La ville est en Juin 2020
Le Deal du moment :
Valise rigide à roulettes pivotantes ...
Voir le deal
43.48 €

Partagez
 

 Why...? [Pv. Katherine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 462
Date d'inscription : 05/09/2015


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptyVen 1 Mai - 14:50







Why I remember that ?



Le printemps à Quederla à toujours été agréable, mais pour que la nature fleurisse il fallait des jours pluvieux. Pour certains cependant, cette nuit torrentielle, agrémentée du rugissement de la foudre, était plus une douce comptine mortuaire qu’une ode à la vie. Aston faisait parti de ces personnes ne croyant plus à l’idylle de l’eau comme source de vie, il voyait cela comme la nature pleurant face à la cruauté des Hommes. Mère nature pleurant avec le jeune homme, témoins de bien trop de chose dans sa maigre vie d’Homme.  

Le sommeil était loin d’être réparateur pour le blond, se tournant et retournant dans sont lit, la sueur commençant à perler doucement sur son front. Le souffle court, des petits chuchotements… Malade ? Plutôt fatigué, fatigué d’être le premier des témoins à voir l’horreur de la guerre et étrangement, le dernier à les garder en mémoire. La rencontre avec son fameux prisonnier lui rappela que cette guerre semblait avoir rendue les gens aveugle sur ses atrocités et de ce fait, ses nuits s'agrémentais des souvenirs des défunts. Leur morts, leur visages sans vie, toute ces photos que le capitaine avait vu tant de fois, impassible, aujourd’hui elles le hantait, non pas pour le tourmenter, mais pour qu’il y ait une personne gardant en souvenir qui ils sont et… Pourquoi ils sont morts.

Un réveil en sursaut, en sueurs, Aston regarda sa femme dormir tendrement à ses côtés. Elle semblait si paisible, en paix, loin de toutes ces horreurs qui revenait inlassablement dans l’esprit du jeune homme. Il voulait la préserver de ça, de la guerre et ses conséquences… Ils allaient vivre les plus beaux moments de leurs vies, il devait en parler, il devait libéré ce qu’il ne supportait pas, mais… Il ne trouvait pas la force de lui dire. Se mordant la lèvre inférieur, le capitaine sorti du lit pour marcher jusqu'à son bureau.

La maison était silencieuse, seul les bruits de pas du blond résonnaient avec en fond les cliquetis de la pluie parfois perturbés par la foudre. L’homme passa devant la chambre d’un de ses futurs enfants, un sourire tenta de se peindre sur ce visage, mais la foudre éclaira soudain la pièce et… Les souvenirs prirent forment, comme une illusion, un corps sans vie au milieu d’une pièce bientôt prêt à accueillir la vie. Ce fut bref, après le rugissement de la foudre il n’y avait plus rien. Mieux ne valait pas rester ici.

Le blond continu a sa marche mais, dans la pénombre des pièces avoisinantes, les ombres prirent des formes macabres, des formes inventées de toute pièce par un esprit torturé par une guerre qui n’avait que trop durée.

Pourquoi…  


Non sans mal, le capitaine atteignit son bureau, laissant la porte entre-ouverte. Il s’assit en face de son bureau sur lequel était disposé les derniers dossiers des attaques contre le gouvernement. Il n’attendaient plus qu’à être scellés pour être considéré comme « classé ». La fatigue prie doucement d’assaut l’esprit du blond qui s’endormit, affalé sur son bureau. Cependant, les quelques minutes qu’il passa dans le royaume des songes furent une éternité dans un cauchemar long de plusieurs heures. Une plaine, une immense plaine, jonchée de cadavres, mais tous criant à l’unisson : « Ne nous oubliez pas ! ». La foudre gronda de plus belle, réveillant en sursaut Aston, le regard exprimant un tourment que lui seul semblait vivre.

ASSEZ !  


La respiration saccadée, les larmes montant doucement, embrumant son regard. Balayant les dossiers d’un revers de main, laissant s’échapper des photos que personne regarderait regarderais de bon coeur. A genoux par terre, le blond frappait du poing le sol, sans conviction et sans force, se répétant à lui même.

Pourquoi… ? Pourquoi… ? Pourquoi je suis le seul à m’en souvenir…   



 


Why I’m Human



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Why...? [Pv. Katherine] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

Why...? [Pv. Katherine] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 416
Date d'inscription : 30/09/2017


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptyVen 1 Mai - 21:07

Don't forget
I'm here

► Was there something I could've said to make your heart beat better ?
Un jour de congé comme tous les jours de congé que tu pouvais avoir. Depuis ce jour, où tu avais été agressée en pleine rue, tu n'oses plus sortir si tu es seule. Il faut forcément que tu sois accompagnée pour que tu te sentes rassurer. La violence laisse bien plus de marques invisibles qu'on ne le pense. Mais depuis que vous étiez dans votre nouvelle maison, tu t'ennuyais moins. Vous aviez un jardin, la chambre des enfants à faire... Tu avais de quoi t'occuper sans avoir forcément le besoin de sortir. Même si aujourd'hui, cela s'avère compliqué, étant donné que la météo n'était pas avec vous. Il avait plu, toute la journée. Alors tu devais rester à l'intérieur. Au final, tu avais fini par te poser sur un fauteuil, lisant un livre avec un fond de musique sur le gramophone du salon. Tu ne te souvenais pas du livre, étant donné que tu avais simplement fini par t'endormir.


Tu commençais peu à peu à ressentir la fatigue liée à ta grossesse. Grossesse d'ailleurs qui avançait à son rythme. Ton ventre s'arrondissait doucement, c'était encore petit, mais on pouvait commencer à voir deviner que tu étais enceinte rien qu'en te voyant. Aston quant-à lui, travaillait durement. Que ce soit au commissariat ou même à la maison. C'est rare, voir même impossible qu'il ne te laisse faire la cuisine ou le ménage, alors tu le fais quand il travaille. Histoire qu'il puisse se reposer après chaque jour aussi éprouvant les uns que les autres. 


