La ville est en Juin 2020
Le Deal du moment : -15%
Ventilateur Rowenta VU5640F0 TURBO SILENCE EXTREME
Voir le deal
75.99 €

Partagez
 

 Passation autour d'un café

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gouvernement
Aaron Volund

Aaron VolundGouvernementMessages : 19
Date d'inscription : 17/06/2020


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptySam 20 Juin - 20:29



Passation autour d'un café  Rq6fPassation autour d'un café  B45j
Passation autour d'un café "Détente et crème fouettée "

Aaron ferma à clef sa maison vide, sa femme et ses enfants étant à l'école. Il marcha tranquillement, les mains dans les poches en ce jour ensoleillé. Le temps était bon et le trentenaire appréciait la petite brise chaude qui lui caressait le visage. Il marcha une bonne demi-heure avant d'arriver dans les Hauteurs de Quederla. Son médecin qui le suivait depuis son retour d'Italie lui avait envoyé un courrier lui demandant de venir au plus tôt à l'hôpital. Bien évidemment, c'était Cacendre qui avait ouvert ce courrier, et comme rien d'autre n'était précisé elle s'était inquiétée.

- Tu crois qu'il y a un problème avec ta prothèse ?



Avait-elle demandé tout en se rapprochant du visage de son mari pour observer de plus près sa mâchoire.

- Tu as mal quelque part ?



- Il n'y a pas de quoi s'inquiéter, le Docteur Bianchi aurait précisé le moindre problème dans cette lettre si il y en avait un.


- Alors pourquoi diable te demande-t-il d'aller à l’hôpital au plus vite ?



- Et bien, j'aurai la réponse demain. Je vais bien Cacendre, vraiment.


Aaron arriva devant le bâtiment et en franchit le seuil. Il alla directement à l’accueil, connaissant le chemin désormais. Il vit que c'était le jour d'Himys aujourd'hui. La jeune femme était très gentille et sociale. Le trentenaire avait bu plusieurs fois des cafés avec la demoiselle quand il sortait de consultation. Elle prenait toujours sa pause à ces moments-là. Ils avaient beaucoup discuté et échangé.
Il sourit en s'approchant du comptoir.


- Bien le bonjour chère demoiselle.


La salua-t-il avec un clin d’œil, sachant pertinemment qu'elle détestait être appelé demoiselle car cela lui rappelait toujours un garçon qui l’énervait au plus haut point quand elle était au lycée. Himys leva la tête mais fronça les sourcils. Ce n'était pas l'accueil espérait de la part de l'ex-soldat.

- Nous ne sommes pas le cinq du mois de juillet, à ce que je sache.



Et elle recommençait. Aaron la vit le détailler de bas en haut pour voir si il transpirait une maladie quelconque.


- Qu'est-ce qui t'amène ? Tu ne peux plus te passer de moi ?



- J'ai bien peur de devoir te décevoir mais je suis ici pour le charmant Docteur Bianchi.



- Elle te fait encore mal ?



Et rebelote : les sourcils à nouveau froncés et le regard qui lui transperçait le bas du visage.


- Mais non, c'est lui qui m'a demandé de venir. Est-il libre ou je dois patienter ?


Himys chercha l'emploi du temps de Docteur et lui fit signe qu'il pouvait aller dans sa salle de consultation. Aaron sentait l’inquiétude de la jeune femme peser sur lui. Pourquoi avaient-elles toutes la même réaction ? Cacendre, Hannha et maintenant Himys. Ou bien était-ce lui qui ne prenait pas cette demande au sérieux ?
Aaron frappa deux coups sur la porte du Docteur et entra une fois qu'il eut l'aval du très vieil homme. Il était assis à son bureau, monocle sur l'oeil gauche à fixer une feuille. Il leva la tête et aperçut le trentenaire.


- Oh, Aaron, rentre mon garçon. Installe-toi.



Le Docteur Bianchi rangea son tas de feuilles éparpillées, en retira une du tas et enleva son monocle.

- J'espère que ma lettre ne t'as pas alarmé. Il n'y aucune raison de t’inquiéter. Vois-tu, je vais prendre ma retraite dans quelques mois, et je redirige mes patients réguliers vers des collègues. À la fois pour qu'ils puissent toujours me consulter en cas de pépin et pour que la transition pour vous, les patients, se passe bien.



Aaron le regarda se lever avec lenteur de sa chaise.

- Himys ne semblait pas être au courant de ça.


Dit le trentenaire en regardant l'Italien contourner le meuble pour arriver jusqu'à lui.

- Oh, ça. Je n'ai pas encore prévenu tout le monde. Seuls mes collègues qui vont prendre la relève sont pour l'instant au courant. Ainsi que mes patients réguliers, cela va de soi.



Le Docteur lui tendit une feuille sur laquelle Aaron put lire "Hoon Park", un nom coréen.

- Vois-tu, je suis le seul vraiment spécialisé pour les cas comme toi, j'ai donc mis plus de temps à te trouver un remplaçant. Tu vas voir c'est un jeune homme, tout comme toi. C'est un chirurgien cardiothoracique à la base, mais après avoir discuté avec lui de toi, il m'a assuré que c'était dans ses cordes. Tu as sur cette feuille toutes les informations utiles à son sujet : sa salle à l'hôpital, son adresse et son emploi du temps. Rassures-toi, tu n'as pas à modifier tes habitudes, il peut te prendre tous les cinq du mois.



