Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Une drôle d'histoire [PV Isaak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu

Maître du JeuMessages : 687
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Une drôle d'histoire [PV Isaak]   Mar 22 Jan - 16:21

Une drôle d'histoire
- Mais si, c'est vrai ! Et maintenant mon tonton, il est tout triste !

Le petite Helen venait de retirer son masque après que son amie ait gagné le match d'escrime ; évidemment, en bonnes compétitrices et sous le regard de leur professeur, les demoiselles se saluèrent tandis qu'elles allaient au vestiaire pour se changer et continuer cette conversation. Helen venait de raconter à sa camarade que son tonton recevait d'étranges lettres qui le mettaient dans tous ces états et pour cause ! Il s'agissait de l'écriture de sa bien-aimée décédée deux ans plus tôt dans la fissure. Evidemment, ce n'était pas son oncle qui lui avait raconté pour les lettres mais elle avait fouillé un soir, quand elle était chez lui et elle voyait bien qu'il était triste... Il ne rigolait pas comme d'habitude et faisait beaucoup moins la conversation.

- Il ne veut jamais m'en parler ! Et j'sais pas quoi faire pour le rendre heureux... Il est toujours triste...

Elle laissa échapper un gros soupire après cette phrase. La petite fille voulait l'aider mais elle semblait dépassée par les événements... Une fois changée, elle souhaita une bonne soirée à sa camarade et rejoignit son tonton qui l'attendait dehors ; et en effet, il n'était pas difficile de remarquer qu'il était triste. La camarade d'Helen était la fille d'un certain Isaak Von Kämpfer et elle semblait s'être intéressée particulièrement à cette histoire... Pourquoi ? Car son amie était dépassée par les événements et qu'elle ne parlait que de ça pendant leur entraînement ! Mais que pouvait bien faire une enfant face aux problèmes des adultes ? Un monde qui était encore bien mystérieux pour la petite fille.

C'est pour cette raison que le soir même, la petite Von Kämpfer décida d'en parler à son père pour lui demander des questions... Elle lui raconter donc que son amie à l'escrime, Helen, était perturbée car son tonton recevait des lettres de sa femme qui était décédée. Elle ne comprenait pas grand chose à cette histoire alors elle supplia son père d'aller aider cette famille ! Parce que sa meilleure amie était triste et il n'était pas question de la voir dans cet état tous les jours ! Elle lui fit les yeux doux jusqu'à ce qu'il finisse par céder et quand ce fut chose faite ; la petite fille lui annonça tout simplement que son amie était à l'Etablissement Noctem et que son tonton venait la chercher tous les soirs en lui faisant une description approximative du tonton... Car elle ne pouvait pas savoir où il travaillait.

Le lendemain, il était bientôt l'heure de la sortie des écoles. Environ 16h15 et plusieurs parents attendaient déjà devant la grille ; discutant entre eux pour la plupart. Cependant, certains parents étaient isolés et c'était le cas du tonton d'Helen... Un certain Hershel. La vingtaine, un brun aux verts qui semblaient avoir perdu tous ses éclats ; il était assis sur un petit muret et regardait simplement un pendentif qui s'ouvrait et dans lequel il y avait une photo de lui avec une jeune femme. Il laissa échapper un soupire avant de sortir une de ces fameuses lettres qu'il commençait à lire avec beaucoup d'attention.

Helen:
 

Hershel:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Isaak Von Kämpfer

Isaak Von KämpferCitoyenMessages : 120
Date d'inscription : 04/06/2017


MessageSujet: Re: Une drôle d'histoire [PV Isaak]   Sam 26 Jan - 16:01

Une drôle d'histoire










C'est assez rare que tu laisses ta fille sortir du domaine de la famille Von Kämpfer, mais c'est tout aussi rare que tu lui refuses quelques choses. C'est sûrement pour cette raison que ta jeune fille prend des cours d'escrime avec la plèbe, avec un professeur bien moins fort que toi dans cet art, ou bien que son professeur particulier, mais c'est le choix de ta propre fille, alors quel père serais-tu si tu lui refusais cela ? Cela ne te plaît guère qu'elle côtoie des personnes qui pourront la dévier de son destin, toutefois, c'est un mal nécessaire pour qu'elle accomplisse tes desseins. Voilà qu'elle vient de rentrer, seule comme à son habitude. C'est vrai que laisser ta fille rentrer toute seule ne te rassure pas, mais elle a besoin de cette liberté pour être pleine. Tes enfants, et surtout ta fille, sont les biens les plus précieux qui te reste depuis que tu as perdu ta femme, mais ils savent se défendre seul, puis tu ne seras pas toujours là pour les protéger.

