Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 89
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Mer 15 Aoû - 3:15







A
u moment où le jeune roi en venait aux excuses, j'inclinais mon visage au même moment, afin de les accompagner, de m'excuser à mon tour, moi aussi. D'une certaine façon, nos propos avaient été sorti de leur contexte. De mon côté, ils étaient tenu d'un point de vu strictement et purement militaire. De son côté, il avait juste parlé avec son cœur et son ressenti. Nous n'avions tous deux pas assez de recul, sur le coup, pour nous en apercevoir.
Lorsqu'il parlait de même famille, d'une certaine façon, il avait raison, prenons un exemple concret : Le père de Nashoba est actuellement membre des rebelles Elementis, tandis que Nashoba et sa copine, la fille d'Arias, font parti de l'Alliance. De loin, ça créait des liens assez complexe quand on y ajoute la royauté de Suède !
Cependant, si on ne prend pas en compte les liens du sang et de ce qui pèse sur le cœur des gens, peut-être que dans l'avenir, les rebelles et l'alliance prendront des directions diamétralement opposées. Mais l'heure n'est pas encore à ces questionnements, je ne fais que tâter le terrain en tant que nouveau Chef de famille. Il est cependant sur et certains que mon rôle ainsi que celui de Newton, notre relation, allait être crucial pour l'avenir des Elementis.

Ah.. la fameuse prise d'otage du centre commercial, j'avais lu un rapport assez détaillé à ce sujet. De mémoire, cet événement avait été particulièrement sanglant, laissant beaucoup de victime dans son sillage. Un coup d'éclat pour une introduction de l'Ordre aux yeux du monde.
Sur ce point de vu, Arias avait raison. En tant que général, tous les camarades qu'il considérait comme des membres de sa famille, je les aurais assumé comme des sacrifices utiles. En tant qu'homme, j'aurai très certainement perçu cela différemment. Cependant, en tant que Chef de ma famille, j'en suis sa tête. Je ne peux pas me permettre de fléchir et de montrer des sentiments à ce sujet. Si je me mets à vomir mes tripes sur le champ de bataille, ma fille morte entre mes bras, mes subordonnés ne seraient plus capable de se concentrer sur leur mission. En tant qu'As des Elementis, j'avais la possibilité de montrer mes émotions aux membres du Conclave et aux personnes que je côtoyais quotidiennement tant que je remplissais la mission qui m'était confiée : Ne jamais connaître la défaite. Dans mon nouveau costume.. j'ai malheureusement du me résoudre à oublier le fait de montrer toutes faiblesses. Même celles-ci font de vous un homme.

Notre Joker avait donc effectué une mission avec l'As Domae, même si celle-ci avait échoué, c'était tout de même un fait notable. De plus, il s'était aussi battu à ses côtés durant la prise d'otage. Intéressant, intéressant. Il faudrait que je le questionne un peu plus en profondeur à ce sujet. Je me moque d'en apprendre plus sur cet As qui a très certainement rejoins l'Alliance et je me doute aussi très fortement que par respect, Arias ne divulguerait rien sur cette personne en particulier. Mais je me devais d'essayer d'obtenir un avis fiable et un peu plus développé au sujet de la « puissance » d'un As Domae. Tout ce que nous avons dans nos registres à ce sujet là est assez vague. En fait, la raison est assez simple. En fonction des générations, l'As Domae écrasait complètement l'As Elementis, ou le cas inverse. Donc il est difficile de juger des capacités d'un As Domae sans l'avoir vu se battre. Et heureusement pour moi, mon hôte ici présent, actuellement Roi de Suède, serait peut-être d'accord pour me décrire un peu plus en profondeur la différence entre un jeune Domae et une personne qui est capable d'incarner le rôle d'As. Est-ce une personne surpuissante ? Est-ce que cela est dû à son animal ? Est-ce que leur symbiose est parfaite ? Est-ce qu'avec l'âge, l'expérience et l'entraînement, leurs forces s'en voient autant décuplées que les notre ? Bref, un sujet à creuser, pour sur.

Le Ténébreux, ce fameux marionnettiste qui tire toutes les ficelles.. cet homme était dangereux, c'est clair. L'idée de former une Alliance n'aurait jamais existé s'il ne s'était pas allié au Gouvernement dans le but de mettre un coup de pression aux familles.. mais.. qu'est-ce ? Et si tout ceci était planifié depuis le début ? Et si le Ténébreux s'était allié au Gouvernement uniquement dans le but de diviser les familles telles qu'elles sont afin de les éclater en trois clans différents ? Est-ce que ?... Je m'en mordais la lèvre inférieure. Si c'était le cas... Vivement que je chope Newton par le col et que j'lui en touche deux mots. Tout ça, c'est bien trop précipité. Je pourrais même en venir à soupçonner Newton d'être de mèche avec le Ténébreux...
… N'y pensons plus.
Contrairement à ce que pense Arias, l'Alliance n'a pas plus de chance de remporter le combat contre le Ténébreux qu'un simple regroupement des meilleurs combattant... Si on prend l'exemple des forces en présence dans le Conclave de l'alliance, on obtient : Quatre combattants offensifs typé corps à corps, Domae et Valet Elementis. Un utilisateur d'élément offensif qui ne ferait que gêner les autres combattants, Alphonzo. Et un utilisateur d'élément soutient qui servirait plus ou moins de bouclier sur jambes. Leurs chances de vaincre l'équipe du Ténébreux est peut-être de 0,1% à l'heure actuelle. Si j'entrais dans le groupe, que je me plaçais en soutient aux côtés de Newton, peut-être que nous passerions aux alentours de 0,99%.. dans l'état actuel des choses, tout du moins.
J'aimerais bien qu'Arias me parle un petit peu plus du Ténébreux, pas au niveau de sa puissance, je n'ai pas besoin que l'on me raconte un récit chevaleresque de nos ancêtres, il est très clairement de l'acabit de contes et autres fables. Cependant, ce qui pourrait être intéressant, c'est d'en apprendre un peu plus sur son comportement, ses façons d'agir, ses tics,.. ce genre de chose. Tous humains en possède. J'espère que notre ancien Joker sera capable de m'en toucher quelques mots.

Tandis que j'observais Arias se lever, je comprenais que cette entrevue touchait à sa fin, nous avions déjà échangé durant un long moment. Je ne pouvais pas me permettre de mettre son rôle de roi en péril. J'en profitais pour me lever, moi aussi, lorsqu'il commençait à prendre la parole.
Une fois avoir écouté sa conclusion, je m'empressais de prendre la parole :


« Je comprends tout à fait vos devoirs, je vous souhaite bien du courage. Et j'espère aussi que nous aurons le temps de nous croiser afin de passer d'autres moments en commun. »


Nous nous inclinions tous deux en même temps. Je le laissais quitter la salle de réception tout en repensant à quelques bribes de conversation que nous avions eus. D'une certaine manière, Arias me fait penser à Newton dans son comportement et dans sa façon d'être. Je comprenais maintenant très facilement pourquoi il avait voté pour lui en tant que nouveau Roi. Quelqu'un qui se tient droit, face au danger, dans le but de ne pas voir les siens mourir. C'est une chose que je peux concevoir. Dans le temps, notamment en Chine, les généraux en charge de garder des châteaux, préféraient offrir leur propre tête à l’assiégeant dans l'unique but d'assurer la survie de leurs hommes. À plus petite échelle, on pourrait faire le rapprochement avec le capitaine qui refuse d'abandonner le navire entrain de couler.. non, la comparaison est mauvaise, celle-ci est plus à mon image. C'est moi, ce fameux capitaine, qui refuse de voir son navire couler.
D'un revers de la main, je balayais mes idées, n'oubliant pas mon couvre-chef retiré, je prenais la direction de la sortie, puis de la chambre qui m'avait été allouée.
Au départ, j'avais prévu une petite escapade nocturne.. mais je crois que je vais la reporter. Après tout, je suis présent sur Stockholm pour plusieurs jours, le voyage, mon escapade nocturne à Göteborg, le train et cet entrevue qui avait démarrée sur les chapeaux de roue.. ce dont j'avais besoin maintenant, c'était d'une bonne douche et d'une nuit de sommeil. Même si, comme toujours, mes pensées prendraient le dessus jusqu'à mon épuisement.


