Le forum dispose de Discord !
Vous pouvez y accéder en suivant ce lien.
N'hésitez pas à nous rejoindre !
Nous sommes à la recherche d'un codeur qui serait membre du Staff.
Si le poste vous intéresse, merci de contacter Kira.
Nous sommes actuellement 10 membres de l'Alliance
6 Citoyens, 3 membres du Gouvernement et 1 Télékyn !

Partagez
 

 Vilmos Desgoffe und Taxis [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valet de l'Alliance
Vilmos Desgoffe und Taxis

Vilmos Desgoffe und TaxisValet de l'AllianceMessages : 297
Date d'inscription : 25/12/2018


Vilmos Desgoffe und Taxis [Terminé] Empty
MessageSujet: Vilmos Desgoffe und Taxis [Terminé]   Vilmos Desgoffe und Taxis [Terminé] EmptyJeu 21 Nov - 19:47

Vilmos Desgoffe und Taxis



Identité

Nom Desgoffe und Taxis
Prénom : Vilmos
Surnom : Le Taureau
Age : 32 ans
Sexe : Masculin
Date de Naissance : 23 avril
Camp : Alliance
Pouvoir : Taureau nommée Gustave
Situation : Divorcé
Métier : Valet de l’Alliance, propriétaire des Entreprises D.U. Taxis et chef de la mafia


DE QUAND DATE VOTRE ENTRÉE DANS LE CAMP ?
Il y est entré à 21 ans.

QUELS SONT VOS LIENS AVEC LUI ?
Il en a fait partit d’abord par intérêt, puis par conviction.

POSSÉDEZ-VOUS UNE ARME, SI OUI LAQUELLE ?
En sa qualité de criminel, il possède une petite collection d’armes à feu en tout genre, mais il préfère les armes qui font un maximum de dégâts, soit le fusil à pompe et un magnifique pistolet au manche nacré où il y a fait graver ses initiales.

Physique

Vilmos se distingue dans une foule. On le reconnait entre mille d’un simple coup d’oeil. Même qui il ne se balade pas sur le dos de son taureau, il a une tête de plus que tout le monde, ou presque. Costaud, et solide comme le roc, il a également une force surhumaine, grâce à son familier. Sans l’ombre d’un doute, Vilmos a été formé, taillé et élevé pour le combat, auquel il a un talent certain. Il soigne cependant son apparence, qu’il n’a pas très chaleureuse. Son visage possède des traits durs et droits, et sa mâchoire est si carrée qu’on s’y couperait presque. Malgré son air peu avenant, Vilmos est très expressif. Avec le temps, il devient de plus en plus capable de dissimuler ses émotions, avec un succès variable, car ses yeux, bleus glacés, le trahissent toujours.




Caractère



Vilmos est quelqu’un de flamboyant. Sans être particulièrement social ou particulièrement introverti, il aime rencontrer les gens. Mais souvent, il ne parle pas sans raison. Vilmos est quelqu’un de travaillant et de borné, qui ne laisse pas passer les opportunités qui s’offrent à lui s’il y trouve un intérêt. Avec son travail à la trésorerie chez les Domae, il sait faire et gérer les derlas comme personne, et est indéniablement le meilleur dans son domaine. Bien que la richesse lui plaise, Vilmos est généreux de son argent, et n’hésite pas à aider les gens dans le besoin, car il sait ce que c’est que de vivre dans la misère. Avec les années, il a appris à penser avant de parler, mais il faut se rendre à l’évidence qu’il ne deviendra jamais un grand diplomate. Il a la réplique facile. Un peu trop même. Sa tendance à exploser fait de lui quelqu’un de facile à contrarier. À l’exception de ses enfants, avec qui il a une patience infini, Vilmos ne se gêne pas pour dire ce qu’il pense et à remettre les autres à leur place. Cette attitude lui a valu un certain succès dans sa carrière, mais beaucoup moins dans ses relations personnelles. Sans surprise, il déteste avoir tord, et s’excuse difficilement envers ceux et celles qu’il peut avoir blesser, mais fini toujours par le faire, éventuellement. Même si son égo et son orgueil sont considérable, il n’est pas imbu de lui au point de faire souffrir les gens qu’il aime.  Après tout, lui-même, sous ses airs bourrus, est facilement vexé.

Il n’est pas facile d’approche, certes, mais quand on le connaît, c’est quelqu’un en qui on peut faire entièrement confiance. Il est d’une loyauté indéfectible, et est prêt à tout pour ceux qu’il aime, et en ce qu’il croit : la famille.



Histoire




Il n’a jamais connu sa mère, et son père est mort, à 11 ans, un âge où Vilmos avait assez de souvenirs de lui pour pleurer sa mort, mais pas assez pour en avoir quelques souvenirs précis. Son père faisait partit d’un gang, d’une mafia mené par un homme qui prit spirituellement la place de figure paternelle, lorsque son père trépassa, prit dans une embuscade par des Elementis qu’il avait précédemment arnaquer. Se sentant responsable de la mort du père du gamin, le chef le prit sous son aile. Tout comme son père avant lui, Vilmos aimait se bagarrer. Il semblait même avoir un talent pour ça, et heureusement, car il fut rapidement très utile au chef et appris, dès cet âge, les “rouages du métier”, comme on dit dans le jargon mafieux. Vilmos garde ainsi de très beaux souvenirs de son enfance, la femme du chef préparant toujours un festin incroyable le dimanche, pour la famillia.  