L'Italien continua à parler longtemps lui expliquant les raisons de son départ. Aaron prenait plaisir à l'écouter. Sa voix rauque, son ton calme et son accent étaient une mélodie agréable. Après une heure à papoter, le vieil homme lui demanda d'aller rendre visite à Hoon Park avant de quitter l'hôpital.
Aaron, ayant pris son après-midi, regarda la fiche que lui avait donné le Docteur Bianchi et se dirigea vers la salle. Il passa avant par l'accueil pour rassurer Himys.


- On prendra un café après.



Lui avait-elle crié quand il s'éloignait pour rencontrer son nouveau Docteur attitré. Étrangement, il sentit son estomac se contracter. Il reconnut alors le symptôme du stress. Il analysa tranquillement ses pensées et ses sentiments pour trouver la source de son appréhension.
Récapitulons, pensa-t-il. Un "jeune" de mon âge va me prendre en charge à partir d'aujourd'hui pour une durée indéterminée. Est-ce que devoir raconter ma blessure me dérange ? Non. Est-ce qu'avoir un médecin de mon âge me dérange ? Non. Il l'avait. Le changement. Il avait été habitué toute sa vie à la routine, et la seule période de changements permanents fut sa période commandos : ne pas rester sur place, apprendre à s'adapter dans un nouveau lieu, une nouvelle culture et une nouvelle langue, pour partir quelques jours plus tard. Il savait que cela n'avait rien à voir, mais cela le fit stresser légèrement tout de même. Cette sensation arrivait quand il était demandé pour un job de mécanicien. L'inattendue le faisait stresser, tout simplement.

Il arriva alors devant le bureau du Docteur Park. Il frappa deux coups et attendit l'aval. Il l'a reçu rapidement et il entra alors. Il referma la porte tout en souhaitant le bonjour à l'homme en face de lui.


- Enchanté, je suis Aaron Volund. Je suis envoyé par le Docteur Bianchi.


Il tendit sa main pour serrer celle du Docteur Park.


  :copyright: by AngelsMari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passation autour d'un café  5vcs
Hoon Park

Hoon ParkMessages : 177
Date d'inscription : 13/12/2018


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptyDim 21 Juin - 15:29


Passation autour d’un café

Feat Park Hoon & Volund Aaron

Une journée à l’hôpital comme j’en vois tant depuis mon arrivée à Quederla, enfin presque je dirais. Il y a quelques jours un éminent chirurgien de l’hôpital est venu me voir pour me parler d’un de ses patients. Le docteur Bianchi prenant bientôt sa retraite, prévoyant comme il est, à redirigé ses patients et il se trouve qu’il est venu me voir pour me parler de l’un d’eux dont il aimerait me confier la charge.

Ainsi il me parla d’Aaron Volund, opéré de la mâchoire et dont mon but est de voir si tout va bien avec sa prothèse, les éventuels complications ou douleurs. Je ne suis pas spécialiste dans ce domaine car pour ainsi dire, c’était la spécialité exclusive du docteur Bianchi au sein de l’hôpital… Cependant, avant de me spécialisé j’étais chirurgien général et ce nouveau cas ne me fait pas peur, au contraire, je pense que c’est dans mes cordes ! C’est avec joie que j’avais donc accepter de prendre sa relève pour son patient.

D’ailleurs si je me souviens bien, le docteur m’a avertie que je recevrai sa visite dans les jours qui viennent… Hâte de le rencontrer vu qu’on va se côtoyer pendant quelques temps. Je replongeais à ma paperasse, mes ordonnances. Le matin c’est toujours comme ça de toutes façons : je revois les ordonnance après mon tour du matin et ensuite je fais la paperasse s’il y en a. A mon grand damn c’était la paperasse, les papier de sortie ce genre de choses…

J’entendis alors la porte résonnait d’un bruit qui me sortait de mes tâches administrative et rapidement j’invitais la personne qui avait toquer à ma porte d’entrée. En voyant un patient franchir la porte un large sourire se dessina sur mon visage : ce devait être mon nouveau patient !

- Enchanté, je suis le Docteur Park, Hoon Park. Je sais il m’a prévenu !

Mon ton était enjoué et je levais rapidement pour venir lui serrer la main tout en l’invitant à s’asseoir en face de mon bureau. Tout en m’adressant à lui je fouillait dans une étagère le dossier que m’avait transmit le docteur Bianchi.

- Le Docteur Bianchi m’a beaucoup parlé de vous, il était soucieux de trouver la bonne personne pour chacun de ses patients, c’est un bon médecin.

A ces mots je me rasseyais en fasse de mon nouveau patient, son dossier juste en face de moi que je rouvrais pour la énième fois, car après tout c’était une spécialité peu commune de la chirurgie et pour le coup je voulais fair les choses bien.

- Du coup, je suis votre nouveau chirurgien attitré pour votre suivi post opératoire. J’aimerais vous poser quelques questions pour en apprendre un peu plus sur vous et cette blessure si vous le voulez bien.

Toujours mon sourire au lèvres, je feuilletais le dossier pour voir comment s’était déroulé l’opération, le suivis post-opératoire et les rapports de l'orthophoniste pour la rééducation fonctionnelle et vocale.

- Je constate que vous parlez très bien en tout cas. Quand vous parlez vous ne sentez pas que ça tire ? Ou n’importe quelle douleurs ?

