La ville est en Septembre 2020

Partagez
 

 comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Azye
Améthiste N. Denbee

Améthiste N. DenbeeMessages : 112
Date d'inscription : 20/03/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptyJeu 2 Juil - 4:41



not sure
je crois bien que c'était plus qu'une simple nuit
Aurait-il fallu juste une nuit pour que tu lui tombe dans les bras à ce point ? Le fait que tu ne cesses de penser à votre dispute encore et encore, te remettant en tête les différentes scènes, les différentes possibilités. Mais tu ne comprenais toujours pas. Pourquoi cela t'énervait autant de savoir que tu mettrais du temps. Du temps à pouvoir le revoir, au vu de son caractère. Du temps à pouvoir croiser son regard sans avec de regrets. Du temps à tout simplement reprendre votre relation à là où elle s'était arrêtée. Tu souffles un bon coup, prenant une gorgée d'eau, alors que tu étais dans ton bureau, une montagne de papiers devant tes yeux, mais tu n'arrivais pas à te le sortir de la tête.

Tu ne cessais de revoir cette scène encore et encore se rejouer dans ton bureau, alors que les deux autres protagonistes n'étaient même plus dans la pièce. Il fallait avouer que ta réaction avait peut-être été démesurée. Il en faisait que t'aider après tout, mais qu'en était-il de la sureté de ta fille ? Tu ne comprenais pas pourquoi il avait réagi de cette façon. Tu avais eu des mots forts, tu en avais parfaitement conscience, néanmoins, le fait que la personne qu'il voulait soigner soit contrainte de boire son sang, sans que tu ne le saches ... C'était compliqué de ne pas s'imaginer le pire, avec ce qu'il s'était passé avec Noctis ... Tu étais sur tes gardes pour beaucoup de choses et, bien que tu ais confiance en Nea, ta peur des élémentis ne s'était pas complètement dissipé pour autant, bien que ça ne soit en très bonne voie. Déglutissant, tu te lèves de ton bureau, un autre soupire faisant vibrer tes lèvres alors que tu prends ta veste et te dirige à l'extérieur du bureau. Tes talons se faisant entendre dans l'espace administration du Central, ta robe virevoltant au gré de tes mouvements. Tu te mordilles un peu les lèvres, prévenant la secrétaire que si quiconque voulait te joindre, il faudrait attendre quelques minutes, peut-être même quelques heures.

Sortant de la partie administrative du Centrale, tu regardes de l'étage le plus haut les commerces ainsi que les gens qui se baladaient dans l'enceinte de la galerie marchande. Le regard assez froid, tu descendais les escaliers, cherchant un endroit où tu pourrais te poser pour réfléchir un temps. Car, bien que ta démarche, ainsi que ton regard, laisse à penser que tu te baladais sans la moindre raison valable, ce n'était pas le cas. Au vu de tes préoccupations, tu avais fait appel à une amie assez spéciale. Spéciale dans le sens où, tu la connaissais depuis assez longtemps ...

Une petite soirée mondaine, entourée de personnes ayant le même statut que toi et tes parents. Des personnes richissimes. Tu n'étais pas forcément friande de ce genre d'événements, cela dit tes parents ne te laissaient pas le choix. Tu devais te faire connaitre en tant que « fille de » pour pouvoir te servir de ces relations plus tard, chose assez pratique, tu devais bien l'avouer. Mais du haut de tes 14 ans, tu n'en avais pas grand-chose à faire. Alors, tu t'étais mise dans un coin. Un coin où les adultes ne viendraient pas te déranger. C'est là qu'une chevelure blonde, comme la tienne, pointe le bout de son nez. Dans un premier temps, tu sursautes intérieurement puis, au vu de l'amabilité, et du ras le bol commun, une conversation se créer.

Une chevelure blonde que tu reconnaissais de loin, faisant un grand signe de la main à cette dernière, alors que tu te trouvais dans un petit café du Central, sirotant un petit chocolat chaud, tu en avais eu besoin pour l'attente. Non pas qu'elle était en retard, mais avant que Valentina ne se montre, tu avais quand même eu besoin d'un peu plus d'espace. D'un endroit neutre aussi, certainement pour te remettre les idées en place. Tu avais choisi cet endroit pour parler librement avec elle. Tu ne savais pas si elle te reconnaîtra du premier coup par contre, car avec la perruque rose, coupé de façon à faire un carré plongeant, c'était peut-être compliqué pour elle ? Mais elle comprendrait sûrement avec tes signes et, surtout, parce que dans ta lettre tu l'avais prévenue que tu aurais eu une couleur de cheveux différente pour ... Satisfaire une envie. Une fois que Valentina te rejoint, un large sourire ce dessine sur ton faciès inquiet, alors que sans qu'elle n'ai le temps de s'installer plus à son aise, tu entames déjà la discussion. Tapant du poing sur la table.
— Purée Tina, je crois que je me suis encore attachée.

dandy ♫


Améthiste discute en #8F74A9
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; UB7t8ND

comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Gvv7Suf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quederla-rpg.com/t3771-boite-aux-lettres-de-mlle-denb
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 63
Date d'inscription : 17/05/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptyVen 3 Juil - 0:49


Un petit coup pour oublier ses soucis ! ••

★ Feat Améthiste N. Denbee

Envoyer un message privé 46l8qx6
Je commençais tout juste à récupérer de mes blessures. J’osais enfin sortir un peu sans me prendre la tête de peur de me faire huer ou regarder ou autre. De toute façon à chaque fois que je sortais pour me balader ou autre je m’habillais toujours de façon à essayer de ne pas trop attirer les regards. Une grande robe noire, un chapeau et des lunettes de soleil. C’était le meilleur attirail pour éviter les paparazzis. Même si je dois avouer que c’est difficile de totalement me cacher. Entre mes longs cheveux, ma taille et mon physique assez singulier, je savais que malgré ça beaucoups de regards se portaient vers moi. Mais je jouais simplement à l’idiote… Flânant un peu et tout par ici. J’avais envie de me changer les idées donc faire un peu de shopping était la meilleure solution. J’en avais profité pour aller au Central. Je savais que ce lieu était géré par l’une de mes amies. Améthiste. J’avais un rendez-vous avec elle d’ailleurs. C’était assez rare qu’elle me demande de venir la voir sur son lieu de travail mais pourquoi pas. Et puis comme ça nous pourrions aussi parler un peu. J’espère simplement qu’elle ne va pas me rabacher ces histoires qui courent sur moi en ce moment depuis ce malencontreux événement de la semaine passée.  Cela faisait un moment que l’on se connaissait maintenant. Je crois qu’à l’époque je devais avoir 8 ou 9 ans lorsque nous nous étions rencontrées.

