Le forum dispose de Discord !
Vous pouvez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes à la recherche d'un codeur qui serait membre du Staff.
Si le poste vous intéresse, merci de contacter Kira.
Nous sommes actuellement 10 membres de l'Alliance
6 Citoyens, 3 membres du Gouvernement et 1 Télékyn !

Partagez
 

 Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 EmptyVen 14 Déc - 15:43







D
e mon côté, il n'y avait strictement plus aucun doute au sujet d'Arias. Même si dans les archives, on pouvait aisément voir ses faits d'armes, il n'y avait rien de réellement écrit sur sa position de Joker en soit. Mais depuis que je le fréquente, je le ressens profondément : Cet homme était fait pour cela. C'était terrifiant. Du haut de son jeune âge, il incarnait la perfection de son ancien rôle, qui sait à quel point il aurait pu grandir et faire évoluer son poste au Conclave avec plus de temps. C'était quelqu'un de conciliant, qui écoute facilement et qui comprend encore plus facilement. Il sait être ferme et juste quand le besoin se fait ressentir, il sait être calme et sympathique le reste du temps. C'est quelqu'un qui possède une grande loyauté envers ses propres idéaux, rien que de se retrouver à ses côtés est suffisant pour amplifier les volontés et renforcer les cœurs. Je ne regrettais pas du tout mon excursion en Suède. J'avais, humainement parlant, gagné énormément en ces lieux. Si je devais faire une métaphore de la chose, c'est un peu comme si j'avais fais un stage de rattrapage accéléré d'éducation de vie. Alors, certes, je possédais toujours mes points de vue, mais ce que j'avais gagné, c'était le point de vu d'Arias, à travailler, réfléchir, analyser, incorporer au mien.

La situation restait assez particulière, tantôt nous rions, tantôt nous semblions blessés, presque absent. Mais ce n'était pas désagréable, et d'une certaine façon, c'est de cette façon que les communions se font. Nous échangions d'homme à homme, de la même Famille, désireux de passer le cap du simple rang, du simple respect, du simple échange de points de vues. Nos barrières initiales s'effritaient petit à petit et nous parlions de nous, de notre vécu, de nos ambitions. Et cela nous rapprochait, nous permettait de mieux nous comprendre et de s'apprécier.
J'avais pris la décision de rejoindre Sir Vele en Suède, sans savoir la fonction qu'il occupait maintenant, sans connaître la réelle raison de son éloignement de notre famille, sans connaître ses idéaux partagés avec l'Alliance. Et sur place, j'avais gagné en plus de nouveaux points de vue, une personne sur qui je semblais pouvoir compter, tant que je ne me mettais pas en travers de son crédo.

Quant à l'alcool, c'était évidemment avec plaisir que je l'accompagnais et que je finissais, à mon tour, mon premier verre. Tandis qu'Arias nous commandait une seconde tournée, il m'expliquait ses conditions pour former un duo ou participer dans une équipe, à mes côtés.
En soit, ce sont potentiellement les conditions qui feraient en sorte que nous nous retrouverions dans le même groupe, ensemble. Cependant, nos méthodes risquent d'être différentes une fois sur le terrain. Je suis partisan de la simple pensée : un bon ennemi est un ennemi mort. Je pars assez rapidement du principe qu'un membre de l'Ordre, ou du Gouvernement, une fois vaincu par un élément en particulier, serait très largement capable de prendre un nouveau pouvoir qui s'adapterait ou qui semblerait le plus adéquat de vaincre la personne qui l'a vaincu auparavant. De plus, de la sorte, il cumulerait de l'expérience vis-à-vis des contrats et deviendrait indirectement de plus en plus fort. Pour éviter ce genre de désagrément, la mort est une bonne direction. Cependant, je ne connaissais pas vraiment le point de vu d'Arias à ce sujet. Mais je ne souhaitais pas casser l'ambiance en parlant de cet état de fait. Et l'heure n'est pas non plus à son retour sur Quederla. Peut-être que je penserais différemment dans le futur, peut-être que je verrais les choses d'un angle nouveau ou peut-être que la situation sur île aura déjà évoluée dès son retour.