Il est important déjà de savoir si tout va bien au niveau de la mâchoire, savoir si je peux tenir une discussion assez longue ou pas même si je ne m’en fais pas. Je demanderais ensuite un peu le contexte, une petite vérification et ensuite je pourrais le libérer si cela l’ennuie trop d’être ici… Mais ma foi, il a l’aire fort sympathique et j’ai le nez pour ça !

@tag pseudoDoctor of your heart


Je vous parle en querderlien en #0099ff et en anglais en italique !

Passation autour d'un café  Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouvernement
Aaron Volund

Aaron VolundGouvernementMessages : 19
Date d'inscription : 17/06/2020


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptyLun 22 Juin - 0:15



Passation autour d'un café  Rq6fPassation autour d'un café  B45j
Passation autour d'un café "Détente et crème fouettée "

La main du docteur était chaude et douce au touché. Il n'y avait aucune recherche de montrer sa supériorité de la part de Hoon Park puisque la poignée ne fut pas ferme. Quand leurs mains se détachèrent, le Coréen lui désigna une des chaises à disposition des patients. Aaron prit le temps d'observer la pièce pendant que le Docteur reprenait sa place, de l'autre côté du bureau.

- Du coup, je suis votre nouveau chirurgien attitré pour votre suivi post-opératoire. J’aimerais vous poser quelques questions pour en apprendre un peu plus sur vous et cette blessure si vous le voulez bien.



Aaron lui fit signe qu'il pouvait poser ses questions. Le Docteur Park plongea à nouveau son regard dans ses feuilles, puis releva la tête pour regarder le trentenaire.

- Je constate que vous parlez très bien en tout cas. Quand vous parlez, vous ne sentez pas que ça tire ? Ou n’importe quelles douleurs ?



Aaron sourit légèrement de gêne face au compliment, le même qu'il ne cessait de recevoir. Il y restait tout de même sensible.
Cacendre avait pleuré quand elle avait vu son état. Lui aussi avait pleuré. Ssazek et Adrielle, les voyant pleurer, avaient suivi. Cela avait été des retrouvailles humides. Akari était arrivée, essoufflée et en larmes, quelques heures après. Le brun ne savait pas comment, ni par qui elle avait appris son retour, mais elle était là. Ce jour-là, ils avaient fait un beau repas de famille, simple et chaleureux.
Cacendre l'aide chaque matin, avant d'emmener les enfants à l'école, avec les exercices. Il peut les faire tout seul en soit, mais la blonde voulait absolument l'accompagner. Elle n'hésitait pas à laisser ses doigts sur un muscle, qu'Aaron devait travailler, même si le trentenaire grimaçait de douleur. "Tu iras mieux, disait-elle toujours". Ses enfants s'amusaient à alterner entre parler comme lui, en forçant les "p" et les "b", mais également les "r" alors qu'Aaron n'avait aucun mal avec ce son, à parler comme des robots ou encore à se mettre à grogner. Cela l'amusait toujours et il les suivaient toujours dans leur délire.
Sa patronne, l'ayant toujours connu ainsi, lui avait fait remarqué qu'il s'était amélioré, il y a deçà un mois. Il avait rougi jusqu'aux pointes de ses cheveux tellement le compliment avait été spontané. Hannha c'était bien moqué de lui, qu'elle lui avait offert un bouquet de coquelicot à ramener chez lui : "En souvenir de ta bouille".
Tout son entourage avait été tolérant et ils étaient là pour lui.


- Et bien, cela tire fortement sur les sons "o", commença Aaron en se forçant à sortir le son distinctement, et la prothèse tressaute légèrement aux sons "p" et "b", d'où leur accentuation. Sinon, les autres sons se prononcent avec le fond de la gorge ou avec l'aide de la langue. Je peux parler longtemps, si c'est ce qui vous inquiète. Mis à part ces trois problèmes constants, il m'arrive d'avoir des douleurs de lassitude des muscles, mais elles s'espacent au fur et à mesure que le temps passe, c'est pour ça que le Docteur Bianchi ne me voit qu'une fois par mois.


Aaron fit une légère pause. Il se gratta légèrement le nez qui le chatouillait, et posa à nouveau sa main sur sa cuisse.

- Je crois que j'ai tout dit.


Aaron attendit les autres questions de l'homme, s'attendant à ce qu'elles touchent à l'histoire de cette blessure, ce qui était tout à fait légitime. Il savait que les mots "Opération de la mâchoire suite à sa dislocation. Implantation d'une prothèse de fer, du modèle 0051AC. Implantation réussi, aucun signe de rejet." étaient écrit dans son dossier. Il désespérait qu'il n'y ait pas plus de détail, mais les opérations commandos se devaient de rester sous silence. Et heureusement pour lui, il n'avait que de vague souvenir de ce jour-là, ne pouvant alors pas mentir sur les évènements.



  :copyright: by AngelsMari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passation autour d'un café  5vcs
Hoon Park

Hoon ParkMessages : 177
Date d'inscription : 13/12/2018


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptyMar 23 Juin - 22:39


Passation autour d’un café

Feat Park Hoon & Volund Aaron

En tout cas à première vue mon patient est coopératif, en même temps il a l’habitude je suppose. Enfin je souligne son excellente diction pour ce genre de blessure et cela semblait le ravir. Que c’était merveilleux de voir un sourire sur le visage de mes patients ! Et puis il méritait bien ce compliment, je m’attendais pas à ce qu’ils soit aussi doué. Je souris en retour et écoutais attentivement ses paroles pour ne manquer aucune information importante.

