Des prédéfinis n'attendent que vous pour être pris !
Le forum dispose de Discord !
Vous pouvez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes à la recherche d'un codeur qui serait membre du Staff.
Si le poste vous intéresse, merci de contacter Kira.

Partagez
 

 Vernissage (ft. Abbygaëlle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Vilmos Desgoffe und Taxis

Vilmos Desgoffe und TaxisMessages : 279
Date d'inscription : 25/12/2018


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptyLun 20 Mai - 17:34

  • Abbygaëlle
  • Vilmos
Vernissage
T’es au courant que c’est juste un carré blanc sur un fond blanc, pas vrai?

Tais-toi, Vilmos. Ce n’est pas que ça.

Tu m’expliques alors?

C’est la réflexion qu’il y a derrière qui compte. La technique aussi.


Il n’est même pas symétrique, son foutu carré. Même ma fille de huit ans est plus douée que ça.

Essaies de vendre les oeuvres de ta fille dans ce cas.

Vilmos leva les yeux au ciel.

Très drôle.

Si Thalia devenait une artiste un jour, il en serait le premier étonné. Il misait plutôt sur Ewan, si jamais cela devait arriver.

S’excusant auprès de son amie Marylin, Vilmos rejoignit la table où était servi un buffet. Il commençait presque à regretter d’être venu à cette soirée. Ce vernissage, comme on appelait ça dans le milieu artistique. Un ami de Marylin, encore plus éclaté qu’elle, venait de terminer sa collection d’oeuvre on-ne-peut-plus bizarres. Enfin, bizarres, selon son point de vue. Déjà qu’il n’était pas fan des Beaux-Arts en général, Vilmos avait encore moins d’intérêt pour le genre… abstrait, faut de trouver le mot juste sur les toiles et les sculptures qui étaient présentées.

Il était surtout venu pour les gens. Le genre de personnes qui se rendent à un vernissage de leur plein gré étaient, pour la plupart, le gratin de la ville. Déjà, il faut pouvoir se les payer, ces toiles. Des candidats pour faire des bonnes affaires, autrement dit. D’ailleurs, Vilmos délaissa son amie absorbée par les oeuvres pour se mêler à la foule, passant de groupe en groupe, discutant de choses et d’autres avec attention, jusqu’à ce qu’une femme aux cheveux gris n’entre dans son champ de vision.

Ça faisait deux ans et elle n’avait pas changé d’une miette. Son influence avait grandie sur la ville cependant : nouvelle boss, nouvelle mafia… Mafia qui avait englouti une bonne majorité de son ancien territoire.

… Il ne pouvait pas lui reprocher de ne pas avoir d’ambitions. Autant Vilmos avait plusieurs bonnes raisons de ne pas beaucoup apprécier Abbygaëlle, s’il y avait une personne digne d’intérêt dans cette salle, c’était bien elle.

S’emparant d’un canapé au caviar, Vilmos avança en direction d’Abbygaëlle. Affichant un sourire de circonstance, il s’adressa à elle d’un ton presque chaleureux.

Eh bien, je m’attendais à voir des oeuvres en venant ici, mais pas des chefs-d’oeuvre, dit-il, avec une flatterie parfaitement feinte, en tendant son verre vers elle pour la saluer. Je suis sincère, vraiment. Quoique le carré blanc avait un peu plus de caractère. Comment vas-tu Abbygaëlle? Ça fait des années.

coucou


#3399cc
Revenir en haut Aller en bas
Abbygaëlle L. Midford

Abbygaëlle L. MidfordMessages : 282
Date d'inscription : 28/11/2016


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptyJeu 23 Mai - 11:21

Vernissage

ft. Vilmos Desgoffe und Taxis
"L’art ne transforme pas. Il formule."

Il n'était pas étonnant de te retrouver dans ce genre d'endroit. Tu appréciais énormément l'art et supportais les nouveaux artistes ; il y avait de perles rares certaines fois ! Et puis, il fallait se l'avouer... D'autres étaient complètement à jeter. Pour ce vernissage, tu avais investit un peu d'argent ; de quoi permettre d'ouvrir une galerie... Tu l'espérais, tu n'étais pas la seule donateur donc l'artiste pourrait également se permettre d'exposer un peu plus d’œuvres. Tu étais ici pour admirer le résultat. Tenue chic, tu étais venue seule aujourd'hui puisque Léo était également occupé avec son travail et puis, tu n'étais pas certaine que l'art moderne lui plairait.

