La ville est en Septembre 2020

Partagez
 

 Happy Birthday ! [ft. Kate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 472
Date d'inscription : 05/09/2015


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptyLun 29 Juin - 16:58







Good morning my love



Si un jour on avait dit à Aston, bien avant de rencontrer Katherine, qu’il vivrait le grand amour, fonderait une famille, il n’y aurait pas crût car le blond savait ce qu’on pensait de lui au sein du Gouvernement et même en dehors. Cependant, il s’était lié d’amitié avec ses collègues de travail, si bien que certains comptent parmi ses plus proches amis, mais il y trouva aussi l’amour sous la forme d’une jeune criminologue. Cette femme avait prit son coeur, son âme et elle gardait avec beaucoup de tendresse ceux-ci, les nourrissant d’amour et de délicates attentions. C’est avec tout cela que Katherine à fait grandir l’Homme qu’est Aston, elle à dépoussiérée la partie de lui qu’on ne sollicitait pas et il est devenu le mari aimant qu’il est aujourd’hui en plus d’être un futur père de famille. Alors quand la femme qu’il aimait le plus au monde lui demande de ne jamais la quitter, le blond jura de nouveau de toujours être à ses côtés, dans le meilleur comme dans le pire, et d’ailleurs à ces mots sa femme affirma qu’elle serait la plus heureuse du monde. C’est tout ce qu’il voulait entendre, voir et ressentir : son bonheur.


Le retour avait été tout aussi agréable que l’aller et main dans la main le couple était rentré pour prendre place au restaurant de l’hôtel, la faim ayant guidée leurs pas. L’hôtel était peut fréquenté, mais au restaurant il y avait d’autres personnes aussi : deux hommes solitaires, un qui semblait avoir pas dormir depuis une semaine et l’autre plus en forme lisait un journal, à sa tenue on pourrait l’assimiler à un homme d’affaire. Enfin il y avait une sorte de couple, aux vus de leur discussion passionnée autour de la botanique, ce devait être des chercheurs. Il n’y avait pas plus de monde et le repas se déroula dans un calme presque olympiens. Aston et Katherine discutait de tout et de rien, du menu, de ce qu’ils avaient commander respectivement et du temps qui était magnifique.

Tout ce que tu voudra, c’est ta journée my love. Je suis sûr qu’un kimono t’ira à ravir.


Le blond avait doucement sourit à la réponse de sa femme. Le déjeuner se passa pour le mieux, ils prirent leur temps, pour une fois qu’ils n’étaient sous la pression de la ville qui elle vivait à cent à l’heure. Apprécier la nourriture, apprécier l’ambiance, tout cela ils en avaient le temps. Après manger le jeune couple se balada jusqu’à la fameuse boutique, à leur rythme et c’était parfait ainsi.

La boutique n’avait pas énormément d’articles comme en ville, mais elle remplissait ses étagères. Il y avait principalement des objets aux origines et aux méthodes de fabrication japonaises, un rappel des origines de la famille qui tient cet établissement. Sous chaque article était affiché une petite pancarte en précisant ce que c’était, son utilité ou bien sa signification. Katherine s’arrêta d’ailleurs devant une petite statuette qu’elle montra tout sourire à son mari. Elle avait le don de lui vendre la chose car c’est vrai que c’était mignon et que ça ferrait un très beau souvenir. Et puis Aston ne pouvait pas lui refuser cela, après tout c’était son anniversaire.

Très mignon même, je suis sûr qu’il appréciera sa place à côté de la boule de verre. En tout cas j’aime beaucoup cette idée de ramener un souvenir des moments important de notre vie à tout les deux. Prend le.  


Aston souriait tendrement à sa femme, cette idée lui plaisait vraiment et la voir heureuse ainsi était le plus beau des cadeaux. Vadrouillant à votre guise dans la boutique, Katherine sembla avoir trouver son bonheur et au même moment la jeune femme qui tenait la boutique proposa un essayage. Le mari attendit alors que sa femme se dévoile avec le fameux kimono sur les épaules et quand ce fût le cas… Il resta sans voix pendant quelques secondes, émerveillé par la beauté de sa femme, cela lui allait à ravir !

Tu… Tu est magnifique Katherine, il te va si bien…  


Le blond ne pouvait plus quitter son sourire amoureux face à cette image qu’il avait de sa femme en kimono. Aston la contemplait et ne trouvait d’autres mots pour l'encenser de compliments. Il s’approcha doucement pour la prendre dans ses bras, poser son front sur le siens et la regarder dans les yeux.

Tu n’est pas une baleine voyons, tu est la plus belle des femmes et j’ai vraiment de la chance de t’avoir dans ma vie.


A ces mots le blond embrassa le front de sa femme. Partageant ce moment à deux, la demoiselle de la boutique en arrière plan souriait doucement comme si elle était devant un film romantique. Puis une idée lui traversa la tête.

Oh, mais vous pouvez aussi en mettre un si vous voulez monsieur ! On pourra vous prendre en photo si vous le voulez.


Le couple se regarda tout content et acquiesça en même temps à cette très bonne proposition. La responsable de la boutique s’en alla dans un rayon pour revenir avec un kimono et pria le jeune homme d’entrer dans la cabine pour l’habiller à son tour. En sortant, le blond tournait un peu autour de lui pour montrer le kimono à sa femme. Il faut dire que c’était agréable comme vêtement… Cela pourrait être son cadeau d’anniversaire pour sa femme au final tout comme un cadeau pour lui même.

Alors ? Qu’en pense-tu ? Cela me va bien ?


Il souriait doucement avant de s’approche de sa femme pour lui faire un câlin. La gérante avait des étoiles plein les yeux en voyant tant d’amour et les incita à prendre place dans une petite salle à côté de la boutique pour prendre la fameuse photo. Ils en prirent quelques unes, debout, assis, dans les bras l’un de l’autre. C’était leur moment à deux et Aston ne manqua pas de la remercier chaleureusement pour cette instant qu’elle avait bien voulu accorder au jeune couple.

Pour vous remercier et car je suis sûr que ma femme adore ce kimono, nous allons vous prendre ces deux kimonos et les photos.


Katherine pouvait surement être surprise car ces vêtements étaient onéreux, mais la calèche et l’hôtel n’étant pas très chère il pouvait bien lui offrir ça. Et puis c’est l’anniversaire de sa femme, il pouvait bien faire une petite folie en sa faveur.

Bon anniversaire mon amour.


Disait-il de sa voix mielleuse, comme pour lui dire que c’était son cadeau d’anniversaire. Il était heureux de lui offrir ce vêtement de si bonne qualité mais surtout les souvenirs qui y sont attachés, en plus des photos.


 


Happy Birthday !



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 442
Date d'inscription : 30/09/2017


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptyMar 30 Juin - 0:31

Happy
birthday

► Precious Day
Tu étais si chanceuse. Si conquise d'avoir ton mari auprès de toi, que cela soit ton époux. Tu sais qu'il sera toujours auprès de toi. Qu'il répondra toujours présent quand tu auras besoin de lui. C'était réciproque. Tu tenais là, et même si tu n'étais pas la plus forte, la plus imposante niveau carrure, tu feras tout pour lui venir en aide et ainsi qu'il n'ait rien de grave. Depuis qu'il avait déposé un genou à terre, te demandant ta main, te demandant si tu voulais lui faire l'honneur de devenir sa femme, tu t'étais promise, tu t'étais jurée de veiller sur lui.  D'être cette étoile qui le guidera dans les moments de peine, de toujours illuminer son chemin pour qu'ainsi il puisse à jamais briller d'une lueur salvatrice à chaque fois que tu le voyais. Aston était le seul homme au monde qui avait réussi à redonner de l'espoir à ce cœur meurtri que tu possédais. Il avait réussi à faire chanter de nouveau les battements de ton cœur, si faibles fût un temps. Il t'avait fait, dans un sens, revivre. Il t'avait sauvé. Tu lui en seras à jamais reconnaissante, encore plus quand il t'organisait des journées de la sorte. Des journées avec des surprises, des sourires, des paroles mielleuses et des sourires d'or. Il n'y avait que Lui qui pouvait rendre cette journée si colorée et si douce.


Après donc avoir mangé, vous vous étiez doucement dirigés vers la boutique de l'hôtel. Tu admirais chaque petites statuettes, chaque objet que tu croisais sur ta route. Bien que tu étais tombée sous le charme de ce petit Maneki-neko. Tu as toujours aimé les chats. Tu adores ces animaux, autant mignon que majestueux par moment. Ce qui expliquait ton coup de cœur pour ce petit objet. Le montrant sans arrières pensées à ton mari, il te signait de le prendre. Il ne fallait pas te le dire deux fois certes. Tu admirais son sourire si doux avant de finir dans le rayon des kimonos. Tu avais toujours vu ces vêtements traditionnels dans des livres parlant du Japon et de leurs coutumes. Tu trouvais ces tenues très jolies, élégantes, distinguées en ayant un certain charme. Car ces derniers pouvaient être très sobres comme très colorés tout en restant jolie en étant porté. Bien sûr, tu avais cédé à l'essayage, bien que tu avais peur du résultat avec ton ventre de femme enceinte. Sortant de la petite cabine rustique, tu croisais le regard de ton mari. Tu sentais qu'il t'admirait silencieusement avant d'ouvrir la bouche. Un sourire des plus tendres et des paroles des plus douces. Il te complimentait, ce qui avait eu pour effet de faire rougir délicatement tes joues pâles.