C’était lors d’une de ces merveilleuses soirées mondaines. J’étais souvent trainée à ces dernières. par mes parents. C’était pour eux une façon de m’inculquer la vie de la “haute”. Comme ils appelaient ça.. Les gens riches. Mes parents étaient attachés à toutes ces histoires de noblesses. Aux yeux de certains ils pouvaient même paraître un peu pompeux. Mais moi ça ne me gênait pas vraiment plus que ça. Ils étaient mes parents après tout. Ce sont comme des modèles pour moi je me suis construite grâce à eux. Et c’est ainsi que lors de ces soirées, je m’ennuyais à en mourir ce n’était pas un monde dans lequel je pouvais m’épanouir pleinement à l’époque et je me retrouvais souvent à aller me cacher dans un coin de la salle de bal. C’est dans l’un de ces moments que j’avais croisé cette autre femme aux cheveux au même éclat que le blé fraîchement moissonné. Elle était un peu plus âgée que moi. C’était elle la première à venir me parler. C’était étrange, j’avais un peu peur au début mais finalement elle semblait si sympathique, je ne pouvais pas éviter de lui parler. Et de fil en aiguilles une relation s’est construite. Et nous étions devenues amies. A force de nous croiser au même soirées. C’était même devenu une joie de la voir. C’était l’une des seules personnes avec qui je me sentais à l’aise. Entre deux présentations à des membres d’autres familles je n’hésitais pas à me rapprocher d’elle pour parler de tout et de rien. Une chose étrange d’ailleurs, notre différence d’âge n’avait jamais vraiment été une barrière. Je ne sais pas si c’était à cause de mon habitude et de mon éducation qui me poussaient à être un peu plus mature, mais en tout cas ça facilitait grandement les choses.

Je devais la rencontrer dans un certain café. Je crois que j’étais un peu en retard d’ailleurs. Je dois avouer que je n’avais pas pris mes précautions à l’avance. Il y avait beaucoup de monde sur les routes et je crois que l’accident qui me bloquait la route n’arrangeait pas les choses. Enfin bref. Je la voyais me faire des grands signes elle était déjà assise à une table du café dans lequel nous devions nous rejoindre. Je venais alors prendre mes aises et enlever tout cet attirail que je portais. Déposant ma veste sur le dos de la chaise sur laquelle je venais m’asseoir. J’étais au préalable passé à l’accueil pour commander mon café à la cannelle avec un nuage de lait. Un peu de douceur ça me ferait du bien non ? D’ailleurs ça ne m’avais pas sauté au yeux au tout début mais je dois avouer que quelque chose était étrange chez elle. Ses cheveux. C’était des faux. Ca se voyait clairement mais le rose. C’était un peu flashy voire même peut-être un peu too much. Mais bon soit c’était son choix. Et puis ce n’était pas comme si elle ne m’avait pas prévenu au préalable.

“Eh bien eh bien ma belle. Je sais que ça fait longtemps et que tu avais envie de me voir mais de là à ne pas attendre que je me pose tranquillement. Petite fripouille.”


C’était la seule chose que je pouvais dire pour lancer la conversation. Elle était emplie d’émotions aussi trouble qu’est l’eau du gange. Elle n’allait vraiment pas bien. Mais c’était quoi cette histoire d’attachement ? Elle s’était trouvée quelqu’un d’autre après Noctis. J’avais maintenant envie d’en savoir plus.

“Bon allez. Racontes moi tout ça. Je suis la et je suis totalement disponible pour t’écouter mais je te préviens. Mes services ne sont pas gratuits et ne sont pas donnés. Je ne doutes pas de tes moyens financiers, mais je voulais tout de même te prévenir. Alors racontes moi tout ma jolie rosette, qui est ce fameux attaché ?”


Je ne pouvais pas dire blondinette mais rosette. Ca ne voulait rien dire. Mais pourquoi pas ?


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Azye
Améthiste N. Denbee

Améthiste N. DenbeeMessages : 112
Date d'inscription : 20/03/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptyVen 3 Juil - 2:12



not sure
je crois bien que c'était plus qu'une simple nuit
Cette copine que tu attendais si patiemment pour lui parler de tes tourments était une personne assez connue qui suscitait les regards lorsqu'elle déambulait dans les rues. Il fallait avouer qu'elle ne pouvait envier personne. Naturellement jolie, élancée et douce, du moins c'est ce que tu en pensais, tu ne savais pas pour les autres, tu ne pouvais que comprendre l'attention que les gens lui portaient. De plus, elle se rendait disponible pour toi alors que, tu le savais, elle n'avait pas eu un train de vie tranquille ces derniers temps. Tu notais et appréciais beaucoup l'effort. Suite aux grands gestes que tu lui avais adressés derrière la vitre du café, elle t'avait reconnu sans mal, venant te rejoindre dans la minute qui suivait.

Valentina, elle n'avait pas l'air si mal au point aujourd'hui, ce qui te rassurait grandement, car tu te serais sentie très mal de devoir la faire se déplacer si elle était en très mauvaise état. Tu avais besoin de te confier, certes, mais tu ne voulais pas non plus qu'elle soit là pour toi au détriment de sa propre santé. Soupirant légèrement suite à ton coup sur la table, la réponse de Valentina te fait rire. Secouant la tête de droite à gauche, tu reprends ton sérieux alors que la demoiselle prend place sur la chaise qui se trouvait en face de toi. Tu sirotes ton chocolat viennois, histoire de t'éclaircir la voix et de lui raconter tout ce que tu pouvais sur le sujet de tes tourments.