Tu entres dans le Musée. Il y avait eu un peu de publicités pour l'artiste ; bon, il n'avait pas fait la Une des journaux, mais il avait eu le droit à quelques lignes dans le journal. Quelques tracts qu'il s'était permis de distribuer aux personnes qu'il rencontrait dans la rue et bien évidemment, un panneau à l'entrée pour expliquer que quelqu'un exposait ses toiles. Tu suivais les indications pour te rendre directement vers la salle en question et commençais à regarder les tableaux... Du blanc sur du blanc. Bon. Pour un premier tableau, tu étais quelque peu déçue ; tu savais qu'il y avait un travail derrière, notamment au niveau des émotions mais ce n'était pas de l'art qui te parlait ! Tu espérais que les œuvres suivantes aient plus de caractère.

Tu continuais de te balader. Alternant entre déception et surprise. Ce n'était pas le meilleur vernissage auquel tu avais assisté ni que tu avais financé mais tu avais assisté a bien pire et bien plus dérangeant. Tu n'avais pas terminé l'exposition car tu prenais également le temps de discuter avec quelques personnes... Mais tu décidais de faire une pause pour aller vers le buffet. La cuisine serait certainement un meilleur chef d'oeuvre que les peintures présentes ! Et puis, tu commençais à avoir faim. Tu t'empares d'une des coupes de champagne ainsi qu'un toast lorsque tu es soudainement abordée par une personne que tu aurais aimé ne pas croiser.

- Eh bien, je m’attendais à voir des oeuvres en venant ici, mais pas des chefs-d’oeuvre.

- Vilmos. Réponds-tu sur un ton froid.

Il avait sûrement quelque chose à te demander. Il a toujours quelque chose à demander lorsqu'il utilise la flatterie... Tu avais déjà envie de t'échapper bien loin de cette conversation ! Grand dieu, que faisait-il ici ?

- Je suis sincère, vraiment. Quoique le carré blanc avait un peu plus de caractère. Comment vas-tu Abbygaëlle ? Ça fait des années.

- Moi ça va. Ça va même très bien. Professionnellement parlant comme dans ma vie privée, je ne peux me plaindre de rien. Mais je ne crois pas que cela soit ton cas ? Le célibat a l'air de te réussir, pour le moment.


Oh oui, tu étais au courant que son mariage avait volé en éclat. Il avait peut-être perdu son casino et sa mafia mais sa réputation était encore un peu là... Et ça avait été vu qu'il n'était plus accompagné de sa femme durant les grandes soirées. Et puis, tu avais certaines sources également. C'était pourtant un si beau mariage... Mais tu n'allais pas le plaindre non plus. Tout allait pour le mieux dans ta vie ; alors il pouvait te comparer autant qu'il voulait au carré blanc, rien ne pourrait t'atteindre. Car tout allait bien dans ta vie en ce moment.

- Et toi, alors ? Comment vont les affaires ?



Vernissage (ft. Abbygaëlle) Yt3o
Vernissage (ft. Abbygaëlle) Zd59
Je vous méprise en siennasilver
Revenir en haut Aller en bas
Vilmos Desgoffe und Taxis

Vilmos Desgoffe und TaxisMessages : 279
Date d'inscription : 25/12/2018


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptySam 25 Mai - 20:52

  • Abbygaëlle
  • Vilmos
Vernissage
Le célibat avait l’air de lui réussir? Sérieusement? Au moins, elle n’avait pas fait de vannes sur son divorce. Ça aussi, s’aurait été trop facile. Son putain de journal à la con n’avait pas écrit un article là-dessus d’ailleurs? En fait, Vilmos avait tellement reçu de remarques à propos de son divorce et de sa séparation, que le commentaire d’Abbygaëlle lui fit presque plaisir. Presque.

Merci. L’avantage c’est que je n’ai plus à me soucier de me faire enlever soudainement ma femme.

Abbygaëlle saurait certainement à quoi il faisait référence. Pas besoin d’en ajouter davantage. Lorsqu’elle lui demanda comment allait les affaires, Vilmos eu un petit sourire jaune.

Mes comptes se portent bien, c’est gentil de te préoccuper de ma situation financière, compte tenu que c’est toi qui a repris la plupart de mes affaires. Je salue ton ambition ma chère... Tu dois être follement occupée d’ailleurs? En fait, j’avoue que je ne m’attendais pas à te voir dans ce genre d’endroit.

Et elle, ne s’entendait probablement pas à le voir ici non plus. Ils devaient être venu sensiblement pour les mêmes raisons : se montrer, étaler son influence. Ils avaient un nom, et du cash, mais Vilmos avait perdu son empire, en même temps que son casino, et Abbygaëlle avait repris la plupart de ses anciens quartiers.

Enfin, si tu es ici, c’est que tes affaires doivent bien se porter. Excuse-moi, mais il ne faut vraiment pas savoir quoi faire de son fric pour acheter l’une de ses toiles. Ce n’est pas que c’est moche, mais…

Vilmos laissa sa phrase en suspend pour regarder la toile accrochée sur le mur à leur droite, qui illustrait un type en costard cravate avec une pomme à la place de la tête. Là non plus, Vilmos ne su pas exactement quel était le but de l’oeuvre.