Tu sentais ses bras autour de toi, souriant en sentant son front contre le tient tout en plongeant ton regard rubis dans le sien. Il te rassurait sur le fait que tu ne faisais pas baleine. En temps normal, tu t'en fiches un peu de ton apparence, mais quand tu es auprès de lui, tu voulais lui plaire. Tu voulais faire un effort pour toujours voir ce sourire quand il dépose ton regard sur toi.


▬ « J'ai tout autant de chance d'avoir un mari si beau dans ma vie. »


Tu continuais de lui sourire, un rictus qui s'était agrandit quand il t'avait embrassé le front. Tu pouvais rester comme ça toute ta vie, mais la demoiselle qui gérait la boutique avait eu une idée, proposant à ton mari d'enfiler un kimono à son tour pour ainsi aller faire des photos. Tu avais acquiescé à l'idée, tout sourire. Contemplant ton kimono en attendant que ton mari sorte, tu fus attirée par le bruit de la cabine qui s'ouvrait à nouveau, laissant apercevoir ton mari en un truc beau kimono noir. Tu l'admirais de haut-en bas, rougissant en le voyant ainsi. Qu'est-ce que tu en pensais ? Tu trouvais ton mari magnifique, séduisant et presque attirant il faut dire.


▬ « Il te va parfaitement bien, tu es si beau mon amour... »


Tu souriais encore et toujours, surtout quand il t'avait prit dans un câlin. Alors que tu fermais les yeux pour te concentrer sur son cœur et les battements qu'il faisait, la jeune femme vous proposait de prendre quelques photos, ce que vous aviez bien sûr accepté. Vous dirigeant vers la petite salle, vous aviez prit quelques photos, parfois assis, parfois debout, parfois l'un dans les bras de l'autre. Cela te rappelait un peu votre micro-séance photo lors de votre mariage. C'était agréable. Tu profitais de l'instant, qui marquera ta vie à tout jamais. La séance photo terminée, tu remerciais toi-aussi la jeune femme d'avoir prit de son temps pour vous, bien que ton mari t'avait fait encore une surprise en annonçant qu'il achetait les deux kimonos ainsi que les photos. Tu le regardais, surprise. Le prix de ces vêtements, bien qu'ils étaient magnifiques, étaient tout de même assez élevés... Mais tout en ayant reprit sa si belle voix mielleuse, il te souhaitait un bon anniversaire. Tu restais sans voix pendant de longues minutes avant de doucement le prendre dans tes bras, lui embrassant le cou avant de déposer ta tête contre son épaule, fermant les yeux.


▬ « Merci mon chéri, merci... Pour tout. »


Après toute cette tendresse, vous étiez allés vous changer, remettre vos tenues normales afin de pouvoir payer les kimonos et le reste de vos petites emplettes. Sortant de la petite boutique, tu prenais de nouveau le bras de ton mari, lui signant que tu te sentais un peu fatiguée. Alors vous aviez décidé de retourner dans votre petite chambre d'hôtel. Mettant au calme, tu fouillais dans ta valise pour y trouver un t-shirt que tu avais piqué à Aston. Il ne le mettait pas, et vu qu'il était trop grand pour toi, c'était pratique pour toi et ta grossesse. Tu avais emprunté la salle-de-bain, juste pour changer ton haut. Tu ne sais si vous sortiez dans la soirée, alors cela ne servait à rien de se mettre en pyjama maintenant. Sortant de la salle de bain, tu t'étais allongée sur votre lit, soufflant un peu avant de tendre les bras pour que ton mari s'y engouffre. Quand ce fut le cas; tu le regardais dans les yeux, tes joues légèrement rosées. Tu plantais ton regard dans le sien, caressant ses joues doucement.


▬ « Je t'aime si fort... Tu rends mes journées si belles, je ne pourrais jamais assez te remercier pour tout ça mon amour... »


Tu caressais ses cheveux blonds, l'embrassant de tout ton amour et de toute la reconnaissance que tu avais pour lui. Après ce baiser, tu déposais un dernier baiser sur son nez, avant de le lâcher, fermant tes yeux, ta petite fatigue passagère te rattrapait. Tu ne savais pas si ton mari s'était couché à côté de toi, mais en tout cas toi, cette micro-sieste te faisait du bien.

[...]

C'était d'ailleurs après une petite heure que tu t'étais réveillée, un peu en sursaut, cherchant du regard une horloge.


▬ « Désolée mon amour, je me suis assoupie plus longtemps que prévu... Je n'ai rien raté ? »
And I love u... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 472
Date d'inscription : 05/09/2015


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptyMar 30 Juin - 23:48







Good morning my love



Cette séance photos avait fait remonter des souvenirs au jeune couple et plus exactement leurs souvenirs de mariage. Ce jour-là ils étaient dans leur bulle de bonheur, laissant une personne extérieur immortaliser ces moments. Aujourd’hui c’était la même chose, une nouvelle bulle de bonheur, de nouveaux souvenirs, une étagère qui se remplies de plus en plus. Car oui, dans leur chaleureuse maison, nid de leur petit bonheur à deux, se trouvait une étagère sur laquelle se trouvait des photos d’eux, mais aussi certains souvenirs en plus de ceux qu’on trouve sur leur cheminée.

Outre les photos, sa voix berçait son rêve éveillé, son sourire angélique et son aura de bonheur resteraient à jamais graver dans la mémoire d’Aston. Cette journée semblait être encore mieux que dans l’imaginaire du blond, il n’aurait jamais pensé rendre aussi joyeux sa femme et cela le comblait de bonheur. L’entendre prononcer ces quelques mots le fit sourire de toute ses dents et ensemble ils partirent se changer après avoir régler leurs achats.

Le couple d’amoureux se rendirent par la suite dans leur chambre, la demoiselle se sentant prise d’une fatigue justifiée après tant de surprises en une matinée. Certes elle n’était pas au bout de ses surprises, mais au moins elle pourra prendre du temps pour elle, pour se reposer car il ne fallait pas oublier une chose : c’est qu’elle était enceinte. C’est pour cela qu’Aston est toujours à ses côté, tel un pilier indéfectible sur lequel elle pourrait toujours s’appuyer, pendant comme après la grossesse. En fait, que ce soit dans cette vie comme dans la suivante, Katherine pourra toujours compter sur le soutient de son mari.  

Une fois dans leur chambre, le blond se posa sur le lit pour regarder tendrement sa femme emprunter la salle de bain. Elle en ressortit quelques instants plus tard avec un haut qu’il ne mettait plus et qu’elle avait recycler pour elle. Il faut dire qu’Aston ne le mettait plus et qu’il était assez ample pour sa femme. Doucement le blond s’engouffra dans les bras qui réclamaient sa présence et plongea son regard dans celui rubis de sa femme, écoutant les paroles tendres de sa femme. Après ce baisé brûlant de leur amour commun, le blond s’allongea au côté de sa femme et prit la parole à son tour.

Et ton amour est partagé et amplifié, car je t’aime plus tout. Tu illumine mes journée, tu embaume mon coeur de bonheur et tu réchauffe mes nuits, ne me remercie pas de te rendre cet amour au centuple.  


Le blond tourna sa tête vers sa femme qui était à ses côtés, allongée contre lui. Un sourire affectueux et protecteur se dessina sur son visage aux traits apaisés en voyant Katherine dormir profondément. Comme quoi la fatigue était bien présente et il faut dire qu’une petite sieste ne lui ferra pas de mal. Doucement Aston déposa un baisé sur le front de sa femme et s’endormit par la suite à ses côtés.

Une bonne quarantaine de minutes plus tard, Aston se réveilla doucement et, voyant sa femme dormir paisiblement, il se mit tout simplement à l’admirer. Admirer les formes de son visage, apprécier son souffle calme et régulier, ses cheveux si doux qu’il ne cessait de caressait tout en la regardant. Ce ne fût qu’après une bonne vingtaine de minutes de sa douce princesse se réveilla de sa sieste, en sursaut, cherchant du regard l’heure qu’elle venait de consommer. Rigolant légèrement, le blond la rassura avec une petite caresse sur la joue.

Non tu n’a rien raté mon amour, je dirais même que tu te réveille au bon moment. Réveil toi tranquillement, prend ton temps, je vais aller me préparer pour notre soirée et ensuite tu ferra de même ? Car il me reste une dernière surprise à te montrer.  


