Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 106
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Jeu 2 Aoû - 22:38







J
e venais de finalement prendre ma décision. Je me devais de rencontrer ce Joker Elementis ayant abandonné son poste afin de partir en mission, en Suède, apparemment au niveau du palais royal. D'une certaine façon, c'était le membre du Conclave le plus ancien qu'il m'était possible de retracer. Même si, aujourd'hui, il n'est qu'un simple membre de la Famille. J'accordais beaucoup d'importance au rang de Joker, même plus qu'au Roi. C'était peut-être un défaut de ma part, mais à mes yeux, ils représentent un des maillons les plus important de la Famille. Le Roi est l'homme qui donne du courage et de la ferveur à ses hommes, l'As est l'homme qui est capable de retourner toutes les situations, même les plus désespérées, le Valet est celui qui, tel un roc, se doit de ne jamais flancher. Quant au Joker... Le Joker, lui, c'est celui qui tire les ficelles. C'est celui qui manipules ces pantins à sa guise. Je ne connaissais pas du tout l'homme que j'avais décidé de rencontrer, on m'en avait très peu parlé, je savais juste qu'il était jeune et expérimenté. Arias Vele. Tout comme pour Alphonzo Fillédis, je n'avais strictement aucune mauvaises intentions envers cette personne. Je voulais juste discuter, apprendre d'eux. Je me retrouvais dans une situation bien singulière. Jouer le rôle d'un As ne me faisait point peur, après tout, c'était le chemin que l'on m'avait tracé, et ce, dès mon enfance. Cependant, jouer le rôle du Roi est tout autre. Surtout quand ce Roi n'est pas officiel, même si reconnu de ses partisans.
Je ne savais pas si l'ancien joker était toujours en contact avec l'Alliance de Quederla. Tout ce que je savais, c'est qu'il n'était plus en contact avec Ma famille Elementis. De ce que j'ai entendu, il a fait parti des hommes qui ont voté à l'ascension au pouvoir de Newton. Ce sera certainement une de mes premières interrogations. J'étais de nature curieuse, à ma façon : Je testais les gens.

Après m'être rapidement renseigné sur les démarches et les départs de bateau en direction de l'Europe et de la Suède plus particulièrement, je fis envoyer une lettre au palais royal, leur annonçant la venue d'un éminent général, diplômé de West Point et de Saint Cyr, dénommé Caenn Drusdan.
Dans cette lettre demandant l'asile temporaire, j'y ajoutais une demande singulière, celle de prévenir et rencontrer un homme : Arias Vele. Dans ma lettre, j'informais qu'il était question d'une affaire d'état, venant de l'île Quederla. Je n'y ajoutais pas d'autres informations, ils avaient mon nom, mon rang militaire et mon motif de venu. J'étais bien loin d'imaginer que, d'ici quelques jours, je me trouverais face au Roi d'un pays. Mon titre de Général ne serait peut-être pas suffisant pour le rencontrer. Peut-être que je devrais négocier avec diverses personnes avant de le voir en vrai. Quoi qu'il en soit, je me débrouillerais. Avec ma veste, mes décorations et mon arme de major de promo, je devrais très certainement rendre jaloux le meilleur de ses généraux. Et, théoriquement, mon père travaillait en tant qu'Elementis sous les ordres d'Arias. Donc celui-ci ne devait pas ignorer mon nom, ni ma lignée.

La dernière fois que j'avais pris le bateau, c'était pour revenir à Quederla, à l'âge de mes dix-sept ans, donc, il y a dix-sept ans. À cette époque, j'étais un jeune homme fougueux, ayant hâte de récupérer mon élément de prédestination : Le Feu. Et faire flamber les Domae comme aucun membre des Elementis ne l'avait jamais fait.
Aujourd'hui, si je prends la mer, c'est dans l'unique but de renforcer mes propres convictions en tant que Roi. D'une certaine façon, on pouvait se dire qu’énormément de chemin avait été parcouru pendant ces dix-sept années, cependant il n'en était rien : J'étais arrivé là où je suis sur un gros concours de circonstance. Mais maintenant que j'y suis, je m'y sens bien. C'est un peu comme si le cours du temps avait repris sa place, comme si la Mort qui tenait ma pièce entre ses dents s'était trompée et l'avait faite tombée du côté de la vie.
La matin de prendre la mer, j'avais enfilé mon costume de militaire, le sombre, avec la casquette floquée de mon régiment. La seule différence est que je portais aussi ma veste de général, comme à l'accoutumée, flottante au vent, les manches n'étant pas enfilées, accrochée à mes épaules, au niveau des distinctions militaires. Mes cheveux étaient soigneusement attachés sous ma casquette, ne laissant paraître que les pointes. Sur mes yeux, j'avais placé ma paire de lentille bleu, cachant mes yeux dorés. C'est la tenue que j'allais porter dans les jours à venir, que je ne quitterais très certainement pas.

Le voyage en mer était long, mais loin d'être insurmontable. Je n'avais pas le mal de mer et j'avais prévu suffisamment de paquets de clope pour tenir au moins un mois entier dans mes bagages. Je ne connaissais pas du tout la Suède et je n'avais pas rencontré d'étudiant Suèdois à Saint-Cyr, en France. Je savais juste que c'était un petit pays du Nord de l'Europe avec quelques petits millions d'habitants. On était bien loin d'une super-puissance mondiale ou d'un territoire ayant récemment eu des conflits militaires engageants divers pays. Du moins.. pas à ma connaissance.
Je passais la plus part de mes journées de mer à observer l'horizon, au loin. Ce vide, cette eau, ce ciel. C'était agréable. J'en profitais pour faire le vide dans mon esprit et de penser le moins possible. J'avais laissé mes directives au QG avant de prendre la mer. Le mot d'ordre était simple : On reste discret, personne ne bouge ou n'agit sans mon consentement. J'avais même souligné l'importance de fuir les affrontements pendant cette période. N'étant pas apte à me présenter en secours. Je pouvais me contenter de me concentrer uniquement sur cette visite diplomatique au palais royal de Suède.
Je ne parlais point avec les gens présents dans le bateau avec moi. Sait-on jamais. Je ne connaissais pas ces personnes et je ne pouvais me permettre de donner d'informations sur mes agissements. Dans le pire des cas, ils reconnaîtraient l'ancien As Elementis porté disparu, entrain de quitter l'île, rien d'anormal, en soit. Après tout, personne en dehors de ma Famille était au courant que j'en étais maintenant la tête.

Une fois le trajet accomplis, notre bateau arrima dans le plus grand port du pays. Le port de Göteborg. Nous arrivâmes de nuit. Je me voyais donc forcé de rester sur la ville pour la nuit, avant de prendre le train le lendemain, pour Stockholm et son palais royal. Tout était déjà prêt, j'avais rendez-vous avec la caserne militaire maritime de Göteborg, où une place m'avait été préparée pour la nuit.
Mais avant cela, je me devais de passer la douane, très simplement, échangeant en anglais avec une douanière, plutôt grande, blonde aux yeux bleus, comme moi, actuellement. Je souris à l'idée de me dire que je me fondais apparemment parfaitement à l'image de ce pays. Tous mes papiers étaient en règle, passeport, carte d'identité, visa à durée déterminée. Ajoutant quelques politesses avant de quitter les lieux et de me rendre à mon rendez-vous du soir. Si tout se passait comme prévu, je pourrais finalement rencontrer Arias Vele, l'ancien Joker Elementis, dès demain. Mon temps ne serait pas vainement perdu.
Cette nuit là, malgré la chambre à ma disposition, je ne dormis que quelques heures, le minimum syndical. J'avais décidé de faire le tour de ce port à pied, profiter de la fraîcheur de la nuit pour explorer cette ville qui s'offrait à moi. Je n'usais pas de mes pouvoirs, je ne me permettais pas de faire des toits de la ville, miens. Nous étions en dehors de Quederla et je ne pouvais pas vraiment me permettre de lancer une rumeur de militaire volant de toits en toits derrière mon passage. Lors de mon exploration, je pris plusieurs fois l'occasion de me stopper le temps d'une cigarette, afin de perdre mon regard à l'horizon, comme j'aime particulièrement le faire, quand il n'y a pas d'enjeu.

