Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 58
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Jeu 30 Aoû - 15:37







P
réparé, équipé et déterminé. C'était plus ou moins l'état d'esprit dans lequel je me trouvais, tandis que j'avais décidé de gagner l'entrée de la ville. Gracieusement, je voguais de toits en toits, usant de mon élément comme moyen de transport. Le vent marin s'était levé, couplé à mes mouvements, cela faisait flotter mes cheveux ainsi que ma veste, dans les airs, tous deux soumis à une faible gravité. De ma main droite je tenais fermement ma lance, la gauche était libre. De manière générale, les toits de la ville étaient miens. Il était relativement rare que je tombe nez-à-nez avec des civils. Et les rares fois où c'était arrivé, je me contentais d'un sourire avant de repartir.
L'agitation de la matinée ainsi que de l'après-midi semblait s'être légèrement atténué. Tout en me déplaçant, je surveillais scrupuleusement les rues. L'heure était à l'observation. Comprendre réellement toute la situation, afin d'enregistrer tous les paramètres possibles. Plus ma liste était grande, plus ma lucidité quant aux actions à entreprendre serait renforcée. J'avais fais le choix de ne pas passer par le QG Elementis, contacter mes pairs. À l'heure actuelle, il m'était impossible de dire qui était réellement impliqué dans cette affaire. Le Gouvernement et l'Ordre ? Une des Familles Rebelles ? L'Alliance ? Un Groupuscule indépendant Rebelle ? Impossible de savoir. Le peu de carte que j'avais en ma possession me poussait donc à agir de manière solitaire, autant que je le pouvais. Ce matin, j'avais appris que le danger pouvait venir de n'importe où, d'une personne lambda qui n'appartenait à aucune famille ni au gouvernement en place sur l'île. C'était mon erreur. Sur mon lieu de travaille, en présence des enfants, j'étais bien souvent « trop relâché ». Même si les enfants appréciaient ce côté là de ma personne, dans le futur, cela pourrait m'être de nouveau défavorable. Ainsi soit-il. Il serait de mon ressort de trouver un juste milieu. Mais là, ce n'était pas le moment d'y songer.
Plus je progressais dans la ville, la traversant presque entièrement, je me retrouvais de nouveau heurté à la triste réalité : Des personnes zombifiées continuaient d'avancer en direction des portes de la ville. Leur nombre était fortement réduit, le nombre de barrage de fortune aussi. J'imagine qu'ils avaient du se heurter à des détenteurs de pouvoir, qui avaient tout simplement massacré les gardes en place. Je m'estimais soulagé et presque heureux, de me dire que ces barrages avaient tenus jusqu'à la réception de toutes les personnes provenant de l'orphelinat. Le Directeur ainsi que la Surveillante en chef de l'établissement étaient au courant de mes appartenances ainsi que de mes devoirs envers ma Famille. Mon absence ne choquerait personne, seul les enfants pourraient éventuellement me réclamer. Mais là, n'était pas la question. La Légende raconte que les Drusdan ne sont sérieux, sur le champ de bataille, qu'une fois leur trésor de famille en main. C'était la première fois, depuis que j'avais rejoins ma famille, quelques mois auparavant, que je me montrais, lance en main. En continuité de mon plan initial, celle-ci était présente dans le but de me faire remarquer, autant que possible, par d'autres membres de ma famille, ou des elementis de l'alliance s'il le fallait. Je ne me déplaçais pas, dans l'immédiat, dans le but de créer un massacre hors normes.

Arrivant presque à ma destination, je pouvais remarquer que de nouveaux barrages de fortunes avaient été érigés. Ils avaient du reculer, petit à petit, plus les heures passaient. Sourire aux lèvres, je prenais le temps de m'arrêter sur un toit avoisinant. J'analysais la situation. J'imagine que la personne qui avait ordonné la mise en place de ces tentatives d'arrêts n'avait pas renoncé. Cependant, il ne semblait pas avoir eu plus de soutien auprès des siens, au gouvernement. Les hommes qui gardaient les lieux semblaient fatigués, ils étaient là depuis l'aube et avaient du reculer suite à de violentes altercations. Le point positif est que les enfants et les adultes faibles ont pu être contenu. Le point négatif.. l'entrée de la ville serait en majeur partie composée de personne légèrement supérieur à la moyenne. Qui sait ?
Mon attention se posa sur un barrage en particulier. Il semblait y avoir de l'agitation. De mes yeux vifs, dorés, je scrutais la scène, bien passivement. C'était un Domae qui s'en prenait aux gardes. Son animal était un chien, rien de très élégant. Mais l'heure de ma bonne action du jour était peut-être venue. En mettant cet homme hors combat, je permettrais au barrage de persister quelques affronts de plus. Ni une, ni deux, je m'élançais dans les airs, atterrissant derrière l'homme déchaîné, posant ma main gauche sur son épaule. Celui-ci arrêta de se mouvoir instantanément. Je ne pouvais pas dire ce qui surprenait le plus les gardes présents sur place, le fait qu'un homme tombe du ciel, ou le fait qu'il maîtrise l'ennemi d'une seule main, sans aucun effort. Le chien, sur mon flanc droit, se retourna rapidement dans ma direction, plongeant sur moi, tous crocs dehors. J'élongeais lentement mais sûrement mon bras droit, quelques instants avant l'impact, le manche de ma lance frappa l'animal aux côtes. Tour de passe-passe ou réel aptitudes de combat ? Modifiant rapidement la gravité autour de cet animal, l'accentuant dans un premier temps, au niveau de ses côtes jusqu'au choc de mon arme, puis la diminuant grandement dans la foulée, la scène pouvait sembler surréaliste. Le chien s'envolait littéralement sur trente ou quarante mètres. De plus, le bruit de l'impact avait annoncé que plusieurs os étaient brisés. Ne poussant pas le vice plus loin, je n'allais pas modifier la gravité au niveau de son impact au sol. D'ailleurs, celui-ci n'eut pas l'opportunité de toucher le sol, il venait de disparaître. Ma main gauche se détacha de l'épaule du Domae, le poussant légèrement en avant, augmentant la gravité juste devant lui, venant le frapper du manche de ma lance, au niveau de la nuque, suffisamment fort pour l'envoyer aux urgences et ne plus être dérangé par cet homme pendant plusieurs heures. Il avait totalement perdu conscience. Sa vie s'était tenu entre mes mains, et j'avais choisi de l'épargner. Après tout, ce serait dommage de profiter de l'hypnose d'un ennemi afin d'en faire un cadavre. Il serait plus agréable de le faire goûter au désespoir, en pleine possession de ses moyens.
Tous les gardes avaient reculés de plusieurs mètres, résultat de mes actions. J'imagine qu'ils avaient maintenant bien plus peur de moi, que de celui qui s'en était pris à eux, auparavant.
Le vent continuait de souffler et c'était seulement maintenant que mes cheveux regagnaient leur position habituelle, accompagnés de ma cape. L'action avait été rapide, quelques secondes, seulement. Regardant l'état du barrage et l'état de santé mental critique de ses gardes, je ne pouvais pas m'empêcher de lâcher un léger « Ala, ala... » devant ce spectacle. Ils avaient perdu toute volonté d'intervenir, à cause de mon intervention musclée. Dire que je leurs avais peut-être sauvé la vie. Quel manque de gratitude ? Un large sourire pouvait se lire sur mes lèvres, continuant de contempler ce spectacle pittoresque.

Je pris le temps de me retourner, pour faire face aux nouveaux arrivants, laissant le temps aux hommes encore sous le choc de reprendre leurs esprits. Cependant, ce qui m'était donné de voir me semblait assez déplaisant. Actuellement, trois personnes marchaient dans ma direction. Et elles semblaient totalement zombifiées, elles aussi. Ces personnes, c'était trois membres des rebelles elementis. Mon visage se fit quelque peu plus sévère. Comment trois d'entre nous avaient pu se faire avoir, en même temps ? En fait, cela ne m'étonnait pas plus que cela. Ceux qui étaient restés fidèles, en majeur partie, c'était les grands pontes de la famille, éloignés des champs de batailles depuis plusieurs années, maintenant. Nos rangs ne comptaient pas que ce genre de personne non plus, mais ceux qui se trouvaient face à moi, en faisaient parti. Si ma mémoire était bonne... J'avais affaire à un elementis d'eau, un de néant et un de poussière. Malheureusement pour mon expédition nocturne aux entrées de la cité, devant ce spectacle, je n'avais pas le choix : Je devais intervenir et les faire regagner le QG. Contrairement à un As, dont le seul but est de renverser une situation désespérée, celui d'un Roi est bien plus complexe. Sauver ses confrères en fait hélas parti. Je n'avais aucune raison de sacrifier ces personnes, je pourrais me rendre à l'entrée de la ville bien plus tard.
J'agitais ma lance avec élégance, face à eux, comme si je me préparais à rentrer dans une sorte de danse guerrière endiablée. Aucune réaction. Ils étaient donc bel et bien hypnotisés et incapable de se rendre compte sciemment de la situation. De plus, ils n'avaient pas non plus, détecté mon agressivité à leur égards, lors de mon exécution. Les personnes hypnotisées ne réagissent donc qu'uniquement lorsque leur route est barrée. Ils ne calculent même pas l'agressivité.
Rapidement, j'analysais la situation. Un elementis d'eau et de poussière se trouvaient fortement désemparés face à mon élément. Le soucis venait directement du manipulateur du néant. S'il décidait de me priver de mon élément, je me retrouverais en danger. Fort heureusement pour moi, l'affrontement pouvait se passer en plusieurs tours. Je pouvais ne bloquer que lui, prendre l'ascendant sur le duel, puis me rediriger vers les deux autres. Je tournais mon visage en direction des gardes du passage sécurisé, d'une voix sèche, j'ordonnais : « N'intervenez pas. Éloignez-vous. Enfin, si vous tenez à la vie. »

Ma troisième escarmouche de la journée était sur le point de commencer. Bien évidemment, je ne devais pas leurs infliger de blessures trop lourdes, ces personnes faisaient partie de ma famille. Je ne pouvais pas me permettre de tuer ou blesser à vie mes acolytes, lors d'une mission de sauvetage.
Maintenant que le plan me paraissait plus clair, mon visage s'éclaircissait rapidement. Concentrant mon énergie en direction de l'utilisateur de néant, faisant bien en sorte d'éviter les deux autres, leurs laissant continuer leur chemin. Je lui fis tomber le ciel sur la tête, à proprement dit. Celui-ci se trouva totalement immobilisé. Il me remarqua dans la foulée et me priva de mon élément. De mon côté, je continuais de faire appel à mon élément. C'était la meilleure façon de l'épuiser rapidement. Les elementis de néant ne sont pas réputés pour leur endurance. Cependant, le jeune homme me chargea, avec l'intention de tuer. D'abord à main nue, je bloquais chaque coups avec aisance. Ils étaient rapides, mais assez faiblard. À vue de nez, je n'aurais aucun mal à gagner ce combat sur le plan physique. Il était jeune, même si entraîné, nous avions plus de dix ans d'écart d'entraînement. Et mon entraînement était bien plus intense que le sien. Je n'aurai même pas à utiliser mon arme. Habilement, je me contentais de le faire tomber du pied, lorsqu'il s'employait à me donner des coups larges. Cela me faisait gagner du temps et épuisait son pouvoir. Je n'avais pas pour vocation de l'abîmer ni d'attendrir la viande. Après être tombé trois ou quatre fois, le jeune homme sorti un poignard de sa veste. La donne venait de changer, je ne pouvais plus me permettre de me contenter de bloquer à main nue. Décidé, je me mettais en garde, attrapant ma lance de mes deux mains, au bas du manche, tel un fier guerrier ashigaru-yari prêt à stopper la cavalerie Takeda. Cette action eut pour effet de stopper mon adversaire dans sa charge. Comme si le danger avait repris le dessus sur son envie de passer. Mais, malheureusement pour moi, cela ne dura pas. Il se remit à charger dans ma direction, quitte à s'empaler. Laissant échapper un soupir nerveux, je m'activais, reculant légèrement mon arme, avant de l'avancer de nouveau, jusqu'au flanc de mon opposant, commençant un mouvement de rotation, partant de mes pieds, montant jusqu'à mes hanches pour finalement atterrir dans mes bras. Ma lance le frappa avec précision, du manche, l'envoyant contre le mur. Le coup n'avait pas été fort. En utilisant mon élément, en frappant du manche, j'aurai tout simplement pu le trancher en deux. Mais, l'objectif n'était évidemment pas là. Je ne devais pas l'amocher plus que ça. Mon adversaire reçu donc un choc et tomba à terre une nouvelle fois. Tandis que mon élément s'agitait de nouveau. J'en étais de nouveau en pleine possession. D'un regard perçant, je clouais le jeune-homme au sol. Maintenant, au tour des deux autres. Ce serait bien plus facile, leurs éléments ne pouvant pas me toucher tant que je maîtrisais ma gravité. Ils n'étaient pas parti bien loin, et sans grande difficultés, je les faisais reculer en alternant différents états de gravité : Un fort champ d'attraction suivi d'une faible gravité au niveau des cibles. Les membres de ma famille reculés sans réellement pouvoir agir. Autour de moi, la gravité était plutôt élevée. La poussière ne pouvait m'atteindre et l'eau non plus. Cependant, la manipulatrice d'eau n'était même pas en mesure de canaliser une attaque quelconque.
J'avais donc mes trois possédés face à moi. Mon escapade nocturne ne serait donc pas un échec cuisant. Même si je n'en avais pas appris plus sur la situation, j'avais sauvé trois des nôtres. Enfin, fallait-il que je les ramènes jusqu'à notre QG, devant passer par les égouts.
La nuit était tombée sur l'île et je m'apprêtais à rentrer au QG. Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre dans cette situation. Serait-il désert ? Les membres seraient-ils en état d'alerte ? Aurais-je un hypnotiseur à croiser ? Cette idée me déplaisait fortement, mais je n'avais plus vraiment le choix.