Après ta sieste improvisée, tu t'étais occupée des affaires des enfants. Ce n'était question que de trois pyjamas chacun, vu que vous ne vouliez pas trop vous lancer dans leur chambre tant que des cartons n'étaient pas encore défaits, mais tu avais tout de même craquer pour ces vêtements depuis que tu savais officiellement que tu étais enceinte de jumeaux. Il était encore trop tôt pour définir si tu attendais deux filles, deux garçons, ou une fille et un garçon, mais au moins, vous étiez sûrs que vous alliez accueillir deux anges d'ici le début d'année prochaine. Alors que tu t'occupais de plier les vêtements de vos futurs enfants, tu avais entendu la porte en bas, signant que ton mari était rentré. Descendant doucement, était allée le rejoindre pour passer le reste de la soirée avec lui. Même si tu avais l'impression qu'il semblait travailler. Enfin, cela ne peut être qu'une simple impression...


Tu étais allée dormir en même temps que ton mari, t'enlaçant dans des rêves pour finir par t'endormir complètement. Ce n'est que très récent, le fait que tu rêves réellement. D'habitude, ce sont des angoisses qui bordent tes nuits, mais depuis peu, tu rêves souvent du visage de tes enfants, de ton mari les portant dans ses bras durant une journée ensoleillée. Mais quelque chose était perturbant dans ce rêve. Vous marchiez la foudre , vous souriez la pluie la tempête , tu tenais la main de ton mari sensation de froid à côté de toi. Inconsciemment, puisque tu dormais, tu serrais dans tes bras cette peluche d'ourson, cet sorte de doudou que tu possèdes depuis que tu es petite. J'ai froid, mais je suis toujours sous le soleil, avec mes enfants, pourquoi ? Un nuage arrive d'un coup au-dessus de vos têtes, « Assez ! » Aston ? Un éclair, des choses qui tombent. Tout tombe, tu tombes et...


Tu te réveilles en panique, perturbée par ce rêve. Tenant encore contre toi ta peluche, tu t'étais retournée pour voir ton mari mais surprise, ce n'était qu'une place vide à côté de toi. Encore dans les vapes, tu te frottais les yeux, constatant qu'il n'y avait rien à côté de toi. Le vide et un vacarme incessant en - bas. Comme des coups. Un frisson te parcourait. Quelqu'un était rentré chez vous et... Non, cela ne doit pas être ça. Tu t'étais levée d'un bond, n'osant pas allumer la lumière, alors tu t'étais armée d'une bougie. Posant une main sur ton ventre, légèrement gonflé et rond,  par pur réflexe. Tu essayais d'avancer doucement, ouvrant la porte des chambres de vos enfants, peut-être qu'Aston y était. Mais rien. Juste la chambre de l'un de vos enfants qui avait déjà été ouverte. Tu fronçais les sourcils, une légère peur s'emparait de toi tandis que tu descendais les escaliers. Au final, à la lueur de ta bougie, tu vis que la porte du bureau de ton mari était entre-ouverte et que les "coups" venaient de là. T'y dirigeant, silencieusement, ta main sur ton ventre, tu tombais sur un spectacle qui te faisait paniquer. Sans même hésiter, tu avais déposé la bougie sur une étagère, voyant des dossiers, des photos, étalés sur le sol et surtout, ton mari, à genoux.


Tu t'étais délicatement agenouillée face à lui, attrapant son poignet pour qu'il arrête de frapper au sol tandis que ton autre main était toujours restée sur vos futurs enfants. Tu le regardais dans les yeux. D'un air interrogateur, d'un air paniqué.


« Ch-Chéri, que fais-tu ici à cette heure là ? Q-Que t'arrive - t- il ? »
When you hurt under the surface, like troubled water running cold... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 462
Date d'inscription : 05/09/2015


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptySam 2 Mai - 20:39







Why I remember that ?



La mort est un phénomène naturel et personne ne peux y échapper. Elle est naturelle, parfois provoquée, comme le fond les animaux pour se nourrir. La survie, mais là… Elle était loin d’être naturelle, il n’y avait aucune intention de survie, juste une guerre stupide qui tuait des gens car la guerre, de part nature, n'épargne personne. Que ce soit physiquement, psychologiquement ou émotionnellement, la guerre laissait sa marque et Aston n’y échappait pas, faisant partie de la troisième catégorie.

Il en avait vu plus qu’un simple soldat ayant combattu dans une bataille, non, lui avait combattu dans des batailles mais surtout, il était malheureusement un gradé. Chaque bataille à son lot de morts, voulue et non voulue. Lui n’a peut-être participé qu’à quelques unes, mais il a vu les conséquences des autres. Il a vu la mort, parfois de trop près, mais il savait très bien à quoi elle ressemblait et surtout les dégâts qu’elle fait.

Elle a rendue amnésique une ville entière, qui semble vivre avec une guerre, les combattants semblant avoir oublier la raison de cette guerre. Aston lui ne pouvait pas… Il ne pouvait pas oublier ces visages, ces corps sans vie, sinon il les oublieraient à son tour et deviendrait… Il n’avait pas les mots pour décrire ce qu’il deviendrait, mais il était certain d’une chose : il ne serait plus humain. Il ne devait pas oublier, ce fardeau était aussi ce qui le rendait encore humain, mais… C’est difficile.

Une main se posa sur la sienne, le sortant très légèrement de ses songes. Doucement, le bruit du poing contre le parquet s’arrêta, remplacé par de légers gémissement de tristesses. Les larmes roulèrent sur les joues du capitaine, venant s’écraser sur une photo au sol.

Argh… Pourquoi…  


La douleur intérieure était bien trop grande pour être gardé pour lui seul. Il devait se confier, il le devait pour lui, pour garder son humanité, mais aussi pour sa femme. Il ne devait rien lui cacher, n’omettre aucun détails. Katherine devait savoir pourquoi il souffrait…

Pourquoi je suis le seul à m’en souvenir… ?  