Comment ce truc a pu être financé, sérieusement...


coucou


#3399cc
Revenir en haut Aller en bas
Abbygaëlle L. Midford

Abbygaëlle L. MidfordMessages : 282
Date d'inscription : 28/11/2016


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptyLun 27 Mai - 14:02

Vernissage

ft. Vilmos Desgoffe und Taxis
"L’art ne transforme pas. Il formule."

- Merci. L’avantage c’est que je n’ai plus à me soucier de me faire enlever soudainement ma femme.

- C'est une bonne nouvelle. La mère de tes enfants peut disparaître, ça semble ne te faire ni chaud ni froid.

Tu n'étais pas tout le temps derrière les décisions de Salazar... Voire jamais ! Tu n'étais même pas présente lorsqu'il avait eu l'idée, un peu étrange, d'enlever la dulcinée de Vilmos... Tu étais encore dans ton asile à ce moment-là. Evidemment, tu avais entendu parler de cette histoire. Madame Desgoffe und Taxis qui se faisait enlever, ça n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde ! Et c'était bien une des premières choses que tu avais entendu en arrivant dans la mafia. M'enfin, ce n'était pas pour autant qu'il était monté dans ton estime ; il s'était simplement attiré les foudres d'ennemis plus puissants mais par chance, ce n'était pas eux qui avaient mis fin à ses jours. Toi non plus... Pas directement. Mais tu avais été aux premières loges.

- Et toi, alors ? Comment vont les affaires ?

- Mes comptes se portent bien, c’est gentil de te préoccuper de ma situation financière, compte tenu que c’est toi qui a repris la plupart de mes affaires. Je salue ton ambition ma chère... Tu dois être follement occupée d’ailleurs ? En fait, j’avoue que je ne m’attendais pas à te voir dans ce genre d’endroit.

Tu te contentais d'hausser les épaules. Ce n'était pas étonnant que tu sois présente dans ce genre d'endroit ; tu aimais l'art. Lui par contre, arrivait-il à comprendre ne serait-ce la moindre idée de l'artiste ? Pour lui, ça ne devait être que des traits de couleurs qui devaient ressembler un minimum à quelque chose. Et puis, il n'y avait pas que l'art qui comptait ! C'était important d'être présent lors d'événement particulier ; qu'on n'oublie pas que tu étais présente, que tu existais. Il fallait toujours faire de petites piqûres de rappel !

- Enfin, si tu es ici, c’est que tes affaires doivent bien se porter. Excuse-moi, mais il ne faut vraiment pas savoir quoi faire de son fric pour acheter l’une de ses toiles. Ce n’est pas que c’est moche, mais…

- Ça l'est.

En même temps, le tableau qu'il était en train de regarder n'était pas la plus grande réussite de l'artiste ! Certes, il y avait tout un travail derrière, une réflexion mais ça restait quand même moche. Tu savais dans quoi tu investissais et tu t'attendais à ce genre de résultats de toute façon.

- Comment ce truc a pu être financé, sérieusement...

- Saches qu'il n'y a pas que le beau qu'il faut mettre en avant. Les moches sauront te remercier un jour du gracieux chèque glissé dans leur poche.

Marquer les esprits, c'était ça le plus important. Mais tu ne lui apprenais sûrement rien ! Il n'était cependant pas question de financer tout et n'importe quoi ou de donner de l'argent au premier clochard qui faisait la manche... Il fallait quand même donner à des œuvres qui vaillent la peine, qui avaient du potentiel. Même si cet art n'avait rien de beau pour les personnes qui aimaient le classique, le moderne était à la mode... Et certaines personnes seraient prête à payer le prix gros pour acheter ces toiles à tête de pomme.

- Et du coup, est-ce que je suis censée m'inquiéter pour l'avenir maintenant que tu as repris ton casino ? Ou prendre la raclée de ta vie, sur tous les plans, ne te donne pas envie de recommencer ?



Vernissage (ft. Abbygaëlle) Yt3o
Vernissage (ft. Abbygaëlle) Zd59
Je vous méprise en siennasilver
Revenir en haut Aller en bas
Vilmos Desgoffe und Taxis

Vilmos Desgoffe und TaxisMessages : 279
Date d'inscription : 25/12/2018


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptyMar 28 Mai - 17:04

  • Abbygaëlle
  • Vilmos
Vernissage
Les beaux, les moches… Faut croire que la beauté est dans les yeux de celui qui la voit, si des gens étaient prêts à dépenser une petite fortune pour accrocher ces toiles dans leur salon. Il compléta la phrase d’Abbygaëlle en ajoutant simplement :

Je préfère l’enveloppe de billets au chèque. Plus prudent à mon humble avis, quand on doit donner des pots de vins.

