La ville est en Septembre 2020

Partagez
 

 Un chat à fouetter [PV Félicia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Disciple
Robyn Quinzel

Robyn QuinzelDiscipleMessages : 118
Date d'inscription : 23/03/2020


Un chat à fouetter [PV Félicia] Empty
MessageSujet: Un chat à fouetter [PV Félicia]   Un chat à fouetter [PV Félicia] EmptyLun 13 Juil - 16:12

Un chat à fouetter  
Robyn
Quinzel
Félicia
Quinzel
Je donnais un coup de poing à mon merveilleux réveil qui avait encore sonné... Plus que deux jours et je pourrais profiter de mon week-end. Je me levais et allais directement dans la salle de bain pour aller me préparer et.. encore une fois, elle était vide. Je n'avais pas à me battre avec Féli depuis plusieurs semaines pour avoir un bout de miroir dans la salle de bain, elle ne se levait plus, ne mangeait plus, je me demande même si elle respire encore ! Je soupirais une nouvelle fois et décidais d'aller directement dans la cuisine.

Comme je m'y attendais, ma vaisselle de la veille était encore dans l'évier, toujours aussi sale. Je posais mes mains sur mes hanches avant de m'approcher doucement vers l'évier, à deux doigts de vomir... J'ai cru voir un vers bouger entre les assiettes. Je me retournais pour passer mon doigt sur le meuble qui avait une sacré couche de poussière ; j'éternuais d'ailleurs. Je serrais les dents. Je commençais à en avoir marre de ce petit jeu débile.

Il se trouve que ma sœur est dans un état second depuis 1 mois car elle a fait la Une des journaux pour une bagarre en bikini ! Evidemment, je m'étais permise d'en rajouter une couche le soir histoire de l'enquiquiner mais elle avait pris cette histoire trop à cœur ! Elle ne sortait plus de sa chambre, je ne la voyais pas manger et j'ai eu quelques appels de son patron pour me demander où était Félicia. Je ne pensais pas que cet article l'aurait mise dans un tel état ! Enfin quoi, c'était n'importe quoi.

Prenant mon courage à deux mains, je décidais d'appeler ma patronne, prenant un voix un peu rauque pour lui signaler que je serais malade ; l'école était finie mais il y avait encore les réunions entre profs. Je posais le téléphone pour avancer vers la chambre de Félicia, cognant plusieurs fois à la porte en lui disant qu'il était temps de m'ouvrir. Evidemment, elle ne m'avait pas ouvert... Ce serait bien trop beau qu'elle ait eu le courage de bouger son gros cul.

- Félicia !! T'as intérêt à m'ouvrir cette porte ou je vais m'enfler, et souffler et la maison défoncer !

Bon trêve de plaisanterie, j'étais vraiment à deux doigts de défoncer cette porte pour qu'elle décide enfin de l'ouvrir. J'en avais marre qu'elle reste toute seule dans cette chambre et il était temps qu'elle bouge son gros cul ; je donnais de nouveaux coups avant de reprendre la parole.

- Ouvre. Cette. Porte !! Il y a une montagne de vaisselle qui t'atteeeend ~


Je cause en indianred
Un chat à fouetter [PV Félicia] 61106_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Félicia Harleen Quinzel

Félicia Harleen QuinzelDiscipleMessages : 743
Date d'inscription : 12/02/2016


Un chat à fouetter [PV Félicia] Empty
MessageSujet: Re: Un chat à fouetter [PV Félicia]   Un chat à fouetter [PV Félicia] EmptyMar 14 Juil - 16:05



Un chat à fouetter

Feat. Robyn Quinzel

Pourquoi tu as fais ça ? Cela fait presque un mois.. C'est long, pourtant cela te pèse toujours sur la conscience. Toi, miss parfaite, la descendante de Daichi, celle qui a un job parfait, bref, tu n'as jamais rien fait de mal, hormis les vols, mais en dehors de ça, rien de particulier quoi. Pourtant, voilà que tu t'es retrouver à te battre devant tout le monde.. Seulement si c'était que ça, non, il fallait que tu te battes contre une actrice et un mannequin célèbre, ce n'est pas rien quoi. La belle descendante, la belle scientifique se bat contre un mannequin devant les caméras et devant tout le monde. Bon, si ça s'arrêtait là, cela ne t'aurait pas fait autant mal à ton ego, à ton amour propre, mais en plus de cela, tu étais presque nue, juste en bikini qui ne cache rien, à moitié cassé. Alors te retrouver devant les appareils photos, devant des spectateurs, durant un défilé important, à moitié nue, contre une personnalité connue, et le tout pour faire la une des journaux, en toute petite tenue... C'est catastrophique. Au début tu pensais que ça allait passer inaperçu, avant que le journal ne sorte, tu étais bien, gênée c'est surtout, mais ce n'était pas plus que ça. Par contre au moment où l'article est sortie, là c'était horrible. Impossible de sortir sans sentir les regards lubriques sur toi, les commentaires graveleux, bref, impossible de sortir et surtout tu étais presque nue, c'est juste une sensation horrible, principalement pour toi. Dès que tu as vu cet article, tu t'étais enfuis pour retourner chez toi, dans ta chambre.