Le lendemain, au réveil, je décidais de m'habiller en civil. Pour me balader dans l'enceinte du palais royal, je garderais tout de même ma veste-cape sur les épaules, afin de ne pas me faire arrêter par le premier garde venu. Cependant, cela risquerait d'attiser la curiosité des personnes qui me seraient données de rencontrer.
J'étais habillé très simplement. Un polo bleu marine accompagné d'un pantalon en lin beige, ceinturé noir, chaussures en cuir noir. Une tenue assez décontractée, si je n'avais pas eu à garder cette veste sur mes épaules.
La veille, on m'avait indiqué où se trouvait la cantine du palais, avec flegme, je me rendais donc dans sa direction. Je prenais le temps de me perdre dans les couloirs, d'observer les pièces qui étaient ouvertes, d'un coup d'oeil, faisant semblant de vite détourner le visage lorsqu'une tête présente dans ces pièces se tournait dans ma direction. Étrangement, je croisais très peu de monde. Certes, la Suède est un petit pays, mais le palais royal, surtout après la prise de pouvoir d'un nouveau roi.. cela devrait être mouvementé, non ? À moins que, je ne sois pas suffisamment matinal pour croiser tout ce petit monde et qu'ils soient déjà en réunion.
Ma précédente idée se confirma lorsque j'arrivais finalement au réfectoire. Quasiment vide ! Si j'étais gourmand, cette situation serait un paradis. Cependant, je me contentais de quémander un grand café sec et de me diriger vers les fenêtres et le coin fumeur. Je n'en avais pas griller une depuis ma sortie du train pour Stockholm. Ah. C'est ce genre de moment, qui rendent la vie agréable. Une fenêtre ouverte avec une très légère brise, certes très fraîche ! Mais les mains contre la grande tasse à café bien chaude, la cigarette au coin des lèvres, le regard lointain, dans le ciel. Dieu que c'est agréable.

Une fois mon petit-déj' assimilé, je recommençais à parcourir les couloirs, m'étirant et baillant, nonchalamment. Je me le permettais, ici, parce que je ne portais pas ma casquette de Chef de famille, mais si Arias me croisait maintenant, je me ferais taper sur les doigts par un petit jeunot. Cette idée me fit sourire. Et en soit, vraiment, elle n'était pas désagréable.
Je commençais à me questionner sur où je devrais me rendre dans la journée. De ce que j'avais compris, Stockholm était composé de plusieurs petites îles ainsi que de deux principales. Ici, au palais, nous étions sur l'île centrale séparant les deux gros quartiers principaux. On m'avait venté les mérites d'un restaurant français à quelques centaines de mètres du palais, c'était peut-être une bonne idée de remanger de la cuisine française, cela me remémorerait l'époque où je vivais à Saint-Cyr.

… Cependant le destin en décida tout autrement. Au détour d'un couloir, je tombais nez-à-nez avec le Lieutenant qui m'avait servit d'escorte la veille. En me voyant, il s'emporta comme s'il venait de voir le messie. Rapidement, il se calma et me fit un salut militaire normal. Cependant, de suite après, il enchaîna, me demandant si je savais me battre et me disant qu'il avait besoin d'un combattant. J'haussais un sourcil. Pourquoi moi ? Mon gabarit, peut-être ? Un sourire sur posa sur mes lèvres, après tout, pourquoi pas, un peu de sport matinal.
Le jeune Lieutenant semblait ravi, sur notre chemin, il invitait toutes les personnes que nous croisions à nous rejoindre. Tout à coup, je commençais à trouver ça louche. C'était une entourloupe ça, je reconnais. J'avais été piéger et j'allais être jeté dans la gueule du loup, c'était sûr ! Qu'est-ce que j'allais affronter ? C'est quoi les bêtes sauvages féroces en Suède ? Des Ours ? Non, quand même pas ? Je secouais le visage, comme pour chasser cette idée, tout en continuant de suivre le Lieutenant.

Nous voilà donc arrivé à ce qui semblait être le gymnase d'entraînement du palais. Tous les équipements dernier cri étaient présents dans cette pièce. Je ne pus pas m'empêcher d'être étonné de voir tous ceux beaux outillages, du simple sac de frappe aux engins à soulever des poids. Je lâchais même un léger sifflement.
Cependant, ce n'était pas tout. Certes cette pièce était équipée dernier-cri, mais au milieu de celle-ci se trouvait un ring de boxe.
Un ring de boxe ? En Suède ? La boxe professionnelle n'était pas interdite dans ce pays ?
Au milieu de ce ring, un homme s'échauffait, s'étirait. Lorsqu'il me vit, il comprit très rapidement que je lui servirais de petit déjeuner, d’en-cas, tout au mieux. Il se mit à rigoler, puis détourna son visage, lui parlant en Suèdois, j'imagine qu'il lui demandait s'il n'avait pas trouver mieux qu'un grand blond aux yeux dorés avec le visage si fin qu'un simple jab pourrait abîmer.
L'homme descendit du ring et s'avança vers moi, nous faisions plus ou moins le même gabarit, il était légèrement plus musclé, au premier coup d’œil, dans un anglais très sommaire : « You and me ! MMA fight ! »
… Un combat de MMA.. c'est vrai que la boxe anglaise était interdite en Suède... Mais apparemment pas le MMA, dans un sens, ça se tient. Les sports de combat typique de Suède sont basés sur la lutte, qui est très présent dans le MMA. De plus, n'ayant jamais pu pratiquer cette activité, j'en avais tout de même entendu parler comme étant LE sport de combat montant et surclassant tous les autres sports, étant donné que sa particularité est qu'il absorbe strictement tous les sports de combat ne se basant pas sur des armes. De plus, je crois aussi que la Suède possède un ou deux champions du monde en titre, selon leurs catégories.

Je soupirais. Pourquoi pas, après tout. Je n'avais jamais fait de MMA de ma vie, mais j'avais fais plusieurs années de boxe anglaise. Tandis que je faisais mine d'accepter auprès de l'homme se trouvant face à moi.. je devais me changer... Me rapprochant d'un bas sur le côté où tout équipement semblait se trouver, l'agitation dans la foule de suiveurs augmenta nettement. Certains d'entre eux se dépêchèrent de partir chercher leurs amis pour qu'ils ne manquent pas le combat.
Tout d'abord, je décrochais ma veste, puis je retirais mon polo. Je combattrais torse-nu, après tout. Puis, ce fut au tour des chaussures et du pantalon, je gardais mon caleçon ! Et j'enfilais rapidement le premier short venu qui semblait être à ma taille, je chaussais des chaussures faites pour le ring, prenant des gants de boxe plutôt que des gants de MMA. Histoire de pas le tuer sur un mauvais coup de poing. Je ne pris pas la peine de mettre de casque ni de porter de protège dent. Cela semblait déranger la foule présente. Comme si je leur manquait de respect. Je ne connaissais pas l'homme présent sur le ring, peut-être était-il quelqu'un de remarquablement fort ?

