. Cette fois-ci, je le mangeais sans sauce. Ma langue se souvient malheureusement encore un peu trop de la sauce piquante.
Une fois le morceau avalé, je repris la parole, avec un ton plus léger, presque nostalgique, semblant me peser sur l'être :


« Malheureusement, je comprends tout à fait les intentions de l'Alliance... Et c'est ce qui me pose problème, en tant que membre de la Famille Elementis...
Ce que je ne comprends pas, c'est comment quelqu'un tel que toi, puisse y plonger aussi aveuglément, les yeux fermés, la tête la première... Je ne comprends pas non plus le fait que tu n'aies pas essayé d'avoir mon avis au moment de l'annonce de la création de l'Alliance par notre Roi. La seule raison que j'y vois, c'est l'ivresse de ta promotion... »


Je posais mes baguettes sur la table, attrapant rapidement mon zippo et mon paquet de cigarette. J'avais besoin d'en griller une, là, tout de suite. Détournant tout de même mon visage en direction d'Alphonzo, observant ses réactions.

(c) Lae/Matena


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alphonzo FillédisMessages : 54
Date d'inscription : 03/07/2018


MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Jeu 26 Juil - 0:41

Today... this night.. your are here. Thank you for this letter


Ecouter, silencieusement, s'imposer le silence. C'est devenu quelque chose de fréquent pour Alphonzo. Il tentait de garder son attention sur l'homme à ses côtés. Une chose difficile quand la fatigue l'emporte parfois. Mais il se rattrapait en mangeant un morceau de viande assez relevé. De quoi le booster pour rester.. attentif. Mr Fillèdis ne rétorquait pas tout de suite aux dires de son interlocuteur. Il analysait seulement. Gardant sa manière de penser pour lui. A vrai dire, il semblait que Caenn reste bloqué sur le Roi. Ou l'ex-roi, bref, sur le haut supérieur de la famille Elémentis.

Pour Alphonzo, l'Alliance est une bonne chose, et le fait qu'il dise que son but est temporaire le crispe un peu. Comment peut-il vraiment le confirmer? Peut être que cette Alliance perdura dans le temps. Personne ne peut le prévoir. 
Mr Fillèdis acquiesait sur le fait que sans les contrats du Ténébreux, le Gouvernement serait redevenu extrêmement faible. Mais justement, c'est le but de l'Alliance, s'unir pour tenter de faire face au Gouvernement, mais ça, pas beaucoup d'Elémentis, ou même des Domae du côté Rebelles des deux familles semblent le comprendre. Oui, des siècles d'histoire se sont écoulés. Mais ne serait-ce justement pas le moment de continuer cette histoire à leurs manières?


- Oui, c'est sûr.

Il esquissait un doux sourire mêlé d'une ironie certaine, Alphonzo se réveillait.

- Vous me semblez très sûr de vous. En soi, ce n'est pas un défaut. Mais se croire évidemment plus fort que les autres est, un défaut. Qui peut vous dire que vous arriveriez à mettre à terre le Roi et la Reine? En êtes-vous certains? Loin de moi l'idée d'en douter, c'est peut être vrai.

Il effaçait son sourire pour reprendre son visage impassible et sans émotions.

- La peur, les lâches.. Ah..

Il faisait griller un morceau de viande, attendant qu'il cuise. Un pesant silence c'était déposé. Quand enfin la nourriture fût cuite, il la reprenait, toujours dans un silence, la déposant dans son assiette avant de mettre ses coudes sur la table, joignant ses mains.


-La peur est une chose humaine. Mais qui vous dit que les membres de l'Alliance sont tous des lâches? Qui vous dit que tout les membres de l'Alliance, Domae ou Elémentis ont peur? Ce n'est peut être pas vrai ce que vous dîtes actuellement. Ces siècles d’existences, de mémoires, de devoirs, d'histoires ne sont pas perdus, ni oubliés. Ils sont toujours présents.

Il mangeait un petit morceau de sa viande avant de reprendre de plus belle;

- Les lâches sont peut être dans vos rangs. Ceux qui ont peurs ont peut être rejoint votre camps également. Les personnes qui ont sûrement peur d'écrire un nouveau chapitre de cette histoire écrite depuis des siècles, fusionnés avec la famille qui fût, pendant de longues années, leurs ennemis numéro un.

