La ville est en Septembre 2020
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur le lampadaire trépied Loft LAHTI noir
53.99 € 89.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Happy Birthday ! [ft. Kate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 471
Date d'inscription : 05/09/2015


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptyVen 19 Juin - 9:46







Good morning my love



Le 19 juin, un jour banal pour beaucoup de personnes en ville, un peu moins cependant pour le capitaine et surtout sa femme. En effet, Aston avait entouré en rouge, gras et avec insistance cette date car elle avait une importance toute particulière, comme son mariage, c’était un anniversaire : celui de sa tendre et douce épouse.

Katherine était une femme unique, gentille, douce, attentionnée en plus d’être incroyablement belle. Aston voulait que ce soit l’un des plus beau jour pour elle, avec son mariage bien entendu. Il voulait lui faire une surprise, même si cela tombait un vendredi, avec le travail, c’était compliqué.

Etant un gradé au sein du Gouvernement, il ne pouvait pas trop faire jouer son statut pour donner un jour de repos comme ça, à sa femme et lui. Si bien que le blondinet s’adressa à un de ses amis proche, lui aussi capitaine, qui signa les papiers de jours de repos tout en lui faisant un clin d’oeil amicale. Voilà qui était acté ! Tout deux avaient leur jour de repos vendredi !

Il ne restait plus qu’à programmer cette fameuse journée dédié à la plus belle des femmes, celle qui comble de bonheur cet homme auparavant si froid. Il avait prit une carte et avait repérer, à l’écart de la ville et de sa pollution, un petit coin de nature loin de tout où se trouvait un hôtel rustique, comme un chalet. Un week-end en pleine nature ! Voilà ce qui serait idéale !

Aston avait réserver deux nuit, celle du vendredi soir et celle du samedi soir, histoire de profiter un peu de ce moment hors de Quederla. Bien sûr le vendredi il avait pris soin d’inviter tout les amis de Kate pour une petite fête en fin de journée qui durerait sûrement tard la nuit. Pour l'occasion il avait même louer une calèche pour faire le trajet aller et retour, avec de jolie chevaux blancs. Pour le coup cela ressemblait à une nouvelle lune de miel, mais c’était plus une sorte de petit congés de trois jours en amoureux. Tout fier de lui après avoir oeuvré dans la plus grande discrétion et avec l’appuit de ses amis et ceux de Katherine, il s’endormit paisiblement auprès de sa femme, l’embrassant tendrement.

Le lendemain matin était le grand jour, le capitaine s’était levé un peu plus tôt que sa femme pour descendre lui faire un petit déjeuner. Il avait essayé de refaire un petit déjeuner anglais avec du thé, des œufs brouillés, du bacon frit, des toast avec du beurre et de la confiture, mais aussi du jus d’orange et des pancake. Pour cela il s’était entrainé il y a quelques jours chez Aïden qui avait souffert de ses premiers échecs.

Tout était prêt sur un joli plateau, une rose tenant en équilibre dessus tout comme les deux lettre de congés pour aujourd’hui. En rentrant, le blond annonça doucement sa présence d’une voix mielleuse et attentionnée.

Helloooo My Love. It’s time for breakfast aaaand… Happy birthday !


Un sourire rayonnant s’affichait sur le visage de son mari qui s’approcha pour poser le plateau à côté de sa femme qui se réveillait doucement. Il posa la rose sur sa table de chevet et s’installa à ses côté avant de l’embrasser sur le front.

Aujourd’hui c’est ta journée, la journée dédiée à la plus merveilleuse des femme. Donc on ne travaille pas tout les deux et j’ai encore quelques surprises pour toi aujourd’hui.  


Aston regarda sa femme, puis le plateau tout sourire, il était même un peu gêné, de peur de ne pas avoir réussit son petit déjeuner anglais.

J’ai essayé de te faire un breakfast, j’espère que ça te plaira !


Aston rayonnait de joie alors que ce n’était pas sa journée, mais comment pouvait il être autrement ? C’est l’anniversaire de la femme qu’il aime le plus au monde, celle qui le comble de joie.



 


Happy Birthday !



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Happy Birthday ! [ft. Kate] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 441
Date d'inscription : 30/09/2017


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptyVen 19 Juin - 20:31

Happy
birthday

► Precious Day
Ces derniers jours furent calmes comme assez prenants, mais dans le bon sens du terme. Tu le sais depuis bien longtemps maintenant que tu possèdes le mari le plus doux et le plus adorable du Monde. Tu n'es sûrement pas objective, mais c'est ce que tu pensais, tu ne pouvais pas rêver mieux comme compagnon, comme époux. Comme homme qui était le père des enfants que tu portais. Il était parfait et en ces temps là, cela se prouvait de plus en plus dû aux nombreuses attentions charmantes qu'il avait à ton égard. Depuis le début de ta grossesse notamment. Il t'aidait pour les tâches compliquées, le ménage, toutes les petites choses compliquées du quotidien qu'on attends que la vie grandisse dans notre ventre. Mais il semblerait que tu n'étais pas au bout de tes surprises avec le blondinet en tant qu'époux.


Tes journées étaient de plus en plus fatigantes au fur et à mesure que le temps passait. Alors tu dormais soit de plus en plus tôt, soit de plus en plus vite. Mais tu t'endormais toujours de manière apaisée, car tu étais auprès de ton mari. Tu collais la plupart du temps ta tête contre son torse, te rassurant avec sa chaleur et ses battements de cœur. Le sentir contre toi était comme une thérapie que tu avais besoin depuis longtemps. Ce besoin de sentir ta vie à côté de toi pour ainsi dormir paisiblement et balayer d'un sommeil toutes les pensées négatives que tu pouvais accumuler la journée ou toutes celles que tu avais eu durant ta vie. Mais c'était du passé, tu avais juste à profiter de la présence de ton mari auprès de toi, l'espace d'un rêve.


[...]


Tu dormais profondément, mentalement heureuse de ne pas sentir de douleurs ou de nausées à ton réveil. Ce qui était désagréable. Bien qu'ici, ce qui t'avait réveillé n'étaient pas tes enfants qui voulaient signaler leur présence, mais bel et bien ton cher et tendre époux. D'une voix douce, il signait qu'il était là. Tu avais encore les yeux fermés car tu te réveillais tout juste, mais tu l'entendais parler anglais, et te souhaiter un joyeux anniversaire dans ta langue natal. Bien que tu avais encore les yeux fermés, et une main sur ton ventre, tes lèvres s'étaient étirées en un énorme sourire. Une délicieuse odeur arrivait à tes narines tandis que tes yeux s'ouvraient doucement. Bien que ta vue était encore légèrement embuée dû au réveil lent, tu voyais la silhouette de ton mari, et un plateau déposé à tes côtés. Ses lèvres avaient embrassé ton front, ce qui agrandissait ton sourire déjà grand.


Tu avais aveuglément chercher sa main, le laissant parler, expliquer que vous étiez en congé, qu'il avait tenté de te faire un petit déjeuner originaire de ton pays natal. Te redressant, lâchant sa main après l'avoir embrassé, tu te frottais les yeux.


▬ « Comment ais-je pu tomber sur un mari aussi adorable... »


Tu regardais le plateau, puis la rose qui était déposée sur ta table de nuit, ton regard étincelant face à tellement de belles intentions. Intriguée, tu avais prit les deux lettres, en ouvrant une. Tu la lisais, penchant la tête tout en regardant ton mari.