Le jeune Roi de Suède me semblait assez torturé sur cet instant. Ce n'est pas une image de lui qu'il doit donner assez facilement. Je l'avais plongé dans cet état en lui demandant s'il désirait que je garde un œil sur ses proches. D'une certaine façon, je ne regrettais pas ma question, au contraire, son état actuel me confirmait que j'avais plutôt bien fait de le questionner à ce sujet. Il me parlait de sa fille, Lyana Selmine et de sa compagne, Alice von Riessfeld. Ala ala, je me trouvais plutôt embarrassé vis-à-vis d'Alice. Depuis mon intégration au sein du Conclave Elementis, avant la création de l'Alliance et lorsque je travaillais en tant qu'As, il y avait bel et bien une personne que j'ignorais littéralement. Et cette personne, c'était miss von Riessfeld. La raison était simple et complètement égoïste : Elle possédait le feu. Et elle l'utilisait de manière à renforcer ses attaques. Pour un membre de la famille Drusdan, c'était l'ignominie la plus totale. Le renforcement serait plutôt le dernier aspect de cet élément à être choisi, pris en compte. À cause de ce préjugé et de sa place au sein du Conclave, je possédais des difficultés avec cette personne. À mes yeux, par la même occasion, un Elementis de feu purement offensif ne peut pas se permettre d'aspirer à posséder une place de Valet, Joker ou As, encore moins Roi. Donc, cette jeune femme brûlait littéralement deux tabous pour un membre de la lignée Drusdan. Cependant, je ne l'avais jamais provoqué, je ne l'avais jamais mis devant le fait accompli de ses choix et de sa position, je ne l'avais jamais enfoncé, je l'avais juste ignoré. Apprendre qu'elle était la prétendante d'Arias m'avait plus ou moins retourné le cerveau. Je ne m'y attendais strictement pas.
Quant à Newton.. certes... C'était une de mes étapes obligatoires. Après avoir pris le temps de rencontrer Arias, je devrais rencontrer le nouveau Joker Elementis, celui qui l'a remplacé, et évidemment, il faudrait que je puisse de nouveau parler, d'homme à homme, avec mon ancien Roi. Chose qui m'était plus ou moins impossible jusqu'à présent. Tant que je faisais parti du Conclave et que j'occupais le rang d'As, ma loyauté envers Newton se devait d'être absolue et je ne pouvais pas spécialement rentrer dans les détails devant toute la Famille lors de l'annonce de l'Alliance avec les Domae. Je pouvais juste aboyer comme un caniche énervé. Mais dieu sait que je l'aurai bien chopé par le col, plaqué contre un mur et forcé à tout cracher. Peut-être que cette discussion n'aurait rien apporté de neuf, mais au moins, elle aurait eu le mérite d'exister. Et c'est en partie pour cette raison, qu'à contre-cœur, je me devais de revoir mon ancien Roi, une nouvelle fois. Cependant, mon point de vu à déjà changé depuis le jour de l'annonce de l'alliance et ce soir, où je bois un verre avec Arias. Peut-être que je serais bientôt capable d'accepter le fait que les mentalités ont réellement changé, peut-être que je pourrais accepter la création de cette alliance... Quoi qu'il en soit, chez les Rebelles, il faut quelqu'un pour tenir la baraque. Et en tant que Chef, je me retrouve avec une liberté aberrante. Je suis devenu un électron libre, qui décide de son propre sort et qui peut décider que d'autres personnes soient en mesure de l'accompagner. D'une certaine façon, d'un autre angle de vision, c'est un peu comme si l'As que j'étais avait reçu une promotion. Quoi qu'il en soit, comme me l'a bien rappelé Arias : Je reste un Elementis. Donc je me retrouve à la tête d'une petite centaine d'hommes m'ayant juré fidélité et je peux me permettre d'intervenir auprès de l'Alliance avec mes subordonnés si l'occasion le nécessite. C'est une évolution ultime pour un As. C'est un peu comme si je commandais un escadron d'élite. Fini les missions suicides en solitaire, bienvenue à l'électron libre accompagné qui décide lui-même de ses propres missions.