Arrivant finalement au QG après de nombreux efforts, rien d'insurmontable, juste une situation désagréable. Je fus accueilli par l'intendant, qui semblait avoir aperçu un fantôme. C'est vrai que la scène qu'il avait devant les yeux devait sembler absurde. Le Roi entrain de trimballer trois Elementis avec mon élément. Quelle idée. Rapidement, je pris la parole pour expliquer la situation et l'intendant se dépêcha de trouver des personnes libres afin de prendre le relais sur mes actions et amener les trois hypnotisés dans une pièce scellée, en attendant la venue d'un contrôleur de lumière afin de leur faire regagner leur état normal. Ou qu'ils le regagnent par eux-même au fil du temps. Après tout, on ne savait pas grand chose sur cet état.
De mon côté, je me rendais dans la salle de réunion. Beaucoup de monde était présent, mon entrée, bien qu'annoncée par l'intendant, fit du bruit, beaucoup de voix s'élevèrent. On me reprocha rapidement de ne pas avoir rejoins le QG dès le début de la catastrophe afin de donner mes directives. Je ne pouvais pas le nier : C'était aussi mon rôle, aujourd'hui. La vie d'As était quand même plus agréable. On pouvait faire cavalier solitaire jusqu'à la fin et juste récupérer tous les lauriers. En tant que chef, les autres attendent en permanence de nous. C'est déplaisant, mais je devais m'y faire. Il me faudrait vite mettre la main sur quelqu'un capable de me seconder. J'étais un homme de terrain, après tout.
Rapidement, j'expliquais ce que j'avais vécu dans le courant de la journée et mes différentes hypothèses. Je faisais en sorte de me tenir éloigné de tout le monde, afin de ne pas prendre le risque de me faire de nouveau hypnotiser. Malheureusement pour moi, l'intendant ne voyant pas les choses de la même façon, avait convoqué deux Elementis. Un de sang et un de plante, tous deux axés sur la branche curative. D'un geste de la main, je fis comprendre que cela pouvait attendre.
Dans un premier temps, je finissais de donner mes ordres. Elles étaient simple, ceux qui avaient de grandes aptitudes de contrôle devraient se rendre aux niveaux des barrages, et intervenir à chaque fois qu'un membre de notre famille apparaissait, hypnotisé. Je n'avais pas suffisamment d'homme pour faire plus. Et en tant que roi, je devais faire passer prioritairement ma famille aux simples habitants de l'île, aux autres familles, à l'alliance, au gouvernement ainsi qu'à l'ordre.
Une fois la réunion stratégique terminée, je me rendais finalement dans mes appartements royaux du QG. Ces lieux qu'occupait Newton juste avant la création de l'Alliance.
Je m'allongeais sur le lit, tandis que l'intendant revenait à la charge, avec ses guérisseurs. Je ne risquais pas grand chose de ces trois personnes. L'intendant m'était d'une fidélité absolue.
Je me laissais donc faire, sans parler, sans afficher quelconque expression, prenant le temps que ça prenait. Le contrôleur de sang m'avait fait boire une potion de son sang, tandis qu'il s'attelait à ralentir mon rythme cardiaque, permettant de reposer mon organisme. Le contrôleur de plante me fit boire une potion de sa composition assez simple, censée aider mon système à récupérer. Par la même occasion, il me confiait deux potions qui pourraient s'avérer utiles en combat. Celles-ci étaient censée être capable d'augmenter mes capacités physiques au-delà de leurs limites, pendant un temps restreint. Je remerciais rapidement ces deux intervenants pour leur bienveillance, avant de les renvoyer. Chargeant rapidement l'intendant de surveiller notre QG, de bien noter toutes les entrées et sorties, je lui confiais aussi la tâche de la réception des hypnotisés, avant de le renvoyer à son tour. Nous étions maintenant au beau milieu de la nuit et je me résignais à l'idée d'en profiter pour dormir quelques heures, avant de retourner à la tâche que je m'étais accordé.


~


Nous étions maintenant le lendemain, en fin de matinée. J'avais beaucoup dormi, mon corps s'était bien reposé. Je me sentais en pleine forme. Rapidement, je m'habillais de la même façon que la veille, je me rendrais dans les rues de Quederla en portant ma lance et mon costume de Roi, fièrement. Mais avant ça, un détour obligatoire par la cantine. Je n'allais pas me priver d'un café accompagné d'une clope. C'était peut-être le dernier, qui sait ?
Papillonnant dans les couloirs, rendant les saluts aux personnes que je croisais, tout en faisant en sorte de ne pas me faire toucher par qui que ce soit, par mégarde. Sait-on jamais.
Je récupérais mon précieux, et je pris quelques temps pour moi, pour trier mes pensées et analyser de nouveau la situation.
Un homme vint à ma rencontre, c'était l'intendant. Tout content, il venait me transmettre la nouvelle : Ils avaient bien réussi à faire regagner leurs esprits aux piégés via un elementis de lumière, comme je leurs avais annoncé la veille. De plus, il s'empressa de me faire un rapport sur ce qui se passait en ville. Il n'y avait plus que quelques barrages de fortune et nos maîtres elementis présent sur place n'avaient jusqu'à présent pas eu à intervenir. D'un côté, c'était bon signe, aucun rebelle ne semblait être hypnotisé dans les rues à l'heure actuelle. De l'autre côté de la pièce, cela sous-entendait que certains étaient donc déjà passé de l'autre côté du barrage et avaient rejoins l'entrée de la ville. Cette nouvelle me laissa donc perplexe. Le vieil homme enchaîna rapidement sur ce qu'il y avait de l'autre côté des portes. Apparemment, un peu plus loin se trouvait un camp militaire. Lorsque je lui demandais plus d'informations, il ne put qu'ajouter le fait que les personnes contrôlées y étaient réceptionnées. Rien de plus. Donc on ne savait toujours pas qui était notre véritable ennemi. D'un geste discret de la main, je le renvoyais à ses occupations. Il me fallait quelques instants pour interpréter ce fameux camp.
Jusqu'à présent, mon intuition avait été la bonne. On aurait gagné tellement de temps si Roxane et Steven avaient décidé de m'accompagner, hier. Mais le destin en avait malheureusement voulu autrement. Aujourd'hui, ce camp était plus fort que la veille, car plus nombreux.
Tant bien, j'avais visé tout le monde en guise de coupable de cette affaire, tant bien, cette information en poche, je ne voyais personne d'assez imprudent pour agir de la sorte. C'était débile et insensé. C'était une invitation pure et dure envers les familles à la destruction du camp. Si ce n'était pas le gouvernement, comment comptaient-ils pouvoir résister à l'assaut de l'armée ? Les personnes que nous affrontions ne se cachaient pas, elles semblaient même plutôt fier de leurs agissements, quitte à les montrer à tous. Cela puait la condescendance. J'avais de plus en plus envie de les écraser comme des mouches. Ayant terminé mon café, je me dirigeais vers les toilettes dans le but de me passer de l'eau sur le visage. Je n'avais pas grand chose dans le ventre, mais je n'avais pas faim pour autant. Il était maintenant l'heure pour moi, de regagner mon objectif.
Rapidement, je sortais du QG. Ce lieu me rendait nostalgique, c'était indéniable. Il me rappelait mon enfance. C'était l'époque la plus simple et joyeuse de ma vie. Tout le monde en ces murs avaient été bienveillant avec moi. Mon père s'essayait à faire bonne figure et recevait des compliments de nos pairs à mon égard. Beaucoup d'entre-eux voyaient en moi la digne succession de nos ancêtres. Pour eux, mon destin était tout tracé. J'allais devenir le bras armé du jugement elementis, condamnant les Domae et nous assurant la domination incontestable de l'île.
Tout cela avait bien changé. Je m'étais hissé au statu adéquat aux plans que je devais concrétiser avant la création de l'alliance. Et depuis.. j'étais en charge de la famille, un rang qu'aucun de mes ancêtres n'aurait pu imaginer. Ils ne l'auraient pas non plus envier, j'imagine. Être le bras droit du Roi nous convenait beaucoup mieux. C'était dans ce sens là que nous étions éduqué et c'est dans les pas de mes ancêtres que j'aurai du marcher. Mais face à la situation de crise que nous connaissions... Tout le monde s'était rangé derrière le seul membre de l'ancien Conclave qui n'avait pas décidé de courber l'échine et de s'allier avec nos ennemis jurés. Ala ala. Que la vie est riche de rebondissement. Moi, qui avais été déchu, au plus haut rang imaginable. Malheureusement, aujourd'hui, l'heure n'est plus à la conquête de la famille de Domae. Mais au stade de rester vivant. De continuer d'exister. De survivre. C'était mon rôle de Roi, de redresser cette famille en miette. Et cela pourrait bien commencer aujourd'hui. Si j'accumule les succès, les réussites, les coups d'éclats, avant même que l'alliance ne puisse agir, cela ferait inévitablement douter tous les elementis ayant rejoins cette alliance. Pas de coup bas, pas de pot de vin, pas de chantage. Juste du beau jeu, dans les règles de l'art. Dominer par la puissance écrasante.

J'étais enfin dehors, prenant le temps d'apprécier le courant d'air frais. Nous étions en plein été, mais du fait d'être insulaire, nous bénéficions de conditions agréables, même en plein été. Le vent marin était doux et rafraîchissant.
Je me dépêchais de gagner un toit avancé, afin d'observer les rues de la ville. Le mot avait plutôt bien circulé depuis hier : Après la horde de zombie, nous voilà dans une ville désert, abandonnée, avec très peu d'âmes qui vivent. Tous les habitants devaient être blotti chez eux en attendant que le Gouvernement s'exprime avant de reprendre leurs vies quotidiennes. Je n'étais pas friand de l'idée de me donner en spectacle aux habitants, en visant le camp militaire à l'extérieur de la ville. Cependant. Ceux qui seront présent, et de mon côté, seront donc forcément des personnes dotés de capacités extraordinaires. Si ce n'est pas le gouvernement, l'armée devrait agir d'ici encore un jour ou deux. Nous n'étions pas pressés par le risque de se faire prendre en tenaille, en démarrant les hostilités aujourd'hui. Enfin, j'imaginais.
Rapidement, je me mis en route, avançant de toits en toits. Les barrages de fortune de la veille avaient survécus, à premières vues. Je pus repérer et reconnaître des membres de ma Famille en attente, au niveau de ces mêmes barrages. Mes ordres avaient été bien respectés et tenus. C'était agréable. J'avais un large sourire aux lèvres, tandis que je tombais sur un toit proche. Ma lance dans la main droite, la main gauche libre. Je n'étais plus qu'à quelques toits de l'entrée de la ville, là où les choses sérieuses commenceraient.
Un enfant, dans la ruelle à ma droite, se mit à pleurer. Attirant mon attention, j'y jetais un œil. Il semblait courir après sa mère, qui elle semblait hypnotisée. Au niveau du barrage, la tension montait. Les gardes essayaient de la contenir et de l'empêcher de continuer à avancer. Cependant, cette femme semblait être bien plus forte qu'eux. Bon.. un peu d'exercice avant de mener à bien mon aventure ?
J'atterrissais, comme la veille, main gauche sur l'épaule droite de la femme. Mon élément s'était déployé. Ma lance toucha le sol, résonant dans les rues quasi-désertes de la ville. Les rebelles Elementis présent au barrage s'apprêtaient à me rejoindre. Je leurs adressa un non catégorique du visage. Cette femme n'avait pas de pouvoir, elle était juste forte. Je me contentais de la tenir en place, tandis que les gardes s'empressaient de venir l'encorder, afin qu'elle ne puisse pas aller plus loin. Le mioche braillard arrivait au niveau de mon genoux, les larmes aux yeux. Qu'est-ce que j'y peux ? C'est ma faiblesse.
Je me tournais dans sa direction, maintenant que la jeune femme était hors d'état d'avancé, et je pris le temps de formuler mes paroles, d'une voix douce et chaleureuse :