Toujours les mêmes mots, la même question : Pourquoi ? Lui qui avait souvent la réponse ou qui la trouvait assez rapidement… Ce soir devint un homme ignorant, il ne savait plus pourquoi l’Homme avait oublié, pourquoi il se battait encore et encore. C’est d’ailleurs une ironie au goût particulier, l’allemand qui connaissait tout du rouage complexe qu’est l’être humain était maintenant désemparé face à son ignorance. Malgré les larmes, il reconnu sa femme et se jeta dans ses bras, ses doigts s'entrelaçant avec les siens tandis que son autre main se posait sur son épaule. La tête du blond vint doucement se poser sur le torse de sa femme, mais il ne cessait pas de pleurer, de se questionner.

Pourquoi je suis le seul à me souvenirs des défunts… ? Pourquoi ils ne se souviennent pas ? Pourquoi ils continuent… Katherine… Je t’en prie… Aide moi.   


Le regard d’Aston restait figé, il gardait la tête baissée, sur le torse de sa femme, pleurant les larmes les plus sincères et les plus chaudes qu’il n’ai jamais laissé couler. Il n’avait pas forcément besoin d’une réponse clair, il avait besoin de l’entendre, la sentir… Il avait besoin de sentir la vie, lui qui a côtoyé la mort bien trop souvent.

 


Why I’mHuman



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Why...? [Pv. Katherine] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

Why...? [Pv. Katherine] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 416
Date d'inscription : 30/09/2017


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptyDim 3 Mai - 0:08

Don't forget
I'm here

► Was there something I could've said to make your heart beat better ?
Tu connaissais assez ton mari pour deviner que quelque chose semblait le travailler, mais ici, cela ne t'avait pas choqué plus que ça. Te disant qu'il avait sûrement une longue journée dans les jambes, qu'il était juste fatigué. Ce qui était normal. Il reste un gradé, un homme avec des responsabilités au travail. Tu lui avais pourtant proposé de l'aider, ne serait-ce que tout simplement trier les dossiers de son bureau. Tu n'as plus beaucoup de jour de travail dans la semaine, autant t'occuper de manière utile. Mais il avait refusé. Mais cela t'inquiétait. Tu sais qu'il veut bien faire, qu'il veut t'empêcher de te surmener d'avantage. Mais tu voulais que cela soit réciproque, qu'il ne se surmène pas pour autant. Tu tiens à lui et tu ne veux pas que ta grossesse joue sur sa fatigue car il aura décrété que tu ne feras plus vraiment d'efforts jusqu'à ton accouchement. Tu n'étais pas vraiment d'accord, mais ton mari sait être convainquant et qui plus-est, tu n'arrives pas à lui tenir très longtemps pour ce genre de futilité...


Tes rêves ? Ils sont rares. Ils sont rares mais souvent liés au présent dans une certain forme. Comme si tes rêves étaient une sorte d'énigme à eux seuls. Qu'il fallait que tu trouves leur moral. Pourquoi sont-ils comme ça. Pourquoi sont-ils si peu explicites. Comme ce soir. Ce rêve étrange, pourtant une journée en famille, mais la foudre, le temps qui se dégrade, la sensation de froid... Tout ça était lié au présent. Cela te le confirmait encore plus quand, en te réveillant, tu vis qu'il n'y avait personne à côté de toi. Une place vide alors qu'habituellement, il y avait la douce silhouette de ton mari à tes côtés. Mais ici, rien.




C'est en descendant que tu le trouvais. L'air paniqué sur ton visage montrait bien ta surprise, ta peur de le voir ainsi. Il avait l'air tout sauf bien. Perdu, perdu au milieux de dossiers, de photos macabres, sanglantes. Des photos que personne ne voudrait voir. Il était là. En larme. Frappant sans force le sol, comme si il attendait qu'on l'aide. Qu'on lui sorte la tête de l'eau. Tu allais bien sûr répondre à l'appel à l'aide ton mari. Tu étais là pour lui. Il parlait à lui-même. Il me rappelle... Moi... Durant ces soirs où je me scari-... Il s'était jeté dans tes bras, en posant ces questions floues. Croisant ses doigts avec les tiens, posant une main sur ton épaule et sa tête sur ta poitrine. Il pleurait à chaudes larmes. Tu sentais cette pluie salée sur ton haut de pyjama, les tremblements de la main de ton mari. Il te demandait une réponse, il demandait à ce que tu sois là. Il ne te disait pas cela explicitement, mais tu sentais qu'il avait besoin de toi, et tu n'allais certainement pas l'abandonner.


Ta main, au préalable posée sur ton ventre, s'était déplacée, pour doucement se déposer sur la tête de ton mari, lui caressant les cheveux. Y mettant tout ton coeur pour pouvoir le rassurer comme tu pouvais. Serrant la main qui était enlacée avec la sienne, tu viens poser ta tête sur la sienne, te mettant doucement à le bercer, pour le rassurer. Je suis là mon amour, je suis là et je serais toujours là. 




« Je suis là Aston, ça va aller... Calme toi. »


Tu avais doucement bougé, histoire d'être assise au sorte, certes, mais de manière un peu plus confortable, gardant ton mari contre toi, continuant les caresses dans ses cheveux si doux, ses cheveux blonds si parfaits. Le serrant un peu contre toi, tu viens lui murmurer, comme si tu voulais que seul lui puisse l'entendre.


« C'est parce que tu es beaucoup plus humain que tu ne le penses mon amour... L'Humanité fait mal, surtout quand on est confronté à la pire de Ses erreurs, et qu'elles nous tourmentent dans une flaque de sang. Même à travers des photos, l'Humanité nous prends aux tripes sans jamais vouloir nous lâcher... Mais mon ange... »


Tu avais doucement cessé tes caresses, menant une main à son menton, pour qu'il lève la tête, qu'il lève son regard vers le tient. Tu avais planté tes yeux rubis dans son regard si beau. Gardant cette main sur ce menton, tu posais ton front contre le sien.


« Je suis là. Tu n'es pas seul. Dit moi ce qui te tourmente... Que je puisse t'aider... »


Même si tu penses avoir ta réponse, tu voulais qu'il te le dise de lui-même.
When you hurt under the surface, like troubled water running cold... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 462
Date d'inscription : 05/09/2015


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptyMar 5 Mai - 15:18







Why I remember that ?



