Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pourrez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 50 nuances de désespoirs[PV Nash]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lyana Sélmine

Lyana SélmineMessages : 396
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: 50 nuances de désespoirs[PV Nash]   Lun 11 Fév - 16:38


“ 50 nuances de désespoirs „

« Feat : Nash »
Quelques secondes, c’est tout ce qu’il faut pour qu’une vie bascule. En une secondes il y a des gens qui sont sauvés, ils y en a qui naissent, certains se blessent, et d’autres meurent. Une seconde, un clignement d’œil et tout une vie bascule, c’est tout ce qu’il faut pour détruire ou construire une vie. Ce jour-là.. aujourd’hui. C’est le jour de la Saint Valentin, une journée pleine de romance habituellement. J’avais hâte à ce soir, j’avais acheté un bracelet à Nash’, je sais que c’est qu’une fête commerciale et qu’attendre ce jour là pour faire des cadeaux c’est nul, mais personnellement je trouve que cette journée à un côté.. romantique, inhabituelle. L’ambiance est différente dans les rues, dans la ville en elle-même.

Je me suis levée et j’ai posé un baiser sur la joue de mon Nash’ endormis lui chuchotant une bonne saint valentin puis suis sortie pour me préparer et le laisser dormir. Je ne sais même pas s’il m’a entendu ce matin. Je cuisine rapidement un petit plat en même temps de déjeuner rapidement et le mets au frais dans un tupperware en marquant sur une feuille posé dessus « Bonne appétit ». Au moins il aura de quoi manger ce midi sans s’embêter à cuisiner. Je me brosse les dents m’attache les cheveux et zou au boulot !

Ma journée s’annonce assez tranquille. Où c’est juste moi qui me suis habitué à cette petite routine du boulot, après tout c’est tranquille comme métier, on ne va pas se mentir. Servir des clients c’est pas ce qu’il y a de plus compliqué, toujours être souriante. Je m’arrête à midi pour pouvoir manger un sandwich que je me suis emmener de la maison et je reprends vers midi moins le quart le boulot et me remet à travailler tranquillement. Je débarrasse une table et je me retourne attrapant ce que la cliente à oublier :

«  Madame ! Vous avez oublié ça ! »

La dame est déjà partie, j’attrape le journal et passe un coup pour nettoyer la table puis je ramasse le journal qu’elle a oublié et j’avoue que je reste immobile quand je tombe sur l’article en première page. Mes yeux parcourent ces quelques lignes à une vitesses incroyables et j’encaisse le choc quelques secondes avant de poser le plateau et de courir en direction de la sortie puis de la maison. Nash’ est-il toujours à la maison ? Arriverais-je à temps ? Je sais que j’abandonne mon boulot en plein service et que c’est contraire au règle. Laelyss en tant que patronne va surement me sanctionner mais je m’en fiche. Nash’ à besoin d’aide en ce moment et je ferais tout pour lui, si je dois me faire virer et bien tant pis !

J’arrive à la maison assez essouflé, je passe la clé et ouvre un peu en trombe :

« NASH ! »

Je manque de m’étaler sur le tapis de l’entrée. Pas de réponse… Je vois un journal au sol de la maison et je comprends, il a déjà vu la nouvelle et il doit surement être déjà sur place. Je regarde l’heure sur l’horloge de la cuisine : 13h20… Je n’y arriverais jamais à temps ! Non Lyana c’est pas ce que tu dois te dire ! Je referme derrière moi à clé et me remets à courir comme je peux jusqu’à la place du marché. Je suis essoufflée, j’ai mal au poumons et aux jambes à courir comme une furie comme ça dans la ville. Je cours à toute vitesse jusqu’au lieu et je finis par arrivé au niveau de la rue qui mène à la place, les habitants sont en train de partir et je comprends que c’est déjà trop tard au mine sombre des gens. Je continue quand même de courir vers la place de marché et je tombe sur lui… Nashoba est en train de quitter la place du marché comme les autres. Mon coeur se resserre et j’arrête de courir mais marche quand même à une vitesse supérieur à d’habitude, arriver à son niveau je ne dis rien et passe juste mes bras autours de son cou et le serre contre moi. Je sais que peut-importe ce que je dirais, rien n’atténuera la peine qu’il ressent. Même s’ils avaient une relation conflictuel, il reste son père et Nash aimait son père. Je reste le temps qu’il faut à le serrer contre moi, puis me détache et lui dit :