▬ « Tu as négocié pour avoir plusieurs jours de congé... ? »


C'était ce qui était écrit en effet. Prenant ton thé entre tes mains, tu venais prendre une gorgée, découpant un morceau de bacon tout en le mangeant, un sourire ravis sur les lèvres, signant que c'était parfait. Découpant un autre morceau, tu venais le tendre à ton mari.


▬ « Je suppose que je ne peux pas savoir ce que tu as prévu haha. »
And I love u... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 471
Date d'inscription : 05/09/2015


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptySam 20 Juin - 23:17







Good morning my love



Le réveil de Katherine se fit tout en douceur et Aston était heureux de voir son large sourire grandir de plus en plus à chaque petite attention. La voir heureuse comme cela lui rappelais pourquoi il faisait son métier : pour préserver ce sourire sur le visage de sa femme, mais aussi des habitants de cette ville. La petite remarque de sa femme fit doucement rougir le blond, un tel compliment était apprécier à sa juste valeur, même si c’est plutôt Aston qui se disait comment il a pu tomber sur une femme aussi merveilleuse.

Disons qu’on est pas sensé travailler ce week-end tout les deux, alors je me suis arrangé pour qu’on ai aussi le jour de ton anniversaire de libre. Je pense que trois jours de repos nous ferra le plus grand bien.  


C’est avec une pointe de fierté qu’il avait annoncer cette nouvelle, car après tout dans son état et le sien, ce petit weekend de trois jours leur ferra le plus grand bien. Kate pourra se reposer au calme et Aston pourra se concentrer sur le jardinage et l’entretient de cette magnifique fleur qu’était sa femme tout en se reposant lui aussi, loin du stress du travail.  

Le blond regarda sa femme manger avec le sourire ce qu’il avait préparé pour elle, d’ailleurs elle n’avait pas grimacer et cela le rassurait, car Aïden avait bien tirer la tête la première fois qu’il avait manger son bacon un peu trop grillé, pour ne pas dire que c’était du charbon. Oui, Aston avait porter une trop grande attention aux œufs, délaissant un peu le bacon. Cette fois-ci, pour sa femme, il n’avait pas fait d’erreur et peut-être car Aïden fût un très bon cobaye.

Aston sourit de surprise avant de goûter lui aussi à ce qu’il avait préparé. Il se félicita intérieurement, car il semblerait qu’il ai plutôt bien gérer cette partie de la journée ! Bien entendu il y avait sur le plateau assez de nourriture pour deux. Le blond s’assit aux côtés de sa femme, se blottissant légèrement contre elle pour profiter de leur petit déjeuner en amoureux.

En effet My Love, tu ne peut pas, mais… Tu ne sera pas déçue !


Un large sourire avant qu’à son tour le blond tende une petite fourchette d’oeufs brouillés à sa femme. Ils profitèrent paisiblement de ce petit instant rien qu’à deux, Aston restant ferme tout en taquinant sa femme sur la suite des évènements. Une fois terminé, le blond rassembla tout les palts sur le plateau et s’adressa tendrement à sa femme.

Je te laisse te préparer ? Je vais faire la vaisselle en attendant. Habille toi confortablement et je viendrais t’aider pour faire ta valise.


Aston fit un petit clin d’oeil à sa femme, il venait de lâcher un petit indice à sa femme : ils n’allaient pas passer la nuit ici. En effet, un hôtel pittoresque à l’orée de la fameuse forêt de la ville les attendait pour passer un séjour magnifique à l’écart de la ville et sa pollution, mais avant ça… Il fallait s’y rendre et c’est là qu’intervient un veille homme, en retard sur son temps. Un des rare proposant ses services, lui et ses calèches. Aston l’avait rencontrer près des portes de la ville. Il allait faire le trajet en ville pour les chercher en face de chez eux pour les amener à bon port.

Une fois sa femme prête, il entra dans la chambre pour la guider un peu dans ses choix de tenues d’une part et sur le nombre de vêtements à emporter. Quand il vit sa femme dans sa tenue confortable, Aston ne put s’empêcher de lâcher un sourire attendit, sa femme était magnifique.

Tu est magnifique Katherine…


Il laissa s’échapper ces tendres paroles tout en s’approchant de sa femme pour l’embrasser doucement dans le cou et la prendre dans ses bras, passant ses mains délicatement sur son ventre. Il regarda par la suite la valise encore bien vide, surement que sa femme était perdue et dans le flou le plus total.

Nous partons le temps du weekend, prend des affaires qui te mettent à l’aise, mais aussi de quoi te couvrir du froid on ne sait jamais et… Une tenue pour une soirée.


Un dernier baiser et Aston partit à son tour pour se préparer, sa valise sera vite faite pour lui qui sait à quoi s’attendre. Le couple descendit doucement les escaliers de l’étage et un petit hénissement se fit entendre au dehors.

Je crois que notre carrosse est arrivé haha !


Si Katherine pensait à un simple jeu de mot, elle se trompait lourdement car en effet, quand elle ouvrira la porte elle verra au bout de leur petite allée qui mène à la rue une calèche avec deux magnifiques chevaux.

Car tu pensait que je rigolais ?


Le sourire tout fier du capitaine se dessina sur son visage alors qu’il mettait les deux valises du couple à l’arrière du carrosse, saluant le vieux cocher qui avait un sourire tout aussi apaisant. L’aidant à monter la première, Aston rejoignit sa femme et les chevaux se mirent en route pour leur destination mystère.

Qu’en dit-tu pour l’instant my love ? Surprise ?  


 


Happy Birthday !



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Happy Birthday ! [ft. Kate] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 441
Date d'inscription : 30/09/2017


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptyDim 21 Juin - 13:49

Happy
birthday

► Precious Day
L'air apaisé sur ton visage était sincère, car tu avais le plus merveilleux des maris à tes côtés. Qui te préparait un petit déjeuner surprise tout en gardant le secret de ce qu'il avait derrière la tête quant-à cette journée. Tu souriais doucement, ainsi vous aurez trois jours de repos, tous les deux. Il avait raison, cela ne pouvait vous faire que du bien. De profiter d'un moment à vous, à deux - ou à quatre selon le point de vue -. Et en même temps, il faut dire que tu avais besoin d'avoir ton mari à tes côtés durant ta grossesse. Rien que l'avoir à tes côtés t'apaisait et t'empêchait de stresser tous les jours, ce qui était néfaste pour tes bébés. Etre apaisée, calme, en paix... C'était agréable et tu supposes que ces prochains jours seront ainsi; calmes. Cela commençait d'ailleurs très bien, car ton mari s'était doucement blotti contre toi et tu avais alors penché doucement la tête pour la coller à la sienne, un sourire doux sur les lèvres. Tu ne pouvais pas vivre meilleur anniversaire que celui-ci. Gardant ton sourire sur les lèvres, tu mangeais ce petit déjeuner en compagnie du blond, un moment tendre.


Quand vous aviez fini, ton mari rassemblait les plats vides tandis que tu t'étais redressée, t'asseyant au bord du lit quand le blond avait reprit la parole. Tu avais cependant froncé les sourcils. Te préparer ? Valise ? Tenue confortable ? Tu ne comprenais pas vraiment, mais il semblerait que vous alliez partir quelque part et ce pour plusieurs jours. Tu lui avais souri, bien que dans l'incompréhension la plus totale.