J’appris donc que la prothèse tirais quand il prononçais les sons « o », qui força pour que cela soit bien distinct, un effort tout à son honneur. Il me parla aussi de la prothèses qui tressaute pour les sons « p » et « b », chose que j’avais déjà légèrement toucher du doigt en l’entendant parler. Je vois, rien d’alarmant dans le suivis, comme j’avais pu le lire dans le dossier, mais avoir son ressenti était important.

- Je vois, rien d’alarmant, le temps que vos muscles se réhabitue. Vous travaillez seul les exercices d’élocution et de diction chez vous ? Je lui que vous n’avez plus de suivis d'orthophoniste. En même temps, quand j’entend comment vous parlez cela ne m’étonne pas.

Je lui souris tout en écoutant sa réponse, j’apprenais quelques détails sur sa vie quotidienne, son travail quotidien qui l’avait mené si loin dans sa rééducation. C’était interessant, tout ces petits détails, c’est ce qui faisait que le patient soit compliant, en bon état d’esprit et qui faisait que sa rééducation avançait bon train.

- J’ai aussi une petite question sur l’histoire de cette blessure. Vous n’êtes pas obligé de répondre, c’est surtout pour moi, pour cerner si c’est en lien avec un accident ou au travail. Cela me permet de mieux vous connaître.

Je lui souriais, car après tout c’était dans ma nature de sourire toujours, en tout temps et en tout lieux et puis en général ça met en confiance les personnes que je côtoie. Comme j’ai dit, il n’est pas obligé de m’en parler, je sais que c’est un ancien soldat et si c’est une blessure de guerre je comprend que ce soit un traumatisme. S’il ne veut pas en dire plus je n’aurais plus qu’à jeter un œil à sa prothèse je suppose.

@tag pseudoDoctor of your heart


Je vous parle en querderlien en #0099ff et en anglais en italique !

Passation autour d'un café  Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouvernement
Aaron Volund

Aaron VolundGouvernementMessages : 19
Date d'inscription : 17/06/2020


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptyMer 24 Juin - 12:52



Passation autour d'un café  Rq6fPassation autour d'un café  B45j
Passation autour d'un café "Détente et crème fouettée "

La réponse sembla satisfaire le Docteur Park qui n'approfondissait pas la question. En même temps, le trentenaire savait qu'il n'y avait rien d'autre à ajouter. Son interlocuteur aborda le sujet de la rééducation, ne semblant pas surpris qu'il n'y ait plus trace d'orthophoniste dans son dossier.

- J'ai vu des professionnels en Italie. Je faisais des exercices tous les jours avec un Docteur, pendant plusieurs heures. En rentrant à Quederla je n'avais plus qu'à voir avec le Docteur Bianchi si je devais prendre des rendez-vous avec des orthophonistes. Je continu effectivement les exercices à la maison, ce sont plus des étirements, même si il y a quelques fois des exercices de prononciation. Comme par exemple, un classique : "Le Dragon dégradé dégrade le gradé Dragon." Je me fais aider par ma femme Cacendre le plus souvent.


Aaron termina son explication sur un sourire. Le Docteur Park l'écoutait attentivement avec tellement de bienveillance que le stress survenu plus tôt s'évanouit aussi vite qu'il était apparu. Il ne pouvait que se sentir confiant et écouté avec ce jeune Docteur. De ce qu'il pouvait observer et déduire, c'était que Hoon Park était d'une grande gentillesse qui s'alliait très bien avec un métier qui était constamment en contact avec l'humain et qui consistait à sauver des vies.

- J’ai aussi une petite question sur l’histoire de cette blessure. Vous n’êtes pas obligé de répondre, c’est surtout pour moi, pour cerner si c’est en lien avec un accident ou au travail. Cela me permet de mieux vous connaître.



Le trentenaire ne fut en rien étonné par la question. Aaron sourit à nouveau au Docteur pour le rassurer. Il n'était pas gêné par la question, c'est juste le fait de devoir raconter une histoire incomplète qui lui avait été raconté par un tiers qui le dérangeait. Comment être sûr que tout était vrai ? Ce qui l'attristait, c'était de ne pas se souvenir.

- J'étais en mission, en Italie. Je ne peux pas vous donner les raisons ou ce pourquoi j'étais là-bas. Il y a eu un coup que je n'ai pas vu venir et je me réveille plus tard à l'hopital, avec un médecin me demandant l'autorisation pour être opéré. D'après lui, ma mâchoire fut disloquée, un morceau d'os m'a transpercé ici, dit Aaron en désignant sa pommette cicatrisée, pour ressortir. Voilà, vous en savez autant que moi.


Aaron observa la réaction du Docteur Park. Il se souvenait que le Docteur Bianchi avait froncé les sourcils et lui avait demandé "C'est tout ? Je m'attendais à plus épique". L'ex-soldat avait juste explosé de rire face à cette réaction inattendue. "Ne vous moquez pas jeune homme. C'est vrai que j'ai déjà eu des cas où j'avais l'impression que mon patient sortait d'un roman d'action. Bon, c'est déjà mieux que le mécanicien qui remet en route une machine en oubliant de retirer son pied, et "paf" prothèse de la jambe gauche." Le Docteur Bianchi allait lui manquer avec son franc parlé. Il avait compris que les patients ne voulaient pas de quelqu'un en plus qui pleurait sur le sort, ils avaient leur famille pour ça, non les patients voulaient quelqu'un qui les traitent comme si c'était quelque chose de banal.


