La ville est en Septembre 2020

Partagez
 

 Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 472
Date d'inscription : 05/09/2015


Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]   Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 EmptyVen 1 Mai - 1:25







Parle sinon tu le regrettera



Le faciès du prisonnier en disait long sur son caractère et surtout sur la corde que venais de toucher le capitaine. D’ailleurs, le crachat au visage en disais long, bien plus que le phrase qui le suivis. Dans un calme olympien, le blond s’essuya le visage avec un mouchoir. Un soupir parcourra le la pièce après le silence qui régnait.

Votre mère n’est pas morte à cause de la guerre, certes, mais imaginez une seule seconde que ce fût à cause d’une attaque ayant mal tournée...


Aston se leva doucement, il faut croire que ce homme ne comprend pas où il veut en venir… Connaissait-il les personnes sur ces photos ? Outre sa mère, savait-il qu’il y avait tant de mort ? Avait-il réellement conscience de ce qu’était la mort ? Ou ce n’était qu’un chiffre pour lui ? Car Aston reçois avec tout ses rapports les photos qui vont avec. Il a vu chaque victime de cette guerre, parfois dans la rue à acheter son pain et l’heure d’après sur la photo d’autopsie ou de la scène post-attaque. Oui, il parlait des défunts, car peu dans cette foutue guerre ne semblait avoir juré de protéger la population, et encore moins respectais leur mémoire puisque la guerre continuait inlassablement son cours.

Oui, monsieur Lux, je parle des défunts, car il semblait que dans cette ville, tout le monde les ai oubliés.


Tout en parlant, il faisait en sorte que personne ne soit témoin de ce qui allait suivre, même si beaucoup s’en douterais après l'interrogatoire. Aston n’en pouvait plus de voir cet homme penser à son propre intérêt, négligeant les personnes sur ces photos. Alors s’il ne comprenait pas les mots, il ferrait ressentir ne serait-ce qu’un peu la douleur de la guerre à cet homme. Alors qu’il tournait dans la salle, brusquement le capitaine décrocha un coup de point dans le visage de son prisonnier.

OUI MONSIEUR LUX, JE PARLE DES DÉFUNTS !  


Aston l'agrippait par le col avec une main et frappait de l’autre, tout en hurlant ses raisons d’être aussi sévère, si inhumain avec lui.

CAR C’EST LA GUERRE, VOTRE GUERRE, VOS VICTIMES, VOS OUBLIÉS ! JE PARLE POUR QUE VOUS VOUS RAPPELIEZ QUE CE NE SONT PAS QUE DES CHIFFRE SUR UN RAPPORT !


Frappant inlassablement, le capitaine s'arrêta pendant un court instant, prenant la tête de son têtu de prisonnier entre ses mains, il le fixait de son regard glacial mais brûlant d’une ardeur rarement déployer pour un simple interrogatoire.  

Vous ne savez même pas à quoi ressemble vos victimes collatérales haha… Moi je les ai toutes vue depuis mon arrivée dans cette ville. Je pense savoir mieux que vous qui sont les défunts. Je pense être plus légitime, après avoir vu vos horreurs, de parler d’eux, que vous, qui avez oublier la valeur humaine et qui ne savez même pas à quoi ressemble leurs visages.


Un rire de déception, car cet homme en face de lui le décevais au plus haut point. Faire la guerre, dans quel but ? Tuer jusqu’à ce qu’il n’y ai plus rien à défendre ? Des bâtiments ?

Vous faites la guerre pour le pouvoir ? Et vous comptez régner sur quoi ? Des cadavres peut-être ?


Il lâcha la tête de son prisonnier, donnant un dernier coup avant de se réinstaller en face de lui. De l’autre côté de la table. Le regard froid, de nouveau calme, l’allemand repris la parole, un long monologue qui jusque là ne semblait pas faire écho dans le crâne maintenant bien secoué de son ennemi.

Si vous ne les aviez pas oubliés, je n’aurais pas à parler d’eux, car cette guerre serait sûrement finis en voyant le nombre d’innocents morts… Ça en valait la peine monsieur Lux ?  