▬ « D'accord Darling ! »


Lui avais-tu dit, tout sourire alors qu'il avait quitté votre chambre. Te levant doucement, tu te dirigeais vers ton dressing, l'ouvrant. Tu ne manquais pas de vêtements, mais tu ne savais pas où vous alliez alors tu ne peux pas prévoir qu'est-ce qui serait le mieux à prendre. Quant-à la tenue confortable qu'il t'avait conseillé, tu avais opté pour un haut blanc, court mais ample. Ta garde-robe commençait à être restreinte dû à ton ventre qui s'arrondissait doucement, alors tu avais trouvé ça qui fera l'affaire, avec un jeans et des chaussures de ville en guise de bas. A la base, tu aurais opté pour des bottines à talons, mais ce n'était pas ça qui était définie comme tenue “ confortable ”. Tu restais cependant perplexe sur quoi prendre, mais ton mari était revenu dans la chambre, s'approchant de toi en te complimentant. Tu lui sourirais toujours, te tournant vers lui alors qu'il t'embrassait doucement dans le cou. Tu avais rougi, te blottissant légèrement contre lui alors qu'il t'enlaçais, ses douces mains sur ton ventre. Tu l'avais embrassé à ton tour dans son cou alors que ses mains étaient toujours sur vos futurs enfants, le regardant dans les yeux alors qu'il parlait.


▬ « Une soirée... ? Combien de surprises as-tu prévu darling ? »


Demandes - tu de manière taquine, profitant du dernier baiser qu'il t'offrait avant de partir à son tour à ses préparations. Au moins, tu avais eu quelques indications un peu plus précises, bien que pour la tenue de soirée, tu avais un peu peur de ne pas trouver quelque chose qui allait dans ce sens. Quoi qu'en réfléchissant, tu avais sorti une robe. C'était une robe de grossesse que tu avais acheté il y a peu, ne l'ayant jamais montré à Aston car tu voulais lui faire la surprise, bien que tu n'avais jamais eu l'occasion de la porter, et il semblerait que tu en avais une d'occasion aujourd'hui. Finissant par enfin trouver ce que tu prendras, tu avais fermé ta valise. Bien que tu avais attendu ton mari pour qu'il t'aide à descendre les escaliers avec cette dernière. Tu avais froncé les sourcils en entendant... Un hennissement à l'extérieur. Ton mari s'était exclamé en disant que votre “ carrosse ” était arrivé, tout cela suivit d'un rire. Tu ne savais pas si c'était un jeu de mots, une manière de parler... Mais c'était perturbant.


En ouvrant la porte, tu t'avançais vers la sortie de votre jardin, bien que tu t'étais figée sur place en voyant une calèche. Deux magnifiques chevaux blancs devant ainsi qu'un cocher qui était dessiné d'un sourire chaleureux. Ton mari était venu vers toi, te demandant si tu avais pensé qu'il plaisantais. Sans mots, tu t'étais doucement approchée des chevaux alors qu'Aston posait les valises. Tu caressais doucement la tête des deux animaux, te rendant compte que non, ce n'était pas un rêve. Toujours sans bruits, tu étais montée dans la calèche à l'aide de ton mari. Tu observais la ville défiler doucement par la petite fenêtre tandis que ton mari reprenait la parole. Comme tu l'avais remarqué depuis quelques temps, tu étais facilement émue aux larmes, car tes yeux s'étaient embués de joie en tournant la tête vers ton époux.


▬ « C-C'est comme dans les contes de fée... »


Prononces - tu d'une voix fluettes, avant de te rapprocher de ton mari, te blottissant contre lui, cherchant sa main pour la serrer dans la tienne. Quelques larmes perlaient tandis que tes yeux étaient fermés, mais ce n'était là que des larmes de joie.


▬ « Je suis si heureuse... Cette journée commence si bien... Grâce à toi darling... Je t'aime tellement... »
And I love u... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 471
Date d'inscription : 05/09/2015


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptyLun 22 Juin - 19:56







Good morning my love



Katherine, sa femme, semblait aux anges face à toutes ces petites surprises et cela ravi Aston qui se satisfaisait d’avoir réussit à la faire sourire de tout son être. D’ailleurs le blond maintenait avec précaution le secret sur les autres surprises qu’il avait prévu, car c’est sur ça que reposait son stratagème : la surprise. La surprise de voir des chevaux juste devant chez eux, la surprise de découvrir un hôtel pittoresque au calme et loin de la ville, la surprise d’une belle fête. Toutes ces petites choses qui émerveillerons cette belle journée.

Une fois bine installé dans la calèche, le blond admira sa femme regarder la ville défilé sous ses yeux émerveillés, puis quand elle reporta son attention vers lui il ne put s’empêcher de sourire de toutes ses dents en voyant ses yeux s’humidifiant de bonheur. Comme un compte de fée ? Ces douces paroles avait doucement ému le blond qui voyait à quel point sa femme appréciait l’initiative.

Katherine vient doucement se blottir contre son mari et Aston fit de même et main dans la main ils profitèrent de ce calme apparent, rien que tout les deux avec le seul bruit sourd des sabots des chevaux frappant le sol. Sentant un larme tomber sur sa main, l’allemand sortit un mouchoir en tissu qu’il utilisa pour sécher ces quelques larmes de joie.

Comme un conte de fée… Alors tu n’est pas au bout de te surprises mon amour. Moi aussi je t’aime, de tout mon coeur.  


Doucement Aston vint déposer un baisé sur la tête de sa femme, signe de protection. Alors que tout deux profitait de ce moment, le bruit permanent de la ville se fit de plus en plus calme et s’ils prenaient la peine de regarder par delà la fenêtre du carrosse, le jeune couple pourrait remarquer qu’ils approchaient des portes de la ville.

Alors que la ville commençais à être derrière eux, le couple profita de ce moment pour admirer le paysage qu’il ne voyait pas d’habitude, le calme de la nature se rapprochant doucement, les oiseaux chantant leur douce mélodie quand ils ouvraient la fenêtre et la légère brise annonçant l’été. Cette douce odeur de fleur mélangée à celle des pins alentours qui se faisaient de plus en plus présents.


Nous sommes bientôt arrivés à notre destination.


Aston avait annoncer cela avec un tendre sourire pour sa femme, l’embrassant une fois de plus avant de la rapprocher de lui pour qu’elle se blottisse contre lui et qu’elle puisse voir l’établissement où ils allaient passer le weekend.

Entre les arbres de la forêt, juste à l’orée de celle-ci se dévoilait un bâtiment rustique en bois. Avec une bonne vision on pouvait lire sur une pancarte « Hotel Sakaru », un bâtiment qui est là depuis de nombreuses années et pourtant très bien entretenu. Aston s’était renseigner et allait se faire un plaisir d’annoncer ces informations à sa femme.

L’hôtel Sakaru est là depuis des générations, une entreprise familiale, un petit coin de calme loin de la ville bruyante et polluée qu’est Quederla. Ici nous pourrons profiter de ce calme pour fêter dignement ton anniversaire et se reposer comme il se doit.  


Le carrosse s’engouffra peu après dans l’enceinte de l’établissement, délimité par des murs de mois. Une fois arrivé, une jeune homme et une jeune femme les accueilli, les visiteurs étaient rare par ici, mais l’hospitalité était toujours la même : excellente.

Bonjour, je suis Aston Hammerman et voici ma femme Katherine, nous avons réservé une chambre.  