  :copyright: by AngelsMari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passation autour d'un café  5vcs
Hoon Park

Hoon ParkMessages : 177
Date d'inscription : 13/12/2018


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptyVen 26 Juin - 20:26


Passation autour d’un café

Feat Park Hoon & Volund Aaron

Comme je m’en doutais, ce jeune homme à eu un suivis au top du top en Italie, il faut bien avouer que les italiens maitrisent bien le domaine. Du coup arriver à Quederla je suis pas surpris qu’il n’ai plus eu besoin d’un suivis aussi poussé vu ses compétences. Un patient très prometteur et sur l’autoroute de la guérison totale malgré quelques séquelles sur la prononciation.

Vraiment mon sourire se faisait si grand en voyant qu’il était autonome et en bonne santé, puis apprendre qu’il était marié était toujours une bonne nouvelle, j’aime ce genre de petits détails. En tout cas ça fait plaisir de le voir sourire lui aussi après son explication.

Enfin, la question plus personnelle que j’avais posé ne sembla pas le déranger pour autant vu qu’il gardait son sourire. Bon déjà ça partais sur une mission, mais sans plus… Un coup, hmhmmm… L’hôpital… Opération… Mâchoire disloquée, os transperçant pommette… Eh bah ! Je m’attendais à plus de détails ! Mais ma foi si la mémoire lui a fait défaut c’est normal dans un sens… Je gardais mon sourire, bien que moins grand que quand j’appris pour sa femme, mais je souriais.

- Je vois… Je m’attendais à quelque chose de plus détaillé je dois avouer haha ! Enfin, chacun son histoire et la votre à du panache mine de rien. Enfin, si vous le permettez je vais regarder un peu cette prothèse et j’en aurais finis avec vous pour aujourd’hui je pense.

Je l’invitais à s’asseoir sur le divans d’auscultation derrière lui pour le suivre de près. Une fois confortablement installé je « regardais » avec attention cette prothèse assez inhabituelle pour moi, je regardais les implantations de celle-ci dans la mâchoire, les muscles sollicités. Je demandais aussi parfois à ce qu’il ouvre la bouche tout en palpant délicatement sa mâchoire, s’il n’avait pas de problèmes, ce genre de chose. Je ne m’en faisais pas vraiment pour les douleurs musculaires, il faut que les musclent se réhabituent et avec ses exercices quotidiens je ne m’en fait pas trop pour lui.

J’enlevais mes gants et annonçais tout sourire que j’en avais finis avec lui, mais outre le cadre professionnel, j’aimerais bien le connaître un peu plus. Je regardais ma montre, bientôt l’heure de ma pause tient…

- Ecoutez, j’en ai finis avec vous pour aujourd’hui, je ne vois rien d’anormal et les quelques douleurs musculaire sont du à la fatigue donc je ne m’en fais pas vraiment. On dit donc le cinq juillet, à la même heure qu’aujourd’hui ? Bien entendu si des douleurs surviennent ou quoique ce soit d’autre qui vous semble inhabituel, venez me voir sans hésitation.

Tout en attendant son accord, j’avais rejoins mon bureau pour noter dans un emplois du temps le rendez-vous pour le mois prochain. Quand je posais mon stylo, une idée me vint en tête : et si je lui proposais de prendre le café ? Ou le thé comme il préfère ! Mais au moins on peut discuter un peu de tout et de rien.

- Oh ! Dites moi, vous êtes occupé après ? Je vais prendre une pause, ça vous dit de prendre un café ? Histoire qu’on fasse connaissance, on va se côtoyer à l’avenir et j’aimerais en apprendre un peu plus sur vous.

Un sourire amical alors que je laissais ma blouse sur le bord de ma chaise, prenant seulement mon badge de l’hôpital. Je laissait paraître l’habit sous la blouse, c’est à dire une chemise blanche avec une cravate noire. Ouai basique, mais en vrai quand je suis en consultation je peux me le permettre, sinon je suis en tenue de praticien quasiment tout le temps. Enfin, tant qu'on est bien dans sa peau !

@tag pseudoDoctor of your heart


Je vous parle en querderlien en #0099ff et en anglais en italique !

Passation autour d'un café  Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouvernement
Aaron Volund

Aaron VolundGouvernementMessages : 19
Date d'inscription : 17/06/2020


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptyDim 28 Juin - 11:44



Passation autour d'un café  Rq6fPassation autour d'un café  B45j
Passation autour d'un café "Détente et crème fouettée "

Il s'attendait à ce genre de réaction. Il n'y avait vraiment pas grand chose dans son explication même si l'essentiel était là. Les gens aimaient les histoires. Toutes sortes d'histoires. Cacendre préférait ses histoires où tout était calme et sans danger, Ssazek aimait celles qui se terminaient bien et où tout le monde était heureux, même les méchants de l'histoire. Adrielle préférait celles où de grandes héroïnes battaient de grands méchants, des héroïnes qui pouvaient être badass, imbattables et qui aimaient aussi les poneys. Et les autres gens préféraient des histoires sur le malheur des autres, c'est ce qui les faisait vivre. "Ah oui, Mme Trésor a été rejeté par son mari ? Mais pourquoi ?" "Il parait qu'il était soûl ce soir-là, il l'aurait cogné puis il l'aurait jeté dehors." Enfin, la plupart des autres préféraient ce genre d'histoire. Aaron se doutait bien que le Docteur Park préférait le même genre d'histoire que son fils. Mais son "Je m'attendais à quelque chose de plus détaillé" lui a rappelé de mauvais souvenirs.