Depuis ce jour, tu t'es enfermé dans ta chambre, avec tes chats, qui sortaient de temps en temps, mais revenaient toujours pour te tenir compagnie. En pyjama, en position fœtal sur ton lit, dès fois par terre, sous le lit. Tu ne sortais plus, c'est limite si tu ne te douchais plus, n'ayant aucune envie de partir, de te lever, de prendre soin de toi, de prendre soin de l'endroit. Les seuls moment où tu sortais de ta chambre c'était pour te rendre dans la cuisine, prendre de quoi manger, de quoi boire, un bon gros pot de glace. Ta seule occupation de la journée c'était de regarder cet article dévastateur. Tu aurais très bien pu réagir en combattante, en guerrière, aller gueuler contre celle qui a écrit cet article, sauf que non. Ce n'est pas ton caractère, du moins pas à ce point, puis elle n'y ait pour rien. Si ce n'était pas elle, une autre personne l'aurait fait. Les seules personnes fautives c'est toi et elle, surtout celle qui tu t'es battu car c'est elle qui a chercher la merde. Tu n'es pas du genre à te battre, même avec une bonne raison, tu ne te bats pas en général, tu fuis. Donc si là tu t'es laissé emporter par tes émotions, c'est qu'il devait y avoir un truc en plus ; tu ne peux pas le prouver, mais elle devait exercer un pouvoir sur toi, c'est la seule explication logique que tu as trouvé. Néanmoins, ce n'est pas obligatoire de s'attaquer de nouveau à des personnes, c'est arrivé, c'est tout. Il ne reste plus qu'à attendre, déprimer, et attendre que ça passe et peut-être qu'un jour tu retrouveras le courage de sortir de chez toi.

Un mois presque où les seuls moments où tu sortais de ta chambre, de ton appartement, c'était pour aller te chercher à manger en course, refaire le plein de stock pour ta petite personne, en passant par le monde miroir afin de croiser personnes, faisant tes courses dans le monde réel en sortant simplement ta main pour récupérer ce que tu voulais.. Il faut dire que c'est un bon entrainement cette dépression car cela te fait vivre presque un mois à l'intérieur du monde miroir, usant de ton pouvoir très souvent. Tu payais tes courses, mettant toujours le compte de ce que tu achetais sur le comptoir, en caisse... Tu t'es battu à poil, mais ce n'est pas pour autant que tu vas être une voleuse.. Du moins pas pour de la nourriture et puis tu n'es pas d'humeur de t'amuser à faire ceci. C'est une situation plutôt compliqué, surtout que Robyn ne t'aidait pas spécialement, mais de toute façon, tu ne voulais de l'aide de personne, juste qu'on te laisse tranquille. D'un seul coup, quelqu'un venait de tambouriner à ta porte.. ta sœur qui te gueulait dessus, encore une fois, pour que tu sortes enfin de ta chambre. Bien sûr, cela ne te fait rien. Elle hurle, elle hurle, mais elle n'agit jamais, elle se lasse très vite et donc tu peux retourner à tes occupations de dépressive. Elle continuait de hurler, elle continuait à frapper la porte.

Mais dégage Robyn ! Laisse moi en paix ! Tu ne peux pas comprendre, planche à pain !