Il n'y avait nul doute sur le fait que c'était un homme, elle qui était au courant de tout ton parcours amoureux jusqu'à aujourd'hui, à certains détails près. Tu souris, essayant d'enlever cet air préoccupé qui ornait sur ton faciès depuis un petit moment déjà. Valentina était une amie à qui tu aimais te confier, tout comme Piper et, bien qu'elle fasse parti du clan ennemi, tu savais très bien que tu pouvais compter sur elle dans la vie de tous les jours. Sur le champ de bataille, c'était tout autre chose. Mais tu préférais éviter de penser à cette éventualité en règle générale, histoire de ne pas aborder une mine triste à chacune de vos rencontres. Tu profitais juste du moment que vous aviez, comme d'habitude. Néanmoins, tu soufflas du nez lorsqu'elle vient à te prévenir que ses services ne sont pas gratuits et qu'elle ne doutait pas de tes moyens.
— T'en, fait pas, je te paierais en t'écoutant à ton tour. Sois en sûre.
Rigolant après ta phrase, il était évident que tu étais sérieuse, car tu étais aussi là pour qu'elle te parle aussi des choses qui remplissaient sa vie en ce moment et de ses différentes péripéties de mannequin. Mais, soit dit en passant, le café que Valentina avait commandé arrivait sur la table. Tu en avais profité pour demander une tarte à la fraise au serveur avant de le laisser repartir.

Avec Valentina ça avait toujours été facile. Malgré la différence d'âge. Et ce lien avait encore plus pris de l'ampleur lorsque vos parents s'entendaient à merveille. Tu te souviens avoir eu de longues conversations avec Valentina, puis avec Piper et elle en même temps. Vous étiez comme de petites princesses coincés dans cette sphère en verre dont on ne voulait pas que vous sortiez. Grandir dans ce genre d'environnement peut être difficile, mais tu ne pouvais nier que la rencontre de Valentina et Piper t'avais sauvé de cette sphère infernale dans laquelle tu te trouvais. Tu étais plus âgée qu'elles et pourtant, vous aviez des conversations si intéressantes. C'était comme si l'âge n'avait pas d'importance dans ce milieu, c'était assez dingue.

Mais revenons à nos moutons. L'amour. Tu regardais Valentina, te grattant l'arrière de la nuque, tu ne savais pas trop par où commencer. La dispute ? La rencontre ? Il y avait trop de choses qui se bousculaient dans ta tête. Alors, tu en étais venue aux faits les plus faciles à expliquer.
— Il y a ce nouveau pilote dans l'écurie de famille. Je l'ai recruté, car il est connu comme ayant un très fort potentiel dans le milieu. Le truc c'est que, il y a eu une nuit où on déraper et ... Je ne vais pas te faire un dessin.
Tu soupires longuement, regardant Valentina, te frottant la joue cette fois-ci. Les lèvres légèrement pincées, tu détournes un peu le regard vers le plafond du café, faisant une petite moue coupable.
— Et je ne regrette pas, ce n'est pas ça. Mais, je suis un peu perdue. Ca va faire un moment maintenant que je ne l'ai vu maintenant. Je ne sais pas trop quoi en penser ...
Tu soupires une nouvelle fois, tournant ta cuillère dans ton chocolat chaud, regardant Valentina d'un regard qui voulait clairement dire que tu attendais son avis sur la question, d'où la raison de cette rencontre. Néanmoins, tu ne lui avais pas tout dit, attendant sa première analyse, avant de devoir lui parler de cette fameuse dispute.

dandy ♫


Améthiste discute en #8F74A9
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; UB7t8ND

comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Gvv7Suf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quederla-rpg.com/t3771-boite-aux-lettres-de-mlle-denb
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 63
Date d'inscription : 17/05/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptyLun 6 Juil - 1:32


Un petit coup pour oublier ses soucis ! ••

★ Feat Améthiste N. Denbee

Envoyer un message privé 46l8qx6
C’était un bon choix de venir se poser dans ce café. Il était assez réputé. Mais je mentirais si je disais que ce n’était pas la première fois que nous venions ici elle et moi. C’était plus simple pour elle dans le sens ou elle n’avait pas à aller loin de son travail, mais surtout c’était un endroit assez cozy et posé. Bon. Il y avait pas mal de monde. Mais c’est un gage de bonne qualité non ? Et puis malgré ça nous pouvions plus ou moins tenir des conversation privées sans être gênées. Même si nous prenons toujours nos précautions. C’est d’ailleurs ce qu’elle faisait avant d’ouvrir son coeur pour me parler. Une chose est indéniable et je le sentais. Elle était troublée par ce qu’il s’était passée. Ce n’est pas la première fois qu’elle s’amourachait de quelqu’un. Mais de ce que je savais elle prenait toujours le temps de faire les choses et quand elle s’attachait c’était pour un long moment. De plus elle avait déjà un enfant. Elle ne pouvait se permettre de gérer sa vie de mère de famille et de batifoler à droite et à gauche.

Elle avait ri à ma blague. En me signifiant qu’elle était prête à m’entendre parler moi aussi. Ce n’était pas quelque chose que j’avais envie de faire pour le coup. Il s’était passé des choses et j’essaie de faire petit à petit le deuil de ces erreurs passées. Ca va prendre du temps. Mais c’est comme ça. Mais elle était aussi en droit de savoir tout sur cette histoire elle était une amie proche et elle devait être inquiète pour moi malgré tout. Enfin je crois. Même si je n’avais plus les gros bandages que je portais, et malgré le fait que la plupart d’entre eux soient cachés par mes vêtements elle avait dû s’arracher les cheveux elle aussi en lisant ce fameux article de journal. Enfin bref… Elle était un peu perdue dans ses pensées… Mais elle fut arrachée de celle-ci lorsque le serveur était venu avec ma commande. Elle en avait profité pour se commander une petite douceur sucrée. J’en faisais de même en prenant un petit tiramisu…

“Haha. On verra ça. Bref je t’écoutes.”


Elle venait donc m’exposer les faits. Comme quoi elle s’était entiché d’un homme. Chose évidente, car jusqu’à preuve du contraire elle n’avait jamais vraiment eu de relation avec une femme. Mais bon elle peut se montrer pleine de surprise ce brin de femme. Et donc… Ca avait dérapé.

“Oui effectivement pas besoin de m’en dire plus je vois… PARFAITEMENT.”


