Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 dead...or alive...? | ft. Abby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Kate MillèsMessages : 131
Date d'inscription : 30/09/2017


MessageSujet: Re: dead...or alive...? | ft. Abby   Mer 24 Oct - 19:10


ERROR 404, CECI EST ÉTRANGE.

Hmm...
Voilà que cette journée promettait d'être longue et fatigante. Pas fatigante physiquement, mais moralement surtout. Kate allait devoir jouer avec sa mémoire, chercher des souvenirs de la mort de ses parents. Chose qu'elle ne pensait pas devoir reposer sur la table. Mais ainsi va la vie. Cependant, il fallait savoir que Kate ne s'était jamais vraiment posée beaucoup de question à ce sujet. Du moins, au moment de l'événement, elle ne s'était pas questionnée, ignorant presque ce moment. Et vu que les informations concernant ces deux décès étaient soit, mystérieusement incomplètes, soit inexistantes, difficile d'être bien informée, et surtout en détail.

-Et bien... du peu que je sais, il n'y avait pas d'armes sur le lieu du crime. Ma mère aurait reçu un coup de couteau mortel dans le cœur, tandis que mon père est décédé après un coup à la tête. Un coup de quoi par contre...  je ne sais pas.

Un coup de poing ? C'est assez possible en soit, mais il y a beaucoup de choses qui peuvent tuer un humain. Surtout après un coup dans la tête, ça c'est sûr. La brune vit que sa partenaire d'une journée croisait les bras. Espérons que la britannique ne l'ennui pas avec ces histoires, qui plus est, dans lesquels elle n'est pas du tout concernée à la base. Kate se sentait un peu coupable tout de même de mêler une inconnue à ces soucis d'affaire de meurtre non résolu.

- Et bien, à vrai dire je...

Ca aurait été pratique, et bien plus simple pour avancer dans ces histoires, clairement. Mais en vain, la brune n'avait tout simplement pas osé lui adresser un mot vis-à-vis de cela, car elle n'en avait pas eu la foi.

- Je n'ai pas osé. Juste peut être le contre-coup du choque...

Ouais ouais. Peut être...

- C'est ce que je me dis aussi. Plus je réfléchis à cela, plus je me dis que l'affaire a l'air d'être étouffée, bien que je comprenne pas pourquoi réellement... mais bon. Cependant, pour répondre à votre question, il semblerait que... les deux étaient visés. 

Ceux qui leur en voulait voulait ôter la vie des deux criminologues. Pas seulement la vie de la mère de la britannique, ni du père. Non. Des deux.

- Vous avez raison. ... 

Kate croisait ses bras, réfléchissant deux minutes.

- La dernière fois que j'ai vu ma mère, elle n'était pas loin de chez moi. Peut être qu'elle y est toujours en espérant me voir... ou sinon... bref, on va déjà voir si elle y est.






 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Abbygaëlle L. MidfordMessages : 197
Date d'inscription : 28/11/2016


MessageSujet: Re: dead...or alive...? | ft. Abby   Sam 27 Oct - 11:46

Dead...or alive...?

ft. Kate Millès
"L’embêtant avec la résurrection, c’est qu’il faut mourir avant"

Oui bon, pas de doute là-dessus, cette affaire était très bizarre et tu ne comprenais pas pourquoi la demoiselle avait mis autant de temps à se pencher sur cette histoire ? Elle était maintenant criminologue, pourquoi ne pas avoir épluché les dossiers au moment où elle avait obtenu sa place ? Bon, après c'était sa vie, elle faisait ce qu'elle voulait mais c'était quand ahurissant qu'il faille attendre autant de temps pour résoudre le meurtre de ses parents ! Maintenant que vous étiez dedans, tu n'avais même pas idée de la gueule que les preuves allaient avoir et tu n'étais pas certaines de trouver des trucs intéressants... Tu savais comment fonctionnait ces enquêtes là ! Tu le savais. Ce n'était que des témoignages d'époque. Et ces personnes là, il fallait qu'elles aient une bonne mémoire et une bonne coopération.

Dans tous les cas, vous veniez de mettre votre nez dans une affaire des plus délicates. Une criminologue qui meurt d'un couteau dans le cœur et son mari par un coup de tu-ne-sais-quoi et les grosses têtes qui veulent étouffer l'affaire... Non, non, non. Il y avait des pressions à l'époque pour vouloir que l'affaire soit résolue, vite et sans un bruit. Les personnes qui avaient fait ça étaient peut-être mortes maintenant ? Vieilles mais si c'était une organisation, il y avait de nouvelles personnes à leur tête. Quant à celles qui avaient reçu des menaces, il serait intéressant d'aller directement leur demander ce qui les avait poussé à constater ces morts comme des suicides. Il suffisait seulement de retrouver toutes les personnes travaillant à l'époque sur ce dossier et d'aller les voir une par une pour les cuisiner... En espérant qu'elles étaient encore en vie. Bien évidemment. Et ça, tu ne te faisais pas d'illusions.