Voilà, plus de retour en arrière possible, nous étions tous deux de chaque côté du ring.
Malheureusement pour le type en face de moi.. son combat était perdu d'avance. J'espère ne pas taper un champion ou un vice-champion, ça me mettrait mal à l'aise, dirons-nous, de faire du bruit dans le monde du MMA, je n'étais pas spécialement intéressé par la chose, pour dire vrai. La situation à Quederla me préoccupe plus que d'être millionnaire.. quoi que, mon compte en banque est plutôt bien fournis, je devrais compter -un jour- ce que ma famille a pu accumuler sur des siècles.
Heureusement que les places sont gratuites car aujourd'hui, les spectateurs n'en auront pas pour leur argent. Cependant, je restais tout de même surpris par l’engouement que ce simple sparring avait pris. Tu me diras, ça doit changer du quotidien. Les gens n'aiment pas se battre de manière générale, mais ils aiment regarder les autres se battre.

Nous étions tous deux, face à face, au milieu du ring. L'homme en face de moi se tenait en garde, tandis que moi, de mon côté, je ne prenais même pas la peine de lui accorder ce respect. Je savais pertinemment qu'avec son allonge et cette distance, il ne pourrait pas me toucher. Alors pourquoi devrais-je prendre la peine de lever les bras ?
Voilà, il entrait en mouvement, commençant avec de petits pas afin de jauger mes réactions, je réagissais vite, quasiment instantanément, mon instinct animal facilitant beaucoup les choses.
L'homme face à moi tenta sa première accélération, accompagnée d'un jab du droit.. qu'il est lent. Que ce monde est lent. Pour quelqu'un qui s’entraîne chaque jour sous une Gravité de plus en plus intense, être libéré de cette gravité, c'est comme être libéré de ses chaînes. On a l'impression de vivre dans un monde qui se déroule au ralentit.
J'esquivais d'un simple mouvement de tête le coup de l'homme présent face à moi. Cette fois-ci, je me mis en garde, non pas que j'avais peur d'être touché.. juste pour pouvoir contre attaquer et en terminer une bonne fois pour toute avec cette mascarade.
Mon adversaire avait lancé un jab dans le but de calculer la distance et de revoir sa précision. Le prochain devrait être mieux ajusté, plus adapté à la vitesse que je lui ai montré. Nous possédions plus ou moins la même allonge, je gagnais quelques centimètres avec les gants de boxes, contrairement à la puissance de frappe que donnait les gants de MMA.
Voilà, il se lançait, c'était le moment d'en finir.
Son jab partit comme prévu, de son bras droit, j'esquivais en inclinant le visage, cette fois-ci légèrement plus rapidement que précédemment, sur le côté gauche, tout en partant en contre de mon bras droit. « Perfect hit » comme on dit dans le milieu. Le combattant s'écrasa au sol. Il allait être sonné pendant plusieurs minutes.

C'était le calme plat dans le gymnase, plus personne ne disait un mot, personne ne savait comment réagir. Personne ne comprenait non plus, vraiment, ce qui venait de se passer.
Enlevant lentement mes gants de boxes, je laissais échapper un léger : « Ala ala, j'espère qu'il se relèvera. » tout en affichant un léger sourire en coin.
Certaines personnes arrivaient même au niveau du gymnase, ameutées par leurs amis, tout ça pour voir leur champion inconscient, au sol. Stupéfiés.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 349
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Sam 1 Sep - 15:34



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?


J’appréciais son excuse indirecte pendant la mienne concernant nos propos qui avait pris le pas sur le réel but de cette discussion, au moins faisions nous preuve de civisme malgré nos différents. Je ne sais pas vraiment si mes propos trouverons du sens aux oreilles de cet homme, il avait des responsabilités tout autres que les miennes, quand bien même notre rôle étaient similaire. Caenn avait une vision portée bien plus loin dans l’avenir que moi, peut-être que c’est sur ce point que nous divergeons ? En fait, je pense que ce qui fait que nous somme si opposé sur al question était sa vision de l’homme. Son histoire de sacrifice, de pions, je n’ai jamais aimé ça et même aujourd’hui en tant que roi d’un pays je ne considère pas mes sujets comme de la chaire à canon ou des pion dont je dispose à ma guise.

Mon long monologue semblait néanmoins le faire réfléchir, je ne sais pas vraiment à quoi, mais il réfléchissait, j’en était sûr. Enfin, je n’avait guère le temps de réfléchir plus amplement à tout ça. Je laissais donc mon invité se reposer de son voyage. Je le remerciais de sa sollicitude envers mes devoirs et li souhaitait une agréable fin de journée en Suède. Le reste de la journée fût éreintant, comme d’habitude, entre les réunions et décisions, gouverner un pays était bien plus fatigant que le rôle de Joker.

Comme tout les matin, tôt dans la matinée, j’avais rendez-vous avec mes conseillers et ministres pour me tenir au courant des avancées de mes décisions. La plus grosse partie de la matinée se déroula ainsi en alternant discussion houleuse et à contrario des discussion plus calme sur des sujet divers. En sortant, je fus heureux d’apprendre que je n’aurais pas de cours ou quoi que ce soit d’autre. Ainsi je me dirigeais vers mes quartiers pour boire un thé et me reposer un peu, j’en profitais aussi pour demander si on n’avait pas vu mon invité. J’appris ainsi qu’il était bien matinal et qu’il avait pris son petit déjeuner seul tôt le matin, mais pas assez pour me croiser. Je soupirais à l’idée de savoir mon invité si seul, peut-être que je pourrais le prendre par surprise un matin ?

Seulement après quelques instants précédant ma réflexion, j’eu des nouvelles de mon très cher invité et j’apprenais qu’une recrue prometteuse de la garde royale venait d’être mise au tapis par Caenn. J’aurais apprécier une journée sans remue ménage, mais bon, je suivais le soldat en soupirant. Arrivé sur les lieux, je pouvais voir la recrue à terre, commençant à peine à se réveiller et le grand blond qui l’avait mis à terre, torse nu et avec un léger sourire au coin des lèvres. Je m’adressais à la recrue en suédois comme quoi il avait bien chercher sa défaite et qu’à l’avenir il apprendrais à étudier un minimum son adversaire que l’on ne connaît pas dans un combat qu’on est sûr de perdre. Puis je soupirais et me retournais vers le grand blond.

- Vous semblez être satisfait de cette victoire, je ne comprend pas pourquoi. Vous le saviez qu’il n’avait aucune chance, je ne comprend donc pas comment cette victoire sans saveur peut vous faire sourire ainsi.

Il était plus grand que moi et donc je le regardais en levant légèrement la tête, mais dans mon regard il pouvait certainement lire que j’étais un peu déçus par son comportement.

- Avec un pouvoir et ses avantages, tout semble plus facile n’est-ce pas ? Peut-être qu’un combat avec moi serait plus équitable ?

Je me mis de l’autre côté du ring et enlevais mon haut et laissait paraître mon bras gauche entièrement noir.

- Vous êtes partant ?



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 89
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Mar 4 Sep - 14:45







Q
uand le jeune Roi rejoignit la salle d'entraînement, le lieutenant qui m'avait convoqué s'efforçait de faire quitter la salle à toutes les personnes présentes. Celles-ci s'exécutaient sans protester. Après tout, elles avaient eu le combat promis, et maintenant que le Roi était présent, la situation risquait de barder pour tous ceux entrain de flemmarder et de profiter du spectacle. Rapidement, Arias se dirigea vers l'homme qui m'avait plus ou moins défié, regagnant ses esprits. Ils parlèrent en Suèdois, et je dois bien avouer que j'y pigeais strictement rien. Quand Sir Vele se tourna dans ma direction, le Lieutenant de la veille s'empressa de récupérer le soldat et de quitter les lieux, l'amenant très certainement à l'infirmerie dans le but de vérifier qu'il n'y avait pas de dégâts collatéraux. Le jeune homme s'empressa de critiquer mon attitude. Certes, j'étais sûr de gagner mon combat. Cependant, je l'avais affronté d'homme à homme, et non plus d'homme à maître d'un élément. Je n'avais en aucun cas truqué le combat grâce à mon élément. Quant à mon sourire... On peut dire qu'habituellement, les personnes de mon rang, dans l'armée, ne sont jamais aux premières lignes. On est souvent considéré comme faible et facilement discriminé par les soldats puissants. D'une certaine façon, j'avais fais d'une pierre deux coups : J'avais prouvé que les généraux ne sont pas que des lâches se cachant derrière leurs troupes et j'avais en même temps, donné une leçon de vie à l'homme que j'avais affronté. Être trop confiant de ses capacités était un bien vilain problème, dans notre monde. Celui-ci s'entraînerait certainement deux fois plus à partir de demain ! Du moins, c'est ce que j'espérais. Je n'étais définitivement pas dans sa tête, et je ne pouvais pas savoir comment il allait le prendre. Dans tous les cas, personnellement, c'est de cette façon que je l'interpréterai. D'un voix calme et posée, je répondais à Arias :