Ta progéniture venait de faire son entrée dans le domaine familial et elle vint directement te voir afin de t'expliquer une chose assez étrange. Cela concerne son amie, ou plutôt l'oncle de son amie, qui serait malheureux depuis un petit moment. C'est l'une des raisons pour laquelle tu refusais au début que ta fille aille dans une école publique, même si là c'est juste une école d'escrime et non une véritable école. Tout ceci ne t'intéressais pas, même si pour le coup, tu étais quand même très fier de ta propre fille car si elle doit accomplir le destin de Tarô, elle se doit d'être une chef compatissante, cela lui correspond parfaitement et c'est dans cette optique que tu l'élèves. Elle désirait que tu aides l'oncle de son amie, mais ce n'était pas dans l'ordre de tes priorités, ce pourquoi tu lui refusais. Toutefois, ce n'était sans compter l'obstination de ta fille qui ne cédait pas, sûrement parce qu'elle savait que tu ne pourrais lutter longtemps avant de lui dire simplement : Oui.

Le lendemain, tu te rendis à l'école Noctem, là où la jeune Helen devait sortir pour retrouver son oncle où tu n'avais qu'une simple description physique de lui. Heureusement que ta fille a hérité d'une chose qui te caractérise, ton sens du détail. Même si tu ne l'avais jamais vu personnellement, grâce à toutes les descriptions, ce fut assez facile de remarquer cet homme. Toutefois, tu l'aurais sûrement reconnu du premier coup d’œil grâce à une seule et unique petite chose, le fait qu'il était mal. Il te suffit de regarder son regard et tu pouvais déjà voir toute la détresse qui habite cet homme. Impossible de savoir ce qu'il a, mais c'est une évidence, il faudrait être aveugle pour ne pas remarquer que cet homme est malheureux. D'habitude, même si tu l'aurais remarqué, tu serais passé à côté sans vergogne. Pourtant, là c'était pour ta fille, donc tu fais l'effort d'aller vers cette personne.

Dans un premier temps, tu restais juste à côté de lui, comme si tu attendais également ton enfant qu'il sortait de l'école, même si en réalité, ce n'était que pour examiner ce que l'homme faisait. Histoire de te camoufler dans la populace, tu t'étais habillé dans un style très simple, un jean noir, sobre, mais toute même assez classe, une chemise blanche, parfaitement repassée, avec simplement des fioles de sang à l'intérieur de tes poches, sans compter ton porte-feuille bien sûr. Tu restes toujours bien coiffé, avec une barbe parfaitement taillée, après tout, même quand tu t'habilles simple, tu restes une personne très soignée. De toute façon, cet homme ne te remarques absolument pas, enfin, c'est l'impression que tu as car il semble être obnubilé par ce qu'il détient entre ses doigts.

Droit comme un pique, à côté de lui, tu jettes des regards, avec une discrétion assez discutable d'ailleurs, sur l'objet en question ; un objet qui te donne d'agréables souvenirs car c'est un objet que tu détiens également et qui ne quitte jamais ton cou, un pendentif avec une photo de ta bien-aimée à l'intérieur. C'est quelque chose qui te lie avec cet homme, malgré le fait qu'il semble être très jeune comparé à toi, il semble te comprendre sur ce point. Malheureusement, tu n'as pas le temps de voir plus en détail ce qui se trouve à l'intérieur de ce pendentif car il opta pour sortir une lettre afin de la lire. C'est comme si tu n'étais pas présent, peut-être que tu devrais faire acte de ta présence et te présenter en bonne et dû forme ? Peut-être que lui dire la vérité ne serait pas la meilleure des solutions car ça risque de le braquer et tu ne pourras rien tirer de lui. Il faudra donc faire preuve de délicatesse pour l'instant, en espérant qu'il ne te donne pas envie de lui trancher la gorge dès qu'il commencera à ouvrir la bouche.