« Ne t'en fais pas, petit. Tout va s'arranger, d'ici la fin de la journée. Tu peux compter sur moi ! »


Au même moment, les gardes se tournaient dans ma direction, mais pas pour me remercier ni me féliciter. De suite, ils haussèrent la voix. Qu'est-ce que je faisais ici, avec une arme ? Est-ce que je faisais parti du camp militaire à l'entrée de la ville ? Ils étaient virulent. À ce rythme là, l'attention des autres rues allait être gagnée.
Déployant mon élément, leurs faisant mettre un genoux à terre, prenant la parole, cette fois-ci, d'un ton sérieux et vindicatif :


« Je ne suis pas votre ennemi. Continuez de contrôler le barrage et laissez faire ceux qui sont capable d'agir. Merci. »

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Ténébreux
avatar

Baelfire GoldLe TénébreuxMessages : 508
Date d'inscription : 12/02/2016


MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Ven 31 Aoû - 15:47

Le plan B a foiré, j'en suis au plan H

Feat. Caenn Drusdan

La sécurité de Aïlyne était la seule chose primordiale pour le Ténébreux à ce moment précis, depuis hier, depuis qu'il lui ai arrivé une chose étrange. Ils ont passé le reste de la journée ensemble, à essayer de comprendre ce qui s'est passé et Rumple a même fait la surveillance personnellement devant la chambre où dormait la jeune femme, lui ayant même offert pour la nuit sa propre chambre personnelle ; certes, il n'y dort quasiment jamais vu qu'il travaille toujours, mais c'est pourtant bel et bien sa chambre à lui. En tout cas, c'est rare que le Ténébreux soit autant énervé, mais d'habitude, il éclate sa colère sur le premier venu ou bien sur son propre château ou le domaine autour. Sauf que là, le Ténébreux voulait éclater sa colère contre la bonne personne, contre ceux qui ont voulu faire du mal à sa servante, mais pour ça il faut savoir déjà qui est le responsable et pour ça, personne n'est mieux placé que ses espions pour recueillir le maximum d'informations, ensuite il agira quand il sera sûr que sa servante est en sécurité.

La nuit fut assez longue, surtout que le Ténébreux n'avait pour seul compagnie sa fureur, et il faut dire que c'est largement suffisant, surtout qu'il pouvait largement se permettre de ne pas dormir, car il venait de passer trois jours à dormir juste avant, de quoi lui permettre de tenir facilement une journée encore, c'est ça d'avoir l'habitude de peu dormir pour être en forme, même si ce n'est clairement pas bon pour son état de santé, mais c'est sa vie. En tout cas il attendait qu'une seule chose, qu'on lui apporte les informations qu'il désire pour ensuite retrouver la personne fautive et là laisser éclater toute sa fureur pour retrouver le sommeil, surtout dormir en paix en sachant qu'il a sauvé sa servante, ou du moins que désormais il sera le seul pour la torturer en la faisant travailler pour lui, du moins c'est ce qu'il essaye de se convaincre, même si la servante n'est sûrement plus dupe du masque qu'il porte. En tout cas, il était prêt à agir, pleine capacité de ses pouvoirs, livres et armes prêtes, il ne manquait plus que les informations et c'était bon pour agir.

La servante toujours entrain de dormir, un membre de l'Ordre vient à la rencontre du Ténébreux afin de lui expliquer la situation en ville, des personnes étranges qui se rendent aux portes de la ville, pour ensuite se rendre dans un camps militaire qui viendrait d'un pays étranger, où s'est difficile d'accès car ils tuent toutes les personnes qui essayent de les empêcher. Le gouvernement détient des informations assez grande de tout ça, même si ce n'est pas encore la grande joie, ils savaient au moins où se trouvait le camps, et c'est tout ce qui compte pour le coup. Le nombre d'ennemi ? D'où ils viennent ? Tout ça le Ténébreux s'en fiche car ils vont être tout simplement éradiquer pour ce qui ont fait à la suivante de Rumple. Ne réfléchissant même pas un instant, il ordonna à son membre de l'Ordre de surveiller cette pièce, de faire tout ce que la servante demandera, mais si jamais elle se comporte bizarrement, comme les autres, de lui donner un coup sur le crâne pour l'endormir sur le champs, mais qu'aucun mal ne lui soit fait.

Partant en ville, la gravité aide beaucoup, surtout que ça ne consomme pas énormément d'énergie pour une chose aussi simple que de facilité le déplacement histoire d'être légèrement plus rapide ; surtout qu'on découvre une légère rapidité lorsqu'on a l'habitude de se battre avec une gravité élevée pour ensuite revenir à une gravité normale. Du coup désormais c'est comme s'il n'avait pas forcément besoin de le faire, mais cela reste beaucoup plus rapide de faire de la sorte. Il n'avait clairement pas besoin de sauter de toit en toit, non, simplement aller dans la rue, se dépêchant, suffit amplement et puis de toute façon, ils ne bougeront pas de leur emplacement après tout, un camps ne se déplace pas en une heure. Désormais il était en chemin vers son ennemi, et rien ne pourra l'en empêcher de détruire l'ennemi, détruire ceux qui ont osé s'en prendre à sa servante, c'est aussi simple que ça. Néanmoins sur la route, il y avait un léger empêchement qui risque de l'occuper quelques secondes.

Un homme avec de long cheveux blonds se tenait debout devant des soldats du gouvernement qui semblait être sous une emprise magique. Ce fut assez facile à deviner que c'était la gravité et que c'est le blond qui détient ce pouvoir. Un homme qui est plutôt connu, très puissant si le Ténébreux en croit ses anciens espions Élémentis, mais ce n'est pas pour autant que Rumple va avoir peur, au contraire, il s'en fichait clairement, avançant vers eux comme si de rien était. Le Ténébreux s'avançait vers l'homme à la Gravité comme si de rien était, il pouvait utilisé la gravité, sauf que le Ténébreux contrerait sans aucun soucis tout ça afin de continuer à avancer aussi calmement que possible, même si ça se voyait la fureur sur son visage. Une fureur qui est destiné envers l'homme qui maltraite des soldats ou bien une autre personne ? Impossible de le savoir, mais en tout cas les soldats semblaient être heureux d'avoir un sauveur pour les aider.

Les soldats à moitié au soldat commençait à exprimer leur joie en voyant Rumple, alors qu'il y a encore quelques mois, ils auraient fait dans leur pantalon en voyant cet homme arrivé. Le Ténébreux se rapprocha du blond afin de déposer sa main sur lui, sur son torse. Comment il avait réussi à se rapprocher autant d'un homme armé, avec la gravité c'est très simple d'éviter sa lance si jamais il tente quelque chose, et puis de toute façon il ne montrait aucun signe d'hostilité, malgré sa fureur apparente. Usant de son élément, le Ténébreux poussa l'homme qui fit un léger vol plané, de quoi l'éloigner des soldats, même si clairement cela ne serait pas suffisant pour vraiment le mettre mal, juste de quoi l'éloigner un peu et c'est tout. Les soldats pouvaient se relever, remerciant le Ténébreux de les avoir aider et lui demandait même de tuer l'homme en face de lui pour le fait de savoir opposé au Gouvernement et surtout parce que c'est un Élémentis et qu'ils sont des ennemis du Gouvernement.

Je n'ai pas de temps à perdre avec vous. J'ai d'autre chose à régler. Disparaissez !



Bien sûr, les soldats du Gouvernement n'était pas très à l'aise d'obéir de la sorte au Ténébreux, sauf que les soldats étaient des fortes têtes et ne voulaient rien savoir, commençant à donner des ordres à Rumple, qu'il était du côté du Gouvernement désormais et qu'il devait obéir tout de même pour aider son nouveau camps. Grossière erreur de leur part. Rumple collabore avec le Maire, mais il n'a aucun ordre à recevoir des sous-fifres de leur envergures et leur insistance commençait réellement à l'énerver encore plus. D'un geste de la main, des boules de chaleurs apparurent autour de sa main, une pour chacun des soldats, et toutes les boules partirent dans leur direction, les touchant en plein visage. Ils s'étalèrent au sol, grisant de douleur, se tenant le visage qui commençait à fondre devant tant de chaleur. Le Ténébreux n'avait pas fait les choses à moitié, et puis il s'en fichait de menu fretin comme eux, ils n'ont rien et personne ne pleura leur mort, surtout que tout le monde est occupé, personne ne s'occupera de petit soldat entrain de mourir de la sorte, et puis le Gouvernement doit fermé les yeux sur ce que l'Ordre, et Rumple surtout, fait, donc qu'ils meurent et c'est tout.

Il ne restait que l'homme à la lance, celui à la longue chevelure blonde. Serait il assez stupide pour vouloir affronter le Ténébreux qui est sûrement au meilleur de sa forme, et surtout au sommet de sa cruauté ou bien allait il simplement laisser le passage sans chercher aucune embrouille à l'homme qui vient de tuer ses propres hommes sans avoir aucune once de remords sur lui ? En fait, Rumple s'en fichait, il reprit sa route naturellement, comme si la Gravité n'avait aucun effet sur lui, marchant tout simplement, passant à côté de cet homme. Cela serait très mal connaître le Ténébreux de penser qu'il n'était pas sûr ses gardes, prêt à réagir si jamais on l'attaque, après tout, il dispose de pouvoirs, largement suffisant pour pouvoir esquiver ou bien se battre si jamais cet homme désire réellement se battre. En tout cas, ça ferait un bon défouloir et un bon entraînement pour le Ténébreux de s'échauffer sur un homme comme lui, car il n'a clairement pas l'air d'un minable, il est fort, même si c'est encore un niveau très bas ; tout le monde est plus faible que le Ténébreux de toute façon dans sa tête, alors bon. Néanmoins, l'homme ne face de lui dégageait une puissance assez particulière, sûrement parce qu'il détient la gravité, un élément très puissant et surtout très rare, et le fait qu'il dispose lui également de ce pouvoir, ceci doit aider c'est sûr.

Tu en veux aussi, c'est ça ?! Tu tiens tant que ça à perdre la vie aussi futilement ou bien tu vas agir comme le cloporte que tu es ?!



Pouvoir du Ténébreux:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCzlmbguLEb79fET1x35KSig
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 58
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Mar 4 Sep - 14:02







Q
uelqu'un venait d'entrer dans mon domaine. Et je l'avais plutôt bien ressenti. Cet homme se rapprochait lentement mais sûrement de moi, les membres du gouvernement sous mon emprise semblaient se féliciter de l'arrivée de ce trouble-fait. Ne prenant pas encore la peine de détourner mon regard, je le laissais s'avancer sous ma gravité. Pour expliquer ce phénomène, il n'y avait que deux possibilités envisageables : Soit l'homme possède la gravité, soit c'est un domae croisé avec un cheval, un buffle, un taureau ou je ne sais quel animal robuste. Un ours, peut-être ? Je ne ressentais pas d'aura meurtrière, derrière moi. Et le fait de s'introduire dans mon domaine consciemment pouvait éliminer la possibilité d'assassinat. L'homme finit par arriver à mon niveau, nos regards se croisèrent, rapidement. Je savais qui était cette personne. Je comprenais pourquoi, maintenant, les gardes du Gouvernement semblaient apprécier son arrivée. Cet homme, c'était l'ennemi numéro un des familles de l'île. C'était le dirigeant de l'Ordre, c'était l'homme qui possédait le titre du « plus fort de l'île », qu'il l'ait désiré ou non. On pouvait donc barrer directement le fait que ce soit une personne à la force physique extraordinaire : Il n'en était rien ici bas. Légèrement pris au dépourvu, il ne restait que la première option : Le Ténébreux contrôlait, lui-aussi, la gravité, en cet instant présent. L'homme qui se trouvait à mes côtés ne cherchait pas à cacher ses états d'âmes. Il était en colère, on pourrait même dire qu'il était fou de rage. Cependant, même s'il avançait sa main en direction de mon torse, je pouvais clairement lire le fait que cette rage présente sur son visage ne m'était en aucun point destinée. J'étais juste une victime collatérale présente sur sa route. Aussi fort puisse-t-il être, il avait sans aucun doute reconnu mon élément et par la même occasion, certainement ma personne. Tout le monde était plus ou moins au courant des bruits de couloirs, maintenant. Je n'avais pas cherché à cacher ma récente ascension au pouvoir, même si je ne le criais pas sur tous les toits pour autant. Mais, prenant en compte le réseau de l'homme se trouvant à mes côtés, il était sûr et certains que j'étais inclus d'une façon ou d'une autre dans ses paramètres de calculs concernant l'île.