Je me fis réveiller par le clairon de la caserne, à l'aube. Baillant et prenant mon temps pour m'habiller, soigneusement, sans rien oublier, j'avais rendez-vous avec un soldat de la caserne censé me servir de guide jusqu'au palais royal. Essayant d'échanger quelques mots en anglais avec lui, il me répondit très difficilement. Ce jeune homme semblait particulièrement stressé par mon rang. Après tout, des généraux de mon rang ne parlent habituellement pas aux petits pions de son genre. D'un point de vu extérieur à l'armée, aujourd'hui, je trouvais ça fort dommage. Mais cela pèserait certainement trop lourd pour des épaules de généraux de connaître le nom et les hobbies de chaque pièce que l'on sacrifie. L'idée de passer le temps en train à regarder par la fenêtre ne me dérangeait absolument pas. Après tout, j'aimais être dans cette posture là. Le trajet n'allait pas être long non plus, cinq ou six heures, grand maximum.

Nous voilà donc à Stockholm. Le marin me guida jusqu'à l'entrée du palais, où j'étais attendu par un autre soldat. Un gradé, cette fois. Nous nous saluons rapidement, de façon militaire, avant de passer aux politesses de rigueur. Celui-ci me demandait, en anglais, si mon voyage avait été agréable et si j'avais été bien accueillie par la caserne. Je lui rendais rapidement les politesses, par respect, mais pour être franc, actuellement, je ne pensais plus qu'à Arias Vele et à la raison de ma venue. Mon esprit était focalisé dessus. Même si je me laissais déconcentrer quelque peu par le palais que je pouvais observer, un bâtiment en carré, avec une grande cour intérieur, dans un style ancien. C'était une belle résidence, en effet. Assez sobre, pas trop tape à l’œil, je trouvais ce lieu de bon goût. Le lieutenant qui me conduisait m'expliquait où se trouvaient mes quartiers, prenant mes affaires personnelles afin de les y conduire. Avant cela, il me fit rentrer dans ce qui semblait être une grande salle de réception... royale ? Je me sentais bien petit, au milieu de cette pièce. J'étais seul, pour l'instant. M'avançant de la grande table, apposant mes doigts dessus, la caressant tout en marchant, observant cette salle. Elle semblait être d'époque, les décorations et les proportions. Bêtement, j'avais un sourire aux lèvres en observant ce lieu. Le seul point négatif est que, je ne pourrais certainement pas y fumer durant ma discussion. Dommage.
Tout en  continuant de faire le tour de la pièce, j'attendais, comme me l'avait demandait la personne qui m'avait conduit à cette salle.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 361
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Ven 3 Aoû - 0:14



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?  


La situation en Suède était pour le moins compliqué, je dois bien l’avouer, je suppose que personne n’aurait imaginer une seule seconde que je fasse tout cela en faveur du peuple et certainement pas les nobles. Même si beaucoup se plient à mes réformes car ils comprennent ma vision des choses, d’autres sont plus réticents à laisser une partie de leurs avantages en faveur de peuple. Cependant, comme je m'efforce de le faire comprendre par mes actions et mes paroles, un pays ne vit pas grâce à une poignée d’hommes, mais tout un peuple. Alors je sais, je le sens, qu’après la petite tempête que je passe il y aura un avenir meilleur pour mon pays, un avenir ou le peuple suédois sera unis et plus fort que jamais. Les guerres menées par mon tyrannique prédécesseur on endurcis mes armées, mais je veillerais à user de cette force pour le bien et la prospérité de mon pays, non plus pour conquérir et faire souffrir.

Je fût agréablement heureux d’avoir reçus Nashoba ici, en Suède, j’appris beaucoup de choses sur la situation à Quederla et après la demande qu’il m’avait faite mon désir de rentrer un peu à Quederla s’était accentué. Revoir ma fille, ma promise et ma famille, tous me manque. Néanmoins je n’abandonnerais jamais mon peuple et rattraperais les erreurs de mes prédécesseurs. Comment ont-ils pût négliger tout un peuple ? Enfin je dit ils, mais je devrais dire IL, ce monstre.

Je recevais une missive, mi-juillet d’un brillant général diplômé de West Point et de Saint Cyr, enfin je supposais que c’était un brillant général pour avoir été diplômé de deux prestigieuses académies militaire. Je n’ai jamais suivis d’éducation militaire, ni même royale au final puisque je ne m’en ai pas le moindre souvenir. Je me demande si je ne vais pas décevoir sa vision d’un roi ? En tout cas je ne vais pas rester les bras croisés quand on me demande l’asile. Néanmoins je me demandais pourquoi un si grand général ne demandait pas l’asile en France. Puis je lisais les lignes et comprenais mieux sa demande : il venait de Quederla. De plus, je me rappel de ce nom de famille, des riches militaire si je me souviens bien.

Je préparais donc les dispositions de cette visite en plein milieu de cette tempête politique. JE demandais à la caserne militaire de Göteborg de s’occuper de loger notre demandeur d’asile le temps d’une nuit puis de me l'escorter au palais. J’avais aussi pris soins de demander à l’administration du palais de réserver des quartiers pour notre invité. Quand mes missives furent envoyer dans la même journée, je me remit au travail de redresser mon pays, laissant cette visite de côté pour un court moment.

Quelques jours après mes directives, je recevais des nouvelles de Göteborg qui m’informait de l’arrivée du général Drusdan. Je fût heureux de le savoir enfin arriver et le reste de la journée je remis cette visite dans mon esprit. J’avais hâte de connaître le point de vu d’un autre sur la situation à Quederla et puis les visites étaient un peu l’oeil de la tempête, un court moment de répit.

Le lendemain, le lieutenant en charge de la réception de notre invité était venus m’avertir que le général Drusdan avait prit connaissance de ses quartiers et m’attendait dans la salle de réception des invité. Heureusement qu’aujourd’hui je n’avais pas de réunion de prévu, j’ai n pe de mal à me faire à l’idée qu’en fait c’est moi qui les organises. Je marchais d’un pas vif jusqu’au salon et ouvrait la porte calmement. En entrant, je vis le général avec un léger sourire au lèvre et me demandait bien pourquoi il souriait. Je le sala avec toute la politesse royale qu’on m’avait inculqué et lui souriais en retour.

- Votre présence honore ces murs général. Je vous en prie, asseyez-vous.

Je le conduisis à un canapé et m’asseyait en face de lui, toujours un léger sourire au lèvres.

- Alors, votre voyage c’est bien passé ?




(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     


Dernière édition par Arias Vele le Ven 3 Aoû - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 106
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Ven 3 Aoû - 3:51







E
n entendant les portes s'ouvrir derrière moi, je me retournais lentement, prenant le temps d'observer la personne qui se présentait à moi. C'était un jeune homme, aux traits fins, svelte et bien plus petit que moi. Il faut dire, que des personnes de ma taille, je n'en avais pas croisé beaucoup -si ce n'est ce colosse de Newton-
Haussant un sourcil suite au salut particulièrement distingué de mon hôte, je m'exécutais d'un salut militaire classique. Après tout, c'était cet aspect là de ma personne que j'avais mis en avant afin de mettre en place cette entrevue. Arias était particulièrement bien habillée, par la même occasion. Je ne connaissais pas son rang en ces lieux, mais d'instinct, je le mettrais sous le signe de la royauté. Un prince, peut-être ? Quoi que. En réfléchissant quelque peu, l'abandon de fonction de Joker sous prétexte d'une mission à l'étranger, le contrôle de l'armée du pays, l'accueil dans la salle de réception du palais.. c'était peut-être bien plus qu'un simple prince. C'était peut-être l’héritier du trône ? Un nouveau Roi, mais cette fois-ci, d'un pays et non d'une famille. Pour être franc, je ne m'étais pas spécialement préparé à cette situation. L'occasion ne me permettait pas de le tutoyer ni d'essayer de l'influencer comme j'avais pu le faire avec le Conseiller... L'entrevue était donc, pas tant que ça, à mon avantage. Meh. Je sais quand même me comporter dignement, fort heureusement.
Je reprenais une position un peu plus décontractée à la fin de mon salut, tandis que le jeune homme face à moi prenait la parole tout en m'invitant à m’asseoir sur un canapé.
Je ne pus m'empêcher de cacher un léger rictus lorsqu'il m'appela général. Ce n'était pas un mensonge et bel et bien une réalité, j'étais gradé général et distingué. Mais.. je ne m'étais plus fait appeler de la sorte depuis dix-sept ans. Je prenais un coup de vieux, sur l'instant.