Tu n'écoutais que très peu ce que ta sœur pouvait dire ou faire, de toute façon elle va se calmer très vite, comme d'habitude. Elle continuait pour l'instant de frapper à la porte, mais tes deux chats se levèrent pour se diriger vers la porte également, celle qui tremblait. Ils veulent simplement sortir, raison assez rare qui te pousse à te lever pour ouvrir la porte, juste histoire de les laisser partir ou les faire entrer dans ton domaine. Ne te mettant pas dans la trajectoire, restant sur le côté, tu baissas la poignet de la porte afin de la faire glisser, l'ouvrir, pour laisser passer les chats, et potentiellement Robyn si jamais elle essayait de taper la porte trop fort, de la défoncer avec son corps ou n'importe quoi, raison pour laquelle tu ne restais pas devant la porte, tu ne voulais pas en plus te prendre une furie dans le corps, tu t'es assez prit de coup et assez battu. Pyjama, chambre en bordel, tout qui traîne partout, des pots de glaces par terre, des morceaux de chips partout, y compris dans tes cheveux dans un piteux état, cela fait longtemps que tu ne les as pas lavé d'ailleurs.. Depuis le temps, tu t'es habitué à l'odeur, celle de ta chambre, mais pour une personne qui y entre, cela peut sûrement surprendre.

Quoi Robyn ? Tu me veux quoi ? Te foutre de ma gueule ? Je crois que j'ai assez donné. Puis la vaisselle, tu n'as qu'à la faire si elle te dérange. Ce n'est pas bien sorcier hein.



Attrapant un morceau de chips qui traînait sur ton pyjama, venant le manger comme si de rien était. Cet article t'a détruit, tu n'es plus la même. Il faudrait que tu te reprennes, mais c'est plutôt compliqué pour le coup et il faudra plus que du temps pour revenir à ton état naturel.


Un chat à fouetter [PV Félicia] Dxc6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Robyn Quinzel

Robyn QuinzelDiscipleMessages : 118
Date d'inscription : 23/03/2020


Un chat à fouetter [PV Félicia] Empty
MessageSujet: Re: Un chat à fouetter [PV Félicia]   Un chat à fouetter [PV Félicia] EmptyMar 14 Juil - 20:08

Un chat à fouetter  
Robyn
Quinzel
Félicia
Quinzel
- Mais dégage Robyn ! Laisse moi en paix ! Tu ne peux pas comprendre, planche à pain !

- Eh ! Maman n'aurait pas aimé que tu me parles comme ça !!

Non mais je veux bien que nos relations soient houleuses mais elle pourrait rester polie quand même ; je viens surtout pour l'aider et essayer de lui remonter le moral et je me prends ça dans la gueule. Je continuais de toquer à la porte en espérant qu'elle décide de lever son gros cul ; je soupirais. Mais j'entendais qu'on se levait et que l'on décidais d'ouvrir la porte. Par réflexe, je posais violemment ma main sur la porte pour l'empêcher de la refermer. Il n'était pas question que je rate une occasion pareille.

- Quoi Robyn ? Tu me veux quoi ? Te foutre de ma gueule ? Je crois que j'ai assez donné. Puis la vaisselle, tu n'as qu'à la faire si elle te dérange. Ce n'est pas bien sorcier hein.


- T'as une sale gueule.

Je l'observais de haut en bas. Son pyjama puait la transpiration, depuis combien de temps elle ne l'avait pas changé ? Ses cheveux étaient réellement en pétard et il y avait à boire et à manger là-dedans. Jetant un coup d’œil à sa chambre, je remarquais que celle-ci était dans un bordel monstrueux ; ça faisait réellement un mois qu'elle était enfermée là-dedans ? Je voyais des pots de glace partout par terre, des paquets de chips éventrés et une odeur nauséabonde.

Je plissais le nez. Je n'avais pas un bon odorat mais clairement, cela dépassait l'entendement ! Je poussais Félicia pour entrer dans la chambre et voir l'état de la pièce... Oh. Mon. Dieu. Je donnais un coup de pied dans un pot de glace, dégueulassant une fois de plus le sol ; est-ce que j'allais l'énerver ? Je tournais sur moi-même avant de remarquer l'article qui était sur le lit. Elle l'avait lu combien de fois ? Je soupirais une nouvelle fois avant de prendre l'article en main et le tendre à ma sœur.

- Pour ton information, nous sommes le 15 juillet. Ton journal n'est pas à jour.

Et si jamais je devais lui redire, ça faisait presque un mois qu'elle n'était pas sortie de cette putain de piaule qui puait le renfermé. Je laissais tomber le journal par terre pour me diriger vers la fenêtre afin de l'ouvrir en grand ; un petit courant d'air ne lui fera pas de mal. Puis, d'un air déterminé je me dirigeais vers ma sœur pour poser mes mains sur ses épaules et la secouer.