J'écrasais ma cigarette dans le cendrier et je prenais une énorme gorgée, avant de prendre la parole :


« J'étais au courant pour Lyana, mais j'ignorais totalement votre situation avec Alice. Je garderais un œil sur les deux, même si la petite Valet risque de me demander de faire quelques efforts. Même si nous siégions au même Conclave, je ne lui ai jamais adressé la parole, et d'après les rapports que j'ai pu lire, elle est assez.. énergique, dur à suivre. »


Sourire aux lèvres, je reprenais une gorgée, sortant lentement une nouvelle cigarette, jouant avec elle, entre mes doigts, reprenant :


« Je ne toucherai pas à l'Alliance, ni aux civils, dans un premier temps, je vais surtout essayer d'étendre mes réseaux, dans la ville, et d'avoir un œil sur un peu tout ce qui s'y trame. Cela risque de prendre pas mal de temps et d'être assez difficile. Mais je vais avoir besoin d'obtenir les infos en même temps que l'Alliance ou le Gouvernement, voir essayer d'avoir un cran d'avance sur l'Alliance. »


J'allumais finalement ma cigarette, tirant deux ou trois lattes avant d'enchaîner :


« Je vais contacter Newton, quoi qu'il arrive, nous devons discuter d'homme à homme et non de Roi à As, au moins une fois dans notre vie. J'avoue que je ne sais pas réellement à quoi m'attendre, mais c'est une étape obligatoire... Je ne le déteste pas, j'ai juste.. un mauvais sentiment. J'imagine que je réagis par instinct. Un peu comme si j'étais un chat, et lui un chien. »


Je rigolais de cette petite comparaison, mais elle n'était pas totalement fausse.

Notre soirée et nos échanges ne faisaient que commencer, et cette soirée là, l'alcool coula à flot.
Tant bien pour ma personne, que pour celle d'Arias, je pense que nous avions tous deux besoins d'une soirée complètement décontractée, ou nous nous laisserions allé. En soit, aucune information de grande instance n'en ressortait, notre discussion était plus légère. Nous nous rapprochions petit à petit et je me permettais même des blagues légères sur son jeune âge et l'impression qu'il me donnait d'être déjà un vieux sage.
J'étais content de l'évolution de la soirée et d'être devenu plus intime avec le jeune homme pour qui j'avais de l'estime. Toutes les questions que j'avais volontairement ignorées seraient peut-être posées un jour ou peut-être que je recevrais les réponses sans même avoir à les poser, quoi qu'il en soit, j'avais bien compris que cela ne servirait à rien de le forcer à parler. Cet homme, je ne souhaitais pas qu'il devienne mon ennemi, bien au contraire.
Nous continuâmes de discuter, de boire, d'échanger des mimiques jusqu'à tard dans la nuit. Je ne vous raconte pas de quelle façon nous sommes rentrés jusqu'au palais royal de Suède, tout ce que je peux vous dire à ce sujet, c'est que c'était très comique vu de l'extérieur.

Je venais de me réveiller, il était tard et j'avais mal au crâne. Ouais. On avait clairement trop bu la veille.
Mon premier réflexe fut de boire de l'eau, beaucoup d'eau.
Le second fut de m'habiller, de façon assez simple, le même par-dessus que la veille enfilé, et direction la cafétéria, en espérant pouvoir au moins avoir droit à un petit café.
Par chance, le service était toujours d'actualité et je me vis confié un café XXL super sombre. Il me faudrait au moins ça, pour me revigorer un minimum.
Je m'installais près d'une fenêtre ouverte, donnant vu sur la cours intérieur du palais, commençant à consommer mon café, lentement mais sûrement.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 2zra
Arias E. Blom

Arias E. BlomMessages : 437
Date d'inscription : 07/06/2015


Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 EmptyDim 16 Déc - 15:22



Joker y es-tu ? Que fais-tu ?


Au début, j’appréhendais la suite du séjour de Caenn quand j’ai appris pour son poste de roi des personnes qu’on appelais maintenant « Rebelles » au sein de l’Alliance. Au final, cet homme n’avait rien de mauvais, il était noble, fier et maintenant je suis sûr qu’il était prêt à tout pour établir un paix, enfin je pense. J’avais donc découvert un allié précieux et je savais que je pouvais compter sur lui dorénavant.