« Voyons, voyons. Ne me diabolisez pas. J'ai juste gagné ce combat d'un simple cross-counter, tout ce qui a de plus basique dans le monde de la boxe. J'ai retourné la force de mon adversaire contre lui. Si cet homme est suffisamment lucide, son entraînement et sa volonté n'en seront que renforcés. De plus, il respectera aveuglément la hiérarchie, maintenant. Je n'ai pas joué avec lui et je ne lui ai pas donné de faux espoirs... Et je n'ai pas vraiment choisi, non plus, de le combattre. Mais après la provocation, je me devais de représenter toutes ces petites médailles de distinctions, même si elles ne signifient rien, à Quederla. Le reste du monde, quant à lui, y est soumis. »


J'haussais les épaules, tout ce que je venais de dire était vrai, et je le pensais. Refuser l'affrontement sous prétexte qu'aucun être humain au monde, en dehors de Quederla, pourrait opposer une réelle résistance face à moi ? Quelle idée. Lorsque je quitte l'île, je reste un général distingué. Je ne veux manquer de respect à aucun de mes pairs, ni aux aspirants de West Point ansi que ceux de Saint Cyr. Cette défaite, du soldat, n'aura aucune répercussion en dehors de ces murs. Ma défaite, quant à elle, aurait pu en avoir bien plus. Le regard qu'Arias portait sur moi m'importait peu. Il pouvait être déçu s'il le souhaitait, ce n'était pas mon problème. Je m'étais déjà justifié et je ne comptais pas publier un mémoire sur « Pourquoi un Général distingué se doit de vaincre un simple soldat l'ayant provoqué ? ».. je pourrais dépasser les centaines de pages, j'imagine.
Sans le vouloir, le jeune homme toucha un point légèrement sensible. Tout semble plus facile, avec un pouvoir et ses avantages ? Peut-être, aujourd'hui, maintenant, après presque vingt ans d'entraînement. Mais il ignorait à quel point, j'en avais bavé, pour ne serais-ce que dompter mon élément. J'avais passé les cinq premières années de possession enfermé dans un espace clos et sans lumière. Je ne pouvais sortir que la nuit lorsque ma mère trompait les directives de mon père. Et dieu sait que ces escapades nocturnes étaient courtes. J'avais reçu un pouvoir rare et difficilement maîtrisable, que le corps met beaucoup de temps à accepter. Alors oui, aujourd'hui, je peux m'estimer heureux de le maîtriser et la vie me paraît légèrement plus facile, notamment au moment de me déplacer, cependant, ce pouvoir, je l'avais mérité. J'en avais vomis, du sang, pour le contrôler.
Le roi de Suède venait de me défier, sans réellement hésiter. Avant même d'avoir ma réponse, il se plaçait dans le coin opposé et se préparait en se déshabillant. De cette façon, il me dévoilait son bras gauche. Il était noir, totalement noir. Aux premier abords, j'avais du mal à saisir ce que cela représentait. Son bras semblait avoir perdu toute vie, et pourtant, il l'affichait fièrement et le manipulait comme si un rien n'était. Je scrutais minutieusement la partie du corps qu'Arias me laissait apercevoir, je ne voyais aucune autre marque que celle de son bras. D'après notre base de donnée, à l'ancien QG Elementis, l'ancien Joker était censé contrôler les Vecteurs, ce qui en faisait un redoutable adversaire au corps à corps. De toute façon, notre combat avait de grandes chances de ne pas incorporer nos éléments respectifs. Quoi que, qui sait?
Je retournais dans le coin opposé d'Arias, me mettant dos au coin. Nous nous regardions attentivement.
Malheureusement pour mon vis-à-vis, nous sommes actuellement sur un ring, et non pas un champ de bataille à la Quederla où il pourrait exprimer pleinement ses capacités. Le ring, que ce soit de MMA, de Boxe ou d'autres sports de combat, en un contre un, est un endroit parfait pour contrôler les bêtes sauvages. Même si j'en étais une, moi-même, avouons le. Ce n'est pas pour rien qu'il existe des catégories de poids, peu importe le sport de combat. On ne se bat pas en dehors de sa division. Face à moi, j'avais affaire à un poids plume, alors que je suis un poids semi-lourd. Le seul avantage qu'avait Arias, sur ce ring, c'était peut-être sa rapidité. Contrairement à moi, où, sur le papier, je dominais largement sur la puissance, l'endurance, l'allonge et autres. De plus, même s'il était plus rapide, comme dit précédemment, sur un ring, on peut facilement emprisonner une bête sauvage, aussi rapide soit-elle.
Je commençais à m'étirer un peu plus sérieusement, tout en prenant la parole :


« Vu que nous sommes tous deux des guerriers Elementis... Quelles sont vos règles ? Et si je peux me permettre.. votre bras ? Est-ce une malédiction ? »


Simple et efficace, j'acceptais par la même occasion, le défi que le jeune roi venait de me lancer. Malheureusement, je devrais très certainement diminuer mes coups. Il serait dommage d'abîmer un si beau visage royal juste avant une quelconque réunion.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 349
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Sam 15 Sep - 16:31



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?


Malgré mes paroles, Caenn ne comprenait pas pourquoi je lui disais cela et ça m’attristait un peu : n si grand homme et pourtant aveugle de certains détails. Il prétextait q’il l’avait battu à la loyale, sans pouvoir, juste avec son entrainement et son expérience. Je ne dit pas que donner ne leçon au jeunes est une mauvaise chose, j’encourage même à apprendre à ces personnes. Ce qui me déplaisait c’était la manière. D’accord il était gradé et avait une réputation à tenir, mais j’aurais aimer qu’il le fasse d’une manière qui éviterait le combat. Enfin, tout ça pour dire que sa gravité, pour ce que j’en sais après mes années de côtoiement avec d’autres Roi, était très utile en combat, mais aussi pour s’entrainer. Je me doute que ses entrainements on dû améliorer ses compétence au-delà que le simple entrainement de base.

Enfin, j’avais aussi pour rôle d’apprendre au autres, qu’il soit plus jeune ou non. Je voudrais juste lui faire comprendre qu’il a un pouvoir qui s’applique même quand il ne le sollicite pas. Et s’il l’avait tué pendant le combat à cause d’une force trop grande ? Je doute cependant que ma pensée lui parvienne malgré tout, c’est un homme fort, sûr de lui. Pourquoi écouterait-il les pensée d’un homme comme moi, qui lui est opposée par mes voeux de paix et d’humilité ?

L’heure n’était plus aux paroles mais au combat néanmoins. Je commence à croire que j’ai juste envie de jauger mes capacités face à un homme qui contrôle l’un des pouvoirs les plus puissant que je connaisse. Cependant, le secret des familles ne doit pas sortir maintenant, pas en ces temps de troubles. Alors quand il me demanda les règles, elles tombaient sous le sens pour moi.

- Pas de pouvoir, juste votre force physique et battez vous comme vous le voulez. Le premier qui abandonne ou qui n’est plus en état de se battre a perdu . Quant à mon bras, on peut considérer cela comme tel.