« Nash… je suis désolé... »

Je sais que ces mots ne sont rien par rapport à ce qu’il ressent, je sais que ça parrait dérisoire et moi quand on me disait cela je ne comprenais pas pourquoi on me le disait, mais avec du recul, c’est un soutien qu’on montre à une personne. J’attrape la main de Nash avec délicatesse :

« Viens on rentre à la maison »

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️



Dernière édition par Lyana Sélmine le Dim 17 Fév - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nashoba Dreiden

Nashoba DreidenMessages : 515
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: 50 nuances de désespoirs[PV Nash]   Mar 12 Fév - 17:01

  • Nashoba
  • Lyana
50 nuances de désespoirs
Je traînais des pieds. J'étais vidé, claqué, épuisé... Non pas parce que j'avais utilisé une grande quantité de mon énergie en usant de mon élément mais parce que j'étais perdu et sonné de ce qu'il venait de se passer. Est-ce que ceci venait réellement d'arriver ? Des fois, pris d'un accès de colère, je tapais dans un arbre mais la douleur était bien trop réelle pour que ce soit un cauchemar... Je sais pourtant qu'il y a certain cauchemar qui paraissent vrai mais celui-là n'était pas comme les autres. On fini toujours par se réveiller d'un mauvais rêve, toujours au moment où ça faisait le plus peur mais cette fois... Rien. J'étais toujours là, à déambuler dans les rues.

Déambuler était le mot juste. Je ne marchais sans aucune envie, je prenais les grands axes comme les petites routes qui menaient jusque chez moi pour ensuite faire demi-tour avant de me rendre compte que je n'avais nul part où aller... J'avais quitté la place du marché, sans même attendre mon frère et mes amis. Cette peur, cette tristesse s'était peu à peu transformée en colère d'un coup et je crois que je n'avais pas été correct avec plusieurs passants qui avaient voulu me rassurer. J'avais finalement sombré dans un profond désespoir. Je voulais revoir ma mère mais je n'étais pas prêt à affronter son regard ; elle serait certainement déçue de moi. Je n'avais pas été capable de le sauver... Qui est-ce que je serais capable de protéger ?

Je ne savais pas quelle heure il était, peut-être que je marchais ainsi depuis des heures ou que tout ceci s'était passé très vite ? Mon retour à la réalité fut quand on sauta dans mes bras ; je n'étais pas capable de les serrer et je restais les bras ballants en reconnaissant Lyana. J'avais cette sensation d'avoir été coupé du monde pendant un long moment pourtant les personnes quittaient seulement la place du Marché ; peut-être que cela ne faisait qu'une dizaine de minutes que je faisais le tour du pâté du maison pour calmer mes nerfs. J'avalais ma salive difficilement. Non, je n'étais toujours pas certain de ce qu'il venait de se passer et je crois que l'on pourrait me comparer à un zombie à l'heure actuelle.

- Nash… je suis désolé...

Encore une fois, j'avalais ma salive de travers et j'hochais la tête à sa formulation. J'allas l'entendre pendant plusieurs semaines et les mois à venir... Mais aussi les prochaines années quand on me demandera où est mon père. Je n'étais pas prêt et je n'avais toujours pas assimilé car je rejetais encore cette idée que ce soit réellement arrivé mais... ça l'était. Et je n'avais pas été capable de changer les choses, c'est tout ce que j'étais, un incapable.

- Viens on rentre à la maison

Je sentis que Lya' me prit la main avec délicatesse mais je ne la suivais pas. J'étais encore planté sur place comme ancré dans le sol ; je ne savais pas ce que j'attendais. Un changement, une bonne nouvelle, mais rien ne venait. Simplement me rappeler la défaite que je venais de subir et la perte de mon père... Je n'étais qu'un raté.

- Il avait raison... Si j'avais été plus fort, si j'avais eu un autre élément que ce foutu Son, j'aurais pu le sauver.

Je ne suis bon que pour faire le pitre en soirée et pour gérer le son dans les boîtes de nuit ou pendant les grosses fêtes. Hors de ça, je suis un raté... Je ne sais même pas pourquoi je fais encore partie de l'Alliance, je ne sais même pas pourquoi je ne me suis pas rangé du côté des Citoyens depuis longtemps car je ne suis pas un combattant.