- La dernière fois que j'ai vu ma mère, elle n'était pas loin de chez moi. Peut être qu'elle y est toujours en espérant me voir... ou sinon... bref, on va déjà voir si elle y est.

- Bien. Allez poser toutes les questions à votre mère et moi je vais aller récolter des informations de mon côté... Retrouvons au café du deuxième étage du Centre Commercial en début d'après-midi ?

Récolter des informations, ça prenait beaucoup de temps tu le savais. Mais passer du temps avec sa maman morte il y avait plus de dix ans, ça prenait encore du plus de temps... Si tu avais été à la place de Kate, tu aurais sans doute mis cette affaire de côté pour passer le maximum de ton temps avec elle. Lui montrer ta nouvelle vie, ce que tu es capable de faire aujourd'hui et à quel point tu ne t'es pas laissé démonter par la vie... Tu l'emmènerais dans le restaurant le plus cher de la ville car tu avais désormais les moyens de payer les deux repas et ensuite, tu insisterais pour lui acheter un bracelet ou ces boucles d'oreilles qu'elle avait vu un jour en vitrine. Vous n'étiez pas une famille très riche à l'époque et tu savais que cette poupée reçue à Noël avait dû leur coûter beaucoup d'argent... Non tu aurais voulu rattraper le temps perdu alors autant qu'elle aille dans un restaurant avec elle ou tu ne savais quoi. Les retrouvailles joyeuses n'étaient pas pour toi apparemment.

Il était donc l'heure de se séparer et vous alliez chacune de votre côté, vaquer à vos occupations. Toi, tu ne perdis pas de temps à aller au Commissariat voir tes bons copains policiers pour leur demander le fameux dossier des parents de Kate ; ils ont fait beaucoup la tronche car ils devaient chercher dans les archives, c'était un dossier qu'ils n'avaient pas spécialement envie de te donner mais secouer une liasse de billets sous le nez avait toujours été un bon moyen pour te faire écouter... Le débat enfin clos par la p'tite lissa, tu emportes le carton avec toi, ravie d'avoir pu faire affaire tes collègues et leur promettant un scoop ou une aide dans leurs prochaines affaires si besoin. C'était ainsi que ça se passait les coups de main entre eux après eux... Il lui filait un service alors elle leur en rendrait un plus tard. Tu n'étais pas très discrète avec ce carton, pas si lourd que ça mais plutôt encombrant ; tu avais hâte de le déposer dans ton bureau en espérant que Salazar n'y avait pas mis le bordel.

En arrivant dans ton Hôtel, l'ambiance semblait d'être un peu calmée bien que quelques cris étaient encore audibles... Comment de personnes étaient mortes ici ? Tu croisais tes hommes de main mais personne ne faisait mention de Salazar. Donc, il n'était sûrement pas là. Tu entrais dans ton bureau et tu étais soulagée de constater que en effet, il n'était pas dans les parages... Où était-il ? Peu importe. Tu te dépêchais d'ouvrir le carton dans lequel il y avait l'arme du crime et plusieurs dossiers dans lesquels tu allais devoir te plonger ; ce n'était pas la première fois que tu empruntais des dossiers de la crim' et que tu devais lire pour ton journal. Cette fois, ce n'était pour le publier mais pour rendre service... En espérant au passage que ta collaboration n'a pas oublié sa part du contrat dans toute cette histoire. Secouant, tu te plonges dans les dossiers pour lire les faits, qui étaient les parents Millès, les affaires sur lesquelles ils étaient, leur mort... Bref, un dossier de la crim'.

- Abbygaëlle...

Evidemment, le son de cette voix te fait aussitôt sursauter et tu t'empares aussitôt de l'arbalète à tes pieds pour tenir en joue la personne qui se trouver dans ton bureau. Au passage, tu venais d'invoquer deux grenouilles sur tes épaules, et cinq sur ton bureau pour qu'elles puissent elles aussi te défendre... De toutes les personnes qui revenaient à la vie, dans ta famille, il fallait que ce soit lui. Ton bourreau. Tu priais pour que ce soit ta mère ou ton Frère mais le destin avait encore joué des tours et avait décidé de te ramener le pire être que tu n'ais jamais connu... Décidément, les Enfers étaient réellement pour toi. C'était bien une des premières fois que tu tremblais ; même tenir ton arbalète face à Salazar n'avait jamais été un problème mais le tenir face à lui était un vrai calvaire. Tu ne savais pas si tu devais tirer tout de suite, attendre qu'il ait quelque chose à dire voire même l'écouter... Tu étais perdue et tu n'étais pas certaine de pouvoir bien visée le moment voulue.

- Tu es devenue une belle et grande jeune femme... Oh et je vois que tu as appris à te défendre également. Et que tu es rentrée dans une Famille... Ta mère n'aurait pas aimé, elle disait toujours que...

- La ferme ! Je t'interdis de parler de maman. Pas après ce que tu lui as fais.

- Oh... Tu m'en veux encore ?

