Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 L'alcool est la réponse. Je ne me rappelle plus de la question. (ft. Newton)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rebelle Domae
Vilmos Desgoffe und Taxis

Vilmos Desgoffe und TaxisRebelle DomaeMessages : 52
Date d'inscription : 25/12/2018


MessageSujet: L'alcool est la réponse. Je ne me rappelle plus de la question. (ft. Newton)   Ven 25 Jan - 3:49



L'alcool est la réponse.
Je ne me rappelle plus de la question ft. Newton
Vilmos hurlait de rire et ne savait plus pourquoi. Le Domae ne savait d’ailleurs plus comment il était arrivé là, dans ce bar miteux. Il était d’abord aller dans un premier bar pour célébrer la « discussion civilisée » qu’il avait eu avec Drusdan en attendant de voir ce que ça allait donner. Puis, un deuxième, puis… il avait arrêté de compter.

Festif, il avait commencé à boire. Il avait ensuite croisé d’anciens employés du casino avec qui il parla du bon vieux temps, des soirées outrageuses qu’ils organisaient et du vin de luxe qu’ils buvaient comme du petit lait. Alors qu’aujourd’hui, ils étaient juste une bande de trentenaires mélancolique autour d’une bière.

Vous savez quoi? C’est ma tournée! Hey! Toi là, dit-il en appelant la serveuse, apporte-nous onze vodka, une pour chaque année du casino! Je vous promets qu’il sera bientôt reconstruit les mecs!

C’est ainsi que ça avait commencé. Quant au reste, Vilmos n’en gardait que des vagues brides de souvenirs confus. Il avait poussé le pianiste pour prendre de sa place avec un « dégage ducon je sais jouer moi », avait joué quelques morceaux avec entrain, puis… s’était énervé contre deux mecs qui s’en prenait à l’un de ses anciens employés… et avaient tous danser ensemble dans le bar, bière à la main. Enfin, si ses souvenirs étaient exacts, ce qui était loin d’être certains.

Vilmos regarda autour de lui d’un air hagard. Merde… Ou est-ce qu’il se trouvait maintenant? Combien de bars il avait fait en une soirée? Pourtant, il ne faisait même pas encore jour. Et il ne se souvenait plus de rien.

Il était dehors, ça s’était certain. Il avait le dos appuyé contre un truc, et les jambes allongées sur une galerie en bois. Son soulier droit avait disparu et sa cravate était attachée autour de sa cuisse.

‘foiré, marmona-t-il à l’adresse de son soulier manquant.

Lorsqu’il essaya de se relever, il se rendit compte qu’il avait quelque chose dans les bras. Un énorme trophée en or à l’effigie d’un pretzel géant, avec la mention « le plus gros mangeur de preztels de Quederla ». Vilmos se souvenu alors pourquoi il riait, et pouffa à nouveau. Mais il détestait les pretzels! Comment est-ce qu’il avait pu se retrouver avec ça?

Vilmos! Qu’est-ce que tu fous là? On t’as cherché partout mec!

Celui qui venait de parler était l’un des anciens employés avec qui Vilmos avait passer la soirée. Enfin, presque toute la soirée, puisqu’il s’était perdu en chemin, apparement.

Bordel, mais t’es plein de sang! Lâche ce preztel, faut que tu ailles à l’hosto.

Y’a personne qui touche à mon preztel c’clair? J’ai même pas mal, dit-il avant de faire son second blackout de la soirée

Vilmos se réveilla ensuite à l’hôpital. Les lumières trop fortes de la salle d’urgence lui donnèrent un putain mal de crâne.  Pourquoi il était là? Comment était-il arrivé là? Comment on faisait pour sortir d’ici? Se demanda-t-il alors qu’il tentait de sortir du lit d’hôpital sur lequel il était.


(c) AGORA




#3399cc
Vilmos Desgoffe und Taxis
I'd tell you to go to hell but I don't want to see you there .by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newton I. Mørk

Newton I. MørkMessages : 53
Date d'inscription : 23/02/2018


MessageSujet: Re: L'alcool est la réponse. Je ne me rappelle plus de la question. (ft. Newton)   Ven 1 Fév - 1:20



 
icône


Hey you.





