La ville est en Novembre 2020

Partagez
 

 Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Disciple
Félicia Harleen Quinzel

Félicia Harleen QuinzelDiscipleMessages : 763
Date d'inscription : 12/02/2016


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptyJeu 11 Juin - 23:27



Bikini Battle Warriors Quederla Edition

Feat. Valentina Durandal Mary

Au début, tu n'en croyais pas tes yeux. Une simple petite lettre, en rentrant du boulot provenant d'une agence de mannequinat. Tu en avais déjà entendu parler, tu restes quand même assez attentive à la mode, tu te tiens au goût du jour. Par contre, penser un jour que tu seras contacter par celle-ci alors que tu n'as rien demander, c'est quand même impressionnant. Tu pris le temps de lire la lettre plusieurs fois, au cas où que tu rêvais, mais non, c'était bien le cas. On t'invitait à devenir mannequin d'un jour pour un défilé de mode. Tu savais que des agences faisaient cela dans le monde, genre inviter des amateurs, de belles femmes à venir tester le métier, se prendre pour des mannequins une journée afin de goûter à ce plaisir. Ce n'a jamais été ton rêve, disons que faire ta vie à l'intérieur, où tout passe par le physique, rien dans le cerveau, ce n'est clairement pas pour toi. Par contre c'est un fait, tu entretiens ton corps, tu en as besoin pour tes activités, mais c'est ton cerveau qui tu travailles le plus. Tu es une femme brillante, tu ne veux pas qu'on t'admire pour ton cul, mais bien pour ton cerveau, ta personnalité. Par contre, ça peut réellement être marrant de tester cela ne serait-ce qu'une journée, t'amuser, tester de magnifiques vêtements, bref, tu vas t'amuser. En plus, tu pourras peut-être garder les vêtements que tu porteras, cela remplira un peu ta garde de robe avec tout ça, et en plus gratuitement.

Le jour J, tu avais bien sûr prit ta journée, tu ne vas pas rater une occasion pareil. Dans tous les cas, même si personne ne voudrait, tu aurais payé quelqu'un pour faire ton sosie, tu n'aurais pas rater cette occasion juste à cause du boulot. Tu te réveillas tôt, tu avais dû mal à dormir tellement que tu étais excitée pour le coup. C'est assez rare que tu as des événements ainsi qui arrive dans ta vie, donc autant en profiter. Déjà que d'habitude tu prends du temps dans la salle de bain, mais là, ce fut une horreur. Tu monopolisas cette pièce pendant des heures. Douche, rafraîchissement, rasage, épilation, maquillage, manucure, etc., bref, la totale. Tu te doutais très bien que tu allais être chouchouter par des experts sur place, mais tu ne pouvais pas te présenter comme une pouilleuse, c'est ton honneur qui est en jeu. Tu pris du temps pour choisir tes vêtements, tout, il faut que tout s'accorde parfaitement, chaque partie de ton corps, de tes vêtements, tes bijoux, tes sous-vêtements, tout fut choisit avec minutie pour être, selon toi, parfaite. Ce fut long, mais malheureusement, prendre soin de soi, c'est très long. C'est très rare que tu prennes autant de temps, que tu fasses autant d'effort, mais là pour l'occasion, c'est mérité. En tout cas, tu étais prête, ton invitation avec toi, histoire de prouver ton histoire, on ne sait jamais, cela aurait pu être une mauvaise blague. Tu te rendis donc au lieu de rendez-vous, dans le parc de la ville, dans la rue piétonne. Il fait super beau, une chance, cela permet de faire un défilé en plein air, c'est rare, mais ça va tellement être agréable, du moins tu le penses. Tu en as jamais fais, mais en plein air, c'est quand même plus sympa que dans une salle fermée. En plus, tu pourras profiter du soleil en plus des flashs et de tout le reste.

En arrivant au parc, tu pouvais remarquer qu'il a été préparé et adapté à l'occasion. Un immense podium fut installé au centre du parc, des sortes de caravanes, enfin de gros emplacements ont été installé derrière afin sûrement de servir de vestiaires, des chaises de préparer, bref, tout ce qu'il faut pour faire un magnifique défilé et surtout pour se changer. Tu avais hâte de voir les tenues qu'on allait te proposer et que tu auras la chance de tester. Sur les lieux, tu te présentas, expliqua la situation, et tu fus pris en charge immédiatement. On t'emmena dans une loge afin que tu puisses être mise entre les mains d'une maquilleuse, d'une coiffeuse, tout ce qui faut pour que tu puisses être magnifique. Tu as croisé beaucoup de monde sur le chemin, certaines femmes que tu as déjà vu dans les magazines de mode, mais pas le temps de discuter avec eux. Il faut dire que tout le monde est pressé, tout le monde bouge, cours dans tous les sens. C'est assez stressant, mais pas pour toi, tu veux juste t'amuser et profiter du moment. C'est ce que tu faisais, tu en profitais, tu te laissais aller. Le maquillage et la coiffure terminées, il ne restait plus qu'à s'habiller, puis attendre que ça commence. Il faut dire qu'il y a une sacrée différence entre s'occuper de soi et qu'on s'occupe de soi. C'est clairement plus détendant, plus sympa quand c'est les autres qui font tout le travail pour toi. Dans le dressing, un choix monstrueux de tenues, mélanger avec toutes les autres femmes, des mannequins renommées. Il ne faut pas être pudique dans ces moments là car on n'arrête pas de te toucher, des hommes sont là, sûrement gay, mais quand même, c'est assez étrange comme sensation et tu n'es pas réellement pas fan. C'est néanmoins que pour une journée, tu peux le faire.

Tu n'es qu'une amatrice dans le domaine, donc tu te laissais faire, regardant les autres femmes et tu essayais de faire pareil, le stress commençait doucement à monter en toi. On te donna une robe que tu devais enfiler pour ton premier passage. On t'expliqua également comment faire, un cours rapide, on t'expliqua l'ordre, quand tu vas passer, à quelle vitesse, après qui, avant qui. Bref, c'est vraiment une horreur ce métier. Quand tu es de l'autre côté, tu te doutes pas de tout ça, par contre une fois que tu es dedans, tu comprends que ce n'est pas à la portée de tout le monde, c'est méga stressant ce bordel ; pourtant tu es une femme qui ne stresse pas facilement, mais là, c'est d'un niveau. Tu allais être juste avant Valentina Durandal Mary... La Valentina ! Tu ne l'as connais pas personnellement, mais tu l'as déjà vu dans les magazines et il faut dire que tu es assez fan d'elle. C'est une femme magnifique, il ne faut pas se le cacher. Dès que tu reçus le top départ, tu montas sur le podium et te mit à défiler comme on t'avait expliquer, rien de parfait, loin de là, mais c'était pas mal, pour toi. Lors du retour, tu pouvais enfin voir cette magnifique femme passée à côté de toi. Tu étais heureuse d'être à ses côtés, mais tu ne sais pas trop pourquoi, tu avais comme un sentiment de malaise en sa présence. Tout ceci est très étrange, mais il ne fallait pas te laisser déstabiliser et tu devais finir ton tour. Professionnelle jusqu'au bout. En quittant le défilé, tu partis de nouveau dans le dressing afin de te changer, retirant ta robe afin de mettre la seconde tenue. Tu faisais confiance à la personne qui te guidait, et pendant ce temps, Valentina fit son entrée, sous quelque applaudissement, en même elle le mérite, même toi tu ne pouvais t'empêcher de l'applaudir également.

Bravo Mademoiselle Durandal, vous êtes vraiment magnifique et grandiose. Vous méritez votre réputation. Je me demande ce qu'on va porter par la suite.. Oh, je suis Félicia Quinzel. Une amatrice dans ce milieu, c'est pour une journée, mais c'est super d'être dans votre peau une journéeeeeee....



Gros bug à la fin car on venait de te montrer la prochaine tenue que tu allais devoir porter pour te balader sur scène avec ça... Un bikini ? Sérieux ? Tu n'as pas signé pour ça... Si ? Là ça va être difficile, mais tu n'es pas là pour faire ta diva et en plus on te mettait la pression pour que tu l'enfiles donc malheureusement, pas le choix. Tu commenças donc à enfiler ce bikini, devant tout le monde, pour ensuite aller sur scène, devant les caméras, juste devant Miss Valentina qui elle aussi semblait devoir mettre ce genre de tenue. La suite va être assez.. spécial, mais bon, c'est le métier, non ?