- Toc, toc, toc ! Tu ne vas pas foutre ta vie en l'air pour un simple article bordel ! Midford est une langue de pute et je ne comprends même pas pourquoi tu accordes une telle importance à cet article ! Va te doucher parce que tu pues, va au boulot et va faire le ménage... Car actuellement, il y a un écosystème qui se développe dans notre évier.


Je cause en indianred
Un chat à fouetter [PV Félicia] 61106_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Félicia Harleen Quinzel

Félicia Harleen QuinzelDiscipleMessages : 743
Date d'inscription : 12/02/2016


Un chat à fouetter [PV Félicia] Empty
MessageSujet: Re: Un chat à fouetter [PV Félicia]   Un chat à fouetter [PV Félicia] EmptyMer 15 Juil - 13:08



Un chat à fouetter

Feat. Robyn Quinzel

Tu n'es clairement pas des plus présentables, mais tu t'en fous, hormis ta sœur, personne ne te voit de la sorte. En plus, tu es chez toi, dans ta chambre, aucune raison d'avoir honte et puis si elle n'est pas contente, c'est la même chose, elle n'a qu'à pas venir dans ton domaine. Néanmoins, c'est vrai que Robyn n'a clairement pas l'habitude de te voir de la sorte. Toujours bien coiffée, toujours maquillée, bien habillée, bien présentable. Là par contre, les cheveux dans tous les sens, au naturel, et pour être naturel c'est du naturel d'il y a un mois donc forcément pour être naturelle, tu es naturelle. Le tout dans un pyjama entier, sale, avec des tâches de glaces, des chips qui traînent, bref, tu n'es pas présentable et ta jeune sœur ne manquait pas de te le rappeler que tu n'étais pas dans le meilleur de ta forme. De toute façon, même dans cet état, tu restes plus belle que ta sœur, c'est toi la grande sœur, c'est toi qui est parfaite physiquement, et ça même en te négligeant comparé à Robyn.

Tu gardais le silence pendant que ta sœur regardait ta chambre, faisait un peu le tour du propriétaire. Tu la voyais faire, tu étais entrain de la regarder d'un air mauvais. Elle te jugeait, elle aussi, ça se sentait, frappant dans tes cadavres de glaces, examinant ta chambre dans les recoins. Robyn attrapa sur ton lit le fameux journal qui a détruit ta réputation, le fameux articles de la journaliste où tu es dedans. Tu la regardais faire, te tendant le morceau de papier, comme si elle voulait que tu l'attrapes. Elle insistait sur le fait que c'était fini, qu'il faut passer à autre chose.

Facile à dire. L'autre garce là qui m'a forcé, je suis sûre.



Elle finit par ouvrir en grande la fenêtre de ta chambre, lâchant le journal. Combien de temps tu n'avais pas aérer et ouvert cette fenêtre ? Un mois presque... Sur le coup, alors que tu n'avais pas spécialement vu la lumière du jour depuis un bon moment, tu eus comme un effet de recul au contact de la lumière du jour. Tu repris rapidement une position naturelle, même si tu plissais les yeux afin de t'habituer à cette lumière naturelle dont tu n'avais plus spécialement l'habitude. Le temps que tu t'adaptes à cette lumière et aux courants d'air, elle continua un peu sa visite. Voyant le journal par terre, tu ne voulais plus le voir, tu ne pouvais pas t'empêcher de mettre un coup de pied dedans pour le faire voler ailleurs. De toute façon tu le connais par cœur vu le nombre de fois que tu l'as lu. Même capable de revoir les images lorsque tu fermes les yeux, comme si elles étaient tatouer sur l'intérieur de tes paupières. Toujours dans les vapes, ta petite sœur vient t'attraper par les épaules pour te secouer dans tous les sens, en essayant de te motiver. Toujours entrain de se plaindre de la vaisselle et surtout te plaindre de ton hygiène personnel.

Oh calme toi ! Vais m'occuper de la vaisselle si c'est ça qui te dérange !



Rapidement tu te débarrassas de l'emprise de ta sœur grâce à tes bras, faisant voler ceux de Robyn non sans contrôler ta force. Les assiettes, et tout dérange Robyn, vu qu'elle n'arrête pas d'en parler, donc tu vas t'en occuper une bonne fois pour toute, elle te laissera tranquille par la suite. Hâtant le pas, tu quittas ta chambre pour aller dans la cuisine, regardant ce qui se trouvait dedans. Tu voyais toute cette poussière, cette saleté, cet amas de détritus dans la poubelle, et surtout toute la vaisselle dans l'évier. Tu te rapprochas de l'évier, montrant cet éco-système du doigt.