- Je ne suis pas digne d'être le descendant d'Eisuke... Je ne suis qu'un raté et je fais honte à notre lignée.

Je ne dis pas que mon oncle avait la neige fait plus peur mais il a sa petite réputation qui le fait craindre et je sais qu'il est plutôt bon dans les armes et les trucs comme ça. Nemeroff est quelqu'un de redoutable et sa nouvelle marque fait peur, il a même réussi à avoir les Ténèbres... La seule chose que mon père aurait voulu que j'ai. Et moi, je ne suis que le bouffon qui est là pour amuser la galerie et faire en sorte que les gens passent un bon moment en boîte de nuit ; quelle réputation !



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyana Sélmine

Lyana SélmineMessages : 396
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: Re: 50 nuances de désespoirs[PV Nash]   Dim 17 Fév - 15:12


“ 50 nuances de désespoirs „

« Feat : Nash »
Alors que je lui attrape la main pour le ramener à la maison, il refuse de me suivre, restant immobile, ça aurait pu me faire du mal dans un autre contexte, mais là je sais ce qu’il ressent, je sais qu’il souffre énormément, je l’ai vécu aussi, je suis passée par là aussi et s’il ne veux pas rentrer alors on ne rentrera pas, mais pas question que je le laisse seul. Nash’ prend la parole pour prononcer cette phrase qui me brise le cœur :

« - Il avait raison... Si j'avais été plus fort, si j'avais eu un autre élément que ce foutu Son, j'aurais pu le sauver. »

L’entendre dire ça… C’est dur, mais je ne suis pas celle qui va le juger, le jour où ils sont morts, j’ai souhaitais être morte à la place de Al’, j’aurai donné n’importe quoi pour qu’on inverse la situation. Je lâche sa main pour me placer devant lui alors qu’il continue son triste discours.

« - Je ne suis pas digne d'être le descendant d'Eisuke... Je ne suis qu'un raté et je fais honte à notre lignée. »

Je pose ma main sur sa joue avec le plus de douceur et le regarde un peu tristement :

« - Ne dis pas ça.. »

Je cherche un peu mes mots, comment lui dire que c’est ainsi ? Que la vie est injuste ? Que la vie est qu’une petite pute qui prends sans donner en retour, s’amusant à détruire ce qu’on a de plus précieux ? Comment lui dire qu’il doit rester fort malgré les épreuves, qu’il doit rester fort quand tout semble perdu ? Pour l’instant, rien de ce que je lui dira ne lui remontera le moral.

« Tu n’aurais rien pu faire… Où si tu avais pu vous auriez tout les deux finis comme ça... »

Je caresse doucement sa joue, je ne sais même pas si ça le réconforte. Je sais que le Nash’ qui est devant mes yeux n’est que l’ombre de lui-même, j’avoue que je me sens un peu désemparé, comment Arias avait fait ? Quelle a été sa recette magique pour me remettre sur pieds ? En fait.. Rien à part de l’amour et du temps, c’est ça, il était juste là pour moi, pour me réconforter quand je lui demandais et c’est le temps qui à fait son effet.

« Mon amour.. Je sais que ça fait mal, pour être honnête, tu vas avoir mal longtemps.. Tu vas t’en vouloir, tu vas te maudire d’être faible, tu vas penser longtemps que c’est ta faute. Mais ça ne l’est pas. Ton père a fait ce qu’il a fait, il avait sûrement ses raisons, mais il a choisit de le faire lui tout seul et tu n’es pas responsable des conséquences de ses actions. Ce n’est pas ta faute, tu n’es pas faible. »

Je ne sais pas si c’était la chose à dire, peut-être que c’était trop tôt pour dire ça ? Je me mords la lèvre légèrement anxieuse et finis par ajouter :

« S’il te plaît.. Rentrons à la maison, laisse moi prendre soin de toi le temps qu’il faudra pour que ça aille mieux. »

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nashoba Dreiden

Nashoba DreidenMessages : 515
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: 50 nuances de désespoirs[PV Nash]   Mar 19 Fév - 14:57