La main se déposa finalement sur mon torse, et aussi-tôt, un puissant changement de gravité me propulsait en arrière. Je me laissais faire, analysant la situation un peu plus en détail. J'analysais le coup qu'il venait de me porter. C'était de la puissance brute, aucune subtilité, aucune précision. Je ne savais pas depuis combien de temps cet homme possédait cet élément, ni s'il l'avait déjà eu par le passé, mais il était clair qu'on pouvait plutôt le mettre dans la case de ceux qui mettront en avant la puissance de cet élément plutôt que sa subtilité. C'est la différence entre une personne qui s'entraîne depuis presque vingt ans à maîtriser la gravité et une personne qui l'obtient en claquant des doigts, avec une puissance astronomique qui en découle. C'était ma première hypothèse à ce sujet là. Peut-être que le temps me ferait mentir et que notre homme se montrerait bien plus subtil qu'il n'y paraisse. Malheureusement pour moi, il ne possédait évidemment pas que la gravité en guise d'élément. L'occasion aurait été bien trop belle pour ma petite personne. Avec mes agents toujours présent dans le secteur et la possibilité de fausser sa force de gravité ne serais-ce que suffisamment, cela en aurait fait une cible facile. J'atterrissais quelques mètres plus loin, sur mes deux pieds, comme s'il ne s'était rien passé. D'après mes sources et mes informations, il n'avait pas gagné le camp militaire à la sortie de la ville depuis au moins hier après-midi. Et vu son état vindicatif, il avait un compte à rendre avec eux, étant donné qu'il n'y a rien d'autre, dans la destination qu'il parcourait. Le camp militaire n'aurait pas été volontairement abandonné pendant presque vingt-quatre heures par son chef, en pleine période d'action. Cela aurait rendu les choses bien trop simple pour des troubles-faites nocturnes. Tout comme si j'avais continué mon chemin, hier soir, plutôt que de décider de sauver des membres de ma famille.

Le Ténébreux prit la parole face aux soldats qui quémandaient ma mort, un peu dans la continuité de ce que je leurs avais dit avant l'arrivée de l'homme le plus puissant de l'île. Il était définitivement en colère et souhaitait régler la situation le plus rapidement possible. Il n'avait rien contre moi, à prime abord. Quelque chose d'urgent le réclamait en dehors de la ville. Qu'est-ce que cela pouvait être ? Je voyais mal le gouvernement impliqué dans cette affaire de camp militaire, depuis la veille. Et je voyais encore plus mal l'Ordre y tirer les ficelles. Si cela avait été le cas, ils auraient massacrés toutes les personnes qui ne leurs étaient pas utiles à l'arrivée aux portes de la ville. C'est comme ça qu'ils fonctionnaient, non ? Les diverses jérémiades des gardes ici présents me confortaient dans cette idée. Cependant, je ne m'attendais pas à ce dénouement : Là où je m'étais assuré de les forcer à s'agenouiller pour qu'ils se rendent compte de leur propre faiblesse, de leur propre incapacité... Lui, il les avait juste tué. Ala ala, c'était bien radical. Cependant, on pouvait lire un large sourire, qui s'était dessiné petit à petit sur mon visage, durant cette scène. Si je ne me trompais pas, c'était la chaleur qui venait d'être utilisée. Je connaissais donc maintenant deux de ses éléments. La chaleur était soumise à la gravité, d'une certaine façon, cet élément ne m'effrayait pas réellement. Cependant, comme me l'avait bien appris Arias, le Ténébreux cache bien souvent son plein potentiel et se trimballe avec une multitude d'artefacts surpuissants. D'ailleurs, il venait tout juste de reprendre sa route, toujours immunisé à mon domaine, le bloquant du sien. Je n'avais plus aucune raison de manipuler la gravité à l'heure actuelle. Cependant, à la place de m'ignorer totalement, une fois arrivé à mon niveau, il me provoquait. Je ne pensais malheureusement pas pouvoir mourir des deux éléments qu'il venait de me montrer. Un large sourire était toujours présent sur mon visage. Typiquement, au corps à corps, cet homme n'avait strictement aucune chance. Quant à la possibilité de me retenir suffisamment longtemps via sa propre gravité afin de m'infliger des blessures de chaleurs.. je pensais pouvoir être suffisamment lucide afin de m'extirper de son emprise via mon élément combiné à ma force physique, et donc, esquiver cette chaleur mortelle. L'idée de tester tout cela semblait bien plaisante. Mais, aujourd'hui, l'homme qui me provoquait ne semblait pas être mon ennemi. J'avais un but assez précis, et lui aussi, apparemment.
D'une voix calme, la rendant presque arrogante dans cette situation, je prenais distinctement la parole, à mon tour :


« Cette comparaison est bien has-been. Cependant, je dois tout de même avouer que je suis plutôt surpris de voir le grand Ténébreux tout puissant hors du camp se trouvant à la sortie de la ville. Quelque chose aurait glissé de ton emprise ? On est plus le maître incontesté des prises d'otages ? Ala ala.. le pire, dans cette histoire, c'est que cette seule idée serait aux yeux de tous, une raison valable pour cet accès de colère. »


Je marquais un léger temps d'arrêt, le temps de reprendre ma respiration, avant de poser la question fatidique :


« Pourquoi te rends-tu au camp ? S'il n'est pas de ton entreprise, je n'y vois aucun sens. »


Ma dernière phrase avait été tranchante. Si j'avais vu juste et qu'effectivement, il n'était pas à l'origine de ce camp militaire, il n'avait strictement aucune raison de s'y rendre. Ce serait plutôt du ressort de ses alliés, le Gouvernement et l'armée de la ville. Ou des familles, bien évidemment, si elles se décidaient d'agir de la même façon que moi.
Bien conscient de surenchérir des provocations sur un homme en colère, je me préparais tout de même à réagir en cas d'attaque, restant sur mes gardes, sans pour autant le montrer sur mon visage ni sur mon comportement physique.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Ténébreux
avatar

Baelfire GoldLe TénébreuxMessages : 508
Date d'inscription : 12/02/2016


MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Mer 5 Sep - 18:42

Le plan B a foiré, j'en suis au plan H

Feat. Caenn Drusdan

Du temps de perdu, voilà tout ce qui arrive au Ténébreux à cause du Blond et aussi à cause des soldats du Gouvernement. À peine quelques secondes, voire une minute à tout casser, mais c'est quand même du temps de perdu pour se rendre à la destination tant voulu pour faire un véritable massacre, un bain de sang. Néanmoins, c'est un imprévu que Rumple s'en fiche complètement, si le grand blond décide de poser problème, il sera là pour l'accueillir avec plaisir et le tuer sans aucune once de pitié, de toute façon personne ne le perdra car il ne restera rien de lui, rien de visible qui permettrait de le reconnaître par la suite. En tout cas, il n'en démordait pas car il n'hésitait pas à vexer, à chercher, à provoquer même le Ténébreux sur le fait qu'il n'avait plus le contrôle des choses. Cela avait de quoi l'énerver encore plus car effectivement, c'est la vérité, le Ténébreux n'avait pas le contrôle sur ce qui arrivait à la ville et surtout, cela à toucher sa servante, et rien que pour ça, la colère ne faisait que grandir à l'intérieur du chef de l'Ordre.

En tout cas, cet homme n'est pas très intelligent, du moins il ne pense pas plus que le bout de son nez, comme la plupart des habitants de Quederla à vrai dire. Dès qu'il se passe quelque chose en ville, quelque chose de néfastes du moins, c'est forcément la faute du Ténébreux ; durant la fissure, un grand nombre de personnes sont venus questionner le Ténébreux à ce sujet pensant qu'il était responsable de cette catastrophe. Là c'est la même chose, un mal frappe la ville alors c'est vraiment la faute de Rumple, sauf que non malheureusement pour eux, il n'en ait en rien responsable. Si c'était réellement le cas, l’application du plan aurait été bien différent, bien plus horrible et ça ne s'arrêterait pas à des personnes qui vont dans un camps en dehors de la ville, non, ça serait bien pire et surtout ça serait bien mieux ciblé et pas aléatoirement, comme ça a l'air d'être le cas pour le coup. Puis surtout, les membres de l'Ordre n'auraient pas été touché, et encore moins Aïlyne, vu qu'après tout, ils sont déjà entièrement soumis au Ténébreux par les contrats, cela ne sert à rien de rajouter une couche supplémentaire qui ne sert à rien.

C'est bien le soucis avec vous tous, vous ne réfléchissez jamais et aller toujours vers la facilité. Cette ville m'appartient, plus que n'importe qui peut le penser, personne n'y touche à part moi sous peine de subir ma colère. Est-ce bien compris ?!



Effectivement, personne n'a l'idée entière des teneurs de la véritable histoire de Quederla, de ce qui s'est passé réellement. À vrai dire, même le Ténébreux ne connaît pas toute l'histoire, mais il en connaît long grâce aux écrits de la Sorcière, son ancêtre, et donc forcément, il a découvert que sa lignée est grande, vraiment très grande et qu'elle était la plus grande magicienne de la ville et elle avait réussi l'exploit d'acquérir des pouvoirs qui défient l'entendement. Rien que pour ça, la famille du Ténébreux devient les véritables dirigeant de la ville, c'est aussi simple que ça, et c'est ça façon de penser ; de ce fait personne ne doit toucher à sa ville, hormis lui-même, que ça plaise ou non.. Même si dans la réalité de la chose, chose que personne ne peut savoir, mais c'est uniquement parce qu'ils ont touché à Aïlyne et non pas parce qu'ils ont touché à la ville, mais passons sur ce détail, de toute façon il ne l'avouera jamais, c'est aussi simple que cela.

Par contre il allait faire quoi maintenant ? L'ignorer en espérant qu'il ne soit pas assez stupide pour tenter d'attaquer dans le dos ? Ou bien simplement le tuer rapidement pour ensuite faire autre chose ? En tout cas il ne semblait pas vouloir se battre, enfin, il ne voulait rien montrer, mais le plus grand point fort du Ténébreux, hormis son savoir faire dans l'art de jouer avec les mots, c'est de savoir analyser les personnes pour savoir de quoi ils ont réellement besoin, mais également savoir s'ils ne sont pas justement trop fort pour le coup ou non et là pour le coup, c'était clair qu'il était fort et sûrement toujours prêt à se battre. Malheureusement pour lui, le Ténébreux n'avait pas que ça à faire et surtout il dispose de pouvoirs d'une grande puissance auquel il ne pourra résister, surtout avec le léger avantage que Rumple dispose dans le plus grand des secrets pour le moment. Néanmoins, une idée vient dans son esprit pour le moment, cela permettrait de faire un plus gros ravage chez l'adversaire.

Si cela t'intéresse autant, le camps à l'extérieur de la ville, je vais l'anéantir tout simplement. Je suis le seul capable de le faire, vu les incompétents en ville. De grandes gueules, mais rien dans le pantalon pour faire ce qui doit être fait.



C'était évident qu'en le taquinant un peu, jouant sur la fierté de cette personne, il réagirait de la façon dont le Ténébreux le voulait. Il avait un plan en tête, faire en sorte qu'il le suive afin de s'en servir plus ou moins comme appât, du moins le faire aller en premier, pour ensuite le Ténébreux surgir et détruire absolument tout sur son passage. Parce que en réalité, détruire le camps qui menace la ville est une bonne chose, et le Ténébreux ne désire pas être associer à ça, c'est le grand méchant après tout, c'est hors de question qu'il fasse une chose de bien. Du coup, c'est lui qui héritera de tous les honneurs de cette victoire contre les ennemis alors que Rumple fera tout le boulot, une sorte de contrat gratuit pour le coup, même si au final, il sera redevable de cet honneur, en quelque sorte. Ignorant complètement l'élément de cette personne, manipulant la gravité sur lui, le Ténébreux sauta pour se rendre sur le toit de la maison juste à côté de lui pour ensuite commencer à sauter de toit en toit en direction de la sortie de la ville et surtout pour se rendre au niveau du camps militaire pour tous les tuer, en espérant que cet homme le suive bien comme il le pensait pour voir rapidement les termes de ce contrat, même si ce n'en ait pas un.