Ne pas cliquez, c'est la tenue de Félicia, mineur s’abstenir:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Dxc6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 104
Date d'inscription : 17/05/2020


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptySam 13 Juin - 14:46


Bikini Battle Warriors Quederla Edition ••

★ Feat Félicia Quinzel

Envoyer un message privé 46l8qx6
Oh c’était donc déjà ce jour. Le jour du défilé ou ils avaient décidés d’inviter des amateurs à se joindre à nous. C’était un évèvement que j’attendais avec un peu d’impatience à vrai dire. Cela pouvait m’aider à me faire une idée de si des nouvelles ecrues seraient à démarcher ou pas. Et puis même si je me contentais jusqu’à maintenant de simplement être mannequin et actrice moi même ayant des managers et des personnes gérant tout pour moi, je ne comptais pas m’éterniser dans un boulot pareil toute ma vie. De toute façon c’est quelque chose qui m’était impossible, c’est un métier ou l’on rencontre et on recherche beaucoup de jeune filles dans la fleur de l’âge et malgré tout ce que je peux faire je suis presque en fin de carrière déjà. J’ai déjà parcouru un long chemin cela dit. Je me rappelle encore de ces heures ou je devais moi même chercher si telle ou telle agence avait besoin d’un mannequin. Ca n’avait pas duré longtemps mais il n’empêche que c’était une époque assez dure. C’est pour ça que j’aime bien ce genre de regroupement ou l’on peut voir et faire découvrir à de nouvelles personne ce que c’est que de s’aventurer sous les feux de la rampe. Je n’avais donc pas hésité quand on m’avait proposé de venir pour “aider”, surtout montrer aux nouvelles comment faire.

C’était un peu la cohue partout. Il y avait de bon talents mais aussi des personnes qui… Bref des personnes pour qui une seule journée c’était déjà bien. Ca leurs permettaient de réaliser leurs rêves pendant un court laps de temps et c’était suffisant comme ça. Je devais moi de mon côté m’occuper de gérer les personnes un peu trop stressée. Il y en avait beaucoup qui voulaient déjà tout abandonner et rentrer chez elle. Ce qui est compréhensible. Ce n’était pas un métier facile non plus. On devait se mettre à nu devant beaucoup de monde. Et il y avait cette ambiance très pesante ou tout doit être fait très vite. Le moindre mouvement inutile et c’est les brimades. Sans oublier qu’il ne fallait pas marcher comme un samedi après midi shopping entre amies. Il fallait toujours se tenir droite. Avoir une expression sérieuse mais pas trop. Après tout notre boulot n’était pas d’éclater pour notre beauté, enfin si en partie. Mais le gros ici c’était de mettre en valeur les vêtements que nous portions. Il fallait faire honneur à ces créateurs de génies qui nous donnaient l’opportunité de porter leurs nouvelles collections.

Enfin bref je m’étais occupée des femmes un peu en détresse. Seulement l’une d’entre elle avait abandonné sous le coup du stress. Par chance nous étions beaucoup de professionnelles et elle avait pu être remplacée. Moi de mon côté on m’avait déjà préparée à l’avance j’attendais simplement que mes vêtements soient placés sur moi et j’étais prête à monter sur le “runway”. J’avais entendu l’ordre d’appel et un certain nom m’avais fait tilter. Félicia Quinzel. Si je me souviens bien elle est un de ces descendantes. Elle est… Probablement… Non. Je n’en sais rien. Je sais juste que je me devais de la garder à l’oeil. Elle pouvait être dangereuse. Enfin bref c’était à mon tour de défiler. Je m’avançais et tout se passait plutôt bien. J’avais déjà l’habitudes des spot lumineux fixés sur la scène, des flashs des appareils photos. Tout allait bien je gardais la tête haute et je refaisais demi tour et je retournais en coulisse dès que la suivante venait. Je fus accueillie par une pluie d’applaudissements. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi mais pourquoi pas à vrai dire ?

Je m’étais installée à mon emplacement et on venait s’occuper de moi. Un nouveau maquillage, car nous devions changer de vêtements. Mais je fus vite abordée par une personne. L’une des recrues ?
Oui c’était ça. Et c’était cette Félicia en question. Elle n’avait aucune mauvaise intention je crois ? Enfin je ne pouvais rien ressentir. Mais je restais quand même sur mes garde affichant un large sourire. Seulement une menteuse profesionnelle pouvais en faire d’aussi crédibles.

“Oh je vous remercie, Demoiselle Quinzel. Si je ne m’abuse vous etiez dans le groupe des recrues c’est bien ça ? Tout se passe bien pour vous ?”


On dirait pas au vu de sa réaction lorsqu’elle avait vu ce que nous devions mettre pour la suite. C’est vrai que nous devions nous pavaner en bikinis pour présenter la nouvelle collection été. C’était finement joué de leurs parts. Souvent les mannequins professionnel n’aiment pas poser pour des maillots de bain. Certaines trouvent ça un peu dégrandant. Moi dans mon cas je m’en fichais. Ce sont des vêtements comme d’autres et ça n’empêche que j’ai même en étant à la plage envie de porter quelque chose de beau. Je me changeais la comme à mon habitude. Prenant un grand Bikini noir assez échancré et révélateur. Elle n’avait vraiment pas l’air à l’aise avec ça. J’essayais de lui lacher des mots pour l’aider.

“Ecoutez. C’est un travail comme un autre. Et il faut faire honneur à ce qu’on nous donne à porter. Après tout ce sont des oeuvres d’arts. Allez changez-vous maintenant”


Elle semblait terrifiée de porter ça. Mais je ne réfléchissais pas j’étais presque prête je venais alors la deshabiller pour l’aider à se changer.

“Allez ne perdons pas de temps il ne nous reste que quelques minutes et vite. On a pas de temps à perdre à être trop gênée pour porter un vêtement ou un autre ici. Sinon il ne fallait pas venir.”


C’était devenu une habitude pour moi. Je n’en avais plus vraiment grand chose à faire et puis c’était le métier qui voulait ça. Il n’y avait plus aucune hontre à se montrer ne tenue d’Eve devant les collègues. Et puis les seules fois ou c’était dérangeant ce sont les regards un peu trop persistants de certains mais il suffit de les signaler et de les faire tout simplement virer. C’est un endroit ou il y a des pros, le voyeurisme déplacé n’a pas sa place ici

“Allez dépêches-toi. Plus vite. Tu dois aussi passer au maquillage à nouveau non ?”


Ah j’espère que j’aurai encore assez de temps pour m’occuper de moi. Je n’aime pas être ralentie de la sorte par l’hésitation d’une débutante.



Image NSFW. Les enfants passez votre chemin.:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Félicia Harleen Quinzel

Félicia Harleen QuinzelDiscipleMessages : 763
Date d'inscription : 12/02/2016


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptySam 13 Juin - 23:13



Bikini Battle Warriors Quederla Edition

Feat. Valentina Durandal Mary

Tu étais complètement perdue. Tu pensais défilée avec des robes de grands couturiers, des pantalons avec des paillettes, des hauts échancrés, bref, des beaux vêtements, de la haute couture, tu pensais avoir du tissu sur ta peau quoi. Sauf que là, on te montre un bikini très... en fait il y a très peu de tissu. Tu vas souvent à la plage, à la mer, avec des bikinis assez court, mais là, c'est bien plus que d'habitude et en plus, tu ne vas pas te baigner, tu vas juste défiler devant des personnes, des journalistes, des appareils photos, bref, tu n'es clairement pas à l'aise. On tentait de te rassurer sur la démarche, mais rien ne fonctionnait, tu étais réellement mal à l'aise, regardant le maillot de bain, le tenant dans tes mains. Cela semblait d'ailleurs énerver tout le monde, sûrement parce que tu faisais prendre du retard à tout le monde, chose qu'ils ne semblaient clairement pas aimer. Même Valentina revient de ton côté afin de te parler, essayer de t'expliquer qu'il fallait enfiler cela, que ça fait parti du travail. Elle a une drôle de vision des choses, surtout que.. euh.. Elle pourrait être à poil devant toi, que ça serait la même chose vu ce qu'elle porte là ; on voit tout d'elle, l'imagination n'a pas besoin de travailler pour le coup.

Toujours perdue dans tes esprits, mais même si tu n'osais rien dire, tes sentiments, tes émotions, du dégoûts, de l'incompréhension, de la honte, de la colère.. c'est une tornade de sentiments à l'intérieur de ta tête que tu ne sais absolument pas quoi faire. En même temps, pas besoin de faire quelque chose que la gentille mannequin t'aida à enlever tes vêtements, devant tout le monde, afin que tu enfiles ton bikini. Tu ne résistais même pas pour le coup, trop concentré sur tout et n'importe quoi, que tu ne pouvais pas résister. Tu entendais les voix, sauf que ça ne percutait pas. Tu te retrouvais très vite entièrement nue, devant tout le monde, dans les loges, et même si tout le monde avait l'air de passer à côté comme si de rien était, toi, tu n'étais pas bien. Tu commençais à réaliser un peu ce qui se passait lorsqu'on commençait à te mettre ton maillot, reprenant le relais, légèrement agressive pour le coup. Tu n'es pas spécialement en colère, enfin, tu te faisais une raison, mais les émotions se mélangeaient tellement dans ta tête, que tu réagissais réellement au quart de tour. Tu te dépêchas d'enfiler entièrement le maillot, qu'une assistante ajusta pour que ça t'aille au mieux quand Valentina reprit la parole pour te demander quelque chose. Tu ne savais plus trop quoi répondre, tu lui répondis quand même rapidement, sans réfléchir, dans un ton tout sauf amicale, alors qu'elle est juste venue t'aider et tu le sais très bien.