Plissant les yeux, tu n'étais pas certaine de sa question... Est-ce qu'elle était réelle ? Est-ce qu'il posait vraiment cette question sincèrement ou c'était pour se foutre allègrement de ta gueule et te faire souffrir ? Tu baissais légèrement ton arbalète, aussi peu sur les gardes face à ce dialogue qui n'avait ni queue ni tête... Est-ce qu'il était déjà aussi bête ou c'était la mort qui avait grignoter le reste des neurones ?

- Où est ton frère ?


- Mort.

- Oh... C'est triste.

Ça avait l'air en effet. Il faisait un pas vers toi et tu lui hurlais de rester où il était, levant d'un coup ton arbalète, prête à tirer ; cela eu pour effet de le stopper net dans sa lancée mais aussi de lever les bras en l'air. Tu n'avais certainement pas envie qu'il s'approche de toi et il allait garder une distance de sécurité maximum ! Il jetait quelques coups d’œil sur le dossier sur lequel tu travaillais et haussa un sourcil, ce qui fit froncer les tiens... Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire que tu travailles sur cette affaire ? De toute façon, il était tellement occupé à boire qu'il ne devait pas spécialement se rappeler de quoi que ce soit et de qui que ce soit.

- Tu as l'air intéressé par le dossier des Millès, tu les connais ?

- Ouais... Ils sont souvent v'nus à la maison pour enquêter. Ah ils ne me lâchaient pas les grappes ces deux-là... Ils ont dû s'faire pas mal d'ennemis. Pis tu sais que je n'ai jamais aimé qu'on m'tourne autour.


- Je peux savoir ce que tu as fait ?





Je vous méprise en siennasilver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kate MillèsMessages : 131
Date d'inscription : 30/09/2017


MessageSujet: Re: dead...or alive...? | ft. Abby   Lun 29 Oct - 22:22


ERROR 404, CECI EST ÉTRANGE.

Hmm...
L'idée de se séparer était une chose intelligente à faire. Peut - être une technique plus rapide pour pouvoir trouver des indices sur l'affaire Millès, ou des informations sur le pourquoi du comment les morts se sont vu enlacés par la vie à nouveau. Car hormis être proche d'enfin savoir -sans doute- la vérité entourant ses parents, Kate se demandait toujours d'où venait ce phénomène. Une forme de magie? C'est clairement le cas. Et si ce n'est pas le cas, c'est plus qu'étrange. Enfin, passons.


- Bien. Faisons ça.


Et leurs chemins se séparent. Kate semblait calme pour l'instant. Bien qu'au fur-et-à-mesure de la route, un peu de stresse s'emparait d'elle. A savoir que de repartir à la rencontre d'un membre de votre famille, alors que ce dernier est décédé, c'est assez... stressant dans un sens. Et Kate avait encore la possibilité de ne pas totalement perdre la tête avec ça. - Elle s'était donc dirigée vers sa maison, là où elle avait vu sa mère. Étonnamment, elle vit cette dernière. Elle semblait se balader dans les alentours. Ou peut être à la recherche de sa fille, ce qui serait une théorie très logique dans un sens. Kate était tout de même troublée par une chose. Outre le fait qu'elle se demandait pourquoi son père n'était pas revenu, la ressemblance qu'elle a avec sa mère est plus que frustrante. C'est comme si elle regardait son reflet dans un miroir, sauf que ce reflet est plus âgé qu'elle. Serrant ses poings, la britannique prit une grande inspiration et se dirigeait vers sa mère.


Cette dernière se mit à sourire en voyant sa fille s'approchait d'elle. Le même sourire que fait Kate par moment. Mais elle n'osait pas commencer directement par une question sur son décès. Sans dire un mot, elle vint prendre sa mère dans ses bras, la serrant contre elle. Une étreinte qui lui manquait. Un manque silencieux car elle ne l'avait jamais remarqué concrètement.


- Tu es devenue une belle femme ma chérie, ton père serait fier de toi.


Kate lui souriait en retour tandis qu'elle imaginait son père, ici, aux côtés de sa femme. Elle balayait cette vision rapidement.


- Maman... puis-je te poser une question...?


La défunte criminologue hochait la tête, montrant qu'elle était d'accord.


- Aura-...tu...heu...C'est assez difficile comme question, mais, aurais-tu vu... le visage de ceux qui vous ont tué ?


Kate avait du mal à rester professionnelle, car c'était avant tout sa mère, décédée. Une chose difficile à gober quand on est enfant, mais quand on a fait son deuil, c'est encore plus compliqué de re-déposer son nez dedans. Surtout de cette manière.


- ... Si mes souvenirs sont bons, celui qui.. enfin, qui m'a attaqué de face, ressemblait fortement au leader du gang sur lequel on enquêtait...