Je souriais en regardant mon bras puis me mettait en garde, protégeant mon visage. Mon regard était vif des batailles passées, mon corps rodé à toutes sortes d’adversaires. Monsieur Drusdan, si vous pensiez avoir affaire à un simple Joker poids plume, vous serez vite surpris. Je n’ai pas de médailles ou de prestigieux diplômes militaire, mais j’ai vécu assez de batailles pour savoir donner du fil à retordre à n’importe qui.

Désolé :
 



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 89
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Jeu 20 Sep - 18:18







L
es règles étaient données, nous étions seuls dans la large pièce que nous occupions, nous étions sur ce ring et nous étions prêt à nous affronter. Nos divergences d'opinions étaient réelles, mais la présence d'Arias ne m'insupportait pas, bien au contraire. Qu'il s'en rendre compte ou non, notre discussion de la veille avait déjà eu une sorte d'impact en moi, et j'avais élargi mon champ des possibles. Alors même s'il nous serait impossible de tomber d'accord sur les finalités et sur la totalité, il était tout de même possible d'accepter de prendre en compte la vision de l'autre. Et en ce sens, mon voyage en ces lieux était déjà plus ou moins rentabilisé. Mais maintenant, l'heure n'était pas à la parole, mais plutôt aux actions. Lorsqu'il qualifia son bras comme étant une malédiction, cela m'interpella, il me cachait clairement quelque chose. C'était sûr et certains. Il n'y a aucune trace d'écrit où le Joker Elementis possédait un bras noir. C'était quelque chose de récent, de frais, de neuf. J'avais quelques hypothèses au sujet de ce bras et le fait que mon adversaire refuse l'emploi des éléments lors de notre combat était assez marquant. Soit il avait eu une mauvaise expérience avec un utilisateur de Gravité, soit il n'avait plus la capacité de se battre avec les vecteurs, soit il avait gagné la possibilité de se battre sans les vecteurs. Cependant, pour affronter un homme le surclassant sur tous les attributs physiques possibles, sur un ring, la tête haute, il devait cacher quelque chose, clairement. Ala ala. L'heure n'était pas aux questionnages subtils, mais plutôt à l'action. Le jeune homme était en garde et son regard signifiait qu'il était prêt à en découdre. Cependant, on voyait qu'il n'était pas accoutumé au ring et à son espace. Il était resté dans son coin. C'était amusant. Si je le chargeais maintenant, il ne pourrait pas se défaire de se coin et je n'aurais plus qu'à le pilonner de coups jusqu'à ce que ses jambes ne lui répondent plus. J'haussais les épaules lentement, et je m'avançais vers le centre du ring. Une fois arrivé à cet emplacement, de la main gauche, je fis signe au jeune homme de m'y rejoindre. Lorsque celui-ci accepta, sans pour autant lâcher sa garde, je ne pus m'empêcher de prendre un large sourire, je n'avais toujours pas pris la mienne. J'étais encore entrain de poser le pour et le contre et d'analyser quelle garde serait la plus adapté face à un adversaire de sa trempe.

Finalement arrivé au centre du ring, je tendis mon poing droit en direction d'Arias, lui faisant comprendre du regard qu'il se devait de le taper légèrement du sien pour enclencher les hostilités. C'était chose faite, nous étions maintenant tous deux au centre du ring, notre distance était suffisante pour que nos allonges ne puisse nous permettre de toucher l'opposant.
La garde de mon adversaire était basique. C'était aussi la bonne garde à adopter lorsque l'on se bat contre un adversaire plus grand que soit : Ainsi, il protégeait son visage, mais aussi ses flancs et son ventre.
Je me mettais lentement en garde, réajustant ma respiration.
Ma garde était légèrement plus complexe. On pourrait croire apercevoir un escrimeur. Mes pieds étaient parallèles, mon bras gauche était en croix le long de mon corps, mon coude au niveau de mon flanc gauche, le poing au niveau de mon flanc droit. Tandis que mon bras droit, lui, se trouvait à moitié ouvert, entre moi et mon adversaire. Je ne protégeais pas mon visage, mais mon corps était très difficile à atteindre de part mon positionnement, de plus, il y avait ce bras droit, bien plus grand que les bras d'Arias. Il était mis de sorte à placer des jabs rapides, prêt à tuer toutes actions de mon adversaire d'un simple coup. Pour ce qui est des coups large, ce serait l'œuvre de mon bras gauche. Mais.. le pourcentage de chance que je l'utilise est, sur le papier, assez réduit.
Je sautillais sur place, le bruit de mes chaussures contre le ring résonnait dans la salle d'entraînement. Arias semblait vouloir me laisser le premier coup. Il restait positionné tel un rock. Très bien. De toute façon, pour m'atteindre, il devrait construire une stratégie viable.
Rapidement, j'armais mon bras droit, donnant très rapidement deux jabs dans la garde d'Arias. Un jab normal est généralement absorbé par une bonne garde. Cependant, mon positionnement, le fait de porter mes jabs avec mon bras directeur, le fait de n'avoir aucune protection... Les coups que mon adversaire avait subis étaient réels et l'avaient réellement touché. Je continuais de sautillais sur place, je n'avais pas encore mis de stratégie en place afin de le bloquer dans les cordes ni dans un coin. Je lui avais juste envoyer deux jabs puissants pour le mettre en garde. Et surtout. Nous étions à une portée suffisante pour que je puisse l'atteindre de ma droite : Mais lui, de son côté, il ne pouvait pas me toucher de ses coups. Qu'allait-il tenter pour essayer de m'atteindre ? J'observais logiquement chaque réactions de son corps, prêt à agir en fonction de ce qu'il tenterait.
Si il voulait passer à l'offensive, il devrait dégager son visage, mais les deux coups qu'il venait de subir étaient puissant. Si ils touchaient son visage sans défense, il les sentirait largement passer.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 349
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Jeu 20 Sep - 21:25



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?  


Approximativement deux mètres pour je dirais quatre-vingt dix kilos, je devais bien avouer que je n’étais pas très futé de ma battre avec un tel écart physique. Cependant j’ai affronter bien plus fort, notamment en combat d’entrainement contre des elementis de gravité, mais surtout des domae aux animaux bien coriace. En tout cas ma défense ne vacillera pas ! Enfin c’est ce que je pensais avant de prendre deux coups rapides et, il faut le reconnaître, puissants. Ma défense a tenue, mais j’ai sentis les coups et ma garde flotta un peu sans pour autant céder. Comme je m’y attendais, Caenn était un homme fort et assurément sûr de lui de par son faciès, mais j’espère pouvoir lui faire comprendre que je suis pas si facile à mettre au tapis.

Je pense qu’à cet instant, mon adversaire pensait m’affronter dans un combat comportant des règles comme le veut tout art martial. Or je n’ai jamais préciser qu’on se battait dans un style bien précis, dans la vie on ne choisis que rarement son terrain et il se trouve que mon adversaire semble sûr du terrain. Quand on veut gagner et survivre on n’hésite que rarement à user de fourberie et de coups hors des normes. Là est mon avantage : l’adaptabilité et la réactivité !

Je n’ai pas l’allonge pour le toucher de mes petits bras, j’ai un Goliath en face de moi, mais les géant sont toujours plus lents que les petits par leur carrure, gravité ou non et puis s’il s’attend à un combat équitable, ça sera bien plus facile de le déstabiliser ainsi. Rapidement je me glisse sous sa garde, côté droit, sans baisser la mienne. Je tente un coup puissant au niveau de l’abdomen tout en plaçant ma jambe en opposition derrière les siennes pour le faire tomber au sol. Mon coup fût bloqué, mais le repoussa assez pour le faire tomber au sol avec ma jambe. Je me recule d’un bond, sautillant sur place, garde renforcée par son « avertissement » sourire légèrement en coin comme il aime l’afficher.