Non c'est bon. Je dois juste.. défiler, ainsi.



À peine que ton bikini fut bien adapté, ton nom résonna car c'était à ton tour de monter sur le podium, du moins juste après celle qui venait d'y grimper. Tes jambes tremblaient comme pas permit, dans le plus grand boucan. Tu ne sais pas s'il y avait réellement du bruit autour de lui, dans ta tête, dans tes émotions, c'est le boucan, c'est le bordel. Toute tremblotante, tu finis par monter, à te mettre à marcher quand tu vis les flashs, les regards sur toi, tu te mis à rougir comme pas permis. D'habitude, tu es blanche, très blanche, la peau froide, sauf que là, tu devais tellement être rouge, toute bronzée, même bouillante carrément. C'est horrible comme sensation et tu te demandes bien comment les autres personnes peuvent faire ce genre de métier sans aucun problème. Tu faisais de ton mieux quand même pour défiler au mieux, le plus professionnel possible, mais c'était dur. Une tempête dans ton cerveau, c'est horrible. Lorsque tu étais sur scène, passant à côté de Valentina dans sa tenue. Tu la regardais de la tête au pied dans cette tenue si... singulière. Tu ne disais rien, mais dans ta tête une seule chose tournait, pour le coup : "C'est quand même une pute..". Cela pouvait limite se lire sur ton visage, encore plus dans tes émotions que ce n'était clairement pas positif.

Ton passage est terminée, mais tu vas devoir très vite changer de tenue de nouveau pour une nouvelle, et tu t'attendais sûrement à pire désormais. Néanmoins, tu avais besoin de quelques secondes pour souffler, juste histoire de te remettre de tes idées. C'est compliqué pour toi ce genre de situation, tu as besoin d'un temps d'adaptation et surtout le temps de te calmer et de te remettre de tes idées. Lorsque tu vis Valentina, la seule personne qui était un minimum gentille avec toi, que tu voulais bien lui adresser un mot. L'assistante était déjà entrain de voir pour te changer les vêtements, mais voulant parler au mannequin, tu partais de force de son emprise, tirant le bas de ton bikini, le faisant claquer sur tes fesses au moment où elle lâcha prise. Tu sursautas, de quoi te donner un peu d'élan pour te retrouver au plus vite devant l'une de tes idoles de mode. Au début tu voulais t'excuser, en même temps, tu as tellement penser fort de la traiter comme une traînée, que limite tout le monde aurait pu l'entendre en tendant l'oreille, même si rien n'était sortie de ta bouche. Sauf que ce qui sorti de ta bouche n'est clairement pas ce que tu voulais.

C'est normal de devoir se trimbaler comme ça devant tout le monde ? Tout ça ne cache rien. Je suis quand même une personnalité ici, descendante de Daichi, ce n'est pas rien, c'est un peu comme si la ville m'appartient, enfin en quelque sorte, à ma famille. C'est méga dégradant pour la femme, pour moi.. Imagine, t'es la reine d'une des Télékyn, c'est chaud. Enfin, on n'est pas des morceaux de viandes, on nous doit le respect. En plus regarde, c'est tellement tendu qu'on pourrait jouer des cordes avec ce truc.



En disant cela, tu venais de passer ton doigt sur le bout de tissu du bikini de Valentina afin de le faire bouger, comme si c'était une corde de guitare pour voir si cela faisait un son. D'ailleurs, tu ne savais même pas pourquoi tu réagissais ainsi, pourquoi tu disais cela. Tu te laisses sûrement submerger par tes émotions, chose très rare à vrai dire. Tu ne mets jamais ton côté descendante en avant, tu détestes le faire même, pourtant là tu te gênais pas pour le faire. Surtout que là, entre ce que tu voulais dire et ce que tu disais, il y avait un monde. Surtout si elle comprenait de travers, entre les lignes, tu venais de la traiter littéralement de femme facile, de fille de joie, alors que ce n'était pas ton but. C'est l'anarchie dans ta tête, rien de ce que tu voulais sortir sortait, et tout ce que tu ne voulais rien, là ça sortait par contre. On finit par t'appeler afin de voir un détail, sûrement pour la suite, il y a une petite pause te concernant, donc sûrement pour voir la suite. Tournant le dos à Valentina, qu'elle parlait ou non, mais tu étais tellement dans les nuages que tu ne captais pas grand chose, tu appliquais juste ce qu'on te disait sans réfléchir ; on venait de t'appeler derrière, te dire de venir, donc tu t'y rendis sans réfléchir, même si on te parlait ailleurs.


Ne pas cliquez, c'est la tenue de Félicia, mineur s’abstenir:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Dxc6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 104
Date d'inscription : 17/05/2020


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptyDim 14 Juin - 23:01


Bikini Battle Warriors Quederla Edition ••

★ Feat Félicia Quinzel

Envoyer un message privé 46l8qx6
C’était étrange. Elle avait l’air totalment à l’ouest. Autour de moi dans ce genre d’évènement j’essayais de ne pas être à cran. A cause de ce pouvoir que j’avais reçu je pouvais ressentir encore plus que quiconque l’anxiété et la peur que les gens. C’était si fort; l’endroit était imprégné de ces émotions qui sont plutôt négatives. je me sentais presque trouble pour ma part. De par mon expérience j’arrivais à ne plus être, enfin plus ou moins submergée par ces sentiments qui viennent m’assaillir dans tous les sens. Enfin bref. Dans le pire des cas je faisais simplement avec.

En tout cas elle commençait à devenir un problème. Je sentais qu’elle m’avait repoussé assez violemment. Voulant finir de s’habiller elle même. Je pouvais ressentir ce qu’elle éprouvait sur l’instant et je n’ai pas vraiment l’impression qu’elle pensait à mal. Juste elle était perdue toute seule dans sa petite tête et ne savait pas comment réagir. Son corps avait donc décidé d’agir instinctivement.  Et puis de toute façon ce n’était pas mon travail on avait des personne pour nous habiller tout ajuster à nos tailles et faire en sorte que tout soit parfait.
Pour chance elle n’avait pas à repasser par la case maquillage. C’était une bonne chose. Moi par contre c’était différent. J’avais porté une collection spéciale et je devais changer de maquillage. Je me laissais donc faire. Et c’était bientôt à mon tour de remonter sur l’estrade. J’avais vu la petite Quinzel repartir elle avait l’air d’être si gênée. Elle devais être rouge pivoine. Et c’était enfin mon tour. Effectivement je la voyais sur le côté elle était si gênée. Je marchais comme on m’avait demandé de le faire n’ayant que faire de ce que je portais. Pour moi c’était mon travail et j’y étais habituée. Je sentais néanmoins des regards lubriques se poser sur ma plastique. Je m’en fichais. Car le seul regard qui comptait vraiment pour moi c’était celui de mon fiancé. Asahel. Certains pouvaient le traiter de chanceux. Moi je dirais que c’est simplement celui que j’ai choisi. Par contre quelque chose me dérangeait. Dans ces regards je sentais d’autres qui m’étaient tout aussi destinés et ils n’étaient pas emplis de joie ou même ne serait-ce de perversion. Je retournais à ma place ou nous devions nous tenir après avoir défilé avant de nous éclipser à nouveau en coulisse. Et je venais me poser juste à côté de Dame la gênée. Je voyais son regard. Il était insistant et il ne mentait pas. Je ne sais pas vraiment si c’était du dégout ou de la jalousie mais elle n’appréciait pas ça. Comme si elle me jugeait intérieurement je tournais furtivement le regard vers elle et effectivement elle n’arrêtait pas de me regarder. Elle était tout aussi trouble au niveau de ses sentiments. La gêne avait laissé place à une nouvelle bouillie. Je n’appréciais pas vraiment ça. Nous avions pour règle de toujours regarder devant nous. Car même quand nous gardions la pose sur le podium nous étions toujours sujettes à des prises de photo en tout genre. Comme si nous étions une gallerie vivante. Et c’était l’essence même de ce métier. Mais je ne sais pas si c’était par inexpérience ou intentionnellement mais elle bafouait tout ces principes. Ca commencais à m’agacer un peu.  