Avoir quelque chose ou quelqu’un à qui se raccrocher dans ce métier était important. Il fallait une grand force morale pour survivre dans ce milieu et jusque là Aston avait très bien réussi de part son sérieux et sa froideur. Cependant… Maintenant qu’il avait une femme dans sa vie à aimer de tout son être et bientôt une famille, les visons d’horreur auxquelles il ne rattachait aucuns visages personnels prenait maintenant forme, elles prenaient la forme dans sa peur de perdre sa famille, celle pour qui il donnerait tout.

Sentir sa femme, ce contact physique, son odeur et surtout… Sa voix si apaisante, si délicate d’attentions et de mots bien choisis, murement réfléchis. Katherine était la seule femme qui comptait vraiment dans sa vie, il donnerait tout pour elle et la sentir à ses côté… L’apaisait dans un sens. Son monde s’écroulait, son bastion de froideur et de sévérité qui l’avait protéger des contre-coups de la guerre volait en éclats face à cette femme aux yeux rubis, ces même yeux qui voyaient en Aston un humain là où lui n’y croyais plus, s'accommodant au surnom des hommes les moins perspicaces : Le monstre d’Allemangne.

Sentir la main de sa femme passer doucement dans sa chevelure dorée, l’entendre dire le mot « humain » pour le désigné. Sa respiration saccadée se calma doucement, mais surement, mais les larmes coulaient toujours. Relevant doucement la tête sous le mouvement de sa femme, son regard se plongea dans celui rassurant de sa chère et tendre femme. Front contre front, c’est comme une liaison spéciale, unique, qui liait les deux êtres, un lien que le blond savait plus fort que tout, mais il devait, pour scellé cette confiance absolue tout lui dire, même son passé en Allemagne.

Je… Je vois leur visages… Leurs corps… Je vois sans cesse les horreurs de la guerre… Je me souviens de tout ça car… Car ils ont oubliés, sinon il n’y aurait plus de guerre. Je suis obligé de m’en souvenir, les oublier me ferrais oublier pourquoi je me bat mais… C’est si dur… Avant je n’avais pas cette peur…  


Détournant le regard, se mordant la lèvre inférieur, il était si difficile de d’exprimer toutes ces peines. Il se lança cependant, le regard terne, comme quelqu’un qui en a trop vu pour toute une vie.

Pour protéger tout le monde j’ai l’impression de mettre perdu dans toutes ces horreurs, au point de… De perdre une partie de moi… Mon humanité…    


Cette peur n’avait qu’une seule origine : Katherine Hammerman, sa femme. Elle est son seul point faible, mais aussi sa plus grande force. C’est pour la protéger elle et tout les habitants qu’il se battait et parfois, qu’il en perdait son humanité. Rien que son dernier interrogatoire… Il espérait vraiment ne pas avoir recours à tout cela, mais il l’avait fait pour une seule raison : sauver des vies. Il avait abandonner son humanité face à une seule personne pour en sauver des centaines d’autres.

Suis-je vraiment… « Le monstre d’Allemagne » ?  Je pensais l’avoir enterré depuis longtemps… Katherine… J’ai peur…  


Peur d’avoir perdu son humanité, peur de la perdre car elle verra un monstre… Il avait peur de tout ce soir… Cet interrogatoire ne l’avait pas aider, il avait du ressortir un trait de caractère bien sombre pour sauver des centaines d’innocents. Il ne voulait pas être comme ça, il pensait pouvoir y arriver sans avoir recours à ça mais… Il semblerait que la guerre avait déjà altérée ses sentiments pour se passer d’empathie le temps d’obtenir ces in formations.

Aston voulu caresser doucement le visage de sa femme, mais son mouvement se stoppa et il tremblota légèrement. Fermant sa main il se refermait doucement sur lui-même, pensant à ce qu’il venait de dire… Peut-être était-il un monstre ? Qu’il ne méritait pas son amour ? Il avait peur de la voir le fuir, fuir car sa réputation le précédait. Il l’aimait, grâce à elle il s’en était sortie, il ne voulait pas la perdre… Il ne s’en remettrait pas…

 


Why I’mHuman



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Why...? [Pv. Katherine] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

Why...? [Pv. Katherine] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 416
Date d'inscription : 30/09/2017


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptyMar 5 Mai - 17:08

Don't forget
I'm here

► Was there something I could've said to make your heart beat better ?
Tu ne l'as jamais vu ainsi. Tu ne l'as jamais vu aussi impuissant. Pourtant dans un sens, tu t'en doutais. Tu t'en doutais qu'un jour, tu le verrais dans un état négatif. Il a beau être fort, il a beau être tout pour toi. Il reste un Homme. Un humain, parmi tant d'autre. Un Homme qui a sans doute trop vu, de par son grade, d'horreur. Tu ne peux pas le savoir, depuis que vous êtes ensemble, votre demeure est un peu comme une bulle. Rares sont les fois où vous parliez sérieusement de boulot. De dossiers. Vous parliez de votre vie, de votre vie de couple, de mariés. Vous sortiez de votre rôle de criminologue, de capitaine, tout ça pour vous concentrer sur vous. Mais était-ce, au final, une bonne chose. De tout effacer, comme si rien n'existait ? Tout enfermer à l'extérieur, et tout se reprendre en pleine tête quand on sort travailler ? Tu remet cette habitude en question. Tu remet ce quotidien en question en voyant ton mari dans cet état. Cela te brisait le cœur. Je suis là, qu'importe ce que tu as sur le cœur, je resterai ta femme; je resterai à tes côtés toute ma vie...



Tu le serrais contre toi, le berçant doucement. Des caresses dans ses cheveux, un silence. Tu essayais de le rassurer comme lui savait te rassurer dans les moments les plus bas de ta vie. Puis tu colles ton front contre le sien. Histoire de voir ses magnifiques yeux, que tu ne cesses jamais de complimenter. Tu te plonges dans ce regard, ne voulant jamais le perdre et surtout ne voulant plus jamais le voir ainsi; humide. A la pluie salée sur ses joues. Cela te fend le cœur. Tu sentais son souffle saccadé tandis qu'il te répondait. Tu l'écoutais. Tu l'écoutais comme cette oreille attentive que tu seras toujours pour cet homme qui comptait pour toi. 