De sa voie mielleuse le blond partis dans la salle de bain se décrasser un peu puis s’habiller de sa tenue de soirée. Il l’a laissa par la suite prendre place dans la salle de bain et se posa de sur le balcon de leur chambre, observant en contre-bas son plan prendre petite à petit forme sous son regard amusé. Puis au moment où sa femme sortie, un membre du personnel de l’hôtel lui fit signe que tout était prêt et s’éclipsa juste après.

Se retournant doucement, l’allemand pût voir sa femme dans une magnifique robe bleu marine qui lui allait à ravir. Il s’approcha doucement, un doux sourire aux lèvres, déposant ses mains sur le ventre de sa femme avant de venir l’embrasser.

Cette robe te va à ravir my love, tu est sublime. Si tu est prête, ta surprise t’attend.  


Lui proposant son bras pour l’accompagner en bas, Aston guida sa femme qui ne savait absolument pas où aller. Le couple passa devant la salle à manger, laissant planer encore plus cette aura de mystère. Ils arrivèrent devant une double porte et tout sourire le blond s’adressa à sa femme.

Encore joyeux anniversaire.


Et à ces mots il ouvrit la porte pour laisser voir une petite salle de fête remplie des plus proches amis de Katherine qui avaient tous fait le déplacement pour passer la soirée en sa compagnie. Il y avait Kira, sa meilleure amie qui avait été la première mise dans la confidence, Honoka, une jeune femme qu’elle côtoyait beaucoup et qui d’ailleurs avait été présenté à Aston via sa femme. Elle avait même eu un peu peur lorsqu’il était venu l’inviter à cette soirée. Bien entendu il y avait Thèves et d’autres de ses amies du Gouvernement, comme une certaine médecin légiste.

Au centre de la pièce se trouvait un buffet à volonté pour les convives et en dessert pour la fin : un cheesecake avec plusieurs étages pour combler les dizaines d’estomacs présents ce soir. La soirée était animée par un peu de musique traditionnel jouée de temps en temps par une jeune femme de l’hôtel, il y avait aussi du champagne pour accompagner le buffet et les discussion allait de partout. Un gramophone prenait le relais quand la demoiselle ne faisait pas jouer de son shamisen et de ce fait, les danses se faisait naturellement entre amis proches de la demoiselle. D’ailleurs Aston en profita pour prendre la main de sa femme et l’emmena danser, une petite danse pour qu’ils soient juste eux deux le temps d’un instant, avant de la laisser repartir discuter et s’amuser avec ses amis.

J’espère que la fête est à ton goût mon amour, je ne savais pas trop si cela te ferrais plaisir mais… Voilà !  


Un large sourire se dessina sur son visage avant de finir cette danse et de la laisser vaquer à ses autres occupations avec ses amis. Aston quant à lui pût discuter avec des membres du gouvernement, évitant soigneusement les sujets concernant le travail et avait accès la discussion sur la soirée, les prémices de l’amitié avec sa femme. Il avait aussi discuter avec Kira, sa meilleure amie en soit, l’invitant même à danser elle aussi. Le blond avait essayer aussi de sympathiser avec la demoiselle répondant du nom d’Honoka, un prénom japonais qu’il lui fit remarquer, jouant sur les origines de la famille tenant l’hôtel pour briser la glace, apprendre à la connaître et savoir comment elle a connue sa femme.

Oui, la soirée se déroulait sans accrocs, dans la joie et la bonne humeur, juste des personnes discutant entres elles, juste car ils avaient comme amie en commun Katherine, une femme formidable entourée en ce jour si spécial par des personnes qui voyaient en elle la femme pleine de vie qu’elle était. Aston les regarda, tous autant qu’ils étaient, un verre de champagne à la main, souriant face à ce tableau dépeignant la paix qu’il protégeait chaque jour avec ferveur. Et surtout, il admirait la joie sur le visage de sa femme, rigolant et s’amusant comme elle le méritait.  

La soirée dura un bon moment, les invités ayant eut droit au fameux discours de Katherine avant d’attaquer le dessert. C’était un bon moment, agréable, plein de vie, et le couple regagna leur chambre avec le sourire et quelques rires discret pour ne pas déranger le peu d’autres résidents. D’ailleurs, le blond avait porter sa femme comme une princesse à un certain moment, sentant sa fatigue après une telle soirée. La déposant avec délicatesse sur le lit, il l’a regarda dans les yeux, les siens débordant d’amour.

Les surprises étaient à ton goût ma chère et tendre épouse ?  



 


Happy Birthday !



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 V0qh
Kira Seryk

Kira SerykMessages : 2984
Date d'inscription : 15/08/2012


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptyMer 1 Juil - 11:40



Happy Birthday !



U
n anniversaire surprise. Kira avait été une des premières personnes à être mise dans la confidence concernant cette petite escapade dans la forêt pour son anniversaire. La demoiselle avait évidemment encouragé son ami dans ce projet et avait répondu présente à cette petite fête surprise. La Reine de l'Alliance avait donc engagé une baby-sitter pour garder Lyam et pouvoir profiter de cette soirée entre adultes... Et puis de toute façon, il avait école le lendemain donc il n'allait pas se coucher tard !

Petite robe de soirée bordeaux, des talons hauts ainsi que les bijoux assortis, la demoiselle aux cheveux roses s'était mise sur son 31 pour cette soirée. Aïden l'attendait devant la maison car ils avaient prévu d'y aller ensemble en voiture ; cette relation était désormais devenue officielle et il fallait avouer que ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas été heureuse de la sorte. Kira ne regrettait pas de lui avoir donner une chance.

Arrivés sur place, légèrement en avance, la demoiselle aux cheveux roses fit en sorte de vérifier que tout était en place pour que rien ne vienne troubler cette soirée ; le buffet était bien là, remplis, les invités semblait être tous présents... Ils ne manquaient plus que la reine de la soirée ! Lorsqu'ils arrivèrent, les invités crièrent "surprise" et Kira s'approcha de sa meilleure amie pour lui souhaiter un joyeux anniversaire... Tout en lui tendant son petit cadeau. Un petit bracelet en argent avec deux petits cœurs.

La musique commença et les invités purent profiter de danser tous ensemble ; alternant entre des danses tranquille et des danses rythmées. Ils mangèrent, prirent quelques verres et surtout échangèrent quelques mots ; la demoiselle put faire connaissances avec d'autres collègues du couple Hammerman, d'autres de leurs amis. Bref, c'était une soirée sans accroc et très agréable.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Je vous grogne dessus en darkblue.

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Kira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de l'Alliance
Honoka Yujira

Honoka YujiraMembre de l'AllianceMessages : 175
Date d'inscription : 21/02/2020


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptyMer 1 Juil - 12:16


Happy Birthday ! (Surprise ♥)    .

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 NLhERKO
. . . .Oh c’est vrai que c’était ce soir. Je n’allais manquer ça pour rien au monde. J’avais pris mon courage à demain. Je m’étais préparée pour cette soirée. Enfin préparée. J’avais une de ces robes assez classe pour être portée en soirée. Je fus approchée il y a de ça quelques jours par son mari. Aston. Nous n’étions pas proche lui et moi. Pour moi ce n’était que le mari de la femme que je considérais comme ma seconde mère, et ce n’était pas suffisant pour qu’il puisse échapper à mon anxiété sociale. Surtout qu’il était venu de lui même me voir. Pour m’inviter ce soir à cet évènement. Enfin je veux dire à cette soirée. Il nous avait légèrement expliqué la situation. Comme quoi il souhaitait, lui faire une petite fête en son honneur pour son anniversaire. Que cela se passerait ici. Dans l’une des salle de fête de l’hôtel. Tout était parfait. Il y avait des décorations. Des petits fours et à boire à foisons, ou du moins largement assez pour toutes les personnes présentes ce soir la. Ca va, aller. Ca va le faire c’est pour Katherine.

Je voyais la porte s'entrouvrir légèrement. Ca y est ça voulait dire qu’ils arrivaient ? Et Effectivement derrière la porte il y avait Dame Hammerman. Tout monde s’écriait “Surprise” en la voyant entrer. J’imagine qu’elle ne pouvait pas vraiment s’attendre à tout ça. Enfin j’espère. J’avais fais de mon mieux pour rester en dehors de tout ça et ne pas lui avouer ce qu’il allait se passer. Tout le monde s’était rué vers elle pour lui souhaiter sa fête. Il y avait pas mal de monde et je restais plus ou moins éloignée de cette foule. J’attendais le moment opportun pour enfin l’approcher et le lui souhaiter de vive voix.

“Mam-... Dame… Hammerman… Joyeux anni-versaire ! J’espère que ça vous plaira.”