Heureusement la parade était finie et nous devions retourner une nouvelle fois en coulisse pour à nouveau changer de vêtements. Je venais souffler un court instant prenant une bouteille d’eau. Je commençais à avoir un peu chaud. Je fus vite de nouveau approchée par la jeune femme aux sentiments troubles. Rien ne changait, toujours bizarre et perdues. Plus je l’écoutais moins je pensais que c’était une bonne idée pour elle de tester cette expérience.
Elle en avait profité pendant sa tirade pour s’approcher de moi et tirer sur l’une des ficelles de mon bikini venant jouer avec. C’était trop tard pour que je puisse réagir mais je venais quand mettre légèrement claquer sa main pour la faire bouger. Il ne manquerait plus que cela laisse une marque et que cette dernière soit la seule chose que le public pourrait voir pour le dernier défilé. Je gardais toujours un large sourire. Mais je pense que même la mes talents d’actrices ne peuvent pas masquer toute l’hypocrisie qu’il y avait dans ce sourire.

“Alors reprenons depuis le début. Madame la Descendante. Il n’y a pas que toi comme personalité ici. Il y a beaucoup de professionnelle aussi. Et c’est notre job. C’est comme ça. Nous ne sommes pas des femmes qui attendent sur le bord du trottoir et pourtant nous utilisons nos corps pour mettre en valeur ces oeuvre d’art. Il n’y a pas de ‘C’est chaud’ qui tienne. Et non je n’estime pas que c’est dégradant pour la femme. Sans ces artistes reconnu tu n’aurai qu’un malheureux drap rapiécé pour t’habiller actuellement. Et j’imagine que cela ne sied pas à une dame comme toi. Une personnalité comme toi. Je voulais laisser passer les regards insistants et remplis de dégouts que tu avais en me regardant sur scène, ce qui soit dit en passant était totalement contraire aux règles qui sont inscrites dans l’ame même du mannequinat, mais la ça va un peu trop loin. Je te l’ai déjà dit une fois. C’est un boulot et si tu n’arrives pas à t’y faire il va falloir te dire que ce n’est pas fait pour toi. Et si c’est le cas reste sur la touche.”



Je sentais quelque chose casser en moi. Comme une corde qui commençait à se dénuber fil par fil. Et je ne sais pas ce qu’il va se passer. Et il fallait que je fasse quelque chose d’elle. Et vite. Je me rappellais qu’un peu d’eau pouvait l’aider à se rafraichir les idées. Je prenais ma bouteille d’eau froide et je venais en lancer un peu sur elle. Ce n’était pas vraiment méchant bien que j’éprouvais un certain plaisir assez malsain à le faire. Et puis de toute façon elle était en maillot de bain. C’est le principe même d’être mouillée.

“Allez on se réveille et on se bouge.”



Non ce n’était pas bien. J’essayais de supprimer ce sentiment de haine que je commençais à éprouver envers elle en le remplacant par de l’amour. Mais j’ai l’impression que ça ne fonctionnait pas je n’avais qu’une seule envie c’était de la giffler. Et finalement c’est ce que je fis. Je ne sais pas pourquoi mais le coup est parti tout seul. Je n’en pouvais plus de sa condescendance ou peut-être simplement le fait qu’elle soit la descendante de Daichi et que la ville est sensée lui appartenir. Je crois que ça y est je ne peux plus la saker celle-la.



Image NSFW. Les enfants passez votre chemin.:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Félicia Harleen Quinzel

Félicia Harleen QuinzelDiscipleMessages : 763
Date d'inscription : 12/02/2016


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptyLun 15 Juin - 22:43



Bikini Battle Warriors Quederla Edition

Feat. Valentina Durandal Mary

Tout le monde était entrain de parler, dont certaines entrain de te parler. Tu voyais clairement que Valentina te parlait, mais tu n'écoutais pas. Enfin, tu entendais, pour être exacte, mais tu ne réalisais absolument rien. Elle pourrait aussi bien te raconter sa dernière nuit avec son manager, avec l'organisateur ou bien la recette de son bœuf strogonoff ou bien la clef du succès pour réaliser son travail, que tu ne captais rien. Vu qu'une personne derrière toi s'est adressé à toi, tu ne la regardais même plus, te retournant afin de voir qui s'adressait à toi et surtout pour pouvoir lui répondre. Tu sais qu'il faut réagir très vite, juste obéir aux ordres, chose que tu as du mal à faire là pour le coup vu la tornade de sentiments au creux de ton cerveau. Sauf qu'au final, ce n'était même pas pour toi, c'était pour un autre modèle, pour le coup, on t'ignorait, du moins c'est ce que tu croyais. Au final, celle qui s'occupe de toi depuis ton arrivé t'interpella pour que tu ailles la voir, chose que tu fis, toujours sans prêter le moindre regard à la personne qui semblait vouloir t'aider.

En arrivant à ton assistante d'une journée, elle semblait énervée du fait que tu papillonnes partout, sauf là où il faudrait. Elle semblait être énervée, mais tu n'y prêtais absolument pas attention, tu es trop perdue dans tes pensées pour réussir à capter ne serait-ce qu'une parole. La chaleur est insoutenable, il fait trop chaud, beaucoup trop chaud pour le coup. Le soleil tape, même si on n'est pas vraiment dehors pour le coup, mais il fait chaud. Heureusement que tu es en bikini, c'est supportable, mais là tu es entrain de bouillir de l'intérieur, tu n'as pas l'habitude d'une telle chaleur, ce n'est pas pour rien que tu disposes du miroir, ton corps est habituellement aussi froid que celui-ci. Une onde glaciale te traversa d'un seul coup. De l'eau, de l'eau venait de se percuter contre ton dos, sursautant comme pas permis, te voilà entièrement trempé. Dans les faits, ça t'a fait un grand bien, refroidissant ton corps, remettant tes idées en place, mais en même temps tu étais en colère car une personne venait de t'éclabousser. Tu n'as jamais rien eu contre ça, c'est bon enfant et ça t'amuse, mais pas dans cette situation. Tu te retournas afin de voir d'où venait cette provocation, et la seule personne disposant d'une bouteille d'eau en main, et ça se voyait sur son visage. Valentina Durandal... C'est elle qui t’agresse ? En public en plus ?! Là c'est trop, la limite dans ton cerveau se brisa, tu ne contrôles plus rien.

Valentina !!!! Espèce de Garce !!!



Prenant ton élan comme il le faut, tu te mis à faire une course effrénée dans les coulisses afin d'atteindre Valentina qui ne se trouvait pas très loin pour le coup, en même temps ce n'est pas très grand, difficile de ne pas se marcher dessus. Sur le chemin, tu bousculas des affaires, des employés du défilé, faisant tout tomber sur ton chemin afin d'arriver sur Valentina. En arrivant vers elle, tu pris appuis sur une sorte de repose pied qui se trouvait au sol afin de pouvoir sauter et volant assez haut afin d'avoir une bonne prise, une bonne situation pour attaquer ta cible. Attaquer est un grand mot, là ce n'est pas vraiment une attaque, ce n'est pas vraiment une guerre, c'est juste... un cat fight ? Un crêpage de chinons ? Clairement, rien de bien glorieux si on peut dire, là tu as juste envie de te défouler sur une personne que tu ne supportes pas et qui en plus se permet de t'attaquer dès que tu as le dos tourné. Maintenant que tu étais dans les airs, la gravité allait faire le reste pour te faire retomber, venant la faire tomber, le dos directement au sol, toi sur elle afin de lui attraper les cheveux, lui tirant de droite à gauche.

Vous n'étiez clairement pas dans la meilleure tenue qui soit pour vous battre, vos attributs ont tendance à partir dans tous les sens, heureusement que vos bikinis sont d'une excellente qualité car de cette manière, ça ne part pas, ça tient parfaitement, même si ça n'empêche pas de bouger de haut en bas, de droite à gauche, en fonction de tes mouvements. Tu poussais des grognements, des râles de colère à chacun de tes mouvements, de tes actions, même si là clairement, c'était juste une dispute de gamines qui tire les cheveux d'une autre gamine parce que celle-ci à voler la corde à sauter à la cour de recrée, c'est pour dire le niveau. Très vite, elle réussit à se dégager, en même temps, pas très compliqué, tu es sur elle, un rien aurait pu te faire dégager. Tu fis un roulé boulé, une petite galipette afin de te retrouver au sol, les jambes écartées au sol, pliée également, le buste bien droit, regardant Valentina. Tu ne sais pas pourquoi, mais tu n'arrivais pas la voir en face, rien qu'à voir son visage, ça rendait toute chose. Il y a des gens comme ça, juste de voir leur gueule, ça t'énerve, bah elle en fait parti pour toi. Tu étais prête à y retourner, sauf qu'il fallait du temps pour déjà faire toute ta petite manœuvre, te positionnant correctement et surtout pour te relever afin de repartir à la charge. Tu étais prête à la recevoir si tu étais trop lente et qu'elle avait déjà prit les devants pour t'attaquer à son tour.