Pointant du doigts les photos qui ne cesseraient jamais d’augmenter au fil du temps. Aston était sérieux dans sa phrase, il voulait comprendre. Leur quête de pouvoir valait vraiment le sacrifice de tant de vie ?

Répondez honnêtement à cette question. Votre guerre vaut vraiment le sacrifice de tout ces innocents ?  


 


Mon poing dans ta gueule



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Unknown

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]   Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 EmptyDim 3 Mai - 0:30

Aston

Aston

「 Les mots et les poings s'entremêlent 」
L'homme garde un grand calme malgré ma provocation. Je me tais, je l'ai annoncé, je ne dirais rien. Je le fixe simplement. Il prends un mouchoir et s'essuie le visage. Puis après son geste, il continue sur le sujet de ma mère, d'imaginer qu'un "accident" l'ait tuée. Puis il répond à mon refus de coopérer. Tout en tournant, il parle, je le laisse faire, je n'ai pas grand chose à faire de toute façon. Oublier les défunts. Je ne prends pas cette phrase d'un bon oeil, beaucoup de quederliens n'oublieront jamais leur famille, leurs amis, leurs collègues, qui sont morts. Je sers les dents, je ne dirais rien. Sans prévenir, il s'approche et me décoche un coup de poing, qui me fait presque basculer. La douleur est moins forte que pendant le combat, mais le coup me sonne légèrement, je l'entends crier, sans vraiment comprendre ses mots dans l'action. Il m'agrippe au col, je meurs d'envie de riposter, un bras peux faire aussi mal que couplé avec le deuxième. Mais le lieu et les circonstances me retiennent. Ne te relâche pas, chaque erreur se retournera contre toi. Continuant de me frapper de sa main libre, il crie. Des chiffres sur un rapport... Je bouillonne, il ne mérite pas de réponse. Il ne comprend rien. Il ne sait rien de la situation actuelle, chaque camp pleure ses morts dans cette guerre, chaque personne, peu importe son camp, est concernée par cette guerre. Alors que ses coups s'arrêtent, il prend ma tête entre ses mains, il me fixe dans les yeux, me lançant :

Vous ne savez même pas à quoi ressemble vos victimes collatérales haha… Moi je les ai toutes vue depuis mon arrivée dans cette ville. Je pense savoir mieux que vous qui sont les défunts. Je pense être plus légitime, après avoir vu vos horreurs, de parler d’eux, que vous, qui avez oublier la valeur humaine et qui ne savez même pas à quoi ressemble leurs visages.


Plus légitime ? J'ai effectivement commis des horreurs, les Elementis ont commis des horreurs, l'Alliance a commis des horreurs. Ce moment de répit m'aide à me calmer un peu, je suis le deuxième Artorias, je peux vite m'emporter, ma priorité et de me calmer. Il continue, régner sur des cadavres, jamais une guerre n'a été aussi inutile. Ce n'est le but de personne. Il me lâche, me mettant un dernier coup de poing alors que je tourne la tête vers lui, le choc m'ouvre la lèvre, du sang coule rapidement de celle-ci. Ses paroles à un simple membre de l'Alliance résonne autrement pour moi, je suis le Roi, j'ai le pouvoir, en théorie, d'agir en faveur de l'arrêt de la guerre. Concrètement, je suis conscient que c'est bien plus complexe, mais dans le moment, prenant toutes ses remarques, je sers simplement les dents pour ne pas répliquer et donner des informations. Plus ou moins capitales. Assis en face de moi, je le regarde, il finis par une question. Si la guerre vaut la vie d'innocents. Sans pouvoir me retenir, j'en ai assez d'entendre un ignare, un homme qui ne sait rien des Familles, parler. Alors je lui réponds :

- RIEN NE VAUT UNE VIE, D'INNOCENTS OU NON ! MAIS POUVEZ VOUS STOPPER UNE GUERRE ?! LE POUVEZ VOUS ? QUI VOUS DIT QUE LES MEMBRES DE L'ALLIANCE GARDERONT UN STATUT HUMAIN A QUEDERLA SI LES TELEKYNS GAGNENT CETTE GUERRE ? ET INVERSEMENT ! CE N'EST PAS UNE UTOPIE ! ET CE NE LE SERA PAS ! LISEZ N'IMPORTE QUEL BOUQIN D'HISTOIRE, CE CONFLIT POURRI LA VILLE DE L'INTERIEUR DEPUIS DES SIECLES !