J'étais maintenant assis sur le canapé, dans l'angle, mon coude gauche reposant sur le rebord, ma main gauche contre ma joue, la tête légèrement inclinée. Mes jambes étaient croisées, la droite passant sur la gauche. J'avais pris une position plutôt « très décontractée » dirons-nous. Je portais mon couvre-chef et toujours mes lentilles. Mes yeux dorés et mes cheveux longs étaient donc cachés.
Un léger sourire aux lèvres, je me devais de rétablir la vérité sur ma situation :


« Bonjour, monsieur Vele. Je tiens à m'excuser d'avoir eu à utiliser mon rang afin de pouvoir organiser cette entrevue, cela me semblait plus simple et plus discret, sous tous les angles. Je dois vous avouer qu'aujourd'hui, je ne fais plus parti d'aucun corps armé. Mais comme vous avez pu le remarquer, dans la lettre que je vous ai fait parvenir, que je venais plutôt vis-à-vis d'une petite île, si particulière. »


Je marquais un léger temps d'arrêt. Je continuerais de m'expliquer par la suite, gardant mon sourire, toujours d'une voix calme et posée :


« Le voyage s'est parfaitement déroulé, je remercie, par ailleurs, l'accueil qui m'a été proposé à la caserne de Göteborg. Cela m'a remémoré de précieux souvenirs et j'ai pu visiter une ville charmante. Je prendrais le temps de visiter Stockholm avant de repartir, je n'ai malheureusement pu faire que le chemin de la gare au palais. »


Mon sourire s'effaça après cette sentence, prenant un air légèrement plus grave, restant toujours dans la même position :


« Si vous permettez, je vais me présenter de nouveau, mais sous l'identité que j'occupe en ces jours... Je suis l'héritier de la famille Drusdan, originaire de Quederla et réputée auprès de la Famille des Elementis pour fournir des combattants maîtrisant l'art du feu. Caenn, membre du Conclave, présentement As. »


Offrant quelques secondes de répits au jeune homme face à moi, j'avais bien conscience de m'imposer dans son domaine. Je me devais de lever tous soupçons, dans un premier temps :


« Ne vous inquiétez pas, je me suis présenté face à vous avec des intentions... diplomatiques, dirons-nous. De ce que j'ai cru comprendre, vous semblez être très occupé en ces lieux. Je ne souhaite pas monopoliser votre temps et je suis disponible durant toute la durée de mon séjour. Cependant, si vous souhaitez que nous continuons la conversation immédiatement, je ne le cacherais point : J'en serais ravi. »


Cette fois-ci, mon sourire repointait le bout de son nez. J'avais tout de même quelques difficultés à utiliser ce langage soutenu, mais soit, l'exercice n'était pas déplaisant. Depuis mon retour au sein de la Famille en tant qu'As, j'avais pris l'habitude de tutoyer tout le monde, le Roi y compris. Certainement quelque chose de difficilement concevable pour un Joker. Mais cette habitude de tutoyer tout le monde lorsque j'agis en tant qu'Elementis s'était renforcée depuis que j'avais été nommé Chef de la Rébellion. Cependant, cette information là, Arias Vele ne l'aurait pas. À l'heure actuelle, je reste un As Elementis qui ne fait pas parti de l'Alliance. Ma position de chef n'est connue que des rebelles.
Je me demandais tout de même, si Arias était au courant de la création de l'Alliance.. cela me semblait être une lourde tâche que de lui annoncer. Mais.. chaque chose en son temps. Je devais tout de même obtenir la possibilité de pouvoir parler de Quederla, et plus en profondeur, de l'état actuel de notre Famille.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 361
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Ven 3 Aoû - 12:40



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?  


Je sentais son regard me décrypter, m’analyser, mais je commençais à avoir l’habitude. Après des salutation bien trop formel pour ce que j’avais l’habitude, je remarquais que sa posture était plus décontractée. D’ailleurs je remarquais que j’avais prononcé le mot général et qu’il eut une sorte de rictus, avais-je commis une erreur ? Ne portait-il plus ce rang ? Non ce n’étais pas ça, il portais son uniforme et ses insignes. Alors je ne savais pas trop comment interprété sa réaction. Une fois assis j’avais l’impression de ne plus avoir le même homme en face de moi, il avait délaissé la droiture militaire pour une posture plus décontracté, appuyant sa tête sur sa main d’un aire que je prenais pour de pour de la désinvolture. Il gardais même son couvre chef sur la tête, je dois bien reconnaître que c’est la première fois que je rencontre quelqu’un qui se mettait si à son aise en ma présence. Je ne suis pas regardant sur le comportement des gens, mais mes parents adoptifs m’ont toujours signifiait qu’il était impolis de garder son couvre-chef sur la tête chez un hôte. Sans m’en rendre compte je le regardais avec une expression légèrement perplexe qui disparue aussitôt qu’il avait commencé à me répondre.

Il s’excusait d’avoir utiliser ses galons pour obtenir une entrevue, chose que je ne comprenais pas d’ailleurs. S’il voulait un rendez-vous, un simple courrier aurait suffit, j’ai reçu plus d’une visite inopinée. Bien entendu, la raison de cette petite cachoterie était tout autre, surtout qu’il ne faisait plus partis d’aucun corps d’armée. Il affichait un sourire et marquait une pause avant de m'affirmer qu’il avait fait bon voyage et remerciait au passage l'accueil qui lui était prévus à la caserne de Göteborg. Je fût heureux d’apprendre que l'accueil lui rappela de bons souvenirs et qu’il trouvait cette ville charmante. J’espère que la capitale sera à la hater de ses attentes.

Je le laissais parler, car je sentais qu’il avait encore quelque chose à me dire et la perte de son sourire présageais un sujet plus important que le tourisme. Il se présenta comme l'héritier de la famille Drusdan que je connaissais de nom et pour leur faits d’armes. J’aurais été un bien mauvais Joker si je ne connaissait pas les grandes familles Elementis. Puis j’apprenais une chose que je ne savais pas, il était membre du Conclave en tant qu’As ? Je ne me souvenais pas de lui étrangement...

Puis il me rassura sur le but de sa visite purement diplomatique qui pouvait d’ailleurs attendre que le roi soit plus disposé à parler. Je pense que je peux le ravir de ma réponse alors.

- Il n’y a pas de problèmes concernant l’utilisation de votre rang, mais la prochaine fois sachez que vous pourrez juste envoyer une missive à votre nom et rang Elementis. Je connais votre famille Monsieur Drusdan, j’aurais fais un piètre Joker sinon, ahaha.

Je gardais mon sourire tout en lui parlant de nouveau.

- Je ne savais pas que l'Alliance avait garder le rang d'As. Et je suis disposé à écouter les raisons de cette visite. Vous voulez boire quelque chose au fait ?