Ne pas cliquez, c'est la tenue de Félicia, mineur s’abstenir:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Dxc6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 104
Date d'inscription : 17/05/2020


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptyMar 16 Juin - 11:07


Bikini Battle Warriors Quederla Edition ••

★ Feat Félicia Quinzel

Envoyer un message privé 46l8qx6
Je ne peux le nier. C’est indéniable. J’avais éprouvé un plaisir certain à faire ça à cette femme. Elle pétait littéralement un peu plus haut que son énorme cul. Je ne comprenais pas en quoi être une descendante d’une certaine personne pouvait lui donner des droits de condescendance pareils. Elle n’était qu’une héritière c’est tout. Rien de plus rien de moins. Nous sommes tous issus de nos parents que nous soyons riches ou à la rue. Il n’y a aucune différence. Nous sommes tous humains et nous partagons le même sang. Que nous soyons blancs, noirs, jaune rouge ou bleus. Nous avons juste des diversités physique, de comportement et d’opinions. C’est tout. Et elle n’avait pas non plus à réagir de la sorte. Même si j’imagine que ce devait être compliqué pour elle au vu de ses frustrations et de sa gêne à cause de cette journée d’essai pour elle.

Il semblerait que ma provocation ait fonctionné. Peut-être un peut trop même. Je sentais que quelque chose allait m’arriver. Il y avait un flot de haine qui se dirigeait tout droit vers moi. Et effectivement je l’avais entendue crier et se ruer vers moi comme une furie. Il semblerait que ça ait un peu trop bien fonctionné. Je n’avais pas vraiment eu le temps de réagir. Le tout s’est passé dans un grand fracas. En se jetant sur moi elle bousculait beaucoup de monde et faisait tomber énormément de choses au sol. Elle avait sauté en l’air et s’était jettée sur moi venant me tombant dessus sur le dos. Je ne pus empêcher une quinte de toux de sortir. J’avais je crois encore quelques petites sequelles de cette rencontre avec Nea. Je ne pouvais m’empêcher de pousser aussi un cri de douleur. Mais avant même que je ne puisse reprendre mes esprits elle avait déjà commencé à me saisir les cheveux. Tirant dessus fortement. Ca me faisait un mal de chien. Je venais alors en faire de même avec ses magnifiques et longs cheveux noirs. Je me sentais un peu triste au fond d’en venir à ces extrêmes. Mais elle ne pouvait décemment pas faire ça. Cette… Salope. Je n’avais pas d’autres mots pour la définir. Un bonne grosse salope ingrate qui ne connait pas sa place. Elle continuait à tirer inlassablement sur mes cheveux ça me faisait un mal de chien au bout d’un moment voyant qu’elle ne voulait pas vraiment bouger plus que ça je me suis mise à la pousser jusqu’à la faire voler assez loin. Elle était plutôt légère au vu de son physique et de ses attributs… C’en était presque étonnant. Je profitais d’un moment de répit pour me regarder dans la glace. Mes cheveux étaient en pagaille.

Je rigolais. Mais ce n’était pas un rire amusé. Au contraire. Je crois que je vrillais et que je pétais les plombs. Finalement la corde en moi avait fini par lacher. La dernière ficelle de celui-ci s’étant maintenant rompue, je saisissais la première chose qui venait passer sous mes mains. On dirait un flacon je m’en fiche ça fera l’affaire. Et je me ruais sur elle à une vitesse éclair comme on me l’avait toujours appris. Malheureusement j’étais trop énervée pour faire attention aux ouvertures que je laissais. Et je lui sautais dessus. Elle et sa poitrine bombée pour tenter de m’intimider. Non. Ca ne fait que te donner un air encore plus hautain. Faisant en sorte de la garder au sol.

“Garce ? Moi. C’est plutôt toi l’ingrate prétentieuse.C’est donc ça la fameuse descendente des Daichi. Laissez moi rire”


Je venais la frapper avec le flacon. Le bouchon de celui-ci ayant volé son contenu venait se répandre. Qu’est-ce que c’était ? A l’odeur je dirais de la crème hydratante. Je lachais enfin le flacon il ne servait plus à rien et de toute façon il ne faisait pas tant de dégats que ça de base. Sauf que maintenant il y en avait partout. En voulant prendre appui sur l’une de mes jambes je venais glisser en tombant sur elle. Dans ma chute j’avais essayé de m’aggriper à quelque chose. Elle n’avait pas beaucoup de vêtement. Mes mon ongles avaient réussis à s’accrocher dans son bikini. Son top exactement et je venais sans m’en rendre vraiment compte un peu étirer les fabrique de son haut venant un peu la denuder. *crack* Elle pouvait facilement le remettre mais une chose était sure. Le bikini était fichu maintenant. C’était clair et net et ce crac que j’avais entendu ne pouvais dire qu’une chose je l’avais un peu déchiré à un endroit ou un autre. Je rigolais encore intérieurement. Et je venais la frapper dans les côtes. Elle avait tout le loisir aussi pour me taper. J’étais trop occupée à regarder qu’est-ce qu’elle éprouvait maintenant. Je n’y voyais que de la rage et de la haine. Tant mieux je n’avais qu’a amplifier ça avec mon pouvoir. Elle voulait se battre et bien elle va l’avoir la bagarre.

“Alors comme ça on est un peu à cran ? Humph. Tu n’aurais jamais du essayer ça. C’est clairement pas un boulot pour toi. Tu devrais retourner chez toi en attendant que la ville te soit servie entre les doigts. C’est bien le dada de l’Alliance ça ? Faire n’importe quoi et estimer que la ville leurs appartiens. Fais donc. Comme tes ancêtres. Marche sur nous autres tous les citoyens de cette ville. C’est très utile, tu vas accomplir de grand projets oui.”


J’avais complètement oublié qu’il y avait une foule de personne autour de nous, et je me laissais presque submergée par les émotions qu'elle éprouvait elle même. Bien que je n'avais pas vraiment envie de m'en défaire. Ils avaient probablement déjà appelé la sécurité pour nous dégager. Certains avaient même essayés de nous retenir mais c’était impossible pour eux. Il y avait deux furies en liberté. Mais je m’en fichais, les problèmes je m’en occuperais demain. Pour l’instant, je vais lui faire comprendre moi. A cette allianceuse de merde qui je suis. Moi Valentina Durandal Mary.
“Allez on se réveille et on se bouge.”




Image NSFW. Les enfants passez votre chemin.:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Félicia Harleen Quinzel

Félicia Harleen QuinzelDiscipleMessages : 763
Date d'inscription : 12/02/2016


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptyMer 17 Juin - 19:33



Bikini Battle Warriors Quederla Edition

Feat. Valentina Durandal Mary

Tu ne lui voulais pas du mal, aucune intention meurtrière ou bien de lui faire couler le sang, tu voulais juste te défouler sur elle. Pourquoi ? Tu réfléchiras à une bonne excuse plus tard, pour l'instant, tout ce que tu voulais c'est lui arracher les cheveux, la claquer, la gifler, soulager cette colère, cette haine en toi. Tu ne sais même pas pourquoi tu es comme ça, trop d'émotion, trop de perturbation, bref, les excuses seront pour plus tard car pour l'instant, tu ne réalises rien. Tu te retrouves simplement dans le feux de l'action ; ton cerveau éteint pendant que ton corps agit juste sans aucune réflexion. Ton corps agit tout seul. Physiquement, c'est impossible, ton cerveau donne forcément des ordres, mais là, tu réagis tellement sur le moment présent que tu n'as plus cette impression, comme si ton âme avait quitté ton corps et qu'il ne restait plus que ton instinct bestial, l'instinct de ton ancêtre qui se réveillait chez toi, le félin en toi.

Venant de te dégager de ta propre emprise sur elle, en même temps, elle t'avait bien aidé pour que tu ne restes pas sur elle, chose compréhensible. Dans ta fuite, tu as quand même réussi à obtenir un petit trophée de ta guerre, quelques mèches de cheveux. Désormais, tu te retrouvais au sol, non loin d'elle, en même temps, difficile d'être éloignée d'elle dans cette situation et dans cet espace. Lorsque tu l'as vis arrivé vers toi, tu voulais te lever, mais en vain, absolument pas le temps. Tu te retrouvais bloquée, à son image il y a peu, sauf qu'au lieu de simplement t'attaquer comme tu venais de faire, elle vient lâcher, non sans force, un tube de crème directement sur ton crâne, faisant tout découler par terre et surtout sur toi. Généralement, c'est très bon pour la peau, sauf que là, mit de cette manière, c'est tout sauf agréable, tout collant et ça va prendre une éternité à enlever tout cela de tes beaux cheveux blancs. Cela te sonna un peu, ce n'est pas tous les jours qu'on se prend un tube sur le crâne, c'est loin d'être agréable, je peux vous le dire. Néanmoins, tu n'as pas vraiment le temps de réagir qu'elle lâcha son emprise sur toi pour se relever, ce qui va sûrement te donner l'occasion, malgré la tête qui vacille un peu pour te venger.