Je tape du poing sur la table, ce qui la fait bondir du sol. Je lui jette un regard haineux, la douleur au visage ne s'estompe pas, mais je m'en moque, dans ma colère, je continue.

- Vous voulez connaître des choses sur l'Alliance ?! Sur les plans de l'Alliance ?! Allez vous faire foutre.
Revenir en haut Aller en bas
Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 472
Date d'inscription : 05/09/2015


Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]   Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 EmptyMer 6 Mai - 16:22







Parle sinon tu le regrettera



Aston n’aimait pas du tout la tournure que prenait cet interrogatoire, car l’homme en face de lui semblait bien décidé à ne pas parler. Il ne semblait pas comprendre… S’en était désespérant pour le blond qui perdait patience. Plus il perdait du temps à le raisonner, plus les chances qu’une attaque se produise sans qu’il ne puisse rien y faire grandissait. Il ne comprenait pas que le facteur civils pouvait être éviter dans cette guerre si on faisait les bon choix ?

Les dernières paroles firent réagir le prisonnier qui répondit en criant lui aussi. Criant à l’utopie du capitaine, comme quoi il était impossible de stopper cette guerre. Peut-être qu’Aston poursuivait un rêve infatigable, mais c’était humain d’espérer… La vie ne se résume pas à une destinée qu’on ne peut changer, la vie c’est faire dans choix, parfois important, à un moment donné. Aston avait fait le sien : tout faire pour stopper une guerre et sauver une population meurtrie.

Le blond écoutait en silence, le regard jugeant la facilité de l’homme en face de lui à restait le nez dans un livre d’histoire. Il était consterné, il voulait croire que cet homme comprendrais, mais il faut croire que lui non plus ne comprend rien, qu’il a oublier. C’est une guerre, certes, chaque camps pleure ses morts, mais… Pourquoi ceux qui ne veulent pas de cette guerre en souffre ? Un soupire après un discours plein d’entrain de son prisonnier. Il n’en tirera rien aujourd’hui non plus…

Notre vie n’est pas écrite dans un livre, nous avons toujours le choix. J’ai fais le mien, stopper cette guerre et protéger les civils qui ne font partie d’aucun camp et qui meurent lors de vos assauts irréfléchis. Dans un guerre, chaque camps à ses morts et les pleurs. Mais ceux qui ne font partis d’aucun camps ? Les civils, qui les pleurent ? Certainement pas vous.


Rangeant doucement ses affaires, le capitaine en avait finis pour aujourd’hui, il n’en tirerais rien. A défaut de perdre son temps avec lui, il en profitera pour mener ses hommes et faire en sorte de prévenir tout attaque pour l’instant.

Monsieur Lux, j’avais espoir que vous comprendriez. Il faut croire que je me suis trompé. Vous vous fichez de ce qui pourra arriver. Je voulais empêcher des attaques pour sauver des civils, vous ne m’aidez pas. Par votre faute, il y aura des morts, des gens qui n’aurons rien demandés, enfants, mères, grand-parents, qui sait… Votre silence dicté par votre aveuglement et votre esprit ne voyant pas la globalité des choses mènerons à la mort de personnes que vous ne pleurerais pas car il ne font pas partis de votre camps. Je les pleurerais à votre place, car je n’ai pas de camps, je suis celui qui pleure les oubliés.


Se levant, le capitaine entama son départ et tapota l’épaule de son prisonnier. Non pas par compassion, il n’en avait plus à son égard, mais juste pour attirer un peu son attention à ses dernière paroles.