« Vous semblez être plongé dans une grande tristesse. Puis-je vous aider mon cher ami ? »

Tu aurais sûrement dû te racler la gorge avant de t'adresser à lui, mais tu n'avais pas cette délicatesse, ni cette patience pour attirer son attention vers toi. Même si c'est pour faire plaisir à ta fille que tu fais cela, ce n'est pas pour autant que ça te fais plaisir d'aider une personne comme lui alors tu essayes d'écourter le plus possible la chose. Même s'il était perdu dans ses pensées, désormais tu allais avoir son intérêt car tu lui parlais directement, même si tu restais à ses côtés ; cela ne sert à rien de se mettre devant lui, car tu le cacheras sûrement de sa nièce, ce qui n'est clairement pas une bonne solution. Dans tous les cas, tu le regardais ouvertement désormais, en essayant de lire rapidement la lettre, même si cela allait être une chose impossible pour l'instant, après tout, personne n'aime qu'on lise son courriel, toi le premier. Caressant ta barbe dans un premier temps, tu fis une légère révérence afin de te présenter, pour ensuite reprendre ta position.

« Excusez moi, je manque à tous mes devoirs. Je me nomme Isaak, ma fille est amie avec votre nièce et il faut dire qu'elle me parle énormément de vous. Je suis ravis de faire votre rencontre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

Maître du JeuMessages : 687
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Re: Une drôle d'histoire [PV Isaak]   Sam 26 Jan - 17:09

Une drôle d'histoire
Hershel était un homme discret. Il était le genre de parent à attendre dans un coin éloigné plutôt que d'aller discuter avec les autres papas et les autres mamans ; il avait cette sensation d'être toujours sujet ou que les gens le regardaient avec pitié. Pourtant, il n'était personne. Homme sans histoire qui n'était pas connu pour appartenir à une Famille, il n'avait pas le profil d'un combattant... Il n'était pas spécialement plus musclé qu'un autre et il n'était pas celui qui cherchait les embrouilles, ni même qui cherchait à les résoudre. C'était un homme qui ne cherchait pas d'ennuis et qui n'intervenait pas dans les problèmes d'autres.

- Vous semblez être plongé dans une grande tristesse. Puis-je vous aider mon cher ami ?

D'un coup, Hershel releva la tête vers l'homme qui se tenait droit comme un piquet à côté de lui ; bon sang ! Il ne l'avait pas vu ni entendu. Il renifla bruyamment et rangea l'enveloppe qu'il tenait en main ; il se sentait bête et ne comprenait pas pourquoi quelqu'un venait lui parler. Avait-il fait quelque chose de mal ? Est-ce que son sort intéressait réellement quelqu'un ? Il avait gardé cet air bêta et sa bouche bée, ne sachant pas quoi répondre à cet homme... Et d'abord, qui était-il ?

- Excusez moi, je manque à tous mes devoirs. Je me nomme Isaak, ma fille est amie avec votre nièce et il faut dire qu'elle me parle énormément de vous. Je suis ravis de faire votre rencontre.


- Oh... Oh ! Oui, je vois. Helen me parle souvent de votre fille, elle l'apprécie énormément, vous savez...

Encore une fois, il parlait d'un ton monotone avant de finalement se ressaisir, une sorte de lueur traversa son regard et Hersel venait de se lever d'un seul en annonçant qu'il manquait également à ses devoirs. Il tendit la main à son interlocuteur et se présenta en bonne et due forme : Hershel Kowalski et qu'il était également ravi de faire cette rencontre. Il commença à regarder autour de lui, légèrement mal à l'aise ; il ne regardait jamais son interlocuteur dans les yeux... Trop impressionné ? Ou sûrement trop mal à l'aise pour soutenir le regard.

- Alors... Hum... Votre fille vous a parlé de moi ? Qu'est-ce que... Qu'est-ce qu'elle vous a dis ? Je ne l'ai jamais rencontré à vrai dire.