C'est ça qui te dérange donc ?!



Usant de ton pouvoir, tu fis disparaître toutes les assiettes, les verres, les fourchettes, les couteaux, les verres, bref, tout disparu d'un coup, se rendant dans le monde miroir. Moment de silence... puis immense fracas, tout explosait de l'autre côté du miroir, dont le son passait grâce au fait que tu tenais le miroir et le passage.Tu fus tout de même surprise sur le coup, ayant un réflexe humain de te crisper sur le coup pendant quelque secondes, puis ensuite repris une posture normale.

C'est mieux ? Il n'y a plus de vaisselles pour le coup. Autre chose qui te dérange ? Je peux sortir les poubelles aussi tient regarde !



Tu te dirigeas vers les poubelles, pour sortir les sacs. Les sacs poubelles en main, tu te dirigeas vers la grande fenêtre du salon, ouverte, afin de les balancer à travers pour les sortir. C'est une méthode radicale, mais au moins, tu fais le ménage, tu sors les poubelles, c'est ce qu'elle veut que tu fasses. Après tout, tu es bonne qu'à ça désormais, faire le ménage et rien de plus.


Un chat à fouetter [PV Félicia] Dxc6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Robyn Quinzel

Robyn QuinzelDiscipleMessages : 118
Date d'inscription : 23/03/2020


Un chat à fouetter [PV Félicia] Empty
MessageSujet: Re: Un chat à fouetter [PV Félicia]   Un chat à fouetter [PV Félicia] EmptyMer 15 Juil - 16:19

Un chat à fouetter  
Robyn
Quinzel
Félicia
Quinzel
- Oh calme toi ! Vais m'occuper de la vaisselle si c'est ça qui te dérange !

Elle se débarrassa de mon emprise, me faisant soupire une nouvelle fois. Ça ne ressemblait pas à Félicia d'être aussi irritable et de prendre si peu soin d'elle ; je fronçais les sourcils et décidais de la suivre dans la cuisine en tapant du pied comme elle. Étrangement, je commençais à comprendre pourquoi mon comportement l'énervait. Nous arrivâmes dans la cuisine et elle me montrait l'eco-système du doigt avant d'utiliser son pouvoir pour tout faire disparaître dans son miroir... Enfin, tout casser serait plus exact.

- Tu déconnes j'espère ?! Si il suffisait de faire ça, je pouvais le faire moi-même. Je suis la championne pour éclater des assiettes !

Je pinçais les lèvres et posais mes mains sur les hanches. Franchement, si il suffisait de prendre une assiette et la jeter contre le mur, je pouvais très bien le faire ! D'ailleurs, une fois qu'elle était sur sa sœur, Félicia me demanda si elle voulait que je sorte la poubelle... Ben écoute, si ça lui permet de bouger ses grosses fesses, pourquoi pas ! Même si elle devait descendre en pyjama, les cheveux éclatés et avec cette odeur mauvaise, ça m'airait ! De toute façon, on ne fera pas la différence entre elle et la poubelle.

Pourtant, je ne m'attendais pas à ce qu'elle s'approche des sacs poubelles, les prendre en main avant d'ouvrir la fenêtre et les jeter par la fenêtre. Je fis les yeux ronds avant de me diriger vers la fenêtre et regarder la ruelle ; les sacs étaient éclatés par terre, aux pieds de quelques personnes qui venaient de lever la tête vers nous. Je me reculais aussitôt avant d'avoir le droit à des insultes ou pire. Non mais alors là, elle venait de péter un plomb. Je me retournais.

- EH OH ! Jouer les mauvaises filles et faire ce genre de choses, c'est mon truc ! Le tien, c'est de jouer les grandes sœurs responsables et m'empêcher de faire des conneries.

On ne peut pas dire que je suis la plus douée pour jouer les personnes responsables et c'est bien pour ça que j'avais besoin d'une Félicia dans ma vie... Mais qui était là pour Félicia dans ce genre de moment ? Je soupirais, je ne savais pas ce que je devais faire pour l'aider... Est-ce que je devais l'écouter ? Aller casser la gueule à l'autre fille ? Ou défoncer Midford ? Depuis le temps que je souhaitais faire ça !

- Félicia... Tu ne peux pas réagir comme ça ! Tu as toujours su te défendre et rebondir quand quelque chose de mal t'arrivait alors... alors pourquoi c'est différent là ? C'est juste un article où tu t'es battue en maillot de bain...