  • Nashoba
  • Lyana
50 nuances de désespoirs
Si j'avais été plus fort ou si j'avais eu un autre élément, je suis sûr que ça ne se serait pas déroulé de cette manière... Qu'est-ce que j'allais pouvoir faire avec ce maudit Son ? A part augmenter ou diminuer de volume ? De toute façon, je n'étais doué que pour ça apparemment. Mes bourrasques de Son ne me servaient à rien ! Elles ne faisaient pas ce que je voulais ni quand je le voulais et à chaque fois, je me sentais vidé de mes forces. Je ne sais même pas comment je faisais encore pour rester debout actuellement... J'entends bien que mes mots ne font pas plaisir à Lyana et que je ne fais qu'aggraver la situation mais je le pense vraiment. Je suis sûr que j'aurais pu changer certaines choses si j'avais été plus fort.

- Tu n’aurais rien pu faire… Où si tu avais pu vous auriez tout les deux finis comme ça...

- Je sais...

Elle avait raison, forcément. Et est-ce que ça aurait été mieux que nous finissions tous les trois pendus ? Je n'en suis pas certains. Je sais que les soldats auraient pu m'arrêter ou me faire subir le même sort, là, ils avaient préféré me maintenir au sol pour que je puisse profiter du spectacle et me relâcher par la suite... Trop aimable. Je m'étais fais engueuler par Nayati qui m'avait traité de pauvre inconscient mais j'avais fui aussitôt sans écouter ses autres remontrances ; nous n'avions pas agi avec réflexions avec Nemeroff mais seulement guidé par nos sentiments. Du moins, moi c'était mon cas... Lui, c'était peut-être pour me soutenir dans mes bêtises et tenter de me couvrir. Dans tous les cas, nous avions échoué.

- Mon amour.. Je sais que ça fait mal, pour être honnête, tu vas avoir mal longtemps.. Tu vas t’en vouloir, tu vas te maudire d’être faible, tu vas penser longtemps que c’est ta faute. Mais ça ne l’est pas. Ton père a fait ce qu’il a fait, il avait sûrement ses raisons, mais il a choisit de le faire lui tout seul et tu n’es pas responsable des conséquences de ses actions. Ce n’est pas ta faute, tu n’es pas faible.

- Je sais que je ne suis pas responsable de ses actions, ce n'est qu'un abruti ! Attaquer le Gouvernement... Quelle idée ! Mais j'aurais pu le sauver. J'aurais du... Imagine une telle situation se reproduit avec ma mère ? Ou Nemeroff ? Ou toi... Je ne serais pas capable non plus de vous sauver et je serais encore là, impuissant.

Je venais tout juste de perdre mon père et je n'étais pas prêt à perdre un autre membre de ma famille ; je ne voulais pas que ça arrive, mais dans une ville comme celle-là, tout pouvait arriver ! Peut-être pas dans les mêmes circonstances, avec les mêmes personnes mais pendant un combat ou un règlement de compte ? Je devais les protéger et cette histoire prouvait tout simplement que je n'en étais pas capable. Lyana insistait une nouvelle pour que nous rentrions à la maison mais je n'étais pas prêt... Qu'est-ce que j'allais faire chez moi à part me morfondre dans mon lit ? Je fis un geste de recul, le regard fixé au sol. Je n'avais pas envie de la vexer mais je n'avais pas non plus envie qu'elle me voit dans cet état.

- J'ai besoin de rester seul un moment Lya... Je vais marcher un peu, en ville, et... Je rentrerais après. Quand j'aurais fais le point un peu sur tout.

Je commençais à marcher, toujours en traînant des pieds, dans n'importe quelle direction, les mains dans les poches et toujours le regard baissé. J'avais l'impression que tout le monde me regardait, que tout le monde me jugeait alors qu'ils n'en avaient sûrement rien à carrer de moi... En fait, je ne le savais pas puisque j'étais occupé à regarder les cailloux qui traînaient par terre. Je me dirigeais finalement vers la forêt ; au moins, j'étais certain de ne trouver personne là-bas et me je me laissais tomber contre un arbre, à casser des petites branches qui me passaient sous la main ; histoire d'occuper ces dernières... Mon esprit par contre était toujours autant tourmenté.