Face à ma demande, Caenn me sembla étrangement bouleversé et je devinais qu’il y avait n passé avec ma futur épouse. Je l’écoutais néanmoins ses paroles me certifiant qu’il garderait un œil sur les deux femmes de ma vie. Je souriais à ses commentaire sur Alice et je dois bien reconnaître qu’il y avait du vrai dans ses paroles. Il me fit part ensuite de ses plans concernant l’avenir et je dois dire que c’était très méticuleux de sa part. D’ailleurs cela ne m’étonnais guère, car je doute q’n homme comme lui se jetterait dans la gueule du loup sans préparation. Toujours la cigarette au bec, le général me parla un peu de Newton, de sa relation avec mon roi. Ils devaient parler entre eux, c’est certains, car il n’y a que comme ça qu’une paix pourra s’établir.

- Je conçois que celle que j’aime est très… Energique comme vous dites, mais je sis sûr qu’un homme désireux de vouloir avoir un temps d’avance sur l’Alliance sera en mesure de garder un œil sur une femme comme elle.

Je rigolais à mes paroles, car même moi j’avais du mal à la suivre parfois, elle et son énergie débordante. Néanmoins, c’est aussi une des choses qui on faites que je me suis épris d’elle. Aaah… Elle me manque tellement. Je buvais une gorgée pour oublier cette frustration de ne pas l’avoir à mes côtés.

- Votre introspection est admirable. Parler avec Newton vous sera bénéfique, aussi bien a vous qu’à lui. Je pense que si vous trouvez un terrain d’entente ce sera déjà un pas vers la paix.

Après ces paroles, je lançais n autre sujet de conversation sur ses passes-temps, ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas. Ce soir on allait faire une trêve sur les sujet sérieux, mais l’alcool me ferrais surement mentir. La soirée se poursuivis sa heurts, l’alcool nous perdant dans des discussions tantôt sérieuses et tantôt sans sens. Je pense que la note se fit élevée en alcool vu mon porte feuille alléger d’une centaine de couronnes.

Les rayons matinaux du soleil me frappèrent le visage aussi durement qu’un coup de poing d’un Domae, je fermais les yeux un temps, mais pour me débarrasser de ce calvaire je me résignais à me lever. Je pris une douche rapide et me préparais. Épée à la ceinture, tenue ajustée, je m’avançais dans les couloirs du palais, repensant à cette journée. Je m’assis à une table où je bu énormément d’eau, puis je pris un thé. En me baladant un peu, je retrouvais mon invité, qui d’ailleurs passait son dernier jours ici si je me rappel bien de la durée de sa demande d’exil temporaire. Je m’approchais de lui calmement puis annonçais ma présence par un simple « Bonjour ».

- Cette soirée était très édifiante, je suis heureux d’avoir fais votre connaissance. Votre période d’exil temporaire prend fin demain matin, mais j’espère vous revoir très bientôt. Je m’excuse, mais je ne pourrais pas être là aujourd’hui et demain pour votre départ. Je vous souhaite cependant bon voyage. Sur ce Caenn, je vous laisse profiter de mon pays une dernière fois. A la prochaine fois.

Je déposais un petit paquet sur le bord de la fenêtre à son attention et je m’en allais vaquer à mes occupations de roi. Dans ce petit parquet se trouvait un briquet graver de son nom et du drapeau de la Suède. Un petit cadeau de départ et signe de notre amitié bourgeonnante.



(c) Agora





Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 RM6x
Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 7y6o
~ Merci à Lae pour cette signature et ce vava ~

Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 2jqf

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 EmptyLun 17 Déc - 17:19







C
'est un Arias en tenu royale, qui s'invita quelques instants à mes côtés. Je ne pouvais pas m'empêcher de laisser échapper un léger sourire amusé. Comment s'habillerait-il une fois de retour sur Quederla ? Enfin.. s'il revenait. Tout du moins, je l'espérais, au fond de moi, qu'il revienne. Cependant, ce ne serait certainement pas pour tout de suite. Comme moi, de mon côté, je me dois de travailler comme il se doit pour ce qu'il reste de ma Famille, lui, de son côté, se doit de travailler pour son pays. De ce que j'avais cru comprendre, il enchaînait les réformes le plus rapidement possible et celles-ci semblaient plus ou moins bien circuler. C'était un bon point. Cependant, il ne pourrait pas réformer son pays à vie, et il arrivera bien un jour où la situation sera stabilisée et où il aura bien plus de temps libre qu'il n'en possède actuellement. En parlant de temps libre, il venait m'annoncer qu'il n'en posséderait ni aujourd'hui, ni demain. C'était quelque chose d'assez compréhensible, je ne pouvais pas m'en plaindre, du temps, il m'en avait accordé et même beaucoup. La soirée que nous avions passé hier nous avait certainement fait le plus grand bien. Que ce soit pour lui, ou pour moi, nous avions passé une soirée futile sous le signe de l'alcool, où nous oublions nos obligations et notre devoir l'espace de quelques heures. Cela faisait un sacré bout de temps que je n'avais pas bu autant que cela. Cependant, mon corps l'avait plutôt bien digéré, je dois avoir de bon reste. Ala ala.