Franchement, ça aurait pu être pire. Félicia a de jolies formes, elle est jolie tout court ; pourquoi est-ce qu'elle se met dans cet état ? Au pire, elle aurait quelques regards de la part de ses patrons et ses collègues mais au pire... On s'en fou ? Elle n'aura qu'à les envoyer chier, elle n'aura qu'à utiliser sa répartie habituelle ! Pourquoi est-ce que cet article la démontait à ce point ?

- Tu ne peux pas foutre ta vie en l'air à cause de quelques lignes. Tu as un boulot, un loyer à payer, un assistant qui voudrait avoir de tes nouvelles... Alors tu vas prendre ta putain de douche, bouger ton gros cul et reprendre une vie N.O.R.M.A.L.E. Pigée ?


Je cause en indianred
Un chat à fouetter [PV Félicia] 61106_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Félicia Harleen Quinzel

Félicia Harleen QuinzelDiscipleMessages : 743
Date d'inscription : 12/02/2016


Un chat à fouetter [PV Félicia] Empty
MessageSujet: Re: Un chat à fouetter [PV Félicia]   Un chat à fouetter [PV Félicia] EmptyVen 17 Juil - 15:13



Un chat à fouetter

Feat. Robyn Quinzel

Elle ne semblait pas être en adéquation avec tes méthodes. C'est vrai, que pour casser des objets et jeter la vaisselle sale, c'est Robyn l'experte. Tu ne calcules plus le nombre d'assiettes que tu as dû les remplacer, les racheter, donc pour une fois que c'est toi qui le fait.. surtout que ce n'était pas fais exprès pour le coup. Tu ne voulais pas les casser, juste les envoyer ailleurs, rien de plus. Malheureusement, tu étais partie sur ta lancée, que ça en déplaise à Robyn ou non, tu étais partie dans ton délire et tu allais t'y appliquer, même si ça ne te ressemble pas plus que ça à vrai dire, ce n'est pas naturel chez toi. Sous les yeux médusés de ta petite sœur, tu agrippas la poubelle afin de par la fenêtre que tu venais d'ouvrir. Cette poubelle fit un vol plané, venant rencontrer le sol, s'explosant à ce contact, non loin de quelques personnes et surtout sous le regard de quelques voisins d'en face. Il faut dire qu'ils n'ont pas l'habitude voir ce genre de spectacle, surtout dans le quartier des riches, mais c'est un fait.

Robyn regarda ton oeuvre, mais très vite elle arrêta, pour éviter de se faire juger par les voisins sûrement. Ta sœur, la spécialiste de la musique se la joua psychologue pendant un temps pour essayer de te remettre sur le droit chemin, te faire réaliser la réalité de la chose. Tu es la seule dont l'article t'a atteint, tout le monde s'en fou. Tu es la descendante de Daichi, tu as toujours été une rebelle dans l'âme, et il faut dire que ça te fait du bien de lâcher ta véritable nature que tu as lâché depuis bien longtemps, libérant ta frustration la nuit avec tes cambriolages, mais là, ça te fait du bien en plein jour. Par contre Robyn te dictait une vérité, rien dans ta vie ne t'a fait tomber, tu as toujours sût te relever, te battre, réussir à y gagner au final, trouver une solution. Pourquoi cette fois-ci cela serait différent ? C'est la première fois que tu t'es battu à poil, enfin presque, dans la rue, devant autant de monde. C'est sûr, tu es belle, bien plus que la plupart, alors forcément, tu devrais aimer montrer ton corps. Il faut dire que tu aimes montrer ta poitrine avec un gros décolleté, mais rien de vulgaire, porter des tenues sexy, mais quand même, pas à ce point là. Pour le coup c'était réellement vulgaire pour être vulgaire et tu t'es laissé aller à des émotions qui ne sont pas les tiennes. Robyn ne peut pas comprendre, personne ne peut comprendre ton désarrois actuel.