Pour le coup, le jeune homme avait un peu de mal à comprendre cette situation et surtout pourquoi le père était venu lui parler ; est-ce qu'il avait fait quelque chose de mal ? D'ailleurs, avant qu'il ne réponde à sa question, Hershel lui proposa de lui offrir quelque chose à boire dans le café d'à côté. Sa nièce sortirait de l'école que dans un quart-d'heure donc ils avaient le temps d'aller discuter au chaud.

Helen:
 

Hershel:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Isaak Von Kämpfer

Isaak Von KämpferCitoyenMessages : 120
Date d'inscription : 04/06/2017


MessageSujet: Re: Une drôle d'histoire [PV Isaak]   Sam 26 Jan - 18:27

Une drôle d'histoire










Ce n'était certes pas compliqué d'attirer son attention, mais tu l'avais fais avec brio, il faut se le dire. Il n'avait pas énormément d'entrain quand il te parlait, mais cela, c'était une évidence vu le malheur qui se lit dans ses yeux. En tout cas, ce qu'il te disait te rendit très fier, de toi, mais également de ta fille. Elle est appréciée, et même si c'est d'une personne comme la nièce de cet homme, c'est déjà un grand pas pour son avenir car pour être un bon chef, il faut savoir être respecté et être aimé de tel sorte qu'on suive les directives comme il se doit. Néanmoins, ce n'était clairement pas une surprise pour toi, qui pourrait détester une si gentille fille, douce et mignonne. Dans tous les cas, c'est une chose normale d'apprécier la jeune Von Kämpfer, cela gonfle simplement ton ego lorsque tu l'entends car cela veut dire que tu as fais un excellent travail en tant que père.

Le jeune homme se présenta à toi, après s'être levé. Tu n'as clairement pas l'habitude de serrer la main d'une autre personne, mais cette fois-ci, tu allais faire l'effort de cette tâche ingrate et surtout salissante pour le bien de ta propre fille. Toutefois, dès que ceci fut effectué, tu sortis de ta poche de jeans un petit flacon, non de sang, mais de produit de gel anti-bactérien afin de te laver la main qui vient de servir. Tu le fis même sans le remarquer car c'est devenu une habitude pour toi, tu détestes la saleté après tout et les autres personnes sont dépositaires d'un grand nombre de microbes qui ne méritent pas de vivre. Au moins, tu connaissais son nom désormais, une bonne chose de faire car cela voulait dire que ta quête avance à grand pas.

Alors qu'il était entrain de s'exprimer, tu remarquais assez facilement qu'il t'évitait du regard ; tu es une personne très impressionnante, c'est donc tout à fait logique qu'une personne comme lui évite ton regard, surtout que tu disposes d'un regard qui fait froid dans le dos, un regard perçant que personne n'a envie de rencontrer. Malheureusement, tu n'avais même pas une seule seconde pour répondre à son interrogation qu'il t'invita à boire un café à côté en attendant la sortie des écoles. Ce n'est clairement pas dans tes habitudes de te faire invité et encore moins dans un boui-boui de la ville. Enfin, s'il a décidé de t'inviter dans un endroit de la sorte, c'est qu'il avait réellement besoin de trouver une personne à qui parler, puis tu es sûrement la première personne qui lui adresse la parole depuis un long moment.

« J'accepte avec grand plaisir votre offre. Je ne connais que très peu les environs, alors je vous suis. »

Tu acceptas son offre facilement, après tout, tu sais très bien qu'une personne est plus apte à parler quand il se sent à l'aise, alors s'il a besoin de prendre une boisson chaude pour se livrer, tu allais te plier à cette tradition ; cela serait te mentir à toi-même d'ailleurs de trouver cette occupation grotesque, car tu t'y prêtes très souvent, juste que ce n'est pas forcément dans le même décor et encore moins avec une personne d'une toute autre classe sociale que toi. Suivant l'homme en direction du café à côté de l'école, tu finis par trouver place autour d'une table libre où tu commandas un café noir serré. Tu te doutes qu'ils n'auront pas ce que tu affectionnes, ni même de la haute qualité, alors tu préfères rester simple et il ne fallait pas trop déranger la personne qui t'invite après tout en lui faisant peur. Pendant que le serveur arrive avec ta commande, tu pris la liberté de t'adresser à Hersel.