Et je lui tendais deux paquet emballés dans du papier cadeau. Dans le premier un tout petit se trouvait une monte ressemblant fortement à celle qu’avait son mari qu’elle avait déposé au magasin la dernière fois. J’avais essayé de la copier et d’en faire une plus ou moins similaire pour qu’elle puisse faire la paire avec son mari. Et dans l’autre paquet se trouvait des petits vêtements pour enfants. Je savais uniquement qu’elle allait avoir deux enfants, leurs sexes je ne savais pas, alors, par précaution j’avais pris deux sets de vêtements similaires une version pour un petit garçon et une version pour petite fille. Comme ça au moins elle n’aurait pas de problèmes à ce sujet. Je suppose qu’elle en avait déjà acheté pas mal. Mais je voulais vraiment lui en offrir. Tout ça pour simplement lui faire plaisir et lui décrocher un beau sourire. Après tout elle le méritait non ? Cette femme que j’avais rencontrée autour d’un café et qui était devenue l’une des personnes que j’estime indispensable dans ma vie.

Je restais à parler avec elle le temps que je pouvais, mais je ne faisais pas d’idées. Il y avait beaucoup de monde et je ne pouvais pas la garder uniquement pour moi. Lorsque nous avions fini de parler j’allais me mettre dans un des coins de la pièce un verre à la main regardant les festivités qui battent leurs pleins. Les gens dansaient, buvaient, et rigolaient. C’était presque rassurant de voir que c’était possible de s’amuser comme ça en ces temps de guerres. Néanmoins j’avais toujours peur de me mêler à tout ces inconnus. Ce sont des collègues de travail c’est ça ? La seule personne que j’avais l’impression de connaître ici. C’était Dame Seryk. Mais elle était déjà assez occupée à parler avec tout le gratin présent ce soir. Mieux vaut ne pas la déranger. Et puis ce n’est pas comme si nous étions si proches que ça au final. Rester dans un coin avec mon cocktail sans alcool était une solution plus adaptée pour moi. Ce n’est pas que je ne m’amusais pas. Au contraire. La voir heureuse et entourée de si bonnes personnes me réchauffait le coeur.

Une chose était sûre. Cet homme. Aston son mari. Il avait tout fait pour lui donner une fête des plus inoubliables. Je n’imagine pas les moyens qu’il avait engagé juste pour louer cet emplacement et tout ça. Qu’ils soient financiers ou humains. Elle est bien chanceuse de l’avoir à ses côtés.

Félicitation pour tout Katherine, ton mariage, tes futurs enfants. Et un très joyeux anniversaire. J’espère pouvoir fêter le prochain à nouveau avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 442
Date d'inscription : 30/09/2017


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptyMer 1 Juil - 17:12

Happy
birthday

► Precious Day
Les souvenirs de ton mariage étaient si clairs dans ton esprit. Quand vous preniez des photos, tout sourire. Ravis, mutuellement, d'immortaliser ce moment si important dans votre vie à deux. Votre vie de couple qui se colorait chaque jour. Chaque jour vous découvriez les joies d'être amoureux. Les joies de partager des sentiments avec une personne, des sentiments si forts, qui grandissent de jour en jour au même rythme que les enfants que tu portais. Ces enfants qui étaient le résultat de ton amour avec Aston. Cet homme qui te rendait si heureuse, à chaque fois que tu le voyais, que tu le sentais auprès de toi. Tu étais si heureuse, une femme conquise, une femme qui revivait grâce à son mari qui la comblait d'amour au quotidien, bercée par la protection et l'amour d'un mari aimant et adorable à ses côtés. Tu ne voulais pas que cette journée se termine. Elle était si magnifique, si reposante, tu ne voulais pas qu'elle cesse, tu te sentais si bien. Mais la fatigue t'avait ainsi rattrapé. Mais tu pouvais bien évidement compter sur ton mari pour qu'il comprenne et que vous décidiez de vous dirigez dans votre chambre pour prendre un peu de repos.


Tu n'avais jamais cru à cette manie de voler les vêtements de son époux, mais au final, tu t'étais mise à le faire. C'était venu comme cela, sans vrai raisons. Ton mari portait assez régulièrement des chemises, des vêtements classes tout en restant dans le sobre et la simplicité. Alors forcément, le peu de t-shirt qu'il possédait ne lui servait pas, alors tu les recyclais pour toi. Il avait une carrure plus imposante que toi, alors ils étaient amples et tu te sentais donc à l'aise en les enfilant. De plus ils avaient son odeur, alors cela te rassurait quand il n'est pas auprès de toi, quand il travaille ou est de sortie pour diverses raisons. C'est donc dans ce genre de vêtements que tu flânes à la maison, quand tu n'as pas pour prévision de sortir à l'extérieur. Tu n'as aucune honte du fait que tu portes les vêtements de ton mari. Les gens ne sont pas censés le savoir, et même si cela se voyait, tu te sentais bien dedans, c'était le plus important en soi, non ? En tout cas, cela ne dérangeait pas le premier concerné, ton époux. Tu lui souriais, un sourire franc, un sourire amoureux.


Quand tu avais prit place dans le lit, ton mari fit de même, s'engouffrant dans les bras que tu avais préalablement tendu à son attention. Ton sourire s'était donc agrandi en le sentant contre toi, son regard bleuté, bleu clair comme le ciel rencontrant ton regard rouge rubis. Te posant un peu plus proche de son corps, tu l'admirais tout en écoutant ses paroles si douces et si belles. Qui captèrent ton attention, il n'y avait plus rien qui comptait, si ce n'est ton doux époux et ses mots qui te comblaient de joie. Ces moments contre lui, ces moments auprès de lui étaient si importants pour toi que tu voulais en savourer chaque seconde, chaque minute. Tu avais posé ta tête au creux de son cou, t'enlisant dans un sommeil réparateur, un sommeil relaxant, car tu sentais malgré tout sa respiration contre toi, son cœur qui sonnait comme une berceuse et éloignait tous les potentiels cauchemars que tu aurais pu faire en l'espace d'une heure de sommeil à peine. D'ailleurs, il semblerait que ton cher et tendre époux n'avait pas bougé, car quand tu avais ouvert les yeux, il était là bien qu'un peu plus réveillé que toi. Il te rassurait d'une caresse sur la joue, te signant que tu n'avais rien raté. Tu avais doucement penché la tête quand il te parlait d'une dernière surprise avec une soirée dans le lot. Tu t'y attendais vu qu'il t'avait demandé de prendre une tenue pour une soirée en partant. Tu ne savais cependant pas où, comment, dans quel contexte et avec qui. Mais encore une fois, tu avais une confiance aveugle en ton époux. Tu continuais alors de lui sourire, le laissant aller se préparer.


Toi tu t'étais rallongée dans votre lit en l'attendant, posant une main sur ton ventre, sentant encore une fois de fins mouvements de la part de vos enfants. Ton sourire si maternel ne te quittait pas, profitant du calme des lieux, du calme de la journée, du repos que t'offrait ton mari. Au moment où tu t'étais relevée, ton mari était sorti de la salle de bain. Tu le voyais dans sa tenue de soirée. Tes joues s'étaient colorées, il était si beau, et tu ne t'étais pas faîte priée pour lui dire. Te dirigeant vers ta valise, tu sortais tes affaires, ta trousse de maquillage et tous tes produits. Tu avais prit une petite douche, histoire de te rafraîchir. Tu avais légèrement prit ton temps, voulant te maquiller de manière simple mais jolie, être présentable, plaire à ton mari. En sortant, tu vis ton mari se tourner vers toi, tandis que tu tournais un peu sur toi pour lui montrer cette robe de grossesse qu'il n'avait jamais vu, car tu la gardais toujours dans un coin, une sorte de micro-surprise. Il se rapprochait de toi, avec un sourire doux dessiné sur ses lèvres. Déposant ses douces mains sur ton ventre, un geste qui t'apaisait tellement. Tu souriais contre ses lèvres tandis qu'il t'embrassait. Suite à cela, tu avais posé tête dans le creux de son cou alors qu'il reprenait la conversation. Tu lui embrassais le cou doucement.


▬ « Merci mon amour... Toi aussi, cette tenue te va magnifiquement bien, tu es le plus beau des époux. »


Tu redressais doucement ta tête, te perdant dans son regard quelques secondes. Tu hochais la tête, signant que tu étais prête. Délicatement, tu entourais son bras de tes propres bras, posant ta tête contre ce dernier, commençant donc à aller vers une destination inconnue, car ton cher et tendre mari n'avait encore rien dit sur cette soirée, et tu n'avais eu aucune écho de soirée dans l'enceinte de cet établissement. Vous passiez devant une salle, mais ton mari ne disait rien, il était muet, ce qui t'intriguait un peu, ainsi que cela titillait ta curiosité. Tu serrais le bras de ton mari contre ta poitrine, et voici qu'il s'arrêtait devant une salle avec une double porte. Tu relevais la tête quand il te souhaitait de nouveau joyeux anniversaire, avant d'ouvrir les portes pour laisser entrevoir la surprise finale. Tes yeux s'écarquillait tandis que tout le monde te souhaitait joyeux anniversaire en criant “ surprise ” à ton arrivée. Tu sentais les larmes de joie te monter aux yeux, voyant qu'il y avait toutes les personnes qui comptaient pour toi. Toutes les personnes que tu avais rencontré dans ta vie. Tout ce que tu avais bâti était ici. Tu t'étais battue pour vivre, tu t'étais battue pour tenter de donner une seconde chance à la vie que t'avait donné ta mère. Et voilà où tu en étais maintenant Toutes ces personnes avaient une place dans ton cœur. Une place différence pour chacun d'eux, mais une place énorme.


