La ville est en Septembre 2020

Partagez
 

 Passation autour d'un café

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Spectre
Aaron Volund

Aaron VolundSpectreMessages : 84
Date d'inscription : 17/06/2020


Passation autour d'un café  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  - Page 2 EmptyJeu 9 Juil - 16:14



Passation autour d'un café  - Page 2 Rq6fPassation autour d'un café  - Page 2 B45j
Passation autour d'un café "Détente et crème fouettée "

C'était très agréable de parler avec le Docteur Park. Il écoutait réellement avec une attention bienveillante. Aaron en avait vu des personnes qui ont des écoutes de façades, tout ça pour se sentir plus légitime à raconter leur vie.
Le trentenaire sentait bien qu'Hoon appréciait connaître ses patients, car plus d'être des patients ils étaient des êtres humains avec des histoires.
Donc, oui, c'était plaisant de discuter avec Hoon Park.

Aaron lui fit un clin d'œil après "la suite au prochain épisode". Le brun aimait parler, mais il aimait écouter. Autant que cela soit du donnant-donnant. Et ça ne le gênait en rien de commencer.


- Alors… La mienne est en deux partie, les deux ayant leurs petites anecdotes ! La première fois que l’on s’est vu...



Le Docteur racontait très bien. Aaron avait l'impression de suivre une histoire d'un roman, très bien ficelée. Son histoire commençait bien, un début banal mais c'est ce qui rendait l'histoire magnifique. Car malgré la simplicité, ils ont réussi à s'aimer et à avoir des étoiles plein les yeux. Sa soeur avait rencontré Cer de la manière la plus cliché qui soit : ils s'étaient bousculés et elle avait fait tomber ses livres par terre.
La deuxième partie était un peu plus croustillante, et déterminante. Avaient-ils eu une belle nuit, pleine d'amour ? Ou une nuit passionnée qui aurait été le ciment, le commencement de leur relation ?


- Et au moment de consommer la meilleure partie de la soirée… Elle s’est endormie !



D'accord, il ne s'attendait pas à cette chute, mais pas du tout. Il explosa de rire avec le Docteur. Le rire d'Aaron était bruyant, perturbant la tranquillité de la cafétaria. Le trentenaire essuya une larme au coin de son œil et reprit sa contenance après quelques secondes. Le Docteur n'avait pas terminé et Aaron était impatient de connaître la réaction d'Hoon.

La suite était pareil au début, simple et merveilleuse. Aaron sourit à la mention de la "petite famille", il connaissait cette sensation indescriptible d'être entouré de personnes aimantes. Et les enfants ajoutaient un plus, une variable qui jamais ne disparaîtra, et qui fait que jamais plus la vie pourrait être la même. Imaginer une vie sans ses enfants était inimaginable et elle serait surtout terrifiante.


- Dites, vos enfants ont quel âge au fait ? Car je vous avoue que je ne dirais pas non pour quelques conseils haha… Disons que je me voyais père bien plus tard, si tant soit peu que je me voyais papa un jour.



- Je vois ce que vous voulez dire. Je suis devenu papa à vingt-deux ans et je ne savais pas non plus comment m'y prendre, être un bon père, etc... Sachez que dès que vous essayez de faire de votre mieux, vous êtes déjà un bon père.


Aaron regardait le Docteur dans les yeux avec un petit sourire chaleureux. Rien qu'en demandant de l'aide, le brun savait qu'Hoon devait faire des merveilles sans le savoir. Mais sa fille, elle, le sait.

- Voyez-vous, les enfants sont des éponges. Ils ne comprennent pas forcément tout, mais ils absorbent tout. Donc tout vos efforts vont être absorbé par la petite et elle s'en souviendra. Ils absorbent les bonnes et les mauvaises choses. Du moment que vous n'êtes pas absent, que vous ne leur envoyez pas votre haine, votre colère au visage ou que vous ne tentez rien, les enfants auront forcément de l'affection pour vous.