Lui répondais-je avec un petit sourire en coin. Elle se faisait plaisir, et elle en avait totalement le droit. C’est humain après tout. Je venais dans la foulée prendre une gorgée de mon café. Il était délicieux. Pas trop sucré mais assez doux. Et surtout il était chaud. Ca faisait du bien par la ou ça passait. Je me sentais bien. Et ce n’était pas le cas de ma compagne pour la journée. Heureusement une fois qu’elle avait fini de parler le serveur était venu nous apporter nos petits gâteaux. Je le remerciais en lui laissant un petit pourboir. C’était la deuxième qu’il était venu à notre table nous déposer quelque chose donc. Bon. Bref. Je m’occuperais de ce dernier dans un instant. Je dois d’abord faire affaire avec la jeune blonde… Enfin si on peut encore l’appeler blonde avec sa perruque rose.

“Tout d’abord. Très beau cheveux roses. C’est… Spécial… Si je n’étais pas ton amie je ne te dirais pas que je trouve que c’est un peu too much mais soit. Ensuite blagues à part. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Tu es allée trop vite ? Et surtout pourquoi tu ne le vois plus. Ne me dis pas qu’il a fui après avoir récupéré ce qu’il voulait lors de ce dérapage ?”


Cette expression me faisait doucement rire au vu de sa profession. Il était pilote de courses dans leurs écuries. Elle s’était trouvé un bel étalon pour le coup. Je me demande à quoi il ressemble.

“Comment ça s’est passé exactement ? Ou alors tu ne me dis pas toute la vérité maintenant. Car de ce que je sais, si vous avez des sentiments l’un pour l’autre, vous avez sans doute envie de vous voir, de batifoler et de sortir ensemble, encore et encore et encore. Enfin… Moi, je pense que c’est ce que je voudrais faire. Enfin, Amé, je te connais depuis un moment. Je sais que tu me cache quelque chose. Craches le morceau, ou je ne pourrais pas me faire un véritable avis sur la question. Et si tout est de ta faute ne t’attends pas à ce que je te ménage.”



comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Azye
Améthiste N. Denbee

Améthiste N. DenbeeMessages : 112
Date d'inscription : 20/03/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptyLun 6 Juil - 17:29



not sure
je crois bien que c'était bien plus qu'une simple nuit ... t'en penses quoi
Tu te rappelles ce moment où tu t'étais prise de panique. Ce moment où, lorsque Nea s'attelait à prendre soin de ta petite Théis grâce à son pouvoir, tu avais freak out. Tu ne savais pas encore à ce moment-là, qu'il faisait ça pour son bien, tu ne savais pas que le seul moyen pour lui de t'aider était de procéder de cette façon. Si tu l'avais su, peut-être les choses auraient-elles eu une tout autre tournure ? Tu avais confiance en lui, vraiment. C'était quelqu'un dont tu étais tout de même proche un minimum et, le fait qu'il ne t'en ai pas parler à cause de ses expériences du passé était compréhensible, mais si blessant à tes yeux. N'avait-il donc pas confiance en toi au final ? Ou était-ce juste une question de prudence tout comme ton comportement vis-à-vis des gens que tu laissais rentrer dans ton cercle privé ? Tu ne savais pas, tu ne savais plus. Tu avais eu un moment de colère immense juste avant de voir que Théis allait mieux. Colère que tu avais vite regretté lorsqu'elle s'était levée, n'aimant pas le fait que tu te disputes avec Nea devant elle ... Tu espérais que les excuses auraient fonctionnés un minimum et qu'il passerait à autre chose, mais tu connaissais son caractère aussi explosif que le tien. Il était prévisible qu'il partirait blessé par tes propos ...

Revenant à l'instant présent, tu regardais Valentina à qui tu n'avais pas encore tout dévoilé sur cette altercation avec ce fameux pilote. Fermant doucement les yeux, tu ris doucement lorsqu'elle dit qu'elle comprenait parfaitement ce qui s'était passé. Valentina te connaissais depuis longtemps et savait bien que depuis Noctis, tu ne fricotais pas avec n'importe qui. Tu avais eu tout au plus deux romances après la disparition de ton bien aimé, mais sans plus. Tu avais gardé contact avec beaucoup de personnes en ville mine de rien et tu y faisais un tour lorsque l'occasion s'y présentait. Néanmoins, pour en revenir à Nea, c'était la première fois depuis des années que tu ressentais ce genre de choses aussi rapidement. Cela te gênait, sans trop te gêné au final.

Tina savait comment adoucir l'atmosphère. Lorsqu'elle commença par te parler de la couleur de ta perruque, tu rigolais un peu. C'est vrai qu'elle était flashy, mais au moins comme ça, tes cheveux blonds ne suscitent plus l'attention, bien que la perruque n'arrange pas les choses. Lorsqu'elle en vient à la question fatidique, tu soupires longuement. Elle te connaissait bien, mais lui elle ne savait pas de qui tu parlais et, au final, tu ne savais pas pourquoi, mais pour le moment tu préférais rester discrète quant à son identité, car lui comme toi étiez tout de même reconnaissable par la population lambda dans les ruex de la ville. Déglutissant doucement, tu rougis légèrement lorsqu'elle te demande comment tout cela s'était passé. Est-ce que dire que tu étais complètement sous l'emprise de l'alcool et que tu avais perdu, de ce fait, tous tes moyens, était une excuse valable ? Non pas que tu n'en avais pas eu envie, mais c'était surtout une envie non contrôlé, quelque chose qui s'est passé si vite que tu n'as eu le temps de réaliser ce qu'il s'était passé que le lendemain matin ? Mais, un sourire aux lèvres et les mains sur le cœur, tes joues qui se mettaient à rougir lorsque tu repensais à ce moment et à son visage si proche du tiens ... Il y avait bel et bien quelque chose.