Cela faisait toujours une informations en plus. Kate faisait signe à sa mère de la suivre, les deux britanniques prirent alors le chemin vers là où la brune devait retrouvé Abbygaëlle. Sur le chemin, Kate en profitait pour poser encore quelques questions à sa mère. Combien de personne était-elle, est ce que les deux criminologues se sont fait tuer alors qu'ils étaient en mission, ou alors est ce que c'était une entrevue prévue... bref, tout ce genre de question qui pourrait être utile. D'ailleurs, en arrivant vers le café, Kate reconnu Abbygaëlle, accompagnée cette fois ci d'un homme. D'apparence plus âgé qu'elle. Le plus drôle dans tout ça, c'est qu'elle lui tirait l'oreille, semblant vouloir le tirer vers une table. En soit, la britannique se dit qu'heureusement qu'elle n'a pas besoin de tirer sa mère par l'oreille pour l'emmener quelque part hein.


Elles s'en approchèrent donc. Kate esquissait un léger sourire tandis qu'elle fit vite-fait les présentations. Abbygaëlle - Emma Millès, Emma Millès - Abbygaëlle. Bref. Dès lors que l'homme qui accompagnait la jeune femme s'était assit -c'était ordonné par Abbygaëlle hein- 


- J'ai pu apprendre quelques indices de mon côté. Et vous, de votre côté?


Entre temps, Emma Millès s'était assise, en face de l'homme en question, cependant, son visage s'était ... fermé.


- je vous reconnais vous, est ce que nous n'avions pas déjà eu besoin de débarquer chez vous pour une quelconque raison?







 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Abbygaëlle L. MidfordMessages : 197
Date d'inscription : 28/11/2016


MessageSujet: Re: dead...or alive...? | ft. Abby   Jeu 1 Nov - 14:36

Dead...or alive...?

ft. Kate Millès
"L’embêtant avec la résurrection, c’est qu’il faut mourir avant"

Tu n'en croyais pas tes oreilles ! Ton père avait eu affaire aux Millès durant une période et il osait t'avouer, de but en blanc, qu'il n'aimait pas que des fouineurs s'occupent de ses affaires. Tu voyais rouge aussitôt. Non pas que tu étais devenue la très bonne copine de la criminologue, mais tu venais seulement d'apprendre que ses parents avaient été un espoir pour toi... Et que ton enfoiré de père leur avait mis des bâtons dans les roues ! Tu avais été à deux doigts d'être libérée de cet enfer et il avait pris les choses en main pour que l'on ne vous retrouve pas ?! Tu hésitais à tirer ce carreau entre les deux yeux. Cette fois, tu avais la force et cette fois, ton Frère ne te volerait pas ce meurtre ! Mais bon sang, cet abruti avait encore des choses à te dire.

Tu déposais brutalement ton arme sur le bureau pour avancer d'un pas lourd vers ton père et le chopper par l'oreille, comme une mère ferait avec son enfant qui venait de faire une bêtise. Tu n'hésitais pas à tirer et le traîner de force, malgré ses supplications pour que tu le lâches, il fini par te suivre pour ne pas avoir l'oreille arrachée dans la foulée ; tu lui lançais au passage plusieurs menaces de mort et tu te ferais un plaisir de mettre fin à ses jours une fois cette affaire terminée ! Il n'avait pas intérêt à répondre quelque chose car tu l'attendais au tournant... Vous marchiez dans les rues de Quederla dans cette position, toi le tirant et lui suivant l'oreille rougie à force d'être sous pression. Que vous étiez ridicule mais qu'en avais-tu à faire désormais ? La plupart des personnes semblaient occupés avec leur revenant, comme toi avec le tien !

Vous veniez d'entrer dans le Centre Commercial et tu montais les escaliers pour trouver le fameux café où vous vous étiez donné rendez-vous avec Kate... En espérant évidemment qu'elle t'attendait déjà et qu'elle était également avec sa mère. Ah ! Tu avais hâte de voir la tête de ton père face à une revenante qu'il avait sûrement tué. Le fameux café en vue, tu pressais le pas et entrais sans la moindre délicatesse à l'intérieur ; une entrée fracassante ! Tu prends le temps de balayer du regard la pièce avant de trouver les personnes que tu voulais... Les voilà. Le traînant encore un peu sur la longueur, cet enfoiré était en train de te supplier de te lâcher et qu'il te donnerait toutes les explications que tu voudrais... Ah ! C'était tard maintenant. Sous les yeux ébahis des clients, tu jetais limite ton père sur la chaise qui se trouvait en face des demoiselles ; tu avais honte de cet homme qui ressemblait presque à un clochard. Tu étais heureuse qu'il ne soit pas ton géniteur.

- J'ai pu apprendre quelques indices de mon côté. Et vous, de votre côté ?

- Oh, également. Des choses très intéressantes.

Tu prenais quand même le temps de saluer Madame Millès dont le visage venait tout juste de se fermer lorsqu'elle vit l'individu qui se trouvait en face d'elle. Tiens donc, est-ce qu'il lui rappelait des souvenirs ? Ce n'était pas étonnant. Tu refusais de t'asseoir pour le moment, dominant ton père de plusieurs têtes pendant que celui-ci avait l'air aussi perdu qu'un chiot venant de naître... Ah que tu te délectais de ce spectacle. Pour une fois que tu pouvais le dominer et qu'il n'était pas le sadique qui prenait plaisir à te rabaisser... Il n'aurait jamais dû revenir d'entre les morts car d'entre les deux, c'était bien toi qui avais du mal à pardonner et à passer à autre chose.