Il n'était qu'un idiot. Quelle idée d'aller attaquer le Gouvernement, seul ou non... Il devait forcément se douter que ça allait mal se terminer cette histoire. Est-ce qu'il avait reçu cet ordre de Caenn ? Je cassais la branche, remonté à bloc en me disant qu'il s'agissait sûrement d'un ordre d'un supérieur et comme mon père était gonflé dans son ego, il avait forcément accepté ! Je me levais, prêt à aller rendre des comptes à Monsieur Drusdan quand je fus finalement abordé par une voix que je connaissais plutôt bien... Mon maître élémentaire, Corazon. C'était bien la dernière personne que j'avais envie de voir, tiens.

- Pas cool c'qu'il s'est passé avec ton paternel, hein Richie ? Je ne sais pas ce qui lui a pris d'attaquer le Gouvernement comme ça en pleine nuit... Pas une idée très brillante en tout cas, j'le pensais plus intelligent ce Dreiden.

- La ferme Corazon...

- Eh ! C'est pas moi qui l'ai tué, moi j'ai juste transmis les informations et...

- C'est vous ? C'est vous qui avez prévenu le Maire que quelqu'un s'était introduit dans le bâtiment ?

- Eh, c'est mon boulot.

- Comment avez-vous pu... C'était mon père !

- Ouais mais il allait faire un truc pas cool !

Fronçant les sourcils, je me retenais de pleurer encore une fois. C'était trop pour cette journée... Je n'en pouvais tout simplement plus. Je me retournais vers Corazon qui gardait son petit air innocent avec ses allures de clown ; pour lui, tout était normal et il n'avait rien fait de mal. Pendant des années, il s'était permis de jouer les espions entre les Elementis et le Gouvernement pour donner des informations à l'un ou à l'autre et aujourd'hui il s'était permis de trahir mon père sans le moindre remords ? Dire que je l'ai couvert toutes ces années car il était celui qui m'apprenait beaucoup avec mon élément. Je n'aurais jamais dû lui faire confiance et j'aurais dû en parler à mes supérieurs depuis longtemps... Tout ceci ne serait sûrement jamais arrivé.

- Je ne veux plus vous voir Corazon !

- Ah ouais ? Et qui t'entraînerait pour ton élément hein ?

- Un autre Elementis de Son mais je ne veux plus vous voir. Allez vous trouver un autre pigeon à entraîner et foutez-moi la paix.


M'éloignant d'un pas rapide sans même laisser l'occasion à Corazon de s'expliquer, je passe carrément dans un état où j'ai envie de tout casser et de m'énerver encore plus avec une désagréable impression d'avoir été pris pour un pigeon. Je ne saurais dire en combien de temps je suis rentré à la maison mais très rapide vu à la vitesse à laquelle je marchais ; je tournais la clé dans la serrure et claquais la porte d'entrée sans la moindre délicatesse, faisant presque trembler toute la maison. Je jetais presque les clés dans le panier près de l'entrée et commençais à tourner en rond dans mon salon, j'étais comme un lion en cage et j'avais l'impression qu'au moindre mot, à la moindre phrase, j'allais exploser.

Ce qu'il se passait d'ailleurs quand on me demandait ce qui n'allait pas, même pas besoin de répondre que les vitres de l'entrée explosèrent. Comment dire que tout allait bien maintenant ? De toute façon, je devais passer à l'agence pour pour des problèmes de plomberie donc je leur dirais en même temps que y'a eu un soucis avec les carreaux. Une tempête qui est passée ou tous les ballons de foot qui sont passés à travers les vitres et puis basta.

- Désolé. Je vais nettoyer.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyana Sélmine

Lyana SélmineMessages : 396
Date d'inscription : 14/07/2014


MessageSujet: Re: 50 nuances de désespoirs[PV Nash]   Mar 19 Fév - 16:44


“ 50 nuances de désespoirs „

« Feat : Nash »
- Je sais que je ne suis pas responsable de ses actions, ce n'est qu'un abruti ! Attaquer le Gouvernement... Quelle idée ! Mais j'aurais pu le sauver. J'aurais du... Imagine une telle situation se reproduit avec ma mère ? Ou Nemeroff ? Ou toi... Je ne serais pas capable non plus de vous sauver et je serais encore là, impuissant.