Je ne pus pas m'empêcher de lui répondre avec le sourire, lui confiant que, moi aussi, j'étais heureux d'avoir fait sa connaissance et d'avoir pu partager ce type de soirée avec lui. J'ajoutais que je ne lui en voulais strictement pas de ne pas pouvoir se rendre disponible et je m'excusais à mon tour, d'avoir accaparé son temps libre ces derniers jours. Je le remerciais pour les formules de politesses quant au voyage et je lui confiais que je comptais bien visiter Stockholm avant de partir, demain matin. Lorsqu'il me lançait ce « à la prochaine » je me doutais que nous nous reverrions dans le futur. Je lui répondis la même chose, en inclinant le visage sur la droite, toujours sourire aux lèvres.
Après tout, on s'était mis d'accord sur le fait de faire équipe un jour, avec les conditions qu'Arias avaient cité. De plus, il m'a parlé de ceux qui lui étaient cher et cela semblait lui peser sur le cœur de se tenir loin d'eux. Il ne pouvait pas les forcer à venir vivre en Suède et elles l'attendaient à Quederla. C'était un peu comme une assurance de le voir venir pointer le bout de son nez, même si ce n'est que quelques jours par-ci par-là. Cela me ferait plaisir de le recevoir sur notre île. Le temps nous le dira, de toute façon, nous ne savons pas encore ce dont demain sera fait.

Le jeune roi de Suède déposa un petit paquet sur le rebord de la fenêtre, à côté de moi, avant de s'éclipser. Rapidement, j'alternais du regard entre le petit paquet et la silhouette de dos du jeune homme s'éloignant de moi.
Ma main droite vint se poser contre ma joue ainsi que mon front, masquant mon œil droit. Je dois avouer que je ne m'y attendais absolument pas. De mon côté, les cadeaux, ce n'était pas quelque chose d'habituel. Certes, nous fêtions Noël à l'Orphelinat, nous nous débrouillons comme nous pouvions afin d'offrir aux enfants des cadeaux convenables. Mais, de notre côté, nous récupérions des dessins brouillons, que nous nous empressions de placarder aux murs de nos salles de repos.
D'aussi loin que je m'en souvienne, dans ma famille, nous ne fêtions plus Noël. Mon paternel et ma mère n'y portaient pas vraiment d'attention. Et je ne parle même pas des anniversaires. Le seul anniversaire, de ma vie, qui a compté, fût celui de mes dix-sept ans. Celui où je pouvais recevoir finalement mon pouvoir d'Elementis. En dehors de cela, on peut dire que le seul cadeau que j'avais reçu de ma famille, c'était mon héritage et la lance qui le symbolise.

Tandis que je finissais lentement, mais sûrement, mon café, je vins attraper le petit paquet contre la fenêtre. Je pris le temps de l'ouvrir délicatement pour y découvrir un zippo neuf, avec mon nom gravé dessus ainsi que d'un petit drapeau de Suède. Je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir un léger sourire niais aux lèvres. Indirectement, je me dis assez rapidement que je ne l'utiliserai pas, afin de ne pas l'abîmer, et surtout, ne pas prendre le risque d'une mésaventure sur le champ de bataille. Cependant, vu la façon dont il m'avait cerné facilement à ce sujet, il y a des risques que ce ne soit pas la seule personne à imaginer ce genre de cadeaux. Peut-être que je devrais installer une vitrine dans mon salon et que je devrais commencer à y installer ce genre de pièce de collection, avec une histoire toute particulière ? L'idée était amusante. Admettons qu'un jour, je possède des petits enfants, je pourrais me vanter en disant que ce zippo m'a été directement offert par le Roi de Suède. L'idée n'était pas déplaisante, bien au contraire.