« Ma fille a un grand cœur. Elle sait voir le bon en chacun d'entre nous, c'est l'une de ses plus grandes qualités. Ne vous en faites pas, elle ne m'a dit que du bien de vous. »

Tu pourrais sûrement parler pendant des heures de ta fille, ton bien le plus précieux, mais il fallait te faire malheur pour ne pas déborder de trop car plus vite tu régleras son problème et plus vite tu pourras rentrer chez toi. Pour cela, il te faudra découvrir la raison de sa tristesse et faire en sorte qu'il aille mieux. Tu n'es clairement pas le meilleur pour remonter le moral d'une personne, mais tu peux aisément régler un problème en tuant un maître chanteur ou bien avec quelques pot-de-vins bien placés. Il fallait néanmoins trouver une méthode de le faire parler et tu savais parfaitement comment lui délier la langue très facilement grâce à une chose que vous avez en commun. Tu pris la liberté de sortir ton collier afin d'ouvrir le pendentif afin de le tendre, le laissant autour de ton cou, vers ton interlocuteur afin qu'il puisse voir la photo de toi et de ta défunte femme.

« Je suis désolé de ma curiosité, mais j'ai aperçu l'intérieur de votre pendentif, une bien jolie personne. Voici ma défunte femme, elle se prénommait Clarisse. Puis-je savoir qu'elle est la personne qui se trouve à l'intérieur du votre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

Maître du JeuMessages : 687
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Re: Une drôle d'histoire [PV Isaak]   Lun 28 Jan - 10:50

Une drôle d'histoire
Isaak accepta l'offre d'aller boire un verre dans le bar du coin, Hershel s'était dit que ce serait plus simple pour discuter et plus agréable que de rester dans le froid. Puisque son interlocuteur ne connaissait pas les environs, le jeune homme prit la décision d'avancer vers le premier bar qui était juste en face de l'école. Cela lui permettait de jeter un coup d’œil sur la cours de récréation pour savoir si sa nièce ne sortirait pas en avance ; les deux hommes s'installèrent à une table et commandèrent chacun une boisson.

- Ma fille a un grand cœur. Elle sait voir le bon en chacun d'entre nous, c'est l'une de ses plus grandes qualités. Ne vous en faites pas, elle ne m'a dit que du bien de vous.

- Oh... Chouette.

Encore une fois, il semblait peu emballé par la tournure de la conversation. En vérité, Hershel ne savait pas à quelle sauce il allait être mangé et ne comprenait toujours pas pourquoi la petite Von Kämpfer s'était intéressée à son cas et surtout envers un gars qu'elle n'avait jamais rencontré ni même parlé. Le jeune homme continuait de regarder à droite et à gauche en espérant que la conversation passe rapidement... Et puis finalement, Hershel fut attiré par un bruit qu'il connaissait bien, celui d'un collier que l'on ouvrait. Il observait attentivement le pendentif ainsi que la photo de la femme qui s'y trouvait à l'intérieur ; Isaak semblait partager la même douleur que le jeune homme.

- Je suis désolé de ma curiosité, mais j'ai aperçu l'intérieur de votre pendentif, une bien jolie personne. Voici ma défunte femme, elle se prénommait Clarisse. Puis-je savoir qu'elle est la personne qui se trouve à l'intérieur du votre ?


Sans même réfléchir un seul instant, le jeune homme prit également son pendentif en main, sans le retirer de son cou, pour le tendre à Isaak. A l'intérieur de ce pendentif se trouvait la photo d'une jeune femme, brune aux yeux bleus ; elle semblait avoir le même âge qu'Hershel. Il laissa quelques minutes, le temps à son interlocuteur d'observer la photo avant de refermer le collier et de le laisser pendre à son cou ; puis, il lâcha un soupire remplis de tristesse.

- Elle s'appelait Mia... Nous venions de nous fiancer. Elle est décédée pendant la catastrophe de la fissure et je n'ai pas pu la sauver... Tout est de ma faute.