À 14 ans, Vilmos voulu en apprendre plus, d’abord, en réalisant des petits boulots, des livraisons principalement, puis, en vieillissant, les missions devenaient de plus en plus dangereuses, jusqu’à devoir donner quelques coups, et finalement, les meurtres, le moins possible cependant. En effet, le chef tenait plus à être respecté que craint. Il voulait d’abord que ses hommes lui soient loyaux, et cela, Vilmos ne le comprit que trop bien. Lui-même admirait l’homme et ce qu’il avait accompli, et surtout, ce qu’il avait fait pour lui à la mort de son père. Après tout, c’est grâce à lui qu’il avait pu continuer ses études.

Bien que Vilmos supplia le chef de rester à ses côtés, lorsqu’il eut 18 ans, le chef avait d’autres plans pour lui. Selon le chef, et pour la mémoire du père de Vilmos, il le convainc de chercher d’autres avenues que celle de la criminalité. Après tout, Vilmos était intelligent, et avec l’héritage de son père auquel il avait maintenant accès, il pourrait faire des grandes études, et devenir quelqu’un de bien, avoir une famille et ne jamais craindre de se faire assassiner dans son sommeil par un ennemi. À contrecoeur, Vilmos accepta de se retirer de la mafia, et entra à l’Université, dans les Hautes Études Commerciales.

Il détesta aller en cours, étudier, cependant, il apprit énormément auprès des meilleurs.  On parlait ici de comment faire du fric, et beaucoup, beaucoup de fric. En fait, c’était ça qui manquait à la mafia… un savoir-faire sérieux. Une façon de faire du fric. Continuer à gérer la mafia de cette façon, avec des petites arnaques et des tours de passe-passe, n’était pas tenable. Vilmos voyait cela de cette façon : il fallait la gérer comme un commerce, comme les affaires. Ainsi, Vilmos prit de plus en plus soin de son apparence, et son comporta comme quelqu’un qui allait réussir dans la vie, et il étudia d’arrache pied afin de convaincre le chef d’adopter ses idées.

Il n’en eut jamais la chance cependant. À 21 ans, à la fin de ses études, Vilmos apprit l’assassinat du chef, et ce, par nulle autre qu’Abbygaëlle Midford, une ancienne collègue de Vilmos, qu’il avait connu jeune, lorsqu’elle avait rejoint la mafia, un an avec lui. Dire qu’il l’avait énormément apprécié! Pour Vilmos, il s’agissait d’une trahison pure et simple envers un homme qui leur avait tous les deux donné énormément. Elle n’allait pas s’en tirer si facilement. Diplôme en main, Vilmos acheta un cabaret de type speakeasy, avec l’intention de tout faire pour lui mettre des bâtons dans les roues.

Certains hommes de main toujours fidèles envers le chef le rejoignirent, mais son groupe ne restait que très petit en comparaison de celui d’Abbygaëlle. De toute évidence, il ne pourrait pas agir seul. Abbygaëlle étant Télékyns, et les Elementis, par principe, ayant tués son père, son choix se porta vers les Domae. Vilmos avait toujours été sceptique envers ces trois groupes de gens aux pouvoirs magiques tout droit sortit d’un compte fantasy. Cependant, Vilmos savait ne pas tourner le dos à un potentiel avantage, et à l’aide de certains contacts, il réussit le teste d’entrée. Il savait déjà se battre, et comment bien viser, mais aussi comment convaincre, par la parole et par la force. Ce qu’il n’avait pas pu réaliser avec la mafia de feu-son mentor, il pu le faire avec les Domae, en blanchissant l’argent des missions et de ses commerces illicites, et faire en sorte que tout le monde, ou presque, sorte de cette affaire gagnant. Surtout lui. Son établissement faisait fureur dans la ville, lieu où plusieurs anciens camarades universitaires de Vilmos discutaient affaires avec lui, et où la bourgeoisie venait s’encanailler. Quant à la fusion entre Domae et Elementis, deux ans plus tard, après avoir reçu son taureau, Gustave, il n’en avait pas grand chose à faire. Puis, ça faisait toujours plus de clients! Alors Vive l’Alliance! Après tout, elle restait la meilleure solutions pour empêcher les Télékyns de complètement prendre le contrôle de la ville. Ainsi, Vilmos redoubla d’effort dans ses activités, afin que chaque membres de l’Alliance puisse être correctement armé et défendu. Tout cela, évidemment, avec sa méthode.