Il toisait l'homme en face, décidé à ne pas s'arrêter. A vrai dire, même si la fatigue l'emporte, jamais il ne pourrait ne pas rétorquer. Non, pas Alphonzo. Cet homme exprime toujours sa manière de penser. Ainsi soit-il.

- Comme vous l'avez dit plus tôt « Une expédition comportant les Rois, As et Valets, chapeautée par les Jokers, Domae et Elementis aurait été plus que suffisant, non ? ».  Oui, ça aurait peut être été suffisant. Mais s'être allié avec l'autre famille est un second atout. Plus nous sommes nombreux, plus les chances "d'anéantir" le Ténébreux sont plus grandes, vous voyez?

Il fermait les yeux avant de les réouvrir rapidement, ses pupilles étaient vers le bas, et un sourire narquoi se dessinait sur ses lèvres.

- Parce que vous pensez que j'ai plongé aveuglément dans cette Alliance? Parce que vous croyez qu'il me faut une simple promotion pour que je vous suive tel un chien?

Il levait ses yeux rouges sur son interlocuteur, son sourire toujours présent.

- Malheureusement non. Si j'ai décidé de rejoindre cette Alliance, ce n'est pas pour ma promotion de Conseiller. Bien que je sois assez fier de cette place que j'occupe pour l'Alliance. C'est surtout pour prouver qu'une fusion peut être une bonne idée pour aider Quederla à se libérer des chaînes posées par le Gouvernement à l'aide du Ténébreux. 

Mais aussi, c'est pour lui même. Pour s'assurer que, même si ils sont divorcés, Lucie ne risque rien dans ces conflits. Alphonzo agit pour le bien des autres, mais aussi, et surtout, pour son bien. Pour ... se rassurer.
Feat Caenn Drusdan and Alphonzo Fillédis






Merci Lae pour ce jolie vava j'en suis fan. **




Dernière édition par Alphonzo Fillédis le Sam 28 Juil - 1:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 44
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Jeu 26 Juil - 14:54







T
andis qu'Alphonzo Fillédis reprit la parole, tout en alternant avec quelques bouchées de viande, je m'exécutais aussi à me remplir l'estomac. Après tout, c'est bien moi qui avait organisé cette rencontre, qui l'avait dirigée vers un restaurant. Je me sentais assez content de la situation actuellement, échanger quelques mots avec Fillédis ne faisait que renfoncer mes propres convictions, celles du Conseiller se trouvant à mes côtés devaient être renforcées, elles-aussi. Et ce n'était pas plus mal. Comme dit auparavant, jamais je n'abandonnerai la « vraie » Famille Elementis, cela ne veut pas dire que je ne joindrai pas aux côtés de l'Alliance le jour J où ils se décideront à partir en croisade contre le Ténébreux. J'ai beau être fermé d'esprit sur le fait de ne pas me mélanger avec les Domae, je reste très ouvert quant à la possibilité de mettre un terme au règne de cet être obscur. Même si je ne l'ai jamais rencontré moi-même, j'ai lu bon nombre de rapports à son sujet et surtout, ses capacités à renforcer le Gouvernement ne sont plus à prouver. Nous avions beau être ennemi, nous avons tout de même un ennemi commun. Et contrairement à Newton, je suis plus de l'avis d'une alliance temporaire que définitive.
Alphonzo remettait à moitié en compte mes capacités à pouvoir faire jeu égal, enfin plutôt à dominer le Roi ou la Reine de l'Alliance. En soit, il n'a pas tord, je ne les aies jamais affrontés, je ne les aies jamais vu se battre. Cependant, un ancien As tel que moi, nouvellement Chef de la Famille Elementis, se devait de ne jamais douter de ses capacités. J'aimerai me tester assez rapidement, depuis que j'ai pris mes fonctions, je n'ai pas eu l'occasion d'un vrai combat. En y repensant, cette petite Valet Elementis, aujourd'hui membre de l'Alliance et maîtrisant le feu pourrait être une très bonne première cible. Je suis le mieux placé de cet île pour savoir si elle mérite ou non le droit d'utiliser son élément. Cet élément qui aurait du être mien.
Entre deux morceaux de viande, je profitais pour en placer une :


« Heureusement, que je sois sûr de moi et de mes choix. En tant qu'As de la Famille Elementis, je me dois de porter cette responsabilité, même si mon nouveau Roi se décide à m'envoyer au casse-pipe lors d'une mission suicidaire. C'est avec la volonté d'écraser mes adversaires que je foule le champ de bataille. La défaite n'est définitivement pas une option. Et je ne m'y rends pas pour protéger les autres. »