- Je vous reconnais vous, est ce que nous n'avions pas déjà eu besoin de débarquer chez vous pour une quelconque raison ?

- Si je vous dis que nous nous appelons Midford... ?

Tu prends les devants car tout ce que ton père a trouvé à faire à ce moment de la conversation, c'est de baisser les yeux comme un enfant, en train de se faire gronder car il avait volé un gâteau. Et en effet, elle ne perd pas de temps à confirmer que ce nom lui disait bien quelque chose, qu'ils s'étaient intéressés à cette famille puisqu'il n'y avait plus de nouvelles des enfants... Dire que tu avais accusé le Gouvernement de cette non réaction. Mais en fait, ils essayaient d'enquêter, c'est juste que ton père leur avait mis des bâtons dans les roues mais jusqu'à quel point ? C'était maintenant qu'il fallait le déterminer.

- Bien. J'aimerais bien savoir ce que tu voulais dire tout à l'heure concernant les Millès, ils enquêtaient un peu trop sur toi alors tu en engagés des gens pour les tuer ? Un gang ? Tu les as tué toi-même ? Tu as déjà bien prouvé que tu étais adepte du meurtre.

- Tss. C'est pas ça... Oui, c'est vrai... Ils se mêlaient beaucoup de mes affaires et ils débarquaient souvent pour me poser des questions sur les enfants... Alors j'ai envoyé plusieurs lettres de menace et j'ai demandé à un pote de faire pression. J'lui ai pas demandé de vous tuer, juste de remuer un couteau devant vous avec quelques menaces et voilà, on n'en parlait plus.

Des méthodes intéressantes à ce que tu voyais. Tu croisais les bras, ayant presque honte d'être affiliée à cet homme... Au final, tu ne savais même pas pourquoi tu avais gardé son nom ? Tu n'avais pas eu l'idée de le changer. Ton regard plein de condescendance commençait à énerver ton père qui expliquait qu'il n'avait jamais voulu tuer les Millès et qu'il ne leur avait jamais rien fait ; et concernant cette histoire de menaces, il n'était même pas sûr que ça a été fait. Il avait donné l'argent à son pote mais n'avait jamais eu de nouvelles et puis il était mort avant... Oh, ton Frère et toi lui avez mis des bâtons dans les roues au point de lui donner la mort. Que c'est triste. Maintenant, tu relevais la tête vers la mère de Kate pour savoir si une histoire de menace lui parlait ? Avait-elle été menacée un jour par quelqu'un ou ce quelqu'un était-il directement passé à l'acte ? Ou n'était-il jamais venu ?





Je vous méprise en siennasilver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kate MillèsMessages : 131
Date d'inscription : 30/09/2017


MessageSujet: Re: dead...or alive...? | ft. Abby   Ven 2 Nov - 16:50


ERROR 404, CECI EST ÉTRANGE.

Hmm...
Apparemment, la jeune femme aussi avait apprit des choses intéressantes. Bien, au moins, leur séparation n'a pas été inutile, et c'est tant mieux. La brune préférait cependant rester debout, scrutant sa mère, puis l'homme qui accompagnait sa partenaire d'infortune. Sauf que, voilà qu'Emma Millès reconnaissait ce dernier. Ils avaient donc déjà eu affaire ? La britannique écoutait alors attentivement. Ses parents avaient débarqué de nombreuses fois chez les Midford à cause de leurs enfants, car ils n'avaient pas de nouvelle de ces derniers. Les enfants Midford avaient donc, apparemment des soucis avec cet homme, qui serait le père d'Abbygaëlle. Kate ne savait pas cela, quoi que, vu le nombre de fois qu'elle avait vu ses parents durant son enfant, et à l'âge où ils ont été tués, normal qu'ils ne lui en ai pas parlé. Surtout d'une histoire qui concerne une famille. Soit. 


Cependant, Kate commençait à voir rouge après les mots d'Abbygaëlle. Il y aurait possibilité que l'homme en face d'elle soit à l'origine de leur décès ? Ou qu'il y soit vaguement lié ?  Mais, voilà qu'il avouait avoir envoyé des lettres de menaces, et qu'il aurait... envoyé des proches pour faire pression. Or, il n'aurait jamais demandé de tuer les Millès. Kate ne savait pas quoi y penser, et puis, de toute façon, la seule personne qui pouvait éclairer toute cette histoire, c'est sa mère, et personne d'autre. 


- ... Je vois. Maman, aurais-tu reçu ces fameuses lettres de menace ? Des hommes seraient venus vous voir ?


Emma regardait sa fille, puis soupirait longuement avant de s'accouder à la table où ils étaient tout deux assit. Kate ne faisait que regarder. Si elle pouvait enfin comprendre comment ces derniers sont décédés, ça lui ferait un énorme poids en moins sur le moral constamment. Un gros poids même.