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     


Dernière édition par Arias Vele le Sam 4 Aoû - 20:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 106
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Ven 3 Aoû - 16:30







L
'homme se trouvant face à moi, Arias Vele, ancien Joker Elementis, nouvellement Roi de Suède, semblait disposé à continuer la conversation, ce n'était pas pour m'en déplaire. Celui-ci me proposait une boisson, je dois avouer que je m’accommoderais très bien d'un simple thé ou d'un café. Mais je ne connaissais pas très bien la Suède, peut-être ont-ils des boissons un peu plus représentatives de leur pays ? Après, de manière générales, les rencontres aux sommets se font aussi sous fond de très bons vins ou de très bons alcools forts. De ce point de vu là, je laisserais mon hôte décider, toutes les possibilités me vont. Le seul petit regret que je pouvais avoir, est que, je ne pourrais pas griller une cigarette en accompagnant ma boisson, tant pis.
Alors comme ça, le jeune homme était au courant de l'Alliance, rien d'étonnant, en fait, il a du être tenu au courant des informations les plus simples, du nouveau Conclave, afin qu'il ne soit pas dépaysé s'il devait remettre les pieds sur Quederla. D'une certaine façon, cela me faciliterais la tâche : Moins de détails à devoir fournir sur tout ce qui s'est passé durant son absence. Le seul défaut de notre situation présente, c'est qu'il semblait plutôt bien vivre cette idée d'Alliance. Mais d'une certaine façon, cela me semblait normal. En fait, de ce que j'avais fouillé dans nos dossiers, jusqu'à présent, le schéma était très simple. Les membres qui sont restés dans la réelle Famille Elementis sont des habitants de Quederla pur souche et depuis plusieurs générations. Quant aux personnes qui ont rejoint l'Alliance, soit suivant le mouvement, soit de leur pleine volonté -comme Alphonzo Fillédis- sont souvent issu de l'immigration. C'était un constat que l'on ne pouvait pas nier. Et c'était quelque chose que j'avais fini par remarquer, toujours en quêtes de réponses et de conversations au sujet de cette fameuse alliance formée par Newton.
D'un signe de la main droite, amusé, comme si j'interpellais un serveur, j’acquiesçais la proposition de mon hôte. Toute ma gestuelle et ma façon de me tenir était travaillée. Certes, cela semblait pouvoir paraître dérangeant pour un Roi ou pour un Joker, de se trouver face à une personne qui, physiquement, ne semble pas vous respecter. Cependant, c'était une de mes façons de faire. L'homme qui se trouvait en face de moi, je le respectais bel et bien. Je n'aurais pas gagné le continent Européen si ce n'était pas le cas, si je n'accordais pas d'importance à cette entrevue. Mais dans toutes discussions, l'art de se comporter peut influencer grandement la conversation.
Je prenais donc finalement la parole à la fin de mon geste :


« Pour ce qui est de boire, je m'en remets à votre jugement. Je ne connais, absolument pas, vos produits locaux. »


Marquant cette phrase d'un sourire, je pris le temps de structurer rapidement mes pensées avant d'enchaîner avec une tirade un peu plus longue :


« Vous savez.. avec la puissance du Gouvernement actuel sur l'île, je préférais éviter d'écrire en gros et gras sur une feuille que l'As Elementis quittait le navire afin de se rendre en Suède. Peut-être que, mon voyage aurait été bien plus malchanceux, et que je ne serais pas arrivé à bon port. Nos lettres ont peut-être été lues et le sceau dupliqué. Cependant, ma situation et mon départ de l'île, demandant l'asile, s'ils en ont eu réellement vent, devait être un poids en moins pour eux. »


Finissant d'expliquer le pourquoi du comment, j'avais accentué le fait que le Gouvernement rallié à l'Ordre était extrêmement puissant. C'était un fait indéniable, qui avait créé une situation jusqu'alors totalement inédite sur l'île : l'Alliance. Et si j'étais là, aujourd'hui, en Suède, au palais royal de Stockholm, c'était dans l'objectif de parler de cette situation avec le précédant Joker, l'homme le plus à-même de me dévoiler ce que je ne pouvais comprendre.
De ma main droite, je venais réajuster ma casquette d'officier, avant de passer le bout de mes doigts contre mes lèvres et mon menton, reprenant la parole :


« Le rôle de Joker, votre ancienne place, est quelque chose que je respecte énormément. Si je me présente devant vous, aujourd'hui, c'est dans le but de rattraper mes lacunes du passé et de mieux comprendre comment cette situation s'est créée à Quederla. Je ne vais pas vous mentir, lorsque le Conclave Elementis à voté la fusion avec les Domae, j'ai décidé de m'y opposer. Mais comme vous le savez si bien, le rôle d'un As est de retourner une situation dramatique, pas d'organiser ni de gérer la Famille. Je n'ai donc pas été écouté, et l'Alliance s'est créée. J'ai pris la décision de ne pas rejoindre cette alliance. Cependant, en demi-teinte, le nouveau Conclave de l'alliance est au courant de mon engagement dans la lutte contre l'Ordre et le Ténébreux plus précisément, ils savent que je me rendrais disponible. »


Je marquais un temps d'arrêt, je venais de donner quelques informations que le jeune homme se trouvant face à moi devrait analyser et enregistrer.
J'allais conclure, laissant finalement la parole à Arias, avec quelques questions :


« Vous qui connaissez si bien notre Famille et qui possédez aujourd'hui un regard un peu plus éloigné, comment percevez-vous les choses, vis-à-vis de cette Alliance ? À court terme ? À moyen terme ? À long terme ? »


Ma main droite vint se poser sur mon genoux droit, je scrutais les réactions du Joker, un léger sourire aux lèvres.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 361
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Sam 4 Aoû - 22:25



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?


Le choix de la boisson m’avait été remis et bien qu’il semblait ouvert aux boissons locales, j’aurais aimé connaître sa préférence. Alors je m’excusais pour m’absenter un instant et allait jusqu’à la porte pour demander à une domestique si elle pouvait nous chercher un assortiment de boissons, allant du lait fermenté au café ou encore du thé au whisky. Puis je la remerciais en suédois avant de revenir aussi vite que je m’étais éclipsé.

Caenn ne m’apprenait rien de nouveau pour l’instant, que la fusion du Gouvernement et de l’Ordre avait amené la fusion des Domae et des Elementis pour lutter contre cette menace de grande envergure. Il expliquait aussi ses craintes quant à l’espionnage et Arias voulait bien le croire, son rang, ou son ancien rang, allait attirer les curieux concernant son départ. Puis il réajusta sa casquette et je commençais vraiment à me demander si je n’allais lui demander de la retirer, je ne pense pas que le voir la réajusté à chaque instant m’irais. Il parla donc de mon ancien rang de Joker qu’il respectait énormément et il me demandait des… Connaissances ? Pour approfondir la situation de Quederla ?

Je comprenais néanmoins sa question maintenant qu’il me présentais son point de vu sur l’alliance : il avait voter contre et avait par la suite décider de ne pas rejoindre l’Alliance, ce qui fait de lui un rebelle. Il montrait cependant une envie d’aider l’Alliance dans le but de battre cette fusion du gouvernement avec l’ordre. L’homme en face de moi n’étais donc pas foncièrement mauvais, juste fidèle à la famille ou bien… Une cicatrice indélébile. Puis il me posait cette question si vague de ce que je pensais de tout ça, de l’Alliance et de son avenir. Ce qui me perturbait était qu’il souriait et je ne comprenait pas vraiment pourquoi.

- Avant de vous répondre, je vous demanderais de bien vouloir quitter votre couvre chef. Outre le fait que c’est impolis, ce qui me dérange le plus c’est de ne pas pouvoir mettre un visage sur une personne. Votre casquette cache une partie de vous, enfin c’est mon ressentis.

Je souriais sincèrement, mais un peu gêné de cette demande face à un homme qui avait plus de mérite que moi. Juste après ma demande, la domestique revient avec ce que j’avais demandé et la remerciais de nouveau en suédois.

- Avant de vous répondre, j’ai pris la liberté de vous proposer de tout. Ici on bois du lait fermenté, mais je ne sais pas si c’est une boisson faites pour ce genre d'occasion.

Je me servais une tasse de thé et laissais le général se servir de la boisson qu’il désirait, ne savahtn pas ce qu’il aimait. Puis je repris la parole.

- Votre question est un peu déroutante je vous l’avoue, mais j'essayerais de satisfaire votre criosité. Je suis dans la famille Elementis depuis longtemps et je suis passé par le poste de Valet avant de devenir Joker. Et pendant toute mon évolution j’ai vu une famille soudée, mais très rancunière. Je les comprenais, ma famille adoptive était morte au combat. Cette guerre à fait souffrir nombre d’entres nous. Cependant j’ai affronté un ennemi bien plus puissant que les Domae ou le Gouvernement : l’Ordre et son chef Le Ténébreux. J’ai voté cette alliance en toutes connaissance de cause. Ma voix avait encore de l’importance alors je ne pouvais pas voter en suivant la rancune du passé, mais en écoutant ma soif de paix pour l’avenir. Pour mes proches, ma famille et Quederla.