- Monsieur Drusdan, je n’ai jamais dit qu’on se battaient en suivant les règles de MMA. Dans la vie, pas tout le monde se bat de façon noble. Vivre ou mourir, tout dépend à la vitesse à laquelle on s’adapte à son milieu.

Cette fois-ci, littéralement je le regardais de haut, pas de manière hautaine, mais au moins comprendrait-il la vu des personnes qui sont au sol pour mieux comprendre ses responsabilités. Quand on est au sommet on se doit d’être attentif au personnes que l’ont protège et arrêter de les voir comme des pions. D’ailleurs, a partir de maintenant je sens que je vais avoir plus de fil a retordre car je pense l’avoir chauffé…



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 89
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Jeu 20 Sep - 22:25







N
ous étions sur un ring. Et sur un ring, à Quederla, un peu comme à la pointe de ma lance, je suis certainement l'élite de l'élite. Certes, je peux remercier ce corps qui m'a été légué par mes générations précédentes.
Les Drusdan ont toujours été des êtres massifs au physique avantageux. Nous avions les cheveux dorés et les yeux dorés. Et en servant chaque génération d'Elementis, nous avions finit par devenir nous-même une Famille importante au sein des Elementis. Certes, aujourd'hui, j'étais à la tête de la Famille, j'étais censé être l'apogée de ma lignée, cependant.. j'étais toujours ce vilain petit canard qui ne possède pas le Feu. Je porterai ce poids sur mes épaules toute ma vie. Mais soit, j'y étais habitué, maintenant.
Arias réagissait vite et intelligemment. Il savait comment attaquer sur un ring face à une personne qui a une allonge plus grand que lui. On esquive le jab, on se faufile au corps à corps et on frappe de toutes ses forces dans le corps, afin de priver l'ennemi de son jeu de jambe, le plus rapidement possible. Sauf qu'en le voyant faire, évidemment, je savais comment le contrer. Lorsqu'il arma son coup, je vins l'intercepter assez facilement de ma gauche. Au même moment, je commençais une rotation dans le but de lui écraser ma droite sur le visage. Cependant, couplé à la puissance du coup d'Arias ainsi que de mon mouvement de rotation improvisé, je tombais dans le piège de mon adversaire. Celui-ci avait commis une faute, sur un ring, et me fit une sorte de balayette, qui me fit tomber en arrière, perdant mon centre de gravité, quelle ironie.
Tandis que je tombais, le jeune homme se replaçait d'un bond et prit la parole. C'était purement et simplement des provocations. Je savais très bien, de quelles façons se passent les vrais combats. Qu'il ne s'en fasse pas pour moi. Justement, ma plus grande force, c'était d'éliminer toutes les possibilités et de saisir celle qui se rapproche le plus du cent pourcent de réussite.

Je tombais sur le dos, je n'avais pas réellement subit de dégâts, en soit. C'était juste un geste déplacé qui m'avait renversé, je n'avais pas subis de dégâts direct. Rapidement, je me relevais, sans me mettre en garde, je faisais face au jeune Roi de Suède. Il m'avait regardé de haut. De la même façon que je regardais le monte autour de moi, en permanence. Je ne pus m'empêcher d'avoir un léger rictus énervé. Je ne pouvais pas le contredire et je ne pouvais pas reprocher quoi que ce soit aux agissements d'Arias, il était dans son droit le plus total et dans la vérité. Cependant, cette fois-ci, je ne le voyais plus comme un sparring-partner mais plus comme un véritable adversaire.
Ma respiration était stable, j'étais encore en pleine forme. Je ne possédais toujours pas de garde tandis que mon opposant restait bien accroché à la sienne. C'était le moment de lui montrer un petit aperçut de ma vraie puissance, non ? Effectivement, nous n'avions aucun équipement défensif, tous nos coups étaient à double tranchant : En frappant fort, on risquait de se blesser. À cause de cela, je devrais retenir ma puissance. Mes mains pourraient s'abîmer facilement, si je devenais un peu trop sérieux.

Je me mis de nouveau en garde, cependant, je pris exactement la même garde qu'Arias. Les bras serrés, les poings proche du visage. Je commençais de nouveau à sautiller sur place, tout en me rapprochant lentement du jeune homme. Celui-ci m'observait et tentait de laisser le moins d'espace possible au sein de sa défense, il était clairement sur la défensive.
Un léger sourire en coin vint se poser sur mes lèvres. Il pouvait bien essayer de me faire tomber de nouveau s'il le souhaitait. Enfin, s'il arrivait à se trouver une occasion derrière mes coups.
Dans un rythme soutenu, j'enchaînais les jabs en position de une-deux, je frappais d'abord du gauche, puis du droit. Je tapais dans sa garde, à plusieurs niveau. Une fois au niveau du visage, puis au niveau du corps, recommençant au niveau du visage. Un enchaînement de coups vifs et rapides, sans grande force présente, cependant, en continuant ainsi, je le déplaçais comme je le désirais sur le ring et je lui fermais toutes possibilités de contre-attaquer. Après plus d'une minute d'assaut, j'avais finalement placé mon adversaire contre le coin du ring. Maintenant je n'avais plus qu'à exploser sa garde d'un coup large et enchaîner pour le mettre au tapis. Cependant.. mon regard croisa le sien. Il était déterminé et il attendait. Il était entrain d'attendre ? Qu'est-ce qu'il attendait ?.. Inconsciemment, comme si ma survie en dépendait, je sautais en arrière, et me replaçait en position de garde. J'avais du mal à reprendre ma respiration. Je venais de passer presque une minute en apnée afin de pouvoir enchaîner mes coups.. cependant, pour moi, ce genre d'enchaînement, en théorie, c'est de la petite bière. C'est censé passer sans impacter mon endurance ni ma forme physique de manière générale. Je fronçais les sourcils et mon sourire disparaissais de mes lèvres. Arias semblait ne pas avoir été impacté du tout par mes enchaînements. Je ne le remarquais que maintenant. Comment était-ce possible ? Qu'est-ce qui faisait que je sois si fatigué et qu'est-ce qui faisait qu'il n'ait strictement aucune séquelle liée à mon assaut ? Même une personne de ma catégorie aurait été impactée. J'analysais la situation, mais je ne trouvais strictement aucune explication logique, liée aux lois de notre monde. Je dois avouer que je ne comprenais vraiment ce qui était entrain de se passer. Les vecteurs ne sont pas capable de cela. De plus, je ne connais strictement aucun élément permettant ce genre de situation. Qu'étais-ce ? Quelle était cette force ?
Mon regard se posa une nouvelle fois sur son bras noir. Malédiction ? Bénédiction ? C'était ça ?
Je secouais légèrement le visage. Je venais de reprendre mon souffle, cependant, je sentais bien que mon énergie avait diminuée. J'étais loin d'être à plat, mais couplé au fait d'être déstabilisé mentalement.. je dois avouer que pour le coup, je ne comprenais pas la situation qui m'était proposée. J'allais devoir m'efforcer de lui mettre un clean-hit et de voir ce qui s'en suit, afin de confirmer mes théories naissantes, j'imagine. Je restais actuellement sur la défensive et j'observais les moindres mouvements d'Arias. Le regard sévère, je ne pris pas la parole.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 349
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Ven 21 Sep - 22:42



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?


Rapidement mon adversaire s’était relevé et j’avais bien fais de prendre mes distances car il affichait un aire passablement énervé. Je pense que c’est le regard de haut qui l’a mis dans cet état, j’en étais fier de lui faire ressentir ce qu’il fait au autres, mais du coup j’allais avoir plus de problèmes maintenant. Il n’affichait aucune garde, mais semblait bien déterminer à montrer toute sa puissance. La stratégie de base : encaisser. Pas le choix, si c’était un combat avec des armes o mes vecteurs j’aurais pût me battre plus efficacement, mais à mains nue j’ai un désavantage de force brute. Il va forcément se fatiguer et mes coups lui ferrons plus mal et inversement les siens perdrons en puissance. Il comprendra peut-être alors que même s’il n’a pas utiliser son élément, son simple jab était déjà bien affecter par son pouvoir : puissance et rapidité son plus facile à entrainer avec la gravité.