Ce n'était pas difficile à comprendre qu'il essayait tant bien que mal de retenir ses larmes et que c'était compliqué pour lui d'en parler. Le serveur arriva avec les commandes et les déposa devant les clients ; mais Hershel n'avait plus vraiment envie d'avaler quoi que ce soit. Il repoussa la boisson de quelques centimètres.

- Je suis désolé pour votre femme également... Que lui est-il arrivé ?

Helen:
 

Hershel:
 

Mia:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Isaak Von Kämpfer

Isaak Von KämpferCitoyenMessages : 120
Date d'inscription : 04/06/2017


MessageSujet: Re: Une drôle d'histoire [PV Isaak]   Lun 4 Fév - 16:23

Une drôle d'histoire










Tu t'es confié à cette personne en face de toi, mais ce n'est pas réellement un secret ce que tu venais de le lui dire. N'importe qui qui s'intéresse un minimum à la vie des Van Kämpfer arrivera très vite à découvrir le prénom de ta bien-aimée et qu'elle est morte. La façon dont la vie lui a été ôté restera un grand mystère et ton secret le plus grand, hormis envers tes enfants. Dans tous les cas, tu savais quand faisant part de ta propre vie, même si c'est quelque chose de connu pour un assez grand nombre de personne, tu allais attirer la sympathie et donc obtenir des informations importantes pour faire plaisir à ta propre fille en faisant plaisir à la nièce de cette personne.

Dès que tu parlais de ta tendre femme décédée, lui demandant également la personne se trouvant au sein de son propre pendentif, l'homme tendit son bijou afin de te le tendre, même si ça allait être compliqué de le prendre entre tes fins doigts car ce collier restait autour de son cou. Néanmoins, tu arrivais à voir la photo qui se trouvait à l'intérieur. Une jeune femme, la photo que tu as réussi à voir juste avant que vous vous retrouvez dans ce café. Ce n'est clairement pas ton style de femme, mais cela reste une très jolie femme, tu ne peux le nier pour le coup. Tu pouvais déjà te faire des idées sur la personne qui se trouve à l'intérieur de ce pendentif. Vu que la femme dessus est très jeune, dans sa tranche d'âge, cela ne peut être sa mère, peut-être sa femme, ou bien sa sœur. Dans tous les cas, c'est une personne très importante pour lui, sûrement décédée qui plus ait, car c'est généralement ce genre de personne qui se retrouve dans un pendentif autour du cou.

Mia... Un nom qui te disait absolument rien. En même temps, ton retour en cette ville n'est pas des plus récente, tu es resté longtemps en dehors de toutes ces histoires, c'est donc normal qu'un simple nom et un visage ne te disent rien. Tu écoutais la brève histoire d'Hersel concernant sa défunte fiancée qui serait morte durant la catastrophe de la fissure. Un événement que tu sais tragique, qui a provoqué un nombre incalculable de mort. Dans tous les cas, tu trouvais cela stupide de se considéré comme responsable de la mort d'une personne, personne n'est responsable de cette catastrophe qui était naturelle. Si cet homme désirait reprocher quelque chose à une personne, il faudrait s'en prendre à dame nature elle-même, ou bien aux autorités qui ont mal fait leur travail, mais lui ne pouvait rien faire. Enfin si, c'est ce que tu pourrais sûrement lui dire pour lui remonter le moral, mais tu pensais très différemment. Impossible de le savoir, mais l'impression que tu as de lui, c'est que c'est une personne très faible, sûrement pour cela qu'il n'a rien réussi à faire car il manque de puissance, c'est sûrement un faible, même ta propre fille pourrait le battre alors que c'est un être doux.

L'histoire qu'il te racontait se termina au moment où le serveur apporta les deux boissons. Ton café était très chaud, tu allais devoir attendre quelques secondes, peut-être une petite minute, pour que ton breuvage refroidisse légèrement afin qu'il soit à la température parfaite pour être bu. Néanmoins, tu voyais que la personne qui t'invitait semblait ne plus vouloir boire, ce qui est compréhensible quand on parle d'une chose qui dérange. Tu le sais très bien, tu peux réagir de différente manière quand tu perds une personne qui était aussi proche qu'une femme, ou bien une fiancée. Tu as pris l'option de laisser éclater ta colère et réduire en cendre un village entier, lui a prit la voie de la tristesse et rester enfermé sur lui-même, c'est un choix, même si tu ne le comprends absolument pas.