Aaron laissa le temps au Docteur de prendre en compte les informations qu'il lui avait donné. Il fit signe à un serveur pour avoir un deuxième café. Il sentait qu'il allait resté là longtemps.
Le trentenaire tenait ses informations de son expérience et de l'écoute des autres. Durant son adolescence, il a eu à faire à plusieurs enfants, et en discutant avec eux, il avait remarqué qu'ils avaient plusieurs points en commun : absence des parents qui est considéré comme un abandon ; des parents trop strictes qui mettent leurs rêves et leurs espoirs d'un avenir meilleur sur les épaules de leurs enfants, ce qui résulte d'un étouffement, plusieurs de ses anciens camarades avaient voulu se suicider, d'autres blesser leurs parents ou encore étaient renfermé sur eux-mêmes et ne pouvaient pas prendre de décision seul; des parents violents dans leurs propos n'amenaient que des enfants qui n'avaient pas confiance en eux ou qui pour sortir de cette noyade mentale ils se débattaient en allant dans le sens de leur parent, et donc allaient dans le mauvais sens; des parents violents dans leur gestes engendraient des enfants violents avec les autres et avec eux-mêmes, etc...
Mais à l'école militaire, il avait vu l'inverse. La plupart des adolescents avaient été envoyé par leurs parents. Au début, cela pouvait passer pour un abandon, des parents qui ne voulaient plus de leurs enfants. Mais finalement, c'était leur dernier recours pour sauver leurs enfants. Ektor avait pardonné à son grand-père et l'aimait plus qu'avant. Il avait absorbé tous les efforts de son grand-père sans s'en rendre-compte et puis finalement ça avait ressurgit.
Sa femme, Cacendre et Mme Trésor travaillent toutes les deux avec des jeunes enfants et elles voient également des profils différents. Elles en parlent souvent entre elles. Cacendre lui en parle assez régulièrement, lui demandant des conseils vu son adolescence difficile. Il y avait du mauvais mais il y avait également du bon. Sa femme lui disait souvent : "Les professeurs ne sont pas là que pour partager leurs connaissances, ils sont aussi là pour aider leurs élèves."
Les enfants sont des éponges, pas besoin d'être parfait, ils ont assez de place dans leur cœur pour aimer les autres avec leurs imperfections tant qu'il n'y a rien de malveillant.

Le serveur déposa les deux nouveaux cafés sur la table et Aaron vit que le Docteur était prêt pour la suite.  


- Comme je viens de vous le dire, j'ai eu mon fils à l'âge de vingt-deux ans. Maintenant, il a dix ans. Sa sœur va prendre neuf ans en fin d'année. Ils sont tous les deux très différents. Aaron sourit légèrement à la mention de ses deux enfants. Ssazek est très timide. Je pense qu'il a été très affecté par mes années d'absences quand j'étais en Italie. Je suis parti quand il avait quatre ans, bientôt cinq ans. Il a un côté très sensible. Et je pense que le fait que je sois blessé quand je suis revenu n'a pas vraiment aidé. Il a peur des autres et il ressent beaucoup les choses. Cacendre dit qu'il est hypersensible. Il déteste l'école mais il ne veut pas nous dire pourquoi. On se doute que ça doit être le monde et peut-être que d'autres enfants se moquent de lui. Des fois, on est impuissant en tant que parent. Je fais confiance aux professeurs pour aider Ssazek si il a des problèmes. Et je fais aussi confiance à sa sœur. Adrielle lui a promis qu'elle serait toujours là pour le sauver contre les méchants. "Papa, maman et moi, on est là pour toi, pour toujours", a-t-elle dit. On nepeut pas constamment être avec nos enfants et je pense que les garder tout le temps ne peut pas les aider à être indépendant. Et je sais que par expérience que l'on n'a pas envie de tout dire à ses parents. Faut juste leur faire confiance et leur faire comprendre que pour quoi que ce soit, on est là pour eux, n'importe quand.


Aaron but une gorgée de son café et croqua dans un petit gâteau.

- Pour Adrielle, c'est différent. Elle a besoin de moins d'attention, mais ça ne veut pas dire qu'elle n'en a pas besoin. On lui met souvent des limites mais on lui explique toujours pourquoi, qu'elle comprenne que l'on ne fait pas ça pour l'embêter mais pour la protéger. Sinon, elle serait n'importe où à courir après des fées. Aaron rit légèrement. Après, ce n'est pas encore votre cas, mais malgré la différence de mes deux enfants je me dois de les élever pareil. Même règles pour les deux, juste des attentions différentes. Pour Ssazek toujours vérifier qu'il soit à l'aise ou si ce n'est pas le cas, voir avec lui comment y remédier sans que ça gène personne. Par exemple, on ne va pas demander à nos invités de partir, donc comment est-ce qu'on fait ? Faut que la solution vienne aussi de lui. Et pour Adrielle, on doit être là pour l'écouter et réagir à ce qu'elle nous dit. Echanger avec elle, lui donner notre approbation quand elle en a besoin.