"Quoi, c'est tout ? Mais attends, tu veux pas nous décrire le combat avant que ça arrive ? Y avait beaucoup de sang ? De morts ? Et t'en a tué combien ?"


- ... Enfin, si vous le permettez je vais regarder un peu cette prothèse et j’en aurais finis avec vous pour aujourd’hui je pense.



- Oh, oui, bien sûr.


Aaron s'installa dans le divan de consultation et il se laissa manipuler. Il sentit bien que le Docteur Park était très consciencieux dans son travail et qu'il faisait son possible pour le mettre le moins mal à l'aise possible avec des touchés précis et essentiels.
Il lui fit ensuite un bref debrief qui ressemblait à quelques mots et détails près à ceux que pouvaient lui donner le Docteur Bianchi. Il assura à son nouveau Docteur qu'à la moindre douleur inhabituelle ou persistante il viendrait le voir, tout en ajoutant que sa femme ne le lui laisserait absolument pas le choix et qu'elle utiliserait le pouvoir indétrônable des enfants qui s'inquiètent. Aaron ne pouvait pas résister aux yeux embués de Ssazek et d'Adrielle.


- Oh ! Dites moi, vous êtes occupé après ? Je vais prendre une pause, ça vous dit de prendre un café ? Histoire qu’on fasse connaissance, on va se côtoyer à l’avenir et j’aimerais en apprendre un peu plus sur vous.



Aaron sourit face à cette proposition. Il en avait peut-être trop dit, ou pas assez pour que le Docteur Park veuille en apprendre plus. Il est vrai que cette proposition l'enchantait également. Il aimait bien le fait qu'ils se connaissent dans les deux sens, cela éviterait une relation distante entre un médecin connaissant son patient et ce dernier qui ne voit qu'en son interlocuteur un métier, celui de le soigner.

- Voilà une riche idée Docteur. Ayant pris un jour de congé, je n'ai pas grand chose à faire en cette journée.


Aaron laissa le temps au Docteur de ranger son bureau avant de marcher tous les deux vers la cafétéria de l'hôpital. Ils parlèrent essentiellement du temps. Celui de ce mois-ci qui ne ressemblait en rien à un mois d'été, mais qui commençait à s'y rapprocher. Que cela sentait des jours de travail étouffant sous une chaleur interminable. "Au moins en hiver, il est plus facile de se réchauffer" avait dit Aaron.
Ils passèrent devant le bureau d'accueil où Hymis le regarda passer avec un sourire. Elle lui fit signe qu'elle avait déjà pris sa pause. Le trentenaire se douta qu'elle ne l'avait pas prise. Elle mettait un point d'honneur à prendre son café avec lui quand il était dans l'hôpital. Il comprenait son intention derrière ce mensonge : "Vas-y, je peux prendre ma pause comme une grande". Alors il la remercia d'un hochement de tête avant de focaliser à nouveau son intention sur le Docteur Park, sans avoir noté au passage le rougissement soudain de la jeune femme.

Ils s'installèrent à une table après avoir été cherché leur boisson au comptoir. Aaron posa son café au lait sur la table en bois et engagea la conversation.


- Avez-vous quelqu'un dans votre vie Docteur ?


Une des questions les plus intimes, dirait-on mais elle est également la plus courante. Elle en devient ainsi la moins privé. Qui aimerait garder l'amour caché ? Quand on aimait, tout ce que l'on souhaitait c'était partager.


  :copyright: by AngelsMari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passation autour d'un café  5vcs
Hoon Park

Hoon ParkMessages : 177
Date d'inscription : 13/12/2018


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptyDim 28 Juin - 20:04


Passation autour d’un café

Feat Park Hoon & Volund Aaron

Mon métier m’a fais rencontrer tout un tas de personnes dans ma vie, j’ai eu droit aux patients fous, stressés, calmes, gentils. Tout un tas de personne qui font que l’humanité est belle et je peux affirmé une chose : Aaron fait partie de ces patients agréable quand on s’occupe d’eux. Il est calme, un peu nerveux au début mais on sent qu’il a bon. Au final l’examen s’était bien déroulé, pas de soucis majeur et à revoir le mois prochain mais… J’avais envie d’en savoir plus !

Donc j’étais bien heureux en l’entendant accepter mon invitation, il faut dire que c’est une personne qui a la discussion facile, un peu comme moi et je trouve que cette similitude est agréable, je me sens comme un poisson dans l’eau avec lui. Sur le trajet nous parlions de tout et de rien, surtout du beaux temps, de la chaleur et de l’hiver. D’ailleurs je le rejoignais sur le point qu’en hiver on pouvait lutter contre le froid, en été une fois tout nu nous n’avions plus que les yeux pour pleurer.

On passa devant le secrétariat principal et je vis mon nouveau patient saluer la secrétaire qui rougit par la suite. Elle avait l’aire toute gênée, je me demande bien pourquoi. Je la saluait à mon tour d’un sourire avant de reprendre la conversation là où nous l’avions laissée.