Pouvoir du Ténébreux:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCzlmbguLEb79fET1x35KSig
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 58
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Jeu 6 Sep - 14:26







C
ette ville m'appartient. Cette phrase résonna intérieurement. C'était clairement sa façon de voir les choses, c'était incontestablement ce qu'il ressentait. L'homme à mes côtés ne cherchait pas à passer par quatre chemins pour exprimer sa pensée. Il se contentait de la dicter et de l'affirmer. Ce n'était pas spécialement désagréable à mes yeux, cependant, à l'heure actuelle, mon jeu devait être plus lisse, je ne pouvais pas me permettre de clamer haut et fort que les Elementis de l'Alliance étaient tous des lâches qui avaient reniés leur propre famille et qu'un ultimatum serait posé afin de partir en croisade contre ceux ne nous ayons pas finalement rejoins. Certes.. je l'avais souligné aux hauts gradés et ils avaient mon point de vue sur la situation, mais pour l'instant, cela s'arrêtait là. De mon côté, si je voulais exprimer réellement la pensée des Rebelles Elementis, je me devais de m'illustrer, peu importe les situations, mon nom devrait retentir dans les rues de la ville.
Cette ville lui appartient. Pour être franc, c'était le sentiment que j'avais, la nuit tombée, voguant de toits en toits, ne croisant personne. J'avais l'impression d'en être le maître. Alors, certes, je n'étais jamais tombé sur plus fort que moi, jusqu'à présent. Je n'avais jamais eu cette opportunité. Ce n'était qu'aujourd'hui que cette opportunité se présentait. Et rien que pour ça, rien que pour cette expérience, ce n'est pas une mauvaise idée de le suivre.
Contrairement à ce qu'il affirmait, mes dernières paroles étaient plus une provocation qu'autre chose, quant au fait que l'Ordre pourrait très bien se tenir derrière tout cela. Pour le coup, depuis hier, j'avais soupçonné strictement tout le monde. Certes, comme il le disait, dire que le Ténébreux tirait les rennes de tout ce qu'il se passait de néfaste était d'une simplicité affligeante. Enfin, c'est surtout que les dégâts qu'il a infligé à la ville et aux familles par le passé ont tellement marqué les esprits que, forcément.. tout le monde pense à lui. Mais, d'un point de vu suffisamment lucide, son alliance avec le maire de la ville pouvait écarter le fait qu'il s'en prenne directement aux citoyens tant qu'il n'avait pas eu ce qu'il désirait, du maire ou de la ville. De toute façon, nous savions au QG Elementis depuis cette nuit, que ce camp militaire situé à la sortie de la ville n'était pas du ressort d'un des groupes de la ville. Alors certes, cela pouvait tout de même être orchestré par une personne isolée du Gouvernement, de l'Ordre, de l'Alliance, des Rebelles ou même un simple citoyen fortuné. Avec des promesses de pouvoir à n'importe quel pays du monde belliqueux en échange d'un peu d'argent et de sécurité, cette possibilité était bien une à prendre en compte.

De mon côté, quand le Ténébreux affirma qu'il se rendait au camp dans le but de le détruire, cela me confortait dans mes idées initiales. Et, de toute façon, c'était la mission que je m'étais fixé hier soir qui reprenait vie en cette journée. Lorsqu'il critiqua les grandes gueules de Quederla, malheureusement pour moi, je ne pouvais que me ranger de son côtés. Au sein des rebelles, de longues lignées étaient restées présentent dans nos rangs. C'était les premiers à parler, critiquer, mais les derniers à agir. Quant à l'Alliance. Sur le papier, à mes yeux, c'était un zéro pointé pour leur efficacité depuis leur formation. Ils n'avaient rien fait de concret au sein de la ville. Ils avaient juste divisé les familles en deux et cassé les dynamiques dans lesquelles nous évoluons. La preuve était assez simple : J'étais plus efficace qu'eux, seul. Mais ça, je le savais déjà, à ma façon, lorsque je n'étais encore qu'un simple As.
Rapidement, je me mis à sauter dans les airs, rejoignant le toit du Ténébreux, je le suivais aisément, de toits en toits. D'une voix calme et posée, pouvant être de nouveau pris pour de la provocation, je prenais la parole en direction du manipulateur de gravité présent à mes côtés :


« Avec ou sans ton intervention, j'étais déjà en route pour le camp. Une armée du monde extérieur ne peut réellement résister dans notre monde, à nous. Cependant, la personne qui a distribué le pouvoir de contrôle à tous ces sbires doit se détacher du lot. »


Nous continuons d'avancer en direction des portes de la ville, et nous nous rapprochions plutôt rapidement. Maître des airs grâce à la gravité est tout de même un privilège assez agréable.
Nous étions maintenant plus qu'à quelques sauts de la porte d'entrée. Et une chose était plus ou moins sûre, une synergie entre deux personnes, au champ de bataille, ne s'invente pas en claquant des doigts. Nous avions bien plus de chances de nous gêner qu'autre chose, en fonçant tous deux tête baissée. De là où nous étions perchés, nous pouvions entrapercevoir les agissements du camps.
Je prenais le temps de regarder lentement la situation, avant de prendre la parole :


« Je suis bien plus physique que toi. Au corps à corps, je ne perdrais pas, qu'importe le nombre de soldats. Et de toute façon, j'avais plutôt bien envie de m'y jeter la tête la première, pour enfoncer les portes du camps à ma façon. »


Je marquais un léger temps d'arrêt, reprenant ma respiration, remettant mes idées en places :


« Avec ta gravité, tu serais capable de déstabiliser les possibles mages, avant de les faire cramer, non ? Nous gagnerions sur les deux fronts et nous forcerons leurs leaders à sortir de leurs cachettes. »

Rapidement, de ma main gauche, je fouillais dans ma poche, attrapant une clope et mon zippo dans l'action, venant poser la cigarette contre mes lèvres, l'allumant rapidement et reposant le zippo où il se trouvait. Mes cheveux virevoltaient face au vent, ma veste de général distingué aussi. Ma lance dorée touchait le toit et se tenait bien droite, reposant contre mon épaule droite, ma main droite l'enlaçant. Elle n'allait pas tarder à faire couler le sang.
À ma seconde bouffée de cigarette, je reprenais la parole, d'un ton beaucoup moins sérieux, légèrement provocateur :


« Peut-être que notre grand Ténébreux tout puissant à quelque chose d'autre à proposer ? Je suis tout ouïe. »

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Ténébreux
avatar

Baelfire GoldLe TénébreuxMessages : 508
Date d'inscription : 12/02/2016


MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Mar 11 Sep - 14:47

Le plan B a foiré, j'en suis au plan H

Feat. Caenn Drusdan

La manipulation est assez simple, du moins jouer avec l'ego d'une personne est une chose aisée à vrai dire. Le Ténébreux avait titillé la corde sensible de cet homme pour le forcer, en quelques sortes, pour qu'il le suive. C'est le cas en tout cas car le Blond avait prit la décision de suivre Rumple afin de, sans le savoir, servir de chair à pâté, d'appât, de bouc émissaire dans le plan du Ténébreux et c'est une très bonne chose, que ça soit pour Rumple ou bien pour lui-même également ; d'un côté, c'est positif pour lui de se faire manipuler de la sorte car cela ne va être que positif pour lui, sauf s'il meurt, mais là cela ne sera que de sa faute et aucunement celle d'une autre car il sera faible. La faiblesse est une chose commune pour tous les habitants de Quederla hormis lui, alors ce n'est pas étonnant que tout le monde meurt chaque jour. C'est même comique de voir cela à vrai dire, comique du point de vue du chef de l'Ordre à vrai dire.

En tout cas, il faut avouer pour le Ténébreux que son acolyte du moment n'est pas un handicapé comme il pouvait le penser au premier abord. Non seulement il arrive à suivre le Ténébreux avec sa gravité, en même temps, s'il dispose de la gravité depuis longtemps, cela reste assez impressionnant pour le coup. Sauf que ce n'est clairement pas ce qui surprend le plus Rumple. Il semblait être sur la même longueur d'onde au niveau de sa réflexion. C'était évident que les armées extérieurs à Quederla ne peuvent résister à la puissance de Quederla, il ne manque que l'envie à cette ville, supprimer la querelle interne, pour ensuite dominer le monde rapidement, surtout qu'une personne telle que le Ténébreux peut détruire un pays entier à lui tout seul sans aucun soucis. Alors effectivement, ce n'est pas un simple camps comme celui à l'extérieur de la ville ne va pas résister très longtemps. Néanmoins le plus intéressant c'est le fait qu'il pense clairement qu'il y a une personne au-dessus des sous-fifres capable de donner un pouvoir assez puissant pour manipuler les autres, et effectivement, c'est une possibilité qui a traverser l'esprit de Rumple, même si ce n'est pas possible qu'une autre personne dispose d'un pouvoir quasiment similaire du Ténébreux.

Un minable, comme les autres. Incapable de faire le sale boulot soit-même alors il préfère laisser les autres faire le travail.



Qu'une personne soit là pour donner un pouvoir ancestrale ou bien qu'il l'utilise lui-même, dans tous les cas il ne mérite pas de vivre pour ce qu'il a fait à Aïlyne, pour ce qu'il a fait à la ville, pour ce qu'il a osé faire tout court.. En réalité, pas besoin de raison, ils méritent de mourir tout simplement parce que le Ténébreux l'a décidé, aussi simplement que ça. Dans tous les cas, sortir de la ville fut une chose très rapide pour les deux énergumènes qui sautaient de toit en toit pour au final être à l'extérieur de la ville. Il ne restait donc plus qu'à se rendre au niveau du camps militaire, et vu qu'il est assez loin, et qu'il faudrait quand même garder de la puissance, ils prirent la décision, sans se parler, d'y aller pas forcément avec leur élément afin de garder de l'énergie en réserve, même si la vitesse restait grande grâce à une gravité plus basse, c'est l'avantage de disposer d'une grande puissance et surtout de savoir parfaitement doser sa force, son énergie, afin d'être au meilleur de sa forme ; la colère reste une grande source de puissance.

Même pas besoin de se concerter sur la marche à suivre, il semblait vouloir faire le travail tout seul, faire l'appât pour attirer l'attention sur lui pendant que le Ténébreux fera réellement le travail en éradiquant le camps totalement, laisser éclater sa colère. Quelque part, tout ça arrangeait le Ténébreux à la perfection car il n'aura pas besoin de négocier plus que ça pour obtenir ce qu'ils désirent, car les deux désirent ce qu'il faut avec cette situation. Par contre, une chose qui déplaît grandement à l'homme le plus puissant de la ville, c'est le fait qu'il se prend pour le chef, qu'il décide de lui-même ce qui est le mieux à faire au niveau de l'organisation du plan de bataille. D'accord, c'est presque ce que Rumple avait pu imaginer dans son esprit colérique, mais cela ne se passera pas comme lui le désirait, mais bien comme le Ténébreux le désire car c'est lui le chef, que ça plaise ou non à cet homme qui se prend pour le chef de service. Dans la vie, il doit avoir un peu d'autorité sur quelques personnes, et à partir de là il pense qu'il peut diriger tout le monde, mais il peut toujours courir pour être le chef du Ténébreux durant cette attaque.

Effectivement. Tu attires l'attention. Je détruits tout. Tu hérites de tous les éloges. Voilà, c'est aussi simple que ça. Et ne traîne pas dans mes pattes.



Voilà le plan du Ténébreux. En réalité, il est bien plus complexe que ça, mais cela ne le concerne pas car lui son travail est d'attirer tout le monde vers lui, pendant que le Ténébreux fera tout le travail. Après, il peut choisir de la façon qu'il veut agir, cela ne concerne pas Rumple, de même que ça ne le concerne pas la façon dont il va s'occuper de détruire le camps. Que ça lui plaise ou non, le Ténébreux fera son plan, de la manière dont il a envie. Surtout que c'est une personne qui dispose d'un ustensile très pratique, un briquet, de cette manière, rien de plus simple pour Rumple de jouer avec la chaleur que ça dégage, de la chaleur de la flamme, afin de booster son propre pouvoir pour faire des ravages encore plus dévastateurs. Dans tous les cas, cela allait bientôt commencer car le camps était enfin en visuel, et donc l'attaque n'allait pas tarder à débuter.