Je marquais une pause dans mes paroles, buvant une petite gorgée de thé.

- Le rôle de notre famille, de cette guerre, c’est pour Quederla non ? Sauf qu’avec le temps nous en avons oublier de protéger les personnes que nous voulions indirectement dirigé : les habitants de cette ville. La guerre nous a aveuglé et nous avons perdu de vu beaucoup de nos objectifs. La paix en fait partis. Alors je vous pose la question avant de répondre plus en détails sur les différents aspects de cette alliance : pour quoi vous battez-vous ? Pour quelle cause ?

Je m’adossais contre le dos du fauteuil et buvais une nouvelle gorgée puis je regardais l’homme qui semblait chercher des informations. Je ne pourrais lui répondre si je ne connaissais pas son avis et ses ambitions.



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 106
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Dim 5 Aoû - 18:57







J
'observais le jeune roi partant commander quelques boissons afin de continuer cette discussion dans de bonnes dispositions. Je ne comprenais absolument pas le Suédois, pas même un mot, mais je me doutais tout de même que les mots qu'il avait prononcés étaient une politesse.
Le jeune homme semblait perturbé par le fait que je garde mon couvre-chef. Je ne sais pas quel est la situation du Roi dans ce pays, s'il est ou non le chef des armées. Cependant, un général n'a pas à se découvrir en intérieur, d'autant plus dans ce genre de situation. Les situations où je me devais absolument de porter respect, ce serait face à mon supérieur direct. Si Arias Vele cumule le titre de Roi du pays et de Général des armées, j'imagine qu'il a pris l'habitude de voir tous ses hauts gradés se découvrir devant lui.
Cependant, celui-ci me demandait de me dé-vêtir, cela ne me dérangeait pas, pour être tout à fait franc. Nous n'étions que deux dans cette salle et je lui parlais en tant qu'Elementis et non en tant que Général de guerre. Ce n'est pas comme si ma chevelure était connue des Elementis ayant été actif durant mon passé d'As. Difficile de passer inaperçu dans les couloirs, avec ma taille, ma carrure, mes cheveux et mes yeux dorés. Cette tenue, couvre-chef en place ainsi que lentilles bleutées, me permettait de me déplacer un peu plus librement dans les rues de la ville : On pourrait facilement me prendre pour un membre du Gouvernement si l'on n'y faisait pas attention. C'était une tenue parfaite pour toutes missions d'infiltrations ou de discrétions.
Tout en commençant à retirer ma casquette, détachant mes cheveux, je prenais la parole :


« Ala ala, vous savez, mon rang m'autorise à garder mon couvre-chef dans ce genre de situation. Si la bienséance a décidé qu'un homme se doit de ne porter aucun couvre-chef à l'intérieur d'un bâtiment, cela ne s'applique pas à tous les hommes. Seul mon Général des armées pourrait éventuellement me demander d’ôter par respect ma casquette. Et comme je ne possède pas de général des armées.. vous voyez où je veux en venir ? N'y voyez pas un manque de respect, voyons.  Cela ne me dérange absolument pas de m'en débarrasser, étant donné que face à vous, je peux me comporter librement en tant que membre des Elementis. »


Mes cheveux étaient maintenant totalement détachés, une crinière flamboyante se répandait tout autour de mon visage, surplombant ma cape, on pouvait aisément deviner que mes cheveux me tombaient jusqu'au bas du dos. Je reprenais rapidement la parole :


« Cependant, ne m'en voulez pas, pour des raisons d'hygiènes et de simplicité, je ne retirerais pas mes lentilles. Tout comme mes ancêtres, je possède des yeux de couleur doré, si cela peut vous aider à imaginer mon visage. »


Je souriais légèrement, mais je souriais tout de même.
Nous venions d'être servi par une domestique, un plateau où il semblait y avoir toutes sortes de boissons s'ouvrait à nous. Alors comme ça, la boisson local serait une sorte de lait fermenté ? Dans d'autres pays, on appelle cela du yaourt. Cela semblait y ressembler, tout de même, étant donné qu'il était présenté dans un petit verre accompagné d'une cuillère. Je me décidais à me laisser tout de même tenter, changeant finalement de posture, avançant légèrement mon buste tout en décroisant mes jambes, j'attrapais ce petit pot et cette cuillère afin de goûter. Le goût était bien loin de ces yaourts que j'ai pu manger en France, la structure aussi était tout à fait différente, c'était légèrement.. visqueux ? Et quant au goût, le premier mot qui me venait en tête était : acidulé. Ce n'était pas désagréable, cependant, j'imagine que cela ne se consommait pas seul.
Le petit pot de dégustation terminé, je me permettais de le reposer sur le plateau, me servant par la suite un long café noir. M'écrasant de nouveau contre le canapé, remettant ma jambe droite par dessus la gauche. Cette fois-ci, je me tenais droit face au jeune homme, tenant la tasse de café dans ma main gauche. Celui-ci entreprit une longue tirade, je l'écoutais patiemment. Une fois ses paroles terminées, il me questionnait sur mes propres ambitions. Cependant, avant de répondre, je devais rectifier quelques points dans ses paroles :


« Je suis d'accord avec vous, sur un point. Aujourd'hui, l'alliance de l'Ordre et du Gouvernement est une menace très importante. Cependant, si on compare la situation que nous vivons aujourd'hui à l'histoire de notre île, vieille de plusieurs siècles.. à l'heure actuelle, cette situation n'est qu'anecdotique. De plus, si vous avez étudié le passé de notre île, vous devez savoir qu'il y a déjà eu des rapprochements entre les Domae et les Elementis. Donc en soit, qu'il y en ait un aujourd'hui dans le but de contrer le Ténébreux et de priver le Gouvernement de la capacité d'utiliser les pouvoirs des familles, cela ne semble pas déraisonnable. Ce qui l'est, c'est la façon dont cela a été fait. Une alliance totale entre les deux familles, c'est quelque chose qui ne s'est jamais vu jusqu'à présent sur cette île. Et je vais, très rapidement, expliquer pourquoi cette situation est extrêmement mauvaise : Si les Familles ont survécu jusqu'à présent, c'est uniquement parce qu'elles passaient leur temps à se concurrencer. Plus simplement.. les Domae ne peuvent pas exister sans la présence des Elementis, et ce, réciproquement. C'est comme.. une boucle infinie. Qui ne s'arrête jamais de tourner et de tourner, encore et encore, se gravant dans des siècles d'histoires et de continuités. Alors, certes, à court terme, c'est peut-être le moyen le plus simple de faire travailler les membres les plus faibles ayant adhéré à l'alliance, cette Alliance n'existe que pour diriger les petites fourmis qu'elle contient. Si nous voulions réellement vaincre le Ténébreux, il aurait juste fallut mettre les informations possédées à son sujet par les deux familles en commun et.. former le meilleur groupe possible des 'puissants' afin d’entamer une expédition punitive. »


Je marquais un temps d'arrêt, buvant deux gorgées de café, après cette longue tirade, me préparant à la prochaine :


« Si cette Alliance survit jusqu'au moyen terme, c'est qu'elle a enchaîné des victoires sur le champ de bataille et que le moral de ses membres s'en sont retrouvés boostés. Cependant, si l'un des Rois de l'Alliance venait à disparaître, cela sonnerait aussi la fin quasi-instantanée de ce regroupement. C'est un poids lourd qui repose sur les épaules de ces deux personnes.
Et avec beaucoup de chance, si elle arrive sur le long terme, cela sous-entendrait que le Ténébreux aurait été vaincu et que le Gouvernement se trouverait terriblement affaibli. Dans ce cas présent, quel serait le but de l'Alliance ? Elle n'en aurait plus aucun. Plus un seul. Plus aucune raison d'exister. Alors, pourquoi avoir choisit une Alliance définitive ayant qu'un seul et unique but pouvant rallier suffisamment de personne afin d'exister, plutôt qu'une alliance temporaire des Conclaves ? À mes yeux.. Même si l'Alliance réussit tous ses objectifs, elle reste vouée à l'échec, quoi qu'il arrive, sur le long terme. »