Une fois à la cafétéria nous avions pris tout deux un café, lui avec du lait, moi avec de la vanille et nous  nous étions posés à un endroit calme pour discuter un peu. Cependant je ne m’attendais pas à ce qu’il me pose cette question assez personnel d’entrée de jeu. Bon ok j’avoue que je comptais le questionner un peu sur sa petite famille, donc il peut bien me poser des questions sur la mienne. Je souriais tout en prenant une petite gorgée de ma boisson chaude.

- Hm. Oui j’ai quelqu’un, perspicace mon cher Watson ! Elle s’appel Bay et c’est une femme merveilleuse ! Elle est magnifique, rayonnante de gentillesse et surtout… C’est une cuisinière d’enfer !

Je me rendais compte que j’avais toujours des étoiles dans les yeux quand je parlais d’elle mais… Comment je pouvais faire autrement ? Parfois je me dit que je ne la mérite pas tellement elle est géniale ! Enfin, je me reprenais un peu avant de questionner un peu mon nouveau patient et qui sait, ami.

- Enfin, moi je sais que vous êtes marié du coup et que vous avez même des enfants ! Mais vu qu’on est partis sur nos femmes, je suis curieux… Vous l’avez rencontrée comment ?

Je souriais de toute mes dents, écoutant avec attention ce qu’il avait à me raconter à ce sujet et en échange je lui raconterais ma première rencontre qui doit être bien différente de la sienne. Après tout, je l’avais rencontrée dans un bar, mais bon, le lieu ne fait pas tout.

@tag pseudoDoctor of your heart


Je vous parle en querderlien en #0099ff et en anglais en italique !

Passation autour d'un café  Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouvernement
Aaron Volund

Aaron VolundGouvernementMessages : 19
Date d'inscription : 17/06/2020


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptyMer 1 Juil - 15:34



Passation autour d'un café  Rq6fPassation autour d'un café  B45j
Passation autour d'un café "Détente et crème fouettée "

Il sourit à la blague du Docteur puis il l'écouta parler avec passion de Bay. Bien qu'il avait des étoiles qui brillaient dans ses yeux, il ne développa pas plus que ça sur sa copine. Mais de ce qu'il avait pu entendre, elle avait l'air de ressembler à Hoon avec une gentillesse sans égale. Il hocha la tête puis but une gorgée de son café qui était encore chaud. Il attendrait encore un peu.
Mais il savait qu'il aurait ces même étoiles. Il était toujours comme ça quand il parlait de Cacendre. Il s'était fait charrier par ses camarades qui avaient même parié de la réussite de cette histoire ou non. Et Hélios avait gagné énormément d'argent puisqu'il avait dit "C'est la femme de ta vie. Tu vas avoir un enfant, tu vas te marier et avoir un deuxième enfant." Maintenant Ektor était persuadé qu'Aaron avait suivit à la lettre la "prophétie" d'Hélios.


- Enfin, moi je sais que vous êtes marié du coup et que vous avez même des enfants ! Mais vu qu’on est parti sur nos femmes, je suis curieux… Vous l’avez rencontré comment ?



- Oh, ça c'est une histoire des plus banales. Je devais avoir vingt-et-un an et j'allais voir ma sœur et ma nièce lors d'une de mes permissions et...


Aaron frappa à la porte de la maison de Cer, où Akari avait emménagé. Ce dernier lui ouvrit avec un grand sourire, l'accueillant d'une accolade. "Nous avons une invitée", lui avait-il chuchoté. Le soldat suivit le copain de sa sœur et arriva dans le salon. Akari se leva et lui fit un câlin et lui donna un baiser sur la joue. Ensuite, il l'aperçut. Était-ce un ange ? Les concours de circonstances avaient fait que l'invitée était placée devant la fenêtre, côté sud-ouest. La jeune femme blonde se leva avec tellement de grâce qu'Aaron en avait clignait des yeux. Elle le salua tout en se présentant : "Je m'appelle Cacendre, enchantée." Sa voix sonnait comme le plus pur cristal du monde. Et elle lui avait sourit. Si il avait pu fondre, Aaron aurait été une flaque de chair et d'os sur le sol du salon. Sa sœur lui demanda de les excuser, elles devaient terminer leur discussion. Aaron se laissa entraîner par Cer tout en observant les merveilleux mouvements de Cacendre. "Akari s'inquiète déjà de la scolarité de Malicia. Viens voir ta nièce, tiens." lui avait dit le châtain pour l'entraîner à l'étage.

- Je dirai que j'ai eu le coup de foudre. Elle était éblouissante et elle avait un de ces sourires... Nous avons passé le reste de la journée ensemble. On avait parlé ce même jour, tous les quatre. Enfin, j'écoutais plus que je ne parlais. Croyez-le ou non, mais j'étais tellement timide et je n'avais pas grand-chose à raconter que je n'ai pas lâché plus de dix mots de l'après-midi. Je buvais littéralement ses paroles. Aaron rit puis but une gorgée de son café au lait. Ma sœur avait bien évidement capté la chose, et quand elle savait que je venais, elle invitait Cacendre. Puis nous avons finalement eu plusieurs rendez-vous. Et nous voilà marié.


Aaron fit une pause tout en clignant des yeux pour chasser le brouillard des souvenirs. Il but plusieurs gorgées d'un café qui était à bonne température.

- Enfin, c'est plus compliqué que ça, mais je ne vais pas monopoliser toute la conversation avec mes souvenirs nostalgiques. Et la votre de rencontre ? Et n'ayez crainte, les rencontres les plus banales font les plus belles histoires d'amour.