Il n’avait pas de leçons à recevoir d’Abbygaëlle à propos des affaires. Peut-être n’était-il pas en aussi bonne position qu’elle en ce moment, certes, mais ses années à gérer le Trésor des Domae n’étaient pas si loin derrière lui. Pour le moment, Vilmos se contentait d’agir avec prudence. Abbygaëlle était maline et il ferait une erreur en la sous-estimant, il pouvait au moins être certain de cela.

Lorsqu’elle lui demanda ce qu’il comptait faire maintenant que son casino était de nouveau sur pied et que l’argent n’était plus un problème, Vilmos sourit, presque flatté qu’elle le lui demande.

Si tu devrais t’inquiéter? Je suis étonné que tu ne le sois pas déjà, dit-il en prenant une gorgée de champagne, avant de continuer. Je rigoles. Évidemment que tu ne l’es pas. D’ailleurs, ta paix d’esprit m’est si importante que je préfères ne pas te répondre du tout. Mes intentions sont impénétrables, tout comme les intentions de cet artiste.

D’un signe du menton, Vilmos désigna une nouvelle toile, complètement explosée de couleurs, de jets de peinture et de traits de crayon qui partait dans tous les sens. Décidément, l’artiste du jour s’essayait dans tous les styles possibles et imaginable. Tout en observant la toile d’un oeil un peu plus attentif, Vilmos continua.

Ça ne t’empêche pas d’essayer de deviner. Par exemple, si je regarde cette toile, ma première idée est que ton artiste du moche a dû sniffer quelque chose de très fort en peignant ce truc. Mais s’il avait vraiment une intention derrière la tête, alors quoi? Personnellement, ça m’évoque un accident de train… La violence de la vie peut-être. Et toi?

Cette toile, comme toutes les autres jusqu’à maintenant, n’étaient pas plus belle ni plus claire à ses yeux. Cependant, Vilmos trouvait ça intriguant. Le plus bizarre dans tout cela, c’était qu’il n’aurait jamais pensé discuter pinceaux avec la nouvelle boss de la mafia. Il avait beau se méfier toujours d’elle, elle était peut-être aussi pragmatique que lui.

coucou


#3399cc
Revenir en haut Aller en bas
Abbygaëlle L. Midford

Abbygaëlle L. MidfordMessages : 282
Date d'inscription : 28/11/2016


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptyMer 29 Mai - 11:58

Vernissage

ft. Vilmos Desgoffe und Taxis
"L’art ne transforme pas. Il formule."

- Je préfère l’enveloppe de billets au chèque. Plus prudent à mon humble avis, quand on doit donner des pots de vins.

- Ça, c'est parce que tu es un amateur.

Oui, tu devais le reconnaître... C'était sûrement plus simple de brouiller les pistes avec une enveloppe de billets mais rien ne dit qu'il était question de pots de vins pour ces œuvres d'art. Tu cherches simplement à aider financièrement un artiste à se faire connaître... Les chèques sont plus faciles à encaisser et tu n'as pas à te cacher pour le faire. Au contraire ! Qu'il le crie sur tous les toits que Abbygaëlle Midford a financé son exposé sans rien demander en retour. C'est bien pour cela que tu avais fait ça... Pour la réputation. Et quand il s'agit d'avoir bonne réputation, il faut que le monde entier le sache.

Tu préfères changer de sujet et repartir sur les affaires. Tu avais entendu parler de l'ouverture de son casino ; tu avais été obligée d'en faire un article... Tu y avais fais même un petit tour pour la forme. Est-ce que cela voulait dire qu'il allait concrétiser ses projets ? Il fallait quand même dire que tu lui avais tout piqué et tu ne savais pas si il en avait suffisamment dans le pantalon pour se relever de ses échecs cuisants. Tu t'étonnes d'ailleurs qu'il soit encore en vie. Après avoir travail et famille, tu l'imaginais au fond de sa cave en train de vider ses bouteilles de vins en insultant le monde entier de ses malheurs.

- Si tu devrais t’inquiéter ? Je suis étonné que tu ne le sois pas déjà. Je rigoles. Évidemment que tu ne l’es pas. D’ailleurs, ta paix d’esprit m’est si importante que je préfères ne pas te répondre du tout. Mes intentions sont impénétrables, tout comme les intentions de cet artiste.

- Woaw. Je te félicite d'avoir encore des intentions après tout ce que tu as vécu. Non vraiment. Mais un conseil d'amis... Ne vise pas trop haut, à ton âge, les chutes peuvent être fatales.

Tu étais sûrement mal placée pour parler d'âge bien qu'à part sur ta carte d'identité, personne n'était au courant pour tes 38 printemps. Mais contrairement à Vilmos, tu avais un moral en béton armé. Oh certes, tu avais eu une mauvaise période... Dans cet hôpital psychiatrique. Mais qui à part le Ténébreux était au courant de ça ? Et tu savais que le nouveau Maire était un homme de parole ; il ne parlerait pas de ce sombre passé... Tu n'étais peut-être qu'un vulgaire membre de l'Ordre mais tu savais causer des problèmes quand il le fallait.