Nash… Mon pauvre amour… Je ne sais pas quoi dire pour le réconforter, je voulais qu’il rentre avec moi, je voulais pouvoir veiller sur lui, le protéger de ses démons, mais lui préférait rester seul, je laisse ma main tomber le long de mon corps, je hoche la tête pour lui dire que c’était d’accord, mais je rajoutais que je voulais qu’il rentre pas trop tard, j’étais inquiète pour lui, j’avais peur qu’il lui arrive quelque chose, car dans son état il est lui même son ennemi. Je le regarde partir seul, le cœur un peu serrer. Allez, je vais rentrer lui préparer de quoi manger des petits gâteaux ou autres qui glisse tout seul, tiens il adore le fraisier ! Dans la serre j’ai des fraises que je fais pousser moi-même avec un petit coup de pouce de mon pouvoir je devrais en avoir.

Je rentre à la maison du coup et vais à la serre pour m’occuper de l’ingrédient principale, effectivement avec un petit coup de pouce de mon pouvoir, on récupère quelque fraise. Je vais dans la cuisine et sors le livre de recette pour commencer la cuisine. Je suis la recette et suis interrompu au milieu quand on sonna à la porte. Je m’essuyas les mains et alla ouvrir la porte :

«  Oh, Nayati, Onyx, entrez, vous êtes là pour Nash je suppose.. Il n’est pas là il est sortie prendre l’air mais vous pouvez l’attendre ici, vous voulez quelques choses à boire ? »

Je me décale pour les laisser entrer et pousse la porte refermant derrière alors que Nayati et Onyx me répondent :

« Ce qu't'as t'inquiète. »
« Pareil... Tu sais où il est ? »

Je secoue la tête :

« malheureusement non.. Je l’ai croisé mais il ne voulais pas rentrer il voulait être seul et.. je peux le comprendre, je lui ai dis de pas trop traîner dehors »

Même si extérieurement je peux paraître calme, ce n’est qu’une façade, il faut éviter de paniquer, s’énerver où autre. On doit rester souder pour Nash, on doit tous être là pour lui, du coup je suis heureuse de les voir là. Je vais dans la cuisine et pose deux verres sur la table basse ainsi qu’une bouteille de soda et une de jus de fruit avant de retourner à ma pâtisserie.

« Je préparais un fraisier en attendant qu’il arrive.. Il adore ça d’habitude et les gars, s’il ne veux pas parler il faut le laisser, il faut juste être là, que ce soit pour parler où pour se taire, d’accord ? Enfin, je fais un peu copine poule en disant ça, mais disons que je comprends ce qu’il ressent »

Je suis un peu gênée, ça se trouve ils le savent déjà tout ça, mais j’ai envie de protéger Nash comme je peux. Je veux l’aider et ce quoi qu’il m’en coûte, d’ailleurs.. En parlant de ça.. Mon boulot. Faudra que je prévienne Laelyss que je vais prendre quelques jours de repos.

« Ouais t'inquiète. On veut juste aider et savoir comment il va. »
« Quand même, on n'est pas des gros lourdeaux ! Tu nous connais »

« désolé.. Je voulais pas dire ça, je sais que vous êtes pas des lourdeaux, c’est juste plus fort que moi de vouloir le protéger »

Je finis le gâteau et me fais un thé pour ma part :

« Vous voulez une.. »

Oh le bruit de la clé dans la porte, Nash rentra un peu comme une furie jetant les clés dans le panier et faisant les cents pas dans la pièce sous les yeux d’Onyx et de Nayati. Il avait l’air.. En colère, ce qui me surprenait car en général on ne passe pas aussi rapidement à la phase de la colère. Enfin dans mon cas je m’en suis voulu, j’ai été triste me rabattant la faute dessus, puis y’a eu la phase de la colère où j’étais en colère contre ceux qui ont fais ça. J’hésite.. puis je finis par demander :

« Nash.. ça va ? »

Ni une ni deux les vitres de l’entrée explose et je sursaute faisant tomber la tasse que j’avais dans les mains, heureusement l’eau bouillante n’était pas encore dedans. Je regarde Nash un peu abasourdie de l’explosion des vitres. Il est dans une colère tel qui ne maîtrise pas son élément ?

- Désolé. Je vais nettoyer.