Pinçant tes lèvres, tu regardas Tina dans les yeux, légèrement gênée. Tu penches la tête sur le côté, comme à ton habitude lorsque tu te mets à réfléchir à comment dire les choses, essayant d'être le plus compréhensible que possible sans pour autant dévoiler trop de détails quant à l'identité de celui qui était le sujet de cette conversation. Ne l'oublions pas, tu savais qu'elle était dans le clan ennemi et, malgré votre amitié, il y a des terrains sur lesquels vous vous étiez juré de ne jamais discuter ensemble.
— Comment dire ... Cette nuit-là, j'ai perdu le contrôle. La soirée avait été très arrosée. Cela dit, j'étais plutôt contente d'avoir sauté le pas. Le problème est tout autre part ...
Un soupire se faisant entendre, tu penches la tête en arrière dans un long soupire d'énervement. Tu étais toujours énervée contre toi-même malgré le fait que c'était arrivé il y a de cela plusieurs semaines, voire un mois, ou plus ... Tu ne comptais plus, histoire de ne pas être dépité.
— Il y a eu ce fameux jour où il était venu m'aider pour quelque chose, mais depuis la mort de Noctis tu sais à quel point je suis sur mes gardes ... Et il est venu un moment où je l'ai laissé seul avec Théis et, alors qu'il s'occupait d'elle, j'ai paniqué. Je pensais qu'il lui faisait du mal, alors que j'ai confiance en lui.
Soupirant doucement, tu poses tes mains sur la table, prenant un morceau de ta tarte à la fraise avant de continuer.
— Je lui ai manqué de respect en pensant qu'il s'en prenait à Théis. Même la petite était prise de panique lorsque j'ai commencé à hurler. Il n'à pas beaucoup apprécié et il a de quoi. Et pour le coup, je ne sais pas trop quoi faire.
Tu soupires un dernier coup, ayant expliqué comme tu le pouvais la situation. Passant tes mains dans la perruque pour enlever les cheveux qui te gênaient sur le visage, tu regardes Tina, essayant de capter son regard du tien, pinçant de nouveau tes lèvres avant de reprendre un morceau de tarte aux fraises. Tes joues avaient pris une légère teinte suite à ton petit speech. Tu manges, prenant une gorgée de ton chocolat viennois tout en soufflant du nez, fort, si fort que tu t'en mets sur le visage sans même y faire attention.
dandy ♫


Améthiste discute en #8F74A9
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; UB7t8ND

comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Gvv7Suf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quederla-rpg.com/t3771-boite-aux-lettres-de-mlle-denb
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 63
Date d'inscription : 17/05/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptyVen 10 Juil - 20:19


Un petit coup pour oublier ses soucis ! ••

★ Feat Améthiste N. Denbee

Envoyer un message privé 46l8qx6
Elle semblait perdue dans ses pensées. Et vraiment en proie à des sentiments en tout genre. Ce n’était pas vraiment agréable de voir une personne, et encore moins une proche autant dispersée dans elle même. J’avais essayé du mieux que je pouvais de la faire rire mais ce n’était pas si facile que ça. Je devais peser mes mots et je sais que dans ce genre de situation le moindre faux pas peut juste faire balancer la conversation dans un autre mood beaucoup moins joyeux. Enfin bref. S’il y avait eu une altercation j’espère que le tout sera réglé d’ici peu. Mais j’avais besoin d’entendre ce qu’il s’était passé de sa bouche sinon cela n’avait aucun sens.

Je n’avais pas pour habitude de la voir comme ça. Elle était plutôt posée et assez indépendante comme femme. La plupart du temps c’est moi qui venait la voir pour avoir des conseils avisés d’une très bonne amie plus âgée et ayant eu plus de vécu et d'aventures dans sa vie. Depuis petite déjà j’allais vers elle dès que je me sentais mal. Que je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait lors de ma puberté. Il y a beaucoup de choses dont je n’ai pas pu parler avec elle. Comme ma relation ambiguë avec Nea. Mais sans elle je serais déjà morte à l’heure qu’il est. En plus d’Asahel. Elle était mon grand soutien moral après la mort de mes parents. Je lui avais raconté les horreurs que j’avais fais. Et elle savait à quel point je n’étais pas la meilleure des personnes et pourtant. Elle était restée. Je ne sais pas comment ni pourquoi. Mais je lui dois en partie la vie. Alors évidemment que je n’allais pas la laisser s’embourber dans ses problèmes.


Finalement elle s’était décidée à délier ses lèvres. C’était donc de sa faute ? Au moins elle s’en rendait compte c’était déjà une bonne chose. Je la voyais soupirer encore et encore. Pourtant c’est étrange je croyais que quand elle buvait elle était plutôt du genre câline et toute douce. Pourquoi se serait-elle donc énervée ? Elle a l’alcool bon habituellement. Joviale. Adorable et un brin maternelle je dois l’avouer. Mais ça c’était le cas déjà avant qu’elle ne soit mère. C’était étrange qu’est-ce qu’il s’était passé bon sang. Je continuais de la regarder en observant avec attention toute sa gestuelle portant mon café aux lèvres. Je le sentais elle n’allait vraiment pas bien. Elle était énervée. Mais contre elle même j’ai l’impression. Elle n’arrêtait pas de soupirer. Ca ne semblait pas facile pour elle. Je la voyais prendre un morceau de sa tartes aux fraises. Et en prendre un morceau. Je ne me prononçais pas encore. Je la laissais parler. Je n’allais pas la casser dans son élan.

Finalement ce long soupir semblait signer la fin de tout ce qu’elle avait à me dire. Je venais déposer mon café devant moi et je la regardais droit dans les yeux.

“Hey Améthiste. Regardes-moi. Tout va bien restes calm, Okay ? Ecoutes bien ma voix. Tout va bien se passer.  On se détends, et on oublie toute cette rage enfouie en toi d’accord ?”


Il fallait qu’elle se calme tout d’abord. C’était la meilleure chose à faire. Je voulais qu’elle souffle un peu et que tout aille. Bien pour elle. De toute façon il ne fallait pas qu’elle se mette à se faire du mouron comme ça. Ce n’était pas bon pour. Elle risquait d’engranger du stress. Et on sait bien que le stress ce n’est pas bon pour qui que ce soit.  J’attendais qu’elle soit un peu redescendu et que mon pouvoir fasse effet sur elle et je revenais lui parler.

“Bien tout doux. Tout va bien. Donc reprenons. Tu lui avais laissé la petite c’est ça ? Il s’en est occupé ? Il le faisait mal ? C’est quoi qu’est-ce qu’il se passait ? Elle était pas bien ta fille ? Qu’est-ce qu’il s’est passé exactement ? Il lui a fait du mal ? On ne dirait pas au vu de ce que tu me disais. La petite était choquée de te voir crier.”