La nuit est tombée, déjà ?
La journée avait défilé à toute vitesse qu'il était dur de savoir s’il l’avait vu s’écouler ou non.  Submergé de boulot, il avait à peine pris une minute pour lui. C'est pour dire, même prendre une simple pause n'avait pu être possible. Carburant plus au café qu'autre chose. Sûrement l'une des principales raisons de ses allers et venus à toute vitesse comme si le diable était à ses trousses. À vrai dire, il était tellement envahi par ton travail, qu’il n’avait même pas eu le temps d’aller la voire à son boulot. Il aimait bien quand il le pouvait, prendre un café, une pâtisserie et rester un peu là assis à la même table à l’observer en souriant. Bon, ok, cela pouvait lui donner l’image d’un psychopathe qui passe son temps à mater les serveuses, sauf qu’il ne les embrasses pas toute - et heureusement d’ailleurs car il tenait encore à sa vie. Newton n’avait littéralement aucune idée de ce que pouvait donner cette relation, si elle était vraiment saine ou non, si c’était bel et bien une bonne idée avec leur responsabilité respectif, néanmoins, il se sentait bien. Il se sentait même heureux et pour l’heure il ne voulait en aucun cas que les choses changent.

Le médecin soupira, observa sa montre et regretta amèrement la position des aiguilles. Encore une nuit à finir tard… ou à commencer tôt selon le point de vue. Il devrait peut-être penser à déléguer un peu, cela ne pouvait pas lui faire de mal, pourtant, il aimait que les choses soient bien faites - non pas que ses collègues travaillaient mal, mais, il avait ses habitudes et ses rituels qui ne tenait pas de voir modifié entre les mains d’autrui. À force, il allait finir par se tuer à la tâche. Il commença à rassembler ses affaires dans l’espoire de rentrer chez lui maintenant que l'hôpital semblait avoir fini son coup de bourre.

Quand il sortit de son bureau en saluant quelques internes, Newton eu l’idée saugrenu qu’il pouvait peut-être passer voir sa dulciné assez tôt pour prendre le petit déjeuner avec elle. Et peut-être qu’elle le laisserait terminer sa nuit en sa compagnie, simplement parce qu’il n’avait pas envie d’être complètement seul. S’il lui faisait les yeux, peut-être qu’il avait une chance qu’elle dise oui ? Une idée à méditer en chemin.
Il était sur le point de franchir la porte principale quand son nom interpellé plusieurs fois le força à s’arrêter nez dans son élan. Observant l’un des praticiens se précipiter vers lui comme si sa vie en dépendait.

« Monsieur Mørk ! Attendez s’il vous plaît, puis-je vous demander un service ? Je dois absolument m’occuper d’une patience qui vient d’arriver en urgence, mais il y  a aussi celui de la chambre 9 et nous manquons un peu d’effectif à cette heure. Je sais que vous alliez partir mais… Si vous pouviez vous en occuper, juste cette fois ? »

Juste cette fois hein ? Ce n’était pas déjà ce qu’il avait sorti comme excuse la semaine dernière ? Ou le mois dernier ? Il se pinça le bout du nez en réfléchissant, il avait très envie de rentrer, très envie de se coucher, très envie de manger les restes que son frère lui avait laissé dans son frigo aussi, néanmoins sa foutu conscience l'empêchait de partir comme ça sans lui donner un coup de main. Ce qu’il regretta amèrement d’ailleurs. Il hocha simplement la tête sans dire un mot, abandonna ses affaires pour remettre sa blouse, pris le petit dossier qu’il avait commencé à remplir sur le patient de la chambre 9 et commença à s’y rendre rapidement. Au plus tôt il le voyait, au  plus tôt il pouvait partir, non ? Il feuilletta vaguement les quelques informations donné ; un alcoolique, blessé mais non mourant. Un classique qui allait lui tenir la jambe pendant des heures. Sexe était masculin, mais l’âge et le nom restait inconnu. Newton sentait déjà qu’il allait s’amuser.

Quand il arriva à la porte, il ne pris pas la peine de frapper pour s’annoncer, il entra simplement en parlant suffisamment fort pour capter son attention le nez plongé dans les feuilles.