Nous étions en fin d'après-midi, c'était plus ou moins l'heure vers laquelle je souhaitais me rendre à l'extérieur du palais. Je comptais faire relativement simple : Me diriger vers le quartier historique de la ville, me perdre dans les petites rues, analyser les styles d'architectures, me perdre devant les devantures des commerçants locaux, craquer devant une petite échoppe proposant un sandwich local ou l'équivalent, profiter de l'air maritime, croiser toutes sortes de personnes, zigzaguer entre les passants à l'heure de pointe, me poser quelques dizaines de minutes sur une terrasse en profitant de plusieurs cafés, reprendre ma route, m'éloignant encore et encore du palais royal, prendre le risque de me retrouver dans les bas quartiers, aider un petit garçon qui tombait sous mon nez se faisant mal au genoux, offrir le reste de mon sandwich non terminé à un vieil homme faisant l'aumône, croiser des gardes en essayant de me faire plus petit que je ne le suis...
Cependant, les gardes ne s'intéressaient pas spécialement à ma personne, contrairement à Quederla, ici, les grands aux cheveux blond sont assez courant.

La nuit été finalement tombée... Et on allait pouvoir passer à la phase deux de l'opération d'exploration de la ville.
En utilisant mon élément, je me hissais sur le toit de la maison la plus proche. Comme nous étions en été, je ne pouvais pas me délecter du paysage d'une ville légèrement illuminée et parsemée de cheminée en activité. Cependant, pour ce qui est des illuminations, tout était présent. Comme à mon habitude, amusé de ce spectacle, je me contentais de sauter de toits en toits, cheveux au vent. Les gens, de manière générale, n'ont pas l'habitude de regarder les toits. Dans ce genre de situations, j'avais l'impression d'être littéralement invisible, ainsi que d'être le maître de la ville. C'était agréable.
Tout naturellement, je me dirigeais vers le palais royal, afin de profiter de ma dernière nuit en Suède. Cependant, je prenais le temps de me diriger vers les sommets les plus hauts de la ville et de m'arrêter quelques minutes à chaque fois, prendre le temps d'observer une ville qui se vide petit à petit afin de laisser place au silence de la nuit. J'appréciais l'instant présent.

Finalement rentré au palais royal, finalement changé et couché, je savais que je ne pouvais pas me permettre de trop déborder sur mes heures de sommeil, mon retour était préparé méticuleusement. D'une certaine façon, il se passerait exactement la même chose qu'à l'aller, la seule différence étant qu'une fois arrivé à Göteborg, je prendrais directement le bateau en direction de Quederla.
Cela ne faisait que quelques jours que j'avais quitté mon île. Cependant, dieu sait ce qui peut se passer durant ce court laps de temps. D'une certaine façon, j'avais fais en sorte que le Chef des Rebelles ne soit pas considéré comme absent, étant donné que dans les registres de départ, j'avais juste fait partir un général de façon temporaire. Mais je ne pouvais pas m'empêcher d'être légèrement angoissé par ce que je retrouverais à mon arrivée, d'ici quelques jours de transport.
D'une certaine façon, ce sentiment prouvait que je commençais à changer, petit à petit.
Durant le trajet, mon cerveau risque de fonctionner à toute allure, et je ne parle pas des centaines voir milliers d'heures de réflexion qui m'attendent une fois de retour sur mon île.

Une page venait de se tourner dans mon parcours. Et cette page était une belle et agréable page. Je ne regrettais absolument pas d'être venu en ces lieux. Et, en plus d'un ami, j'avais gagné de nouvelles perspectives de vue. Maintenant, il serait dans mon intérêt de tout prendre en compte.
Le trajet du retour se déroula sans accroche aucune, et à mon retour sur Quederla, je pus me rendre compte qu'il ne s'était rien passé d'alarmant, durant mon absence.
Quand reverrais-je Arias ? Ah ça, c'est quelque chose d'assez incertain, et le futur nous le dira. Cependant, afin de respecter sa pensée, je garderais un œil sur les personnes qui lui sont le plus cher. Je ferais de mon mieux pour, dans tous les cas.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias   Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Joker y es-tu? Entends-tu? Que fais-tu? | ft. Arias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Les Rps 2018-