Kira, ta meilleure amie depuis bien des années, était bien évidement présente. Tu l'avais prise dans tes bras. Tu tenais à elle. Et la voir ici était l'un de tes plus beaux cadeaux. Tu prenais ce qu'elle t'avait offert. Un magnifique bracelet avec deux cœurs accrochés l'un à l'autre. Il pouvait avoir de nombreuses significations. Tes deux enfants, toi et ton mari, toi et ta meilleure amie, toi et celle que tu avais considéré pendant longtemps comme ta fille, toi et ton frère de cœur, toi et ton frère biologique... Tu aimais beaucoup ce cadeau. Tu avais chaleureusement remercié Kira, de tout ton cœur.  


Honoka, celle que tu as si longtemps considéré comme ta fille adoptive. C'était un lien venu comme cela, sans que tu ne contrôles quoi que ce soit. Encore aujourd'hui, tu as un comportement très maternel avec elle. Tu étais étonnée qu'elle soit ici, mais tu étais si heureuse. Tu la regardais, prenant délicatement ce qu'elle t'offrait aussi. Une magnifique montre, tu reconnaissais parfaitement la délicatesse et la patience d'Honoka dans ce cadeau. Elle ressemblait presque comme deux gouttes d'eau à celle de ton mari, cette attention te faisait tellement plaisir. Mais elle t'avait offert autre-chose, des vêtements pour tes enfants. Tu l'avais prit doucement dans tes bras également, apposant une main sur ton ventre, sentant ces doux mouvements aux creux de ces dernières.


▬ « Merci beaucoup ma très chère Honoka... j-Je sens que cela leur fait très plaisir et à moi aussi... Vraiment, merci. »


Thèves avait fait aussi son apparition. Tu lui avais sauté dans les bras, le remerciant lui aussi de sa présence. Quant-à lui, il t'avait offert des vêtements pour les bébés ainsi qu'un collier orné d'un pendentif assez discret. Tu étais si heureuse. Tu avais déposé tous les cadeaux précieusement dans un coin pour éviter de les abîmer tandis que ton mari t'avait tendu la main pour danser. Laissant tes larmes de joie perler, tu lui prenais la main, la serrant. Tu ne savais pas non plus trop danser, mais tu te laissais guider par lui, par son corps et par sa voix. Délicatement, tout en tenant sa main, tu avais posé ta tête contre son torse en dansant avec lui. Tu souriais à ses paroles, comme à ton habitude.


▬ « J-Je suis tellement joyeuse... T-Tu avais invité toutes les personnes qui me sont chères... J-je n'ai pas les mots je... Je suis si heureuse. »


Tu avais redressé la tête, l'embrassant tendrement avant d'aller doucement parler à tous tes invités. Vos sujets de conversation étaient parfois tout simples, mais cela te faisait du bien. Vous déterriez des souvenirs du passé, de comment vous vous étiez rencontrés. Vous racontiez des anecdotes diverses et variées ou alors parlant de vos journées. Vous parliez de tout, sauf du travail, voulant faire une pause dans ton quotidien de criminologue pour te concentrer sur ta vie. Katherine Hammerman n'était pas qu'une criminologue. Elle était aussi une femme qui avait des ami(e)s, elle était une épouse, une future mère de famille et également une femme qui était la plus heureuse du monde avec cette soirée si parfaite. Au bout d'un moment, on servait le magnifique cheesecake après un discours fait de ta part. Qui ressemblait à cela :


▬ « Je ne vous remercierais jamais assez pour cela... Votre présence m'est si chère, je suis vraiment très heureuse de tous vous voir ici... Je remercie aussi mon mari, mon cher Aston qui m'a offert une si belle journée, je l'aime tellement... Je vous aime tous. »


La suite de la soirée se passait toujours aussi bien, dansant avec ton mari, puis avec Thèves, discutant avec Kira et Honoka ainsi que Léona, une médecin - légiste avec laquelle tu avais apprit à connaître. Elle t'avait d'ailleurs offert un parfum et quelques petites choses pour les enfants. C'était une magnifique soirée, gravée à jamais dans ton esprit. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et voilà que les invités rentraient doucement chez eux. Quant-à vous, vous regagnez doucement votre chambre, essayant d'être discrets pour ne pas déranger le calme des autres résidents de cet hôtel.  Tu te sentais cependant assez fatiguée et ton mari semblait l'avoir très bien remarqué, te portant dans ses bras. Tu te laissais faire, fermant doucement les yeux sur le chemin. Quand tu avais senti qu'il te posait sur votre lit, tu avais rouvert tes yeux, l'admirant de tes yeux rubis, flamboyant d'amour pour ton homme, ton mari, ton époux, ton Aston.


▬ « Les surprises étaient si belles... Si parfaites... Merci pour cette journée mon amour... »


Tu lui demandais de s'installer à côté de toi, quand il fût allongé, tu te décalais, t'allongeant sur lui, ton torse, ta tête, sur son propre torse tandis que tu avais entouré l'une de tes jambes autour de la sienne. Tu faisais ça pour profiter de sa chaleur, le sentir contre toi. Tu sentais son torse se gonfler, se dégonfler, sa respiration douce sous ta tête. Délicatement, tu prenais sa main, la menant à ta poitrine pour la serrer contre toi. Il faudrait que vous vous changiez pour dormir, mais tu étais si bien comme ça qu'il était difficile pour toi de te lever, alors tu restais là. Rien qu'un peu... Tu voulais profiter de sa présence ainsi encore un peu. Tu bougeais un peu pour que ce soit confortable, autant pour toi que pour lui, souriant.


▬ « Tu es un homme si parfait... Qu'importe ce qu'on pense de toi, ou ce qu'on dit de toi, tu es la personne la plus parfaite à mes yeux... Sache que je suis si heureuse d'être ton épouse... Pour rien au monde j'échangerai ma place, je suis si bien dans tes bras... Ici... »


Tu lui embrassais la main, avant de doucement la passer sous ta robe, pour la poser sur ton ventre. Pour qu'il sente de nouveau vos enfants bouger en cet instant de pur bonheur.
And I love u... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 472
Date d'inscription : 05/09/2015


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptyVen 3 Juil - 19:01







Good morning my love



La petite fête surprise se passa sans accrocs, dans la joie et la bonne humeur, les convives étaient ravie et Katherine encore plus, c’est tout ce que voulait voir le blond lors de cette soirée. Aston était curieux de voir les cadeaux offerts à se femme et ce qu’il vit c’est qu’elle était gâtée ! En soit cela reflétais un peu l’importance que sa femme avait dans le coeur de toutes ces personnes et c’était beau de voir qu’elle était importante à leurs yeux. Un simple regard sur cette fête pouvait le confirmer : tout le monde passait un bon moment et souriait en la présence de Katherine et rien que cela faisait sourire tendrement le capitaine.

En tout cas, l’organisateur de cette petite fête en profitait bien aussi et il était surtout heureux d’entendre sa femme dire qu’elle était heureuse lors de leur petite danse en amoureux. Entendre ces quelques paroles était la plus douce des mélodie aux oreilles d’Aston et surtout, cela réchauffait son petit coeur de la voir si heureuse.

Le reste de la soirée fût tout aussi énergique que la surprise du début, le discours de sa femme était d’ailleurs parfait, le blond n’avait pas manquer d’afficher un sourire reconnaissant mais surtout gêné quand sa femme fit une petite parenthèse pour lui dedans. La surprise reprit de plus belle après cela et la soirée suivit son cours. Les invités partirent petit à petit quand l’heure commençait à se faire tard.

Le jeune couple avait rejoins leur chambre à la manière d’un conte de fée, son mari la portant comme la princesse qu’elle était à ses yeux. Ses remerciements étaient chaleureux et Aston les appréciait à sa juste valeur, même s’il s’en passait bien car voir le bonheur de la femme qu’il aime est la plus belle chose qu’il pouvait demander.

Merci à toi d’être la femme de ma vie, celle qui illumine mes journées et calmes mes peines. J’ai de la chance d’être marié à une femme comme toi...


Aston s’installa par la suite aux côtés de sa femme, comme elle le lui avait demandée et surtout car il ne demandait que ça. Doucement sa femme s’installa sur lui, son corps faisant office de source de chaleur si agréable. Sentir sa peau contre la sienne rendait l’allemand si heureux, il pouvait sentir non seulement sa peau, mais aussi les légers battement de son coeur battant contre le sien. Il pouvait sentir sa respiration si apaisée, mais aussi son ventre et leurs futurs enfants… Il se laissait faire, chaque geste accompagné de sa femme le comblait de bonheur, il ne pouvait espérer mieux et il écoutait avec un si beau sourire sa femme lui parler tendrement de ce qu’il représentait pour elle.