Tu tentais de te relever, mais un poids se remit sur toi. Valentina retomba immédiatement, sûrement à cause de la crème se trouvant au sol, en même temps, c'est une idée stupide d'éclater un tube de crème blanche et hydratante sur une autre personne, forcément elle va en mettre partout ! Sa chute ne fit pas que te recoller au sol un instant parce que durant sa chute, réflexe humain, elle tenta de s'accrocher à la première chose qu'elle pouvait, toi. Enfin, pour être plus exact, ce fut ton haut de bikini qui fut accroché avec ses ongles de sorcière qui brisa quelque chose à l'intérieur. Son ongle.. du moins tu espérais vu l'état de ton bikini. Heureusement que tu eus le réflexe de stopper la déchirure car sinon tu pouvais lui dire au revoir et te retrouver avec un ami à l'air, ce qui serait légèrement dérangeant pour le coup. Tu tentais de le remettre correctement, mais impossible, là tu as autre chose à t'occuper et en plus elle te nargue et te cherche alors forcément, elle va te trouver. Tout le monde paniquait autour de toi, hurlant la sécurité, même si ça ne servira à rien. Quand deux femmes ont décidé de se battre, mieux vaut ne pas s'interposer face aux sirènes, plus connu sous le nom de harpies, même si c'est une erreur historique. En tout cas, tu étais prête à continuer de te défouler.

Te relevant, tout comme elle, voyant la sécurité également qui se rapprochait, tu te sentis l'âme d'un joueur de rugby, d'un quarterback ayant un ballon et prêt à dégommer un autre joueur que tu as dans le viseur. Tu te mis à courir, esquivant les agents de sécurité afin de te rapprocher de ta victime. Ce fut compliqué, mais tu es agile, très agile, et eux ils ont beau être musclé et fort, ils sont très lent comparé à toi. Tu as l'habitude de l'esquive, de la fuite, de l'évitement de la sorte, c'est très aisée pour toi d'échapper à leur tentative de capture. Dans le seul et unique but de te rapprocher du mannequin. Dès que tu fus à son contact, te baissant telle la joueuse de rugby que tu n'es pas pour la percuter. T'ayant baissant, le contact de tes épaules contre son torse, ses seins sur ton dos, tu commençais à la faire reculer de toutes tes forces, et il faut dire que tu en possèdes tout de même, surtout dans l’adrénaline, puissant dans la force de la colère pour obtenir du courage et de la force. Tu arrivais même à la soulever très légèrement, la décollant du sol jusqu'à vous faire traverser un rideau, celui qui mène à la scène.

La propulsion que tu venais de faire n'était clairement pas à ton avantage également car en traversant le rideau, vous vous retrouvez sur la scène du défilement, mais surtout à cause des marches, tu te retrouvais au sol. Valentina toujours dans tes bras, mais avec ton élan, forcément l'impulsion allait vous faire rouler sur plusieurs longs mètres. Bousculant, faisant tomber absolument tous les mannequins qui défilaient actuellement. Le soleil vient frapper vos peaux, les flashs également, mais tout ça, tu n'y prêtais absolument pas attention car tu étais focalisée sur ta cible et surtout à tourner par terre. D'abord au-dessus, la seconde suivante c'est elle qui est sur toi, puis la seconde suivante de nouveau toi sur elle, et ça pendant un petit temps car ton impulsion fut assez grande mine de rien. La suite ne va pas être glorieuse, mais pour le moment, c'est le manège au sol. En plus, à chaque fois que vous roulez l'une sur l'autre, tu te prenais des coups de poitrine et vu la taille, et le poids surtout, c'est loin d'être agréable ! Bien sûr, tant bien que mal, tu essayais de faire de même !


Ne pas cliquez, c'est la tenue de Félicia, mineur s’abstenir:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Dxc6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 104
Date d'inscription : 17/05/2020


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptySam 20 Juin - 15:18


Bikini Battle Warriors Quederla Edition ••

★ Feat Félicia Quinzel

Envoyer un message privé 46l8qx6
Cette empaffée avait réussi à m’arracher quelques cheveux. Ca faisait un mal de chien d’ailleurs. J’en viens presque à croire que mon pouvoir est bien trop puissant. Je pouvais la voir bouillir de l’intérieur. C’est comme si elle se fichait de tout. Plus rien ne l’entourait. Elle ne réfléchissait plus elle laissait simplement sa colère et ses instincts parler à sa place. Humph. Idiote vas-y continue tu vas juste finir par foutre en l’air ta réputation dans cette ville si tant est que tu en ai encore une. Et sur ce point laisses moi en douter ma chère. Tout se déroulait exactement comme prévu je dirais ou presque.

La bataille faisait encore et toujours rage. Cela se voyait même les agents de sécurités n’osaient pas nous approcher.  De peur d’être pris dans ce crêpage de chignon plus enfantin qu’autre chose. Je m’en fichais. Moi non plus je n’avais plus d’image maintenant je me laissais même mes propres émotions se déchainer. Elle il fallait qu’elle dégage et c’est tout. Je ne remarquais que trop tard après avoir glissé sur cette dernière et presque déchiré son haut de bikini que je m’étais cassé un ongle. Rien de bien grave je dirais. Ca saignait un peu néanmoins mais ça passera probablement. Je ne sais pas pourquoi mais je ne ressentais pas vraiment la douleur. Je rigolais doucement en voyant que la petite effarouchée de montrer un bout de peau avait son haut qui partait un peu faire sa vie à la plage. On pouvait voir sa peau blanche comme un cul. Humph. Je ne pensais pas qu’on pouvait être plus blanche que ça. Encore un peu et elle était aussi transparente qu’un verre d’eau. Avec ses cheveux blancs c’était le combo parfait. On pourrait presque croire que c’est un fantôme. Ou alors la vieillesse l’avait atteinte un peu trop tôt ? C’est mérité.

Je la voyais elle évitait de se faire attraper par un des agents de sécurité et elle me prenait dans ses bras pour me soulever m’accompagnant de l’autre côté du rideau et c’est ainsi que nous tombions en roulant sur la scène renversant toutes celles qui défilaient à l’instant faisant même chavirer l’une d’elle en dehors de la scène. Je continuais en tombant sur elle à la frapper comme je pouvais la griffant en tirant sur ses cheveux. A un rythme plus ou moins régulier c’était moi sur elle puis elle sur moi. Une autre chose aussi n’était pas agréable. Au vu de nos vêtements je sentais mes attributs féminins voler dans tous les sens. Venant la frapper. Et c’était de même pour elle. Je me prenais sans cesses cette poitrine opulente et obscène en plein dans mon visage. Dans d’autres circonstances j’aurai probablement pu trouver ça agréable mais je n’avais pas envie de fricotter avec cette chienne de l’Alliance. J’entendais les flash à répétitions des appareils photos des nombreux journalistes présents aujourd’hui. Il y avait aussi la voix des organisateurs qui nous sommaient de nous arrêter. Il est vrai que nous étions en train de foutre en l’air tout l’évènement avec ça. Mais pendant un moment je m’en fichais presque. Moi qui était marraine de l’évènement je crois que je peux tirer une croix sur ma présentation ici la prochaine fois. De toute façon qui voudrait en marraine un modèle qui est en train de frapper une jeune femme qui n’y connait rien à ce metier.  Comme nous étions montés sur la scène il ne fallut que peu de temps avant que les gros bras n’interviennent. Je n’y avais pas prêté attention et je me faisais alpaguer par l’un d’entre eux un homme grand, gros et musclé en costard noir avec des lunettes de soleil. Ce n’était pas moi qu’il fallait arrêter mais plutôt elle. Mais impossible de les raisonner. Je tournais la tête vers elle et il semblerait que d'autres personnes se dirigent aussi vers elle pour la maitriser.

“Regardes ce que tu fais. C’est ça que tu appelles une fan.”



Je me tattais le visage et j’y voyais du sang. C’est vrai que j’avais ce petit gout de cuivre en bouche. Et je vais probablement avoir des bleus partout sur le corps maintenant. Ca y est c’est fini je ne vais pas pouvoir travailler avant un bout de temps. Je n’avais qu’une seule envie actuellement la rage ayant commencé à disparaitre. De pleurer. Mais je ne pouvais pas. Mon image est déjà assez entachée comme ça. Je demandais au Mr muscle de bien vouloir me lacher. Lui expliquant que je m’étais maintenant calmée. Il relachait légèrement son emprise mais ne voulait absoluement pas me laisser les mains libres. Et il voulait me raccompagner en coulisses et gérer ce problème en dehors de la scène. C’est vrai que ce n’était probablement pas le bon endroit pour ça. Je grinçais des dents. Mais je n’avais pas le choix de toute façon.