J’ai fais mon choix, celui de poursuivre ce but de paix et de justice, protéger des vies. Et vous monsieur Lux, vous avez fait votre choix, celui de sacrifier en silence des innocents.


Aston soupirait et lâchait son épaule, il ne voulait vraiment pas en arriver là, mais pour sauver des vies, il n’avait peut-être pas d’autres choix…

Je reviendrais, j’espère pour vous que d’ici là il n’y aura pas d’autres morts par votre faute. Je l’espère vraiment…


Aucun sourire, aucun sentiment, juste une profonde envie de ne pas voir la mort sur des photos… Ce qui était sûr, c’est que l’homme prisonnier de sa cellule y sera confronter, il aura de plus en plus de photos, celles des morts lors de l’attaque, mais aussi de toutes les autres. Et quand il décidera de les déchirer, il en aura des copies. Aston s’assurerait qu’il constate le prix de son silence.

Quand il reviendra, un jour plus tard, s’il n’a pas décider de parler, alors il y aura des conséquences, peut-être physique, mais il y en aura. Oui… Malgré lui, il devra lui aussi céder une part de lui-même pour le faire craqué.





Mon poing dans ta gueule



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Unknown

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]   Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 EmptyVen 15 Mai - 12:24

Aston

Aston

「 Les mots et les poings s'entremêlent 」
Je prends encore de grandes respirations après avoir crié de la sorte. Le blondinet range ses affaires en continuant sa leçon de morale. Je me mords la langue pour ne pas répliquer. Il pose sa main sur mon épaule et continue. Un but de justice... Il sort sur quelques mots. Il espère... Me calmant, je sais que peu prennent plaisir dans ce genre de "conversation". Pour ma part, j'espère qu'il ne reviendra pas. Je suis reconduit en cellule, m'allongeant avec un peu de mal sur mon lit. Mes blessures se font sentir, bien plus qu'au début. Juste des premiers soins et de quoi me laisser en état de leur servir. Je fixe le plafond. J'imagine un futur où je me suis échappé, je respire de l'air frais, je sens la brise et non le courant d'air qui traverse la cellule, je suis dans des vêtements propres et m'appartenant, et j'ai le ventre plein et un sourire aux lèvres. Peut-être avec Katy. Mais la douloureuse réalité me revient en pleine face. Si je m'échappe, je serais un fugitif, recherché activement et il sera même difficile de la voir. Et il faudrait déjà réussir à m'échapper, deux gardes sont là en permanence en plus du fait que je sois blessé, sans ma glace ni mes membres artificiels. Je ferme les yeux, l'heure m'est inconnue, et je m'en moque, de toute façon, le sommeil est rare, les repas sont mauvais et surtout accompagnés de ces horribles clichés. Dans l'ombre, étrangement, je ne me raccroche pas à des espoirs comme l'Alliance, qui ne peux pas agir en ma faveur, où encore ressortir un jour et reprendre mes entreprises, le gouvernement doit déjà y fourrer son nez. Cette idée m'enrage, ces entreprises, rares choses que mes parents m'ont laissé, qu'ils ont bâti de zéro, que je me suis tué à faire grandir... Mais ce n'est pas ça qui me retient longtemps encore une fois. Le seul espoir qui continue de persister au fur et à mesure des jours, c'est que je puisse voir ma petite-amie. Mais je doute qu'elle puisse venir ici, et ma peine va durer. Durant les deux jours suivant, pendant lesquels l'homme ne revient pas, je me résigne peu à peu à rester pendant longtemps, à presque tout perdre. En sortant après plusieurs années, l'Alliance pourrait même m'avoir oublié, ou je pourrais être considéré comme un traître. Après plusieurs années, ce pourrait être mes entreprises qui ont disparu. Je pourrais ne plus avoir de place nulle part. Ou encore... La russe que j'aime pourrait m'oublier, peut-être qu'elle sera repartie en Russie à plein temps, ou encore qu'elle aura trouvé quelqu'un de mieux. Les doutes m'assaillent, la fatigue aussi. Troisième jour il me semble après notre dernière entrevue, le blond revient, on me sort de cellule et j'attends assis sur la chaise en face de la table et de l'homme qui tente d'obtenir des informations. Je ne salue pas et demande directement :

- Combien de temps ? En cellule. Si je parle, ma peine changera ? Et que voulez-vous savoir exactement.