Toujours les menaces pour pouvoir te faire bouger. La Félicia adolescente est plus ou moins de retour, la rebelle, celle qui s'occupe de rien et qui était toujours prête à faire des conneries, comme suivre un mec pour devenir une cambrioleuse par la suite. Tu écoutais tout de même ce que ta sœur pouvait te dire, mais ça rentrait dans une oreille, pour ressortir par l'autre il faut dire. L'écoutant à moitié donc, tu viens te jeter dans le canapé pour t'y affaler comme une vieille vache, t'écrasant dessus. De ta main, en essayant de te cacher un minimum, tu fis le canard avec ta main pour montrer qu'elle parlait trop, qu'elle parlait dans le vide. Il te faudra plus que juste une petite remontrance pour que tu ailles mieux. Il te faut... quelque chose, mais quoi, tu ne sais même pas toi-même pour le coup. Alors que tu te disputais avec Robyn, du moins qu'elle te gueulait dessus, quelqu'un vient frapper à la porte, faisant sonner la sonnette de votre appartement.

Entrez ! C'est ouvert !



D'un voix forte et rauque, à la limite d'un bonhomme, tu conseillas à la personne d'entrer dans l'appartement, de toute façon c'est ouvert, du moins tu le présumes pour le coup. Effectivement, c'était bien ouvert car la personne entra dans l'appartement. Tu t'en fichais maintenant qu'on te voit dans cet état, on t'a vu presque nue, alors qu'on te voit en pyjama entrain de dépérir, ce n'est plus tellement important. Ton assistant fit éruption chez toi. On pouvait le voir avec une peau de banane sur lui, provenant sûrement de votre poubelle, mais bon, tant pis pour lui. Néanmoins, il semblait assez déranger par l'odeur et surtout l'état de l'appartement. Il garda le silence pendant un temps, essayant de trouver sa patronne, toi, dans le canapé, levant juste la main pour dire bonjour, ne prenant pas la peine de te lever pour l'accueillir, tu l'avais reconnu à la voix. Il expliqua qu'il fallait que tu retournes au travail, chose que tu répondis par un doigt d'honneur depuis ton salon. Par contre, lorsqu'il t'annonça que la directeur voulait se débarrasser de tes animaux, là ce fut un déclic. Tu bondis de ta place, courant vers ton assistant pour écouter ce qu'il avait à dire, lui faire répéter. Puis en réalisant qu'il disait la vérité, tu attrapas Robyn par le col, le secouant.

Mes BICHONS !! Ils veulent se débarrasser de mes bichons ! C'est des MONSTRES !!!



Tu finis par lâcher ta sœur, pour te retourner de nouveau vers ton assistant pour lui poser une dernière question, sûrement la plus importante de toute, limite en larmes, alors que lui faisait la grimace, sûrement à cause de l'odeur que tu pouvais dégager.

Et Batou ?... Me dit pas que Batou aussi ?..



D'un signe de tête, il te fit comprendre que si, tous les animaux risquaient le départ, sûrement la mort dans ton imagination, alors qu'ils iront sûrement dans un refuge ou quoi, mais ce sont tes animaux, rien qu'à toi et à personne d'autre. Tu avais besoin d'un déclic, c'est sûrement ça le déclic, tes animaux. Abandonnant tout le monde ici, tu te ruas dans la salle de bain afin de te dépêcher de prendre soin de toi, au moins prendre une douche, te coiffer et te dégraisser un peu. Tu en as sûrement bien besoin après presque un mois, mais en même temps, tu sens que tu vas faire une toilette la plus rapide que tu n'as jamais faites, au pire tu te maquilleras sur le chemin, pour l'instant, c'est l'urgence. Il faut que tu te dépêches. Tu ne vas pas en avoir pour longtemps, mais il te faudra quand même plusieurs longues minutes où ton assistant et Robyn pourront discuter un peu avant que tu sortes de ta douche, sûrement à poil car tu n'as pas prit le temps de prendre une serviette, ni même tes affaires, se trouvant dans ta chambre, mais là, tu es simplement préoccuper par tes animaux et rien d'autre ; les autres ont toujours été une priorité pour toi, surtout les animaux.


Un chat à fouetter [PV Félicia] Dxc6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Disciple
Robyn Quinzel

Robyn QuinzelDiscipleMessages : 118
Date d'inscription : 23/03/2020


Un chat à fouetter [PV Félicia] Empty
MessageSujet: Re: Un chat à fouetter [PV Félicia]   Un chat à fouetter [PV Félicia] EmptyDim 19 Juil - 18:20

Un chat à fouetter  
Robyn
Quinzel
Félicia
Quinzel
J'avais envie de la défoncer. Enfin, je ne sais pas comment décrire mon sentiment actuel... Mais j'avais envie de lui coller une baffe tellement forte qu'elle pourrait lui décoller la tête. C'était moi la petite peste de la famille et la plus immature, Félicia était comme ma seconde maman et elle devait rester mature, brillante et tout ça pour me montrer le droit chemin. Ça voulait dire quoi ça ? Que je pouvais me permettre de déprimer dans mon lit pendant un mois ? Non mais parce que sinon, je reste chez moi et j'arrête l'école.