Tu te tournais vers la toile en question. Les couleurs étaient explosées dans tous les sens sur cette pauvre toile blanche et les coups de crayon ne semblaient pas avoir de sens... Qu'est-ce qu'il pouvait bien dire à travers cette oeuvre ? Le chaos ? L'amour ? La passion. Il pouvait y avoir tellement d'analyse que ça en donnait mal au crâne. Pour le moment, tu le casais encore dans la catégorie "art moche"... Tu ferais un tour en classique du XVIII en France. Ils faisaient de jolies choses dans ce pays à cette époque.

- Ça ne t’empêche pas d’essayer de deviner. Par exemple, si je regarde cette toile, ma première idée est que ton artiste du moche a dû sniffer quelque chose de très fort en peignant ce truc. Mais s’il avait vraiment une intention derrière la tête, alors quoi ? Personnellement, ça m’évoque un accident de train… La violence de la vie peut-être. Et toi ?

- Mmh. Qu'il essaye de rendre aveugle les personnes qui posent les yeux sur cette toile.

Passer du noir au pastel pour ensuite revenir à une sorte de rose fluo, ça agressait réellement la rétine. Et ce rouge, en plein milieu qui ne semblait vouloir rien dire... C'était du grand n'importe quoi. Une dame passait à côté de vous, regardant quelques instants la toile ; hochant la tête comme si elle était d'accord avec les intentions de l'artiste. Ce dernier avait au moins une admiratrice et qui comprenait son univers ! Ce n'était pas du tout cuit cette histoire. La dame s'en alla, vous laissant de nouveau seuls face à cette toile.

- Je pense que chacun y voit chaussure à son pied. Mais dis-moi, pourquoi es-tu dans une exposition d'art moderne si ce n'est pas ta tasse de thé ? Je suis sûre que tu avais meilleur à faire ?



Vernissage (ft. Abbygaëlle) Yt3o
Vernissage (ft. Abbygaëlle) Zd59
Je vous méprise en siennasilver
Revenir en haut Aller en bas
Vilmos Desgoffe und Taxis

Vilmos Desgoffe und TaxisMessages : 279
Date d'inscription : 25/12/2018


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptySam 1 Juin - 19:49

  • Abbygaëlle
  • Vilmos
Vernissage
Mmh. Qu'il essaye de rendre aveugle les personnes qui posent les yeux sur cette toile.

Tu aurais fait une excellente critique d’art, Abby. Tu as raté ta profession.

Que cette peinture soit la dernière chose que quelqu’un puisse voir était une idée bien triste, songea-t-il. Pourtant, une dame qui passa près d’eux sembla comprendre parfaitement les intentions de l'artiste. Pff. Ouais c’est ça. Comme si elle arrivait à déchiffrer quelque chose dans ce gribouillis de peinture! Quelle bande de snobs.

Je pense que chacun y voit chaussure à son pied. Mais dis-moi, pourquoi es-tu dans une exposition d'art moderne si ce n'est pas ta tasse de thé ? Je suis sûre que tu avais meilleur à faire ?

Vilmos haussa les épaules de façon innocente. Cette fois, il n’éluda pas la question, et lui répondit franchement.

Ce n’était pas vraiment les toiles, ou l’artiste, qui m’a attiré ici. J’espère que tu n’es pas déçue. C’est plutôt la foule qui m’intéresse. Ce qu’elle dit plutôt. Avant de tomber sur toi, j’ai discuté et écouté les conversations de notre joli gratin de bourgeois. Certains parlaient des oeuvres, mais ce qui est sur toutes les lèvres en ce moment, c’est ce qui se passe au gouvernement, dit-il en baissant la voix, juste assez pour qu’Abbygaëlle ne l’entende.

Il était facile de comprendre à quoi Vilmos faisait allusion. L’élection du maire était récente - si on pouvait appeler ça une élection - mais la surprise était retombée. Le propriétaire du Grand Quederla Palace était curieux de savoir si les hautes sphères de la société quederlienne étaient pensait comme lui. C’est-à-dire, que le Ténébreux à la tête du gouvernement ne pouvait pas être une bonne nouvelle. Vilmos avait la mémoire longue et le pardon avare.

Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’à plusieurs reprises durant la soirée, il entendit des paroles d’appuies et de confiance dirigées vers le nouveau maire. Plusieurs saluait les réformes et le pardon envers les prisonniers détenus pour leur appartenance à une famille. Si Vilmos aurait parié qu’il s’agissait de paroles en l’air, dans le but d’éteindre la méfiance. Pourtant, il avait été étonné d’apprendre que le maire avait tenu promesse.

Compte tenu des choses que le Ténébreux avait faites par le passé, Vilmos avait peine à croire ce qu’il entendait.