Le deux hommes se posèrent quelques instants aux abords, bien à l'abri des regards grâce à quelques arbres, mais qui ne les empêchait pas de voir ce camps entouré de plaine, ce qui empêche les attaque surprise, sauf si on crée les angles morts. Le camps n'est pas bien grand, du moins il est d'une taille correct, mais il n'est pas gigantesque, même si à vue d’œil, il est largement capable d'héberger plus d'une centaine d'Hommes, tels les camps Romains qu'on peut voir dans les livres. Une odeur de cramée était toujours présente dans l'air, chose qui peut être justifié par certaines tentes qui ont l'air d'être brûler à l'intérieur de ce camps. Impossible de voir réellement à l'intérieur à cause des barricades en bois qui les entoure, mais ça serait assez stupide de vouloir les faire tomber car ils sont sûrement renforcer de l'autre côté, à l'intérieur de celui-ci. Impossible de savoir ce qui se passe à l'intérieur à cause de toutes les protections, mais ils pouvaient voir l'entrée du camps avec devant, deux soldats armés, en armure, des étrangers.

Leur origine ? Une chose inutile à savoir, et puis c'est tellement facile de camoufler son origine pour faire porter le chapeau à un autre pays, donc il s'en fiche. Et puis, il aura toujours l'occasion de détruire les autres pays à l'avenir, pour le moment c'est juste ce camps, puis Quederla, et ensuite le Ténébreux s'attaquera au monde. Sauter directement dans le camps, assez une mauvaise idée à vrai dire, car c'est impossible de savoir le nombre exact de personne à l'intérieur, et même s'il se juge assez fort pour affronter au contact autant de soldats qu'il le veut, si le chef dispose d'un pouvoir ancestral, il ne pourra rien faire, que ça lui plaise ou non. En tout cas, il avait un bon plan en tête et surtout vu que la colère n'était plus aussi forte, il avait retrouvé son ancienne lucidité, de manière très brève, donc il pouvait se permettre de proposer une dernière chose avant que la véritable attaque commence et pour ça, Rumple sorti de sa veste un morceau de parchemin ainsi qu'une plume afin d'offrir un présent, plus de puissance, à son associer du jour.

Tu es sûr d'être assez fort pour affronter l'inconnu ? Ton nom ainsi qu'une petite signature et la puissance de ton élément ne sera que toute puissance pour toi. Tout ce que tu me devras, c'est un service. Alors, nous passons un contrat ou tu es assez stupide pour te penser assez fort pour attirer l'attention et tenir le temps qu'il faut ?



Pouvoir du Ténébreux:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCzlmbguLEb79fET1x35KSig
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 58
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Mer 12 Sep - 17:04







M
a clope terminée, mon plan d'approche adoubé, une mise en garde supplémentaire sur ma capacité d'action et nous voilà de nouveau en route. Nous étions non loin du camp, mais toutefois légèrement camouflé. Nous observions la situation, même si, malheureusement pour nous, ce que nous voyons était assez vague. Un camp primitif très légèrement gardé. Sa capacité n'était pas bien grande. Si ce n'était que des personnes dénuées de pouvoir, il serait très simple de le détruire, sans réelle résistance. Cependant, il fallait penser que ce camp avait en otage des personnes capables de manipuler des éléments ou des animaux, sous contrôle. Tout laisser sous-entendre qu'ils étaient prêt à les envoyer au front en cas de nécessité. De mon côté, cela ne m'inquiétait pas plus que cela. Si mon binôme remplissait ses fonctions et neutralisait les utilisateurs d'éléments ignorant la gravité, je serais capable de combattre une marée d'humain, sans trop de problèmes. Par contre, dans le cas contraire, si un utilisateur du néant -par exemple- me privait de ma gravité trop longtemps, je me trouverais forcé de reculer contre des domae et d'esquiver les attaques élémentaires. Le rôle que devrait remplir le Ténébreux m'était donc crucial. Mais tant que je resterais maître de mon élément et de mes mouvements, canaliser l'attention du camp devrait m'être aisé.
L'armement des gardes était sommaire, une armure et une arme. Ils n'était pas de la ville, comme nous le supposions fortement. Ils ressemblaient plus à de simples mercenaires qu'à une force armée du reste du monde. Leur armement ne me disait rien de notable. Ils n'avaient pas de blason ni d'étendard montrant leur appartenance. Du moins, je ne voyais rien qui y ressemblait. De ce que je connais des armées privées, généralement, ils ont tout de même un blason quelque part, afin de faire valoir les exploits de leur régiment lorsqu'ils interviennent dans un conflit qui n'est pas le leur. Cependant, aujourd'hui, c'était leur conflit. Une déclaration de guerre à l'île entière. Et ils allaient devoir répondre de leurs actes.

L'homme se trouvant à mes côtés prit de nouveau la parole. Il me proposait de passer un contrat avec lui. C'était comme ça, que le Ténébreux se faisait des adeptes et qu'il avait gagné les faveurs du Gouvernement. Je le dévisageais quelques instants. Me proposer ce contrat, c'était un cruel dilemme intérieur en devenir, pour moi. En tant qu'Elementis, en tant que Roi, que Chef de Famille, je ne pouvais pas me permettre d'accepter ce contrat. Cependant, en tant que Général, je savais que trop bien à quel point il fallait être paré à toutes éventualités. Et ce contrat, c'était un moyen supplémentaire d'y être paré. Je ne cachais pas la légère torture présente sur mon visage, montrant facilement mon état d'âme au Ténébreux ainsi que le fait de réellement prendre en compte sa proposition. Cela lui donnerait l'occasion, soit de surenchérir, soit de me laisser continuer à réfléchir à cette proposition.
Pour être tout à fait franc, tant qu'il remplirait son rôle, je n'avais pas besoin de ce contrat. À moins que notre inconnu soit d'une puissance défiant toutes croyances, rivalisant avec mon partenaire du jour. Mais, mon rôle, à l'heure actuelle, était d'occuper la marmaille à l'entrée du camp. Tandis que mon binôme, lui, devait défier cet être s'était retourné contre la ville. Cependant, un plan ne se passe jamais sans accrocs. Le pourcentage de chance d'avoir à rejoindre le Ténébreux dans la lutte intérieure était assez élevé. Si je devais rejoindre le combat final, je serais soumis à la force de Gravité de mon allié du jour. Même si j'étais capable de me déplacer sous sa propre gravité, même si je possédais des potions censées dupliquer mes capacités physiques, si le combat s'éternise, je n'aurais pas d'autres choix que d'accepter son contrat.
Tiraillé, j'avais en quelques sortes l'impression d'être mis dos au mur. Je sortais une nouvelle fois mon kit de ma poche, une clope et mon zippo. Rapidement allumée, rapidement rangé, je tirais deux ou trois lattes sur ma cigarette, avant de prendre la parole, d'une voix calme :


« Académiquement, je devrais accepter le contrat. Avoir une carte de plus dans mon arsenal est toujours un point intéressant. Cependant, aux vues de ma position actuelle, si j'accepte le contrat, cela sera vu par Quederla comme une alliance entre nous. Et mon désire de neutralité est toujours d'actualité. »


Je marquais un léger temps d'arrêt, le temps de me remettre les idées en place, tirant une latte ou deux de plus. Je repris la parole, d'un ton assez décidé :


« Je peux te proposer un arrangement. Une sorte de prêt sur gage. Je te confie une de mes possessions en échange du contrat, m'engageant moi ainsi que mon honneur, de finaliser ton ordonnance le moment venu, dans le cadre où j'utiliserais ce contrat. Évidemment si je ne l'utilise pas, nous ferons l'échange avant de nous dire adieu. »


L'attitude du Ténébreux était claire et limpide, cette idée lui déplaisait fortement. C'était à mon tour de mettre en avant l'importance de ce que je lui confierais en échange du contrat, me contraignant dans le futur à devoir y obéir. Reprenant ma respiration, ne prenant pas de nouvelle bouffée de cigarette, j'entrepris de nouveau ma prise de parole :


« Je possède deux objets de valeur. Le premier est cette lance dorée, un héritage familial, mais tu dois le savoir, les Drusdan l'ont toujours porté au combat. C'est aussi mon arme, comme la situation se décline, tu comprends que je ne peux te la confier. Mon second objet de valeur est la plus haute distinction qu'un général puisse recevoir, aux yeux du monde. Tu ne le sais peut-être pas, mais je suis diplômé des deux meilleures académies militaires au monde, Saint Cyr ainsi que West Point. La dague que tu peux voir à ma ceinture n'est remise qu'à une seule personne, par promotion. Le major de promotion de West Point.  À mes yeux, elle représente l'une des meilleures parties de ma vie. J'y accorde une importance inestimable. »


Je marquais un nouveau temps d'arrêt, le temps que l'homme présent à mes côtés enregistre bien l'information, reprenant tout en venant retirer la dague de son  fourreau, de ma main gauche, la tendant au Ténébreux :


« Je te confie ma dague engageant ma parole et mon honneur, en échange de ton contrat. Si la situation nécessite l'activation du contrat, je m'engage à remplir le rôle qui me sera confié afin de récupérer ma dague. Le cas échéant où je n'utiliserais pas le contrat au cours de cette attaque, je te remettrais le contrat ou le détruirais, à ta convenance, en échange de ma possession, bien évidemment. »


Ce ne fus pas facile, mais cet échange semblait tout de même convenir au Ténébreux. C'était ma parole et mon honneur qui étaient en jeu. Quelque chose que je ne pouvais pas sacrifier, maintenant que je suis le représentant de ma Famille. Même si cela implique de travailler avec le plus grand ennemi des Familles, l'homme qui a indirectement créé l'alliance s'opposant à lui ainsi qu'au Gouvernement. Ne faisant pas partie de l'Alliance, bien évidemment, je pouvais passer un contrat avec lui. Cependant, si cela s'apprenait, mes collègues Elementis de l'Alliance me verraient bien différemment. Passer du rang d'As à celui de nouveau Roi à celui d'assoiffé de puissance, alors que déjà, sur le papier, je suis de loin supérieur à la quasi totalité des membres de l'Alliance. Cela me ferait une assez mauvaise pub. Mais bon, j'étais prêt à l'assumer en cas de nécessité. Et puis, un dicton simple : Les forts sont forts, les faibles sont faibles. Moi, Caenn Drusdan, désire être dans la première catégorie et y rester, bien évidemment.
Notre échange terminé, je rangeais le contrat dans une poche intérieure de ma veste. Le moment venu, je devrais y ajouter mon nom et signer. Je n'avais pas de quoi le faire, actuellement. Mais un peu de sang et la précision de ma lance seraient bien suffisant pour signer ce contrat. J'imagine.

Il était temps pour moi de commencer les hostilités. Je devais me faire repérer. Je devais attirer l'attention. C'est maintenant que je remettais mon destin entre les mains de l'homme le plus fort de l'île, mais aussi, le plus fourbe. Un large sourire était présent sur mes lèvres. Ma clope était tenue entre mes doigts de la main gauche, la droite empoignant ma lance comme une épée. Je lançais un dernier regard en direction de mon partenaire du jour, lui lâchant un : « Je prends les devants. »...
J'armais mon bras droit, comme un lanceur de javelot, prêt à faire s'envoler ma lance dans les airs.
J'accentuais la gravité, à ce que j'avais pris pour le zénith de son ascension, puis, je déclenchais mon bras, lançant l'arme qui fendait les airs à toute allure. Une fois arrivée au point estimé, je changeais mon point de gravité. Cette fois-ci, il se trouvait pile entre les deux gardes de l'entrée.
Dans un bruit fracassant, la lance vint se planter dans le sol entre les deux hommes, qui se demandaient bien ce qui se tramait.
Rapidement, ils purent apercevoir ma silhouette : J'avançais, en marchant, d'un pas décidé, dans leur direction. Le vent se jouait de mes cheveux ainsi que de ma cape. La cigarette posée entre mes lèvres, je continuais de fumer, tranquillement.
L'un des deux gardes s'essayait à retirer ma lance afin d'en prendre possession. Une lance en Or, ça valait plus que la vie de tous les mercenaires de ce camps. Cependant, il se trouva heurté à une Excalibur de fortune. Je n'étais plus qu'à quelques pas d'eux. Je jetais ma cigarette au visage du second garde, qui me regardait jusqu'à présent plein d’interrogation.
L'instant qui s'en suivit, je me projetais en avant, rapidement, usant de mon élément, venant heurter de plein fouet le garde motivé par mon arme. Un bruit de métal se fit entendre, c'était le choque entre mon épaulette et son armure. Son armure de mauvaise facture s'enfonça légèrement au niveau de ses côtes. S'en suivit un léger bruit de craquement d'os. Il ne demandait pas son reste et tombait instantanément à genoux, privé de respiration. Au même instant, je me redressais, droit sur mes jambes, tel un colosse du haut du mon mètre quatre-vingt-dix dépassé, retirant facilement ma lance du sol, usant bien évidemment de mon élément, la pointant sous le cou du second garde. Un léger « Bouh ! » sortait de mes lèvres. Cela eut pour effet de lui refaire prendre conscience. Il se mit aussitôt à crier dans une langue que je ne comprenais point. Le combat allait s'engager. Je ne devais pas faillir. Je restais dans ma position, menaçant le garde, observant l'évolution de la situation, prêt à user de mon élément à foison.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Ténébreux
avatar

Baelfire GoldLe TénébreuxMessages : 508
Date d'inscription : 12/02/2016


MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Jeu 13 Sep - 14:54

Le plan B a foiré, j'en suis au plan H

Feat. Caenn Drusdan

Le Ténébreux venait de lui proposer un contrat, bien sûr, rien de réellement rempli car impossible de savoir à l'avance ce qu'il va réellement demander, ni même ce que le Ténébreux pourrait lui demander en retour. Néanmoins, pendant qu'il semblait réfléchir à l'idée de faire un contrat avec l'homme le plus dangereux de la ville, Rumple prit le choix de proposer simplement un boost de pouvoir pour une certaine durée afin que ça soit utile, mais pas non plus lui donner les pleins pouvoirs durant un temps trop grand qui pourrait poser problème. En même temps, il avait parfaitement raison, pour une personne qui se veut être meilleur dans la ville, neutre, respectueux, critiquant le Maire pour son alliance avec le Ténébreux, c'est vrai que pour le coup, accepter un contrat avec le Ténébreux rendrait n'importe qui très hypocrite et donc perdrait toute crédibilité devant les autres si ça venait à se savoir. Malgré tout, cette alliance ne doit pas être connu car d'après leur accord verbal, le Ténébreux fait le travail et lui garde tout pour lui, donc pour le coup, il n'y avait rien à craindre.