- J'ai, en effet, reçu ces lettres de menace. Bien qu'avec mon mari, nous n'y prêtions pas forcément attention, étant donné que c'était assez courant que l'on en reçoive au vue de notre métier. Mais, étrangement, vos hommes ne sont jamais venus nous voir. A moins qu'ils ne soient passés à l'acte directement.


Ce que disait sa mère frustrait Kate, car la brune n'avait jamais reçu de lettres de menace. Peut être qu'au moment où ses parents étaient encore en activité, c'est monnaie courante. Elle secouait pensivement la tête puis se tournait à nouveau vers le père d'Abbygaëlle, le visage fermé, comme si elle faisait l'un de ses habituels interrogatoires. Suite à cela, il disait qu'il n'avait jamais omis le fait qu'il voulait tuer les Millès. Kate soupirait discrètement. Mais avant même qu'elle n'ai pu rajouter quoi que ce soit, sa mère reprit la parole.



- Par contre, il me semblerait que, Charles Millès, ai en effet croisé l'un de vos... hommes, cependant, il n'a pas voulu me dire ce qui lui ont fait. Je suppose que c'était l'un de vos plans. La "pression".








 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Abbygaëlle L. MidfordMessages : 197
Date d'inscription : 28/11/2016


MessageSujet: Re: dead...or alive...? | ft. Abby   Dim 4 Nov - 15:21

Dead...or alive...?

ft. Kate Millès
"L’embêtant avec la résurrection, c’est qu’il faut mourir avant"

Ton père avait le don d'énerver toutes les personnes qu'il croisait. Il avait juste besoin d'ouvrir la bouche ou de faire un geste pour que la personne en face entre dans une certaine colère... Et c'était exactement ce qui était en train de se passer ; toutes les personnes dans la pièce étaient énervées contre ton père. Toi, parce qu'il était ton bourreau et qu'il t'avait fait vivre un véritable Enfer... Kate parce qu'il semblait être le coupable parfait pour le meurtre de ses parents et Madame Millès car il était une épine dans le pied lors d'une de ses affaires. Croisant les bras et le regardant de haut, tu restais dans cette position car tu étais à deux doigts de le gifler... Et encore, c'était bien trop gentil pour tout ce qu'il avait fait.

- ... Je vois. Maman, aurais-tu reçu ces fameuses lettres de menace ? Des hommes seraient venus vous voir ?

Vous avanciez petit à petit. Tu n'étais pas certaine que ton père soit le vrai coupable mais il avait joué un rôle dans cette histoire et peut-être qu'il avait été l'organisateur sans le savoir... Si tu devais décrire ton père, tu n'utiliserais certainement pas le mot "intelligent" et il perdait souvent le contrôle des choses qu'il avait en mains. Cela ne serait pas étonnant qu'il ait été voir les gros durs pour leur donner de l'argent, leur demander de faire pression et de les menacer et qu'ils aient décidé de faire ce qu'ils voulaient ; et ça, dans le dos de ton père. Il n'était pas un leader contrairement à toi. Il ne savait pas diriger des personnes et il suffisait d'élever le ton sur lui pour qu'il baisse la tête et file la queue entre les jambes... Si seulement tu l'avais su plus petite. Tu lui aurais encore plus fait la misère.

- J'ai, en effet, reçu ces lettres de menace. Bien qu'avec mon mari, nous n'y prêtions pas forcément attention, étant donné que c'était assez courant que l'on en reçoive au vue de notre métier. Mais, étrangement, vos hommes ne sont jamais venus nous voir. A moins qu'ils ne soient passés à l'acte directement.

Fronçant les sourcils, c'était très intéressant tout ce qu'elle avait à dire. Les menaces étaient donc monnaie courante dans leur métier, chose qui ne t'étonnait guère... Mais elle n'avait pas reçue de visite de leur homme ? A moins qu'il soit celui qui soit passé à l'acte. Tiens, pourquoi n'était-il pas venu ? Tu jetais un coup d’œil à ton père qui se contentait de baisser les yeux et d'hausser les épaules. Il avait l'air aussi perdu que vous et n'avait pas l'air de comprendre pourquoi la personne qu'il avait payé n'était pas venu remplir son contrat... Un arnaqueur ? Il s'était dégonflé ? Oh, tu allais devoir enquêter sur cette personne voire aller lui poser quelques questions.

- Par contre, il me semblerait que, Charles Millès, ai en effet croisé l'un de vos... hommes, cependant, il n'a pas voulu me dire ce qui lui ont fait. Je suppose que c'était l'un de vos plans. La "pression".

- Quel était le nom de l'homme que tu avais engagé ?


- Henry Miller. C'était une petite frappe des quartiers, il avait été arrêté plusieurs fois par la police... Et il devait juste vous faire peur, rien de plus.