Cette fois-ci sa garde avait changée, peut-être me prenait-il enfin au sérieux ? Au final il sourit de nouveau et je comprenais qu’il avait un plan pour me vaincre. Cette assurance… Avait-il un jour connus la défaite pour ne jamais quitter ce sourire hautain remplis d’assurance ? Je ne pense pas, car sinon il saurait très bien que même le plan le plus minutieux peut être mis à mal par des facteurs non pris en compte. Je compris assez vite et à mes dépends son plan : me frapper rapidement pour percer ma défense. Ses coups n’étaient pas forts, mais rapides frappant à divers endroits. Ma défense tint bon malgré les coup et je commençais à sentir les coups bien qu’ils ne me touchaient pas directement au visage ou autres endroits sensibles. Cependant, impossible de riposter, seul les déplacements me permettaient d’esquiver certains coups. Dans un endroit aussi exiguë j’allais finir par manquer d’échappatoire et c’est ce qui arriva en toute logique.

A l’inverse de mon adversaire, mon regard était froid et déterminé et je n'affichait aucun sourire ou autre signe de victoire acquise. Mon adversaire était bien trop fort pour relâcher ma garde et ma vigilance. Je suppose que me voir ainsi lui a fait peur de ce que je pouvais cacher et il avait bien raison de bondir en arrière. Son sourire disparue enfin quand il sembla se rendre compte de quelque chose. C’était le bon moment pour contre-attaquer, son temps de réflexion m’avait permis de me remettre du contre-coup de mon pouvoir. Personne ne parlait et c’était peut-être mieux ainsi.

Sautillant sur place pour me remettre les idées en places, je me sentais assez bien dans ma peau pour lui montrer mon expérience de Valet. Il était sur la défensive et je ne l’aurais pas a coup puissant, mais surtout rapide et bien placés. Il ne fallait cependant pas que je baisse ma garde et rester vif. Il me fallait être stable sr mes jambes pour me déplacer rapidement et latéralement. J’arrêtais de sautiller et m’approchais rapidement, je ne devais pas le laisser se remettre de ses émotions. Je feintais un coup de face pour rapidement me déplacer sur le côté, le frappant dans les côtes. Puis je bondissait en arrière pour m’élancer de nouveau, cette fois-ci je feintais de nouveau en reculant au dernier moment pour esquiver son coup défensif et profiter de la brèche pour frapper de nouveau. Après ce coup je me baissais tentant un coup dans l’une de ses cheville avant de me projeter derrière lui avec une roulade et enchainer sur un enchainement crochet du droit, coup de genoux gauche, coup de pied retourné droit, crochet du gauche et uppercut du droit si j’en avais l'occasion. Mes coups n’étais pas aussi puissant que les siens, mais j’ai travaillé tant de situations de combats que ces enchainements son devenu naturels pour moi.
Evidement, il contra les coups les plus lent et l’uppercut fût une mauvaise idée vu que je me retrouvais au sol après un violent coup au visage. Cependant je me relevais sonné du coup et de mon pouvoir qui s’était activer, je n’avais aucune égratignure, la régénération s’était faite quand j’étais au sol, invisible à son regard. Je ne baissais pas ma garde tout de même car même si mes coups l’avaient affaiblis, il lui restait encore du jus.



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 89
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Mer 26 Sep - 11:53







J
e possédais une théorie. Au vue de ma fatigue grandissante de manière exponentielle et aux vues d'Arias semblait complètement in-affecté par mes enchaînements.. évidemment, pour l'instant, je ne pouvais rien prouver, juste supposer. Mon prochain objectif était assez simple. Contrairement à tous les coups que je lui avais porté jusqu'à présent, en tapant essentiellement dans sa garde, je devais le laisser venir à moi, de toutes ses forces et faire en sorte qu'il me laisse finalement une ouverture, rien qu'une seule, que je puisse l'exploiter et que je puisse lui mettre un coup direct. Un coup qui laisse des dégâts. Un coup au visage. Qui enfle les lèvres, qui fait saigner du nez, qui marque les yeux, peu importe, un coup qui ferait des dégâts physiques à l'œil nu.
Je m'étais replié assez rapidement, après avoir compris que je ne lui avais fais aucun dégâts lors de mon enchaînement. Et, apparemment, Arias ne souhaitait pas me laisser reprendre mes esprits et me chargeait directement. C'était malheureusement pour lui, plus ou moins ce que j'attendais. Cependant, c'était une épée à double tranchant. Si ses coups continuaient de me sucer mon endurance, je pourrais éventuellement ne pas être en état de combattre indéfiniment. Je ne savais pas comment expliquer ce phénomène, je ne connaissais rien qui puisse agir de la sorte, mais tout ce que je pouvais me dire, c'est que j'étais entrain d'être acculé et que ce phénomène était réel.
L'offensive d'Arias était finement menée, il feintait, plongeait, visait le corps. Viser mon visage, vu notre différence de gabarit était assez compliqué pour le jeune roi de Suède. Cependant, passer sous ma garde et frapper au corps était tout à fait accessible pour lui. Malheureusement pour moi, pour l'instant, tout du moins, il ne tentait pas de coups larges, je ne possédais pas de fenêtre de tir afin de répondre d'un coup parfait. C'était frustrant, mais je me devais de prendre mon mal en patience. Cette fois-ci, je pensais m'en rendre compte, enfin, j'en suis pas totalement sûr. Mais lorsqu'il me frappe, lorsqu'il me touche, il m'inflige des dégâts bien plus sérieux qu'initialement prévu. Ce que mon corps aurait pris pour des piqûres de moustiques semblait frapper directement mon endurance. C'était frustrant. Et surtout, je ne me l'expliquais pas.

Lorsque le jeune homme visa ma cheville, rapidement, j'esquivais. Je pouvais le laisser me frapper de ses poings, mais ses pieds, c'était une autre affaire, même moi, en temps normaux, je ne pouvais pas me permettre de me faire marteler de coups de pieds d'une personne entraînée. Il saisit cette situation pour passer dans mon dos. Un coup bas, évidemment, dans le monde de la boxe. Le temps que je mis à me retourner dans sa direction avait été suffisant pour qu'il puisse m'infliger un crochet du droit. Celui-ci me frappa pleinement dans la joue. Cependant, cela ne me déstabilisa pas réellement, ma tête avait accompagné l'angle du coup du jeune homme. J'avais le goût du sang dans la bouche. C'était une partie relativement fragile et mes dents avaient du l'abîmer, un léger aphte, j'imagine. Je n'avais pas encore perdu ma lucidité, je continuais d'attendre le bon moment.
Arias en profita pour essayer de m'infliger un coup de genoux, je le bloquais rapidement de mon bras droit, apposant ma main contre son genoux. Je souffrirais bien plus d'un coup de genoux dans le ventre que de dix crochets, j'imagine. Pris dans son enchaînement, il surenchérit d'un coup de pied retourné. Cette fois-ci, je ne pouvais pas me permettre de le contrer, je subirais des dégâts trop importants aux mains. Faisant un pas en arrière et inclinant légèrement mon corps, je l'esquivais. Les coups larges sont bien évidemment surpuissant s'ils touchent. Mais ils sont aussi très simple à esquiver ou contrer. Rapidement, continuant sur son momentum, il enchaîna avec un crochet du gauche, que j'encaissais comme le précédant, laissant mon visage suivre l'angle du coup afin d'en atténuer les dégâts le plus possible. Cette fois-ci, je ne me blessais pas au niveau de la bouche. Cependant, je n'avais toujours pas remarquer d'erreur réellement exploitable dans l'offensive de mon adversaire. J'aurai très certainement pu la museler bien avant, mais j'avais besoin qu'il se sente en confiance et qu'il continue ses enchaînements afin de lui porter un coup, une seul, un qu'il sentirait passer. J'étais toujours lucide, le regard vif, concentré sur mon entreprise...