Ce n’était pas bien non plus qu’elle voit sa mère s’énerver comme ça devant elle. Surtout que de ce que je vois elle s’était juste énervée parce que ce dernier était avec Théis à faire je ne sais quoi. Il s’occupait simplement d’elle non ? Enfin de ce qu’elle disait le pilote en question était en train de s’occuper d’elle. Après je peux comprendre que depuis tout ce qu’il s’était passé avec Noctis elle était très… Traumatisée ? Et surprotectrice mais tout de même. Au point de s’énerver comme ça ? Je m’approchais pour lui prendre une de ses mains tranquillement venant la garder contre la mienne pour essayer de la rassurer pendant quelques instants. Ce genre de contact je n’en avais pas peur et puis c’était toujours bien de sentir un peu de vie pas loin lorsque ça n’allait pas.

“Je n’y comprends pas grand chose excuses moi. Tu l’as attaqué ? Qu’est ce que tu as fais ? Mais d’abord poses toi. Bois un coup. Tu en as bien besoin je crois. Je suis la ne t’en fais pas.”



comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Azye
Améthiste N. Denbee

Améthiste N. DenbeeMessages : 112
Date d'inscription : 20/03/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptySam 11 Juil - 0:53



not sure
je crois bien que c'était bien plus qu'une simple nuit ... t'en penses quoi
Tu savais très bien que Valentina aurait écouté ce que tu avais à dire et que, si c'était nécessaire, elle serait là pour te freiner au niveau de tes envies ou de tes énervements excessifs. Tu savais que c'était une grande première pour elle de te voir aussi perdue. Perdue de remarqué que tu ne savais pas du tout comment réagir. Comment gérer une situation. Il est vrai que ton attitude d'habitude si calme et réfléchie laissait place à une panique totale du, en premier lieu, au fait que tu commençais à prendre conscience de tes sentiments envers Nea, mais d'une autre part parce que tu étais toujours furieuse contre toi-même dû à ta réaction. Dû au fait que tu avais tout gâché d'une simple phrase qui, pour le coup, te privais de sa présence ou même du fait de pouvoir lui parler. Tu n'arrivais toujours pas à t'en remettre et ça crevait tant les yeux que Valentina ne pouvait pas y faire abstraction. Des soupirs et des haussements de sourcils montrant tes tourments, tu avais tout de même essayer d'expliquer la situation à ton amie. Il y avait des détails que tu devais éviter, alors tu devais bien inventer des choses qui pouvaient ... Justifiés. Oui, c'est le mot. Justifiés ton acte.

Tu es la plus âgée de ce groupe de trois que tu formais avec Valentina et Piper. De ce fait, la Durandal te parlait assez souvent de ses soucis, de ce qu'elle souhaitait faire. Elle venait souvent vers toi pour des conseils, pour que tu la calmes ou juste pour que tu sois présente à ses côtés pour la rassurer. Il y avait des choses que tu assumais, mais que tu ne disais pas forcément, tout comme elle, il en va de soi que vous aviez tout de même votre petit jardin secret l'une comme l'autre. Il y avait des choses que l'on gardait pour sois sans pour autant en avoir honte et c'était tout à fait normal. Mais toi Améthiste lorsque tu avais besoin de te confier, les choses s'enchaînaient assez rapidement dans ta tête, si rapidement que tu ne pouvais même pas penser à la tournure de tes phrases ni même à la logique de ces dernières. Alors, assez tôt dans la conversation, après tout ce que tu avais déblatéré, Valentina cherchait à te détendre. Elle cherchait à te calmer, te regardant droit dans les yeux.

Tout va bien se passer qu'elle disait. Soufflant un bon coup, tu essayais de décrisper tes membres, te pinçant discrètement les lèvres, ton faciès se décrispant à son tour également. Tu ne savais pas trop par quel miracle tu arrivais aussi bien à esquiver tes petites colères vis-à-vis de l'attitude que tu avais eue, mais tu y arrivais et ça ne te déplaisait pas plus que ça à vrai dire, la conversation aurait eu plus de sens de cette façon, ne nous mentons pas. Au moment où tu sens Valentina prendre tes mains dans les siennes, tu souffles du nez, reprenant ton calme, tout doucement, avant de la regarder, un regard assez triste. Inquiète de ce qui pourrait arriver dans l'avenir. Et si tu l'avais perdu pour toujours et qu'il refusait de te revoir ? Te mordillant la lèvre inférieure, tu essaie d'expliquer calmement et clairement la situation à Valentina.
— Théis ... Etait malade. Je m'inquiétais beaucoup, car même les médecins ne savaient pas d'où ça venait. Et, le fameux pilote, m'avait dit qu'il avait peut-être une solution, alors je l'ai laissé seul avec Théis le temps qu'il s'en occupe ... Mais j'ai paniqué en le voyant faire. Il lui faisait ingurgiter un antidote, mais j'ai paniqué pensant qu'il voulait l'empoisonner ou je ne sais quoi ...
Soufflant un bon coup, tu regardes Valentina , laissant ta tête tomber un minimum vers l'avant, pliant tes doigts sur eux-mêmes, ta main restant néanmoins toujours dans la pomme de celle de Valentina.
— Tu sais, Tina, je lui faisais entièrement confiance. Mais j'ai toujours aussi peur que l'on s'attaque à ma fille. Alors, je lui ai ...
Te coupant, tu regardes Valentina, ce même regard, cette même expression. Un désarroi total et un manque de repère affreux. C'est ce que Valentina pouvait lire sur les lignes de ton faciès.
— Je lui ai sauté à la gorge, menacé, limite étranglé. J'ai perdu le contrôle Tina ... Je ne sais pas s'il me le pardonnera, je m'en veux tellement.
Tu soupires, regardant ton amie fixement. Est-ce qu'elle pourrait vraiment t'aider au vu de la situation dans laquelle tu t'étais mise avec un homme dont elle ne connaissait même pas encore l'identité. Tu ne le savais pas, mais tu avais besoin d'elle, de son avis, de sa présence. De son amitié, si importante à tes yeux.
— Je me suis excusée, le jour-même. Il m'a repoussé, furieux. Tu penses que si je renoue contact ... J'arriverais à me faire pardonner ?
dandy ♫


Améthiste discute en #8F74A9
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; UB7t8ND

comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Gvv7Suf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quederla-rpg.com/t3771-boite-aux-lettres-de-mlle-denb
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 63
Date d'inscription : 17/05/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptySam 11 Juil - 12:50