« C'est une histoire de conjoncture assez compliqué et une très longue histoire qui risque de grandement vous ennuyer. »

Mieux vaut que tu te taises sur les circonstances de la mort de ta défunte femme. Tu n'es pas assez idiot pour dire au premier inconnu que ta femme est morte parce qu'elle ne maîtrisait pas au mieux son pouvoir, sa soif de faire couler le sang, puis que des idiots de paysans ont prit peur et ont décidé de détruire ta vie à cause de superstition absurde, comme si des êtres comme des vampires ont pu exister. Surtout que cela voudrait dire que tu es également un Élémentis, même ancien, et ce n'est clairement pas une chose à dire en ce temps de règne chaotique. Il allait devoir se satisfaire d'un très court résumé également, cela sera grandement suffisant. Après tout, tu lui accordes déjà de ton précieux temps pour lui parler, il devrait déjà être heureux de cette chance, même si pour le coup, tu apprécies le fait de parler de Clarisse avec une personne qui partage la même souffrance que toi. Tu profites de ce petit temps de calme pour prendre une rapide gorgée de ton café, toujours trop chaud pour l'instant.

« Jamais je ne pourrais l'oublier, elle était toute ma vie ; en plus de précieux souvenirs avec elle, elle m'a laissé deux merveilleux enfants. Vous verrez, c'est une dure épreuve à endurer, mais on arrive à s'accrocher à quelque chose et on reprend très vite goût à la vie. »

Pour lui, tu ne saurais dire s'il arrivera à trouver quelque chose auquel il pourrait s'accrocher, néanmoins, pour toi, c'est la colère et ton désir de vengeance qui t'a permit de t'accrocher et te donne envie de vivre ; même si l'avenir de tes enfants reste ta plus grande préoccupation, ce sont les plus précieux cadeaux que ta femme t'a laissé, tu te dois d'être présent pour qu'ils accomplissent de grandes choses. Par contre, tu n'as pas vraiment envie de perdre trop ton temps ici, il te faut donc avancer dans cette histoire. Tu ne savais pas trop vers où avancer, alors tu allais devoir utiliser le peu d'information que tu détiens. Pendant que tu reprenais une courte gorgée de ce liquide chaud, tu te remémoras d'un petit détail quand tu l'as rencontré, il fallait sûrement tenter quelque chose grâce à cette fameuse lettre.

« Excusez moi de mon intrusion dans votre intimité, concernant la lettre que vous lisiez avant mon arrivé. La personne qui a écrit cette lettre possède une très belle écriture. La mère de la jeune Helen ? Ou bien une ancienne lettre que votre fiancée avait écrite avant de trépasser ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

Maître du JeuMessages : 687
Date d'inscription : 20/10/2014


MessageSujet: Re: Une drôle d'histoire [PV Isaak]   Mar 5 Fév - 11:18

Une drôle d'histoire
- Je suis désolé pour votre femme également... Que lui est-il arrivé ?

- C'est une histoire de conjoncture assez compliqué et une très longue histoire qui risque de grandement vous ennuyer.

- Ah.

Hershel était déçu. Il aurait aimé en apprendre plus sur son interlocuteur car il avait l'impression, pour la première fois, que quelqu'un partageait sa peine pour de vrai et que ce n'était pas seulement un pauvre acte d'empathie... Il n'y avait pas de mauvaises intentions de sa part, en vérité, il ne connaissait même pas la famille Von Kämpfer mais il se doutait que la famille devait être importante. Le jeune homme prit une gorgée de son thé noir et reposa la tasse, l'air toujours pensif ; c'était rare de rencontrer quelqu'un avec la même douleur que lui et même là, il ne pouvait pas entièrement se confier à quelqu'un. C'était dommage, c'était rare que quelqu'un pouvait être là pour lui.