Ma tirade terminée, je me concentrais sur mon café, tant qu'il était encore chaud. Maintenant, je me devrais de répondre aux questions que l'ancien Joker m'avait posé : Mes raisons de me battre. Je suis un Elementis de longue lignée, cette lignée ayant juré fidélité à la Famille et s'étant toujours battu pour la survie de cette famille. Ma réponse était donc toute simple :


« Je me bats pour ma Famille. C'est aussi simple que cela. Je crois toujours en la force de la famille Elementis, je n'ai jamais douté d'elle. Même actuellement, je n'en doute pas. Je crois en elle, je suis resté fidèle aux principes élémentaires de notre Famille. Certains nous appellent 'Rebelles'... Cependant, si l'on y regarde de plus prêt, les vrais Elementis, issus de longue lignée, ayant toujours vécu sur Quederla, ayant toujours tout donné pour leur famille.. eux sont toujours là. Ils n'ont pas rejoint l'Alliance. Pour nous, les vrais rebelles, ce sont les membres de cette Alliance qui ont jugé qu'ils étaient incapable de faire face à la situation actuelle. On les appelle, aussi, les lâches. »


Finissant ma tasse de café, je vins la reposer sur la table se trouvant entre Arias et moi.
Bien évidemment, après toutes ces paroles, je ne pouvais qu'arborer un large sourire aux lèvres. Je venais de citer des évidences pures et dures. Je m'attendais, tout du moins, j’espérais, que mon vis-à-vis me surprenne, dans ses contres-arguments.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 361
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Mar 7 Aoû - 13:14



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?  


Il commençais à faire ce que je lui avait demandé et j’étais bien content de voir sa chevelure, mais ses paroles m’étais un peu dérangeante. S’il n’avait plus de corps d’armée, en quoi étais-je obligé de lui offrir l’hébergement en caserne, je pourrais le faire payer pour son séjour puisqu’il n’est pus vraiment général. Enfin, ce n’est pas comme si j’étais rancunier et puis… J’ai accepté son exil car je connais le nom des Drusdan, pas pour son rang. J’hochais donc la tête d’un aire un peu détaché de la situation, je n’allais pas perdre mon temps à discutailler sur des règles de bienséances. En ce qui concernait ses lentilles, je comprenais tout à fait qu’il les garde et je lui fit signe de la main qe ce n’était pas grave.

Maintenant qu’il allait me répondre, je m’installais confortablement dans le canapé, adoptant néanmoins toujours une posture droite et buvant ma tasse de thé. Au moins reconnaissait-il la dangerosité de cette alliance entre l’ordre et le Gouvernement, mais il y avait un « cependant » qui n’augurais rien de bon. Il me disait que tout ceci n’étais qu’anecdotique, que ce n’était pas la première fois que Domae et Elementis s’était rapprochées et que ce n’étais pas une mauvaise chose de faire ceci contre le Ténébreux. Cependant, ce fameux cependant qui indiquait ce qui le gênait, c’était que cette alliance soit totale et que c’était là une bien mauvaise chose. Puis j’eu droit à un discourt que j’avais trop entendu et que j’avais moi-même pensé à un moment de ma vie : Domae et Elementis ne peuvent exister sans conflits.

Par contre je n’aimais pas comment il traitait les membres de l’alliance, ils les traitaient de faibles, mes frères et sœurs ! A la rigueur q’il me traite de faible je m’en fiche, mais bafouer l’honneur de mes frères et sœurs je ne le permettrais pas. Il pense réellement qu’il n’y a que des faibles ? J’ai combattus avec ces gens et j’en ai même recruté une bonne partie et je peux assurer de leur force.
Je me demande maintenant s’il a combattus le Ténébreux une fois dans sa vie pour tenir un tel discourt ? Non je ne pense pas, sinon il ne tiendrait pas ce discourt, la fierté Elementis à toujours été une de nos force, mais aussi une faiblesse. Touchez le à son estime et celui de la famille et il perdait tout contrôle.

Caenn continua sur le moyen terme, mais signifia que si un des Rois venait à disparaître ou mourir, il emporterait avec lui cette alliance. Et si cela n’arrivait pas, que le Ténébreux et l’Ordre étaient vaincus et que le Gouvernement se voyait affaiblit, alors quel serait le but de l’alliance ? C’est vrai que si on réussit, je ne vois pas pourquoi on ne reprendrais pas notre guerre. Enfin… Je crois que cette alliance aura ouvert les yeux de tout le monde, que cette guerre n’a plus lieux d’être si nos formons un grand famille. Je suis sûr que la paix sera leur nouvel objectif.

Il me répondait enfin, il se battait pour les Elementis et croyais en sa force. C’était un bon point, mais comme je le pensais, il était aveuglé par sa fierté. Je ne doute pas de la force de notre famille, mais j’ai appris à me méfier de la force du Ténébreux. Puis je sentais dans ses paroles le sujet épineux arriver. Les rebelles. Il affirma que les vrais Elementis était restés fidèles et que les autres étaient ces fameux rebelles. Puis il usa d’un mot que je ne tolérerais pas pour désigné ma famille, même sortant de la bouche d’un éminent général, d’un ancien As ou d’un membre de ma famille. Peut importe qui il était, il n’avait aucun droit de parler ainsi de ses frères et sœurs. Mon sourire s’effaça en une fraction de seconde pour laisser place à mon regard froid et mon visage sévère que j’abordais avant de devenir Joker.    

- Tout d’abord, je comprend votre point de vu, mais je me demande si vous avez déjà affronter le Ténébreux en personne pour tenir ce discourt ? J’en doute. Je ne doute jamais de ma famille, j’ai appris à être sur mes gardes. Je pense que sur le court terme cette alliance permet de bien mieux coordonné TOUT les membres des familles, et pas les faibles que vous décrivez. Concernant le moyen termes, vous avez cité une des causes fédératrice de l’alliance, mais je ne pense pas que la mort d’un des Rois entraîne la fin de cette alliance. Un nouveau Roi serait élu, comme toujours et face à la situation la famille adverse laisserait faire ce vote. C’est dans leur intérêt tout comme le notre, il serait idiot de se trahir. De plus, on parle du moyen terme, le cas où l’Alliance à combattus et remporter des victoires à maintes reprises. Ceci impliquerais donc que des liens se seraient formés et que la cohésion se soit installée. Donc le problèmes du moyens termes n’en est pas un à mes yeux. Et sur le long termes… La victoire sur un ennemi commun nous aura ouvert les yeux. Lors de cette guerre les blessures du passé ne serons pas guérit, mais apaisée et le but de cette alliance serait alors la paix. Je pense que les membres des familles verrons enfin ce que cette guerre leur a coûtée, qu’alors Elementis et Domae formerait deux branches d’une grande famille.

Je marquais une courte pause avant de poser ma tasse sur la table, fixant du regard mon prétentieux interlocuteur.

- Votre regard est porté sr la guerre et non sur la paix et je pense que cela ne vous fais pas pas voir les choses sous un auutre angle. Je suis conscient des blessures du passé, mais l'ennemi commun qu'est l'alliance ennemie va boulverser les choses. Je pense que cette alliance pet perdurée après la guerre car beaucoup de facteurs échappent à votre visions guerrière de la situation.

Je me penchais légèrement vers lui pour li faire part de ma pensée.

- Sachez que je n’ai jamais considéré mes frères et sœurs n’ayant pas rejoins l’Alliance comme des rebelles et je respecte leur choix. Alors même si vous êtes mon frère, je ne tolérerais pas que vous traitiez de faible et de lâche ma famille. J’ai combattus avec eux et je peux certifier de leur force et de leur courage. Le respect va dans les deux sens, je respecte vos convictions à vous et aux autres de mes frère et sœurs, alors faites de même pour votre famille. Encore un mot déplacé et bafouant l'honneur de ma famille et je vous les ferrais regrettés.

Je repris mon léger sourire en enlevant mes gants blanc.

- Si vous voulez continuer cette discution il faudra vous montrer plus respectueux envers notre famille.