Je ne le précise pas, il le sait, je n'accepterai pas de trahir l'Alliance. Malgré tout, ces paroles sont venues, je me rassure, je veux juste des informations. Mais s'il s'avère qu'il y ait une possibilité de revoir Katy, ou encore de reprendre une vie plus normale que mes cauchemars, je ne sais pas si je serais capable de ne rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 472
Date d'inscription : 05/09/2015


Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]   Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 EmptyVen 15 Mai - 17:21







Parle sinon tu le regrettera



Aston était une personne plutôt rare au sein du gouvernement, il n’était pas aussi extrémiste et fermé d’esprit que certains de ses comparses, il savait que l’Homme ne nait pas foncièrement mauvais, mais qu’il le devient suivant tout un tas de facteurs. Il savait que l’homme en face de lui était juste bornée dans son idée de ne pas trahir, de loyauté. Cependant, là où le blond était un cas a part au sein du Gouvernement, c’est que si la méthode douce ne marche pas, sa méthode forte est si douloureuse qu’en général les prisonniers avoue tout et à la fin redoute le nom du capitaine Hammerman.

Malheureusement pour le brun, le capitaine n’était pas de bonne humeur après les attaques, si bien que la méthode forte était venue bien plus rapidement. Cependant, il déteste ça, devoir mettre de côté son humanité pour sauver des personnes. Si bien qu’il avait quitter la pièce pour le moins calmement. Il laissa en paix, toute relative soit disant passant, son prisonnier. Ce n’était cependant pas un bon point car c’était là le temps qu’il lui fallait pour élaborer tout un tas de choses atroces pour arriver à ses fins s’il le fallait.

En ce troisième jours après leur dernière entrevue, le blond avait avec lui en plus de son attaché-case une petite mallette et il ne valait mieux pas savoir ce qu’il y avait à l’intérieur. Il entra finalement dans la pièce, le visage fermer à toutes expressions, sans bruit. Cependant, Aston voulait lui laisser une dernière chance, l’ultime chance avant qu’il ne doive renoncer à son humanité l’espace de quelques heures. Il posa l’attaché-case sur la table et la petite mallette au sol, le bruit métallique résonnant à l’intérieur ne présageant rien de bon.  

Cependant, avant même qu’il ne puisse lui laisser sa chance, monsieur Lux prit la parole. Il semblerait que les conditions de détention avait suffit, en plus de leurs entrevues, à lui ouvrir les yeux. Du moins c’est que qu’espérait Aston quand il entendit les questions sur ce qu’il gagnait s’il parlait. Le blond, dans un calme olympien, répondit calmement.

Je ne suis pas juge, mais si vous parlez non seulement vous sauverez des vies, mais en plus vous retrouverez des conditions de détention normale. Je notifierais aussi votre collaboration dans le dossier et demanderais un allégement de peine. Je ne peux pas vous promettre plus, je ne suis pas le genre de personne à faire des promesse en l’air. Cependant vous avez ma parole que je ferrais tout ce que je viens de dire.  


Si cela ne suffisait pas à le convaincre, alors il n’aura d’autre choix de passer aux choses sérieuses. Après tout, il était honnête, il ne donnait pas de faux espoirs, il pouvait juste demander un allégement de peine et lui donner les meilleures conditions de détention possible, cela comprenais des soins de qualités. Aston en vint ensuite à ce qu’il voulait savoir.

Je sais que vous ne trahirez pas votre famille, je vous épargne donc vos lieux stratégiques. Je veux savoirs, avec tout les détails, vos prochaines attaques. Comme je vous l’avais dit, je veux étouffer dans l’oeuf vos attaques irréfléchis qui pourraient tuer des personnes innocentes.