Un sourire amical fût échanger entre les deux hommes tandis que la femme vient voir Katherine pour voir comment elle allait et si le trajet fût agréable. Par la suite, les deux hommes se chargèrent des valises pour les monter en chambre, suivis par les deux femmes qui prenaient le temps d’observer les lieux. D’ailleurs c’était l’occasion pour la jeune femme d’expliquer à son invitée un peu le passé de cet endroit, cet établissement tenue de génération en génération par la même famille depuis leur arrivée du Japon, le manque parfois de clients qui à mener à leurs activités annexes. Elle lui parla de la couture typiquement japonaise avec des tissus japonais pour confectionner des kimonos, mais aussi le travail du bois avec des petites statuettes ou des jeux en bois. Elle proposa d’ailleurs à la jeune femme de venir la voir quand elle aurait le temps, elle avait même des statuettes pour bébé.

Une fois les valises posées, Aston prit la main de sa femme pour l'emmener sur le balcon de leur chambre, observer la vue et parler un peu avec la prochaine activité. Il y avait tant de choses encore à faire et heureusement qu’Aston était soutenu d’une part par ses amis, mais aussi ceux de Kate et du personnel de l’hôtel. Il faut dire que c’était un beau projet…

Qu’en dit tu, la surprise te plait ? On est pas bien, loin de la ville, du bruit incessant et de la pollution ?  


Doucement, le blond vint prendre dans ses bras sa chère et tendre femme qu’il serra contre lui. Sentir son coeur battre contre le sien, sentir son ventre et leurs futurs enfants, tout simplement l’avoir à ses côtés l'apaisait. Il se sentait si bien auprès de sa femme qu’il ne voulait pas que cet instant s’arrête. Doucement, d’une voix emplie de tendresse, il s’adressa à sa femme.

Ils ont érigés un petit temple juste en face d’une petit coin d’eau dans la forêt, pas très loin de l’hôtel. Cela te dirait de nous y rendre pour profiter un peu de ce cadre idyllique ? Notre petite sortie en amoureux.


Doucement il se décolla de sa femme pour lui caresser tendrement la joue, admirer sa beauté, ses cheveux flottant légèrement au vent si frais de la forêt. Il lui sourit tendrement, l’écoutant avec attention, elle et sa voix si douce à entendre. Katherine était sa raison de vivre, sa femme et l’admirer était l’activité favorite du blond qui ne s’en laissait jamais.


 


Happy Birthday !



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Happy Birthday ! [ft. Kate] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 441
Date d'inscription : 30/09/2017


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptyMar 23 Juin - 10:34

Happy
birthday

► Precious Day
Comment pouvais-tu retenir tes larmes, alors que ton mari te faisait là le plus beau cadeau au Monde, celui de rendre un jour spécial encore plus spécial dû à sa présence si rassurante auprès de toi. Tu fermais doucement les yeux, bien que tu avais des larmes au bord de ces derniers tandis que tu serrais légèrement sa main dans la tienne. Profitant de sa chaleur, son odeur, sa voix, rien que lui. Plus rien ne comptait, bien que tu entendais les chevaux avancer, que tu voyais en ouvrant légèrement les yeux que vous n'étiez plus à Quederla même. C'était une ambiance un peu plus apaisante, une forêt. Ta tête posée sur son torse, tu regardais le paysage délicatement, dans un silence qui n'était pas un mutisme négatif, mais plutôt un silence qui montrait que tu étais apaisée, heureuse, si joyeuse d'être ici. A l'annonce de ton mari, ton sourire s'était agrandi, ayant hâte de voir où il t'emmenait, lui qui avait l'air si joyeux de pouvoir te faire une surprise de la sorte. Le connaissant, c'était un magnifique endroit.


Rapidement, tu avais pu découvrir le bâtiment “ surprise ”. C'était une petite bâtisse rustique, faîte de bois. Une aura chaleureuse émanait de ce lieu tandis que tu t'étais légèrement redressée, curieuse de découvrir cet endroit. Tu avais relevé la tête quand ton mari parlait un peu de ce lieu. L'hôtel Sakaru. Tenu par la même famille depuis plusieurs générations maintenant. Cela semblait être un hôtel vraiment beau, apaisant, chaleureux. Comme tu l'avais deviné, ton mari trouvait toujours les lieux qui étaient magnifiques. Même à Quederla, où la pollution est plus que présente, à ton grand malheur. Mais ce n'était pas la seule ville dans cet état. L'Humanité évolue et il semblerait que cette fumée et toutes ces avancées soient nécessaires. Mais il est vrai que passé un petit moment, loin de tout, aux abords d'une forêt, avec pour seule compagnie la douce vie des arbres et surtout ton mari. C'était pour tout ça que tu te répétais que la vie vaut la peine d'être vécue.


La calèche s'était arrêtée, et une femme et un homme étaient apparus dans ton champ de vision. T'aidant de ton mari pour descendre, tu tournais doucement sur toi-même pour admirer les lieux, silencieusement. Bien que ton mutisme fût coupé par la jeune femme qui te demandait si tu allais bien et si le voyage s'était bien passé. Tu lui signais que tu allais parfaitement bien, que le voyage était doux et agréable. Ton mari, aidé par l'homme de l'hôtel, portait les valises tandis que la jeune femme te parlait de tout ce qui concernait l'hôtel, et tu l'écoutais d'une oreille douce et attentive. Elle parlait de la création des kimonos, du travail du bois et bien d'autres choses. Tu lui signais d'un sourire que tu serais ravie de venir la voir, pour qu'elle te montre les statuettes qu'elle avait et qu'elle faisait. Cela pourrait faire une sorte de souvenir de ces instants.


Suivant ton mari dans votre chambre, tes lèvres étaient toujours arquées en un sourire tandis que Aston avait prit ta main, te tirant délicatement sur le balcon de votre chambre. Tu admirais le paysage qui s'offrait à toi, prenant de grandes inspirations pour sentir l'air frais des lieux. Bien loin de l'odeur d'essence et de tabac habituelle de la ville. Tu sentais que cela te faisait du bien. Quand la voix de ton mari résonnait dans tes oreilles, tu avais tourné ton regard rubis vers lui. Ce regard rouge, étincelant bien qu'un peu embué par les larmes de bonheur que tu peinais à retenir.


▬ « C'est magnifique Aston... J-Je n'aurais pas pu rêver mieux comme anniversaire.. T-Tout est parfait. Cela fait du bien j-je... Je me sens si apaisée... »


Tu essuyais avec ton poignet les larmes qui t'étaient venues aux yeux, bien qu'elles étaient très vite revenues quand ton mari te prenait dans ses bras. Délicatement, tu posais ta tête contre son torse, un sourire sur les lèvres. Tu étais presque bercée dans ses bras, dans cette étreinte si rassurante et si douce à tes yeux, qui te comblait de bonheur. Tu étais une femme conquise, rien ne pouvait te retirer cette joie énorme qui t'enveloppait. Sa voix résonnait de nouveau, bien que tu étais encore blottie contre lui, les yeux légèrement fermés, ton sourire toujours aussi tendre et grand, tu te décollais de lui, frottant légèrement ta joue contre sa main.