La guerre.

Voilà pourquoi il était ainsi. L'homme que tu aimais était, au final, un simple rescapé d'une guerre sanglante. D'une guerre qui avait marquée son esprit, bien trop humain pour supporter longtemps ces effluves de sang. Pour supporter longtemps ces morts, ces cadavres, ces personnes qui ne sont désormais que des souvenirs pour leurs proches, comme des cicatrices encore ouvertes pour ton mari. Tu ne pouvais pas dire que tu comprenais sa douleur. Tu n'as jamais connu la guerre, du moins, en première ligne. Tu es toujours dans le fond de la salle. A compter les morts, à constater les chiffres qui grandissent. Mais tu n'as jamais eu à affronter cette Horreur Humaine. Celle de la guerre, celle du sang. Voilà qu'il revivait cette guerre. Il la revivait sous forme de cauchemar, alors qu'il pensait avoir tout oublié, alors qu'il pensait l'avoir enterrée... Et tu étais là, comme une spectatrice de tout ça. Comment as-tu pu passer à côté du malheur de cet homme qui arrive à te faire sourire chaque jour ?


Tu le laissais parler, tu sentais qu'il en avait besoin. Tu le laissais s'exprimer, sans l'interrompre. « Suis-je vraiment… « Le monstre d’Allemagne » ?  Je pensais l’avoir enterré depuis longtemps… Katherine… J’ai peur… ». Sa dernière phrase te fit trembler. Trembler car ton mari remettait en question son humanité. Sa tentative de lever sa main, transformée en échec après avoir tremblé... Tout ça, ce n'était pas lui. Cet homme si fier, si fort, où est-il ? Faisait-il exprès, après tout ce temps, de se montrer sous un beau jour, sans penser un seul instant qu'il allait craquer ? Ta main se serre. Tu déglutis. Retenant tes larmes, tu t'étais doucement reculée. Histoire de le regarder.  Tu avais lâché sa main, tu n'avais plus aucun contact physique avec lui. Tu le regardais pourtant tendrement, avec un léger sourire.


« Un monstre, dis-tu ? »


Tu prenais sa main gauche. Là où son alliance, votre alliance mutuelle brillait. Tu t'agenouillais, de sorte à être assise, droite, le fixant.


« Mon amour, écoute moi attentivement. »


Tu venais doucement poser ta main sur sa main gauche.


« Un monstre n'aurait pas ça. » dis-tu, en parlant de son alliance.


T'approchant de lui, tu menais ta main libre sur sa joue, essuyant ses larmes.


« Un monstre n'aurait pas ça non plus. » dis-tu, en parlant de ses larmes.


Continuant tes gestes, tu vins cette fois-ci mener sa main sur sa propre poitrine, pour qu'il puisse sentir son cœur.


« Un monstre n'aurait pas ça. » dis-tu, en parlant de son cœur.


Tu serrais sa main dans la tienne, lui montrant qu'il était humain. Qu'il ne devait pas en douter, tu serais là pour le lui rappeler.


« Et surtout... »


Tu menais sa main sur ton ventre, qu'il n'oublie jamais qu'il avait une famille. Qu'un "Monstre" ne possède pas d'humanité, au point de ne jamais fonder de famille.


« Un monstre n'aurait certainement pas ça. » 


Serrant sa main dans la tienne, tu reculais sa main de ton ventre. Tu essayais de lui faire comprendre, de le rassurer. De lui montrer qu'il a beau avoir un passif en Allemagne. Qu'il avait beau avoir un surnom aux teintes négatives. Qu'il avait beau avoir un caractère qui lui faisait penser à un monstre, tu aimes l'homme qui se nomme Aston. L'homme qui se trouvait en face de toi. L'homme qui faisait mention de ses craintes. Il était juste en train d'affronter toute l'Humanité qui le composait. Lui, ses gestes, ses pensées. Tout de lui. Il agit pour la paix, parfois de manière assez dure. Mais dans le fois, il reste un homme avec des craintes. Et tu es là pour les panser.


« Tout cela montre que tu n'es pas un monstre, mais un humain. Un homme. Un être-vivant avec des sentiments, des angoisses, des craintes, comme tout Homme sur Terre... »


Tu lâchais sa main, délicatement, pour tendre tes deux bras. Pour lui faire signe de revenir contre toi, que tu seras toujours ce support pour éviter qu'il ne s'effondre. Tu ne le laisseras jamais se noyer. Tu es toujours là et tu le seras à jamais, pour lui, pour panser ce cœur en peine.


« Si Ils te hantent. Si Ils restent toujours, ancrés dans tes yeux, dans ton cœur, dans ta tête, c'est parce que, à côté d'être un soldat qui est là pour défendre cette ville, tu es par extension, une victime de cette guerre. Tu es un humain, un humain qui est hanté par le sang qu'il voit de trop pour quelqu'un de jeune. Tu as vu trop d'horreur, beaucoup trop d'horreur... »


Quand il s'était blottit contre toi, tu l'enlaçais, délicatement, murmurant à son oreille tandis que tu t'étais remise à lui caresser ses cheveux si parfaits. Des larmes commençaient à doucement perler sur tes joues, ta grossesse te rends encore plus sensible que tu ne l'es habituellement. Alors tu as les larmes faciles.


« Mais tout comme un soldat... Il a ses plaies et ses pansements. Laisse moi t'aider à panser ces plaies, ces peines. J-Je n'arriverai peut-être pas à effacer ces images, ces scènes qui te hantent, mais laisse moi te montrer que tu es humain. Aston Hammerman, croit moi, Katherine Hammerman, que tu es l'homme le plus humain que je connaisse, l'homme dont l'humanité ne le quitte jamais, qu'importe ce qu'il fera... C'est pour ça que je te t'aime. »
When you hurt under the surface, like troubled water running cold... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 462
Date d'inscription : 05/09/2015


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptyJeu 7 Mai - 17:10







Why I remember that ?