Sans surprise, son comportement créa plus d’une fois des frictions entre lui et ses collègues Domae, notamment, Kira Seryk, que Vilmos ne pouvait pas supporter, et elle le lui retournait bien. Chacun critiquait le travail de l’autre, et dans le cas de Vilmos, les gens qu’elle fréquentait, lorsqu’elle eu une affaire avec un membre des Élémentis. Cependant, si chacun d’eux travaillait différemment, leur dévotion envers la famille les empêcha de s’entre-déchirer, et les força plus d’une fois à travailler ensemble pour le bien de la famille. Un partenariat forcé qui se transforma en amitié sincère, chacun pouvant se soutenir et reconnaître les compétences de l’autre ainsi que l’amusement qu’ils avaient à faire leur joute verbale. Une amitié tellement sincère que Vilmos eu l’honneur d’être le parrain d’Ewan, le premier et dernier né de Kira et Gaea, car ce dernier connu une fin horrible, peu de temps après la naissance de son fils.

Tout juste nommé Valet à 26 ans, mais aussi en sa qualité d’ami, Vilmos protégea Kira d’elle-même en essayant tant bien que mal d’alléger ses souffrances. La voir souffrir autant l’affecta plus qu’il ne l’eut cru. Sans doute n’y avait-il pas pire moment pour réaliser qu’il n’arrivait plus à la voir comme une simple amie. Il l’aimait.  Avec quelques petits ratés et après le deuil de Gaea, Vilmos et Kira tentèrent leur chance à la vie en couple, puis après deux ans, au mariage. De leur union naquit la petite Thalia Desgoffes und Taxis, un rayon de soleil sur deux pattes et la fierté de son père qui l’adore. Il adopta également le fils de Kira, Lyam, qu’il éleva comme son propre fils. Vilmos était alors l’homme le plus heureux au monde.

Dieu seul sait pourquoi Abbygaëlle avait attendu 4 ans pour s’en prendre directement à la famille de Vilmos. À ses enfants. C’était inconcevable et impardonnable. Si Thalia et Lyam demeurèrent sains et saufs, la soif de vengeance de Vilmos était insatiable. Kira, quant à elle, voyait les activités criminelles de Vilmos comme responsables. Leurs deux visions incompatibles de l’avenir, leur obstination mutuelle, leurs prises de bec de plus en plus fréquentes, leurs matins soudainement devenus silencieux et  leurs nuits perdant leur chaleur, pourtant, auraient dû mettre la puce à l’oreille de Vilmos.  Il n’était pas idiot, il voyait à quel point les choses dégénèraient lentement, mais sûrement. Naïvement peut-être, Vilmos était convaincu que cette mauvaise passe n’était rien de plus que ça : une simple mauvaise passe dont ils se sortiraient. Ils avaient toujours su trouver un terrain d’entente, avaient toujours su se réconcilier.  Pourquoi pas maintenant?

Il réalisa trop tard la gravité de la situation dans laquelle il était. Vilmos la supplia de rester, mais Kira avait déjà pris sa décision. Elle avait trouvé un endroit où vivre, et y aménagea le plus tôt possible. Les enfants ne pouvaient pas vivre dans un climat de tension constante entre leurs parents. L’intolérable douleur de voir Kira le quitter, puis son absence et celle de ses enfants se termina en divorce.

Six mois plus tard, la douleur était toujours là, estompée par son travail acharné de Valet et de propriétaire de cabaret, et des copines de passage dont il se fichait éperdument, mais qui l’empêchait de sombrer dans la déprime. Mais comme on dit : malheureux en amour, heureux en affaires, et les affaires de Vilmos, les Entreprises D.U. Taxis, fonctionnaient à merveilles, car depuis l’achat de son bar, il en avait acheté trois autres dans la ville, sans parler du trafic de pierres précieuses, de ses généreux investissements dans le domaine des nouvelles technologies, et ne laisse passer aucune opportunité.





HRP


Pseudo : Carhotte
Type de personnage :Sexy Inventé
Multicompte : Non
Où as-tu connu Quederla ? : Tombé dessus par hasard y’a longtemps
Que penses-tu du forum ? : J’aime les nouveautés, quoi qu’il n’y en a pas assez à mon goût
Un petit mot ? : Coucou
Mot de passe : Ok by Savanna

Crédit : OC // princecanary



#3399cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Savanna Torres

Savanna TorresCitoyenMessages : 642
Date d'inscription : 12/02/2016


Vilmos Desgoffe und Taxis [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Vilmos Desgoffe und Taxis [Terminé]   Vilmos Desgoffe und Taxis [Terminé] EmptyJeu 21 Nov - 20:16

Tout est bon pour la fiche, je peux te valider.

Par contre concernant les armes, les pompes c'est pas réellement ce qu'on entend. Les pompes, se sont en réalité plus des fusils a lourd dégâts, mais regarde ce lien, ça sera sûrement plus marquant -> http://www.quederla-rpg.com/t3384-la-technologie-presente

P.S. : Pour l'avatar, c'est vu en privé et tout, donc c'est good, rien à y redire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vilmos Desgoffe und Taxis [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Pour commencer~ :: Créer ton ouvrage :: Les Histoires terminées-