▬ « Je veux bien... Aller voir ce temple, tous les deux... »


Tu avais doucement déposé tes lèvres sur les siennes, menant tes mains sur ses douces joues. Lui signant que tu étais prête, tu avais saisi sa main, le laissant te tirer pour t’emmener, te guider. Tu lui souriais, bien que tu t'étais stoppée net quelques minutes à peine après. Fronçant les sourcils, serrant sa main alors que vous n'aviez pas quitté votre chambre, tu avais mené une main sur ton ventre. Le visage neutre, tu te rapprochais de ton mari, lui lâchant les mains.


▬ « Chéri... »


Le regardant dans les yeux, ce regard ayant toujours des étincelles, un tout petit sourire sur les lèvres, tu vins prendre une petite voix.


▬ « Tu peux... Fermer les yeux, s'il te plaît ? F-Fais moi confiance... »


Tu approchais de ton quatrième mois de grossesse, alors forcément. Les petits êtres en toi avaient déjà pas mal grandi et changé. Tu le ressentais et ...


▬ « Ne dis rien et... Concentre toi. »


Sans doute qu'il ne devait rien comprendre à où tu voulais en venir. Délicatement, tu prenais ses deux mains, si douces. Tu les passais sous ton haut, les posant à plat sur ton ventre. Sentir ses mains ici te fit pleurer silencieusement, comprenant l'importance de tous ces petits gestes, de cette aura de protection qu'il émanait en faisant ça, bien qu'ici ce soit toi qui l'avait mené à faire ça. Déposant tes mains sur les siennes, tu prenais une voix paisible.


▬ « T... Tu les sens... Bouger ? Légèrement ? »


Certes, ce n'était pas des gestes vifs et perceptibles tout de suite, mais c'était pour ça que tu lui avais demandé de se concentrer, car il pourrait sentir quelque chose de petit certes, mais quelque chose de si beau. C'était la première fois que vous sentiez vos enfants bouger. C'était beau, très beau. Tu t'étais mise à légèrement pleurer. Décidément, cette journée était un si beau jour. Un jour que tu allais chérir toute ta vie.


▬ « Eux aussi v-... Veulent profiter de cette journée... On y va ? »
And I love u... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 471
Date d'inscription : 05/09/2015


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptyMer 24 Juin - 11:24







Good morning my love



Le voyage jusqu’à l’hôtel, en calèche, prit une bonne partie de la matinée, mais Aston avait proposé à sa femme une petite balade pour profiter un peu de cet air frais avant de déjeuner. Ils étaient loin de la pollution des usines, loins du bruit incessant des voitures et des transport en commun, ils pouvaient profiter d’un moment de calme, à deux, dans un endroit que peu fréquente car trop pris dans les rouages de la ville.

Le blond pouvait cependant rester planté là, blottit dans les bras de Katherine, car rien au monde ne lui tenait plus à coeur que sa tendre épouse et les enfants qu’elle portait en elle. Quand il entendit les paroles de celle-ci, il ne put s’empêcher de lui sourire tendrement car après tout elle venait de confirmer ses espoirs. Il n’avait cessé de chercher l’atteinte de cet objectif en préparant cette journée : le bonheur de sa femme.

Le couple avait vécu bien des épreuves, des moments heureux comme des disputes, mais c’est aussi ça qui a renforcé leur lien, c’est être là quand l’autre avait besoin de lui/elle. Aujourd’hui ils seraient le plus heureux des couples.

Je suis vraiment heureux de l’apprendre, c’est tout ce que je souhaitais.


Il la serrait un peu plus en l’entendant dire ses paroles avant de l’admirer elle et son regard rubis qui le rendait à chaque fois si vulnérable, vulnérable à ce sentiment qu’était l’amour. Avec Katherine, l’allemand pouvait être lui-même, plus tendre, plus délicat, plus attentionné. Tout en lui exprimait cet amour florissant et ne cessant de s’épanouir sous la lumière qu’était sa femme, que ce soit ses gestes doux comme la soie, sont regard tendre, attentionné, à la recherche des moindres besoins de sa femme, ou encore ses lèvres s’arquant d’une courbe délicate montrant clairement son bonheur à chaque fois que le blond l’aperçoit ou quand il se tient à ses côtés.


Bien sûr, je te fais confiance, toi aussi tu a une surprise ?


Aston fermait ses yeux, se plongeant dans une obscurité et se taisant à la demande de sa femme. Étant donné qu’elle lui avait demander de se concentrer, il chercha la moindre sensation qu’il pouvait ressentir, ses sens étaient en alerte. Cependant, c’est quand Katherine prit ses mains pour les glisser délicatement sous son haut que le blond comprenait où elle l’emmenait : vers leurs futurs enfants.

Sur le coup, il ne comprenait pas, pas encore totalement concentré, mais au bout de quelques secondes un sourire bien plus tendre et radieux se dessinait sur son visage alors qu’il sentait de fins mouvements.

Oui… C’est… Magnifique.


Le blond réalisait d’autant plus qu’il serrait père dans quelques mois et ses yeux se rouvrirent, légèrement humide face à cette sensation extraordinaire de sentir la vie au creux de ses mains. De celles-ci d’ailleurs le blond caressa le ventre de sa femme avec la plus grande des douceurs, versant une petite larme à son tour, une larme de joie de sentir pour la première fois ses enfants se manifester.

Je vois ça my love. Oui, on y va.  


Aston entrelaça ses doigts avec ceux de sa femme et main dans la main ils quittèrent leur chambre d’hôtel. C’était agréable de se balader dans l’hôtel, mais l’extérieur avait tant à offrir ! Dans les couloirs de l’hôtel, le jeune couple rencontra le même jeune homme qui les avait accueillit, celui-ci leur fit le plaisir de leur indiquer où se trouvait le petit sentier qui menait à ce « petit coin de paradis » comme il aimait le dire aux résidents de l’hôtel. Etant donné que la famille se rend souvent là-bas, il n’est pas difficile de suivre le petit sentier, marqué par les passages réguliers des générations.

Le couple sortit donc de la bâtisse, se rendant derrière celle-ci pour y trouver un espace ouvert dans les murets de bois entourant le domaine. Doucement, allant à leur rythme, le couple s’aventura sur ce chemin de campagne. Sur les côté du sentier était visible des fleurs inhérente à cette forêt, plantées là par envie des propriétaires, mais il y avait aussi des fleurs sauvages typiquement de la région. L’été approchait et la chaleur avec elle, cependant l’ombre des arbres et la forêt en elle même rendait tout cela plus supportable, malgré tout ont pouvait entendre au loin la cymbalisation de quelques cigales, un bruit sourd au fin fond de la forêt. Ajouté à cela la légère brise qui soufflait entre le feuillage des arbres, amenant une douce odeur de fleurs aux narines du jeune couple et le cadre était parfait pour se balader dans le calme.

Plus ils s’enfonçaient dans la forêt, suivant ce petit sentier, plus ils pouvaient entendre et voir des oiseaux chanter, mais surtout le bruit du cours d’eau qui accompagnait jusque là le couple à côté du sentier se fit légèrement plus présent et c’était normal ils arrivaient enfin, après une petite demie-heure de marche, dans cette enclave naturelle entouré d’arbres feuillus mais laissant en son centre la lumière du jour illuminer l’endroit.