« Bonsoir, je suis le médecin Mørk, je vais m’occuper de vous. Pouvez-vous me dire comment vous vous sent… »

Quand il releva la tête de ses notes et qu’il posa les yeux sur son patient, il eut l’impression que le temps venez de s’arrêter pendant une éternité. Les probabilités pour qu’il le croise ainsi était aussi mince qu’un pingouin volant. Et pourtant fortement ironique. Il esquissa un petit sourire, croisa les bras et se demanda s’il était suffisamment épris de l’alcool pour s’en souvenir dans quelques heures ? D’un autre côté, il devait reconnaître qu’il redoutait  quelque peu cette rencontre depuis qu’il côtoyait son ex-femme autrement qu’étant une simple patiente. Il n’était pas la cause de leur rupture, puisque toucher à une femme marié ne lui avait jamais effleuré l’esprit, cependant, il n’était pas non plus le plus fier alors que le tout était encore - peu ? - frais.

Enfin, il s’agissait de détail qui pour l’heure n’avait pas lui d’être, il restait un patient qu’on avait amené ici pour une bonne raison, alors son but était de le soigner qu’importe qui il était.

« Comment vous sentez-vous sur une échelle de zéros à dix monsieur Desgoffe und Taxis ? »









Pour le moment j'écris en DARKSALMON
Signature ? Ouais, ouais, quand j'aurais la fois


♥:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebelle Domae
Vilmos Desgoffe und Taxis

Vilmos Desgoffe und TaxisRebelle DomaeMessages : 52
Date d'inscription : 25/12/2018


MessageSujet: Re: L'alcool est la réponse. Je ne me rappelle plus de la question. (ft. Newton)   Ven 1 Fév - 22:03



L'alcool est la réponse.
Je ne me rappelle plus de la question ft. Newton
Vilmos gémit de douleur en entendant quelqu’un s’adresser à lui. Putain… qui est-ce qui lui parlait encore? Il essayait de sortir d’ici bon sang. De sortir de ce foutu lit!

En levant la tête de son mieux pour regarder l’individu en sarrau blanc qui venait d’entrer, Vilmos compris que le destin s’acharnait sur lui. Quelque chose voulait le punir pour le mal qu’il avait fait en lui envoyant le copain tout neuf de sa femme, alors qu’il était complètement bourré, imbibé de sang et à moitié mort. Pourquoi lui? Pourquoi lui!

Et ce vieux con osait lui demander comment il allait? Le Domae se mit à rire jusqu’à apercevoir des points noirs danser devant ses yeux.

Tu me demande vraiment comment je me sens, Mork? Tu me demande vraiment comment je me sens, sale enfoiré? répéta-t-il en retombant dans son lit. Attends un peu que je te fasse deviner.

Comme si Kira ne lui avait déjà pas tout raconté à quel point elle le trouvait pathétique, stupide, égoïste, une vraie brute, et que Newton ne s’était pas empressé de lui dire à quel point il était différent, qu’il serait tout ce que le méchant Vilmos n’avait pas été pour elle! Vilmos, d’ailleurs, essaya de respirer par le nez, car s’il continuait de s’énerver, il se viderait de son sang avant d’avoir pu dire au Roi de l’Alliance exactement comment il se sentait. Le Domae fixa le médecin, et parla laborieusement, une colère contenue alourdissant chacun de ses mots.

Imagines-toi que l’amour de ta vie, la seule femme que t’as jamais aimé, la seule avec qui t’as pu être vraiment heureux demande le divorce alors que toi pauvre con, tu pensais que tout allait bien! Puis un jour, tu vas ramener chez elle un truc que ta fille a oublié chez toi et tu croise son nouveau copain à moitié à poil qui sort de chez elle, alors que toi, t’es misérable, tu ne manges plus, tu ne dors plus, t’as perdu ton job et t’es voué à ne plus jamais être heureux. Voilà comment je me sens! Je me sens comme une merde.


Putain… ce jour-là, quand il avait vu Newton sortir de chez Kira, Vilmos avait sentit son coeur se fendre en deux. Elle ne l’aimait plus. Comment est-ce que lui pouvait l’aimer encore, même après ça? Vilmos se remit à rire, un rire triste et fatigué.