Il y a toujours une raison qui explique les choses. Aston le savait, il connaissait la psychologie humaine, il s’avait qu’un homme était le fruit de son environnement et de ses choix. Il sait qu’un Homme ne nait pas foncièrement mauvais. Cependant, il ne trouvait pas la raison qui lui à valu son comportement et son surnom. Il ne faisait pas ça par gaieté de coeur… Il ne savait pas comment répondre à la cruauté des hommes… Devait-il vraiment s’abaisser à leur niveau ?

Le blond se sentait vide, vide de force physique, se laissant tomber dans les bras de sa femme, mais aussi morale, car il laissait pleuvoir son désespoir. Il avait été fort longtemps, ne se reposant sur personne car il n’avait tout simplement personne, mais aujourd’hui… Il avait une femme qu’il savait maintenant toujours avec lui, peu importe son passé et ses choix. Il n’avait pas l’habitude de s’appuyer sur quelqu’un, mais maintenant… Il se sentait soulagé.

Ce sentiment de relâcher la pression, mais d’être toujours soutenu, c’était si agréable… Ses doutes disparaissaient quand sa femme, accompagnant chacune de ses paroles par des gestes simple mais si tendre. Cette tendresse qui chassait les souvenirs de ce monstre pour lui rappeler qui il est, quel Homme il est et tout ce qu’il a bâti.

Les larmes cessèrent de couler au fur et à mesure des paroles tendres et des gestes délicats. Chacune des paroles de la  femme en face de l’allemand le rassurait et quand elle ouvrit ses bras, il s’y engouffra délicatement. Il ne parlait pas, il écoutait juste sa femme lui parler de sa douce voix. Elle était rassurante, délicate et pleine d’attentions… Comment Aston avait-il pût penser qu’elle serait là s’il était vraiment un monstre. Les caresses avait le don de l’apaiser et son regard perdit de sa tristesse pour fixer un point de la pièce, comme perdu dans des réflexions, il écoutait calmement, profitant de ces douces caresses. Doucement, Aston posa sa main sur celle de sa femme.



Je hais mon passé et ce que j’ai fais… Je m’en veut énormément… C’était la seule réponse que j’ai trouvée à l’horreur et l’aveuglement des hommes… Aujourd’hui je ne veux plus être ce « monstre »… Tu me rend meilleur Katherine, tu me change, dans le bon sens du terme…  


Doucement, le blond s’allongea et se mit sur le dos, tête toujours sur les jambes de sa femme. Il plongeait son regard dans le siens, restant dans un silence apaisant, il caressait doucement cette main libre.

Je n’aime pas ce que j’ai été, mais… Tu me fait aimer l’homme que je suis et surtout… Je t’aime, toi, Katherine Hammerman, ma femme et la mère de nos futurs enfants.  


Doucement, il se releva, les larmes ayant séchés, il savait maintenant qu’envers et contre tout sa femme sera à ses côté. Elle avait une confiance inébranlable en lui et lui en elle. Il la regarda dans les yeux et souris, un sourire léger, faible, mais rassurant. Rassurant sur son état allant déjà mieux en sachant qu’il n’est plus tout seul. Il avait sa femme et elle avait son mari. Doucement il vient l’embrasser tendrement, séchant tendrement les larmes sur les joue de sa femme et venant l’enlacer.

Désolé de t’avoir inquiété. Promis, je partagerais avec toi mes craintes, mes angoisses tout comme tu pourra le faire et, ensemble, nous serons plus fort que tout cela. Je t’aime tellement…  


La fatigue du stress grandissant et des cauchemars se faisait maintenant ressentir, mais Aston ne voulait pas quitter sa femme, il voulait s’endormir avec elle, dans leur cocon à eux. Il se sentait bien avec Katherine, elle était littéralement sa vie et il ne l’imagine pas sans elle. Elle était sa femme et il la chérira tout sa vie.

 


Why I’mHuman



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Why...? [Pv. Katherine] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

Why...? [Pv. Katherine] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 416
Date d'inscription : 30/09/2017


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptyVen 8 Mai - 0:06

Don't forget
I'm here

► Was there something I could've said to make your heart beat better ?
L'avoir contre toi. Cela te rassurait. Te prouvait qu'il était là. Toujours vivant malgré son cœur en peine. Malgré sa tristesse. Mais tu étais là pour lui. Tu seras toujours là pour lui. Pour le serrer dans tes bras. Pour caresser cette chevelure si douce. Si parfaite. Tu l'écoutais parler de son passif. De ses regrets. Du fait que tu le changeais. En bien. Si il savait à quel point il t'avait changé aussi. Tu ne serais pas cette femme que tu étais actuellement sans lui. Tu souriais tendrement quand il s'était allongé sur tes genoux. Tes cheveux tombants légèrement autour de lui tandis qu'il caressait une de tes mains. Tu lui caressais toujours les cheveux. De manière plus douce.


> "Je n'aime pas non plus mon passé..."


Dis-tu en fixant ces cicatrices visibles sur tes bras. C'etait un passé relativement proche. Mais c'était marquant. Autant physiquement  que mentalement pour le coup. Tu caressais la joue de ton mari, souriant tendrement.


> "Tu ne seras plus jamais ce monstre mon amour... Sache que tu m'as changé aussi et... Je suis fière, si heureuse que tu sois le père des enfants que je porte et... L'homme de ma vie..."

Tu continuais de sourire tandis qu'il se levait. Un rictus faible sur ses lèvres. Lèvres qui s'étaient doucement collées contre les tiennes en même temps qu'il effaçait tes larmes. Le regardant dans les yeux pendant qu'il t'enlaçait, tu venais tout simplement à l'admirer. Tu aime cet homme. Cet homme avec ses faiblesses. Mais aussi avec ses forces. Tout cela intensifiait le fait que tu l'aimais. De toute ton âme.