Le trentenaire laissa le temps au Coréen d'avaler sa diatribe avant de reprendre.

- En gros, pour faire simple. Un enfant a besoin d'attention et tant que vous essayez de faire de votre mieux, c'est que vous le faîtes déjà. Les enfants s'en rendent compte. Aaron fi une légère pause avant de reprendre rapidement. J'espère ne pas vous avoir noyer. Quand on part sur le sujet, je suis une vraie pipelette. Les enfants ça vous change votre vision d'unebelle vie.



  :copyright: by AngelsMari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passation autour d'un café  - Page 2 5vcs
Hoon Park

Hoon ParkMessages : 182
Date d'inscription : 13/12/2018


Passation autour d'un café  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  - Page 2 EmptySam 11 Juil - 18:10


Passation autour d’un café

Feat Park Hoon & Volund Aaron

Je ne sais pas comment m’y prendre moi avec les enfants, du moins concernant l’éducation, comment se comporter avec eux en dehors de mon rôle de médecin… En plus j’ai loupé pas mal de chapitre avec Fiora ! Que ce soit de la naissance jusquà son âge, j’ai loupé pas mal d’étapes ! Je voulais faire les choses bien car elle et sa mère méritaient ça, mais je sais pas comment faire et ça m’angoisse un peu. Je me dit que lui qui est papa pourra m’aider…

En tout cas son petit sourire me rassurais ! J’étais prêt à l’écouter, prêt à prendre tout les bon conseils qu’il aurait à me donner. J’apprenais donc qu’il fût papa très jeune je trouve, qu’il était comme moi avant. Ce qu’il dit juste après me toucha, j’aurais presque pu en lâcher une larme, presque. Car c’était rassurant de savoir que juste essayer faisait de mon un bon père. J’écoutais attentivement la suite de ses paroles que je trouvais fortement sage, il faut dire qu’il avait l’expérience dans ce domaine.

J’aimais beaucoup cette allusion à l’éponge, car Fiora était un peu dans ce genre je trouvais. Très curieuse, toujours à poser des questions et quand elle comprenait pas elle demandait. D’ailleurs Bay ne manquait pas de me l’envoyer quand elle n’avait pas la réponse. Etrangement, je me plaisais dans ce rôle de fontaine à connaissance, de voire cette petite éponge se gorgé de connaissances. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que la plupart des choses qu’il venait de dire qui ferraient que je serais un mauvais père ne me concernent pas. Enfin, l’absence quand je suis à l’hôpital, mais c’est tout je pense…

Rien que cela était rassurant, de savoir que je peux bien faire les choses à mon niveau, que je ne serais pas un poids pour elle. La voir triste, j’avoue, me rendrais dans le même état, en plus de ne plus pouvoir regarder Bay dans les yeux car je n’aurais pas été à la hauteur… Je me taisais, pensant fortement à ce qu’il venait de dire, mais recommandant un second café. J’écoutais par la suite la seconde partie de son expérience pour le coup. Cette fois-ci il m’expliquait que tout les enfants étaient différents, comme les siens et qu’il fallait s’adapter à chacun d’eux. Il y avait tant d’information, mais c’était si interessant…

- Je vois… Lui apporter mon attention et juste… Être moi-même ? Enfin je veux dire je suis pas du genre à être toutes les mauvaises choses que vous venez de dire. En soi, vous venez de me rassurer plus que je ne le pensais, j’avais vraiment peur de pas être à la hauteur car avec elle j’ai loupé plein de chapitre étant donné que ce n’est pas ma fille. Je veux faire les choses bien et si Fiora à besoin de moi, je serais là, comme pour sa maman !

Je buvais une bonne gorgée de café, mon sourire revenant sur mon visage car déjà un peu plus rassuré d’une part, mais aussi motivé à être un bon « papa ». Comme je le lui ai dit, je veux faire les choses bien, c’est pour ça d’ailleurs que j’ai prévu un agrandissement de mon chez moi, pour rajouter une chambre pour elle. J’avoue que j’ai un peu peur de tout ça, c’est un changement conséquent dans mon quotidien, ma vie en général !