Je secoue la tête :

« Non, ne t’inquiète pas, je vais le faire, va t’asseoir, tes amis sont là »

Je lui fais remarquer au cas où qu’il ne les avait pas vu perdu dans ses pensées. Je prends le gâteau et sors quatre petites assiettes que je pose sur la table basse et je vais prendre dans un placard le balai et le ramasse poussière, m’occupant d’abord des vitres, je les laisse entre eux parler, enfin si Nash à envie de parler, où de manger, où de rien en fait, ça se trouve il veux juste se blottir dans son lit et tout oublier. Je nettoie la tasse aussi et met tout le verre dans la poubelle et je me dirige vers le groupe de garçon, je m’assoie à côté de Nash et pose ma tête sur son épaule :

« Tu sais... »

Je cherche un peu mes mots pour le rassurer par rapport à tout à l’heure :

« Je serais toujours là pour toi… Que ce soir pour parler, pour te taire, pour pleurer, je ne te lâcherais jamais… Je t’en fais la promesse »

Je relève ma tête et passe mes bras pour le serrer contre moi :

« Tu veux du gâteau ? Où tu n’as pas faim ? »

Je tourne mon regard vers les deux :

« Vous en voulez ? »

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E



#cc6633 ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nashoba Dreiden

Nashoba DreidenMessages : 515
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: 50 nuances de désespoirs[PV Nash]   Jeu 21 Fév - 11:11

  • Nashoba
  • Lyana
50 nuances de désespoirs
Ce n'est pas super utile de péter une vitre mais c'est plutôt ce genre de choses que j'aurais préféré faire tout à l'heure et pas rester focalisé comme un idiot sur l'exécution. Je m'excuse aussitôt et préviens Lyana que je vais nettoyer, ce serait bien la moindre des choses après ce qu'il vient d'arriver mais elle me répond qu'elle préfère le faire et que je ferais mieux de m'occuper de mes amis... Mes amis ? Je tourne la tête vers la cuisine et remarque Nayati et Onyx en train de s'empiffrer. Le premier d'ailleurs ose me faire un bref signe de la main pour me saluer auquel je réponds tout simplement d'un signe de tête...

- Et euh... Ça t'arrive de souvent péter des vitres comme ça ? Par la pensée ?

Je m'assois juste en face de Nayati qui se reçoit un coup de coude de la part de Onyx, pas très discret mais qui se voulait sûrement protecteur face à l'humour de mon ami un peu lourdingue pour le coup. J'avoue qu'avec le recule, c'est bien la première fois que je casse des vitres avec mon pouvoir... Je n'ai jamais été dans un état pareil au point de m'énerver et casser des objets en verre avec mon pouvoir. J'aurais dû faire plus attention mais il était incontrôlable et j'étais incontrôlable... Onyx me tend son verre histoire que je puisse prendre une gorgée et me changer les idées ; je n'étais pas en colère contre elle ni contre eux alors ils ne méritaient pas ma mauvaise humeur.

- Tu sais...

J'avais l'impression que tout le monde retenait sa respiration, à part Nayati qui se permettait n'importe quel commentaire, mais les deux autres personnes essayaient de faire attention à ne pas me vexer. La colère était retombée, je n'allais plus exploser ; je ne sentais plus mon pouvoir monter comme tout à l'heure. Certes, j'étais encore énervé mais bien trop épuisé pour utiliser mon élément... Peut-être qu'il risquerait encore de partir sans que je ne m'en rende compte ? Mais je me sentais différent. Plus fatigué, plus exténué mais toujours sur les nerfs.

- Je serais toujours là pour toi… Que ce soir pour parler, pour te taire, pour pleurer, je ne te lâcherais jamais… Je t’en fais la promesse.


- J'suis pas très doué quand il s'agit de réconforter des gens qui pleurent mais...

Nouveau coup de coude de la part d'Onyx.

- Ouais t'inquiète, on s'sera toujours là pour toi.