Le capitaine avait un calme olympien, s’en était même perturbant, mais il s’était résignais à perdre son humanité pour sauver des vies s’il le faillait, tel était la vérité cachée derrière son tempérament fermé. D’ailleurs, cette situation lui rappelais un poème français, un certains Paul Valéry, dans celui-ci est dépeint une méditation sur la mort, l’illusion de l'immortalité. Un choix entre la vie et la mort, une strophe est reflet du choix de la vie. Aston avait fait ce choix, celui de vivre pour protéger celle des autres et de sa famille. Mais que choisira monsieur Lux ?

Le vent se lève, monsieur Lux, il faut tenter de vivre. Allez y, tentez, je vous laisse cinq minutes de réflexion pour votre réponse. J’espère que votre réponse sera dans notre intérêt pour nous deux.  


Sincèrement, Aston espérait avoir une réponse favorable, car il ne voudrait pas en arriver jusque là, vraiment pas et nul doute que son interlocuteur ne veut pas savoir ce qu’il lui réserve…


 


Mon poing dans ta gueule



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Unknown

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

InvitéInvité

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]   Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 EmptyJeu 2 Juil - 10:34

Aston

Aston

「 Les mots et les poings s'entremêlent 」
Au fur et à mesure une certaine antipathie s'était créée de moi à cet homme, ce n'était pas simplement un mauvais homme, un "vilain" de bande dessinées, ce n'était d'ailleurs pas mon cas, et je m'étais retrouvé déjà par le passé dans le rôle de l'interrogateur. Alors de la même façon qu'il ne m'était pas agréable, je le comprenais malgré tout. Un sentiment très étrange. Ce qu'il me présenta, je le comprenais parfaitement, j'étais fatigué, peut-être au bord de la folie, mais je savais ce qu'il me disait. Je passe mon regard vague sur les photos du jour. Après un certain moment, je relève mes yeux et le scrute. Plusieurs grandes inspritations, de lassitude. Mais je finis par annoncer :

- Bien. Je vais vous donner trois informations. Pas plus et pas moins.

Et ainsi, après un temps, qui dura je ne sais pas combien de minutes, je commençai, une première attaque, pas capitale dans les plans de l'Alliance, mais une attaque. Ensuite, je reprends mon temps, la respiration lourde. Esst-ce vraiment bon de révéler ces informations à cet homme ? A son organisation ? Lui ne veux que la paix, je sais que les travailleurs n'ont souvent pas le même point de vue que les dirigeants. Malgré tout je continue. Une mission d'espionnage du gouvernement. Puis je conclus rapidement avec une troisième informations. Après avoir révélé celles-ci, un malaise se forme, un silence dans la pièce. Mon regard s'égare dans la pièce, l'effet de la fatigue, je pense qu'on peux remarquer des manières étranges, un peu comme un homme saoul. Mon regard croise les clichés. Je tousse et demande :

- Peux-tu les enlever ?

Je n'ai pas plus d'autre volonté pour l'instant, j'ai dénoncé mon clan, ma famille, l'Alliance, ceux qui m'ont accueilli et que je dirige. Une honte incroyable pèse sur mes épaules. Peut-être cela se voit-il à mon expression, je n'en sais rien. Mais en échange de cette honte... J'espère pouvoir revoir Katy. Rien ne compte plus pour le moment. Juste avant qu'il sorte, je pose une question :

- Rien n'est arrivé aux personnes qui me sont chères ?