Merci my love, tes paroles me touchent vraiment… Et toi tu est la femme parfaite, tu est débordante de gentillesse et d’amour, je me noie chaque jour dans ces yeux écarlate, ces yeux par lesquels je lis tout ton amour. Toi comme toi tu peut lire dans les mieux cet océan sans fin qu’est mon amour pour toi...


Doucement, le blond regarda dans la yeux sa femme, l’embrassant tendrement, tout en sentant sa main glisser sous la robe de sa femme pour venir sentir leurs futurs enfants. Après ce sulfureux baisé, Aston regarda sa femme de nouveau, contemplant sa beauté sans égale.

Je suis l’homme le plus heureux du monde à tes côtés et je le resterais à jamais… Je t’aime…  


Et de nouveau il vint poser ses lèvres sur celle de sa femme, l’embrassant avant autant d’amour qu’il en éprouvait pour elle. Ses mains se détachèrent de son ventre pour « l’aider à se changer », la suite de la nuit le jeune couple consomma leur amour et s’endormirent paisiblement.

Le lendemain matin le réveil se fit avec la plus grande des délicatesse, au doux son des gazouillis des oiseaux qui venaient se poser sur leur balcon. A travers les rideaux passaient de petits rayons de soleil venant doucement réchauffer le visage d’Aston. C’est non sans mal qu’il ouvrit les yeux, se penchant instinctivement vers sa femme encore dans les bras de Morphée, mais qui ne manqua pas de se réveiller un peu plus tard, découvrant surement son mari en train de l’admirer.

Helloooo My Love


Un léger baisé sur son front et Aston reprit sa contemplation de sa femme se réveillant doucement. Aujourd’hui ils avaient tout leur temps, ils iraient prendre le petit déjeuner quand ça le leur chantera, ils n’étaient pas pressé par le temps et cela faisait du bien. Une fois que sa femme avait bien reprise ses esprits, il s’adressa à elle avec une voix tendre et attentionnée.

Qu’aimerait-tu faire aujourd’hui ? J’ai vu dans le salon quelques peintures à la maison ? C’est ton nouveau passe-temps ? Car nous pourrions aller peindre sur une colline alentours si tu en a envie…  


Un sourire attendrissante et une caresse sur la jour de sa femme, tout dans l’attitude d’Aston était de velours. Katherine était l’être le plus cher à ses yeux et il faisait attention à toujours la rendre heureuse.



 


Happy Birthday !



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 442
Date d'inscription : 30/09/2017


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptySam 4 Juil - 1:06

Happy
Birthday

► Precious Day
Cette surprise était si belle à tes yeux. Ton mari avait rassemblé toutes les personnes auxquelles tu tiens énormément en une fête surprise, dans un lieu magnifique, durant une journée splendide. Pouvoir danser avec ton homme était une chose qui te comblait de bonheur, puis voir toutes ces personnes si importantes... Te procurait une joie immense. Et encore, ceci était un euphémisme, car tu n'avais pas les mots adéquats pour expliquer ton point de vue tellement il était puissant. Tu n'avais jamais vécu un moment pareil, hormis à ton mariage, et le jour où ton mari t'avait demandé en  mariage. Ces jours là étaient ancrés dans ta tête, des jours si beaux, si importants si... Vivants. Et tout cela, c'était depuis qu'Aston Hammerman était rentré dans ta vie. Tu ne veux jamais être séparée de lui, il est ton tout. Il est ton nouveau-Monde, et tu ne comptes pas le lâcher de sitôt. Tu voulais le garder auprès de toi, lui et son adorable sourire, autant que tu le peux. D'ailleurs, tu pouvais admirer son doux sourire de près quand il te portait dans ses bras. Des bras chaleureux, qui attisait cette flamèche qui avait été longuement éteinte. Éteinte sans que tu daignes trouver quelqu'un pour la raviver.

Au final,
c'était cet homme à la chevelure blonde, 
qui avait ravivé cette flamme autrefois effacée, 
par un coup de vent malfaisant.

Quand il t'avait déposé sur votre lit, avec une délicatesse frivole et singulière, un doux rictus s'était arqué sur tes lèvres closes et roses. Tu le regardais, dans son regard si bleu, si océan, une mer d'amour dans lequel tu plongeais les yeux fermés, car tu savais que tu n'allais pas te noyer. Tu allais même te baigner dans cet océan sans fond. Un océan sans abysse, sans profondeurs sombres et obscurs qui provoquent cette peur horrible d'étouffer. Tu ne suffoques plus quand tu es en sa présence. Au contraire, tu vis et survis. Tu aimes et chéris. Tu chéris. Tu chéris. Tu chérissais ces moments de pur et tendre bonheur quand, ainsi allongée sur son corps, tu pouvais le sentir vivre. Vivre et apaisé. Apaisé et épanoui. ֤Épanoui et aimant. Ce mari aimant qui acceptait que tu te colles à lui, que tu sois aussi proche. Fermant les yeux, tu écoutais cette symphonie, la symphonie de son coeur, qu'il jouait à l'unisson sans jamais s'arrêter. Si tu entendais cette symphonie, alors tu pouvais continuer de jouer sur les cordes qui correspondent à votre amour.

Une autre symphonie que tu aimais entendre, 
c'était celle de sa douce et tendre voix. Qui te...
Faisait tellement de bien. Te berçait légèrement.

Comme il le faisait là en parlant, bien qu'il en était peut être pas vainement conscient, mais tu étais bercée par la voix qu'il avait, par les paroles douces qu'il entonnait, par les mouvements de son torse quand il te parlait... Tout cela te faisait aimer l'homme que tu avais contre toi, l'homme sur lequel tu te reposais maintenant. Dans tous les sens du terme. Tu te reposais sur lui mentalement, quand les tréfonds de ta peine te rattrapait, tout comme tu te reposais physiquement sur lui, après une journée de surprise sans égale.

▬ « J'aime me perdre dans tes yeux, cet océan d'amour... Je t'aime tellement... »

Un regard échangé, vos lèvres se touchent. Tu en profitais, fermant les yeux tout en savourant cet instant, sentant le goût de ses lèvres, la douceur de ces dernières. Tu aimerais être certaine que personne ne puisse savoir tout cela, que la douceur de ses baisers ne t'était réservée qu'à toi, que tu étais la seule à pouvoir sentir le doux goût sucré de ses lèvres... Toutes ces petites choses si douces, c'étaient là les portes du Paradis. C'était ses lèvres. Ses mains quant-à elle, maintenant sous le tissus qu'est ta robe, étaient désormais déposées sur ton ventre. Bouclier protégeant vos deux merveilleux enfant. Lui seul pouvait toucher cette endroit, le caresser. Car c'est le seul auquel tu as cette confiance si aveugle, guidée par les sentiments. Lui, le père de ces enfants que tu portais, était le seul à pouvoir les sentir de la sorte. Un deuxième sourire amoureux en le regardant, te plongeant dans ce regard si bleu. Un nouveau baiser échangé te donnait encore plus envie de rester ici. De simplement profiter. Profiter de cette chaleur qu'il te donnait. Profiter de cette flamme qu'il maintenait en vie au plus profond de tes entrailles et de ton coeur. Ses douces et chaudes mains quittèrent ton ventre pour t'aider à... “ changer de tenue ”. Chantant vos louanges communes avant de sombrer dans  un sommeil pure et reposant.


Le lendemain matin, vos réveils furent en décaler. Les oiseaux chantonnant l'ôde à la vie, cette mélodie qu'ils produisaient en chantant simplement à votre balcon, le soleil passant timidement entre les rideaux pour caresser vos visages. Ton mari fut le premier à être réveillé, dormant encore sous ces étoiles de protection qui correspondaient aux yeux, aux saphirs de ton mari. Bien que tu avais ouvert les yeux, tes rubis, délicatement, regardant ton mari t'admirer, ce qui te procurait un doux sourire comme à ta belle habitude.Tu sentais ses lèvres se coller contre ton front d'un amour tendre et honnête. Sa voix si apaisante, berceuse du matin, te permettait d'être plus claire dans le fil de tes pensées matinales. Tu t'étirais doucement.