Il y avait, comme on le lui avait prévenue, une espace d’eau, comme un tout petit étang, alimenté par un point d’eau dans la roche situé derrière cet espace. Il y avait de l’espace pour s’asseoir dans l’herbe et profiter de la vu, mais aussi et surtout… Le fameux petit temple. Ce n’était pas grand-chose, de la taille d’un puit tout au plus. Il y avait une petite estrade sur laquelle reposait une statuette en pierre, représentant une sorte de renard. Cette statuette était protégé par les intempérie par un toit en bois peint de rouge et blanc sur lequel était fixé une cloche avec deux long rubans blanc et rouge eux aussi, tombant devant la statuette. Ce petit temple n’avait pas fonction d’être le plus grand où le plus beau, il avait été construit pour protéger la divinité et permettre à la famille japonaise de prier.

En tout cas le paysage dégageait cette aura de paix et de calme que recherchait le couple, bercé par le bruit de l’eau suivant son cours et des oiseaux chantonnant au loin. Doucement le blond emmena sa femme devant le petit temple.

Inari, c’est comme cela qu’ils appellent cette divinité. Dieu du commerce et gardien des maisons. C’est ce qu’ils m’ont dit, je suppose que l’ont peut aussi le prier. Pour ça il suffit de donner une pièce, faire sonner la cloche, taper deux fois dans ses mains et les garder jointe pour prier, enfin on tape de nouveau dans ses mains deux fois.


Le blond tourna sa tête vers sa femme et lui sourit tendrement. Il trouvait toute cette culture assez interessante pour le coup et puis… Il aimerait bien prier cette divinité, juste pour protéger sa maison et sa famille. Il tendit alors une pièce à sa femme et il commença à prier.

Le son de la cloche résonna et se perdit entre les arbres, à ce moment là il n’y avait plus que le son de l’eau et de la cloche s’étouffant petit à petit. Une fois la petite prière faite, le jeune couple se balada sur les bords de l’étang et finalement se posa à l’ombre d’un arbre pour admirer un peu ce spectacle.

Dit moi… Qu’a tu demandé à la divinité ? Ce n’est pas un vœu donc je pense qu’on peut le dire ? Personnellement j’ai prié pour notre maison et la petite famille qu’elle abrite…  


A ces mots, le blond se rapprocha de sa femme pour venir se blottir contre elle tout sourire, toujours main dans la main. Il regardait cette étendue d’eau, sentant le vent caresser son visage, mais surtout sentant sa femme à ses côtés. C’était si… Apaisant.


 


Happy Birthday !



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Happy Birthday ! [ft. Kate] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 441
Date d'inscription : 30/09/2017


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptyJeu 25 Juin - 11:09

Happy
birthday

► Precious Day
Tu as toujours eu peur d'être mère. Peur de ne pas être une bonne mère, de ne pas savoir être maternelle avec tes enfants, de ne pas réussir à protéger ces êtres qui seraient le fruit de ton amour avec une personne chère à ton cœur. Mourir comme tes parents en laissant tes enfants orphelin d'une mère. Toutes ces peurs faisaient parties de toi fût un temps, mais elles furent balayées depuis que tu es enceinte. Car tu n'es pas seule, tu es épaulée, soutenue par ton mari, mais aussi tous tes proches. Mine de rien, tout ce soutien et leurs paroles rassurantes avaient eu un effet positive sur la vision que tu avais de toi-même. La maternité n'est pas innée, personne ne peut savoir comment tu seras en tant que mère. Mère et épouse. Mais ça, l'avenir te le dira. Tout ce que tu pouvais affirmer sans craintes, c'est que ton mari était un énorme soutien pour toi, et le voir en face de toi, les yeux fermés, te faisait doucement sourire. Un sourire agrandi quand ses mains, un peu plus grandes que les tiennes, mais tout de même très douces, se posaient sur ton ventre.


Sentir tes enfants avait été une chose que tu attendais avec une petite impatience. Car cela te rassurait désormais de les sentir bouger. Grandir, commencer à prendre forme dans ce Monde en évolution. Plusieurs fois tu paniquais en pensant avoir fait une erreur, que cela puisse leur être fatal. Tu as toujours été une boule de stresse permanente, et la grossesse n'arrangeait rien. Mais ton mari était là. Tu l'appelais généralement une fois par jour, à sa pause, quand il travaillait ne serait-ce que pour entendre sa voix, te rassurer à distance, car ne pas l'avoir à tes côtés te faisait sentir légèrement vide. Non pas que tu faisais partie de ce genre de femme à s'exclamer que son mari lui manquait toutes les heures, mais avec sa profession, tu as toujours peur qu'il lui arrive quelque chose. Enfin. Tu balayais ces pensées d'un sourire quand ton mari parlait. Tu voulais qu'il sente ses enfants se mouvoir, prendre vie, doucement, au creux de toi, au creux de ses douces mains, qui faisaient des gestes si tendres sur ton ventre. Le voir sourire de la sorte réchauffait ton cœur, si apaisé aujourd'hui. Une larme roulait sur ses douces joues, alors délicatement, tu vins poser une main sur sa joue, séchant ses larmes avec ton pouce. Et dire que certains pensent que ton mari était dénué de cœur... Mais le voilà, lâchant des larmes en sentant ses enfants. Y'a - t - il plus humain que lui dans le Monde ?


Tu serrais sa main dans la tienne tandis que tu le suivais à l'extérieur, croisant l'homme qui vous avait accueilli si chaleureusement. Il vous parlait d'un “ coin de paradis ” qui se situerait non loin de l'hôtel, vous indiquant la route à suivre. Tu souriais, te contentant de suivre ton mari à l'extérieur, commençant à suivre un chemin forestier. Calme, où les feuilles craquaient sous vos pas doux, où les oiseaux chantaient leurs louanges, où l'eau s'écoulait paisiblement. Tu avais prit le bras de ton mari, posant ta tête contre lui tandis que vous marchiez. Tu le laissais te guider. Vous ne marchiez pas vite, vous profitiez paisiblement et tendrement, de cette balade à deux dans un lieu bien différent de la ville. Tes yeux rubis admiraient sur leur passage les fleurs que vous croisiez, certaines que tu connaissais en visuel, d'autres que tu connaissais par des écrits dans des histoires, et d'autres que tu n'avais jamais vu. C'était agréable, mêlé à la douceur d'été qui prenait doucement place autour de vous. Vous aviez marché une demi heure tout au plus. C'était un peu long oui, mais tu n'avais pas vu les minutes passer. Car ton mari était à côté, et auprès de lui, le temps s'arrêtait.


Vous étiez désormais face à un étang, c'était calme, le bruit de l'eau, des êtres vivants qui y habitaient. Tu suivais ton mari vers le fameux temple. Toujours accrochée à son bras, les yeux mi-clos, tu l'écoutais alors qu'il parlait d'une divinité japonaise du nom d'Inari. Tu écoutais ses indications, hochant la tête à ses paroles. Pourquoi pas prier cette divinité étrangère, cela semblait être un beau geste, surtout dans un lieu aussi poétique qu'ici. Tu t'étais décollée de ton mari, prenant la pièce qu'il t'avait tendu, le suivant dans une prière silencieuse qui fût doucement mise en musique par le doux son des cloches qui se perdait dans le vent et les feuillages qui dansaient au rythme de la vie et de tous ces petits paramètres qui faisaient vivre cette forêt. Tu souriais à Aston, ce blond qui te comblait de bonheur au quotidien. Vous vous baladiez tranquillement, avant de vous poser à l'ombre d'un arbre. Te blottissant contre ton mari, tu fermais les yeux. Le vent frôlant vos deux visages, vos cheveux dansant au rythme de ces souffles la nature. Il n'y avait plus rien qui comptait, si ce n'était ton mari et les enfants que tu portais en toi. A sa question, tu lui avais doucement embrassé le cou, avant de décaler un peu, t'allongeant sur lui, ta tête sur ses jambes, une de tes mains sur ton ventre tandis que la seconde tenait sa douce main.