“Nous nous reverrons Felicia Quinzel, descendante de Daichi. Ne te croit pas toute permise dans cette ville parce que tu as une partie de son histoire dans le sang. Tu ne ferais que te bruler au final et ce serait regrettable”


Je n’utilisais pas mon pouvoir sur elle. Il avait eu des répercussions assez grande sur moi-même. Je n’aimais pas jouer avec la rage des gens. Et pourtant je l’ai fais et je me suis laissée moi même submerger. Je retournais alors en coulisse en grinçant toujours aussi fort des dents raccompagnée par ce garde. Je venais me calmer en utilisant mon pouvoir. Et en regagnant mes esprits je me rendais compte d’à quel point j’ai été idiote. Pourquoi faire ça. C’est tout simplement précipiter la fin de ma carrière. Je commençais à ressentir des douleurs un peu partout dans mon corps. La ou elle m’avait frappé. Les endroits ou je me suis cognée pendant ces projections digne des ces combats undergounds. Ma manager ne va pas aimer ça. Et je ne vous parle même pas d’Asahel. Et demain. Pour m’être foutue en l’air ça j’ai réussi en tout cas… Je revenais m’asseoir à ma place. Je ne pouvais plus défiler maintenant. Ca y est. Je suis au chômage technique pour combien de temps ? D’ailleurs elle était ou la fauteuse de trouble ? Est-ce qu’ils l’ont raccompagnée ici ? Je poussais un grand soupir. Oh et puis je m’en fiche. Je venais cacher mes yeux avec une de mes mains. Me posant sur la petite table en face de moi dans ma loge prenant des mouchoirs. Tout ce que j’avais à faire maintenant c’était d’essuyer mes larmes.




Image NSFW. Les enfants passez votre chemin.:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Félicia Harleen Quinzel

Félicia Harleen QuinzelDiscipleMessages : 763
Date d'inscription : 12/02/2016


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptyMar 23 Juin - 23:54



Bikini Battle Warriors Quederla Edition

Feat. Valentina Durandal Mary

Tout ton plan s'est passé à la perfection.. du moins si c'était réellement ton plan car au final, rien ne s'est passé comme tu le voulais de base. Normalement, tu devais aller à ta séance de photographie, sur scène, avec des tenues magnifiques. Te faire repéré par un agent qui te ferait rentrer dans une magnifique agence de mannequinat et après tu aurais fais le tour du monde et tu aurais découvert un monde incroyable. Tout ça aurait été parfait. Bien sûr, tu ne rêves pas réellement de partir et participer à ce genre de monde, mais pendant un temps, tu te serais bien vue ainsi, durant un an ou deux. Enfin voilà, c'était plus ou moins ce qui était prévu de ton côté. Sauf qu'au final, tu t'es retrouvée à moitié à poil, juste en bikini, devant tout le monde, avec une garce qui t'attaque verbalement, physiquement. Du coup, tout ce qui tu avais en tête, tout ce que tu avais envie de faire, c'est frapper cette fausse mannequin qui se croit belle et irrésistible. Du coup, même si tu n'avais pas de plan, ce plan improvisé et fait à l'arrache marche plutôt bien. Tu souffres, tu te prends des coups, mais tu en donnes également, donc disons que tout ce passe très bien.

Venant d'attraper Valentina, la soulevant, l'entraînant sur scène, roulant dessus. Coups après coups, œil pour œil, seins pour seins. Voilà ton mot d'ordre pour le coup, c'est une nouvelle philosophie il faut dire. Même le flash des appareils photos te semblaient inexistant sur le moment présent, mais lorsque tu vas réaliser tout ceci, que tout retombera, tout va te paraître bien stupide et tu vas sûrement te demander ce qui s'est passé dans ta tête pour le coup et surtout pour tu as fais tout ça. Dans tous les cas, pour le moment tu voulais juste te défouler sur elle et il faut dire que tu t'en donnais à cœur joie. Malheureusement, bousculer, se battre au milieu des gens, à moitié nue, surtout dans un événement un peu chic, forcément les agents de sécurité se retrouvent être prêt à agir. C'est déjà bien étonnant qu'ils n'ont pas réagit avant, mais vu que c'était en coulisse, ils devaient se dire que ce n'était pas dramatique. Par contre, là ça le devient très légèrement. Tu aurais sûrement pu te le faire, le mec qui t'a attrapée, sauf que dans ton état, impossible de te débattre. Ton adversaire fut également capturer, mais très vite relâcher pour qu'elle retourne en backstage tandis que toi, on allait te virer comme une malpropre.

Sortant du lieu, on te balança au sol comme une malpropre. On te balança aussi tes papiers, mais simplement cela. Ils auraient au moins pu te redonner tes affaires pour que tu puisses t'habiller, mais non, seulement tes papiers, clefs, etc., rien d'autre et encore moins un soutien-gorge, un t-shirt.. une jupe au moins, histoire que tu ne traînes le cul à l'air. Malgré le fait que tu n'étais plus aux abords de la scène, même si les photographes pouvaient encore te voir au loin, même s'ils avaient légèrement perdu leur intérêt pour toi. Par contre, toi, tu n'as toujours pas perdu ta colère, ton envie de frapper Valentina. Dans un coin de la pièce où elle se trouve, tu créas un miroir afin d'avoir un visuel sur ta cible. Un dernier coup, juste histoire de lui donner ce qu'elle mérite, un seul et après tu te barres, tu rentres chez toi comme une reine, comme la femme parfaite que tu es. Tu te relevas, te préparas à ce que tu voulais faire. Il te faut un timing excellent. Bombant le torse, serrant les fesses, inspirant un grand coup.. tu fis glisser ta jambe afin de te permettre d'avoir de l'élan en courant. Tout était prêt. Tu te mis à courir en direction de la scène, tout en scrutant ton miroir et l'emplacement de Valentina.

Bien sûr, cela serait impossible de rejoindre les coulisses maintenant, mais ce n'est pas ton objectif. Dès que tu pris assez d'élan, tu usas de ton pouvoir pour faire tomber ta rivale dans un angle très précis. Tu ne voulais pas qu'elle tombe droit, cela serait trop compliqué. Bien sûr, alors qu'elle était sur son siège, elle tomba droite, laissant la chaise dans le monde miroir, par contre la sortie de la jeune femme, à l'extérieur, dans les airs, là clairement c'était un angle particulier pour qu'elle puisse elle également gagné en élan et surtout faire comme si elle sautait vers toi. Au moment où elle fit son apparition, d'un bond tu pris ton envol afin de pouvoir frapper ta cible. Néanmoins, tu fis un demi-tour sur toi-même afin que ça ne soit pas ton visage, le devant de ton corps, qui va rencontrer le corps de Valentina, mais l'arrière. Ton plan est tout autre, tu voulais lui fracasser le visage, ou au moins lui mettre un coup en pleine tête avec tes fesses. Ton montée, sa chute, tout était calculé pour que ton magistrale fessier rencontre son visage ingrat. Tout se passa parfaitement, tout était calculé, c'est même le plus beau coup que tu n'as jamais fais de ta vie à ce point là.

Ton envol, tes fesses, son visage, voilà tout ce qui se passait. L'impact fut assez impressionnant, par contre tu n'as clairement pas l'habitude car tu sentis également l'impact, cela va te mériter un bon gros bleu, ça s'est une assurance (el famoso jumping butt bump). Au moins, tu sais que ton coup à toucher, par contre l’atterrissage, lui n'est clairement pas préparé et ça se sent. L'impact de ta cheville sur le sol dur, le petit "crac" que tu entendis... tu aurais préféré que ça soit le nez de cette demoiselle des trottoirs qui fit ce bruit là, mais non, cela vient de toi, de ta cheville, c'est sûr. Tu espères quand même que ce n'est pas trop grave, rien de cassé, mais il faut vite que tu te remettes. Il fallait que tu réagisses très vite, mais cela risque d'être galère. Après avoir crier un bon coup, tu tentais de te relever, difficilement, pour voir le résultat de ton coup et surtout voir ce qui va t'arriver par la suite. Surtout que ton cri de douleur à sûrement attirer l'attention des personnes autour de la scène, et surtout des photographes pour le coup. Sauf que tu ne penses pas à cela pour le coup, car tu es à la fois fière de ce que tu viens de réaliser, tout en souffrant intérieurement de ta douleur, tes douleurs.

Aiiiieeeeeeeeeehhhhhhhhhhhhh



Le seul mot qui sorti de ta bouche au moment où ton pied atterrit sur le sol, juste avant de te retourner pour voir Valentina et surtout avant de tenter de te relever avec difficulté, te tenant difficilement de bout.