Et voilà que l'occasion se présentait finalement à moi. Un uppercut du droit. Un coup où l'on fait balancer son corps en avant, où l'on puise le plus possible de puissance dans le mouvement de rotation ainsi initié qui vise à frapper le menton de l'adversaire, où la résonance du coup peut-être aussi meurtrière que le coup lui-même. Cependant, lorsque l'on décide de s'employer à ce genre de mouvement, généralement, on s'assure que l'adversaire soit incapable de réagir. C'est une arme à double tranchant : On met toute sa puissance et toute sa rotation dans un seul et unique coup de poing, on ne possède pas de défense et l'on ne peut plus esquiver.
C'est exactement ce que j'attendais, que le petit poisson morde à l'hameçon. Rapidement, j'armais ma droite. Je n'avais pas besoin d'accentuer mon coup par un mouvement de balance de mon corps, une simple droite précise pour tuer son élan et le laisser s'écraser contre mon poing. Si un uppercut est un coup qui peut mettre un adversaire K.O instantanément, c'est aussi un coup qui peut laisser de très lourdes séquelles si l'on se fait contrer. Toute notre force est retournée contre nous et l'on ferme sa propre tombe.
Arias s'écrasa au sol suite au coup. Le bruit résonna dans la salle d'entraînement. Mon coup avait été parfait, j'avais un large sourire aux lèvres en ce moment même, un sourire carnassier. Je me doutais bien qu'un seul coup comme celui-ci ne serait pas suffisant pour venir à bout de l'ancien Joker, cependant, c'est un coup qui marque les esprits même les plus farouches : Comment a-t-il pu me contrer si facilement ? Quelle était la puissance de ce coup ? Pourquoi je suis au sol ? Pourquoi j'ai du mal à me relever ?
Un contre est un coup qui marque les esprits de son adversaire. Une fois le timing et l'ouverture trouvée, on se contente de renvoyer la propre force de son adversaire contre lui-même, en l'amplifiant, évidemment.

Je fis rapidement deux ou trois pas en arrière, restant en garde, laissant l'opportunité à Arias de trouver le temps de se relever... Cependant, je sentais mes jambes lourdes. Comme si mon jeu de jambe s'était enfoncé dans de la boue. Mon regard se faisait légèrement trouble et même garder ma garde en place était un calvaire. Mon endurance avait été amputée d'une assez grosse portion. Avant même que mon adversaire se relève, mon sourire disparaissait de mon visage. Mon état était clairement anormal. Je respirais difficilement. J'avais encaissé que quelques coups légers au corps et deux crochets au visage. Je devrais être à quoi ? Disons, quatre-vingt-dix pourcents de mes capacités, pourquoi, j'avais l'impression d'être plus autour des trente pourcents. Quel était ce maléfice ? Je gardais tant bien que mal mon calme, pour l'heure. J'observais toujours la silhouette du jeune homme au sol. Lorsqu'il se relèverait, je verrais son visage meurtri par mon dernier coup.
Lorsqu'il se releva, il semblait être en pleine forme. Aucune marque sur son visage. Comment diable cela était-il possible ? Comment pouvait-il ne pas avoir subit de blessure lors de mon dernier coup ? C'était inhumain, cela défiait toutes logiques, cela défiait les règles de notre monde. C'était inadmissible. Mon regard se fit noir, plus aucune expression ne transparaissait sur mon visage. Les immondices de la nature n'ont pas leur place dans notre monde.
J'étais fatigué, mais je tenais toujours debout. Lentement, je me rapprochais de nouveau d'Arias.
J'étais à distance de frappe. Il était toujours dans son momentum, il me laisserait pas le frapper si facilement. Rapidement, je décochais une simple droite. Comme attendu, Arias l'esquiva facilement, se glissant sous mon bras, prêt à contre attaquer. Le regard toujours noir, l'esprit toujours dérangé, sans m'en rendre compte, mon élément, la gravité, se déployait tout autour de nous. Juste avant que le bras gauche d'Arias me touche, le point de gravité le plus fort se fit au niveau de son avant-bras gauche. Mon coude droit s'abaissa à toute vitesse en direction de son avant-bras. Crac.

Mon regard revenait à la normal. Je réalisais la situation. La Gravité présente autour de nous était lourde. Le bras d'Arias avait été fauché par mon coude et l'avait fait d'une bien bruyante façon. J'avais utilisé mon élément, j'avais perdu.
Je restais figé, sur place. J'avais perdu le contrôle, lâché les pédales, mon corps avait réagit tout seul, indépendamment de ma volonté.
Dès que je l'eus compris, je me laissais tomber à genoux, regardant dans la direction d'Arias, en balbutiant, j'arrivais tout de même à prendre la parole :


« .. je... Je suis dé.. désolé. »

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Arias VeleMessages : 349
Date d'inscription : 07/06/2015


MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Dim 30 Sep - 17:38



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?  


Mon enchainement de coup semblait avoir fait son effet, mon adversaire haletait à vue d’oeil, mais je ne me réjouissais pas pour autant car en face c’est un adversaire de taille. Malgré le contre que j’avais pris, je gardais mon calme, j’étais déjà passé par là et avec le temps on s’y habitue. Comme je m’y attendais, je n’avais rien physiquement, mais mon mal de tête était toujours là, bien présent. Cependant, je comprenais rapidement que la situation avait rend fou mon adversaire, son sourire disparue et son regard demandait clairement ma mort. J’avais deux choix possible, soit il n’aimait pas perdre, soit les tournants de se combats sont trop nouveaux pour lui. J’avoue avoir hésiter avec la première option, mais là…

Il décrocha un coup du droit que j’esquivais assez facilement vu son état, mais la suite je m’y attendait moins malgré mes précautions… J’allais frapper du poing quand son coude vint frapper mon bras avec la toute puissance de son élément. Le craquement qu’y s’en suivis me fis m’agenouiller de douleur alors que je réprimais un cris de douleur dans mes entrailles. Malgré la douleur, je souriais car je savais que ma leçon sera comprise en entendant ses excuses. Il était à genoux en face de moi, mais vu son regard je doute qu’il ait remarquer les décorations florales qui avaient disparue en poussière au quatre coins de la grande salle d’entrainement. De ma fracture, il n’y avait plus rien, l'absorption vitale s’était faite rapidement, mais j’avais un mal de tête et ne respiration haletante. Je me relevais et le temps de reprendre mon souffle je m’adressais à Caenn.

- Comprenez-vous pourquoi je vous ai sermonné ? On ne contrôle jamais un pouvoir totalement, encore moins le votre, il y a toujours des effets secondaires qui nous différentie des autres. Un entrainement sous l’influence de son élément et le commun des mortels vous attribuera des réflexes divins. Une situation particulièrement déstabilisante et votre pouvoir vous échappe. Gardez en tête que vous ne serez jamais l’égal d’une personne sans pouvoir et inversement, il vous faut donc être prudent quand vous vous battez. Caenn, vos excuses sont acceptées.

J’enfilais rapidement, sans la boutonnée, une chemise et une paire de gants avant de tendre mon bras gauche pour l’aider à se relever, comme s’il n’y avait jamais eu de fracture. Néanmoins, mon maux de tête restera présent encore quelques minutes.



(c) Agora







~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   

Revenir en haut Aller en bas
 
Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ Les Alentours :: Le reste du monde-