Lyana nous propose du gâteau et je serais tenté de répondre que je n'ai pas faim mais ce ne serait pas poli, je sais qu'elle a fait spécialement du gâteau à la fraises pour moi donc j'accepte une petite part. Evidemment, mes gloutons d'amis en veulent une plus grosse ; je n'ai toujours pas envie de parler et je mange ma part de gâteau lentement et dans le silence... Il est très bon, ce n'est pas ça le problème mais j'ai la gorge serrée et l'estomac noué, ce n'était pas très facile pour moi de manger. Mais j'avais besoin de manger, je crois que je n'avais pas pris de petit-déjeuner et j'étais fatigué ; je manquais de sommeil, j'avais utilisé mon élément... Bref. Un peu de sucre ne me ferait clairement pas de mal.

- Nash... J'sais ce que tu ressens. J'ai perdu ma mère très jeune et elle me manque beaucoup ; ce n'était pas dans les mêmes conditions que toi... Mais je sais ce que ça fait de perdre un parent. J'suis p't'être pas le plus fin dans mes paroles mais je serais là si tu veux parler.


- On sait que tu vas avoir besoin de temps mais ne t'en veut pas de ce qu'il vient d'arriver. Il n'y a que des pourris dans le Gouvernement et si tu étais intervenu, ta mère aurait perdu son mari et ses deux fils... Ton père était assez grand pour faire ses propres choix.

- Ouais. Sûrement.

Je le savais bien tout ça... Je le savais qu'il connaissait les risques en attaquant le Gouvernement. Mais il ne savait pas qu'il y avait un Elementis de Son qui les écoutait et qui allait les balancer sans le moindre remords au Maire ; c'est ça qui l'a condamné. J'avais les yeux rivé dans mon assiette et je n'arrivais pas encore à dire ce que j'avais sur le cœur, ce que j'avais découvert... C'était encore trop tôt, trop nouveau pour moi. Je m'en voulais encore et je n'osais pas l'exprimer à vaux haute de peur que mes amis et Lyana me jugent ; je sais pourtant au fond de moi qu'ils ne feront pas... Mais je redoute quand même que cela n'arrive.

- Je vais monter me coucher je pense... Au final, je n'ai pas eu beaucoup de sommeil. Je passerai à l'agence demain Lyana pour prévenir des vitres brisées...

Je n'irais pas travailler ce soir et je pense que c'est la même chose pour Nemeroff de toute façon, il doit être trop perturbé pour ouvrir la boîte de nuit ce soir. Je verrais demain ce que nous ferons. Je monte me coucher mais c'est plutôt dur de trouver le sommeil ; je tourne dans tous les sens, je réfléchis, je pleure et ce n'est qu'au bout de plusieurs heures que j'arrive enfin à trouver le sommeil.

- Le 17 février -

Quelle poisse. J'ai passé une bonne partie de la nuit aux urgences, mon t-shirt est tâché de sang et découpé sur une bonne partie, mon porte-feuille a été volé et j'ai oublié une bonne partie de la nuit. Je me rappelle avoir dis à Lyana que j'allais travaillé ce soir et j'étais partie pour y aller mais en me rendant vers mon lieu de travail, je me suis senti totalement impuissant alors j'ai fais demi-tour... Et j'ai puis, j'ai fais la tournée des bars, j'ai beaucoup bu, marché et apparemment je me suis battu. Tout ça pour finir avec un ventre ouvert et des papiers en moins ; bref, j'aurais mieux fais d'aller travailler pour le coup.

Je suis passé à la boulangerie dans mon sale état pour aller chercher des croissants pour avoir de quoi petit-déjeuner mais aussi pour Lyana quand elle se réveillera. Bon, forcément, j'ai le droit à quelques regards étranges au vu de mon état mais j'évite simplement de les regarder et j'avance beaucoup plus vite. Je laisse échapper un soupire de soulagement lorsque j'arrive devant la maison, ça fait quand même du bien d'être enfin rentré... Je tourne la clé dans la serrure, en essayant d'être le plus discret possible en entre dans la maison mais c'est plutôt mort pour la discrétion. Je vois que Lyana est en train de faire les 100 pas dans le salon et je me demande depuis combien de temps elle attend là... Oh, je vais me faire engueuler.

- Euh... Salut. J'ai apporté des croissants. Tentais-je pour détendre l'atmosphère.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: 50 nuances de désespoirs[PV Nash]   

Revenir en haut Aller en bas
 
50 nuances de désespoirs[PV Nash]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ La Ville :: Quartiers Ouest :: Maison de Mlle Sélmine et Mr Dreiden-