Lâchais-je, une nouvelle pique placée contre Mr. Mork. C'était la dernière fois, promis ! Si je continuais sur cette lancée, je ne ferais que me ridiculiser, même si, ça ne me dérangeait pas. Après-tout, ma discussion avec le Chef de l'Alliance n'était pas terminée, mais dans la situation actuelle, ce n'était pas quelqu'un que je pouvais convoquer comme je l'ai fait avec Sir Fillédis.
Prenant une bonne grosse gorgée de bière avant de m'allumer à nouveau une cigarette :


« Je ne peux pas le nier, chez les Rebelles aussi, il y en a qui fuient le combat ou qui décident de se laisser bercer par le rythme des autres. La proportion de ce genre d'individus doit être facilement au moins aussi élevée que dans vos rangs. Cependant, ils restent tous intimement persuadés que cette ère de Gouvernement à pouvoir ne sera que de courte durée. Toutes Familles a besoin d'un objectif pour s’épanouir, elles ne peuvent qu'évoluer constamment dans le désir d'être plus forte que leur vis-à-vis direct. Alors certes, aujourd'hui notre île a décidé que la personne la plus puissante en ces lieux n'était pas un membre de famille. Cependant, dès que cet ennemi disparaîtra, les familles se retourneront inéluctablement les unes contre les autres. C'est indissociable. Notre existence même en tant que membre de Famille est régie par le fait de surclasser la famille opposée. »


Continuant de fumer ma cigarette, m'étirant légèrement le cou, je possédais un air songeur. L'homme présent à mes côtés n'était pas issu d'une longue lignée de l'île. Son éducation et ses points de vus sont donc tous deux totalement différents de ceux qui, comme moi, avons tout un héritage familial, long de plusieurs siècles, à porter sur nos épaules en plus du reste. Certes, je n'étais pas un exemple à proprement parler, cet héritage, j'ai essayé de le fuir pendant une bonne dizaine d'années. Mais quoi qu'on face, il nous retombe toujours sur le dos. Tel la Gravité. Et je savais mieux que qui-compte, que tous les enfants de ma génération, que toutes les personnes plus âgées que moi, chez les Elementis, ont été forgés dans une haine féroce des Domae. L'histoire me donnera peut-être tord, mais aux yeux de notre passé, ce qui est entrain de s'opérer dans l'île actuellement est anecdotique. Dans deux cent ans, cela prendra peut-être une page dans un livre d'histoire. Allez, deux pages à la rigueur. On pouvait faire le rapprochement entre cet épisode de l'île et ma cigarette entrain de se consumer. Dans le futur, ce ne serait que de la cendre, des miettes envolées au vent.
Je repris la parole, lentement :


« Être nombreux n'est pas gage de qualité. Être nombreux peut devenir une grande faiblesse.. Envoyons cent pions contre le Ténébreux ! Et peut-être que... Bref, dans le meilleur des cas, un ou deux réussirait à revenir vivant. »


D'un geste de la main, je balayais aussitôt cette idée, écrasant par la suite ma cigarette dans le cendrier, ouvrant de nouveaux mes lèvres :


« Je ne veux pas paraître pessimiste, mais la seule possibilité que l'Alliance persiste après la mort du Ténébreux et la chute en flèche du Gouvernement... Ce serait que tous les membres de familles, rebelles et alliances inclus soient... réduits de.. Quelque chose comme quatre-vingt-dix pourcent ? Que les Familles soient tellement affaiblies au point d'être à la limite de l’extinction... »


Je me fis griller un nouveau morceau de viande, mes idées étaient clairement bien éloignées de celles d'Alphonzo. Je m'y attendais, après tout. Cependant, je ne pensais pas que le fossé était aussi immense. Cette alliance, ils y croient réellement dur comme fer. C'est aberrant. Et surprenant. Quelque chose qui a été mis en place sur le tas, juste après l'élection du « moins pire » des Rois et qui n'a pas été suivi par les puristes Elementis tel que le père des frères Dreiden... Direct descendant d'Eisuke... D'ailleurs, il faudra que je leur parle, à ces deux marmots.
Une fois ce morceau de viande engloutis, je terminais sur une question épineuse :


« J'imagine que tu ne pourras pas entrer en détail, mais de la façon la plus neutre que tu puisses me répondre... Vous avez déjà commencé des actions, depuis la création de l'alliance, visant le Ténébreux ?... et si ce n'est trop demandé, le taux de réussite ? »