▬ « J'ai prié aussi pour notre maison... Pour protéger mes deux magnifiques enfants et... mon adorable mari. »


A ces mots, tu venais serrer doucement sa main, la menant à tes lèvres pour y déposer un baiser tendrement et affectueusement. 


▬ « Aston... »


Tes larmes étaient revenues, coulant le long de tes joues chaudes, rougies par cette montée d'émotion positive, car tu te rendais compte de la chance que tu avais, d'être mariée à un homme tel que le blond auprès de toi. Qu'il soit le père de tes enfants et le mari que tu aimeras toujours. Tu étais sa femme, tu lui seras fidèle à jamais, et savoir que tu seras cette femme chanceuse de l'avoir en tant qu'époux toute ta vie te comblait encore de bonheur. Laissant tes larmes perler, bien que tu avais toujours ta tête posée sur les jambes de ton mari, tu avais doucement tourné cette dernière pour le regarder.


▬ « Je t'aime... Si fort. Je... N'ai jamais fêté mon anniversaire de la sorte c-c'est si beau... T-Tu es si parfait... Personne ne peut faire mieux... Ne... »


Tu serrais encore cette main, plus fortement.


▬ « ... Ne me quitte pas, tu me rends si heureuse, je t'aime tellement... »


Tu avais doucement tendu les bras, pour déposer tes mains sur son visage, caressant ses joues.
And I love u... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 471
Date d'inscription : 05/09/2015


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptySam 27 Juin - 11:28







Good morning my love



L’atmosphère de ce lieu était si calme et reposant qu’Aston comprenait pourquoi on leur avait dit que c’était un petit coin de paradis : cela s’en rapprochait tellement. Pour lui et sa femme, ce genre d’endroit faisait vraiment coupure avec la ville et son bruit incessant de technologie. En tout cas le blond ressentait un calme et une joie sans nom en se trouvant ici, la tête de sa femme sur ses jambes après un tendre baisé dans le cou.

Katherine avait répondue à la question de son mari et celui-ci fût heureux de constater que tout les deux avaient priés pour leur famille. La pression qu’elle exerçait sur sa main fit tendrement sourire le blond qui fait de même tout en l’observant le pouvoir de marque d’affection aussi tendre les unes que les autres. S’il le pouvait, Aston aurait arrêté le temps pour vivre cet instant de bonheur à l’infini.

La douce voix de sa femme rappela l’homme dans sa douce réalité, elle l’appelait et il répondait présent, comme à chaque fois. Le capitaine était un homme sur qui on pouvait compter de base, mais sa femme pouvait l’appeler n’importe quand, il répondrait toujours présent, il le lui avait aussi promis : il retournera toujours à ses côtés. L’appel de sa femme attira l’attention du blond qui pouvait voir la matérialisation de la joie de sa femme, des perles de bonheur glissant délicatement sur ses joue légèrement rougies par l’émotion. Cette vision fit sourire de bonheur Aston car il savait bien qu’elle pleurait de bonheur.

Les paroles de Katherine avait cette particularité de toucher en plein coeur son mari, trouvant toujours les mots justes pour le sortir des ténèbres ou bine pour exalté sa passion et son amour pour sa femme. La sentir serrer sa main, puis les sentir sur ses joues le plongeait dans un rêve éveiller, un rêve de tendresse et de paix. Cette fois-ci les mots qu’elle prononça le rassura sur son initiative mais surtout elles renforcèrent son amour et son attachement pour la demoiselle aux yeux rubis. Doucement le jeune homme s’allongea aux côtés de sa femme, la regardant dans les yeux pour lui dire ces quelques paroles.



Jamais je ne te quitterais, tu est l’amour de ma vie, ma femme et je t’ai juré de toujours être à tes côtés. Je t’aime Katherine et ce pour l’éternité.


Sans plus de mots, le blond caressa doucement la joue de sa chère et tendre avant de venir déposer un baisé aussi doux que la soie et aussi passionné que le feu de son coeur qui s’amplifiait à chaque moment passés avec son âme sœur. Aston laissa par la suite sa femme s’installer à ses côtés, sa tête pouvant venir prendre place sur son torse, profiter de ce cadre idyllique.

Le temps passa doucement mais surement et ce qui ramena le jeune couple à la réalité fut la faim qui prenait doucement place dans leur estomac. Le jeune couple fit le chemin de retour toujours avec ce même sourire sur les lèvres, toujours cette atmosphère apaisante les accompagnant. A leur retour, l’homme qui leur avait parler de cet endroit pût constater leur mines réjouis et sourit à son tour, venant leur annoncer qu’il revenait pile à l’heure pour le déjeuner en terrasse.

Avec tout ce qu’ils avaient vécue en une matinée, un bon repas leur ferra le plus grand bien, surtout que la surprise finale n’est pas encore arrivée. Le blond avait plus d’un tour dans son sac et la participation du personnel de l’hôtel était vraiment appréciable. Ce que sa femme ne savait pas c’est une petite salle avait été réservée et fermée le temps de quelques préparatifs, à l’abris des regards.

Une fois à table, sur la terrasse qui offrait le doux vent rafraichissant et une vue sur les alentours, Aston prit la main de sa femme, voulant voir avec elle ce qu’elle voudrait faire en début d’après-midi. Après tout ils pouvaient faire tant de choses : voir la boutique de l’hôtel, se balader pour venir se poser sur l’une des plaines avoisinant l’hôtel pour profiter de la vue et partager un instant en amoureux avec du thé et des biscuits ou tout simplement se reposer dans leur chambre. Dans tout les cas cela n’entravait en rien la petite surprise du capitaine pour sa femme.

Qu’aimerais tu faire my love cet après-midi ? On pourrait aller voir un peu ce qu’ils font en boutique ou bien se poser sur une plaine aux alentours et se faire un petit goûter avec du thé et des biscuits, voir même un cheesecake s’ils en font ? Tu en pense quoi ?  


Aston souriait tendrement tout en caressant la main de sa femme, attendant sa réponse le temps que le serveur arrive pour prendre leur commande. Cette fois-ci, le blond laisserais sa femme décider de leur après-midi, c’était sa journée après tout. En tout cas, il serait heureux peu importe les choix de sa femme, l’important c’était qu’elle soit heureuse et qu’il puisse voir sur son doux visage son sourire angélique et qu’elle rayonne de bonheur.


 


Happy Birthday !