S'il ne comprenait pas les bases du respect, cette discution n'allait pas aboutire bien loin.



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 106
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Mar 7 Aoû - 18:26







L
e Joker qui se trouvait face à moi venait de s'emporter, je ne pouvais pas réellement m'empêcher de garder un sourire en coin. J'avais utilisé le mot faible et lâche en parlant des notre. C'était quelque chose d'inconcevable à ses yeux. Je pouvais le concevoir. En soit, si un membre de notre famille était faible, qu'est-ce qu'était un être humain normal vivant sur le continent ? À leurs façons, nos membres sont tous fort. Quant au fait de parler de lâche.. c'était malheureusement ma vision de l'action de Newton. Je venais d'entrer au service d'un roi et par ses actions, j'avais eu l'impression qu'il avait abandonné ceux qui l'avaient élu à ce rang là. Tout du moins, c'est les retours que j'avais de ceux qui n'avaient pas suivi le mouvement, rejoignant l'Alliance. Je n'étais pas le seul a avoir eu le sentiment d'avoir été trahi. Avec mon entrée récente dans le Conclave, nous avions enfin remis la Famille dans la bonne direction... Tout cela pour la perdre deux moins plus tard, au service des Domae. Cela avait brisé les espoirs de bons nombres d'Elementis. Certes la situation était inouïe, certes la crise que l'île traversait été sans précédant, certes des mesures drastiques devaient être prises. Mais de là à diviser la famille en deux dans le but de regrouper les personnes prêtes à se sacrifier pour la guerre à venir... Plutôt que d'agir comme nous avions toujours agi. Ce n'est pas comme si l'union des deux Conclaves était plus que suffisant.. Si nous n'étions pas capable d'affronter le Ténébreux en personne avec nos Conclaves, nous pouvions tout simplement déclarer cette guerre comme perdue d'avance.
J'ouvrais de nouveau ma bouche tout en reprenant les derniers mots d'Arias :


« Plus respectueux ? Attendez deux petites minutes, je vais vous peindre la situation différemment : Un Conclave formé en moins de quatre mois a pris la décision de s'allier avec son pire ennemi dans le but de se lancer dans une guerre totale. L'homme qui a fait ce choix est quelqu'un qui a toujours privilégié l'idée de protéger les siens et d'assurer leur sécurité. Je ne dirais pas le contraire, c'est quelque chose de très noble. Mais lors d'une guerre, cela me semble impossible à réaliser. Des pertes, il y en aura. Bien plus qu'il n'y en a jamais eu jusqu'à présent et ce dans un espace temps très réduit. Cette Alliance est une déclaration de guerre pure et dure envers le Gouvernement. Le modèle que nos familles connaissent et ont toujours plus ou moins appliqué est la guérilla, pas une guerre ouverte. Nous sommes clairement désavantagé dans ce type de dispositif. Le Gouvernement pourrait très bien décidé de supprimer tout le quartier Ouest suite à une première défaite face à une Alliance fraîchement créée. De plus, je vous trouve bien utopiste. Si Newton meurt et qu'un nouveau Roi prend sa place, rien ne garantie son implication ainsi que la continuité de notre positionnement au sein de l'Alliance. Peut-être que je suis tout l'inverse, mais si jamais l'alliance gagne cette guerre, je peux vous certifier que les deux camps s'opposeront directement, mettant en avant lequel des deux à essuyer le plus de victime, lequel des deux s'est le plus impliqué, lequel des deux mérite le plus de reconnaissance ou encore la façon dont sera partagé les 'butins de guerre'. Vous ne pouvez pas enterrer des siècles de rivalité juste après avoir gagné une guerre ayant causé des dégâts irréversibles. Je ne parlerai pas de Quederla, mais de l'histoire du Monde. C'est ce qui s'est toujours passé, même vos plus fidèles vassaux finissent par se retourner contre-vous dès le moindre signe de faiblesse. Utilisant n'importe quel prétexte pour se défaire de vos liens. Prenons l'exemple assez connu des Matsudaira, Imagawa et Oda. Des exemples de ce type, il y en a des centaines. Si des frères sont à l'origine du conflit des Elementis et des Domae.. comment dire... Il serait bien naïf de croire que nos familles, pourtant si proches, puissent réellement marcher main dans la main sans ennemis communs. Malheureusement, à mes yeux, la seule façon pour l'Alliance de perdurer dans le temps.. ce serait que les pertes de nos Familles soient... Très, très importantes. »


Je marquais un temps d'arrêt, le temps de reprendre ma respiration et de restructurer mes pensées. Si j'étais porté sur la guerre ? Comment ne pas l'être ? Il ne s'agit de quelques semaines avant qu'elle ne devienne réalité et soit totale.


« Je ne le nierai absolument pas. Mon regard est clairement porté sur la guerre qui nous attend. Je me suis clairement positionné pour prendre part au combat final. Sous prétexte que je trouve la formation de notre Alliance de très mauvais goût et qui pourrait être une terrible erreur, je remplirais les fonctions qui m'étaient imposées avant la fusion. »


Un raclement de gorge plus tard, toujours un sourire en coin, je repris la parole :


« Je pense que nous nous sommes assez éloigné et que nous avons un peu trop insisté sur l'Alliance. Je ne suis jamais venu dans le but de vous faire changer d'avis, ni de vous faire voir les choses différemment. Mais j'imagine qu'indirectement, c'est un sujet qui nous tiens réellement à cœur. Vous le voyez comme une opportunité et vous y croyez. De ce fait, je vous ai traité d'utopiste. Mais la réelle raison de ma venue est de comprendre ce qui fait que vous, ancien adversaire des Domae, ancien pilier de notre Famille, le membre le plus expérimenté de notre 'Conclave', voyez cette situation comme une opportunité. Que s'est-il passé ces dernières années pour que la situation actuelle soit réelle ? J'entends par là, qu'il y a du avoir des rapprochements entre les familles ? Avez-vous déjà coopéré dans des objectifs communs ? Avez-vous déjà affronté des ennemis plus puissant qu'une famille ? Quelle genre d'expériences étaient ces dernières années ? Si je suis venu vers vous, directement, c'est dans le but d'entendre cela de la bouche d'un homme qui a vécu activement toute cette période. »


S'il y avait bien une chose que j'avais appris à l'académie, c'était que les paroles d'un homme ayant l'expérience et le vécu prévalaient toujours sur le meilleur des rapports. Je ne connaissais en rien les rapports entre les Elementis et les Domae au court des dernières années. Cette Alliance, ces Domae, je les regardais un peu comme un chat face à une flaque d'eau sur son territoire. Je n'en savais rien, mais peut-être que les Domae ont déjà porté secours aux Elementis lors de ces dernières années ?
Bien évidemment, cela ne me permettrait en aucun point de rejoindre l'Alliance, après tout, il fallait bien quelqu'un pour canaliser tous ceux qui étaient restés sous la bannière Elementis. Mais peut-être que le jour opportun, cela pourrait m'aider à me reposer sur le Conclave Domae ainsi qu'à me concentrer sur l'inévitable affrontement du Ténébreux.
Ce que le jeune Roi de Suède ignorait, c'est qu'à ma façon, en dénonçant et en montrant les faiblesses de l'Alliance, je les respectais et je leur donnais quelques clés afin de ne pas sombrer dans le chaos le plus total. Je n'avais certes pas l'expérience des affrontement à Quederla, mais pour ce qui regarde le reste du monde, j'étais bien conscient de comment une guerre se menait et se gagnait. De plus, j'étais au courant que la majorité des hommes du Gouvernement, peuplant leur armée, ne venait pas de l'île et n'auraient que très peu de scrupule à utiliser les mêmes moyens que partout ailleurs. Même si aujourd'hui ils ont des pouvoirs, comme nous, ils n'en restent pas moins des guerriers formés dans le but de gagner des guerres.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 361
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Mer 8 Aoû - 14:59



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?