Posant mes mains sur la table, secouant légèrement le visage, après tout, information pour information :


« De notre côté, nous n'avons encore rien fait de concret, mais ça ne devrait plus tarder. »


Concluais-je, retournant me griller un morceau de viande.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alphonzo FillédisMessages : 54
Date d'inscription : 03/07/2018


MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Sam 28 Juil - 1:14

Today... this night.. your are here. Thank you for this letter


Alphonzo écoutait Caenn, comme depuis le début de la soirée. Il n'avait pas rajouté quoi que ce soit aux dires de Mr. Drusdan. A vrai dire, quoi rétorquer ? A part répéter les mêmes choses depuis le début, il ne pourrait rien dire. Il faisait donc  mine d'être intéressé. D'être.. présent.

-De la façon la plus neutre que je puisse vous répondre?

Il se fit griller un autre morceau de viande, durant ce petit temps, seulement le crépitement de la viande sur le grill se faisait entendre -hormis les bavardages des autres clients bien évidemment-. Les yeux rouges de Sir Fillèdis s'étaient déposés sur son interlocuteur tandis qu'il retirait sa viande, toujours dans son silence imposé habituel.


- Pour le moment, comme vous, nous n'avons rien fait de concret.


Et cela s'arrêtait là.

Il n'allait rien rajouter de plus à cette question, il ne trouvait pas ça si utile. Alors il se tût. Du moins, il se contentait de boire une gorgée de sa bière avant de reprendre, d'une voix plus claire, bien qu'elle soit assez claire en temps normal.

-Nos points de vues sont très différents d'après ce que je vois.

Le claquement du verre sur la table vint briser le peu de non-bruit sur cette table. Oui, leurs points de vue diffères assez. Alphonzo croit en l'Alliance, il pense même qu'il pourrait avoir des chances pour que cette Alliance perdure dans le temps, tandis que Caenn pense le contraire, comme quoi ses actions ne sont que temporaires. Malheureusement, personne ne peut réellement prévoir le futur de cette Alliance.
Personne.

- Sachez une chose, je n'ai jamais prit part aux faces à faces directes contre les Domaes.  C'est pour ça que cette Alliance, et bien, je ne m'y suis pas opposé. N'ayant pas cette mentalité de vouloir surpasser la famille opposée. 

Il retirait sa viande -qui sera sa dernière de la soirée- la mangeant tranquillement. Devait-il être travaillé par quelque chose? Bien sûr que non, il n'était plus tendu. Le connaissant, il aurait mit cela sur le compte de la fatigue qui commençait à l'emporter de plus en plus, mais c'est surtout qu'il a comprit que, pour l'instant, il n'allait rien se passer. Bizarre comme préssentiment, non?

- Si les Elémentis ont besoin d'un but tel que surpasser les Domae, et bien, qu'ils le fassent. Si s'entre-tuer est une chose marrante, autant qu'ils s'amusent comme il le faut après tout.

Il prononçait ses mots sur un ton d'ironie qu'il adorait secrètement.
Feat Caenn Drusdan and Alphonzo Fillédis






Merci Lae pour ce jolie vava j'en suis fan. **


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 44
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   Sam 28 Juil - 16:59







J
e ne m'étais pas spécialement rendu compte du temps qui s'était écoulé depuis notre point de rendez-vous au niveau du parc Impérial. Cela faisait maintenant plusieurs heures et le restaurant dans lequel nous étions nichés jusqu'à présent commençait tout doucement à se vider. N'ayant plus de personne au-dessus de moi, étant totalement libre de mes mouvements -tel un chien fougueux- je ne possédais pas vraiment de soucis d'horaire. Ce qui n'était très certainement pas le cas de l'homme face à moi, cumuler au quotidien sa fonction de Conseiller au sein de l'Alliance et celle barman... De mon côté, je pouvais me rendre à mon Conclave quand je le souhaitais, ou plutôt, quand j'en avais besoin, et pour ce qui est de l'Orphelinat, je n'ai jamais eu d'horaires fixes. Même si, au cours de ces dix dernières années, j'y avais été présent quotidiennement et un nombre d'heures incalculable.
Quant à notre plateau de viande, il s'était bien vidé, avec le morceau que le jeune homme faisait cuir à mes côtés, il n'en restait plus qu'un. D'un air interrogateur, je demandais si je pouvais me le permettre, ce à quoi, Fillédis semblait être d'accord.