- On verra bien en tout cas ! Au pire je demanderais de nouveau votre aide hahaha ! Enfin, je devrais me trouver un hobby à partager avec elle, mais à part le travail je fais pas grand-chose sauf la cuisine de temps en temps. D’ailleurs, vous vous avez un hobby ? Quelque chose que vous partagez et transmettez à vos enfants ?

Un sourire amicale a mon compagnon de discussion (et occasionnellement nouveau patient), car j’appréciais de parler avec lui de tout et de rien. Il a de la conversation et en plus de mieux le connaître je peux voir comment il parle, ses progrès et ses difficultés. En tout cas je l’aime bien moi Aaron, c’est un chic type.

@tag pseudoDoctor of your heart


Je vous parle en querderlien en #0099ff et en anglais en italique !

Passation autour d'un café  - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre
Aaron Volund

Aaron VolundSpectreMessages : 84
Date d'inscription : 17/06/2020


Passation autour d'un café  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  - Page 2 EmptyLun 20 Juil - 13:52



Passation autour d'un café  - Page 2 Rq6fPassation autour d'un café  - Page 2 B45j
Passation autour d'un café "Détente et crème fouettée "

Aaron observa le jeune docteur par-dessus sa tasse de café, un sourire aux lèvres. Hoon avait l'air un peu perdu mais le fleuriste pouvait voir qu'il était légèrement extatique de savoir qu'il n'avait rien fait à l'encontre de sa relation avec la fille de sa copine. Il avait l'air heureux et c'est tout ce qui comptait. Les enfants sont la plus belle chose du monde.

- D’ailleurs, vous vous avez un hobby ? Quelque chose que vous partagez et transmettez à vos enfants ?


Aaron reposa sa tasse qu'il avait presque vidé et prit une inspiration. Il avait l'impression que le Docteur Park voulait le faire parler. L'ex-soldat se demanda un instant si c'était pour entendre les effets de la mâchoire métallique ou bien parce que malgré sa bienveillance et son côté très humain, Hoon était timide de partager des choses aussi précieuses ?

- Avec ma fille ce n'est pas vraiment un hobby que je partage avec elle, c’est plus elle qui le partage avec moi. D'après mon entourage, je suis un bon narrateur et ma fille veut faire pareil, pouvoir raconter des histoires avec aisance. Donc le soir, quand je viens lui dire bonne nuit, on raconte une histoire à deux, sous l'attention de Ssazek et parfois de Cacendre. Cela donne souvent des histoires tarabiscotées. Ecoutez, par exemple : "C'est l'histoire de la princesse Celia, des royaumes du Nord. Elle avait une belle licorne qui s'appelait Citron. Elle passait des heures à la brosser et à la chouchouter. Puis vient un jour où Citron disparut. La princesse Celia savait que c'était un coup de l'inventrice Annabelle qui était jalouse de sa licorne." Et après de nombreuses péripéties, Citron était juste partie à la fête annuelle des licornes où elles invoquaient la déesse lunaire pour qu'elle leur redonne des paillettes de lune, qui sont leur essence magique.


Aaron rigola face au souvenir et surtout à la tête de sa fille quand il avait terminé l'histoire comme ça. Sa fille ne voulant pas aller se coucher faisait traîner l'histoire où Annabelle multipliait des plans "prévus à l'avance" pour empêcher Célia d'avancer dans son enquête pour retrouver Citron. "Mais papa, c'est nulle comme fin", s'était-elle insurgée. Mais comme Ssazek avait dit que c'était une fin qui finissait bien, Adrielle avait arrêté de râler, mais pas de bouder. Elle laissait tout passer à son frère, à croire que c'était elle l'aînée.

- Sinon, je me suis pris d'une passion pour les fleurs à mon retour de mission.


Le trentenaire désigna sa mâchoire. Il expliqua rapidement que l'année où il était en mission n'était pas vraiment une des plus merveilleuses de sa vie, loin de là. Elle était même la pire. Il était loin de ses enfants, de sa femme et sans en dévoiler tant que ça, il avoua au Docteur que son rythme de vie était effrayant. Constamment en déplacement, dormant peu, mangeant peu. Et l'apothéose horrifique de cette année fut la perte violente de sa mâchoire.
Bref, quand il rentra à Quederla, il quitta l'armée et il devait s'occuper.