Rumple était prêt à ranger le contrat en le voyant autant refuser, autant tourner autour du pot, mais pourtant, ce qu'il disait était plutôt intéressant, mais il pouvait toujours rêver s'il pensait que le Ténébreux allait laisser un de ses précieux contrats à une personne lambda, une personne qui  ne possède pas la magie, la connaissance, pour se servir d'une de ses précieuses armes, surtout qu'il ne peut avoir sous son contrôle entière et totale. Il proposait un marché, en échange de prendre le contrat avec lui pour le signer quand il en aura réellement besoin, il confie à son partenaire du jour sa précieuse dague, lui expliquant que c'était un objet très précieux qui représente son honneur. S'il accomplie le contrat, ou même s'il ne le fait pas, il rendra le contrat dans l'état et Rumple devra lui rendre son arme. Cela ne fait que très peu plaisir au Ténébreux, mais il faut dire qu'il venait de toucher la corde sensible de Baelfire Gold, c'est son métier après tout ; surtout que l'histoire de l'arme donnait un intérêt très important à celui-ci car si jamais le contrat est détruit, différent, modifier, ou n'importe quoi, il y aura un rupture de contrat et donc il pourra garder la dague pour lui, ou bien pire pour le coup.

Même si c'est à contre-cœur pour le coup, Rumple n'eut le choix que d'accepter cette offre assez alléchante pour le coup. Il termina d'inscrire ce qu'il désirait sur son contrat, il ne restait donc plus qu'à instaurer rapidement son nom et une signature et son pouvoir sera décupler immédiatement. Il confia donc son précieux contrat à cet homme qui l'échangea sur le champs avec sa dague. Aucun intérêt pour le Ténébreux de se battre avec, du coup il rangea cet arme dans sa veste tout simplement vu qu'il se battra avec ses pouvoirs et non avec des armes. C'était un événement très rare qui venait de se produire, un contrat changeait de main, certes il ne pouvait rien en faire d'extraordinaire vu qu'il était déjà bien rempli et assez spécifique, mais quand même, juste avec ce parchemin, une bonne connaissance en magie et ils pourraient découvrir beaucoup de chose sur la magie ancestrale du Ténébreux dont il dispose et qu'il connaît la quasi totalité des secrets.

Marché conclu. Il est temps de passer aux choses sérieuses.



Discuter et faire des contrats est toujours une occupation qui permet au Ténébreux de gagner en puissance, sauf que là il avait une toute autre idée en tête et il voulait juste une chose, éclater sa colère contre le camps militaire une bonne fois pour toute et tout éradiquer. Le Drusdan commença en premier, comme c'était convenu dans le plan. Lui lance la première offensive pour occuper le plus possible de soldats possible, puis quand c'est nécessaire, Rumple attaquera par derrière en faisant le plus dégât possible. Deux hommes contre un camps de soldats expérimentés, il y a de quoi être fou surtout que personne ne connaît le nombre exact à l'intérieur, pourtant, à Quederla tout est possible et vu la puissance du Ténébreux, ce n'est pas ça qui lui fait peur. Il fallait juste espérer que le Drusdan soit assez fort pour occuper le temps qu'il faudra les ennemis et surtout qu'il ne meurt pas dès le premier clampin sur le champs de bataille. En tout cas, il faut dire qu'il ne mentait pas sur sa force car il arrivait à utiliser très bien son pouvoir pour commencer à mener correctement cette confrontation. Néanmoins, il fallait sûrement attendre quelques secondes, voire une petite minute, avant que le camps s'organise contre lui.

C 'était un peu loin, mais ce ne fut pas très compliqué de voir que cela commençait réellement à dégénérer de son côté et beaucoup de soldats étaient entrain de venir sur lui. Impossible de savoir si la totalité se trouvait autour de lui, ni même si ce sont des soldats qui ont subit un entraînement particulier pour lutter contre les personnes de Quederla et leur magie, mais là à vue de nez, les soldats sont une bonne vingtaine, peut-être même une trentaine avec potentiellement des personnes venant de Quederla car ils ne sont pas dans des habits militaires, et surtout de tout âge, des jeunes comme des vieux.

C'était donc l'heure parfaite pour lancer une attaque par l'arrière, leur force de frappe est forcément réduite là pour le coup et risque encore plus de se réduire car ils iront dans un premier temps vers l'Élémentis avant d'être réattribuer à la défense du camps arrière. Rumple prit donc de l'avance, se projetant grâce à la gravité pour gagner la distance rapidement, annuler son pouvoir en y arrivant pendant qu'il prend son livre afin de lire le mot "Bélier, arme de siège". Une arme de siège, un bélier, sortit du livre à une vitesse folle, directement dans les défenses du camps, mais au moment où il impacta le mur, il explosa dans une déferlante de chaleur, brûlant ça sur le coup et cramant ceux se trouvant à côté. Le Ténébreux entra dans le camps, bien énervé, mais marchant normalement comme s'il s'en fichait de ce qui se trouvait autour de lui, de la chaleur avoisinante, même si c'était évident qu'il transpirait.

TICK TOCK Deary ! TICK TOCK !



Pouvoir du Ténébreux:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCzlmbguLEb79fET1x35KSig
Le Chef Elementis
avatar

Caenn DrusdanLe Chef ElementisMessages : 58
Date d'inscription : 19/07/2018


MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Ven 14 Sep - 4:05







L
a pêche a été plutôt bonne. Rapidement, des soldats équipés comme les deux premiers se précipitèrent à l'entrée. Cependant, il y avait aussi des civils. Tout du moins, des personnes pas équipées comme mes premiers adversaires. Ils comptaient réellement impacter la ville avec si peu de force ? Je ne reconnaissais personne parmi les humains non équipés. Tant mieux. Je pouvais simplement faire le ménage sans avoir à me retenir. Ces hommes réagissaient simplement, ils voulaient prendre le contrôle de la situation. En somme : M'enfermer dans une cage dont les barreaux sont des soldats. C'est de cette façon là dont on se débarrasse des soldats trop fort, sur le champ de bataille. C'était la base même. Comment éliminer le Champion ennemi ? L'encercler et le cribler de coup de lance tel une bête sauvage.
L'homme que j'avais impacté avec mon épaulette se relevait fébrilement sur ses deux jambes. Bien, très bien. La démonstration allait pouvoir commencer. Je suis peut-être général, je suis peut-être aujourd'hui Roi de ce qui reste de ma Famille.. mais je suis surtout un combattant. Même sans mon élément, je suis un maître bretteur. Alors, oui, en y couplant mon élément, évidemment, on peut dessiner des tableaux assez spectaculaires. À mes yeux, le combat était un art à part entier.
Je fis un léger pas en arrière, ma lance s'éloignant du cou de l'homme qui avait crié à l'aide. Rapidement, je m'étirais le bras droit et fit craquer mon cou dans le même instant. Inutile de chercher où se trouve le danger, dès que je ferais un pas en avant, les hommes derrières moi se précipiteront dans ma destination, me chargeant avec tout ce qu'ils ont. Les armures ne sont pas d'une facture extraordinaire, je devrais pouvoir les transpercer de ma lance sans aucun doute. De plus, elles laissaient les cous libres, les articulations au niveau des bras et des jambes. Ce serait assez simple de les amputer d'un membre ou deux, dans la foulée. Cependant, en guise d'introduction, je devais marquer les esprits.

Tuer. C'était quelque chose d'assez banal dans mon éducation. Après tout, je suis l'héritier d'une lignée guerrière. À ses grandes heures, elle proposait cinq ou six hommes expérimentés à la famille élémentis pour bien foutre le feu comme il faut. Aujourd'hui, cette lignée s'est éteinte avec mon arrivée. Je ne possède pas le feu. Cependant, je possède les mêmes qualités que mes ancêtres les plus puissants. Bien loin de ce qu'était mon père et mon oncle. J'étais redevable d'une seule chose, envers mon paternel, le choix de m'avoir envoyer faire mes galons sur le continent plutôt que d'être confié à un autre élémentis. Là-bas, on était passé à un tout autre niveau concernant la mort. C'était quelque chose de trivial. Des bataillons entier étaient sacrifiés dans le seul but de servir de leurre temporaire, de faire passer sa cavalerie sur le flanc, de protéger la retraite d'une seule personne. On était bien loin des affrontements de Quederla, où la mort était déjà quelque chose d'assez commun pour les familles. L'effet que ça a eu sur mon éducation et ma personne.. je pense pouvoir affirmer que prendre la vie de quelqu'un d'autre me semble banal. Je pense même y trouver une certaine satisfaction... C'est quelque chose dont je m'étais rendu compte en devenant finalement As. Me retrouver encerclé et écrasé l'espoir de mes assaillants.. c'était quelque chose de plaisant. Se battre contre quelqu'un se croyant surpuissant et l'écraser, prenant le temps de bien traiter la viande... D'une certaine façon, ça me fait penser à mon affrontement avec Arias. L'ancien Joker était sûr de lui à ce moment là. Certes, son élément était surnaturel, c'était quelque chose d'extrêmement puissant. Cependant, sa faiblesse, c'était les one-shot.. et... C'est ma spécialité. Écraser l'adversaire d'un coup cinglant, dosant force et gravité finement, cela pouvait créer des situations sans pareilles. Ma seule limite était mon propre corps et mon propre équipement. J'avais des gants renforcés, des bottes renforcées et mes épaulettes en métal. Combinez tout ceci avec une forte gravité en un point bien précis.. et admirez les trous dans les estomacs ou les épaules arrachées. Bien évidemment, mon arme me permets de ne pas m'abîmer en retour. J'en étais assez fier, mais je ne possédais aucune cicatrice, à l'heure actuelle. La seule vue de mon corps nu, par un combattant aguerri suffirait à lui mettre en tête que je n'étais que de la « gonflette » et que je n'avais aucune expérience du champ de bataille.