▬ « La peinture... Depuis que je suis enceinte, j'essaye de... Trouver de nouveaux passe-temps calmes, qui ne me demandent pas trop... D'effort physique. Et la peinture... Me détend. V-Vraiment ? J'en serais si... Heureuse. »


Tu avais doucement tendu tes bras, pour le prendre contre toi, l'embrassant tendrement, admirant son regard si paisible, si bleu avant de te lever, te dirigeant vers la salle de bain pour arborer une robe blanche, simple, bien qu'un peu serrée, alors les marques de ta grossesse étaient alors bien visibles. Mais tu étais heureuse du fait que tu allais donner la vie prochainement, alors tu n'étais pas contre le fait de montrer ton ventre, bouclier pour tes enfants qui grandissaient. Sortant de la salle de bain d'un pas léger, tu attendais que ton homme aille se préparer aussi, prenant tes chaussures. Bien qu'un froncement de sourcil était signe de quelque chose de peu agréable. En effet, tu avais quelques petites douleurs, alors te baisser te faisait mal. Tu attendais que ton mari sorte de la salle de bain pour tendre les bras de nouveau vers lui. Comme une enfant qui demandait une étreinte et de l'aide.

▬ « Chéri... Tu peux m'aider à mettre mes chaussures ? J-J'ai un peu mal ce matin, alors j'ose pas me baisser, de peur que cela me fasse encore plus mal... »
 
And I love u... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 C96b
Aston S. Hammerman

Aston S. HammermanMessages : 472
Date d'inscription : 05/09/2015


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptyMar 7 Juil - 22:57







Good morning my love



Aston avait l’oeil pour les petits détails et cette vision était accrue quand cela concernait sa femme. En effet il était non seulement à l’écoute de ses besoins et de ses envies, mais surtout il repère même les petites choses qui pourraient lui faire plaisir. Un sourire doucement dessiné sur son visage avant de s’éclipser rapidement devant un objet quelconque, un bref regard vers un vêtement ou bien juste un légère mordillement de lèvres pour témoigner d’une quelconque envie (et en général cette envie se résume à des fraises qu’elle est capable de demander alors qu’il est en plein travail). C’est ce genre de petite choses banales que le blond pouvait prévoir de temps en temps.

C’est comme ça qu’il avait remarqué les peintures dans leur chaleureux foyer, de belles peintures d’ailleurs, il fallait le reconnaître. Le blond avait prit le temps d’en observer quelques unes avant de partir au travail il y a quelques temps, il s’était dit d’ailleurs que sa femme avait de nombreuses cordes à son arc… Il avait même pensé à remplacer arc par violon, cela lui convenait bien mieux et il était sortit avec cette idée en tête qui le faisait doucement sourire.

Peut-être que cela avait influencé son choix de destination pour son anniversaire ? Pour qu’elle puisse exprimer son talent d’artiste devant un paysage plus verdoyant et surtout plus gaie, une chose qui pouvait manquer à Quederla. Il y avait bien des parc mais cela n’était rien face à la beauté sauvage de la nature, ses petits bruits si banal pour les gens du coin mais pour certains comme ce couple… Disons que se réveiller avec le chant des oiseaux est rare à Quederla. En tout cas le capitaine, en repos d’ailleurs, était heureux de voir que sa femme trouvait des occupations diverses et variées, il faut dire que s’éloigner du travail et de pas mal de tâches physique pouvait chambouler le quotidien.

Je comprend, ça ne doit pas être facile tout les jours… En tout cas aujourd’hui tu pourra profiter de cette activité en plein air, vraiment.


Aston sourit à sa femme en l’entendant dire qu’elle en serait vraiment heureuse de pouvoir immortaliser ce moment de ses propres mains. Une sorte de nouveau souvenir de ce merveilleux week-end en amoureux en somme, bien que leurs valises en débordaient déjà. Il se lova par la suite dans les bras de sa femme pour venir lui offrir un tendre baisé amoureux et la laissa prendre la salle de bain. En attendant son tour le blond se leva doucement du lit, baillant au passage, et vint ouvrir les rideaux pour laisser entrer la lumière du jour dans la pièce. Il prépara par la suite une chemise blanche et un pantalon bleu pour leur petite escapade matinale. Un fois la salle de bain libre il s’attela à se faire beau pour sa femme et surtout se réveiller convenablement avec une bonne douche.

En sortant, le blond pouvait voir Katherine, dans sa magnifique robe blanche, lui tendre les bras. Cette vision le fit doucement sourire et rapidement il se retrouva au creux de ces même bras qui demandaient de l’aide.

Laisse moi faire, ma princesse.  


Un doux sourire et il s’agenouilla en face de sa femme pour venir lui mettre ses chaussures avec la plus grande des délicatesse. Il avait pour la première fois surnommé sa femme « princesse » car cette scène lui faisait penser à un conte de princesse, Cendrillon. Où le prince vient avec grâce et délicatesse mettre le soulier de verre au pied de son âme sœur.

Sommes-nous prêt à descendre prendre le petit déjeuner ?


Tendant son bras comme appuis indéfectible, Aston et Katherine descendirent doucement les marches de l’étage pour se retrouver devant la salle où mangeais les résidents de l’hôtel. Celui-ci proposait toutes sortes d’aliments pour faire un petit déjeuné. Connaissant sa femme, le blond était partis au buffet pour lui ramener un petit déjeuner de son pays natal, lui avait opter pour une spécialité de l’hôtel à base de riz et autre aliments salés. Bien entendu le blond allait faire goûter les spécialités non contre-indiquées à sa femme pour la régaler de tout ces mets. Une fois bien installé à table, Aston commença la conversation.

Dit moi my love, tu a prit de quoi peindre ? J’ai crus voir des toiles vierges et des supports au magasin si jamais.


Un sourire innocent d’un monde qu’il ne connaissait absolument pas, lui qui n’avait jamais essayer la peinture. Il voulait qu’elle ai tout à disposition pour passer une nouvelle merveilleuse journée dans ce cadre idyllique. Prenant leur temps, le couple dégusta leur petit déjeuner dans le calme et prirent ensuite la direction de leur chambre pour récupérer le matériel que Katherine avait apportée, ils firent un bref passage à la boutique pour acheter ce qui leur manquait et surtout un pique-nique, ce serait une bonne idée de profiter du grand air.

Puis une fois tout prêt, Aston porta les choses les plus lourdes et laissa à sa femme ce qu’elle pouvait prendre comme le pique-nique et ils étaient partis sur un nouveau sentier à la recherche de cette colline que l’ont avait conseillée au jeune couple. Ils marchèrent pendant peut-être une bonne demie heure, voir même une petite heure en prenant des poses régulièrement pour ne pas fatiguée la femme enceinte.

Le plus dur fût la montée de la colline où Aston s’était dépêché de monter toute les affaires avant de revenir en vitesse aider sa femme, même si cela voulait dire la porter sur son dos. Une fois en haut, bien installé, le blond s’essuya avec un mouchoir en tissu la sueur qu’il avait versé pour que tout soit parfait pour Katherine. La brise apportait cette fraicheur qu’il ne cessait de demander. Fermant les yeux le blond profita de se moment de calme, mais il n’avait pas profiter de la vue depuis cette ascension. Il ouvrit doucement les yeux et contempla l’étendue de bleu qu’était le ciel, parsemé de quelques moutons blancs, ces nuages qui apportaient une touche de vie alors qu’ils voguaient dans le ciel au gré du vent. Plus bas s’étendait la verdure de la forêt, majestueuse et si mystérieuse. Elle pouvait aussi avoir son lots de mauvaises surprises, mais nulles craintes car le couple reste assez loins de ces dangers. Doucement, alors qu’il observait avec admiration ce paysage comme si c’était leur avenir ensemble, beau, immense et semblant s’étendre à l’infini, Aston prit doucement la main de sa femme assise à ses côtés et la caressa avec douceur et amour.

C’est si beau… Katherine, tu est heureuse ? Car moi je le suis à tes côtés. J’aimerais que jamais cela ne cesse.


 


Happy Birthday !



Halloween


Ordres donnés en darkorange !


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 QF04pH6Fki3Wr4d-UP57JUpf4u8

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 C96b
Katherine Hammerman

Katherine HammermanMessages : 442
Date d'inscription : 30/09/2017


Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 EmptyMer 8 Juil - 10:56

Happy
Birthday

► Precious Day
Changer ses habitudes car on porte désormais la vie au creux de soi, tel était ton désormais quotidien qui, poussé par le temps, changera de plus en plus au fil des mois. Il fallait que tu t'y habitues, que tu changes des tics du quotidien, car cela serait néfaste pour toi, ainsi que les deux petits êtres que tu portes en toi. Cela peut paraître déroutant. Certaines peuvent avoir peur de tant de changements chamboulés, et ce à vie, mais pour toi, cela allait. Car tu étais aidée, épaulée par un mari des plus tendres. Un mari qui était toujours là pour toi, que ce soit pendant la nuit, silencieuse et illuminée par la lune, ou alors pendant le jour, bruyant et assombrit par la fumée des usines. Il était toujours là pour toi, tout comme tu étais là pour lui. Ce n'était pas parce que tu es enceinte que tu ne dois plus rien faire pour le bonheur de ton mari, bien au contraire. La journée quand il travaille, tu t'occupes de ranger un peu son bureau, lui préparer un repas quand il rentre tard le soir, ou te lever plus tôt pour lui faire un petit déjeuner, histoire qu'il ne parte pas le ventre vide au travail. Une vie que tu protèges, que tu aimes plus que tout. Tu es si heureuse.