> "Ne garde rien pour toi... je suis là et je serais toujours là pour toi. Qu'importe ta douleur et ta peine. Moi aussi je t'aime mon amour..."

Tu avais doucement embrassé l'une des joues de ton mari avant de te relever. Fronçant les sourcils, tu t'étais penchée en déposant une main sur ton ventre, ramassant les photos et papiers qu'il y avait au sol. Les déposant soigneusement sur le bureau de ton mari avant de le regarder. Ta main toujours sur ton ventre. Une sorte de tic dorénavant.

>"Fait moi plaisir cependant... Arrête de ressasser les défunts... Alors que tu vas avoir deux enfants auxquels je vais donner la vie... Ce n'est pas sain pour toi de mélanger la vie et la mort dans un même foyer..."


Prononces tu, d'un air doux comme sérieux dans le fond. Le prenant doucement par le bras, tu vins, de ta main libre, éteindre les lumières, prenant ta bougie encore allumée. Doucement, vous retourniez dans votre chambre. Prenant une de tes peluches dans tes bras, tu venais te blottir contre Aston, t'étant endormie assez rapidement, vu que tu étais contre lui...


Tu t'étais cependant levée extrêmement tôt. Prise par quelques douleurs et nausées. Rien de bien grave. En te levant, malgré que tu étais patraque, tu avais pris le temps de remonter la couverture sur les épaules de ton mari, encore endormi. Sans doute encore épuisé par la soirée mouvementée... C'etait la première fois depuis bien un bon moment que tu étais là première débout. Alors autant te rendre utile. Même si il faisait assez frais. Tu étais qu'en robe de nuit, plus pratique pour ta grossesse. Mais du coup tu avais froid. Fouillant dans l'un des cartons en bas, tu vis que c'étais un carton avec des vêtements d'Aston.


Tu avais trouvé une sorte de pull qui lui appartenait. Qui était bien évidement trop grand pour toi. Mais qui était plus que confortable et chaud. Alors tu doutes que cela ne le dérangera pas que tu lui piques ce pull... Tu t'étais d'ailleurs souvenue qu'il était censé travailler aujourd'hui. Mais vu dans l'état où il était hier, tu te dis que c'est une mauvaise idée qu'il aille au commissariat. Alors tu en profitais qu'il dorme pour appeler le commissariat. Par chance, tu étais tombée sur Thèves. Mentant un  peu en disant que tu avais quelques soucis cette nuit et que tu avais besoin d'Aston pour t'aider aujourd'hui. Au final, tu avais réussi à négocier un jour de congé après une bonne dizaine de minutes au téléphone avec les supérieurs.


Regardant l'heure, tu te dis que ton mari n'allait pas tarder à se lever, en pensant qu'il travaillait. Alors calmement, tu étais partie en cuisine. Cuisinant doucement quelques Pancake tout en faisant couler le café matinal de ton mari. Après que tout cela soit préparé, tu avais tout déposé sur un petit plateau, le portant calmement, tu montais les matches, ouvrant doucement la porte.


> "Ne stresse pas vu l'heure mon cœur... Tu ne travailles pas aujourd'hui."


Tu t'approchais doucement de lui, déposant le plateau sur la table de nuit. Te penchant doucement tout tendrement embrasser ton mari.


> "... Je t'ai préparé ça, je me suis dis que cela te ferait plaisir... Ah et j'ai fait en sorte que tu sois en congé aujourd'hui..."


Trop d'informations d'un coup. Le laissant se réveiller, tu t'étais assise à côté de lui, posant une main sur ton ventre. Ayant encore un peu mal.


> "J-Je me suis dis qu'on pourrait aller se balader un peu aujourd'hui... Rien que nous deux... Ça te ferait du bien..."
When you hurt under the surface, like troubled water running cold... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 462
Date d'inscription : 05/09/2015


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptyVen 8 Mai - 13:39







Why I remember that ?



Aston se confiait sans filtre, il voulait être clair comme de l’eau de roche, que leur relation ne soit pas entachée par des secrets de ce genre, bloquant un homme dans le passé. Il voulait avancer aux côtés de sa femme, laisser derrière lui le passé douloureux et vivre une vie qui le comblerait de bonheur. Ce soir là, il venait de briser ses chaines de solitude, partageant ses craintes les plus profondes avec celle qui partageait maintenant sa vie.

Tout deux avaient un passé peu glorieux, voir même assez triste, Aston le savait et il l’aimait malgré tout cela. Il aimait Katherine plus que tout au monde, il l’acceptait comme elle était et elle faisait de même. Mais ensemble ils surmonteraient toutes les épreuves qui se dresserons devant eux et surtout, ils pourraient tourner la page.

Comme une promesse avec pour seuls témoins la pluies et la Lune, le couple se jura d’être là l’un pour l’autre, apaisant de nouveau le coeur torturé du jeune homme à la chevelure dorée. Il asquiesça d’ailleurs à la remarque de sa femme. Ressasser les défunts alors qu’il allait être père n’est pas une bonne idées. Peut-être que chérir la vie plus que de déterrer les souvenirs des morts était la meilleur solution pour les honorer ? C’était la pensée qui traversa cet esprit plus apaisé.

Main dans la main, Aston suivait sa femme dans leur chambre et il s’endormie à ses côtés. Les visions avaient cessées et quand elle semblait faire leur apparition, le blond regarda sa femme dormir paisiblement et elles disparaissaient de nouveau. C’est avec un léger sourire au lèvre et la tête face à sa femme que le capitaine s’endormi, prit de la fatigue des émotions.

Le lendemain, c’est la douce voix de sa femme qui le tira de sa torpeur assez inhabituelle pour le coup. Il devait avouer qu’il était assez fatigué, mais alors qu’il commençais déjà à se demander comment il pourrait justifier son retard, Katherine le rassura. Sa femme semblait avoir tout prévue, lui annonçant qu’il ne travaillait pas aujourd’hui. Surement avait-elle due appeler le commissariat avant son réveil. Un baisé le fit doucement sourire, puis quand il vit le plateau devant lui, son sourire s’accentua un peu : des pancakes et un café. Ce genre d’attention lui faisait plaisir, surtout après la nuit mouvementée qu’il avait passée.