- J'avais commencé à travailler en tant que mécanicien mais ce n'est pas un métier très folichon quand vous passez votre temps à réparer des tuyauteries, des câbles de téléphones, etc... Bref, quand je rentrais chez moi, je me m'étais à jardiner. Enfin, plus à entretenir les fleurs autour de la maison et dans le jardin. Ssazek a commencé à venir m'aider. Comme je vous l'ai dit, mon départ et mon retour catastrophique l'a marqué alors il me collait tout le temps. Et jardiner des fleurs, je vous avoue que ça calme, ça détend et ça vous vide l'esprit. Je sens que ça apaise également mon fils dans son insécurité. Il est heureux de passer du temps avec moi. Donc ouais, je dirais que mon hobby c'est les fleurs et je le partage avec mon fils.


Aaron se passa une main dans sa chevelure et expira un bon coup. Il se mit à sourire à nouveau au souvenir qui pointa son bout du nez. Il était dans le jardin, en avril, saison où la nature renaît, où les fleurs écloses. Il arrosait les azalées roses quand son fils arriva derrière lui. Il venait de rentrer de l'école avec Adrielle et Cacendre. Il s'agenouilla aux côté d'Aaron et regarda simplement les gouttelettes tomber sur les pétales. "Alors ?" demanda simplement le père. Le garçon de 9 ans ne dit rien pendant un temps, prit l'arrosoir que lui donna son père, tandis que ce dernier prit le mini-râteau pour enlever quelques mauvaises herbes. Ils restèrent dans ce silence apaisant de longues minutes. "C'est jolie", fit finalement Ssazek. L'enfant soupira et il reprit "J'veux être comme Adrielle, courageux." Aaron avait stoppé son geste quelques secondes, mais il connaissait les règles qu'il avait lui-même établit : quand l'un se confiait, l'autre n'était qu'une oreille et rien d'autre de plus. Le trentenaire lui en parlera plus tard dans la soirée. "Elle n'a pas peur, comme moi j'ai peur. Elle... Papa, est-ce que je suis bizarre ?" Le mécanicien prit alors son fils dans ses bras et le laissa pleurer.
Ce souvenir était doux car cet aveux a permis à son fils de se confier plus à son entourage proche et de surpasser ses peurs, même si il reste très timide, mais il fait l'effort de rester dans la même pièce que des invités qu'il a déjà vu plus de quatre fois.



  :copyright: by AngelsMari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passation autour d'un café  - Page 2 5vcs
Hoon Park

Hoon ParkMessages : 182
Date d'inscription : 13/12/2018


Passation autour d'un café  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  - Page 2 EmptyMar 4 Aoû - 19:39


Passation autour d’un café

Feat Park Hoon & Volund Aaron

Dans ma courte vie pour l’instant, je n’avais presque jamais eu affaire à des enfants en dehors de mon travail. Tisser un lien avec, sur la durée, je ne l’avais jamais fais, mais aujourd’hui je me retrouvais un peu dépassé. J’acceptais Bay et son enfant dans ma vie quand même, mais je n’avais aucune expérience avec les enfants, cela me faisait un peu peur je l’avoue. Discuter de tout cela avec Aaron était rassurant quand même, voir comment il s’y prenait avec ses enfants, ses conseils, tout cela me confortait dans l’avenir que j’allais bientôt bâtir à trois.

Je me suis toujours dit que un parent est là pour transmettre les outils de la vie à son enfants pour qu’il puisse vivre sa vie heureux et comme bon lui semble, du moins c’est ce que mon père s’est efforcé de faire. Bien entendu c’est aussi lui transmettre tout son amour et ce sujet avait été longuement abordé plus tôt. Mais je voulait savoir ce qu’on pouvait transmettre d’autre, une passion qui, qui sait, forgerait une futur carrière ? Je voulais savoir comment transmettre une partie de moi à cet enfant, en plus de mon amour inconditionnel bien entendu.

J’écoutais donc le partage de la fille vers le père et non l’inverse comme je le pensais. C’était interessant, c’est vrai qu’avec l’écoute Fiora me ferra partager ses passion et je pourrait m’en découvrir une qui sait ? Je n’ai jamais vraiment eu de passion dans la vie, du moins pas un hobby. L’histoire d’Aaron me fit tout autant rire que lui, j’avoue que c’est mignon de voir cette complicité dans cette jolie petite famille. Je les envierais presque !