Donc, il y avait des personnes qui étaient venus menacer le père de Kate et celui engagés par ton père n'était jamais venus apparemment... Intéressant. C'est qu'il y avait plusieurs personnes dans l'histoire et il fallait prendre son temps pour replacer tout le monde dans le bon ordre et surtout savoir qui était lié avec qui. Vous aviez l'air d'avoir encore du pain sur la planche... Et malheureusement, tu ne savais pas quoi faire de ton père ; tu n'avais pas vraiment envie de le laisser vagabonder dans la ville. Tu l'enfermerais bien quelque part pour lui faire subir ce qu'il t'avait fait subir... Mais tu étais bien trop occupée, malheureusement. Et Madame Millès, que voudrait-elle fait maintenant qu'elle était revenue d'entre les morts ?

- Puisque nous avons un nom, essayons d'en apprendre un peu plus sur lui. Qu'en dîtes-vous Mademoiselle Millès ?


Peut-être voudrait-elle passer du temps avec sa mère ? Ou peut-être qu'elle avait une autre piste qui t'avait échappée ? Tu ne savais pas vraiment. Cette affaire était intéressante mais complexe, tu n'étais pas certaine des choses que vous alliez trouver et peut-être que ton père serait le coupable ? Ou non. Il était coupable de tellement de choses à tes yeux que ça te ferait ni chaud ni froid d'apprendre qu'il était le commanditaire d'un meurtre. Ce serait bien triste pour Kate... Mais ce ne serait pas une surprise pour toi. Regardant ton père, tu lui adresses quelques mots sur un ton aussi froid que d'habitude lorsque tu lui parles.

- Je me demande juste ce que je vais faire de toi... Hors de question que je te laisse vagabonder comme bon te semble dans la ville.





Je vous méprise en siennasilver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kate MillèsMessages : 131
Date d'inscription : 30/09/2017


MessageSujet: Re: dead...or alive...? | ft. Abby   Ven 16 Nov - 21:49


ERROR 404, CECI EST ÉTRANGE.

Kate gardait tout de même son calme. Restant professionnelle et sérieuse malgré la situation. Elle avait vu des choses pires que ça, c'est certain. Mais à vrai dire, là, ça touchait une corde sensible. L'assassinat de ses parents, bien qu'elle se soit elle-même emportée dans cette détermination à mettre toute cette histoire au clair. Donc... c'est un peu sa faute, dans un sens. Mais, elle assumait complètement. Kate était du genre à vouloir des réponses, ne pas laisser quoi que ce soit sans conclusion rationnelle et logique. C'est donc pour cela que la brune écoutait attentivement les paroles, les échanges de mots qui se faisaient entre le père d'Abbygaëlle, Emma Millès, et Abbygaëlle. Bien rare quand l'anglaise garde le silence, mais elle préfère noter les informations importantes dans un coin de sa tête pour l'instant.


-Henry Miller... Oui, j'en ai déjà entendu parler. Vraiment pas un homme facile à gérer.


On pourrait ressentir comme un manque d'envie de la part de la mère de Kate. Comme si elle était saoulée de la situation. Ce qui pourrait être compréhensible. Elle est... "revenue en vie", et voilà qu'elle est emportée dans l'enquête de son propre assassinat. Pas une chose que l'on aimerait personnellement vivre. Mais malheureusement, Kate est bien trop têtue pour comprendre ça.


- Oui, vous avez raison. Je pense qu'aller faire un tour dans les archives, et autre au commissariat est nécessaire.


Ouais, géniale comme occupation.


- ... Je vous aurais bien proposé de l'enfermer dans une cellule le temps que nous trouvions toute nos réponses à nos questions, mais je n'ai pas de raison adéquate de faire cela... Alors hormis le fait qu'il nous accompagne, je ne sais pas comment faire.


Oui, ça arrivait à la brune d'avoir des idées aussi sottes que celles-ci. Elle croisait les bras, son regard jonglant entre sa mère, puis Abbygaëlle. Réfléchissant quelques minutes avant d'enfin prendre la parole d'elle-même.


- Maman, tu vas nous accompagner. Peut être que ça fera bouger les choses plus vite, pour qu'ainsi, mademoiselle Abbygaëlle soit libre de partir car elle m'aura aidé comme convenu.


Et en même temps, la brune pourra vérifier si il n'y a pas eu vent des... preuves dont parlait Abbygaëlle. - Elle entamait donc la marche vers le commissariat.






 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Abbygaëlle L. MidfordMessages : 197
Date d'inscription : 28/11/2016


MessageSujet: Re: dead...or alive...? | ft. Abby   Hier à 10:55

Dead...or alive...?

ft. Kate Millès
"L’embêtant avec la résurrection, c’est qu’il faut mourir avant"

Vous aviez l'air d'avoir une piste... Enfin ! Un nom d'une petite frappe pas très commode qui semblait être impliquée dans cette affaire ; jusqu'où ? Tu ne le savais pas encore mais certains documents ou témoignages allaient sûrement vous aider à vous y retrouver. Tu laissais échapper un soupire. Ce n'était pas une bonne journée. Ni pour toi, pour Mademoiselle Millès qui semblait vivre des émotions à cent à l'heure, telle des montagnes russes ; à se demander si c'était réellement une coïncidence que vous soyez autant impliqué dans cette affaire toutes les deux.

- Oui, vous avez raison. Je pense qu'aller faire un tour dans les archives, et autre au commissariat est nécessaire.