Un petit coup pour oublier ses soucis ! ••

★ Feat Améthiste N. Denbee

Envoyer un message privé 46l8qx6
Il semblait que petit à petit ça ait fonctionné. Je voyais sa rage disparaître petit à petit. Et c’était mieux comme ça. Elle en avait besoin. Elle risquait de se perdre dans ce fleuve sans fin de sentiments. Elle doit aller mieux. Ce n’est pas sain pour elle. En tout cas ça allait beaucoup mieux. Je voyais son visage crispé reprendre des couleurs un peu plus légères. Elle faisait disparaître aussi cette expression. Je ne voulais pas lâcher sa main. Elle devait savoir que je restais là ici pour elle. Je ne pensais pas qu’elle allait si mal. Si j’avais su je serais venue la voir bien plus tôt. C’est de ma faute aussi en partie. J’étais trop focalisée sur le rétablissement de Asahel, ainsi que sur les affaires qui me concernaient récemment. J’en arrivais même à presque oublier ma meilleure amie. Ah… Si tu pouvais entendre mes pensées sache que je m’en excuse Améthiste.

Au bout d’un certain moment elle m’expliquait la situation avec un peu plus de détails cette fois-ci. Donc sa fille était malade et cet homme a voulu lui donner un antidote et elle avait à cause de sa peur que sa petite soit attaquée que ce soit du poison et et elle lui a sauté à la gorge… Aie. Ca n’aide pas vraiment tout ça. Personne n’aime pris dans un coin et être attaqué et encore moins par un proche. Mais au moins une choses était sûre. Tout le monde allait bien. Car si Théis était tombée encore plus malade ou pire que sais-je, ma compagne ne serait pas d’une humeur si “joviale” enfin si on peut appeler ça de la joie. Je serrai fortement sa main avant de venir lui parler.

“Ecoutes. Théis est toujours vivante n’est-ce pas ? -j’attendais qu’elle me réponde ne serait-ce que par un signe de la tête pour confirmer ce que je pensais- Donc ce n’était pas du poison. Elle va bien donc tout est okay. Je comprends parfaitement que tu veuille la protéger c’est ta petite. La chair de ta chair et ton sang. Et il n’y a pas de mal à ça ma belle. Tout est même à ton honneur. Si j’avais une enfant j’aurai probablement agi de la même façon et ce même si c’était Asahel”


Ou même si c’était quelqu’un d’autre. Imaginons que j’avais demandé l’aide de Nea par exemple. Lui qui pouvait soigner avec son sang d’autres personnes comme il l’avait fait par le passé avec mes parents. J’aurai peur qu’il lui fasse du mal. Et encore plus maintenant au vu de notre relation assez… Distante ? Enfin… Je ne peux pas m’en plaindre. C’est en partie de ma faute après tout… Je n’aurai jamais du lui faire vivre cet enfer. Bref, Valentina reprends toi… Tu dois t’occuper d’Améthiste.

“Oui et donc… Humpf. Par rapport au fait que tu lui ai sauté au cou en venant à l’étrangler et tout le reste… Écoutes… Ce qui est fait est fait. Tu devrais probablement essayer de renouer le contact avec lui. C’était un peu extrême comme réaction. Mais s’il a un peu de jugeote et que tu lui explique les choses. Ce qu’il s’est passé dans ta vie et tout le reste il comprendra parfaitement. De plus s’il t’aime vraiment et que vous aviez une relation forte. Et de ce que je peux voir tu tiens énormément à lui. Avec un peu de chance lui aussi t’aime beaucoup. Et il te comprendra. Ne t’en fais pas pour ça. Je sais que ça peut être dur mais tu dois le faire. Après tout il était furieux probablement parce qu’il voulait t’aider. Tu sais. J’ai toujours pensé que l’on ne pouvait qu’être furieux envers les personnes contre qui on portait un certaine forme d’attachement ou même d’amour. C’est en partie pour ça que les dispute de couples sont les plus rageante et destructrices.”


Je me levais ne lâchant pas du tout sa main. Et je venais me mettre derrière elle et je la calinais ainsi, moi dans son dos. Je venais poser mon autre main sur sa poitrine près de son coeur.

“Ca va aller. Tu verras tout va bien se passer. Tu vas lui parler. Et tout rentrera dans l’ordre d’accord ? Je sais que tu feras les choses bien. Il te suffit juste de saisir le courage que tu as juste ici en dessous au plus profond de ton coeur. Tu es une femme forte tu peux le faire. Je n’ai aucun doute la dessus”


Je restais ainsi dans cette position qui me faisait un peu mal je dois l’avouer. J’avais encore quelques séquelles et quelques bleus depuis le crêpage de chignon. Mais j’essayais de retenir tant bien que mal les douleurs que je ressentais. Pour son bien. Je n’avais pas besoin de l’inquiéter plus que ça. J’étais là pour accueillir ses peines et ses pleurs si elle se sentait le coeur léger. Alors restons-en la.


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Azye
Améthiste N. Denbee

Améthiste N. DenbeeMessages : 112
Date d'inscription : 20/03/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptyDim 12 Juil - 22:19



not sure
je crois bien que c'était bien plus qu'une simple nuit ... t'en penses quoi
Oui Théis allait bien, oui tu allais bien. Oui ... Tout se passait bien dans le meilleur des mondes. Mais dans tous les cas, tu ne savais pas ce qui se passerait. Cependant, tu avais mis l'accent sur les soucis rencontrés avec Nea et tu en étais contente. Tu savais que Valentina était quelqu'un de confiance. Tu avais eu plusieurs fois l'occasion de discuter avec Valentina sur ce genre de sujet, tu savais très bien que tu aurais eu un avis avisé sur la situation ainsi que des conseils en plus en ce qui concernait tes attentes envers tes relations avec des hommes, en général, ou sur tes relations en général ... Tu savais très bien que, en plus de tout ça, les tords venaient de toi principalement, var tu avais réagi de façon très impulsive, mais tu espérais très sincèrement du fond du cœur que Nea comprendra tes actes ainsi que tes excuses ... Soupirant légèrement, tu savais très bien que tu ne pouvais pas retourné en arrière sur tes actions. Il était évident que tu ne voulais pas briser ta relation avec cet homme, il était évident que cela te faisait du mal également, de ne pas lui parler, de ne pas le voir, de le voir t'éviter. Tu soupirais encore un peu à cette idée.