Expérience. Je n'en avais pas tant que ça. Cependant, en terme de stratégie et de marche à suivre, je suis incollable. Je savais parfaitement de quelle façon agir. Mon entraînement technique avait été spartiate. Et bien évidemment, des coups de lance dans le vent ou contre des arbres, j'en avais donné des centaines de milliers ?...
Mais revenons à nos moutons. J'étais maintenant encerclé. Les personnes sans armures se tenaient devant l'entrée, formant un mur, ils étaient quatre. Certainement possédés et possédant un pouvoir ou un animal. Je ne pouvais pas le deviner, j'agirais en fonction.
Je changeais ma façon d'empoigner ma lance, je la tenais par la garde de la lame, comme une épée. Bien, c'était l'heure de commencer le ménage. J'étais toujours bien droit sur mes jambes.
Rapidement, je m'accroupissais, faisant un geste large de mon bras gauche, positionnant ma main de sorte à contrebalancer mon centre de gravité, activant mon élément par la même occasion. De façon global dans un premier temps. Mon domaine s'était alourdi. Fortement. Les hommes pourraient cependant bouger en se concentrant sur leurs mouvements, mais ils ne pourraient pas charger. Quant à moi, cette force de gravité, j'y étais habitué, mon corps la connaissait par cœur, aucun soucis à se faire de ce côté là.
Je bondissais en avant, en direction des deux gardes de la porte, mon bras droit -celui qui tient la lance- se déployait de sorte à se retrouver presque dans mon dos. Le bras gauche contrebalançait la chose, la main grande ouverte en direction du visage du premier garde. J'atterrissais face au garde qui avait reçu ma cigarette sur le visage, en position de frappe. Mon corps tout entier entra en rotation, déclenchant un coup large avec tout mon poids. Au même instant, un point de gravité assez important apparut au niveau du cou du garde qui s'était relevé. L'instant d'après, les deux têtes s'étaient décrochées de leurs socles. Le coup était net, précis, parfait, sublime. Trancher deux têtes d'un coup, c'était suffisant pour faire hésiter les autres soldats ?
Continuant mon mouvement de balancier, sachant que la menace ne pourrait plus venir de cet angle là, je me retrouvais donc face à ceux qui essayaient de me charger malgré la gravité. Un large sourire aux lèvres, terminant ma rotation, je laissais ma lance s'échapper de mon emprise, celle-ci s'envola en direction d'un des assaillants. J'augmentais la gravité au niveau du point d'impact prévu et la lance s'y enfonça, perforant l'armure. Le combat venait seulement de commencer, pourtant, l'arène était déjà pleine de sang. La Gravité autour de moi semblait être altérée, mes cheveux et ma cape bougeaient au ralenti.

Personne ne semblait nous rejoindre. Que ce soit venant du camp, que ce soit venant de la ville. Je n'avais aucune raison de gagner plus de temps. J'augmentais de nouveau la gravité de mon domaine. Cette fois-ci, même pour moi, il était difficile de me mouvoir normalement. C'était suffisant pour mettre carrément au ralenti tous mes adversaires. De ma main gauche, je vins appuyer sur le crâne d'un de ceux qui me chargeaient, le faisant basculer en avant, il s'écrasa immédiatement au sol. Je ramassais ma lance, la tenant comme telle, cette fois-ci. Je ne comptais pas allonger le combat. J'allais profiter de leurs difficultés à se mouvoir pour tous les achever d'un coup net.
M'activant rapidement, je finissais chacun de ces soldats. Ce n'était que de simples hommes entraînés à la bagarre. Le fossé qui nous séparait était immense. Rien de quantifiable tellement la différence était impressionnante.
Mes méfaits accomplis, ma gravité s'évapora. Il ne restait plus que les quatre hommes bloquant l'entrée du camp. À cet instant, j'entendis quelque chose exploser à l'opposé du camp, certainement les méfaits du Ténébreux.
Les civils face à moi ne semblaient pas particulièrement belliqueux. Je m'approchais de leur direction, mais ils ne semblaient pas se mettre sur la défensive, ni sur l'offensive. L'un d'eux prit la parole : « Je vous empêcherais de rentrer dans le camp ! » lorsque j'arrivais à sa hauteur. Aucun doute, il était contrôlé et on lui avait ordonné de juste garder l'entrée à tout prix et de ne laisser passer personne. Dans un soupir de ma part, je fis apparaître une très forte gravité au niveau de ces quatre habitants de l'île. Vu leurs postures, ils tombèrent tous les quatre en avant, s'écrasant au sol, dans la foulée, je vins les frapper suffisamment fort pour leur faire perdre conscience durant quelques heures, en évitant de les tuer.
Maintenant que la vue était dégagée, je voyais le feu et mon acolyte avancer dans le camp. Ma mission était remplie, mais le camp était encore en place et ma théorie sur une personne chapeautant toute cette organisation allait être bientôt mise à l'épreuve.
Rapidement, avant de rentrer à mon tour, je vins de ma main gauche fouiller dans ma poche, afin d'en ressortir une nouvelle clope et mon zippo. Aussitôt fait, aussitôt allumée, aussitôt rentré dans le camp. Derrière moi se trouvait donc.. la mort. Des cadavres en cercle, du sang continuant de s'écouler. Et quatre hommes inconscient.
J'avançais tranquillement à l'image de l'homme m'accompagnant, prenant le temps de fumer ma cigarette. Cependant, cette attitude décontractée n'était qu'une apparence. J'étais sur mes gardes, prêt à utiliser mon élément à tous moments, analysant la situation.

(c) L Y S / L A E / M A T E N A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Ténébreux
avatar

Baelfire GoldLe TénébreuxMessages : 508
Date d'inscription : 12/02/2016


MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    Lun 17 Sep - 14:59

Le plan B a foiré, j'en suis au plan H

Feat. Caenn Drusdan

La colère du Ténébreux n'est pas une chose à prendre à la légère, déjà quand il est dans un état qu'on pourrait attribuer comme normal il n'est pas à prendre à la légère, alors s'il est aveuglé par un sentiment de haine profond, mieux vaut courir et ne jamais revenir. Pourtant, le camps militaire ne pourra pas avoir cette chance car le Ténébreux est déjà présent à l'intérieur et leur effectif est forcément réduit à cause de la diversion de Caenn de son côté, à l'entrée du camps. Rumple n'avait qu'une idée en tête, non pas tué le chef pour régler le soucis et sauver tout le monde, non, il voulait juste éradiquer complètement le camps, adversaires, alliés, innocents, tout le monde allait y passer, c'est aussi simple que ça. La seule personne qui allait réussir à s'en sortir c'est justement son allié parce qu'il en a besoin afin qu'il soit celui qui héritera de tous les mérites pour ce que le Ténébreux allait faire dans ce camps, celui qui allait sauver Quederla.

Voilà que le Ténébreux était à l'intérieur pendant que son allié du moment se battait également, faisant sûrement un carnage car il y avait du mouvement, beaucoup de mouvements qui se dirigeaient dans sa direction. Pourtant, en voyant l'arrivé de Rumple, les choses changeaient drastiquement car même si se sont des étrangers, ils avaient l'air d'être bien au courant de la puissance de cet homme qui venait de faire éruption car beaucoup prirent le chemin inverse, que ça soit des soldats étrangers ou bien ceux qui avait l'air d'être de Quederla. Dans tous les cas, il n'allait clairement pas laisser passer les choses et il allait commencer son carnage. Dès le début, Rumple usa de son élément de la Chaleur (*) afin de créer des sphères de chaleur autour de lui et commencer à l'envoyer sur tout le monde autour de lui, sans distinctions, tout le monde s'en prenait une, voire même deux, sans même les regarder, comme si les boules de chaleur furent vivantes et savaient parfaitement où se rendre pour faire le maximum de dégâts jusqu'à provoquer la mort. Les personnes tombaient rapidement au sol, agonissant et criant avec ce qu'ils venait de subir ; s'ils étaient encore vivant, ils vivront pour toujours en tant que grand brûler.

Bien sûr ce n'était que de menu fretin, clairement ils n'étaient pas réellement préparer à se battre contre un utilisateur de la magie, et encore moins contre le plus grand utilisateur de magie de la ville alors forcément, ce fut d'une simplicité déconcertante pour les tuer les uns après les autres. Malgré sa colère violente, et apparente, le Ténébreux réussit à entrevoir une personne, qui venait d'esquiver sans problème plusieurs boules de chaleur, fonçait sur le Tracassin avec une lame, mais ce n'était sans compter le sens de perception de cet homme (**) qui réussit à le voir venir rapidement, lui laissant largement le temps d'esquiver à temps cette lame pour venir planter sa propre canne dans le corps de ce soldat afin de l'utiliser comme résistance pour la chaleur pour la prolonger directement dans son corps, faisant fondre légèrement sa canne, mais il s'en fichait, il voulait réellement faire mal, et il y arrivait parfaitement, gardant le contact assez longtemps, le regardant dans les yeux, souriant et rigolant même devant le sort néfaste qui attend le soldat qui a tenté de l'attaquer par derrière.

Le vice est dans les yeux, mais dans les actions également du Ténébreux, et il n'hésitait pas à faire un véritable massacre derrière lui, éradiquant une grosse partie de ses adversaires avec la chaleur sans aucune once de pitié. Combien de personnes venant d'ailleurs il a tué ? Combien de personnes venant de Quederla il a tué ? Aucune idée, et il s'en fiche, il veut juste faire éclater sa colère et il le fait parfaitement pour dire. Est-ce que ça va durer néanmoins ? Impossible de le dire, mais une personne commençait à arriver, non, deux personnes venaient au contact du Ténébreux et ils ne semblaient pas être des minables, assez vieux tout de même, pourtant cela ne faisait aucunement peur au Ténébreux, au contraire, il allait passer à l'offensive également pour son plus grand plaisir. Rumple sorti son livre à ce moment précis afin de lire le mot "chaîne" qui immédiatement sorti du livre afin de voler en direction des deux hommes pour réussir à les capturer afin qu'ils ne puissent pas bouger car c'était évident qu'ils étaient bien au-dessus des autres Hommes présent ici. Ils voulaient les faire souffrir une bonne fois pour toute (***). Malheureusement pour lui, ils étaient clairement entraîner car ils arrivent à éviter rapidement l'attaque de la chaîne. L'un attrapa même la chaîne tandis que l'autre ne faisait qu'éviter pour ensuite lancer également une offensive contre le Ténébreux.

Une vibration insoutenable parcouru la chaîne en métal, ainsi qu'une lumière aveuglante toucha le Ténébreux en même temps. C'est d'ailleurs à ce moment précis que Caenn arrivait dans les environs du Ténébreux et des deux hommes qui semblaient être de très bon combattants, surtout des experts de l'esquive, et surtout provenant de Quederla vu leur habits et leur parler, mais surtout de parfait partenaire de combats vu comment ils travaillaient ensemble pour piéger le Ténébreux. Voilà ce qu'ils venaient de faire, une attaque combiné sur l'homme le plus sombre de la ville, mais est-ce qu'ils ont réussi à l'atteindre ? Aucune idée, mais en tout cas le Ténébreux se stoppa un instant, il semblait être immobile, tandis que les deux hommes prirent la décision désormais d'affronter Caenn qui venait d'arriver. Est-ce que c'est la meilleure des solutions ? Sûrement vu que le Ténébreux semblait être capturer au même titre que les autres, au milieu des cadavres carbonisés avec une odeur nauséabonde qui envahissait l'air ambiant. Néanmoins, avant même que leur combat ne commence réellement, une boule de chaleur passa entre les trois hommes, avec un Ténébreux qui tendait un bras dans leur direction avec un grand sourire aux lèvres (****).

Il est à moi.



À qui le Ténébreux parlait ? En tout cas c'était une évidence pour les deux hommes qui se mirent à rire en voyant que le Ténébreux venait de se réveiller, venait d'attaquer entre tout le monde pour calmer tout le monde. Rumple voulait s'attaquer à une personne, pas aux maîtres des lieux, mais bel et bien au Roi Élémentis, Caenn. Maintenant qu'il avait retrouvé sa lucidité, il venait de reconnaître à la perfection l'homme qui se trouvait être son coéquipier. Pourquoi il voulait l'affronter ? C'est un mystère des plus profonds, seul le Ténébreux lui-même doit avoir cette réponse, à moins que ça soit les deux autres qui rigolaient et commençaient à reculer qui influençaient Rumple pour qu'il décide d'attaquer le Blond, l'ennemi du camps. Dans tous les cas, le Ténébreux commençait à avancer, avec un grand sourire, en direction de Caenn, le livre dans une main, sa canne dans la seconde main, faisant bouger les pages de son livre en influant la gravité de tel sorte que les pages soit mouvantes jusqu'à se stopper à une page précise (*****).

Navire.



Le livre se mit à rayonner légèrement, puis un morceau de bois apparu, sortant du livre, puis c'est un navire entier qui mit à sortir du livre et s'élever dans les airs. Le navire, une fois dans les airs, commença forcément sa chute, directement en direction du corps de son adversaire, du blond, qui était la cible première de celui-ci. Les deux hommes qui semblaient être les chefs, prirent la poudre d'escampette afin d'esquiver l'impact qui allait se produire, mais restaient quand même à une distance honorable afin de pouvoir garder leur contrôle sur la situation. Dans tous les cas, Caenn allait devoir se battre contre un homme qui n'était clairement pas là pour rigoler, contre son partenaire de mission qui maintenant semblait être passer du côté de l'ennemi.


Pouvoir du Ténébreux:
 
Jets de dés:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCzlmbguLEb79fET1x35KSig


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Event] Le plan B a foiré, j'en suis au plan H | ft. Baelfire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ Entrée de la ville :: Porte d'Entrée-