Ne pas cliquez, c'est la tenue de Félicia, mineur s’abstenir:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Dxc6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 104
Date d'inscription : 17/05/2020


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] EmptyMer 24 Juin - 22:59


Bikini Battle Warriors Quederla Edition ••

★ Feat Félicia Quinzel

Envoyer un message privé 46l8qx6
Pourquoi. Pourquoi j’étais dans cette situation. J’étais ici aujourd’hui pour aider. Voir de nouvelles personnes qui pourraient avec un peu de chance si elles avaient le talent marcher sur le runway. Enfin talent ou un physique intéressant. Et c’est triste car cette Félicia. Elle aurait pu si elle faisait abstraction de sa gêne devenir une grande mannequin. Elle a une peau si blanche qu’on pourrait la comparer à du cristal, de magnifiques et longs cheveux blancs. Et un corps à faire chavirer plus d’une personne. Et pourtant non. Elle s’était mise à me sauter dessus juste après la provocation que je lui avais lancé. Mon honneur de Telekyns en avais pris un coup et son attitude, je n’aimais pas ça. Elle voulait essayer d’accord mais elle n’avait pas à réagir de la sorte. C’était comme si elle m’insultait moi et ma profession. Et c’est malheureusement l’un de mes points faibles et je suis très vite monté sur mes grand chevaux. C’était mon travail et je n’aimais pas qu’on marche sur mes plates bandes ou qu’on insulte ma profession. Le travail c’est important après tout non ? Pour moi ça l’était en tout cas. Ca comptait plus que tout. Même peut-être plus que l’amour que je porte pour Asahel. Mes parents m’avaient éduqués de cette façon. Et je ne pouvais qu’appliquer ce qu’ils m’avaient appris. Et ce même après leurs morts.

J’étais la. Je ne ressemblais plus à rien. Je n’allais pas défiler. Du moins plus après ce qu’il s’était passé et clairement pas dans mon état actuel. Mon maquillage commençait à couler et de toute façon je vais avoir des bleus un peu partout donc on va éviter… Et puis de toute façon après le spectacle que je viens de donner je ne pense pas que les organisateurs approuveraient encore le fait que je puisse défiler. Je demandais à l’une des assistantes de prévenir que ce n’était plus possible pour moi et qu’il fallait trouver quelqu’un d’autre. J’allais tout simplement me rhabiller et rentrer chez moi cette journée n’était que trop longue.

J’allais me relever pour me déshabiller et remettre mes vêtements habituels. Mais d’un coup et je ne sais pas pourquoi je tombais au sol. Enfin pas vraiment au sol. J’étais dans un état vraiment étrange. Comme si je volais. Ca avait duré quelques secondes, c’était beaucoup trop rapide pour que je puisse comprendre quoi que ce soit Je tombais finalement au sol Mais qu’est-ce qu’il se passait bon sang. Sans que je n’ai le temps de comprendre je sentais quelque chose se ruer vers moi en plein dans la face. C’était… Un cul ? Quoi ? Et il arrivait avec une vitesse fulgurante venant s’écraser sur mon visage. Sous le coup je sentais mon corps basculer pour tomber directement au sol. Je venais heurter le sol de l’endroit assez violemment. Et j’avais entendu un crack. J’avais mal… Mais j’ai l’impression que le bruit que j’avais entendu ne venait pas de moi mais de celle qui m’avait attaqué. Je regardais avec un peu plus d’insistance. C’était Elle. Elle était revenue ? Mais pourquoi ? Et surtout comment ? Je regardais autour de moi et je me rendais compte que je n’étais plus dans les coulisses. Mais dehors. Mais j’entendais toujours le brouhaha causé par l’évènement, la musique du défilé et les annonceurs. Mais qu’est-ce qu’il se passait. Comment cela se fait qu’en un clignement d’oeil je me retrouves à des mètres d'où j’étais. Je ne voyais qu’une possibilité. Elle avait utilisé quelque chose, un pouvoir je suppose ? Mais qu’est-ce que c’était.

Ca faisait beaucoup la et je commençais à en avais marre. Moi qui était habituellement toujours sur mes gardes avec mon pouvoir je n’avais même pas fais attention à son aura de haine et de rage qui pourtant était totalement dirigée vers moi. Ma tête ayant tapé contre le sol, j’étais un peu désorientée. Mais j’en avais marre. Toute cette histoire n’avait que trop duré maintenant. Je l’entendais crier de douleur. Elle s’était probablement fait mal en se réceptionnant au sol. Après le coup qu’elle m’avait infligé.

“Ca suffit.”


Je me relevais en tremblant un peu. J’arrivais à peine à marcher droit. Je venais me frapper les deux joues avec mes propres mains pour me réveiller de ma confusion. Ca marchait un tout petit peu mais rien de bien fameux non plus. Je me ruais ensuite vers elle. Je me baissais pour la prendre par la taille et lui fait comme une sorte de corde à linge. Histoire de la faire tomber au sol. Une fois qu’elle était tombée je venais lui saisir les cheveux en tirant dessus avant de me mettre à la chevaucher pour prendre le dessus sur elle.
Je n’avais pas le temps de réfléchir ou de penser ou autre chose. J’avais juste une envie. Que tout ça s’arrête. Je venais alors la frapper de toute mes forces la ou je pouvais. Tirant toujours sur ses magnifiques et longs cheveux. Ca me faisait presque mal de faire ça. Malgré tout elle restait une femme magnifique et j’étais simplement en train de ruiner l’harmonie qu’il y avait dans sa beauté. Allant jusqu’à la défigurer comme elle avait pu le faire avec moi Il y a peu encore. C’était vraiment étrange. Car je n’avais pas envie de lui faire du mal mais au fond de moi j’en avais légèrement envie quand même. Et je la frappais. Dans les côtes et dans le ventre

Je la regardais en me tenant la tête la ou elle m’avait projeté au sol avec son énorme postérieur. Je sentais une petite bosse. Je ne ressentais plus la même rage ou la même malice que tout à l’heure. Je me suis rendue compte à quel point ce que j’avais fait c’était idiot. Elle par contre elle semblait encore sous l’emprise de mon pouvoir. Elle était si énervée. Si remontée contre moi. Enfin même si la je doute qu’elle puisse encore bouger. Quoique avec un peu de force et de courage elle pourrait probablement. Même si elle avait l’air de vraiment souffrir énormément. Au final je levais la main pour enfin la gifler et sur le coup j’avais ressenti une atroce douleur. J’ai probablement dû me faire mal au poignet. En lui donnant des coups partout.  Encore quelque chose de plus de cassé. Ben-voyons.

“Pourquoi. Pourquoi avoir fait ça ? Tu te rends compte de tes actes et gestes ? La seule garce ici c’est toi. Tu as réussi en soit ton coup. Grâce à toi je ne vais plus pouvoir travailler pendant un moment. Mais tu t’es aussi magnifiquement donnée en spectacle. Tout ça pour quoi au final ? Hein ? Pourquoi ?”


Je criais du mieux que je pouvais j’en avais la voix qui cassait presque, tout en continuant de lui asséner des coups de plus en plus violents. J’en prenais aussi de sa part. Dans la rage et sur l’instant je n’avais pas pris le temps de retenir ses bras. Ce qui était plutôt débile de ma part. Mais je m’en fichais et je venais lui lâcher un coup final dans le ventre assez de quoi laisser une marque et de quoi la calmer pendant un moment enfin j’espérais du moins.

Je la regardais la relâchant tentant de reprendre ma respiration. Me posant sur le sol. A côté d’elle. Je restait néanmoins sur mes gardes. La cavalerie n’allait pas tarder non plus je crois. Il y a probablement des gens et d’autres gardes qui vont nous rejoindre ou peut-être même pire. Et puis ce n’est pas tous les jours que vous pouvez voir deux femmes pratiquement nues se battre violemment dans un parc. Certains seraient prêt à payer même pour voir ce genre de spectacle. Elle semblait toujours enragée. Mais j’en avais que faire. Je me mettais à une certaine distance de la dame. De toute façon ça va être compliqué pour elle de marcher je pense. J’essayais de me calmer un peu pour tenter d’ouvrir le dialogue avec elle

“Idiote de l’alliance. C’était quoi ça ? Comment tu as fais. Pour me ramener ici. Tu aurais simplement dû partir et rentrer chez toi tu as fais bien trop de dégâts pour aujourd’hui. Restes-ici je vais aller chercher du monde pour te rendre tes affaires, te soigner et te dégager.  ”


J’attendais qu’elle me réponde avant de partir chercher de l’aide et aussi me mettre en sécurité. J’en avais assez de cette mascarade.




Image NSFW. Les enfants passez votre chemin.:
 




Image NSFW. Les enfants passez votre chemin.:
 


Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty
MessageSujet: Re: Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]   Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Bikini Battle Warriors Quederla Edition [PV Valentina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Rps 2020-