Peu après il me parla de sa passion pour les fleurs et je trouvais que c’était une belle passation. La guerre change les Hommes et je pense que chacun trouve refuge dans une activité loin de toutes ces horreurs… En tout cas l’histoire qu’il me raconta avec son fils me toucha, c’était poignant… La guerre et ses conséquences même sur les enfants, indirectement.

- C’est vrai que je n’avais vu ce partage que dans le sens père-enfants, mais pas l’inverse. Je vous remercie pour tout ces conseils et ces anecdotes, je me sens bien plus confiant ! Je n’ai pas eu de hobby dans mon enfance et je ne pense pas en avoir plus aujourd’hui donc qui sait, Fiora me ferra peut-être plonger dans son hobby, peu importe la nature de celui-ci ? Hahaha !

Je finissais ma tasse de café et je ne pense pas en prendre une nouvelle car je devrais bien retourner un jour au travail. D’ailleurs je notais sa passion pour les fleurs et je pouvais peut-être lui proposer de venir m’aider un jour pour décorer le devant de ma maison avec des fleurs ?

- Dites moi Aaron, cela vous dirait de venir m’aider un week-end à décorer le devant de ma maison avec des fleurs ? Je vous avoue que je ne m’y connais pas vraiment, donc votre avis me serrais bien utile. Vous pouvez même venir avec votre fils, vous serez payez en limonade et nourriture ! Enfin c’est comme vous voulez.

Je souriais en m'étirant doucement, je n’allais pas trop tarder, mais au moins savoir sa réponse et voir pour programmer cela. Ce serait une bonne activité pour créer un lien de confiance avec mon nouveau patient et ami.  

@tag pseudoDoctor of your heart


Je vous parle en querderlien en #0099ff et en anglais en italique !

Passation autour d'un café  - Page 2 Unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre
Aaron Volund

Aaron VolundSpectreMessages : 84
Date d'inscription : 17/06/2020


Passation autour d'un café  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  - Page 2 EmptyHier à 17:19



Passation autour d'un café  - Page 2 Rq6fPassation autour d'un café  - Page 2 B45j
Passation autour d'un café "Détente et crème fouettée "

Son docteur était agréablement surpris que tout le fardeau n'était pas sur ses épaules. Oui, les enfants peuvent nous apprendre plus que ce que l'on croit. Ils sont l'avenir et le futur, ce sont aux adultes de les écouter et non l'inverse.

- Dites moi Aaron, cela vous dirait de venir m’aider un week-end à décorer le devant de ma maison avec des fleurs ? Je vous avoue que je ne m’y connais pas vraiment, donc votre avis me serrais bien utile. Vous pouvez même venir avec votre fils, vous serez payez en limonade et nourriture ! Enfin c’est comme vous voulez.


- Et bien, si je m'attendais à ça en venant ici ce matin. Ce serait vraiment avec grand plaisir. Cela permettra à mon fils de sortir un peu plus au lieu de seulement faire maison-école-maison.


Aaron demanda plusieurs informations sur la maison, la couleur, la taille du jardin, des fleurs préférées, couleurs préférées et odeurs préférées. Il ne voulait pas noyer Hoon mais sa passion pour la nature avait repris le dessus.
Après une dizaine de minutes, il vit du coin de l’œil Hymis faire signe au docteur Park. Aaron se tourna par réflexe et il vit la jeune femme désigner l'horloge puis un patient derrière elle.


- Oh, je vais vous laisser travailler. C'était un plaisir de discuter avec vous.


Aaron serra à nouveau la main de son médecin et il termina son café tandis qu'il regardait Hoon s'éloigner, rejoindre son nouveau patient. Il avait sans doute rallonger la pause du docteur.
Il but la dernière gorgée le sourire aux lèvres.

C'était une bonne journée, et une belle rencontre. Même si le docteur Bianchi allait lui manquer, le docteur Park allait être également un bon ami.



  :copyright: by AngelsMari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Passation autour d'un café  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Passation autour d'un café    Passation autour d'un café  - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Passation autour d'un café
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: La Capitale ~ :: Les Hauteurs :: L'Hôpital-