-  Jamais je ne pourrais l'oublier, elle était toute ma vie ; en plus de précieux souvenirs avec elle, elle m'a laissé deux merveilleux enfants. Vous verrez, c'est une dure épreuve à endurer, mais on arrive à s'accrocher à quelque chose et on reprend très vite goût à la vie.

- Ce n'est malheureusement pas mon cas. Nous n'étions pas encore mariés et nous parlions à peine du fait d'avoir des enfants... A part cette photo, je n'ai pas d'autres souvenirs.

Encore une fois, il laissa échapper un soupire. Mia était la seule femme qu'il n'avait jamais aimé et aujourd'hui, il n'était pas certain de pouvoir aimer à nouveau ; il avait beaucoup souffert et il ne voulait plus souffrir. Mia lui manquait et à part quelques photos et des vêtements, il ne lui restait plus rien d'elle... Encore une fois, il prit une nouvelle gorgée de son thé noir avec un sourire triste. Ce n'était pas facile de parler de cette histoire, il n'avait toujours pas fait le deuil de sa mort et il n'y avait pas beaucoup de personnes qui l'aidaient.

- Excusez moi de mon intrusion dans votre intimité, concernant la lettre que vous lisiez avant mon arrivé. La personne qui a écrit cette lettre possède une très belle écriture. La mère de la jeune Helen ? Ou bien une ancienne lettre que votre fiancée avait écrite avant de trépasser.

- La lettre... ? Oh ! La... La lettre. Ouais... Non, c'est juste. Une lettre de... d'un ami.

Aussitôt, le jeune homme détourna le regard. Il faisait bien sentir qu'il n'avait pas envie de parler de cette lettre et clairement, c'était un mensonge... Non, ce n'était pas la lettre d'un ami mais ce n'était pas non plus évident de connaître le contenu de cette lettre. Hershel resta le regard détourné et semblait éviter le sujet, du moins il n'était pas bavard là-dessus... Les deux hommes restèrent plusieurs minutes sans discuter jusqu'à l'irruption d'une petite fille aux cheveux châtains et aux yeux bruns ; elle avait les mains posées sur son cartable rouge et restait debout près de la table.

- Helen ! Tu... Tu es déjà sortie ?! Mince... Oh, je suis vraiment désolé d'avoir loupé la sortie, je n'ai pas vu l'heure passer et...

- Ce n'est pas grave ! Je t'ai vu à travers la vitre ! Alors je suis venue directement ici. Bonjour Monsieur ! Dit Helen en tendant la main vers Isaak. Je suis Helen Pirode. Ravie de faire votre connaissance !

Contrairement à son oncle, la petite respirait une certaine joie de vivre. Souriante et vive d'esprit, elle ne prit pas longtemps pour prendre une chaise à la table qui se trouvait juste derrière elle mais Hershel annonça qu'ils devaient rentrer pour aller faire ses devoirs. Forcément, mine boudeuse la demoiselle annonça qu'elle aurait aimé rester plus longtemps mais son tonton insista pour rentrer à la maison. Il remercia Isaak pour sa compagnie et laissa le montant pour payer les deux boissons avant de pousser Helen vers la sortie... Avant sa sortie, l'ancien Elementis pu remarquer le geste de la demoiselle qui lui montrait la chaise où était assit son oncle quelques minutes plus tôt.

Si il prenait le temps de se pencher et de regarder sur la chaise en question, il pourrait remarquer une enveloppe posée sur la chaise... Qui ressemblait beaucoup à celle que lisait Hershel avant qu'il ne l'apostrophe. Vu le sourire de la demoiselle et les pouces levés en l'air, il était clairement facile de deviner qu'il s'agissait de son initiative et elle semblait vraiment fière d'elle. Jeune, mais déjà une vraie chipie et une gamine déterminée dans ses idées... Cependant, est-ce que Isaak allait réellement lire cette lettre ? Il s'agissait quand même du courrier de quelqu'un d'autre.

Helen:
 

Hershel:
 

Mia:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une drôle d'histoire [PV Isaak]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une drôle d'histoire [PV Isaak]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ La Ville :: Quartier Naeviar-