Six ans… six putain d’années de mariage, et elle n’a même pas eu la décence de me prévenir, de me dire qu’elle était avec quelqu’un d’autre... Il a fallait que je découvre ça comme ça, comme un putain de poignard dans le coeur. BAM, dit-il en frappant son torse le poing fermé. Aïe… Je crois que je suis passé au travers d’une vitre tout à l’heure…

Ce qui expliquait pourtant il saignait de partout. Il ne se souvenait pas non plus pourquoi sa cravate était attaché autour de sa jambe, mais il s’agissait d’un garreau, car un morceau de vitre avait sectionnée une partie de sa jambe. Toujours vaguement souriant, mais franchement pâle, Vilmos retourna finalement la question à Newton.

Mais on arrête pas de parler de moi! Toi alors, ça gaze?



(c) AGORA




#3399cc
Vilmos Desgoffe und Taxis
I'd tell you to go to hell but I don't want to see you there .by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newton I. Mørk

Newton I. MørkMessages : 53
Date d'inscription : 23/02/2018


MessageSujet: Re: L'alcool est la réponse. Je ne me rappelle plus de la question. (ft. Newton)   Mer 6 Fév - 12:36



 
icône


Hey you.





Au final, Newton aurait peut-être dû préciser : comment vous sente-vous sur une échelle de j’ai envie de vous taper ? Parce qu’il le voyait clairement que s’il n’était pas dans un état aussi bas, il aurait très probablement fait la connaissance de son crochet du gauche. Rien que pour ça, il remerciait les effluves d’alcool de rendre un homme bourrin aussi doux qu’un agneau. Pourtant, sa question était on ne peu plus sérieux de prime à bord, il avait vraiment besoin de connaitre l’étendu des dégâts avant d’espérer faire quoi que ce soit. Il était médecin, pas devin. Et en même temps, il ne pu s’empêcher de répondre
« L’enfoiré vous es tout ouïe » quand le déluge de remarque commença à pleuvoir à son égard. Même s’il haussa un sourcil étonné durant un instant ; il était vraiment sorti de chez elle à moitié à poil ce jour-là ? Certes, il avait oublié un vêtement mais… il était quand même parti au travail avec quelque chose sur son dos, non en caleçon.
Enfin. Qu’est-ce qu’il pouvait bien répondre à tout cela ? Il pouvait bien comprendre sa peine, personne n’avait envie de se retrouver à sa place. Et même temps, si la situation avait autant dégénéré entre eux c’est qu’il y avait bien une raison ? Il ne voulait pas prendre partie a leur dispute, ni être celui-ci qui allait donner raison à l’un ou à l’autre – parce que ça c’était une magnifique façon de se mettre tout le monde à dos  –, il désirait simplement être neutre. Mais si on lui demandait sincèrement son avis, Newton répondrais que la part de fautes venaient des deux côtés.

Newton souleva finalement le drap quand il se plaignit d’une douleur, pour constater qu’effectivement que ce n’était pas très beau à voir. Au moins, on avait eu la délicatesse de faire cesser le sang au mieux. Quant au morceau de verre restant, il sentait que cela être une partie de plaisir à retirer. Il laissa ses notes sur le bord du lit et se permit de remonter sous la couverture a la recherche d’une autre éventuelle blessure que personne n’aurait soupçonné jusqu’à présent, répondant à son tour le plus franchement du monde :

« Oh, comme une nuit à faire des heures supplémentaires pour soigner un ivrogne mal luné. En soit, en pleine forme, vraiment. »

Parce qu’aussi étrange qu’était la situation, il était vraiment en pleine forme. Exténué. Affamé. Mais littéralement à péter le feu. Bien sûre, la comparaison aller de paire face à un homme bourré. Newton, attrapa son poignet et compta mentalement le rythme de son pou.

« Vous savez, croyez-le ou non, mais je n’ai jamais voulu ça entre vous. Je n’ai jamais demandé à ce que vous divorciez, ni même à avoir des vues sur elle. Le tout s’est simplement fait comme ça, sans prévenir, alors que vous n’étiez plus ensemble. Elle ne vous a pas trompé avec moi et je ne me le serais pas permit si elle n’était pas célibataire. »

Parce qu’il avait tout de même des principes qu’il aimait respecter. Ce n’était pas un goujat. Vraiment pas.