M'exécutant et le mettant donc à griller, j'écoutais ce que mon partenaire pour la soirée avait à dire.
Bon, d'un côté, un point positif, l'Alliance n'avait pas encore commencé à être productive. C'était similaire chez nous, mais cela me rassurait sur un point : Malgré leur formation hâtive, il leur reste leurs bases à consolider avant d'envoyer leurs pions vers diverses missions. Cela est entre-autre une grande partie du travail d'Alphonzo. Quant à notre côté.. et bien... C'est triste à dire, mais pour l'instant, cela ne dépendait que de moi. Si je voulais frapper quelque chose de précis, il me suffisait de le dire et d'y aller. Mais prendre l'initiative en tant que « Rebelle » n'est pas forcément un bon point. Se faire discret reste un point non négligeable, dans un premier temps. Même si je suis escorté, si je suis muselé, cela rendrait le fonctionnement de notre nouveau Conclave bien plus compliqué. Bref, pour le moment, je n'avais pas vraiment d'autres choix que de continuer à observer et récolter des informations au sein des Elementis de l'Alliance sur leurs vrais désirs. Ce soir, j'avais réussi à obtenir les opinions du Conseiller. Et l'évidence parle d'elle-même, cette Alliance, il y croit dur comme fer et fera tout pour la mettre en avant à partir de maintenant. Ce n'est pas pour autant que cet homme baisse dans mon estime, ou quoi que ce soit d'autre. Comme je lui avais dis plus tôt, je respecte son point de vu et ses désirs. De plus, ce n'est pas spécialement un homme que je dois posséder dans mes ennemis, il nous est bien trop utile, aux Rebelles comme à l'Alliance étant donné qu'en passant par moi, il sait très bien qu'on peut faire la jonction entre les deux camps, en cas de besoins. Je ne pense pas qu'il soit fermé d'esprit à cette idée, enfin, je n'en sais rien. Mais lors des missions les plus périlleuses, il se peut que l'on ait besoin d'un grand blond avec une lance imposante. Surtout si cela viserait le Ténébreux directement. Pour le reste, ils peuvent très bien se débrouiller sans ma personne, j'imagine.

Suite à la dernière sentence de l'Elementis à mes côtés, j'haussais les épaules, comme si cela me paraissait évident. Puis, je prenais finalement la parole :


« Effectivement, nos points de vus sont globalement différents. Le seul point où nous tombons d'accord est que, la tête du Ténébreux doit être mise à mal. »


Marquant un léger temps d'arrêt, avant de reprendre la parole :


« On a tous besoin d'un but.. aussi simple, futile ou infantile soit-il, nous avons tous besoin d'un but. En tant qu'individu ou en tant que Famille, Alliance ou Gouvernement. Je comprends que votre but puisse être de 'protéger tout le monde et faire tout pour que tout le monde s'entende' … Mais dans ce cas, sur le long terme, si vous y arrivez, vous serez des exceptions. L'homme est pleine de vice. »


J'attaquais finalement le dernier morceau de viande grillée présent. Je ne pensais pas que cette discussion ait été vaine. Nous nous comprenions un petit peu mieux, mutuellement. Et nous avions échangés nos points de vus, bien que très différents les uns des autres, mais nous l'avons fait. D'une certaine façon, le Conseiller savait à quel moment il pouvait compter sur une aide très temporaire de la Famille Elementis. Je pense que j'avais tout de même réussi à faire passer le message que nous n'étions pas encore hostile envers les Elementis de l'Alliance. Par contre, je n'avais peut-être pas assez insisté dessus, mais les Domae restent des Domae. Alliance ou non. Marcher à leurs côtés reste impensable. Excepté lors d'une mission bien précise.


« Je pense que, tu as de la chance de n'avoir jamais eu d’antécédents avec les Domae. Mais je pense aussi, que pour ton rôle de Conseiller, dans le futur, cela te sera problématique. Même parmi ceux qui vous ont rejoins, bons nombres auront du mal à courber totalement l’échine devant un Domae. Et n’oublie pas de prendre en compte qu'il n'y a pas que des Rebelles Elementis. Je te conseillerais bien de rencontrer le Conclave des rebelles Domae, mais cette fois, fais-toi bien entourer. Ils n'auront très certainement pas la même image de toi, que celle que je possède. »


Portant la pinte à mes lèvres, je finissais tranquillement ma bière.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'entrevue des anciens collègues | ft. Caenn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2018-