Elle continuait de jouer les fortes têtes et j'étais à deux doigts de lui décoller une droite mais la sonnette nous interrompis dans notre discussion. Je levais un sourcil. Je n'attendais personne et clairement, je pense que personne ne voulait voir le sale caractère de cochon de ma sœur. Un jeune homme entra dans l'appartement, couverte d'une peau de banane qui devait certainement de venir de nos sacs poubelles violemment jetés par Félicia quelques minutes plus tôt. Il s'agissait de l'assistant de Félicia qui tentait également de la convaincre de retourner au boulot, chose qu'elle répondit avec un doigt d'honneur.

- Attention Féli'. Ce n'est pas poli de faire un doigt d'honneur à son jeune assistant...

Elle détestait quand je faisais ce genre de grossier et vulgaire et voilà qu'elle se permettait de le faire ?! On dirait qu'on avait échangé nos personnalités. L'assistant ne fut pas perturbé par son geste et continua sur sa lancée, insistant sur le fait que si elle ne revenait pas, ses bestioles risquaient d'être envoyées ailleurs. Étrangement, ce qu'il venait de dire avait plus de poids que le fait que la vaisselle était en train de s'entasser... Ah bah super. Ses animaux sont plus importants qu'une vaisselle sale quoi. Elle se levait et s'approcha de nous, me secouant au passage comme un vulgaire cocotier.

- Mes BICHONS !! Ils veulent se débarrasser de mes bichons ! C'est des MONSTRES !!!

Je fronçais les sourcils, l'air agacé d'être secouée ainsi avant de donner un coup dans le bras de ma sœur pour qu'elle me lâche. Elle demanda ensuite à son assistant si... Batou (?) avait prévu d'être déporté également. Nouveau déclic dans la tête de Félicia et la voilà partir en direction de sa chambre... Ben putain, si j'avais su que c'était les mots magiques, je les aurais utilisé depuis le début. Je croisais les bras et regardais en direction de la chambre, elle ne semblait pas écouter aux portes.

- Bien joué ! J'étais à court d'idées... Si j'avais su que la déportation de ses animaux était le déclic, je l'aurais fais depuis plusieurs semaines ! Franchement, regarde l'état de l'appartement ! Il y a de la vaisselle empilée, des couches de poussière et je suis sûre d'avoir vu une blatte faire le tour du salon.

- Ce n'était pas une feinte... Ses animaux vont vraiment être envoyés ailleurs si elle ne revient pas. Et si la poussière te dérange autant, pourquoi tu ne fais pas le ménage ?

- Moi ? Faire le ménage ? Tu déconnes, j'espère. J'ai vraiment une gueule à passer le balais et la serpillière ? Je laisse ça à Félicia, ça l'éclate !

Je suis persuadée que ma sœur avait vécu dans les années 50. La parfaite petite femme au foyer qui faisait le ménage, le repassage, qui s'occupait des enfants... Comme pour les chats, elle avait plusieurs vies et là, elle vivait sa deuxième ou sa troisième. Elle revint après de longues minutes, toutes pomponnée, toute pimpante comme elle ne l'avait pas été depuis plusieurs semaines...

- Je t'accompagne à ton labo. Depuis le temps que tu y bosses, je n'ai jamais eu l'occasion d'y faire un tour !

Cela faisait quoi ? Dix ans qu'elle travaillait dans ce laboratoire et je n'avais jamais eu l'occasion d'y faire un tour... Je la soupçonnais de ne jamais voulu m'y emmener parce qu'elle avant honte de moi mais qu'est-ce que j'en avais à faire ? Les affaires rassemblées et le moral à peu près potable, nous allâmes tous les trois vers son laboratoire qui était en bordel alors nous l'avons aidé à ranger sous les regards un peu bizarres de son patron qui semblait vouloir... la sauter. Bref, autant dire que ce n'était pas forcément une partie de plaisir et finalement, son laboratoire n'avait pas grand chose de spécial.


Je cause en indianred
Un chat à fouetter [PV Félicia] 61106_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Un chat à fouetter [PV Félicia] Empty
MessageSujet: Re: Un chat à fouetter [PV Félicia]   Un chat à fouetter [PV Félicia] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un chat à fouetter [PV Félicia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Rps 2020-