« Traitez-moi de tous les noms si ça peut vous détendre, mais ne comptez pas sur moi pour m’excuser, ou avoir des remords. Après tout, je ne suis qu’un enfoiré. »

Rétorqua-t-il sans pour autant se défaire de son petit sourire en coin. Puisque c’est ainsi qu’il le voyait, c’est ainsi qu’il allait le soigner.

« Je vais devoir recoudre cette plaie, vous avez de la chance je suis aussi délicat qu’une infirmière. On va déjà la désinfecter et retirer votre morceau restant. »









Pour le moment j'écris en DARKSALMON
Signature ? Ouais, ouais, quand j'aurais la fois


♥:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebelle Domae
Vilmos Desgoffe und Taxis

Vilmos Desgoffe und TaxisRebelle DomaeMessages : 52
Date d'inscription : 25/12/2018


MessageSujet: Re: L'alcool est la réponse. Je ne me rappelle plus de la question. (ft. Newton)   Dim 10 Fév - 17:33

Avertissement : cette réponse est n'importe quoi, veuillez déposer votre cerveau à l'entrée, merci.



L'alcool est la réponse.
Je ne me rappelle plus de la question ft. Newton
Vilmos dévisagea Newton d’un regard noir.

« J’ai jamais demandé à avoir des vues sur elle », répéta-t-il d’un ton venimeux. Le pauvre Docteur Mork! Victime des circonstances! T’es tombé dans son lit par accident aussi peut-être? Essaie de me faire croire ça, sale con!

Pour qui se prenait-il? Il avait pas demandé à ce que Kira divorce, mais en fin de compte ça l'arrangeait bien maintenant! Tomber amoureux de quelqu’un, ça n’arrive pas comme ça par hasard! « Sans prévenir », mon cul, se dit-il. Vilmos sentit sa poitrine s’enflammer du feu de la colère, avec l’envie de foutre une baffe monumentale au docteur. Mais ce dernier avait de la chance, car Vilmos se vidait de son sang petit-à-petit, et n’avait plus la force de lever son bras. Sa vision commençait à lui jouer des tours, en dédoublant tout ce qu’il voyait, y compris le médecin. Il avait l’impression d’être dans un bateau minuscule, tanguant dangereusement au milieu d’un océan déchaîné.

Tout ce qu’il pouvait faire, c’était se calmer… et parler. Ça, il le pouvait encore.

Désolé… je sais bien que ça n’a rien avoir avec toi. Ça aurait pu être n’importe qui et j’aurais eu autant de peine, de toute façon. C’est juste… putain de merde. Pourquoi un Elementis. Un Elementis de terre, et médecin en plus. Elle n’aurait pas pu prendre… j’sais pas. Un plombier, ou un pêcheur, ou.... J’ai rien contre les plombiers ou les pêcheurs hein? Chacun son métier. Personnellement je connais rien aux tuyaux ou aux truites… Je sais juste que j’aime en manger. Les truites, pas les tuyaux hein… De quoi est-ce que je parlais Newt? Mon pote? T’es où? Je vois rien…

Parce qu’il avait les yeux fermés. Ses paupières étaient lourdes et il peina à les ouvrir à nouveau. Sa vision était complètement floue, comme si la pièce s’était soudainement remplie de brouillard. Néanmoins, Vilmos réussi à reconnaître Newton, grâce au sarrau blanc devant lui.

Hey! T’en vas pas comme ça quand je te parle espèce d’enfoiré. Alors ouais les truites, c’est super bon avec un peu de jus de citron. Mais tu sais ce que j’aime pas? J’aime pas les pretzels. C’est tout sec et c’est beaucoup trop salé. D’ailleurs, t’as pas vu mon pretzel géant en or? Je crois que je l’ai gagné en jouant aux cartes… Ou je l’ai volé à quelqu’un, je sais plus. Ça aussi tu me l’as pris peut-être? demanda-t-il d’un ton accusateur.

Sa femme, et maintenant son preztel. Cet homme n’avait vraiment aucun honneur.



(c) AGORA




#3399cc
Vilmos Desgoffe und Taxis
I'd tell you to go to hell but I don't want to see you there .by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'alcool est la réponse. Je ne me rappelle plus de la question. (ft. Newton)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'alcool est la réponse. Je ne me rappelle plus de la question. (ft. Newton)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ La Ville :: Quartier Nereis :: Hôpital Saint Invisibilis-