  :copyright: by AngelsMari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passation autour d'un café  5vcs
Hoon Park

Hoon ParkMessages : 177
Date d'inscription : 13/12/2018


Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  EmptySam 4 Juil - 0:01


Passation autour d’un café

Feat Park Hoon & Volund Aaron

Pour une fois que je peux connaître un peu mieux mes patients sans la blouse du médecin sur les épaules, je n’allais pas manquer ça ! D’habitude j’ai soit les patients qui une fois soigné s’en vont, typiquement les urgences, mais les patients que j’ai en service de chirurgie même si je les suis avant et après l’opération et bien… Je n’ai pas souvent l’occasion de discuter avec eux autour d’un café ! Donc autant en profiter pour mieux le connaître.

Malgré le fait qu’il me présentait la chose comme banale, j’affichais un large sourire et surtout je démontrais une attention toute particulière à son histoire. J’adore en apprendre un peu sur les personnes que je côtoie, surtout quand ça parle d’amour et autres potins. Moi une commère ? A peine, disons que j’aime savoir mais je resterais muet comme une tombe si on me le demandait.

Déjà je sentais le coup venir, la sœur est à tout les coups impliquée dans l’histoire, voir même c’est elle qui les a rapprocher qui sait ? En tout cas la première fois qu’il l’avait aperçu ce fût le coup de foudre, comme c’est mignoooooon ! Je voyais bien dans son regard que lui aussi avait des étoiles dans les yeux en me parlant d’elle, comme quoi un homme amoureux c’est vraiment beau.

La petite anecdote sur l’après-midi où il resta quasiment muet me fit tout autant rire que lui ! J’écoutais la fin de son histoire en sirotant mon café doucement, histoire de ne pas me brûler. J’en étais sûr ! La sœur à jouer un joli rôle dans cette magnifique histoire ! Qui sait ? Peut-être que moi aussi je me marierais ? Mouai c’est bien tôt je pense hahaha !

- Oh vous savez, vous auriez pût la monopoliser que je n’aurais pas bronché ! Ma foi, la suite au prochain épisode hahaha !

Je buvais une bonne gorgée de mon café avant de raconter ma première rencontre avec Bay et comment elle et moi nous en somme venue à sortir officiellement ensemble, la petite Fiora, et tout les petits détails qui font ma vie de famille actuelle, car oui malgré moi nous formons une petite famille.

- Alors… La mienne est en deux partie, les deux ayant leurs petites anecdotes ! La première fois que l’on s’est vu c’était chez moi, dans ma permanence médical. On m’avait apporter une jolie demoiselle qui s’était prise en pleine tête une casserole bien lourde. De là le courant est de suite passé, elle me taquinais un peu et moi en retour aussi car… J’avoue que je n’étais pas insensible à ses charmes, le coup de foudre sûrement ! Enfin, petite discussion autour d’un thé et après quelques taquinerie elle partie retourner à son travail et moi à mes livres de médecine.

Le buvais un peu de café histoire de marquer une pause et de m’hydrater un peu. A mon sourire cependant Aaron devinait que je n’avais pas finis. En effet, il me restait ma fameuse deuxième partie !

- Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Le soir même je suis sortie pour me changer les idées en boite de nuit. Et devinez qui j’ai revu ? Eh oui, ma très chère patiente du matin ! Nous avons bu et danser toute la nuit, si bien qu’elle vint finalement chez moi. Même dans mon salon nous avons danser, ça avait ce côté romantique avant que finalement nous allions un peu plus vite en besogne.

Je le voyais attendre la fin, essayant de deviner si nous avions franchi un cap si rapidement. J’avais mon sourire taquin tout en buvant mon café et doucement je me penchais pour lui dire la suite qui était très ironique.

- Et au moment de consommer la meilleure partie de la soirée… Elle s’est endormie !

A ces mots j’explosais de rire car en y repensant c’était juste à se tordre de rire. Je soupirais de satisfaction après avoir raconté cette anecdote. Je buvais une nouvelle fois avant de terminer sur la « suite » de mon histoire.

- Et du coup je l’ai couverte pour ne pas qu’elle attrape froid et le lendemain matin je lui ai laissé un petit mot avec un petit déjeuner au lit avant de partir au travail à l’hôpital. Ensuite on s’est revue plusieurs fois, j’ai découvert qu’elle avait une fille et bientôt nous devrions emménager ensemble tout les trois, une vrai petite famille en somme hahaha !

Tient d’ailleurs, ses enfants on quel âge ? Car j’aurais bien besoin de conseil ! De une c’est pas ma fille et de deux je sais pas trop comment gérer le rôle de « père », le seul exemple que j’avais est mort bien trop tôt pour que je puisse le prendre en exemple…

- Dites, vos enfants on quel âge au fait ? Car je vous avoue que je ne dirais pas non pour quelques conseils haha… Disons que je me voyais père bien plus tard, si tant soit peu que je me voyais papa un jour.

J’avais un sourire légèrement gêner de poser la question, mais après tout, ça ne coutait rien et au pire je relancerais la conversation sur ses enfants ou son mariage !

@tag pseudoDoctor of your heart


Je vous parle en querderlien en #0099ff et en anglais en italique !

Passation autour d'un café  Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Passation autour d'un café  Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Passation autour d'un café
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: La Capitale ~ :: Les Hauteurs :: L'Hôpital-