Tu est adorable… Merci. Et je pense que tu a bien fait, avec cette nuit pour le moins… Mouvementée, j’ai juste besoin d’être avec toi aujourd’hui.


Un doux sourire à sa femme, mais le regard encore un peu fatigué du début de réveil, le blond pris doucement la main libre de sa femme pour venir y déposer un baisé. Il commença doucement à découper son petit déjeune, mais en deux. Il se doutait bien, vu l’heure qu’elle n’avait surement pas manger elle aussi. Il l’a tira doucement à ses côtés, pris un bout de pancake qu’il lui tendit avec le sourire.

Je partage ma vie avec toi, on peut bien partager un petit déjeuner. Et… Bonne idée, la balade.


Toujours son léger sourire au lèvres, le couple dégusta le petit déjeuner ensemble, puis le blond regarda sa femme amoureusement une fois tout cela finit. Il alla doucement prendre une douche pour se préparer à cette balade et laissa ensuite sa femme prendre la sienne. Le temps de qu’elle se prépare dans la salle de bain, le capitaine retourna dans son bureau.

Elle a raison… Je ne dois pas oublier, mais je ne dois pas non plus me tourmenter… Le meilleur moyen de ne pas oublier est de protéger vos proches, qu’ils ne vous oublies pas, chérir la vie…


Ils disait tout cela fasse à ses trois dossier attendant la scellée pour clore l’enquête. Je blond pris la cire et le tampon de son grade et vint sceller un à un les dossiers, sa manière à lui de tourner la page. Le plancher derrière lui sembla grincer, c’était sa femme qui l’observait en silence. Il se retourna avec un léger sourire. Il en avait finis ici, il ne lui restait plus qu’à passer la journée avec sa femme.

Prête pour notre journée en amoureux ?




Why I’mHuman



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Why...? [Pv. Katherine] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

Why...? [Pv. Katherine] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Why...? [Pv. Katherine] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 416
Date d'inscription : 30/09/2017


Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] EmptyVen 8 Mai - 18:22

Don't forget
I'm here

► Was there something I could've said to make your heart beat better ?
Habituellement, depuis le début de ta grossesse, c'est Aston qui te comble de joie avec toute sorte de petites attentions diverses et variées. Mais c'était toujours bien de changer un peu tout cela. Et puis tu voulais simplement qu'il passe une bonne journée. Et quoi de mieux pour ça que sortir un peu prendre l'air. Il faisait relativement bon et doux. Certes un peu frais, mais cela faisait du bien. Suffisait de s'habiller un peu chaudement et cela ne serait plus un soucis. Tu souriais à ton mari encore un peu mentalement endormi. Il semblait approuver le fait de ne pas travailler en ce jour. Plutôt profiter pour sortir, rien que vous deux... Ou vous quatre, selon le point de vue. Tu serrais sa main tandis qu'il embrassait la tienne.


Tu avais failli refuser le fait de partager ce petit petit-déjeuner... Tu l'avais fait pour lui et puis, tu n'avais pas fortement faim. Mais en étant raisonnable, tu te disais qu'il serais plus sage pour toi que tu manges un peu étant donné que vous alliez certainement passer la journée dehors à marcher. Alors tu t'étais installée à ses côtés. Mangeant un peu auprès de lui. Après un regard tendre partagé, tu le laissais prendre sa douche tandis que tu ramenais le plateau au rez-de-chaussée. Te posant à la fenêtre quelques minutes avant d'entendre ton mari descendre. Lui souriant, tu allais à ton tour prendre une douche. Ayant prit soin de prendre des vêtements demi-saison au préalable. L'eau chaude sur ton corps t'apaisait. Te donnait de l'énergie et avait en même temps calmé tes quelques petites douleurs.


Tu t'étais légèrement maquillée, portant un bijoux de tête aux pierres rubis, hérité de ta mère, tu avais cependant laissé tes longs cheveux pourpres lâchés. Quant à ta tenue, tu portais un pantalon simple, sobre, avec un haut légèrement ample, laissant tout de même entrevoir la forme arrondie de ton ventre qui protégeait ces deux petits êtres en développement.


Sortant de la salle de bain après tes préparatifs, tu redescendais au rez-de-chaussée, te dirigeant doucement dans le bureau de ton mari vu qu'il s'y trouvait. Tu restais silencieuse, te posant contre l'encadrement de la porte en attendant que l'homme de ta vie finisse ce qu'il avait commencé. Quand il s'était retourné, tu lui avais doucement souri.


> "Je suis plus que prête darling."


T'accrochant à l'un des bras de ton mari, tu le suivais jusqu'à l'extérieur, fermant votre maison ainsi que le portail de votre jardin. Commençant votre balade, tu avais doucement posé ta tête contre le bras d'Aston. Fermant doucement les yeux. Cela te faisait du bien. De simplement marcher avec lui, sans penser à rien.


> "Vu que je sais que tu ne veux pas trop te lancer dans les achats pour les petits tout de suite dans l'immédiat... "


Dis tu, un doux sourire sur les lèvres. Ce n'était pas un reproche. Loin de là.


> "On pourrait tranquillement se balader... Et se poser dans une cafétéria qui vient tout juste d'ouvrir ! Il paraît qu'ils font des vrais thés londoniens et... Des cafés vraiment bons !.... Meme si ça risque de pas être possible pour moi le café... Mais pour toi ! Qu'est ce que tu en dis ? En plus ils font plein de pâtisseries ! "


Tu reprenais ton souffle, fronçant les sourcils.


> "... Désolee chéri... J-Je suis juste si.. Heureuse de pouvoir me balader... Avec toi, que j'ai envie de faire plein de chose ... "
When you hurt under the surface, like troubled water running cold... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Why...? [Pv. Katherine] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Why...? [Pv. Katherine] Empty
MessageSujet: Re: Why...? [Pv. Katherine]   Why...? [Pv. Katherine] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Why...? [Pv. Katherine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Rps 2020-