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Happy Birthday ! [ft. Kate] QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown


Dernière édition par Aston S. Hammerman le Sam 27 Juin - 14:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 441
Date d'inscription : 30/09/2017


Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] EmptySam 27 Juin - 14:03

Happy
birthday

► Precious Day
Ces instants que tu passais avec ton mari réchauffaient ton cœur. Tu voulais en profiter, toute ta vie, jusqu'à la fin de tes jours. La vie n'est pas éternelle, pourtant, tous ces moments, sa présence, sa voix, sa chaleur, son odeur, ses battements de cœur qui résonnaient comme une si douce symphonie ... Tout cela te faisait aimer la vie, te faisait croire que tout était éternel, que tout était beau, que tout méritait d'être vécu comme tu le vivais en cet instant de pur bonheur. Même si tu pleurais, c'était de bonheur. Tu as eu une vie si morose, une vie où l'on avait retiré toute source de couleur et de joie, qu'il t'était impossible de ne pas ressentir quoi que ce soit en prenant de plus en plus conscience que ces temps étaient révolus. Que tu avais serré la main salvatrice qui était aujourd'hui la main de ton mari. Une main qui serrait la tienne avec tellement de douceur, de protection, d'amour, que tu ressentais encore maintenant que tu aimais plus que tout cet homme. Que tu étais si heureuse de lui avoir dit “ oui ” alors qu'il avait posé un genou à terre. Que tu étais si heureuse d'avoir eu cette bonne “ idée ” de t'être rapprochée de lui, même inconsciemment, à l'époque où tu n'étais qu'une criminologue sans histoire, une criminologue qui avait renoncé à vivre.


Renoncé à vivre, et te voilà maintenant prête à tout faire pour savourer la nouvelle vie que l'on t'avait offert, que l'on t'avait dessiné sans rien te dire. On ne t'avait rien dit, comme ton mari ne t'avait rien dit sur toutes ces surprises qu'il t'avait réservé, te créant ainsi un havre de paix le jour de ton anniversaire. Un jour banal pendant plusieurs années, mais qui était devenu le plus beau jour de ta vie, avec ton mariage et le jour où tu avais apprit que tu étais enceinte. Tes larmes perlaient toujours, comme une fine pluie que l'on ne pouvait pas stopper, un orage de bonheur envahissait tout ton être, et cela se voyait au niveau de tes yeux qui s'embuaient délicatement. Une pluie joyeuse, tu pleurais ton bonheur d'être auprès de ton homme, ton mari, le père de tes enfants... Aston, tout simplement. Tu le regardais tandis qu'il s'allongeait auprès de toi, doucement, un sourire s'était dessinée sur tes lèvres roses quand tu croisais enfin son regard si beau. Certains le décrivait comme analyseur, comme si on se sentait observer, comme si il pouvait lire à travers vous comme dans un livre ouvert. Mais toi, tu voyais en ces yeux, ce regard, un homme, un époux, un futur père de famille qui semblait heureux. Loin du stresse du travail, du stresse de la vie... Loin de tout ce qui est néfaste, juste auprès de toi, dans un lieu doux et paradisiaque.


A ses douces paroles, une explosion de joie s'était créée dans ton cœur. Tu étais si rassurée, tu te disais que tu pourras toujours admirer son visage, lui et toutes ses qualités.


▬ « Si tu restes auprès de moi, j... Je serais la femme la plus heureuse du monde... »


Tu profitais du doux baiser qu'il t'avait offert, savourant ce moment hors du temps, hors de la ville, juste vous deux et la danse des arbres et des feuillages, accompagnés par la brise du vent. Quand tu t'étais détachée de lui, délicatement, tu t'étais collée à lui, déposant doucement ta tête sur son torse. Tu pouvais sentir les battements de son cœur, passer ta main sur son torse et serrer son haut, t'accrocher à lui. Tu sais que son torse possède des cicatrices des combats passés, et tu aimerais les effacer de ton amour. Mais tant que tu resteras là, présente, personne ne le touchera. Personne ne le blessera, car tu resteras accrochée à lui toute ta vie. Fermant doucement les yeux, tu pourrais presque t'assoupir. C'est ce que tu avais pratiquement fait jusqu'à ce que la faim vous rattrape. Vous vous étiez donc levés et , main dans la main, marchant doucement tout en le serrant contre toi, vous retourniez à l'hôtel. L'homme s'occupant des lieux, un sourire aux lèvres, vous signait que vous étiez pile à l'heure pour le déjeuner. Suivant ton mari comme depuis le début de la matinée, vous arriviez à table. Tu prenais doucement place, serrant la main qu'il t'avait prit, tout en profitant également de la légère brise qui caressait vos visages et faisait danser vos cheveux.


A la question de ton mari, tu avais doucement penché la tête pour réfléchir. Tu avais envie de tout faire, absolument tout. Mais tu savais que ton corps allait rapidement te dire stop, ou alors allais-tu avoir des nausées ou des douleurs qui gâcheront toute la suite de la soirée. Alors tu te dis que retourner vous baladez tout de suite n'était pas une des meilleures idées qu'il soit. Tu avais doucement serré sa main.


▬ « On peut... Aller voir ce qu'il y a dans la boutique ? J'aimerai bien... Essayer un kimono, je trouve ça très jolie ! Ça te va mon amour ? »


Le serveur était venu. En temps normal, tu aurais bien voulu goûter aux fameux sushis, ou quelque chose au poisson cru. Mais les médecins t'avait bien expliqué que c'était déconseillé, alors tu ne voulais pas prendre de risque pour tes enfants et toi, alors tu avais prit une sorte de soupe avec un thé vert pour finir le repas doucement. Vous parliez de choses et d'autres durant ce repas si cale, doux, qui réchauffait ton cœur et régalait tes papilles. Finissant sur une note douce avec ton thé. Tu n'avais pas quitté ton sourire tendre en face de ton doux mari. Il était ton tout et actuellement, il te comblait de bonheur avec le fait qu'il t'ait emmené ici, et toutes les petites attentions à ton égard. Tu étais à une femme si heureuse d'avoir un époux tel que lui. Après avoir mangé, vous étiez tout deux partis, marchant doucement, n'étant pas pressés, faisant comme une sorte de balade digestive. Vous étiez arrivés dans la petite boutique. Il n'y a pas non plus énormément de choses, mais chaque objet semblait unique et rappelait l'origine de la famille qui tenait cet hôtel. Il y avait beaucoup de choses. Des petites statuettes, des livres retraçant l'histoire du Japon et tout plein d'autres objets.


En marchant un peu, tu étais tombée sur des petites étagères un peu en bas. Te baissant doucement, tu prenais délicatement entre tes mains une petite statuette. Elle représentait un chat. Te relevant, tu regardais une sorte de pancarte qui indiquait ce que c'était. Un Maneki-neko. Tu trouvais cela adorable. Tu le montrais à ton mari, le tenant entre tes mains comme si tu portais un petit chaton.


▬ « Regarde chéri, c'est mignon non ? Cela pourrait faire... Un jolie souvenir, à mettre... Oh, à côté de la boule de verre que j'avais déposé  quand j'ai emménagé à la maison. Des petits souvenirs de chaque important de notre vie. Qu'est-ce que tu en penses ? »


Tu avais déjà une petite idée d'où le mettre. Continuant de marcher, tu tombais sur le rayon qui t'intéressait, celui des kimonos. Farfouillant, avec toute la douceur du monde, tu étais tombée sur un kimono dont les couleurs te plaisaient beaucoup. Par ailleurs, vous aviez croisé la jeune femme qui vous avait accueilli. Te voyant avec un kimono dans les mains, elle te proposait de te montrer comment on en mettait un, de manière correcte. Tu signais à ton mari que tu allais l'essayer. Prenant quelques bonnes minutes à le mettre, tu sortais de la cabine, fière de toi, regardant ton époux.


▬ « Regarde ! Il me va bien ? Je ne fais... Pas trop baleine ? »


Tu avais dit ça sous une pointe comique, mais dans le fond, tu voulais juste lui plaire.
And I love u... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Happy Birthday ! [ft. Kate] Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Happy Birthday ! [ft. Kate]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Rps 2020-