Que pense-tu de lui? Tu l’as déjà rencontré peut-être?

Après tout, Abbygaëlle connaissait un tas de monde, grâce à sa mafia, mais aussi grâce à son travail. Il n’était pas impossible qu’ils aient déjà été en contact après tout.


coucou


#3399cc
Revenir en haut Aller en bas
Abbygaëlle L. Midford

Abbygaëlle L. MidfordMessages : 282
Date d'inscription : 28/11/2016


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptyMar 4 Juin - 16:19

Vernissage

ft. Vilmos Desgoffe und Taxis
"L’art ne transforme pas. Il formule."

Non, ce n'était pas de l'art que tu trouvais très beau. Toi, tu aimais les œuvres classiques ; l'art français ou espagnol. Des peintures qui évoquaient un événement, un lieu, un massacre... Mais un homme avec une tête de pomme n'avait strictement rien à dire. Quoi ? Encore un pleurnichard qui se plaignait de la société de consommation et de tous les programmes actuels ? Oh bon sang, tu savais pertinemment que la société était à pleurer mais pas de le peindre sur tous les murs.

- Ce n’était pas vraiment les toiles, ou l’artiste, qui m’a attiré ici. J’espère que tu n’es pas déçue. C’est plutôt la foule qui m’intéresse. Ce qu’elle dit plutôt. Avant de tomber sur toi, j’ai discuté et écouté les conversations de notre joli gratin de bourgeois. Certains parlaient des oeuvres, mais ce qui est sur toutes les lèvres en ce moment, c’est ce qui se passe au gouvernement.

- Ah... Dis-tu sur un ton désintéressé, levant les yeux au ciel.

Oh grand Dieu, les gens ne parlaient que de ça en ce moment ! Depuis que le Ténébreux était monté au pouvoir, les conversations les plus intéressantes avaient réellement disparu pour ne parler que de ça. A en croire les discours de tout le monde, on dirait qu'une fin du monde venait d'être annoncée... Tu soupirais. Voilà une journée de gâcher à cause de Vilmos. Tu venais dans un Musée d'art, pour une exposition, ce n'était pas pour parler de la politique actuelle ; pour quelque chose qui était arrivé depuis un mois ! Vraiment. Personne n'était donc capable de passer à autre chose ? Combien de temps entendras-tu encore parlé de ça ?

- Que pense-tu de lui ? Tu l’as déjà rencontré peut-être ?

Tu étais étonnée de sa question. Tellement étonnée que tu lâchais un petit rire, amusée d'une telle demande... Si tu l'avais déjà rencontré ? Bien évidemment ! Tu n'arrivais même pas à croire qu'il te pose une question aussi idiote.

- Evidemment que je l'ai déjà rencontré ! Les interviews ne se font pas toutes seules.

Puisqu'il avait obtenu une certaine promotion, tu avais sauté sur l'occasion pour faire une interview et hors de question de laisser ça à une petite jeunette inexpérimentée qui poserait des questions idiotes. Et puis, tu serais sûrement amenée à le rencontrer à d'autres moments ; il allait forcément faire passer des lois, se faire des ennemis ou un lever de boucliers contre une des Familles... Il ne savait pas resté tranquille de toute façon. Et toi, tu sautais sur le premier événement qui ferait les gros titres.

- Je ne suis pas venue dans ce Musée pour parler politique, Vilmos. Et ce que je pense de lui ne regarde personne, ça ne serait pas professionnel... Je fais simplement mon travail de Journaliste. Je le rencontre, je lui pose des questions, il y répond et je publie tout ça.

Et puis, parler dans le dos des personnes que tu interviewais était mauvais pour les affaires... Certes, tu étais un membre fidèle du Ténébreux donc tu avais pour lui un certain respect ; limité. Mais si ça n'avait pas été le cas, tu aurais eu le même respect, suffisamment pour ne pas parler sur lui, dans son dos. Si cela venait à remonter jusqu'à ses petites oreilles, il ne serait sûrement pas content d'apprendre que tu ne l'aimais pas... C'était aussi ça le métier des journalistes. Vous deviez interviewez tout le monde, même les enfoirés de première qui ne méritaient d'obtenir le respect de personne.

- Mais et toi, alors ? Tu sembles très perturbé par cette montée au pouvoir ! Est-ce que tu redoutes quelque chose ?



Vernissage (ft. Abbygaëlle) Yt3o
Vernissage (ft. Abbygaëlle) Zd59
Je vous méprise en siennasilver
Revenir en haut Aller en bas
Vilmos Desgoffe und Taxis

Vilmos Desgoffe und TaxisMessages : 279
Date d'inscription : 25/12/2018


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptyMer 5 Juin - 3:35

  • Abbygaëlle
  • Vilmos
Vernissage
Evidemment que je l'ai déjà rencontré ! Les interviews ne se font pas toutes seules.