Je ne sous-estime pas l'efficacité d'éventuels espions ou de quoi que ce soit. Je préfère demander. Mon interlocuteur sait certainement que beaucoup de choses reposent sur sa réponse. Même sans pouvoirs, même sans armes, sans membres mécaniques, je trouverai un moyen de me venger si j'apprends que quelque chose lui est arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 472
Date d'inscription : 05/09/2015


Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]   Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 EmptyVen 3 Juil - 19:04







Parle sinon tu le regrettera



Le regard du blond avait l’habitude de scruter ses prisonniers pour déceler leur état psychologique, quand il craquerons, mais Artorias Lux lui avait donner bien plus de mal, mais il avait céder comme tout les autres. Il était fatigué et cela ce voyait à son regard, son visage et son corps qui semblait avoir pâtit de cette rude détention. Cependant Aston pouvait encore voir de la volonté en lui, mais celle-ci semblait être tout autre que la volonté de rester fidèle et borné, non, celle-ci semblait être plus « naturelle » : la survie. Il ne savait pas vraiment ce qui le poussait à survivre, peut-être la fameuse personne si chère à son coeur ? Peu importe la raison, le résultat y était et c’est tout ce qui lui importait.

Cela m’est amplement suffisant pour sauver des vies. Je vous écoute.  


Puis le capitaine prit un calepin pour noter toute les informations qu’ii reçu avec leurs détails. La première était une nouvelle attaque et cela était une chose capitale pour le blond qui pourrait étouffer une attaque aux conséquences potentiellement gravissimes. Ensuite une mission d’espionnage, plus subtile avec moins de risque imminents, mais sur le long termes cela ne pourra que nuire à la défense des habitants, une information tout aussi cruciale donc. Et enfin une dernière information tomba et comme il l’avait dit, plus rien. Il avait dit ses informations et cela suffisait à l’allemand.

Un silence un peu pesant, mais dont le blond avait l’habitude. Quand il retourna son attention vers son prisonnier, après avoir écrit toutes ces informations, il pût voir son regard se perdre dans la pièce avant de finir sur les clichés morbides qui ont poussé cet homme dans cet état. Le tutoiement se fit naturellement et comme il l’avait promis, monsieur Lux retrouvera des conditions de détention normales.

Bien entendu, je récupèrerais aussi celles que vous avez gardé dans votre chambre. Des conditions de détention normales, comme promis.  


Aston était un homme de parole, finit les photos de cadavres à chaque repas, finis les coups et la torture psychologique. Aujourd’hui sera surement leur dernière entrevue, son sort ne reposant plus dans ses mains ni celles du capitaine. Cependant le blond notifiera bien la participation du détenu et tout les autres détails qu’il a promit de mettre en avant. La question suivante le rendit un peu triste paradoxalement. Il avait agit comme un monstre, mais il n’en restait pas moins humain et surtout : il a un sens de la justice développer, un innocent ne devrait pas payer pour les crimes de quelqu’un.

Monsieur Lux, j’ai agis comme un monstre, mais soyez assuré que jamais je ne m’attaquerais à des innocents. Une innocente ne devrait pas souffrir des crimes d’autrui, tout comme n’importe quel innocent ne devrait pas souffrir de vos attaques. Soyez rassuré, rien ne leur est arrivé, je vous en donne ma parole. Je ne suis pas ce genre d’Homme.  


Juste un regard sincère à son prisonnier, juste un léger sourire qui se voulait rassurant car après tout, le blond était humain, il n’avait plus de raisons de se montrer austère. Il pouvait laisser parler son côté humain. Rassemblant ses affaires le blond boucla sa valise et s’adressa surement pour la dernière fois à monsieur Lux, tendant la main vers lui pour la serrer.

Vous venez de sauver de nombreuses vies monsieur Lux. Merci de votre collaboration et surtout… Désolé pour tout ça.


Ce n’était rien de plus que des paroles sincères, une mains amicale, seule chose qu’il pouvait proposer pour le remercier à sa façon et surtout, de ce faire pardonner. Peu importait au capitaine qu’il la prenne ou crache dessus, au moins avait-il fait cet effort. Une fois cet instant courtois passé, le blond pris congé souhaitant à monsieur Lux une bonne journée et qu’il ne se recroise plus jamais dans une telle pièce. Peu après, une fois sortie le capitaine ordonna que monsieur Lux soit traiter comme n’importe quel prisonnier, dignement et qu’on ne lui apporte plus de photos.  


 


Mon poing dans ta gueule



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Unknown

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]   Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Mots et poings s'entremêlent [Pv. Artorias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Rps 2020-