Mais tout allait bien, car tu sentais que ton amie était là pour te soutenir et tu savais que tu avais fait le bon choix en lui en parlant. Tu savais que tu ne devais pas surmonter ce genre de chose toute seule, car tu n'avais clairement pas les épaules en ce moment pour ce genre de choses. Pas les épaules pour te laisser souffrir par peur de quelque chose, souffrir de peur de perdre une personne à laquelle tu tenais vraiment. Alors, oui, il fallait que tu passes par cette phase de confidence qui te faisait tant de bien au final. Et, si un jour tu venais à apprendre que Valentina usait de son pouvoir pour t'apaiser de la sorte, tu ne lui en voudrais même pas, car, au fond, tu en avais besoin, plus que n'importe quoi d'autre. La douceur d'une amitié, le sentiment de te défaire de tous ces ennuis que tu avais d'une simple discussion, d'un simple moment entre copine. Tu souriais légèrement, voyant le soutien apportés par Valentina. Souriant, en sentant ses mains se resserrer quelque peu sur les tiennes. Souriant de plus belle en sentant ce contact, ce câlin, cette accolade qu'elle t'offrait dans le seul et unique but de te voir sourire de nouveau.

Il était évident que tu devrais lui en parler avant de te mettre toutes ces questions en tête. Evident que tu ne resterais pas comme ça éternellement et qu'il fallait que tu te jette dans la gueule du loup à un moment donné. Alors, sourire légèrement dessiner sur ton faciès, tu hoches positivement la tête.
— Oui, tu as raison. De toute façon je ne peux pas être fixé avant d'en avoir discuté avec lui.
Un petit rire se faisant entendre, tu continues de plus belle.
— Je ferais de mon mieux pour appliquer tes conseils, on verra bien ce qu'il se passera. Je suis intimement convaincue, enfin presque ... Qu'il doit se sentir bien à mes côtés aussi ? Je veux dire ... Le fait que l'on se voit, que l'on discute, que l'on s'inquiète autant l'un pour l'autre, ce n'est pas anodin. J'imagine.
Prenant la main de Valentina, tu souris, soufflant du nez. Tu ne savais toujours pas si c'était une bonne idée, si tu allais te faire rejeter, si tu devais te résigner à cette idée ou pas. Les choix n'étaient pas compliqués et tu te prenais sûrement la tête pour rien, mais bon, quand il en venait aux sentiments ... Tu n'avais pas d'autres façons de réagir.
dandy ♫


Améthiste discute en #8F74A9
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; UB7t8ND

comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Gvv7Suf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quederla-rpg.com/t3771-boite-aux-lettres-de-mlle-denb
Bras Droit
Valentina Durandal Mary

Valentina Durandal MaryBras DroitMessages : 63
Date d'inscription : 17/05/2020


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; EmptyDim 12 Juil - 23:31


Un petit coup pour oublier ses soucis ! ••

★ Feat Améthiste N. Denbee

Envoyer un message privé 46l8qx6
Tout semblait aller mieux. On dirait qu’elle s’était calmée aussi. Je mentirais si je disais que ce n’était pas agréable de la serrer comme ça dans mes bras. Ca faisait longtemps à vrai dire que je ne l’avais pas prise dans mes bras de la sorte. Ce n’était pas non plus une de nos habitudes mais j’aimais bien être un peu tactile parfois avec les personnes que j’aimais bien. Il n’y a qu’à voir comment je suis quand je traine avec Asahel. Je ne le lâche pas d’un pouce. Le pauvre. Mais dans le cas d’Améthiste elle en avait besoin plus que tout. Et je n’avais pas envie d’utiliser mon pouvoir à foison pour la calmer non plus. Bien qu’il soit utile parfois. Il peut s’avérer très fatal lorsque l’on se rends compte de la supercherie et parfois la chute peut faire bien mal.

Elle avait l’air déterminée à enfin prendre les choses en mains. Récupérer cette relation et recoller les morceaux de ce pot cassé. Il le fallait. Elle s’était attaché à cet homme. Et je ne sais que trop bien qu’une fois qu’elle est comme ça c’est comme un bulldog. Elle y a posé ses crocs et sa mâchoire se bloque et impossible pour elle d’en faire autrement. Elle cache bien son jeu mais elle peut faire peur cette femme. Je suis heureuse qu’elle est mon amie. Franchement. Je me rapprochais tendrement de son oreille pour lui chuchoter quelques mots.

“De un. Saches que j’ai toujours raison. Et de deux Bien sur qu’il t’aime qui pourrait laisser une femme aussi magnifique que toi comme ça ? Il était simplement énervé parce qu’il voulait t’aider et tu l’a mal pris sur le coup à cause de tes traumatismes. Ca va aller. Je sais que tout va bien se passer. Mon petit doigt me le dis.”


Je venais la serrer fortement l’espace de quelques instants avant de relâcher mon étreinte, avant de venir me replacer sur ma chaise.

“Bon c’est pas tout ça mais j’avais un peu chaud autour de toi la. Tu es vraiment un grosse cheminée. Je devrais te demander de venir à la maison ces soirs d’hivers un peu trop froids.”


Je relançais une petite touche amusante histoire de tenter de la faire sourire. Et je commençais à manger mon gâteau tranquillement. Il n’était vraiment pas mauvais. Je crois que je reviendrais dans ce café avec Asahel un de ces quatres. C’est vraiment un endroit calme et tranquille ou la nourriture, les boissons et les prestations sont excellentes. Soit en gros toutes les qualités requises pour un bon café.

“D’ailleurs tu veux que je fasse comme à l’autre miss de l’Alliance ? Je te balance de l’eau au visage pour t’aider à te réveiller un peu ? Bien que je dois avouer que ça avait plutôt mal fini la dernière fois”


Pas besoin d’expliquer ça en long et en large. Mais oui Dame Quinzel m’avait bien amochée. Ca se voyait encore de toute façon. Cette poufiasse. Je ne voulais pas en parler mais j’avais quand même apporté le sujet sur la table. Pourvu qu’elle ne se mette pas à sauter dessus. Je voulais seulement lui montrer que pour nous toutes la vie n’était pas aussi rose.


comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; IlkxVGv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty
MessageSujet: Re: comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;   comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ; Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
comme un truc qui cloche ☆ valentina durandal mary ;
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Rps 2020-