Vilmos regarda la journaliste d’un air blasé. Comme si elle faisait toutes les interviews elle-même... Pour celle du maire, il n’avait pas de mal à y croire cependant. Une personne telle qu’elle se devait de connaître le maire en personne. Non seulement ça en jette, mais ça peut tout autant être intimidant. Puis honnêtement, Abbygaëlle ne devait pas avoir trop de difficulté à vendre ses journaux, quand on annonce à la une une interview exclusive du maire…

Je ne suis pas venue dans ce Musée pour parler politique, Vilmos. Et ce que je pense de lui ne regarde personne, ça ne serait pas professionnel... Je fais simplement mon travail de Journaliste. Je le rencontre, je lui pose des questions, il y répond et je publie tout ça.

Quelle journaliste pleine d’éthique tu fais, dit-il, un sourire jaune sur les lèvres.

Éthique ou pas, Abbygaëlle n’avait aucune intention de répondre à sa question. En même temps, est-ce qu’il avait besoin de son opinion pour se faire une tête? Pas vraiment, mais entendre une autre opinion que la sienne aurait pu être intéressant. Dommage, se dit-il en reprenant un canapé de caviar sur le plateau d’un serveur qui passait par là, qu’Abbygaëlle soit si à cheval sur ses principes. Il se demanda si elle était tout le temps comme ça, ou si elle devenait un peu plus flexible si on lui offrait quelque chose en échange.

Mais et toi, alors ? Tu sembles très perturbé par cette montée au pouvoir ! Est-ce que tu redoutes quelque chose ?

Vilmos regarda Abbygaëlle, les yeux plissés. Si elle croyait que lui, allait répondre, alors qu’elle avait évité le sujet, elle se rentrait le doigt dans l’oeil jusqu’au coude. Il prit alors un air pensif, le poing sous le menton.

Est-ce que tu serais en train de m’interviewé à mon insu? C’est pas très éthique comme comportement professionnel, dit-il d’un air mielleux.

Évidemment, il n’était pas sérieux. Plutôt mourir que de donner un entrevue dans le journal, sauf peut-être pour vanter le casino. Vilmos détestait l’idée que des inconnus connaissent le fond de sa pensée sur tout et n’importe quoi. Quel parfum de bougie préférait-il? Quelle cravate il mettait le mardi? Et surtout, quel était son opinion du maire. Abbygaëlle avait peut-être un éthique professionnelle, Vilmos ne se confierait pas à une journaliste ce soir.

Il n’avait rien à raconter de toute façon.

Tout ce que je peux te dire, c’est que je suis septique, et que je crois que c’est raisonnable de l’être, étant donné la qualité des derniers gouvernements. Et le personnage. Pourquoi avoir supporter l’ancien maire durant tout ce temps, avoir laissé des gens aller en prison et mourir parce qu’ils faisaient partie d’une Famille, pour ensuite défaire tout ce qui avait été instauré?

Et si cela avait été son plan depuis le début, pourquoi ne pas s’être débarrassé plus tôt de l’ancien maire? Le coup de la mort subite, aux yeux de Vilmos, ressemblait plus à un coup d’état. Il y avait beaucoup de questions sans réponse. Ça, oui, ça le perturbait légèrement. Vilmos finit par hausser les épaules

Peut-être que c’est seulement moi qui en sait autant sur la politique que sur l’art, et qu’il y a quelque chose que je ne vois pas. Et toi, puisque tu es maintenant la « grande confidente » de notre cher maire, tu comptes te lancer en politique, un jour? Tu serais pas mal au Finances! Ou est-ce que tu as d’autres projets d’avenir? Te mettre à la peinture peut-être?

Abbygaëlle était effectivement sur une bonne lancée. Elle devait forcément avoir des plans pour le futur!

coucou


#3399cc
Revenir en haut Aller en bas
Abbygaëlle L. Midford

Abbygaëlle L. MidfordMessages : 282
Date d'inscription : 28/11/2016


Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) EmptyMer 5 Juin - 19:51

Vernissage

ft. Vilmos Desgoffe und Taxis
"L’art ne transforme pas. Il formule."

- Mais et toi, alors ? Tu sembles très perturbé par cette montée au pouvoir ! Est-ce que tu redoutes quelque chose ?

Comme tout le monde tu avais envie de dire. A chaque fois que tu discutais avec quelqu'un, il ne cessait de dire que le Ténébreux n'était pas un homme de confiance, qu'il faudrait se méfier de lui ; les plus perchés parlaient même de quitter la ville ! Evidemment, tu ne donnais pas ton avis. En fait, tu n'en avais pas vraiment sur sa montée au pouvoir. Qu'il soit ton Maire ou le Ténébreux, cela ne changeait pas grand chose pour toi ; tu devais travailler pour lui et lui rendre des comptes dès que tu avais des informations importantes. Quant à ses plans, tu n'étais au courant de rien... Il t'en parlera sûrement le jour où tu lui seras utile où qu'il faudra passer à l'attaque. Pour le moment, tu te contentes seulement d'observer.