Tu laisses tes bras croisés et tournais ton regard vers ton père, d'un mauvais œil ; qu'est-ce que tu allais bien faire de lui ? Cet abruti fini allait faire le tour des bars si tu le laissais partir. Et avec tout ce qu'il avait fait dans sa première vie, avait-il seulement le droit de vivre sa seconde comme un homme libre ? Oh tu en doutais sincèrement ! Et tu avais envie de le tuer sur le champ ! Mais sûrement avait-il encore des informations à vous fournir et ce serait vous mettre dans une situation délicate si tu venais à l'assassiner froidement avant d'avoir résolu cette affaire. Tu te chargeras de son cas une fois tout ceci terminé.

- ... Je vous aurais bien proposé de l'enfermer dans une cellule le temps que nous trouvions toute nos réponses à nos questions, mais je n'ai pas de raison adéquate de faire cela... Alors hormis le fait qu'il nous accompagne, je ne sais pas comment faire.

- Laissez-le cinq minutes dans un bar et vous aurez votre raison adéquate. Dis-tu d'un bien plus qu'amer, les lèvres pincées.

Vous suivre ?! Il était hors de questions que cet homme vous suivre dans tout ce que vous aviez à faire ! Déjà que toi, le Gouvernement risquerait de poser des questions mais alors en plus, si un civil se ramenait dans une enquête, ce serait le pompon. Et puis, ton père était le Roi des cons ! Toujours des idées aussi sottes les unes que les autres, toujours à vouloir que tout se termine rapidement pour aller au bar... Il bâclait tout ce qu'il faisait et il ne réussissait jamais rien. Même un meurtre, il n'avait pas été capable d'aller au bout et il avait dû faire appel à un homme de main ! Ce n'était qu'un lâche et tu étais ravi de ne pas partager son sang... Même si tu n'avais pas connu ton père biologique, lui au moins semblait avoir plus de courage que lui.

- Maman, tu vas nous accompagner. Peut être que ça fera bouger les choses plus vite, pour qu'ainsi, mademoiselle Abbygaëlle soit libre de partir car elle m'aura aidé comme convenu.

- Alors quoi ? Tous au commissariat ?

- Si tu as une meilleure idée, je t'écoute.

- J'peux vous attendre ici.

- Une bière à la main et le sourire aux lèvres, comme au bon vieux temps ? Oh non. A moi de t'en faire baver maintenant.

Cette réponse ne semblait pas plaire à ton père qui laissait échapper un petit rire nerveux... C'est bien ce que tu disais. Aucune répartie ! Tu lui fis un geste pour qu'il se lève et qu'il vous suive mais cet idiot décida de retourner la table et la chaise pour provoquer de l'agitation et en profiter pour se faire la malle ; et pas de quoi le rattraper avec les talons que tu avais aux pieds. Tu ne savais pas où il allait partir, surtout qu'il ne connaissait pas cette nouvelle ville ! Cet imbécile allait encore s'attirer des problèmes, faire de mauvaises rencontres et se faire de nouveaux ennemis ; qu'il était idiot quand il s'y mettait. En plus d'avoir attiré le regard de tous les clients et du patron sur vous... Quelle honte !

- Eh bien... Nous allons devoir faire sans lui.

Non, tu n'allais pas courir à sa poursuite alors si l'une des deux Millès se portait volontaire pour ça, tu leur laissais la tâche sans le moindre remords ! Vous, vous aviez des papiers à fouiller et des archives à remonter pour savoir qui était Henry Miller et ce qu'il avait à voir dans cette affaire. Et si tout se déroulait pour le mieux, lui poser quelques questions concernant l'affaire de Madame Millès ; alors, pas que ça à faire ! Tu tapais d'ailleurs dans les mains d'un "hop hop hop" et commençais à prendre la direction du Commissariat car c'était bien là que vous deviez vous rendre, non ? Bon évidemment, on posait quelques questions quant à l'accompagnement qu'avait le droit Mademoiselle Millès pour aller aux archives ; surtout la présence d'une Journaliste.

Tu laissais gérer ta partenaire. Si cela ne tenait qu'à toi, tu l'aurais purement et simplement envoyé baladé en lui disant de se mêler de ses affaires mais... Tu n'étais pas certaine que ce soit la bonne méthode alors autant laisser les collègues parler entre eux. Si jamais ta présence était refusée en ces lieux, tu mènerais l'enquête à ta façon et cela était bien loin d'être légale mais le plus important était le résultat, non ? Tu avais bien deux ou trois informations en ville qui pourraient te dire où se trouvait Henry Miller à l'heure actuelle et tu irais lui poser directement des questions... Tout en concentrant tes recherches sur ton père également. Il fallait le retrouver celui-là ! Dieu sait quelles bêtises il pouvait faire encore celui-là.





Je vous méprise en siennasilver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: dead...or alive...? | ft. Abby   

Revenir en haut Aller en bas
 
dead...or alive...? | ft. Abby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ Zone Libre :: Zone de RPG libre :: Mini-évent temporaire-