Quant-à ta nouvelle petite passion pour la peinture, ce n'est pas quelque chose de nouveau. Tu as toujours été quelqu'un d'assez manuel, t'intéressant à tout ce qui touchait à l'art et à la musique. En parallèle de tes cours de violon, tu t'enfermais dans le monde de la peinture quand tu étais plus petite. Apprenant seule les couleurs, la perspective, quelques techniques de peinture et tu en passes. Et depuis que tu avais apprit ta grossesse, tu tentais de t'y remettre. Cela fait bien des printemps et des printemps que tu n'as plus utilisé de pinceaux, alors il t'avait fallu quelques petits jours pour retrouver tout ce que tu avais apprit. Et maintenant que tu étais bien plus à la maison qu'au travail, il fallait bien que tu trouves de quoi t'occuper. Alors certes, tu aidais ton mari, parfois à distance durant ses enquêtes, quand il a besoin d'un dossier qu'il a entreposé dans son bureau et qu'il n'a pas le temps de faire un aller-retour, ou alors en mettant tes talents de criminologue sur le tapis à travers un téléphone, mais hormis cela, la peinture et le violon étaient redevenus tes occupations principales.


Mais ce n'était pas le sujet ici. Tu voulais profiter de ces petites attentions, de sa voix, de sa chaleur si reposante. Tu pourrais presque te rendormir contre lui, car tu étais apaisée. Tu ne ressentais plus rien, si ce n'est de la joie et de la tendresse au creux de ses bras qui t'entouraient, mêlés à une aura de protection qui te rassurait. Vos lèvres se collèrent doucement et ainsi, tu pouvais encore profiter quelques secondes du goût sucré de ces dernières, dont tu ne te lassais jamais. Votre étreinte lâchée et désormais lointaine, tu te préparais pour votre sortie matinale. Tu étais perplexe au vue des quelques petites douleurs que tu ressentais au creux de ton ventre; tu ne voulais pas annuler votre escapade, tu y tenais beaucoup. C'est pour cela qu'au lieu d'empirer ton cas, tu demandais de l'aide à ton mari quand il sortait de la salle de bain, habillé d'une chemise couleur de neige et d'un pantalon bleu comme les cieux.
 

“ Ma princesse ”, ce surnom te fît doucement sourire tandis que tu le regardais s'agenouiller, mettant tes chaussures à tes pieds d'une tendresse inégalée. Il te proposait ensuite son bras, alors doucement, tu l'avais prit, le regardant dans les yeux, l'embrassant tendrement.


▬ « Merci mon amour... Oui, nous pouvons y aller. »


Tenant son bras contre toi, tu le suivais. Descendant les marches de l'hôtel pour prendre votre petit déjeuner. Cela se présentait comme un buffet, avec énormément de choix. Tu avais fini avec un petit déjeuner aux allures britanniques, ton pays natal qui te manquait. Tu aimerais proposer à ton mari d'y aller, ne serait-ce que pour quelques jours. Etre dépaysés, apprendre à vous connaître à travers vos pays respectifs, même si tu savais parfaitement que vous n'irez jamais en Allemagne pour un voyage. Ton mari n'apprécie pas réellement son propre pays et tu pouvais le comprendre. Alors tu voulais lui faire connaître le tient. Ou même quand tu auras accouché, emmener vos enfants en voyage pour leur faire connaître les pays de leurs parents. Qu'ils avaient des origines allemandes, anglaises mais surtout qu'ils sont nés à Quederla. Qu'ils étaient la preuve que n'importe qui pouvait s'aimer. Que même si dans l'histoire, l'Allemagne était face à l'Angleterre en tant qu'ennemi et vice-versa, toi, tu voyais en ton mari un humain, un aimant mari et un parfait père de famille.


Alors que tu commençais à manger après que vous vous soyez bien installés, ton mari reprenait la discussion, et c'est d'un sourire tendre que tu l'écoutais, lui et sa douce voix.


▬ « J'ai prit quelques pinceaux et autres instruments, avec ma peinture... Mais je n'ai pas pensé aux toiles... »


Alors que tu en as quelques unes à la maison. Des grandes, des petites, des larges... Mais tu n'y avais pas forcément pensé. Vous finissiez de manger, allant par la suite dans votre chambre pour prendre ton matériel, qui s'apparentait à un sac à dos remplis de pinceaux et de matériel en tout genre. Suivant toujours ton mari d'un pas apaisé, vous passiez à la boutique prendre des toiles et ce qu'il te manquait, sans oublier un petit repas pour ce midi, voulant manger à l'extérieur,  sous forme d'un pique-nique, rien que vous deux. Le lieu que vous aviez choisi était un peu loin, à un peu près une heure de marche. Mais vous aviez fait quelques petites pauses pour toi, pour éviter que tu ne fatigues trop vite. Encore une fois; tu voulais profiter et tu ne voulais pas annuler cette sortie. Vous étiez d'ailleurs arrivés à une colline, bien que ton mari avait monté les affaires rapidement pour au final t'aider à monter, te prenant sur son dos. Tu te laissais faire, c'était agréable et tu admirais toutes ces attentions venant de sa part. Maintenant en haut de cette colline, tu pouvais admirer les paysages, laissant tes cheveux danser au rythme de la brise légère qui faisait bouger les feuilles des arbres.


Tu admirais ton mari de profil, les courbes de son visage, ses cheveux dorés qui dansaient eux-aussi au gré du vent... Il était tout simplement parfait. Installant par la suite le drap au sol, tu tentais d'installer le chevalet, fait de bois simple et léger, ainsi que le petit tabouret dans la même matière, déposant au sol ton sac à dos et le pique-nique. Tu t'étais assise sur ton petit tabouret, commençant délicatement à sortir ta boite de crayons à papier, pour faire quelques croquis, mais tu fus vite coupée dans ton élan par ton mari, qui t'avait tendrement prit la main, la caressant. Tu le regardais d'un sourire.


▬ « Je suis heureuse, bien que cela ne soit qu'un euphémisme, je suis bien plus qu'heureuse... Je veux profiter de cet instant toute ma vie... »


A ces mots, tu venais délicatement tirer sa main, pour qu'il s'asseye, l'invitant à se poser contre tes jambes. Tu te mettais doucement à lui caresser les cheveux, ses cheveux si doux, si parfaits.


▬ « Repose toi... Tu fais tant de choses pour moi, tu mérites de faire une pause, ta femme, même enceinte, peut veiller sur toi... »


Tu avais repris ton croquis à une main, continuant de lui caresser les cheveux de l'autre main. Bien que tu t'étais arrêtée, regardant le paysage magnifique qui se dessinait face à vous. Tu souriais, sortant de ton sac une enveloppe, que tu avais délicatement donné à ton mari, reprenant ton croquis comme si de rien n'était, commençant même à sortir tes couleurs. Sentant l'incompréhension de ton mari, tu reprenais tes caresses.


▬ « Je t'ai dit que je pouvais veiller sur toi, mais aussi... Sur eux. »


Ton mari pouvait découvrir dans la petite enveloppe une photo, une échographie que tu avais fait cette semaine quand il travaillait. La première photo où l'on pouvait commencer à y voir une silhouette, ou plutôt, deux silhouettes qui grandissaient. Qui prenaient de plus en plus forme au creux de toi. Tu souriais, laissant ses cheveux pour commencer à peindre.


▬ « Comme ça, je suis sûre que tu te reposeras un peu, car tu auras une photo à admirer, hm ? Tu peux la garder avec toi. J'ai demandé à ce qu'ils l'impriment pour que tu les ais toujours auprès de toi... »


Ta toile prenait doucement forme, un paysage similaire à celui qui était derrière ta toile mais surtout, les traits d'un homme, de profil. Si tu avais admiré le profil de ton mari, c'était pour admirer sa beauté, mais aussi pour figer cette image à vie dans ta tête, pour la retranscrire dans une oeuvre. Tu l'avais dessiné, faisant marcher ta mémoire, l'ayant retranscrit dans son kimono noir, faisant danser ses cheveux sur ta toile... C'était cela, la définition de l'amour et du bonheur. Une petite demi-heure après, tu posais tes pinceaux. Tu n'avais pas fini, mais tu faisais une pause.


▬ « Amour... Tu peux me donner mon bento s'il te plaît ? »


Dis-tu, faisant une moue enfantine pour signer que tu avais faim. Vous aviez trouvé ces petits bentos à la boutique, bien que vous aviez fait en sorte d'en adapter un pour que tu puisses le manger sans soucis.
 
And I love u... ♪
PHARAOH LEAP CREATES


▬ I look at the stars in #indianred

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Unknown

des choses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Happy Birthday ! [ft. Kate]   Happy Birthday ! [ft. Kate] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Happy Birthday ! [ft. Kate]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Rps 2020-