- Est-ce que tu serais en train de m’interviewé à mon insu ? C’est pas très éthique comme comportement professionnel.

- J'ai vraiment autre chose à faire que de t'interviewer. Les Journalistes peuvent poser des questions par simple curiosité, pour tenir une conversations. Nous sommes des gens normaux, tu sais ?

Comme si tu passais ton temps à faire des interviews ! Si tu étais réellement en train d'en faire une, tu sortirais déjà ton petite carnet de notes et tu aurais des questions plus poussées, plus directes. Là, c'était une simple question vaste et puis... Qu'est-ce que les gens en avaient à faire d'un avis sur le Ténébreux ? Ce dernier serait ravi qu'on parle de lui et les personnes seraient juste rassurées de savoir qu'on pense comme elle. Mais bon, il n'y avait pas besoin d'un articule sur ça ! Ils se rencontraient autour d'un café et ils discutaient politique ; voilà, ils sauront qui pense quoi !

- Tout ce que je peux te dire, c’est que je suis septique, et que je crois que c’est raisonnable de l’être, étant donné la qualité des derniers gouvernements. Et le personnage. Pourquoi avoir supporter l’ancien maire durant tout ce temps, avoir laissé des gens aller en prison et mourir parce qu’ils faisaient partie d’une Famille, pour ensuite défaire tout ce qui avait été instauré ?

- Aucune idée. Va lui demander directement.

Tu n'en savais rien. Ce n'était pas quelque chose que le Ténébreux discutait dans ces interviews et tu t'en fichais totalement de ses plans... De toute façon, si tu les remettais en doute, Gold te ferait bien comprendre que tu n'avais pas ton mot à dire dans cette histoire, que tu devais simplement le suivre en silence. Alors si Vilmos était curieux de le savoir, il n'avait qu'à demander un rendez-vous avec Monsieur le Maire et ils pourraient causer de ce qu'ils voudraient ! Et la réponse serait sûrement plus précise que ce tu pourrais apporter maintenant. Disons que étant au courant de rien du tout, ce n'était pas facile d'en parler.

- Peut-être que c’est seulement moi qui en sait autant sur la politique que sur l’art, et qu’il y a quelque chose que je ne vois pas. Et toi, puisque tu es maintenant la « grande confidente » de notre cher maire, tu comptes te lancer en politique, un jour ? Tu serais pas mal au Finances ! Ou est-ce que tu as d’autres projets d’avenir ? Te mettre à la peinture peut-être ?

- Pourquoi est-ce que j'irais faire de la politique ? Ou de la peinture ? Alors mon Journal fonctionne parfaitement et que je peux rencontrer les personnes les plus importantes grâce à ce travail ? J'aime ce travail et je n'ai pas envie de changer.

L'art ne t'avait jamais intéressé. Tu ne te souviens même pas avoir déjà fait un dessin dans ta vie, autre qu'un schéma explicatif. Et la politique ? Autant laisser ça à ceux qui s'y connaissent et que ça amusent ! La politique n'avait strictement rien d'amusant pour toi. Ce n'était que des décrets à la con, des lois pour faire plaisir à une certaine population ou favoriser des personnes... Non, toi, tu trouvais ça beaucoup plus amusants d'interviewer des personnes, de les mettre face à leurs conneries et voir leur tête. Ça, c'est beaucoup plus amusant que de faire passer des lois. Rien que d'y penser, tu avais déjà un petit sourire aux lèvres.

- J'aime bien vivre au jour le jour et m'adapter à la situation. Avoir pleins de projets pour qu'ils tombent à l'eau, ça me pompe rapidement l'air.

Que ce soit pour interview ou pour ta mafia, tu préférais prévoir sur l'instant. Il est vrai que des interviews ne peuvent pas se faire à la dernière minute alors ce sont des rendez-vous à prévoir à l'avance, certes. Mais pour les plans de la mafia, tu ne cherchais pas trop à prévoir... Disons que tu ne sais pas où tu seras dans un mois mais tu savais quand même vers où mener ta mafia. Tu avais quand même des idées sous le coude, de quoi faire ; mais tu attendais avant de les mettre en oeuvre.

- Et toi, des projets ? Ton casino est remit sur pieds, c'est quoi la suite ?



Vernissage (ft. Abbygaëlle) Yt3o
Vernissage (ft. Abbygaëlle) Zd59
Je vous méprise en siennasilver
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty
MessageSujet: Re: Vernissage (ft. Abbygaëlle)   Vernissage (ft. Abbygaëlle) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Vernissage (ft. Abbygaëlle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Les Archives :: Archives 2014 - 2019 :: Les Rps 2019-