Caenn était un homme avec qui… Avec qui le courant passait mal, ça façon de parler, de traiter les autres suivant leur force, je n’aimais pas trop ça, mais étrangement il sembla avoir bon fond. Je me suis peut-être emporté, mais si ça lui a permit de comprendre qu’il était face à un confrère et qu’il ne devait pas insulter sa propre famille, alors c’était un mal pour un bien. J’aimerais aussi que cette discussion se passe pour le mieux et à mon avis c’est en évitant de se manquer de respect que cela se ferra.

Je n’eu pas le temps de présenter mes excuse qu’il me reprit, mais cette fois-ci je ne m’emportait pas. Ses raisonnements sont fondés et je ne vais pas m’énervé car il a un avis différent, au contraire je respecte ça. Moi tout ce que je demande c’est le respect des choix de chacun. Je comprenais son point de vu, que cette alliance menait une guerre ouverte contre le Gouvernement qui était plus à l’aise dans ce cas. C’est vrai que nos familles on toujours agis en guérilla et ce changement brutal ne nous avantage pas. Je n’ai pas une vision de la guerre aussi développée que mon homologue Elementis, mais je voulais bien le croire. Sortir de ses habitude laisse forcément quelques faiblesses apparentes. Néanmoins, il y a aussi des avantage à cette alliance et ce que je ne comprend pas c’est cette guerre ouverte. Je n’étais pas avec li sur un point cependant, celui que le Gouvernement puisse raser un quartier entier, ce genre de méthode ne serait pas approuver par un gouvernement souhaitant protéger ses habitants, mais avec le Ténébreux… Tout est possible.

Pour ce qui était de la fin de la guerre… Je n’ai pas réponse à tout, je n’ai que mon avis et mes convictions. Sûrement tout ce que me disait Caenn se réaliserais, ou peut-être pas. L’avenir est imprévisible et même les déduction d’un grand général n’échappent pas aux aléas de la vie. J’ai vu bon nombre de bataille perdue d’avance retournée en notre faveur par le destin. Un pluie avantageant nos maitre de l’eau, le moral d’n maillon ennemi vacillant par une action anodine pour l’un mais pas pour lui… Beaucoup de choses font qu’une bataille n’est jamais gagnée d’avance et je suis convaincu que cela s’applique aussi à une guerre. Je ne doute pas qu’il y aura des tension, mais je suis sûr qu’elle seront apaisée. Comme je m’y attendait, sa connaissance en histoire militaire était énorme, je n’ai pas fait West Point ni Saint Cyr, mais je connaissais les rudiment dont les noms qu’il venait de me citer. Je ne voyais pas comment le nombre de perte nous rapprocherais… Car personne n’aurait à critiquer l’autre ? Je ne sais pas.

Il reprit son souffle et je décidais de ne pas le couper dans son élan. Au moins était-il honnête dans ses réponse et avouait volontiers sa vision de la guerre plus que la paix. Je comprenais qu’il soit ainsi, cette guerre approchait à grand pas, mais je me suis sûrement mal expliquer. Je voulais dire qu’il prend les arme non pas pour la paix, mais pour la guerre. Je ne l’ai pas entendu ne seule fois parler de paix ou de protéger les siens et c’est cela qui me chagrine, qu’il ne pense pas à toutes les solutions possible pour protéger sa famille. Il ne les voit que comme un sacrifice nécessaire et même s’il regroupait les forts comme il dit, je doute que ce plan marcherait.

Il avait raison, je pense que nous nous sommes éloignés sur un sujet qui nous tenait un peu trop à coeur. En soit j’aurais très bien pût finir dans le camp des rebelles si je n’avais pas vécu ce que j’avais vécu. Je suppose que c’est là où il volait en venir. Je ne sais pas si j’étais un pilier de notre famille, mais je pense être le membre de l’ancien conclave le plus expérimenté étant passé par le poste de Valet avant de finir Joker. Et personne dans l’ancien Conclave Elementis précédant l’Alliance n’était le plus ancien au sein de celui-ci. Il me demandait donc ce qu’y c’était passé pour me faire voir les choses autrement. Il voulait un témoignage du passé pour mieux comprendre le présent. Il était plus ouvert d’esprit que je ne le pensais.

- Je voudrais, avant de vous répondre, m’excuser. Je me suis emballé, mais comprenez bien que je suis fidèle à ma famille et à tout ses membres donc je ne peux concevoir que vous pouviez les insulter. Surtout que c’est aussi votre famille.

Je soupirais et buvais de nouveau mon thé pour me remettre les idées en place. C’est vrai ça, qu’es-ce qui m’a fait voir les choses autrement ? Les cadavres sur le champs de bataille ? Ma famille ? Mes responsabilités ? Mes ennemis ? Je posais la tasse et faisait face à mon interlocuteur, je n’avais plus cette expression de colère mais mon visage se vidait peu à peu de sentiment futile pour ce genre de discours.

- Je ne sais pas si j’étais un pilier comme vous dites, mais je sais que j’étais bien le plus ancien du Conclave avant l’Alliance. Alors je vais vous dire ce que vous attendez de moi et peut-être comprendrez vous que nos visions de la famille différent sur certains points. Tout d’abord il y a eut le Ténébreux et l’Ordre, cet ennemi émergent nous a tous pris de court lors de sa prise d’otage. Les combats faisaient bien plus de victimes que les escarmouches avec les Domae. Et je ne parle que de l’Ordre. Alors la première chose qui m’a fait changé d’avis c’était d’être au côté de mes frères et sœurs au combat et de voir leur cadavre sans vie. Vous les voyez comme un sacrifice inévitable, moi je les vois comme ma famille. Sur ce point nous divergeons je pense.

Je m’adossais à mon canapé pour reprendre la parole.

- Ensuite oui, si on regarde l’histoire de notre guerre, il y a eut beaucoup de rapprochements entre nos familles pendant la période de l’ordre. J’ai moi-même collaboré avec leur As pour découvrir l'origine de l’Ordre encore inconnus. Lors de la prise d’otage, je fus épaulé par ce même As alors je pense que ces rapprochements rende l’Alliance un peu plus soudée que vous ne volez le croire. Je sais qu’il y a encore du travail, mais je sis confiant car cette ennemie nous à rapprocher plus qu’avant.

Et puis je tournais le regard sur le côté en abordant un dernier point. Parler de lui m’exaspérait et je n’aimait pas ça.

- Enfin, prenez ce que je vais vous dire comme le témoignage d’un combattant qui était Valet, quelqu’un qui à l’expérience des combats. J’ai affronté bel et bien un ennemi plus puissant qu’une famille. Un ennemi maitrisant plusieurs pouvoir à la fois et qui a en sa possession des objets magiques. Je parle bien sûr du Ténébreux. Il a toujours un plan derrière la tête, il n’est jamais seul et l’affronter c’est aussi affronter les membres les plus fort de l’Ordre. Je l’ai affronté deux fois dans ma vie, la première il avait tué un ami en une fraction de seconde et m’avais assez touché pour qu’on m’enlève un organe. Et la seconde fois j’ai pus le voir à l’oeuvre usant de ses pouvoirs et de ses objets. Alors voilà pourquoi je pense que votre plan de réunir les « plus fort » pour ne expédition punitive est vouée à l’échec si la cohésion n’est pas parfaite entre les membres de ce groupe. Il contre aussi bien Elementis et Domae par ses pouvoirs alors je pense que votre plan ne pet marcher. Vous proposez d’envoyer les plus fort de chaque famille, mais il leur manquera la cohésion. L'alliance peut le faire j’en suis sûr.

Je me levais doucement, le temps passait vite et je n’en avait plus à li en accorder pour aujourd’hui, mais les occasions de parler ne serons pas rare ici.

- Je suis désolé, mais mes obligations requièrent mon temps. Je n’ai pas pût entrer dans certains détails avec vous, mais j’espère que vous me trouverez quand vous aurez de nouvelles questions. Je vous laisse réfléchir comme bon vous semble à mes propos et j’espère ne pas vous avoir déçus avec le peu de chose que j’ai pût vous dire. Je vous souhaite un bon séjour en Suède, général.

Je m’inclinais pour le saluer et je partais à mes occupations royales. Eh bien malgré l’accrochage je pense que cette discussion nous a bien aider à voir les choses autrement.



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   

Revenir en haut Aller en bas
 
Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2018-